VOTE | 227 fans |

Script vf du 221

Ce script VF a été migré dans le guide de l'épisode.

221 - 1969

Salle d’embarquement.

Sam est en salle des commandes.

Jack : Qu’est-ce qu’elle fait ?

Daniel : Euh… Elle a dit qu’il fallait qu’elle revérifie les calculs de façon précise à cette époque de l’année.

Jack : A cette époque de l’année ? J’vois pas quelle est la différence.

Daniel : Euh… Elle a parlé du soleil qui… Euh… Oui, en fait, à vrai dire, j’ai pas réellement fait attention.

Jack : C’est vrai. Carter !

Sam (dans le haut-parleur) : J’arrive tout de suite mon colonel. A cette période de l’année, la ligne directe entre P2X-555 et la Terre est à environ 130 mille kilomètres du Soleil. Et j’ai donc dû reparamétrer les calculs de l’ordinateur afin de tenir compte de la dérive gravitationnelle espace-temps.

Jack : Oui, ca coule de source. Allons-y.

Sam (haut-parleur) : A vos ordres.

Dans la salle des commandes, Sam se tourne vers un technicien.

Sam : Vous pouvez insérer les données de la procédure.

Le général Hammond apparait.

Sam : Mon général.

Hammond : Comment va votre main ?

Sam : C’est encore douloureux, mais ca va aller, je vous remercie.

Technicien : Chevron 1, enclenché.

Hammond : Je voudrais que vous emportiez cette note avec vous. Gardez-là dans votre poche jusqu’à ce que vous soyez de l’autre côté. Je crois qu’elle est suffisamment explicative.

Technicien : Chevron 2, enclenché.

Sam : Tout va bien mon général ?

Hammond : Oui. Tout va très bien.

Technicien : Chevron 3, enclenché.

Hammond : Il est l’heure de partir capitaine.

Sam : A vos ordres.

Technicien : Chevron 4, enclenché.

Sam arrive dans la salle d’embarquement.

Technicien (haut-parleur) : Chevron 5, enclenché.

Jack : Ah ! Vous voilà enfin.

Technicien : Chevron 6, enclenché. Chevron 7, enclenché.

SG1 passe la porte des étoiles.

---

Salle d’embarquement.

La salle d’embarquement se métamorphose.

Jack : Mais eh ! Vous avez vu ?

Daniel : Jack ? Et ca, vous avez vu ?

Jack : Capitaine Carter. Où sommes-nous ?

Sam : Je n’en sais rien mon colonel. Un instant j’ai cru qu’on était dans la salle de départ…

Jack : Dites, à première vue ce sont les tuyères d’une fusée Titan sur le pas de tir.

Haut-parleur : Compte à rebours, allumage des propulseurs dans vingt secondes.

Teal’c : Comment ca allumage ?

Jack : Ca veut dire c’que ca veut dire. Faut les arrêter ! Annulez le lancement ! Annulez le lancement !

Haut-parleur : Quinze secondes.

Jack : Arrêtez-moi ca !

Haut-parleur : Parez pour la mise à feux.

Jack : Annulez le lancement !

Haut-parleur : Dix… Neuf… Huit… Sept… Six… Cinq… Quatre… Trois…

Teal’c tire avec son Zat sur le missile.

Haut-parleur : Deux… Un… Mise à feux.

Jack : Comment saviez-vous que ca marcherait ?

Teal’c : Je n’en savais rien.

Une porte s’ouvre et des militaires entre dans la salle.

Soldat : Mains sur la tête et à genoux, vite !

---

Générique.

---

Soldat : Qui êtes-vous et comment êtes-vous entrez dans nos installations ?

Jack : Quelle installation ?

Soldat : Silence et répondez à ma question.

Sam : Ne dites rien mon colonel, c’est la salle de la porte des étoiles.

Soldat : La ferme !

Sam : Nous sommes toujours dans la montagne Cheyenne.

Soldat : Le prochain qui l’ouvre pour rien, je le descends. Est-ce que c’est clair ?

Haut-parleur : Emmenez-les en détention.

Soldat : A vos ordres.

Jack : Non. Je veux voir votre commandant.

---

Dans une salle où l’équipement d’SG1 a été disposé.

Sergent : Le major veut que tout soit rangé pour être transporté mon lieutenant.

Lieutenant : Qu’est-ce que c’est ?

Sergent : Mes ordres sont d’oublier tout ce que je pourrais avoir vu, alors j’ai peur de ne pas savoir du tout de quoi vous parlez.

Lieutenant : Merci sergent.

Le sergent quitte la pièce. Le lieutenant trouve le papier que le général Hammond avait donné à Carter et le lit.

Lieutenant : « George. Aidez-les. Dix aout, 9h15. Onze aout, 18h03. »

---

Salle de détention.

Sam : Je suis pratiquement sure que nous avons remonté le temps. A peu près une trentaine d’années je dirais. Pendant une ou deux secondes, nous avons dû nous trouver entre deux photogrammes. Ce qui explique pourquoi la porte nous a semblé être la pendant une fraction de seconde et a disparu.

Jack : Y’a eu comme un petit accro dans vos calculs capitaine ?

Sam : Navrée mon colonel. Je ne sais pas quoi vous dire.

Jack : Et bien, moi je vous dis de nous ramener. Et on fera comme s’il ne s’était rien passé.

Daniel : Bah oui. Ramenez-nous avant le départ. Il ne se sera rien passé. Mais si, réfléchissez. Nous sommes les premiers dans l’histoire de l’humanité à avoir remonté le temps. Enfin, pour ce qu’on en sait. Si nous pouvions arriver à reproduire l’expérience, imaginez c’qu’on pourrait faire. On pourrait, si on veut, aller visiter Babylone. On pourrait aussi… Voir la grande muraille de Chine, au moment de sa construction.

Teal’c : Ou éviter que des évènements regrettables ne se produisent jamais.

Sam : Non ! Nous ne pouvons pas faire ce genre de choses. Surtout pas.

Jack : Pourquoi donc ?

Sam : Mais à cause du paradoxe du grand-père. Si vous remontez cinquante ans en arrière et que vous tuez votre grand-père, votre propre père ne viendra jamais au monde.

Daniel : Vous voulez dire que si nous changeons notre propre passé…

Sam : Nous changeons aussi le monde d’une façon que nous sommes loin de pouvoir imaginer. Oui, nous pouvons même cesser d’exister avec tous ceux qui nous entourent et tous ceux que nous connaissons.

Teal’c : Mais moi je ne fais pas partie de l’histoire de votre monde.

Sam : Oui mais, quand on découvert la menace Goa’uld, on aurait pu hésiter avant d’ouvrir la porte des étoiles comme on l’a fait. Et dans ce cas, on ne se serait jamais rencontré, et vous combattriez toujours aux côtés d'Apophis.

Teal’c : C’est certain.

Daniel : Alors, on… N’a qu’à pas leur parler des Goa’uld.

Sam : Et comment on explique le Goa’uld que Teal’c porte en lui ? Ou l’avancé technologique de nos armes et nos transmetteurs.

Jack : Dites-moi si je me trompe capitaine mais… Est-ce que nous n’avons pas déjà altéré le cours de l’histoire par notre présence ici ?

Sam : Il faut que nous nous concentrions sur l’idée de faire le moins de dégâts possible. Et pour commencer, il faut détruire nos armes avancées et notre technologie.

Jack : Mais ca, c’est loin d’être évident.

Sam : Il faut aussi que sous aucun prétexte nous ne révélions qui nous sommes réellement, et encore moins, d’où nous venons.

Jack : Alors tout doit être top secret selon vous ? Je crois que  notre anonymat ne va pas être facile à préserver.

Sam : On n’a pas le droit de leur dire que nous venons du futur, mon colonel. Même si pour cela, il nous faut…

Des soldats entrent dans la salle de détention.

Soldat : [Parle en russe. Traduction : Vous êtes des espions russes ?]

Daniel : Niet. [Non.]

Jack : Daniel ?

Daniel : Il vient de me demander si on était des espions soviétiques et…

Soldat : Venez avec moi.

Jack : Oui. J’arrive. Niet ?

Et Jack suit les soldats en dehors de la salle de détention.

---

Thornbird : Je suis le major Robert Thornbird. Et vous êtes ?

Jack : Hm… Euh… Le capitaine James T. Kirk, du vaisseau Enterprise.

Thornbird : Ce n’est pas ce que dit votre plaque d’identification.

Jack : Elle est fausse.

Thornbird : Pour un soviétique, vous n’avez pas d’accent, monsieur Kirk. Avant que nous ne vous transférions, et que nous vous remettions à ceux qui gèrent les espions tels que vous et vos équipiers, je veux obtenir une réponse. Votre petite incursion à l’intérieur de nos équipements d’instruction va laisser une marque embarrassante dans mes dossiers.

Jack : Equipement d’instruction ?

Thornbird : Vous ne croyez tout de même pas que nous testons un vrai missile à vingt-huit étages de profondeur, sous une montagne.

Jack : Dites, vous pourriez me dire quelle est la date d’aujourd’hui ?

Thornbird : Quelles sont les armes dont vous vous êtes servies ?

Jack : Comment ca ?

Thornbird : Nos caméras ont vue des choses qui ressemblaient à des armes.

Jack : Oh. Oui. Mais c’est difficile à dire.

Thornbird : Selon vous ca pourrait être une sorte de secret d’état ?

Jack : Non non. Ce que je veux dire c’est que c’est difficile à prononcer.

Thornbird : Hm hm. Monsieur Kirk, mon gouvernement a quelques difficultés à accepter les espions soviétiques dans ses installations de haute sécurité. Et je suis comme lui.

Jack : Oh. Bob, j’peux vous appeler Bob ?

Thornbird : Oui, mais sachez que ca ne vous apportera rien.

Jack : Sauf si ce rien est précisément ce que je cherche à obtenir.

Thornbird : Kirk, si vous refusez de me parler, je vous donnerais la chance de le faire à la CIA.

Jack : Oh. D’accord. J’vais être franc avec vous, Bob. Je ne m’appelle pas Kirk. Mais Skywalker. Luke Skywalker.

---

SGC, salle de briefing. De nos jours.

Technicien : Toujours aucune trace de SG1 mon général. Ils ne sont pas arrivés à P2X-555.

Hammond : Bon très bien. C’est SG5 qui mènera à bien leur mission.

Technicien : Si j’puis me permettre, qu’est-ce que nous allons faire pour SG1 ?

Hammond : Ils doivent être quelque part. Et j’espère qu’ils réussiront à en revenir.

Technicien : Est-ce qu’on commence les recherches ?

Hammond : J’ai bien peur que pour cette mission ils ne doivent se débrouiller seuls.

 Technicien : Bien mon général.

---

Sur une route, dans un camion.

Jack : Ecoutez. Je ne sais pas où ils nous conduisent, mais ils vont surement vouloir nous séparer en arrivant. Alors on a peu de temps pour..

Sam : Nous enfuir et avec un peu de chance vivre le restant de notre vie sans affecter l’histoire.

Jack : Sinon… ?

Sam : Rah. Je ne crois pas qu’il y’ai de sinon pour le moment.

Daniel : Y’a pas de sinon ?

Jack : Y’a un sinon !

Daniel : Y’a un sinon ?

Sam : Vous ne pouvez pas espérer qu’il va se passer quelque chose simplement parce que vous l’avez décrété.

Jack : Capitaine. Si on le décrète, il y’aura un sinon. Compris ?

Teal’c : Si jamais je reste sur cette planète, on va surement vouloir s’emparer de moi pour récupérer mon symbiote.

Une roue du camion se perce. Le camion s’arrête.

Lieutenant : Je vais les surveiller, allez aidez le chauffeur.

Il monte dans la camion là où se trouve SG1.

Jack : On a crevé ?

Lieutenant : C’est moi qui ai combiné ca. Avant que je ne fasse quoi que ce soit de ce qui est demandé sur le mot, je veux savoir qui vous êtes et qui vous l’a donné.

Sam voit le nom du lieutenant sur son uniforme : « Hammond ».

Sam : Oh mon dieu. Je m’appelle Samantha Carter, et… C’est vous qui me l’avez donné. Oui avant qu’on ne parte le général Hammond a mit un mot dans la poche de mon blouson en me demandant de l’y laisser jusqu’à ce qu’on soit de l’autre côté.

Hammond : Il est adressé à moi. Et c’est moi qui l’ai écrit.

Jack : Qu’est-ce qu’il dit ?

Hammond : Simplement « aidez-les ». Et sachant que si je vous aide, je serais traduit devant une cours martiale, je voudrais savoir pourquoi je devrais le faire.

Sam : Parce que c’est votre idée !

Jack : Une idée qui va peut-être vous tarauder pendant trente ans, si ca se trouve.

Hammond : Quoi ?

Sam : Je comprends que ce soit difficile à concevoir mais, c’est à peu près la période de temps que nous venons de remonter.

Hammond : Je suis désolé. Je ne peux rien pour vous.

Daniel : Attendez ! Nous pouvons vous donner des preuves.

Jack : La date. Quelle est la date d’aujourd’hui ?

Hammond : On est le 4 aout… 1969.

Jack : 69 ? Qu’est-ce qu’il s’est passé en 69 ?

Daniel : Euh… L’homme a marché sur la Lune. Ca fait à peine quelques semaines n’est-ce pas ?

Hammond : Mais la Terre entière est au courant.

Jack : Mais très peu de gens savent que vous y avez assisté depuis la chambre d’hôpital de votre père, seulement deux jours après son attaque cardiaque.

Hammond : Comment vous l’avez su ?

Jack : Parce que nous vous connaissons. Enfin, nous allons vous connaitre. Pour une obscure raison, vous allez décider, dans trente ans, que nous allions avoir besoin de vous. Sinon vous ne seriez pas là devant nous avec ce mot. Alors est-ce que vous allez nous faire confiance, ou non ?

Hammond prend des clés pour enlever les menottes des membres de SG1.

Hammond : Il y’a un autre garde en plus du chauffeur.

Jack : C’est gentil, merci.

Sam : Ahou.

Hammond : Excusez-moi, je vous ai fait mal mademoiselle ?

Sam : Je suis… Capitaine. Mais non, ca va. Lieutenant. Euh, puis-je voir le mot ?

Jack : Ecoutez, on ne veut faire de mal à personne, mais on va devoir mettre les deux garde hors de combat.

Hammond (sortant d’une de ses poche un Zat) : Avec ca, ca ira ?

Jack : A vous de jouer, appelez-les.

Teal’c : Les dangereux agents étrangers que vous gardiez ont réussi inexplicablement à se libérer.

Hammond sort du camion.

Hammond : Aidez-moi !

Jack tire sur les deux autres gardes.

Jack : Où sont nos affaires ?

Hammond : Le major a voulu qu’elles voyages dans un autre camion pour des raisons de sécurité. Il devrait pas être loin.

Jack : Très bien. Allongez-vous par terre. Vite.

L’autre camion arrive et s’arrête en voyant les soldats à terre. Jack tire sur eux.

Jack : Bon alors, tout ce que vous nous avez confisqué se trouve dans ces deux malles ?

Hammond : Sauf vos pistolets à rayon, oui.

Jack : Bien. Regardez bien.

Jack tire avec le Zat trois fois sur les malles qui disparaissent.

Jack : Dites, votre major, dont je n’me souviens plus du nom, a filmé ces trucs en fonctionnement ?

Hammond : Oui. Et les cassettes se trouvaient dans les malles avec toutes vos affaires.

Jack : Très bien. Vous avez de l’argent ?

Hammond : Euh… Oui. Je dois en avoir un peu.

Jack : Merci, ca ira. J’vous rembourserais. Avec les intérêts.

Sam : Mon général, il faut que vous gardiez secret tout ce que vous avez vu et tout ce qu’on vous a dit, et ce jusqu’au jour de votre mort.

Hammond : Général Hammond… Ca sonne bien je trouve. Qu’est-ce que vous allez faire maintenant ?

Jack : Il vaut mieux que vous ne soyez pas au courant. Mais je veux que vous sachiez que, ce que je vais faire là, c’est pour vous éviter la cours martiale.

Et il tire sur Hammond.

Jack : Faut qu’on quitte cette route. Et cette région.

---

Dans une forêt.

Daniel : Alors, quel est votre plan ?

Jack : Trouver la porte des étoiles.

Daniel : Trouver la porte des étoiles, c’est ca votre plan ?

Jack : Déconcertant de simplicité, n’est-ce pas ?

Daniel : Et si jamais on ne la trouvait pas ?

Jack : Il y’en a une en Antarctique.

Daniel : Alors on ira en Antarctique. Oui, c’est… C’est un plan fabuleux.

Teal’c : Imaginons qu’on retrouve la porte, comment repart-on dans l’avenir ?

Jack : Et bien… Tout doit être expliqué dans le mot. N’est-ce pas ?

Sam : Non, mon colonel.

Jack : Non ?

Sam : Et bien… Il ne dit pas comment on peut repartir. Enfin… C’est loin d’être explicite.

Jack : « Aidez-les. Dix aout, 9h15. Et ensuite onze aout, 18h03. » C’est… C’est peu. Pas terrible, en effet.

Sam : Bien, j’imagine c’est intentionnellement sibyllin de façon à ne pas risquer de changer le cours de son histoire.

Jack : Le 10 aout ? Oui c’est sibyllin.

Daniel : Attendez. Ca veut dire que le 10 aout à 9h15, il va se produire quelque chose, c’est évident.

Sam : Oui, et ca se reproduire le jour suivant à 18h03. Il suffit d’arriver à savoir ce que ca peut être.

Jack : Mouais.

---

Sur la route.

Jack : Les corvettes c’étaient des bombes quand elles avaient encore cette ligne. Elles étaient vraiment géniales.

Daniel : En ce qui me concerne j’avais un peu plus de quatre ans en 69.

Jack : Carter, vous faites du stop !

Daniel : Le mieux ca serait d’aller à New-York.

Jack : Pourquoi ?

Daniel : Parce que c’est là que Catherine vivait. Enfin, doit vivre. C’est surement la seule personne, en dehors des militaires, qui peut avoir une idée de l’endroit où peut se trouver la porte et… Je doute fort qu’elle veuille bien nous le dire au téléphone.

Sam : Mais vous n’avez pas le droit. Oui, si on ne veut pas toucher à votre passé ce ne sera que dans pas mal d’années que Catherine et vous devrez vous rencontrer.

Daniel : Mais on pourrait y aller déguisé… Et faire comme si… On était des étrangers.

Jack : Comment vous allez faire ?

Daniel : Et bien euh… Je parle vingt-trois langues différentes, ca sera facile. Catherine dit qu’elle a commencé la recherche à la fin des années 60. Et justement, ca sera peut-être nous qui lui auront donné l’envie de s’y mettre.

Après qu’une énième voiture soit passée devant Sam sans s’arrêter.

Teal’c : Cette méthode me parait pas très efficace !

Jack : Teal’c ! Teal’c !

Teal’c fait arrêter un van coloré sur la route.

Jack : Mais qu’est-ce que vous faites ?

Teal’c : Je fais dans l’efficace colonel.

La portière du van s’ouvre.

Homme : Hey ! On se serait arrêté, t’inquiètes pas.

Jack : Salut. On a un petit peu d’argent et on payera l’essence. Vous allez où ?

Homme : On monte à New-York, se faire un concert. Et vous, vous allez où ?

Jack : A New-York. Vers l’est.

Homme : Et ben, grimpez !

Jack, Sam et Daniel montent. Teal’c attend.

Homme : Allé, viens t’installer près de moi, mon frère ! C’est cool ! Moi c’est Mickael !

Teal’c : Je n’ai pas le droit de vous révéler mon identité.

Michael : Oh c’est toi qui vois mon grand.

---

Dans le van. A l’arrière.

Daniel : Bonjour.

Femme : Salut. C’est quoi votre travail ?

Daniel : Et bien, on… On ne fait rien du tout.

Jack : On a quelques problèmes avec… Avec l’ordre établit.

Femme : Oh oui, on y est souvent confronté.

Sam : Alors, c’est vrai que si vous pouviez nous conduire à New-York, nous…

Femme : J’aime beaucoup vos cheveux.

Sam : Gentil.

Jack : Il faudrait aussi qu’on trouve des vêtements plus passe partout. Ou alors si vous voyez une friperie, j’avoues que ce serait… Une bonne chose.

A l’avant.

Michael : On trouvera. Et dis-moi, euh… Le truc que t’as, sur le front, ca symbolise quoi, la paix ?

Teal’c : L’esclavage. L’allégeance aux faux dieux.

Michael : Rooh dis donc. Ouais et alors, la matière c’est du…

Teal’c : On va éviter de parler de ca.

Michael : Ah d’accord. C’est cool. Et tu serais pas déserteur ? Et la, rassure-toi, après le concert, Jenny et moi on va tailler la route, on essai de monter au Canada.

Teal’c : Pour quelle raison ?

Michael : Bah tu sais bien. La guerre.

Teal’c : La guerre contre le Canada ?

Michael : Non.

---

Dans la forêt, en pleine nuit, autour d’un feu de camp.

Jack : Tenez.

Sam : Une éruption solaire.

Jack : Pardon ?

Sam : Oui ! C’est la seule explication. Il fallait qu’on nous renvois dans le passé à cause d’une éruption solaire.

Teal’c : Il n’y’aurait pas eu une erreur dans vos calculs.

Sam : Non, ca m’étonnerait. Mais au retour de la mission Abydos, au moment où on n’arrivait pas à faire refonctionner la porte, on m’a demandé de chercher d’autres explications à cette porte des étoiles, y compris les voyages temporels

Jack : Ca a donné quoi.

Sam : Oh, peu de chose. J’vous explique. Si jamais une énorme éruption solaire vient à se produire d’un seul coup, au moment précis où nous voyageons depuis la Terre jusqu’à une autre porte, notre tunnel lui-même peut-être attiré à proximité du Soleil par le champs magnétique de l’éruption. Ce qui accroit notre gravitation et peut nous réexpédier sur Terre.

Daniel : Pourquoi on n’a pas essayé auparavant ?

Sam : Parce qu’une grosse éruption solaire est impossible à prévoir. Et comme la lumière met plusieurs minutes à se déplacer de la Terre au Soleil, au moment où l’importance de la magnitude de l’éruption est confirmée, il est déjà trop tard.

Daniel : Oui mais, si elles sont impossible à prévoir, comment va-t-on pouvoir retourner dans notre époque ?

Sam : Le 10 aout à 9h15, vous savez bien. C’est sur le mot.

Jack : Ca serait l’heure et la date d’une éruption ?

Sam : Oui ! Le général Hammond s’est surement servi de mes recherches pour pouvoir nous guider.

Daniel : Ou peut-être que c’est pour ca qu’il vous a demandé de faire des recherches là-dessus.

Sam : Oui ! Il s’est débrouillé pour retrouver deux éruptions en aout 69 qui allaient nous renvoyez à la maison.

Jack : Général Hammond, vous n’êtes qu’un vieux…

Jenny et Michael apparaissent.

Jack : Alors ? De la soupe ?

Michael : Qui vous êtes, les gars ?

Jack : Allez venez, mangez un morceau.

Michael : Vous dites que voyagez dans l’espace. Qu’est-ce que ca signifie ?

Sam : Oh, mais ce que je disais n’était que le fruit de mon imagination.

Michael : Arrête, j’te crois pas.

Jenny : Vous avez dit que vous avez des problèmes avec l’ordre établit.

Jack : Oui, c’est le cas. On en a.

Daniel : Grave.

Jack : Mais pas seulement l’ordre établit de cette planète. Non, la vérité, c’est que nous sommes venus sur Terre pour échapper à des êtres, il y’a bien longtemps.

Daniel : Nous venons d’une galaxie située très très loin.

Jack : Mais maintenant, nous devons rentrer à la maison. Et nous avons besoin de vous.

Jenny : On fait quoi ?

Daniel : Il faut qu’on soit dans un lieu appelé New-York avant demain matin.

Michael : Ola, tout ca, ca me dépasse.

Jack prend le Zat.

Jack : Ne craignez rien.

Jack tire dans le feu. Les flammes montent.

Michael : Waouw. Oh mais c’était irréel !

Teal’c : Non, c’était bien réel, au contraire. Comme notre besoin d’assistance.

Jenny : Il faut qu’on les aide à repartir.

Michael : Ouais, d’accord. On va vous aider.

---

Voix (lecture des gros titres du journal) : Nixon passe des vacances dans la maison blanche d’été. Sharon Tate, quatre autres meurtre.

---

Observatoire.

Jack et Teal’c descendent du van et se dirigent vers l’entrée de l’observatoire.

Sam : Mon colonel ! N’oubliez pas de vous servir du filtre solaire hydrogène alpha.

Jack : Sinon je risque d’avoir les yeux brûlés. Oui je sais.

Sam : Bonne chance.

---

Dans l’observatoire.

Jack : C’est ca. Ah oui, on a une seule chance de prouver la théorie du capitaine. Il faut surtout pas la gâcher.

Teal’c : L’astronomie n’est pas un de  vos hobbies ?

Jack : Si, mais pas à une telle échelle. Essayons déjà d’ouvrir le dôme.

---

Chez Catherine Langford.

Catherine : Papa ne m’avait jamais dit qu’Heinrich Gruber avait un fils.

Daniel (avec un accent allemand) : Oui euh… Je n’étais encore qu’un tout petit garçon à l’époque où ils travaillaient ensemble mais, mon père, très souvent, parlait du votre comme d’un des seules personnes de ce monde en qui il pouvait avoir confiance.

Catherine : Avant que nous n’allions plus loin, j’aimerais savoir ce qui peut-être si important pour que nous n’ayons pas pu en parler au téléphone.

Daniel : Mon père pensait que on pouvait parvenir à découvrir un second engin artificiel tout à côté de celui que votre père avait découvert en 1928.

Catherine : Que savez-vous de cette affaire ?

Daniel : Il y avait faire référence dans ses notes comme étant une porte vers le paradis. Nous avons trouvé un fragment de l’habillage possédant les mêmes marques, que celui qui avait été découvert précédemment en 1928. Mais sur le sien, il n’y’avait rien dessous.

Catherine : Vous avez découvert un petit fragment, mais il n’y’avait rien dessous ?

Daniel : Non. L’engin artificiel avait surement déjà été emporté.

Catherine : Nous avons toujours su qu’il devait exister un second appareil avec lequel on pouvait contrôler l’anneau.

Daniel : Je me rends compte que pour ce sujet, il nous faut observer la plus grande discrétion, mais…

Catherine : Est-ce que votre père vous a jamais expliqué la nature des travaux qu’il faisait, en 1945 ?

Daniel : Non, si ce n’est que l’armée américaine avait eu en fait la fausse impression, avant tout provoquée par la découverte de l’engin de votre père, que toute cette affaire n’était que le résultat d’un sombre projet que les militaires voulaient étouffer. Et même à l’époque, on m’a fait jurer de garder le secret.

Catherine : Il y’avait eu un accident.

Daniel : Ernest Littlefeld.

Catherine : Oui. A la fin de la guerre, on a demandé à mon père et à moi de ne plus jamais parler de rien. Ce qui fait que la porte a été enfermée.

Daniel : Et vous, ca vous ennuierais de me dire où elle est ?

Catherine : Dans un arsenal militaire, à Washington DC. Couverte de poussière. Mais vous ne pourrez pas la voir. Les militaires en ignorent jusqu’à son existence.

Daniel : Est-ce que vous sauriez… Où se trouve cet arsenal ?

---

A l’observatoire.

Jack : Ca y’es. Dans quelques secondes, nous saurons si nous pourrons repartir.

Teal’c : Et si jamais on ne peut pas ?

Jack : Dans ce cas on restera. Allé, ca ne devrait pas tarder.

Jack voit une éruption solaire.

Jack : Teal’c, mon frère, à 18h03 précise demain, nous rentrerons au bercail.

---

Dans le van.

Sam : Alors ?

Teal’c : Votre théorie est confirmée.

Jack : Où doit-on être pendant l’éruption de demain ?

Daniel : A Washington DC.

---

Dans le van. Près de Washington DC.

Sam : On est presque arrivé. Seulement ca va être juste si on ne trouve pas rapidement une source d’énergie.

Jack : On trouvera.

Il se tourne vers Jenny et Michael.

Jack : Ecoutez, je tiens à vous dire que tous les deux… Vous avez vraiment été… Incroyablement…

Daniel : Dans le vent ?

Jack : Dans le vent ! Oui je, je crois que c’est le mot qui convient.

Daniel : Le peuple de notre monde vous sera extrêmement reconnaissant.

Jack : Sauf ceux de l’ordre établit bien sur.

Daniel : Non, pas eux, c’est évident.

Jack : Je crois que, ce que nous essayons de vous dire, c’est que nous allons devoir finir le reste du parcours tous seuls.

Jenny : Pourquoi ?

Jack : Parce que c’est dangereux.

Michael : Vous voulez bien nous emmener avec vous ?

Jack : Non, c’est impossible.

Michael : Vous nous devez bien ca.

Jack : Oui c’est vrai, nous vous devons beaucoup. Mais vous devez rester ici. Et me faire confiance. L’époque que vous vivez est vraiment formidable.

Jenny : Michael doit faire son service.

Michael : On avait envie d’aller au concert avant. Ouais, comme une sorte de « bar-route » d’honneur. Et… Si on partait avec vous… J’ai pas envie de tuer qui que ce soit.

Jack : Michael !

Sam : Mon colonel, vous n’avez rien à dire. Vous n’avez pas le droit de l’influencer. A partir d’ici, on va pouvoir finir à pied.

Jack : Il faut qu’on y aille. Je suis navré.

Ils descendent du van.

Jenny : Votre secret sera bien gardé avec nous.

Sam : Je n’en doute pas. Merci. Et prenez soin de vous.

---

Dans l’arsenal militaire.

SG1 libère la porte des étoiles.

Jack : Alors, où on va ?

Sam : On repart d’où on vient. Via P2X-555.

Daniel : Eh ! Une minute. Comment êtes-vous sure qu’on va aller de l’avant au lieu de reculer ?

Sam : Le général Hammond a du choisir des explosions de l’autre côté du Soleil. Ce qui fait que notre rotation différentielle autour du Soleil devrait nous renvoyer vers l’avant. Il faut qu’on fasse confiance au général. N’oubliez pas que nous sommes à quinze minutes de notre seule chance si nous voulons y arriver. Et il faut encore trouver une source d’énergie puissante.

Jack : De quelle puissance avons-nous besoin ?

---

SG1 fait fonctionner la porte grâce aux moteurs de voitures présentes. Un garde arrive au moment où le tunnel s’ouvre.

Garde : Les mains en l’air !

Un autre garde arrive.

Jack : J’crois qu’il est temps d’y aller.

Sam : Faut que l’horaire soit vraiment exact et il nous faut encore quelques secondes !

Jack : Il faudra bien se contenter de ce qu’on a. Allez, foncez !

---

Salle d’embarquement du SGC.

Jack : Attention ! Y’a quelqu’un ? Y’a quelqu’un ?

Carter : Mais, où est-ce qu’ils sont passés ?

Une porte s’ouvre et une vieille femme entre.

Vieille femme : Bonjour Jack. Teal’c ? Daniel ! Oh j’ai du mal à te reconnaitre avec tes cheveux.

Jack : Euh… Nous… Nous nous connaissons ?

Vieille femme : Sam va me reconnaitre. Approche un peu.

Sam : Oh non ! C’est pas vrai ? Cassandra !

Cassandra : Et oui, Sam.

Jack : Non, excusez-moi. Qui est-ce ?

Sam : Cassandra !

Jack : Cassandra a à peine 13 ans, voyons.

Cassandra : Je les ai eu il y’a longtemps. Je vous ai attendu toute ma vie mes enfants. Vous avez franchi la porte des étoiles quelques petites secondes trop tôt. L’éruption vous a donc envoyés très loin dans l’avenir. Et je suis venue vous réexpédier dans votre époque.

Daniel : Comment saviez-vous qu’on allé venir ?

Cassandra : Quand j’ai été en âge de comprendre les choses, Sam m’a expliqué ce qui s’était passé. Ajoutant que ce serait moi qui vous renverrait chez vous.

Sam : Tu es venue accomplir la prophétie.

Cassandra : J’aimerais beaucoup passer plus de temps avec vous, mais il faut être très précis sur le temps. Alors sauvez-vous.

Sam : Non. Mais il y’a tellement de choses…

Cassandra : Vous, mieux que personne, savez que je ne puis rien dire.

Cassandra ouvre la porte avec un appareil inconnu.

Cassandra : Je peux juste ajouter… Que votre voyage ne fait que commencer.

---

SGC.

Technicien : Voyageurs en approche mon général. C’est SG1.

Hammond : ah ! Ouvrez-leur l’iris.

---

Salle d’embarquement.

Jack : Oui ! On est de retour ! Grâce à un jeune et brillant officier, le lieutenant Hammond.

Sam : Comment le saviez-vous ?

Hammond : A l’époque où j’étais jeune lieutenant, on m’a demandé d’escorter quatre personnes hors de cette base. Dans la poche du blouson de l’une d’elles, j’ai trouvé un mot qui portait mon nom. Il en va sans dire que j’ai suivi les instructions notées.

Sam : Mais, vous ne pouviez pas savoir quand vous me l’avez remit.

Hammond : Non. Jusqu’à ce que je vois la coupure de votre main. Je me suis rappelé vous avoir enlevé vos menottes.

Sam : Et vous avez attendu que les choses se produisent.

Hammond : Jusqu’à notre rencontre. J’ai d’ailleurs failli ne pas vous relâcher.

Sam : Mais dans ce cas vous changiez aussi le cours de votre histoire.

Hammond : Nous allons avoir un long débriefing mes amis. On commencera dans une heure.

Jack : A vos ordres.

Hammond : Ah, pendant que j’y pense colonel. Avec les intérêts, vous me devez le somme de 539 dollars et 50 cents.

Jack : Tout ce que vous voudrez.

 

Ecrit par makkura 
Activité récente
Actualités
[Jeu] Podium de la semaine

[Jeu] Podium de la semaine
Depuis hier et jusqu'au 25 Août, venez voter pour votre "Carter" favoris !!!!! Notre talentueuse...

Roland Emmerich revient sur le reboot de Stargate

Roland Emmerich revient sur le reboot de Stargate
A l'occasion d'une interview qui s'est tenue en début de semaine, Roland Emmerich a pu revenir sur...

[TV] Piège à domicile

[TV] Piège à domicile
[TV] Piège À Domicile avec Richard Dean Anderson & Marg Helgenberger; aujourdhui à 15:20 sur...

Ce soir sur NRJ12

Ce soir sur NRJ12
Ce soir sur nrj12 retrouvez Michael Shanks & Lexa Doig dans " Swat Force Commando " à 20:55 Synopsis...

Anniversaire

Anniversaire
Aujourd'hui 23 Janvier 2016 c'est l'anniversaire de Richard dean Anderson, qui fête ses 66 ans....

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Saison 10 : Quels est votre épisode préféré parmi ceux proposés ? (1er partie)

Afficher plus d'informations

Total : 12 votes
Tous les sondages

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoBlabla

Sonmi451 (23:13)

Bonne nuit tite.

Sonmi451 (23:13)

Réglé par l'horloge biologique ou pour le mien par l'angoisse du 8ème mois. ^^

stanary (23:15)

Eh bien bon courage alors ! Il se leve combien de fois par nuit ?

Titepau04 (23:15)

Merciiii !!! Bisous à vous, bonne nuit!

Sonmi451 (23:16)

Il se lève pas vraiment, c'est juste un besoin de câlin, de savoir que maman est tjs là. Là avec les microbes par contre, je m'attends à une nuit courte, voir blanche. Du moment qu'il réveille pas son frère, ça m'ira.

Sonmi451 (23:17)

Bisous bisous tite.

stanary (23:18)

Bisou tite !
Ohhhh c'est mignon ! Un besoin de câlin de maman

Sonmi451 (23:20)

oui et c'est agréable même pour maman, il pleure à peine, je le prends, il met sa tête contre mon cou et se rendort.

Titepau04 (23:20)

stanary (23:21)

Eh bah alors ? T'étais pas censée dormir ?

stanary (23:22)

Et somni, je devrais attendre longtemps avant de vivre ça pfff

Titepau04 (23:22)

Bah oui mais j'ai une copine nouvellement maman qui m'appelle au secours!

Sonmi451 (23:22)

ha elle a un soucis?

Titepau04 (23:22)

Tu verras c'est génial!!!

Sonmi451 (23:23)

L'attente vaut le coup.

Titepau04 (23:23)

Elle a accouché jeudi et elle a du mal à desceller ce que bebe demande... et comme elle n'est pas sûre d'elle et que les soignantes sont nulles... au secours Pau!

stanary (23:24)

Ah bah ça, ça doit être typique. Mais où est le père ?

Titepau04 (23:25)

Chez lui, dans son lit certainement!!

Sonmi451 (23:25)

le père est chez lui ^^

Titepau04 (23:25)

Elle est encore à la mater

Sonmi451 (23:25)

les hommes ne sont pas invités à rester à la mater la nuit à part dans certains endroits et à un certain prix. ^^

Sonmi451 (23:26)

faut qu'elle se rassure, on a tous dû mal à comprendre au début. ^^

Titepau04 (23:26)

C'est ça... jusqu'à 22h la

Sonmi451 (23:26)

les soignantes, ça dépend vraiment de la personne.

Sonmi451 (23:26)

elle allaite?

Titepau04 (23:27)

Oui

Titepau04 (23:27)

C'est ce que je lui dit! Même encore maintenant, on ne les comprend pas toujours!

Sonmi451 (23:29)

C'est peut être la faim si elle a pas encore eu sa montée de lait. Il faut un temps entre le bébé soit en phase avec la quantité de lait.

Sonmi451 (23:29)

Moi ce sont des hommes, je les comprendrais jamais lol

Titepau04 (23:29)

Il s'endort au sein mais se réveille des qu'elle le pose

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play