VOTE | 227 fans |

#207 : Message dans une bouteille

Ecrit par : Michael Greenburg et Jarrad Paul

Réalisé par : David Warry-Smith

Le colonel O'Neill et son équipe reviennent par la porte des étoiles et ramène au SGC une sphère à priori inoffensive. Quand la sphère libère une virus alien qui attaque O'Neill, SG-1 doit affronter un ennemi que personne ne sait comment arrêter.

Message inthe bottle sam & jack
Message inthe bottle sam & jack

  

Plus de détails

205 - Un Message Dans Une Bouteille.


 

Titre en vo : Message in a Bottle. 

1ère diffusion États-Unis : 07/08/1998.

1ère diffusion en France : 21/03/1999.

Ecrit par : Jarrad Paul & Michael Greenburg.

Réalisé par : David Warry-Smith.

Synopsis : Sg1 revient d'une planète et rapporte avec elle un curieux globe. Ce dernier se met brusquement a chauffé et cloue (littéralement) Jack à un mur de la base.

Apparitions :

Tobias Mehler (Lieutenant Graham Simmons)

Dan Shea (Sergent Siler)

Teryl Rothery (Dr. Janet Fraiser)

Tobias Mehler (Lieutenant Graham Simmons)

Gary Jones (Sergent Walter Davis)

Kevin Conway (Chef Du SG)

Message dans une bouteille

 

Sur une planète

 

Jack : Coucou, il y a quelqu'un ?

Daniel : Jack, on est sur un astre semblable à notre lune. Si jamais des gens ont vécu ici, ils ont disparue depuis au moins plusieurs milliers d'années.

Teal'c : Je suis presque sur qu'il s'agit de la planète Tal lak. La vie y a disparue depuis des milliers d'années.

Sam : Peut être, mais notre sonde y a décelé une source d'énergie emmenant de cet endroit.

Jack : A mon avis, ça vient de là.

Sam : Il s'agit effectivement de la même fréquence repéré par notre sonde. Mon colonel, je vous confirme que cet objet et bien la source d'émission de l'énergie.

Jack : Nous sommes en danger ?

Sam : Non mon colonel, pas pour le moment en tout cas. Mais c'est tout à fait incroyable. Si Daniel à vu juste, cet objet a été fabriqué à l'époque où l'homme de Néandertal était l'espèce la plus évolué sur Terre.

Jack : Ah, ça nous rajeuni pas.

Daniel : On dirait une forme d'écriture. Mais c'est si petit.

Jack : A quoi ça peut servir.

Sam : Ca à l'air de maintenir un température intérieur de 33° Fahrenheit. Il génère aussi un champ électromagnétique et il émet de faible rayon de radiation de type alpha, gamma et bêta..

Jack : Ah bien sur, c'est évident. Pourquoi est ce qu'il fait ça ? J'aimerais savoir si ça représente une menace capitaine.

Sam : Je ne sais pas à quoi on à faire. Mais il est évident qu'il s'agit d'une technologie nettement au dessus de tout ce que nous connaissons, Goa'uld y compris.

Daniel : C'est une capsule temporelle. Enfin, c'est, c'est une simple supposition. Mais imaginez que votre civilisation va être détruite pas un cataclysme. La fin est proche, vous le savez, vous cherchez alors à laisser un témoignage expliquant à quiconque venant après vous, qui vous étiez.

Teal'c : Ou comment vous êtes mort.

Daniel : Oui, c'est commun à toutes les cultures de penser à laisser une trace.

Teal'c : Quand un territoire Goa'uld est conquit par un autre peuple, il arrive parfois que soit mis en place un moyen de détruire le conquérant.

Sam : Donc vous croyez qu'il s'agit d'un engin piégé.

Teal'c : C'est possible.

Daniel : Sincèrement, je ne crois pas que cet objet soit d'origine Goa'uld. Les gens de cette civilisation on l'air de s'être donné beaucoup de mal pour laisser ça derrière eux. Comme une sorte de message dans une bouteille.

Jack : Vous pensez aussi Teal'c ?

Teal'c : Il aurait pu en prendre le risque.

Sam : Il est clair qu'une source d'énergie pouvant tenir des milliers d'années est intéressante à étudier.

Jack : D'accord, on l'embarque. Allez on rentre.

Sam : A vos ordre.

 

Générique

 

Sur Terre

 

Jack : Nous avons un petit paquet mon général. Je demande une sécurité de niveau 3.

Sergent : Passage désactivé. Équipe de soutien, à vos poste.

Jack : Faites attention, c'est assez lourd.

Sam : Commencez par une analyse spectrale.

Daniel : Et faite aussi un scanner des motifs qui se trouvent à la surface de l'objet.

Hammond : Tout s'est bien passé colonel ?

Jack : Oh, un petit pas pour l'homme un grand bon pour l'humanité, le routine quoi.

Hammond : Bon, debriefing dans une heure. Bienvenu à la maison SG-1.

Jack : Merci. Bonjour messieurs.

 

Sam : On peut rajouter deux éléments au tableau de classification périodique. Lieutenant, je souhaite enregistrer ceci.

Graham : Tout de suite mon capitaine.

Sam : Essayez de vous détendre Graham. La journée risque d'être longue.

Daniel : Je ne crois pas que ça soit à cause de l'objet. Il est toujours très nerveux quand il se trouve prés de vous. Mon capitaine, vous avez une touche.

Graham : Euh, l'enregistrement est lancé.

Sam : Merci lieutenant.

Daniel : Oups. Ah, regardez l'objet. Vous avez remarqué l'écriture. Elle est si petite qu'elle est illisible à l'œil nu.

 

Hammond : Et qu'est ce que ça raconte ?

Daniel : Nous croyons que ce sont des instructions.

Jack : Et … ça sert à quoi ?

Daniel : A l'ouvrir. Nous pensons qu'il s'agit d'un mode d'emploi pour l'ouvrir. Évidement il ne s'agit pas uniquement d'instruction puisqu'il y a l'équivalent de milliers de page de texte rien que sur la surface de la sphère.

Hammond : Et l'objet qui se trouve à l'intérieur ?

Sam : Nous en savons très peu. Le docteur Fraisier est entrain de le soumettre à une émission positronique.

Hammond : Vous savez que j'ai un profond respect pour vos compétences à tous, mais le NID veut étudier cette chose.

Jack : Je suis absolument contre l'idée de transporter l'objet hors de cette enceinte pour l'instant.

Teal'c : Tant que la théorie de Daniel sur la fonction de cet l'objet n'aura pas été confirmé. Il vaut mieux le conserver à proximité de la porte. Au moins pour le moment.

Hammond : Vous devez retourner visiter P4G-881.

Daniel : Il s'agit d'un monde primaire sans la moindre civilisation. En tant qu'archéologue, il n'y a pas le moindre intérêt à mes yeux.

Hammond : Je suis disposé à retarder cette mission de 24 heures afin de vous laisser le temps de vérifier votre théorie.

Daniel : Ca ne nous suffira pas.

Sam : Mais nous essayerons. Merci mon général.

 

Sam : Bien, essayons une nouvelle série de rayon X. Sur un axe Y cette fois s'il vous plait.

Daniel : Sam.

Sam : Oui.

Daniel : Regardez, jusqu'à présent je suis partie de l'idée que ceci est une sorte de première page. Elle est relativement isolée des autres groupes. Maintenant je crois plutôt que c'est un nombre.

Sam : C'est peut être la base de leur système mathématique.

Daniel : Oui, c'est ce que je me suis dit. Donc si ces petits symboles représentent comme je le crois des exposants.

Sam : Alors cette séquence grandi de façon exponentielle pour devenir un nombre très élevé. Vraiment très élevé.

Daniel : Oui. Ce qui est une information qui ne sert à rien.

Jack : Bonjour mes amis. Bien dormi, moi oui.

Daniel : Ah, c'est déjà le matin.

Jack : Ah bonne déduction. Et nous partons dans oh 6 heures et 15 minutes.

Daniel : S'il vous plait Jack, allez parler au général Hammond.

Jack : Non. Je vous veux sur le pont à 13h frais et dispos, et c'est un ordre.

Sam : Oui mon colonel.

Daniel : Jack, s'il vous plait.

Jack : Daniel, SG-1 est une unité de terrain. Vous le savez, nous avons des obligations. Une fois la mission terminé, vous pourrez jouer aux jeux vidéos.

Graham : L'ordinateur signale une crête d'énergie électromagnétique sur plusieurs bande de fréquence.

Sam : Quoi ?

Graham : La température intérieur augmente, 40° Fahrenheit.

Jack : Capitaine ?

Sam : Je ne comprend pas, nous n'y avons absolument pas touché.

Daniel : On l'a peut être réveillé.

Graham : 60°.

Sam : Niveau de radiation ?

Graham : Euh, l'émission de particule alpha à l'intérieur du champs magnétique de l'objet ne cesse de grimper en flèche. Elle dépasse les 600 %.

Sam : Mon colonel, il faut immédiatement renvoyez l'objet sur P5C-353. C'est urgent.

Jack : Dites leur de préparer la porte. Exécution.

Graham : 100°.

Jack : Vous avez une idée de ce qui est entrain de se passer.

Sam : Non mon colonel.

Jack : Whao. Il s'agit peut être d'un engin piégé effectivement.

 

Daniel : Rentrez les coordonnées de P5C-343 tout de suite.

Hammond : Sous l'ordre de qui ?

Daniel : Du colonel O'Neill.

Hammond : Allez-y.

Sergent : A vos ordre.

Hammond : Docteur Jackson ?

Daniel : C'est l'objet mon général. Il se passe quelque chose.

 

Graham : La température ne cesse d'augmenter, on vient de dépasser les 110°.

Sam : Nous devons remettre nos combinaisons.

Jack : Nous n'avons plus le temps maintenant, il faut se dépêcher de renvoyer cette saloperie chez elle. Teal'c, venez m'aider.

Teal'c : Il refuse que nous le déplacions.

Jack : Alors ça c'est bien dommage.

 

Sergent : Chevron six enclenché.

Jack : Dégagez le chemin.

Sergent : Chevron sept enclenché.

Sam : Sortez de là.

Jack : Ah.

Hammond : Alerté la sécurité, mettez la base en alerte.

Sam : Une équipe médical, vite.

Sergent : Sécurité en salle d'embarquement. Équipe médical en salle d'embarquement.

Jack : Teal'c, détruisez le.

Sergent : Mon général, qu'est ce qu'on fait avec la porte ?

Hammond : Refermez là.

 

Sam : Mon colonel. Ca a transpercé son épaule.

Daniel : Oh mon Dieu.

Hammond : Apportez quelque chose, qu'il puisse se reposer dessus.

Soldat : A vos ordre.

Janet : Pardon, dite moi ce qui se passe ?

Sam : Je n'en sais rein, mais faite attention c'est très chaud.

Graham : La température se maintien à 133°.

Janet : Cette blessure est trop nette. Il devrait y avoir plus de sang. Je ne comprend pas du tout la nature du traumatisme.

Jack : Où est Teal'c ?

Janet : Cette chose a traversé l'omoplate. Colonel, pouvez vous …

Jack : Teal'c. Tirez dessus.

Sam : Mon colonel.

Jack : Tirez dessus.

Teal'c : Je vous conseil de vous mettre à l'abri.

Hammond : Que tout le monde quitte la salle. Teal'c, vous pouvez y aller.

 

Sam : S'il vous plait, mon général, je crois que c'est une erreur.

Hammond : Pourquoi ?

Sam : Parce que nous ne savons pas si l'énergie de l'arme de Teal'c ne sera pas transmise de l'objet vers le colonel.

Hammond : Votre objection a été noté.

 

Jack : Allez-y. Encore.

 

Homme : Aucun changement.

Sam : Vous voyez bien qu'il absorbe toute l'énergie.

 

Teal'c : Cette arme est inefficace. J'en essaye une autre.

Sam : Non.

 

Sam : Mon général, il faut bien que cette énergie soit allé quelque part. Il se peut même que cet objet s'en nourrice qui sait.

Hammond : Amenez tout de suite un chalumeau.

Sam : Si cette chose est fabriqué à partir du même alliage qui se trouve sur l'objet lui même alors sachez qu'il est au moins cent fois plus dure que l'acier.

Janet : Mon général, si vous permettez.

Hammond : Colonel O'Neill, ça risque de prendre un peu de temps.

 

Hammond : Je me moque totalement de ce que le colonel Maybourne vous a raconté à ce propos, j'ai pris ma décision. Alors à moins d'en recevoir l'ordre contraire, je n'ai pas l'intention d'autoriser qui que ce soit à pénétrer ici jusqu'à ce qu'on ai renvoyé cet objet sur sa planète d'origine. Non, général. Merci. Le NID insiste pour le voir.

Sam : Même en sachant ce que ça a fait au colonel ?

Daniel : Surtout depuis qu'ils savent ce que ça à fait au colonel.

Hammond : Ils espèrent qu'on ai mit la main sur un type d'arme capable de détruire les Goa'ulds. Il se fiche des dangers encouru.

Daniel : Mon général, je ne sais pas quoi dire. Je voulais tant qu'il s'agisse d'un objet exceptionnelle.

Hammond : Vous n'avez absolument pas à vous excuser. Nous avons rapporté tant d'objet de différente galaxie. Il fallait bien qu'un jour on ai un problème de cet ordre.

Sam : Nous sommes parvenu à réunir un certain nombre de données sur l'objet avant l'incident.

Hammond : Alors je vous conseille de les étudier. Vous pouvez disposer.

 

Hammond : Général Hammond. Bouclez la montagne avec interdiction total d'entrer dans la base. C'est une alerte code rouge.

 

Haut parleur : Attention, quarantaine de niveau 4 effectif dès maintenant. La base passe en autonomie total.

 

Jack : J'ai chaud.

Janet : Je sais. Vous avez une forte fièvre qui est provoqué par une infection. Je vous ai administré un large spectre d'antibiotique pour la combattre.

Graham : La température interne de l'objet à encore grimpé, elle est de 149° Fahrenheit.

Teal'c : Sergent. Vous ne pourriez pas aller un peu plus vite.

Sergent : Je peux pas faire mieux, c'est le truc le plus dure que j'ai jamais vu de ma vie.

Teal'c : Dans ce cas, vous pouvez continuer.

 

Sam : Nous aurons besoin de l'aide de tout le monde. Le colonel O'Neill est en vie mais à l'évidence il a un très gros problème.

Daniel : Les données que nous avons relevé avant que ça ne se produise ont été entré dans l'ordinateur. C'est assez maigre mais c'est tout ce que nous avons. Utilisez les.

Sam : N'ignorez aucune piste et ne vous lancez pas dans des hypothèses.

Daniel : Je dirigerai l'équipe de traduction.

Sam : Nous devrons travailler hors du labo, en équipe séparé mais surtout échanger nos informations. Y a t-il des questions ?

Capitaine : Nous avons donc à faire à une arme apparemment.

Sam : Ca reste une hypothèse, capitaine. Très bien, tous au travail.

 

Sam : Comment va t-il ?

Janet : Il développe une infection. Je l'ai bourré d'antibiotique, et ce qui m'étonne c'est que ça a ralenti la progression du mal.

Sam : Et pourquoi c'est étonnant ?

Janet : Venez donc jeter un œil.

 

Janet : Il se déplace comme une bactérie, mais il est petit comme un virus. Et très légèrement radioactif. Il n'y a rien de tel sur Terre. Et il semble également que cela forme une sorte de chaine.

Sam : Et ça se propage dans le corps du colonel.

Janet : C'est ce que je voulais vous montrer justement. Il se trouve que j'ai prélevé ceci sur l'uniforme du colonel O'Neill autour de la blessure.

Sam : Que voulez vous dire, que ça infecte sans distinction les tissus vivant et synthétique.

Janet : Que ça métabolise les fibres exactement comme si c'était un tissus vivant. Une sorte de nécrose ça s'attaque à tous sans discernement.

Sam : D'accord, ça s'attaque à tout. Mais vous avez dit légèrement radioactif.

Janet : Oui.

Sam : Lieutenant. Nous avons utilisé un générateur d'ultra violet pour tester la résistance structurel de l'iris.

Graham : Exact.

Sam : Allez-y.

Graham : Oui. Apportez les générateurs d'ultra violet dans la salle d'embarquement.

 

Sam : Teal'c, mon colonel ? Nous allons essayer quelque chose, mais pour ça, nous allons devoir baisser la lumière.

Graham : Très bien, on va maintenant allumer les lampes ultra violet. Attention.

Janet : C'est incroyable.

Sam : En faite, le problème est plus grave qu'on ne le pensait.

Graham : Capitaine Carter ? Regardez ce qui m'arrive.

 

Sam : Cet organisme est capable de s'attaquer à n'importe quelle substance ou matériaux, béton y compris.

Hammond : La totalité de ce complexe est faite de béton.

Sam : Plus grave encore, nous nous sommes rendu compte qu'il adorait les installations électrique. Ce qui signifie qu'il va bientôt affecter ou plutôt infecter notre système informatique.

Hammond : Alors il fut le tuer. Mais comment ?

Janet : Nous avons essayé de protéger notre unité central avec une sorte de pesticide. Mais ça n'a même pas ralenti sa progression.

Hammond : Avec quoi venez vous de me piquer ?

Janet : De la tétracycline. Ca empêche l'infection du colonel de trop s'étendre. Il semble que ça ai un certain pouvoir protecteur sur les personnes que j'ai traité. Mais il m'en faudrait plus …

Hammond : Absolument hors de question. Nous sommes en quarantaine, ce qui implique aucune entrée ni sortie de l'enceinte.

Janet : Mon général, l'infection du lieutenant Simmons est encore plus développé que celle du colonel O'Neill. Mais il est allergique à la tétracycline, et je n'ai a disposition aucun autre traitement qui …

Hammond : Ne m'obligez pas à me répéter, docteur.

Janet : Avec votre permission général, j'aimerais retourner à l'infirmerie.

Hammond : Capitaine.

Sam : Mon général ?

Hammond : Soyez sincère avec moi, peut on battre cette chose ?

Sam : Comme dit le colonel, il ne faut jamais baisser les bras. Je n'en sais rien du tout .

Hammond : Et bien peut être faut il commencer à envisager l'évacuation du personnel par la porte des étoiles.

Sam : J'y ai pensé en effet, mais pour aller où ? Nous ne savons pas si nous pourrons empêcher cet organisme de passer la porte en même temps que nous. Nous n'avons pas le droit d'aller infecter un autre monde

Hammond : Il existe de nombreux monde inhabités, qui nous accueillerait sans risque. Même si la plupart sont inhabité parce qu'ils sont inhabitable.

Sam : Même si on arrivait à évacuer un grand nombre de survivant, pratiquement toutes les personnes de la base sont infecté par cette organisme, à divers degré. Sans antibiotique, nous finirons tous dans le même état que le lieutenant Simmons. Les survivants manqueraient également de vivre en très peu de temps.

Hammond : Ca leur laisserait au moins du temps pour trouver une solution.

Sam : C'est trop dangereux à mon avis mon général. Nous ne savons même pas ce que l'objet fera si nous essayons d'activer à nouveau la porte.

Hammond : Très bien, nous ne bougerons donc pas d'ici capitaine.

Sam : A vos ordre. On se battra jusqu'au bout mon général.

Hammond : Je le sais capitaine.

 

Jack : Teal'c.

Teal'c : Je suis là O'Neill.

Jack : J'ai chaud.

Teal'c : C'est la fièvre.

Jack : Et vous ?

Teal'c : Le Goa'uld que je porte, semble me protéger.

Jack : C'est vrai, j'avais oublié.

Teal'c : Le docteur Fraiser va trouver un remède.

Jack : Teal'c, vous n'êtes pas obligé de rester près de moi.

Teal'c : Même un équidé non domestiqué n'arriverai pas à me faire bouger.

Jack : Un cheval sauvage on dit Teal'c. Euh, c'était une blague. Vous avez dit ça pour rire. Ne me faite pas rire, s'il vous plait.

Teal'c : C'est entendu.

Jack : Vous êtes quelqu'un de bien, mon ami.

Teal'c : Vous également, mon ami.

Sergent : Mon colonel, j'ai pratiquement terminé. Ca bouge.

Jack : Oh, Teal'c.

Teal'c : Il ne veut pas vous libérer, O'Neill.

Jack : Non d'un chien,

 

Daniel : Bon alors, en supposant que ceci est la première page, et que toute cette séquence est une suite de nombre indiquant une croissance exponentielle. Où ça nous mène ?

Sam : Et bien, ça peut représenter le tracer de croissance de cet organisme. Et effectivement jusqu'à présent, il s'est développé de façon constante.

Daniel : D'accord. Donc on peut penser que ces caractères sont une mise en garde. Cette organisme continuera de croitre de façon exponentielle jusqu'à ce que … quoi ? Jusqu'à ce qu'on meurt tous. Super, mais si c'est bien ce que sa veut dire, je ne voie pas l'intérêt de le dire.

Sam : Essayez déjà de tourne la page. La réponse est peut être derrière.

Daniel : Oui.

 

Janet : Ca va ? Vous supportez la douleur ?

Graham : Oui pas trop mal.

Janet : Je vais vous donner un petit sédatif. Vous vous sentirez mieux.

Graham : Docteur, si vous voyez le capitaine Carter, …

Janet : Voilà ce qu'on va faire lieutenant. Quand elle viendra pour que je lui fasse sa piqure d'antibiotique, dans quelques heures. Je lui dirai de venir vous voir.

 

Sam : J'avais raison. L'énergie de l'arme de Teal'c a permis à cette organisme d'entamer ça croissance. Il se reproduit parce que nous l'avons nourrie. Bon sang, pourquoi je les ai laissé faire.

Capitaine : D'accord, il se nourrit. Donc d'énergie. A quoi ça nous sert, il peut se nourrir de tout.

Sam : Le niveau de CO2 a t-il augmenté ?

Capitaine : Oui. Mais la clim a réussi à le réguler.

Sam : Comme le feu. Ajoutez de l'énergie, le feu devient plus chaud. Ajoutez du carburant, il brule plus longtemps, mais il ne peut pas vivre sans une chose.

Capitaine : L'oxygène.

Sam : Oui.

Capitaine : Mais nous non plus.

Sam : Oui, mais au moins, nous pourrons le ralentir.

Capitaine : Qu'est ce qui se passe ?

Sam : Il est dans le système informatique. Continuez à chercher.

 

Soldat : Par ici, dépêchez vous. Vous ne pouvez pas passer mon capitaine, une conduite de vapeur à lâché.

 

Sam : Je suis bloquée. Quelqu'un m'entends ?

Daniel : Oui.

Sam : Daniel ? Je suis bloquée dans l'ascenseur, ouvrez la porte. Dépêchez vous. Le tableau de commande commence à être touché.

Daniel : Sam.

Sam : Tout va bien, je vous expliquerai plus tard.

 

Sam : Mon général, je crois avoir du nouveau. Qu'est ce qu'il fait ?

Hammond : Teal'c veut tenter de stopper la progression de l'organisme à la source.

Sam : Dite lui qu'il ne faut pas.

Hammond : Pourquoi ? Ca semble marcher.

Sam : Uniquement parce que le feu consume temporairement l'oxygène en salle d'embarquement. Il se nourrit d'énergie. Je vous supplie de me faire confiance mon général.

Hammond : Teal'c, arrêtez. Nous allons essayer une autre approche.

Sam : Voilà. L'organisme a besoin d'oxygène pour se reproduire. Comme nous sommes en autonomie total, nous pouvons réguler le taux de CO2 et baisser les niveaux d'oxygène.

Hammond : Vous souhaitez les baisser de combien ?

Sam : Nous attaquerons à 8%, mais nous devons le faire tout de suite.

Hammond : Faites le.

Soldat : A vos ordre.

Sergent : Général Hammond, vous devriez venir voir ça.

Ordinateur : Système d'autodestruction activée.

Sergent : Je n'ai touché à rien. Le compte à rebours s'est déclenché tout seul.

Sam : Mon général ?

Hammond : Lorsqu'il détecte une anomalie informatique, le système se déclenche automatiquement.

Sam : Nous devons le désactiver tout de suite mon général.

Hammond : Nous avons la responsabilité de nous assurer que l'organisme ne pourra quitter cette montagne capitaine.

Sam : Si je peux me permettre mon général, je crois que vous n'avez pas compris. Cette chose à absorbé l'énergie de l'arme de Teal'c, imaginez comment elle va se propager quand la base explosera.

Hammond : Il faut être deux pour annuler cet ordre.

Sam : L'organisme est dans les ordinateurs. Ils ne reconnaissent plus les codes.

Hammond : L'horloge interne du détonateur a été activé, on ne peut l'arrêter sans système informatique.

Sam : Alors dans à peine moins de trois heures, l'organisme aura absorbé assez d'énergie pour pouvoir s'attaquer à toute la planète.

 

Jack : C'est ma faute. J'ai fait une erreur.

Teal'c : Moi aussi j'ai pensé qu'il fallait ramené l'objet.

Jack : C'est moi qui ai pris la décision.

Teal'c : Si nous voulons battre un jour les Goa'ulds, et sauver nos races, nous devons prendre des risques. Vous n'avez commis aucune faute.

 

Janet : Votre idée a l'air de marcher..

Sam : Oui, ça ralenti la progression de l'organisme, d'à peut prêt 90%.

Janet : Merci de ne pas sauter de joie en disant ça, ça aurait pu perturber les malades que j'ai ici.

Sam : Vous savez, même dans un environnement totalement dépourvue d'oxygène , l'organisme ne serait qu'endormie. Nous avons simplement réussi à gagner un tout petit peu de temps avant que … Bon, il faut que j'y retourne.

Janet : Oui, mais avant d'y aller, est ce que vous ne pourriez pas passer voir le lieutenant Simmons ?

Sam : Comment est ce qu'il va ? Bien.

 

Sam : Graham ?

Graham : Capitaine Carter.

Sam : On va vous soigner Graham, je vous demande juste de vous accrocher.

Graham : Capitaine, avant … Je tenais vraiment à vous dire combien je … comment est ce que je me débrouille ?

Sam : Vous êtes parfait.

 

Daniel : Venez voir ça.

Soldat : Qui ça ?

Daniel : N'importe qui, venez voir. Regardez. Ca va revenir. Voilà.

Soldat : Ce symbole se trouve sur l'objet.

Daniel : Oui, tout à fait. Il cherche à communiquer avec nous.

 

Daniel : A mon avis ce que nous avons pris pour des parasites sur nos ordinateurs était en faite des tentatives de l'organisme pour communiquer avec nous.

Sam : Possible, mais les symboles qu'on voit peuvent également faire partie d'une base de donné qu'on avait déjà en mémoire.

Daniel : Non, c'est impossible, je n'avais pas encore scanné cette séquence quand le système informatique est tombé en panne.

Hammond : En supposant que vous ayez raison, pourquoi veut il communiquer ?

Daniel : Il essaie peut être de rencontrer notre chef, mais à vrai dire, je n'en sais rien. Mais le plus important, c'est qu'il essaye. Nous n'avons jamais considéré cette chose comme pouvant posséder une intelligence. Nous l'avons traité comme s'il s'agissait d'une maladie. Nous n'avons pas tenté ne serais ce qu'une seul fois de l'écouter.

Hammond : Comment peut on l'écouter ?

Sam : En le laissant croitre.

Hammond : Quoi ?

Sam : Nous allons augmenter le niveau d'oxygène plus haut que la normal. Nous allons prendre une arme et le bombarder d'énergie. Nous allons le laisser devenir ce qu'il cherche à être.

Hammond : Nous ferrons donc exactement le contraire de tout ce que vous avez dit jusqu'à présent. Que doit on en conclure, capitaine ?

Sam : Mon général, si nous ne tentons rien, nous savons très bien ce qui va se passer.

 

Sam : Le docteur Fraiser dit que l'organisme fabrique une sorte de chaine. Peut être qu'il n'est capable de s'exprimer qu'une fois achevé sa phase de développement.

Daniel : Même si vous avez raison et que nous le laissons s'emparer des ordinateurs, il s'exprimera dans un langage qui nous sera impossible de traduire sans point de référence.

Sam : Peut être que le colonel n'a pas été touché par hasard. Le docteur Fraiser s'est entonné de trouver une blessure très propre. Et qui plus est sans la moindre trace de sang. Pourtant vu la force de l'impact, c'était impossible.

Daniel : A moins que tout ça ne soit fait exprès.

Sam : Exact. Il faut arrêter toute médication tout de suite.

Hammond : Vous avez perdu l'esprit ou quoi ?

Teal'c : Si on fait ça, O'Neill va mourir.

Sam : Je suis sur qu'il nous dirait de tenter le coup.

Daniel : Vous voulez communiquer avec l'organisme à travers Jack ?

Sam : Oui. Je crois que c'est ce qu'il essaye de faire depuis le commencement.

 

Sergent : Le niveau d'oxygène est de 30% au dessus de la normal.

Sam : Mon colonel, je ne sais pas si ce que nous allons essayer et une bonne idée. Mais vous avez le droit de savoir que vous risquez d'en mourir. Allez-y Teal'c. Encore. Il faut continuer encore. Plus de pouls.

 

Jack : Bonjour à vous, les amis. Ceci, est vraiment un sentiment bizarre.

Sam : Colonel ,

Jack : oui, il est là.

Hammond : Qui d'autre s'adresse à nous ?

Jack : Nous aussi nous sommes là.

Hammond : Et bien je m'appelle …

Jack : Hammond. Oui. O'Neill vous connait.

Hammond : Alors vous savez que nous ne vous voulons pas le moindre mal.

Jack : Vous nous avez réveillés.

Hammond : Nous sommes au courant de votre existence que depuis très peu de temps.

Jack : Vous vouliez nous renvoyer vers notre ancien monde.

Teal'c : Nous pensions que vous étiez une menace.

Daniel : Nous avions peur.

Jack : Et votre peur nous aurait mené à la destruction. Il y a plusieurs milliers d'années notre monde se mourrait, nous ne pouvions plus y vivre. Pour cette raison, nous avons crée la sphère.

Daniel : Vous avez dormis pendant ces milliers d'années.

Jack : Oui, Daniel.

Daniel : En attendant que quelqu'un vienne comme nous et vous emmène à travers la porte.

Jack : Ainsi était ce écrit sur la sphère. Une fois exposés à l'atmosphère d'un monde vivant, nous nous renforçons.

Daniel : Et vous vous multipliez.

Jack : Ainsi était ce écrit.

Haut parleur : Autodestruction dans quatre minutes.

Jack : Nous ne pouvons repartir.

Hammond : Nous ne pouvons vous permettre de rester.

Jack : O'Neill ressent cela lui aussi. Quoiqu'il en soit, vous ne nous avez pas laissé d'alternative.

Sam : Mon général, nous n'avons plus de temps à perdre.

Hammond : Ces bâtiments, de part notre ignorance, se trouve sur le point d'être détruit par une explosion.

Jack : Une telle énergie servira uniquement à nous nourrir un peu plus. Nous nous multiplierons et parasiterons votre monde.

Hammond : Si vous nous permettez de restaurer une communication, nous pourrons éviter que cela ne se produise. Nous pourrons survivre.

Jack : O'Neill désire cela lui aussi. Il souhaiterait survivre. Mais que deviendrons nous ?

Daniel : P4G-881. C'est un monde primaire, composé d'oxygène et de lumière, comme notre monde,il y a 250 millions d'années.

Sam : Nous ne pouvons ouvrir la porte sans ordinateur mon général.

Jack : Vous voulez nous y envoyer ? A travers votre porte ?

Hammond : Bien sur.

Jack : Pour quelle raison.

Hammond : Afin que nous puissions tous survivre.

Daniel : On vous y emmènera nous même. S'il vous plait.

 

Sergent : Tout le système s'est éteint.

Hammond : Que Dieu nous protège.

Ordinateur : Autodestruction dans deux minutes.

Sergent : Mon général, je crois que les ordinateurs sont repartis.

Hammond : Composez les coordonnées de P4G-881 dès que possible. Allez-y.

Sergent : A vos ordre.

Ordinateur : Autodestruction dans une minute et 30 secondes.

Sergent : Chevron un enclenché. Chevron deux enclenché. Chevron trois enclenché. Chevron quatre enclenché.

Ordinateur : Autodestruction dans une minute.

Sergent : Chevron cinq enclenché. Chevron six enclenché. Chevron sept enclenché.

Ordinateur : Autodestruction dans 30 secondes. 20 secondes. 10 secondes. 4, 3, 2,1.

Sergent : Autodestruction annulée.

Ordinateur : Autodestruction annulée.

 

Jack : Jolie travail.

Teal'c : Content de vous revoir en pleine forme, O'Neill.

Daniel : Bon retour parmi nous.

Sam : On a vraiment cru que vous nous quittiez.

Jack : Je pars jamais sans dire au revoir.

Daniel : Ca va allez ?

 

FIN

Message in a Bottle


FADE IN

EXT- P5C 353

We see SG-1 on a moonlike surface in astronaut suits.

O'NEILL: Anybody home?

DANIEL: Jack it may as well be the moon out here. If there ever was anybody home, they've been gone a hundred thousand years or more.

INT - SG-1 enters a corridor leading into a hall.

TEAL'C: This world is definitely Tal'ac. Though it once supported life, it is now extinct.

CARTER: Well the probe picked up an EM source coming from something.

O'NEILL: My guess...that thing.

O'NEILL's flashlight shines upon a small globe like structure on top of a pedestal. SG-1 approaches the pedestal to get a better look.

CARTER: It has the same EM frequency we picked up from the probe. Sir, this artifact or whatever it is, is definitely the source.

O'NEILL: Are we in danger?

CARTER: No sir I don't think so. Not at the moment. But, I mean this is incredible. If Daniel is right, this artifact has been doing this since Neanderthals were still a dominant species on earth.


O'NEILL: Ah, that takes me back.

DANIEL: Look at this writing of some kind, it's so tiny.

O'NEILL: What does it do?

CARTER: Well, it's maintaining an interior temperature of thirty three degrees Fahrenheit, it's generating an electromagnetic field and emitting small amounts of alpha, gamma, and delta radiation.

O'NEILL: Well I know that. Why does it do that? I'm trying to make a threat assessment here captain.

CARTER: I don't know what it is sir. But its got a power source more advanced then anything we've come across, including the Goa'uld.

DANIEL: It's a time capsule. Well, that's an educated guess, but imagine your civilization is facing a major cataclysm. The end is coming, you know it. Wouldn't you leave something behind? Something that told everyone that came after you who you were.

TEAL'C: Or how you died.

DANIEL: Yes. Imagine what you could learn about your own fate.

TEAL'C: When a Goa'uld's world is taken by another in battle, he will sometimes leave behind the means to destroy the conqueror.

O'NEILL: You think it might be a booby trap.

TEAL'C: Booby?

DANIEL: I don't think we're talking about the Goa'uld here. Whoever this civilization was went through great pains to leave this artifact behind. Like a message in a bottle.

O'NEILL: You buying this Teal'c?

TEAL'C: The benefit may outweigh the risk.

CARTER: The earth sure could use a power source that lasts for thousands of years.

O'NEILL: Alright. Pack it up. Let's go home.

CARTER: Yes Sir.

TEAL'C takes the artifact off the pedestal and places it in a container on F.R.E.D. SG-1 turns and leaves down the corridor. The artifact begins to glow.

OPENING CREDITS

INT - GATEROOM

SG-1 arrives through the gate back to earth. HAMMOND and SILER are waiting at the bottom of the ramp.

O'NEILL: We acquired the package sir. I recommend level three precautions.

DAVIS (intercom): Wormhole disengaged. Support teams go.

O'NEILL: Careful with it, it's heavy.

CARTER: Sir, start spectral analysis right away.

DANIEL: Oh, and input a detailed imaging of the outer surface into the computer.

HAMMOND: Everything go as planned Colonel?

O'NEILL: Oh, one small step one giant leap, that kind of stuff sir.

HAMMOND: We'll debrief in one hour. Welcome home SG-1.

INT - LAB

The artifact has been secured for analysis. DANIEL and CARTER are working in the room with SILER overlooking in the control booth.

CARTER: Well we can add two more elements to the periodic table. Lieutenant, I'd like to record this.

SILER: Whatever you say Captain.

CARTER: Try to relax Graham or its going to be a long day.

DANIEL: You know I don't think it's the artifact he gets nervous like that every time he's around you. Maybe a crush.

SILER: Um, we're recording now.

CARTER: Thank you Lieutenant.

DANIEL: Oops. Hey, the artifact. Notice the writing.

A computer screen with the alien language comes on screen.

INT- Briefing room

HAMMOND and SG-1 are debriefing on their latest trip through the Stargate.

DANIEL (cont): So tiny it can be read by the naked eye.

HAMMOND: What does it say?

DANIEL: We think it's a set of instructions.

O'NEILL: On how to...?

DANIEL: Open it. We think it...uh, we think it opens. Well I'm sure there's much more to it then that. There's the equivalent of a thousand pages of alien text on the exterior surface alone.

HAMMOND: What about the object's interior?

CARTER: We know very little. FRASIER is supervising positron emission typography.

HAMMOND: You know I have the highest respect for your abilities. But the NID wants a look at the thing.

O'NEILL: Well I recommend against shipping the artifact anywhere just yet General.

TEAL'C: Since Daniel Jackson's theory on the orb's function has yet to be confirmed, it is in best for it to remain in close proximity to the Stargate. At least for the moment.

HAMMOND: You're scheduled to visit P4G 881.

DANIEL: Which is a primordial world with absolutely no civilization whatsoever and therefore no need to bring along an archeologist.

HAMMOND: I'm willing to delay that mission for twenty four hours in order to confirm your theory.

DANIEL: That's not enough time.

CARTER: But we'll take it. Thank you.

INT - LAB

The artifact is hooked through a bunch of wires for observation. CARTER and DANIEL are working with SILER looking in from the control room.

CARTER: Okay, let's try another X-ray series. Y axis this time.

DANIEL: Sam.

CARTER: Yeah?

DANIEL: Okay. Up until now I've been sorta going on the assumption that this is a sort of page one. It's relatively isolated from the other groupings. Now I'm thinking it's numerical.

CARTER: Well, maybe the basis of their mathematics.

DANIEL: Right. That's what I thought. So if these smaller symbols would represent exponents.

CARTER: So then this sequence grows exponential to become a very big number.

DANIEL: Right. And that is information I can't use.

O'NEILL walks into the room quite chipper

O'NEILL: Good morning campers! Sleep well? I did!

DANIEL: Oh it can't be morning.

O'NEILL: Ah but it is. We ship out at, Oh, thirteen hundred hours.

DANIEL: Okay Jack, talk to General Hammond.

O'NEILL: Nope. I want you both rested and ready to go. That's an order.

CARTER: Yes Sir.

DANIEL: Jack, come on.

O'NEILL: Daniel, SG-1 is a field until. You know that. Can't have it both ways. When we get back you can...visit.

SILER: We've got a spike. An EM spike across the Y band.

CARTER: What?

SILER: Interior temperature is increasing forty degrees Fahrenheit.

O'NEILL: Captain?

CARTER: I don't know. I don't think we've done anything.

DANIEL: Maybe we woke it up.

SILER: Sixty Degrees.

CARTER: Radiation levels?

SILER: Alpha particle radiation generation within the object's magnetic field is increased four...six hundred percent.

CARTER: Sir, I recommend we return the artifact to P5C 353 now.

O'NEILL: Go tell them to start dialing. Go.

DANIEL leaves the room

SILER: One hundred degrees.

O'NEILL: Any idea what we're dealing with here?

CARTER: No Sir.

The artifact breaks open down the middle emitting a purplish glowing light.

O'NEILL: Well I think we can rule out time capsule.

INT - CONTROL ROOM

DANIEL runs in.

DANIEL: Start dialing P5C 353 right away.

HAMMOND: By who's order?

DANIEL: Colonel O'Neill's.

HAMMOND: Do it.

DAVIS: Yes Sir.

HAMMOND: Dr. Jackson?

DANIEL: It's the artifact Sir. Something's wrong.

INT - LAB

O'NEILL and CARTER are trying to unscrew the artifact from the device that was holding it for observation. SILER is in the control room watching the status.

SILER: Temperature is still increasing. One hundred and ten degrees.

CARTER: We'll need to put our suits back on.

O'NEILL: No, There's not time for that. We'll just open the gate and throw it back through. Teal'c give me a hand here.

The artifact produces four spears from the Top, bottom and sides

O'NEILL: Whoa.

TEAL'C: It does not wish to be removed.

O'NEILL: That's too damn bad.

INT - Control Room

DAVIS is sitting in the control room as the Stargate dials the planet

DAVIS: Chevron six encoded.

INT - SGC HALLWAY

O'NEILL and TEAL'C are caring the artifact towards the gateroom.

O'NEILL: Out of the way people!

INT - GATEROOM

O'NEILL and TEAL'C arrive holding the artifact while the Stargate is still dialing. HAMMOND, CARTER, DANIEL and DAVIS are in the control room.

DAVIS: Chevron seven locked.

The Stargate engages. The artifact's spear jets from the bottom of the sphere to the floor. Both O'NEILL and TEAL'C jump back. More spears appear.

CARTER: Get out of there!

A spear shoots towards TEAL'C but he manages to swing out of the way as it lodges itself in a wall. O'NEILL isn't so lucky. Another spear comes out and goes through his shoulder, dragging him with it to the wall.

O'NEILL: Ah! Oh god.

HAMMOND: Get security down there. But the base on full alert.

CARTER: We need a medical team.

DAVIS: Security to the embarkation room. Medical team to the embarkation room.

TEAL'C runs over to O'NEILL and tries to dislodge the spear. O'NEILL grabs TEAL'C for support.

O'NEILL: Kill it! God!

DAVIS: Sir, the umm, Stargate?

HAMMOND: Shut it down.

The sphere is being held in place in front of the Stargate by five spears. One of them attaches O'NEILL to the wall.

CARTER, DANIEL, and HAMMOND all run into the embarkation and goes towards O'NEILL

CARTER: Colonel! It goes right through his shoulder into the concrete.

DANIEL: Oh my God.

HAMMOND: Get something to support his legs.

FRASIER comes into the room and heads towards O'NEILL. SILER comes in and takes measurements of the sphere.

FRASIER: What can you tell me?

CARTER: I don't know but it's still hot be careful.

SILER: Temperature is 133 and holding.

FRASIER: This wound is too clean. There should be blood. I don't know why there wasn't more trauma.

O'NEILL: Where the hell is TEAL'C?

FRASIER: It's gone right through the scapula. Colonel, why are

O'NEILL: TEAL'C!

TEAL'C runs into the room with his staff weapon

O'NEILL: Shoot it!

CARTER: Sir.

O'NEILL: Shoot it!

TEAL'C: I suggest you observe from the control room.

HAMMOND: Everybody out of here.

Everyone starts to evacuate to the control room

HAMMOND(cont): TEAL'C, fire when ready.

The door to the gateroom begin to close. SILER, DANIEL, CARTER, FRASIER and HAMMOND all watch from the control room

CARTER: With respect General, this is a mistake.

HAMMOND: Why?

CARTER: We don't know how much of that staff energy will be transferred through the object into the Colonel.

HAMMOND: Your objection is noted.

O'NEILL: Do it.

TEAL'C fires the staff into the sphere. The energy radiates out through the spear, with some going into O'NEILL.

O'NEILL: Again!

TEAL'C fires again and more energy goes through O'NEILL.

O'NEILL: Ah! God.

SILER: No change

CARTER: Sir it just absorbed the energy.

TEAL'C: This weapon is ineffective. I shall try another.

CARTER: No! Sir, that staff energy had to have gone somewhere. We could be feeding it what it wants for all we know.

HAMMOND: I want a cutting torch down there.

CARTER: If it's made of the same non-terrestrial alloys as the shell on the orb itself, then it is several hundred times stronger then steel.

FRASIER: Sir, with your permission.

HAMMOND nods and FRASIER heads out to tend to O'NEILL

HAMMOND: Colonel O'Neill, this is going to take some time.

INT - HAMMOND's office

HAMMOND is talking on the phone to NID personal

HAMMOND: I really don't give a damn on what Colonel Mayborne has to say on the subject. I've made my decision. Unless I'm ordered to do otherwise, I'm not allowing anyone in or out of the this facility until we can send the damn thing back where it came from. No General, thank you.

HAMMOND hangs up the phone. CARTER and DANIEL are sitting across from him.

HAMMOND: The NID people want to see it.

CARTER: Even knowing what it's done to the Colonel?

DANIEL: Especially knowing what it's done to the Colonel.

HAMMOND: They hoping we've found some kind of weapon we can one day use against the Goa'uld. All I can tell them is what it isn't.

DANIEL: General, I don't know what to say. I wanted the artifact to be something wonderful.

HAMMOND: You have nothing to apologize for son. We've brought things back from all over the galaxy. One just finally slap us in the face.

CARTER: We've managed to collect a significant amount of data before it hit the fan sir.

HAMMOND: Then I suggest you get to it. Dismissed.

DANIEL and CARTER leave HAMMOND's office. HAMMOND picks up the red phone.

HAMMOND: This is Hammond. Lock up the mountain. Authorization code red dash beta. Initiate Wild Fire.

EXT - CHYENE MOUNTAIN

The gate to the mountain and doorways are being sealed and locked with personal running about.

INTERCOM: Attention personal. Level four quarantine is now in affect. Switching to internal power and life support.

INT - GATEROOM

SILER is taking measurements and Sgt. Siler is working on cutting the sphere. FRASIER, DANIEL and TEAL'C are standing around O'NEILL who is now seated on a ladder...still attached to the wall by a spear.

O'NEILL: Hot.

FRASIER is reading an injection to give O'NEILL

FRASIER: I know. You have a very high fever which is being caused by an infection. I'm going to give you a broad spectra antibiotic to help fight it.

SILER: The artifacts internal temperature just leveled off at 149 degrees Fahrenheit.

TEAL'C walks over to Sgt. Siler who is using the blowtorch ineffectively on the spear holding O'NEILL.

TEAL'C: Sergeant. Your progress here is unsatisfactory.

SILER: Can't go any faster sir. This is the hardest stuff I've ever come across.

TEAL'C: Then I will delay you no further.

INT - BRIEFING ROOM

CARTER and DANIEL are standing talking to a group of people.

CARTER: We're going to need everyone's help. Colonel O'Neill is alive but obviously he is in trouble.

DANIEL: The data we managed to gather before this happened is all in the base computer. It's not much but it's all we have. Use it.

CARTER: Don't rule anything out and don't make any assumptions.

DANIEL: I'll be leading the translation team.

CARTER: And we'll be working out of the astrophysics lab but we're all going to have to work together on this one. Any questions?

CAPTAIN: So obviously we're dealing with a weapon.

CARTER: That's an assumption Captain. All right. Let's get to work.

FRASIER walks into the room and CARTER approaches

CARTER: How is he?

FRASIER: He's developed an infection. I've got him pumped full of antibiotics which, amazingly, has seemed to slow it down its progress.

CARTER: Why is that amazing?

FRASIER: I think you should see this.

FRASIER walks out of the room and CARTER follows.

INT - CONTROL ROOM

CARTER and FRASIER come in from down the stairs. SILER is sitting at a terminal to their right.

FRASIER: It's mobile like a bacteria but small like a virus and slightly radioactive.

Both CARTER and FRASIER sit down at a computer terminal

FRASIER (cont): Definitely alien. And they also seem to bond in chains.

CARTER: And it's infected the Colonel?

FRASIER: This is why I wanted you to see it. I took this from a section of Colonel O'Neill's uniform around his wound.

CARTER: What are you saying? Its infected his clothes as well as living tissue?

FRASIER: And it's metabolizing the material as if it were living tissue. Like a form of Necrotizing fasciitis.

CARTER: Flesh eating disease? Ok. You said slightly radioactive?

FRASIER: Yeah.

CARTER: Lieutenant. We used ultraviolet when we were performing tests on the iris' structural integrity.

SILER: Right.

CARTER: Yeah.

SILER gets up and picks up the phone on the wall

SILER: Lets get some UV units in the gateroom.

CARTER (on intercom to GATEROOM): TEAL'C, Colonel. It's just going to get a little dark in there for a few seconds while we try something.

TEAL'C is standing with O'NEILL who is hooked up to an IV unit. Several people come in with the UV untils.

They are set up and the lights turned off

SILER: And bringing up the UV lights now.

FRASIER: Oh my god.

The UV lights show a blueish tint running through the sphere, into and on O'NEILL and throughout the walls.

CARTER: This is an even bigger problem then we thought.

SILER: Captain Carter?

CARTER and FRASIER turn to look at SILER. His hands are covered in the blue and it radiates up his arm.

SILER (cont): What's happening to me?

INT - GENERAL HAMMOND'S OFFICE

FRASIER is reading an injection for HAMMOND while CARTER debriefs him

CARTER: It can infect virtually any substance, even concrete.

HAMMOND: This entire complex is made of concrete.

CARTER: Worse then that we've already determined it's got a taste for the base wiring. Which means its going to affect, or rather infect, our computers and communication.

HAMMOND: Then we need to kill it. How do we do that?

FRASIER: We've spread around the computer base main frame a sort of pesticide but it hasn't even slowed the organism down.

HAMMOND: What was that you just gave me?

FRASIER: Tetracycline. It's kept the infection at bay in the Colonel and it seems to work proactively with everyone I've been able to get a shot into. But sir, I'll need more

HAMMOND: Absolutely not. A wildfire directive means nothing in or out, you know that.

FRASIER: Sir, Lt. Simmon's infection is even more far gone the Colonel O'Neill's but he's allergic to Tetracycline. None of the alternatives I have on base

HAMMOND: Don't make me repeat myself Doctor.

FRASIER: With your permission sir, I'd better get back to the infirmary.

HAMMOND nods and FRASIER leaves not to pleased with the situations

HAMMOND: Captain.

CARTER: Sir?

HAMMOND: I need your honest assessment. Can we beat this thing?

CARTER: Like the Colonel always says: 'never give up', right? I'm not sure sir.

HAMMOND: Maybe it's time we considered evacuating personal through the Stargate.

CARTER: I thought of that....but to where? There's no guarantee we can stop the organism from coming through the gate along with us. I don't think we have the right to infect another world.

HAMMOND: Well there are a number of uninhabited worlds we could gate through. Albeit, most are uninhabited for good reason.

CARTER: Even if we could evacuate a number of survivors, practically every one of us is infected by the organism to some degree. Without antibiotics, we'd all be like Lt. Simmons right now. The survivors would run out of supplies in a few days.

HAMMOND: At least they'd have that much time to find a solution.

CARTER: It's not worth the risk in my opinion sir. We don't even know what the orb would do if we tried to activate the Stargate again.

HAMMOND: Very well. We'll make our stand right here Captain.

CARTER: Yes sir. They won't take us without a fight sir.

HAMMOND: Damn right they won't.

HAMMOND and CARTER walk out

INT - GATEROOM

The walls and O'NEILL are covered in blue even more then before. SGT. SILER is still working at burning through the spear. TEAL'C is next to O'NEILL watching over him.

O'NEILL: TEAL'C.

TEAL'C: I am here O'Neill.

O'NEILL: It's hot.

TEAL'C: The fever burns within you.

O'NEILL: You?

TEAL'C: The symbiote I carry appears to protect me.

O'NEILL: Way to go Junior.

TEAL'C wipes the sweat from O'NEILL's face

TEAL'C: Doctor Frasier will find a cure.

O'NEILL: TEAL'C, you don't have to stick around.

TEAL'C: Undomesticated equines could not remove me.

O'NEILL: Wild horses TEAL'C it's... that's a joke. You told a joke. Don't make me laugh.

TEAL'C: Very well.

O'NEILL: You're a good man my friend.

TEAL'C: As are you, my friend.

SILER: Sir. I'm just about through here.

The sphere seems to power up. Quickly the part where the torch was cutting through jets farther into the wall and O'NEILL.

O'NEILL: Ah! TEAL'C!

TEAL'C: It will not allow us to free you O'Neill.

O'NEILL (crying in pain): God...God help.

INT - LAB

DANIEL and CARTER are perched over a enlarged copy of the writing on the sphere.

DANIEL: Alright. Presuming this is page one and presuming this sequence is some kind of whole numbers that represents exponential growth...what does that mean?

CARTER: Well, it could represent the growth pattern of the alien organism. So far its spread has followed an exponential curve.

DANIEL: Alright. So, from that we can extrapolate that it is a warning. This organism will continue to grow and expand exponential until...what? Until we die? I mean, if that's what it says, what's the point of saying it?

CARTER: Try turning the page. Maybe the answer is there.

DANIEL: Right.

INT - INFIRMARY

SILER is lying in bed obviously sick with FRASIER taking care of him.

FRASIER: How's the pain?

SILER: It's not too bad.

FRASIER: Well, I'm going to give you something for it anyway.

SILER: Hey. If you see Captain Carter...

FRASIER: Tell you what Lieutenant, she has to come down in a couple of hours for her booster so I'll make sure I send her over.

INT - LAB

CARTER is siting at a computer terminal working. The CAPTAIN is working behind her.

CARTER: I was right. TEAL'C's staff blast gave it the energy it needed to spread like this. It's reproducing because we fed it. Damn. Why did I let them do that?

CAPTAIN: Okay, so it feeds on energy. How do we use that? It feeds on everything.

CARTER: Have the CO2 levels gone up?

CAPTAIN: Yeah, but the scrubbers are handling it.

CARTER: Like fire. Add energy a fire burns hotter. Add fuel it burns longer but it can't live without one thing.

CAPTAIN: Oxygen

CARTER: Yes

CAPTAIN: vWe can't either.

CARTER: Yeah, but at least we can slow it down.

The computer screens start to go haywire

CAPTAIN: What's happening?

CARTER: Its gotten into our computers. Keep working.

CARTER gets up and leaves down a hallway.

WORKER: Can't come this way Captain, it's eating through steam pipes.

CARTER turns and heads into an elevator. The elevator stops between levels. CARTER begins to bang on the doors.

CARTER: Hello? Somebody!

DANIEL is walking nearby and hears her yelling

DANIEL: Hello?

CARTER: Somebody!

DANIEL: Hello?

CARTER: Daniel! I'm stuck in here. Get the doors open.

DANIEL walks over to the wall where an axe is located and uses it to pry open the doors.

CARTER: Hurry up. It's eating through the control panel.

DANIEL and CARTER pull and finally get the doors fully open

DANIEL: Sam!

CARTER: I'm okay. I'll explain later.

INT - GATEROOM

TEAL'C is using the blowtorch to keep the organism from spreading farther. O'NEILL is still attached to the wall. HAMMOND is in the control room when CARTER and DANIEL walk in.

CARTER: General, sir. I have something. What is he doing?

HAMMOND: TEAL'C is trying to stop the spread of the organism at the source.

CARTER: Tell him to stop.

HAMMOND: Why? It seems to be working.

CARTER: Only because the fire is temporarily consuming the oxygen in the room. It feeds on energy. Sir, I'm asking you to trust me.

HAMMOND(Intercom): TEAL'C, stand down. We're going to try another approach.

TEAL'C shuts off the blowtorch

CARTER: Okay. The organism needs Oxygen to reproduce. Now since we are on internal life support we can adjust the CO2 scrubbers and lower the Oxygen levels.

HAMMOND: How low are we talking?

CARTER: We'll start at 8%, but we'll have to start now.

HAMMOND turns to a guard standing behind him.

HAMMOND: Do it.

DAVIS: General Hammond, sir. I think you should see this.

The computer screen show "WILDFIRE INITIATED"

COMPUTER VOICE: Autoself destruct has been initiated

DAVIS: I didn't touch a thing. This self destruct countdown started on its own.

CARTER: General?

HAMMOND: In the event of containment failure, Wildfire kicks in automatically.

CARTER: Sir, we have to deactivate the autodestruct.

HAMMOND: We have a responsibility to make sure the organism doesn't leave the mountain Captain.

CARTER: With all due respect sir, I don't think you understand. It could feed from the energy of the staff blast, how far do you think it will spread if the autodestruct goes off?

HAMMOND: I need two officers to override.

HAMMOND and CARTER both type their passwords into the computer to shut the program down.

CARTER: The organism has invaded our computers. It won't recognize our codes.

HAMMOND: The devices internal clock has been activated. We can't stop it without the computer.

CARTER: Well then in just under three hours the organism will be feed enough energy to spread across the face of the earth.

INT - GATEROOM

O'NEILL is still hanging from the spear attached to the wall. TEAL'C is with him.

O'NEILL: I blew it. I screwed up.

TEAL'C: I also believed we should retrieve the object.

O'NEILL: It was my decision.

TEAL'C: If we are to met the challenge of the Goa'uld, and further your race, risks must be taken. Your decision was correct.

INT- INFIRMARY

CARTER is being given a shot by FRASIER.

FRASIER: You idea seems to be working

CARTER: Yeah, seems to have slowed the progress of the organism by 90%.

FRASIER: Well don't jump up and down or you'll get my other patients all excited.

CARTER: Even in a completely anaerobic environment, the organism just goes dormant. All we've done is buy ourselves some time before.... I've got to get back to work.

FRASIER: Well before you do, if you wouldn't mind stopping by to see SILER.

CARTER: How's he doing?

CARTER walks over to where SILER is laying down, not looking well.

CARTER: Graham?

SILER: Captain Carter.

CARTER: We're fighting this thing Graham. You just got to hang in there, okay?

SILER: Before I....I just wanted to say, how much....how I'm doin so far?

CARTER: You're doing just fine.

SILER closes his eyes and CARTER leaves the room.

INT - LAB

DANIEL is sitting looking over some papers, seeming quite haggard. There are several people around the room working on things. The computers around him seem to be on the fritz. The screens start to pulsate with a symbol on them. DANIEL notices it and puts on his glasses for a better look.

DANIEL: Come here

CAPTAIN: Who?

DANIEL: Anybody...just come here.

The CAPTAIN comes and looks over DANIEL's shoulder at the screen.

DANIEL: Look at this. Wait for it. There.

A symbol appears on the screen for a brief second.

CAPTAIN: That symbol is on the artifact.

DANIEL: Yes it is. It's trying to communicate with us.

INT - CONTROL ROOM

CARTER, HAMMOND and DANIEL are standing in the room discussing the recent events.

DANIEL: I think what we thought was gibberish on all the computers was actually the aliens attempt to communicate with us.

CARTER: Maybe. But the symbols you're seeing could also be from the random files of our research.

DANIEL: No, that's impossible. See, I didn't start working on this sequence until after the computers went down.

HAMMOND: Assuming you're right, what are they trying to communicate?

DANIEL: Well, they could be saying take me to your leader for all I know. I have no idea. The point is, they are trying. We haven't even considered what we're up against here is an alien intelligence. We've treated it like a disease, like a plague. Not once have we stopped to listen.

HAMMOND: How do we do that?

CARTER: We let it grow.

HAMMOND: What?

CARTER: We increase the Oxygen levels even higher then normal. We hit it with another staff weapon blast. We let it do what it's been trying to do.

HAMMOND: The exact opposite of the advice you've been giving me up until now. Which is it Captain?

CARTER: Sir, we both know what will happen if we don't try something.

INT - GATEROOM

HAMMOND, CARTER and DANIEL walk in to see O'NEILL and TEAL'C still waiting for the next move. They walk towards the orb.

CARTER: FRASIER says the organism bonds together in chains. What if it's only capable of expressing that intelligence once it hits critical mass?

DANIEL: Even if you're right and we let it take over the computers, it's going to be communicating in a language that I can't translate without a point of reference.

CARTER: Maybe Colonel O'Neill didn't just get in the way. FRASIER said there was no blood. There was practically no trauma around that wound. With the force that struck him, it's just not possible.

DANIEL: Unless it did it on purpose.

CARTER: Yes! We have to cut off his medication sir.

HAMMOND: Are you out of your mind?

TEAL'C: If you do so, O'Neill will die.

CARTER: He'd want us to try this...I know it.

DANIEL: Communicate with the organism through Jack?

CARTER: Yes. I think that's what it has been trying to do all along.

INT - CONTROL ROOM

DAVIS is looking over the gateroom checking on readings. O'NEILL and the walls are covered more then ever with the alien entity.

DAVIS: Oxygen level 30% above normal.

CARTER: Sir? Sir, I don't know if what we are about to try is a good idea or not, but you have the right to know. You might not survive it.

CARTER holds O'NEILL's hand. He gives it a squeeze. She pulls out the IV to stop the medication. She backs up and joins HAMMOND and TEAL'C behind the orb.

CARTER: Okay TEAL'C.

TEAL'C raises his staff to fire at the orb. He fires and the energy goes through and O'NEILL is shocked.

CARTER: Again.

TEAL'C shoots and again the energy is absorbed.

CARTER: We have to. Again.

TEAL'C fires the third shot and CARTER runs to check on O'NEILL.

CARTER: No pulse.

A few seconds later O'NEILL's head comes up.

O'NEILL(aliens): Good morning campers.

O'NEILL's voice sounds different and is talking slowly. HAMMOND walks over to him.

O'NEILL(aliens): This is truly a strange feeling.

CARTER: Colonel?

O'NEILL(aliens): Yes, he is here.

HAMMOND: Who else are talking too?

O'NEILL(aliens): We are also here.

HAMMOND: My name is

O'NEILL(aliens): Hammond, yes. O'Neill knows.

HAMMOND: Then you should also know we mean you no harm.

O'NEILL(aliens): You awoke us.

HAMMOND: We have only recently become aware of your existence.

O'NEILL(aliens): You would have returned us to our former world.

TEAL'C: We believed you were a threat to us.

DANIEL: We feared you.

O'NEILL(aliens): And your fear would have destroyed us. Millennia ago our world was dying. We could no longer live there. For this reason, we created the orb.

DANIEL: Where you slept for a hundred thousand years.

O'NEILL(aliens): Yes Daniel.

DANIEL: Waiting for someone to come along, like us, and take you through the Stargate.

O'NEILL(aliens): So it was written on the orb. Once exposed to the atmosphere of a living world, we went forth

DANIEL: And multipled.

O'NEILL(aliens): So it was written.

INTERCOM: Autoself destruct in four minutes.

O'NEILL(aliens): We can not go back.

HAMMOND: We can not allow you to stay.

O'NEILL(aliens): O'Neill feels this as well. However, you have allowed us no alternatives.

CARTER: General, we're almost out of time.

HAMMOND: This place, admittedly out of our ignorance, is about to be destroyed by an explosion.

O'NEILL(aliens): Such energy only serves to nourish us. We will multiple and consume your world.

HAMMOND: If you would allow us to restore our communications, we could stop that from happening. We would survive.

O'NEILL(aliens): O'Neill desires this as well. He wishes to live. But what of us?

DANIEL: P4G 881! It's primordial, lots of oxygen and sunlight. Like this world was a quarter of a billion years ago.

CARTER: Sir, we can't open the Stargate without the computers.

O'NEILL(aliens): You would send us there? Through your stargate?

HAMMOND: We would.

O'NEILL(aliens): For what reason?

HAMMOND: So that we both may survive.

O'NEILL's head falls back with a little gasp.

DANIEL: We'll take you there ourselves, Please!

All the power is lost in the control room.

DAVIS: Everything just shut down!

HAMMOND: God help us.

INTERCOM: Autoself destruct in two minutes.

The computers start to light back up again.

DAVIS: Sir, Sir...I think the computers are rebooting!

HAMMOND: Start dialing P4G 881 as soon as they are up.

DAVIS: Yes sir.

CARTER and HAMMOND run into the control room as the stargate starts to dial.

INTERCOM: Autoself destruct in 1 minute and thirty seconds.

O'NEILL's head comes back up.

DAVIS: Chevron one engaged.

The spear starts to remove itself from the wall and O'NEILL.

DAVIS: Chevron two engaged.

O'NEILL stands up

DAVIS: Chevron three engaged.

O'NEILL steps down the ladder

DAVIS: Chevron four engaged.

O'NEILL walks to the orb.

DAVIS: Chevron five engaged.

INTERCOM: Autoself destruct in one minute.

O'NEILL places his hands on the orb and it starts to glow.

DAVIS: Chevron six engaged.

The orb continues to glow and the alien organism starts to retract into the orb along with the spears.

DAVIS: Chevron seven locked.

O'NEILL walks up the ramp with the orb in his hand

INTERCOM: Autoself destruct in thirty seconds.

O'NEILL pushes the orb through the event horizon.

INTERCOM: Twenty seconds.

O'NEILL falls backwards.

INTERCOM: Ten. Nine.

The Stargate disengages and HAMMOND and CARTER start to type.

INTECOM: Four. Three. Two. One.

Both codes were entered.

INTERCOM: Autoself destruct aborted

CARTER runs to where TEAL'C and DANIEL are already with O'NEILL at the ramp helping him sit up.

O'NEILL: Nice work.

TEAL'C: It is good to see you alive and well.

DANIEL: Welcome back Jack.

CARTER: Thought you were gone for good sir.

O'NEILL: Wild horses Captain.

The three of them help O'NEILL walk down the ramp.

CLOSING CREDITS

Kikavu ?

Au total, 22 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Larousse96 
Hier vers 18h

sanct08 
14.11.2016 vers 11h

madi300 
28.10.2016 vers 22h

Kyodrey 
24.10.2016 vers 22h

RonanBart 
05.10.2016 vers 15h

JessBones 
19.09.2016 vers 20h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
[Jeu] Podium de la semaine

[Jeu] Podium de la semaine
Depuis hier et jusqu'au 25 Août, venez voter pour votre "Carter" favoris !!!!! Notre talentueuse...

Roland Emmerich revient sur le reboot de Stargate

Roland Emmerich revient sur le reboot de Stargate
A l'occasion d'une interview qui s'est tenue en début de semaine, Roland Emmerich a pu revenir sur...

[TV] Piège à domicile

[TV] Piège à domicile
[TV] Piège À Domicile avec Richard Dean Anderson & Marg Helgenberger; aujourdhui à 15:20 sur...

Ce soir sur NRJ12

Ce soir sur NRJ12
Ce soir sur nrj12 retrouvez Michael Shanks & Lexa Doig dans " Swat Force Commando " à 20:55 Synopsis...

Anniversaire

Anniversaire
Aujourd'hui 23 Janvier 2016 c'est l'anniversaire de Richard dean Anderson, qui fête ses 66 ans....

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

Saison 10 : Quels est votre épisode préféré parmi ceux proposés ? (1er partie)

Afficher plus d'informations

Total : 12 votes
Tous les sondages

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Titepau04 (08:52)

Bonjour tout le monde!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play