VOTE | 239 fans |

#715 : Veritas

Titre en VO: "Veritas" - Titre en VF: "Veritas"
~> The CW: diffusé le 27/03/2008 - M6 : diffusé le 11/10/2008
~> Scénario: Brian Peterson, Kelly Souders - Réalisation: James Marshal


Kara
décide d'apprendre à Clark comment voler dans le but de renforcer ses chances contre Brainiac. Toutefois, Brainiac semble avoir l'avantage contre les "super cousins", et certaines personnes proches de Clark sont pris entre deux feux.

Résumé officiel

Moment Clark & Lana
Moment Clark & Lana

  

Plus de détails

FERME DES KENT
Vue sur un paysage, la pleine lune sur des sapins, puis sur une buse qui prend son envole. L'ambiance de la scène est lourde. La buse vole au dessus des sapins, puis va vers la ferme des Kent, en bas nous devinons Kara qui porte du foin aux chevaux.
La buse, perchée, observe attentivement Kara qui nourrit les chevaux, puis l'oiseau s'en va dans le loft de Clark. Kara caresse le cheval, regarde en direction du loft, puis s'intrigue de voir des pigeons s'envoler tous en même temps.
La musique se fait de plus en plus menaçante. Elle entre dans le loft, l'inspecte, entend Shelby aboyer, le regarde puis voit une ombre passer derrière des fenêtres. Elle se retourne, puis entend une voix.
 
La voix : Une matinée tranquille, il fait froid, tout est calme, morne.
 
A la fin de cette parole c'est Brainiac qui fait son apparition, il n'est pas menaçant et cherche apparemment juste à parler à Kara.

Brainiac : Ça vous rappelle un peu Krypton tout ça, non ?
Kara : Qui êtes-vous ?
Brainiac, très calme : Je suis la réponse à beaucoup de questions que vous vous poser.
Kara, détachée : Vous faites erreur, vous vous êtes trompé de ferme.
 
Kara commence à partir.

Brainiac : J'aurais pensé qu'une fille élevée par une impasse aussi courageuse savait mentir mieux que ça.
 
Kara s'arrête et Brainiac reprend.
 
Brainiac : Vous êtes aussi transparente que Kal-El.
Kara, se retournant, inquiète pour son cousin : Qu'est-ce que vous savez sur Kal-El ?
Brainiac : Je l'ai observé.
Kara : Je ne sais pas ce que vous voulez mais cette vie fait partie de mon passé.
Brainiac : Si vous aviez la possibilité d'y retourner, vous ne parleriez pas comme ça.
 
Kara, qui est sur le point de partir est interpellé par cette dernière phrase et se retourne.
 
Brainiac : J'imagine que cette vie doit vous manquer. Retrouver votre mémoire a sûrement été une grande déception.
 
Il prend un air compatissant.

Kara : J'adore ma vie ici, et je vous conseil de partir.
Brainiac : Vous essayez de vous convaincre mais tout ça sonne faux. Si je vous disais que j'ai les moyens de vous ramenez ? Que vous pourriez sauver tous ceux que vous aimer ?
Kara : Vous n'êtes pas le premier Kryptonien qui tente d'utiliser mes souvenirs contre moi. Et c'est vouer à l'échec.

Brainiac regarde avec intérêt le bracelet de Kara, celui qu'elle porte à son avant-bras.

Brainiac : Je regrette que vous refusiez, j'ai besoin de votre aide.
Kara : Désolée, ce n'est pas mon problème.
 
Puis elle s'en va, décidée, en poussant Brainiac.

Brainiac, la saisisant par les épaules et la menaçant : Au moins reconnaissez que j'ai essayé en douceur.

On entend le bruit de la super vitesse, c'est Clark qui arrive, saisit Brainiac et le balance à travers champ. Il fait péter la réserve d'eau. Les deux cousins sortent de la grange en super vitesse, voient le jet d'eau puis Brainiac qui en sort, tout mouillé, il s'avance vers eux.
 
Brainiac : Je vous aurais prévenu, si nous agissons à ma façon aucun humains ne souffrira.

Au regard de Clark on voit bien qu'il prend cette menace au sérieux. Puis Brainiac part en super vitesse bousculant Kara et Clark qui tombent chacun de leur côté, puis se relèvent et voient Brainiac s'envoler vers le ciel.
 

 

GÉNÉRIQUE


FERME DES KENT
Kara marche derrière Clark qui à l'air tendu.

Kara, agacée : Pourquoi tu ne m'as pas dit qu'il y avait un autre Kryptonien sur Terre ?
Clark : Tu étais amnésique, perdue à l'autre bout du pays. C'est une machine, un ordinateur, il n'est pas comme nous.
Kara, réfléchissant : Brainiac !
Clark : La dernière fois que je me suis battu contre cette chose, elle voulait me faire libéré Zod.
Kara : Tu as bien détruit Zod, n'est-ce pas ?
Clark : Maintenant, qu'est-ce qu'il veut ?
Kara : Moi.
Clark : Je vois. Ton père a fait de mauvais choix, il est possible qu'il se soit...allié à Zod ?
Kara, affirmative : Tu es fou ? S'il y a une chose sur laquelle nos pères étaient d'accord, c'était la haine qu'ils avaient pour Zod.
Clark : Alors pourquoi il s'intéresse autant à toi ?
Kara : J'en sais rien. Mais quand nous affronterons cette machine, il sera préférable qu'on se batte sur le même terrain tous les deux. Et ce sera dans le ciel.



DAILY PLANET
Vue sur un écran d'ordinateur, page blanche qui attend son titre, puis nous voyons des mains qui s'affolent sur une balle anti-stress, puis la caméra remonte sur un décolleté que l'on connaît bien, puis sur le visage de Loïs qui a l'air hyper-tendue.

Jimmy, derrière elle : Je croyais qu'on écrivait les articles avec des mots ?
Loïs, énervée : Je commence par le meilleur et je complète après.
Jimmy : Ah ! Et bien, comme il me reste encore pas mal de pélicules et que j'aime bien bossé avec des gens que j'ai...tu vois, je me demandais si...
 
Loïs se retourne vers Jimmy.
 
Jimmy : ...si jamais tu avais besoin de photos pour complèter ta prose, je me disais que...
Loïs : Je croyais que tu avais du boulot ?
Jimmy : Oui, j'en ai, oui, j'ai du boulot, mais maintenant que les dépêches arrives par Luthorcorp...si je ne veux pas me faire jeter, il faut que je pende un truc exceptionnel.
Loïs : T'en fais pas, Lex doit me détesté beaucoup plus que toi.
Jimmy, optimiste : Alors on devrait s'associer pour lui en mettre plein la vue.
 
Elle se retourne de nouveau vers Jimmy.

Jimmy, entousiaste : Loïs Lane et Jimmy Olsen la super équipe !
Loïs : Et t'a pensé à Chloé ?
Jimmy : Je sais que c'est un peu choquant mais Clark a téléphoné et Chloé a filé sans parler de ses projets secrets.

Elle se retourne vers son ordinateur, elle vient de recevoir un mail comportant la photo d'une femme morte. On devine que c'est Patricia Swann.

Loïs, se retournant vers Jimmy : D'accord. Mais n'oublie pas de vérifié que ton appareil est chargé à bloc parce que je crois que demain on sera à la une. Regarde.
 
Elle commence à lire l'article.
 
Loïs : "La fille du prix nobel d'astronomie a été assassiné"
Jimmy : Patricia Swann ? La femme qu'ils ont repêchées dans le lac la nuit dernière ?
Loïs : Ouais.
Jimmy : Quoi ? Elle s'est pas noyée ?
Loïs : Elle a plutôt coulée. Difficile de nager avec une balle dans la tête.

 

MANOIR DES LUTHOR
Gina entre dans le bureau de Lex et ferme la porte. Elle commence à s'avancer vers Lex.
 
Gina : Toutes les traces ont été effacés, monsieur Luthor. Il est impossible de faire le lien entre vous et le pendentif.
Lex, regardant par la fenêtre : Inutile de vous rappelez que...
Gina, le coupant : C'est un secret absolu, rien ne doit filtrer. Vous pouvez me faire confiance, je comprends. Vous avez attendu si longtemps, c'est un moment crucial.
 
La caméra fait face au visage de Lex. Le rayon du soleil illumine son visage et l'on peut remarquer le symbole de Veritas. Il commence à détourné son regard de la fenêtre.
 
Lex : Je trouve ça drôle. J'ai fouillé le monde entier dans cette course aux trésors infernale et le secret de Veritas était plus proche de moi que je ne le croyais.
Gina : Dans un sens, c'est philosophique. Nous passons notre vie à la recherche de certaines choses et en faite elles sont sous nos yeux.
 
Lex qui s'est retourné s'assoie à son bureau tout en écoutant Gina.
 
Gina, continuant : Si vous permettez, j'aimerais vous poser une question. Vous avez dis avoir passé votre vie à fouiller, mais vous n'avez que récemment découvert l'existence de Veritas.
Lex : J'ai toujours su que mon père cachait un secret. Je savais qu'il y avait des symboles codés et des pierres sacrées, mais je n'avais pas mis de noms dessus.
Gina : Où avez-vous trouver la clé du mystère ?
 
Lex ne répond pa tout de suite. Un petit sourire vient se posé sur son visage et fini par répondre.
 
Lex : Au fond de ma mémoire. Après la première pluie de météorites, j'ai perdu tous les souvenirs de mon enfance. Mais en faite, depuis qu'on m'a tiré dessus à Détroit, je n'arrête pas d'avoir des flash et des images qui reviennent.
Gina : Et vous vous êtes souvenu de ça ?
 
Lex la regarde et semble réfléchir puis il baisse la tête et comtemple un objet avec le symbole «Veritas» puis une lumière rouge sang apparait.

FLASHBACK
Une cage d'escalier, au mur des tableaux de maître, et un blason divisé en trois parties, deux cygnes face à face, le symbole de Veritas. Il porte un cygne sculpté et la devise Fidelitas. Une petite fille en robe de soie rose descend les marches et s'arrête au dernier palier. En bas, 3 jeunes garçons d'une dizaine d'années : Lex, Oliver Queen, avec un arc et un carquois de flèches, et Jason Teague.

Oliver : Dépêche-toi, Pattie, c'est ton tour, allez !
Patricia : Mais, je vient de m'y collé.
Jason : Pattie !
Patricia : Oh, d'accord, j''y vais.

La fillette commence à compter, la tête enfouie dans ses bras, en partant de 10.
 
Patricia : Dix, neuf, huit, sept...
 
Les trois garçons se séparent et courent se cacher.
 
Patricia : ...six, cinq, quatre, trois...
 
Mais Patricia triche et voit Oliver se faufiler derrière une pendule.
 
Patricia : ...deux, un, attention, j'arrive !
 
Elle commence à lever la tête.
Jason se cache dans un coffre en bois. Lex se retrouve à découvert et choisit d'entrer dans un dressing plein de manteaux. L'effort qu'il a fourni réveille son asthme et l'oblige à utiliser son inhalateur.
On entend des voix masculines :

Voix : Le Docteur Swann a déjà beaucoup parler du Voyageur.
Lionel : Ah oui ? J'ai l'impression de résoudre un puzzle ou il manque des pièces. Il nous cache quelque chose.
Voix : Lionel, c'est de l'imprudence, rien d'autre.

Lex, par une ouverture de l'aération, se met à genoux, l'air intrigué.

Voix : Et à en juger par la mutinerie que vous fomenter, il a raison. Swann ne nous dit que le strict nécessaire, c'est plus sur comme ça.
Lionel : Oui, je...je comprends, mais, supposons que ce soit le piège d'une ruse, vous imaginez ?

A travers la grille d'aération, on voit 3 hommes dans un boudoir près d'un feu de cheminée. Le fronton de l'âtre porte les blasons des quatre familles du cercle Veritas. Edward Teague est assis dans un profond fauteuil de cuir, Lionel et Robert Queen sont debouts, ce dernier considérant une enveloppe épaisse dans ses mains.

Lionel : Si nous n'ouvront pas cette enveloppe, les conclusions du Docteur Swann pourraient être aussi mythologiques que les dieux grecs.
Robert Queen : Virgil sera là dans une minute, je vous conseil de ne pas qualifier son travail de mythologique.
Edward Teague : Veritas. Nous allons offrir au monde cet immense secret.
Robert Queen : Nous allons alliée nos fortunes dans ce groupe pour protéger ce secret. Non pour le divulguer.
Lionel : Est-ce que c'est Robert Queen qui dit ça ou est-ce Virgil Swann ? Vous parlez de plus en plus comme lui. Oui, le Docteur Swann a fait cette découverte tout seul, mais cela ne lui donne pas le droit de nous dissimuler des informations. Donnez-moi cette enveloppe s'il vous plaît !
 
Il tend le bras.

Robert Queen : Nous avons promis de ne pas rencontrer le voyageur tant que l'on aura pas mis en place tous les moyens pour contrôler.

Il dépose l'enveloppe sur un petit présentoir. Elle est cachetée à la cire.

Lionel : Vous êtes mal placé pour parler de promesse, alors que je sais pertinemment que vous travailler avec le Docteur Swann. Et vous, Edward, vous et Geneviève vous avez fais le tour du monde parce que vous étiez à la recherche de ces pierres magiques.
Edward Teague : Lionel, tout ça est plus important que les Queen, les Teague ou les Luthor.
Robert Queen : Bien avant que nos familles s'unissent, des hommes sont morts pour protéger le secret de Veritas. Si les ancêtres dis vrais et bien, ils se sont sacrifiés pour protéger ce secret pendant des siècles.
Lionel : Si la prédiction du Docteur Swann est exacte, Robert, nous ne pouvons plus attendre. Le Voyageur arrive. Le secret que contient cette enveloppe, va nous donner le pouvoir absolu ! Ça vous fais peur ! Vous saurez quoi en faire, un peu de courage...
Edward Teague : La tentation est grande, je n'en vois aucun parmis nous qui ai assez de force pour résisté.
Robert Queen : Nous étions d'accord. Nous ne devions pas ouvrir l'enveloppe à moins que le Voyageur soit une menace pour la Terre. C'est pourquoi Swann et moi avons été à Zurich, pour nous assurés que le secret serait à l'abri dans un coffre loin d'ici et que le pouvoir absolu resterait un privilège des dieux.
Lionel : Robert, tous les...

Une porte s'ouvre, interrompant la conversation. Les trois hommes s'éloignent de la cheminée. Robert Queen pousse un soupir et, comme à regret, saisit une chaîne en or pendue au présentoir. Il tourne une molette frappée du sceau de Veritas qui soulève un couvercle aux armoiries des Queen. L'objet renferme en fait une clé, identique à celle que Lex adulte possède. De sa cachette, Lex voit passer sous ses yeux les roues d'un fauteuil...

FIN DE FLASHBACK
Lex dévisage son assistante sans un mot et semble se souvenir : d'un doigt il ouvre le médaillon de Patricia et y découvre la seconde clé.

Lex : Retrouver la banque qui correspond à cette clé.
Gina, le saisissant : Il faudra plusieurs mois.
Lex : Vous avez vingt quatre heures. Elle est à Zurich.

Tournant les talons, l'assistante quitte la pièce et laisse lex à ses pensées.

 

LUTHORCORP
Lionel longe le couloir le menant à son bureau. Il porte un attaché-case et a l'air soucieux. Il dépasse deux agents d'entretien s'affairant autour d'une plante. Il s'agit de Loïs et Jimmy. Lionel rentre dans son bureau, Loïs lui emboîte le pas, suivi de Jimmy qui se saisi d'un appareil photo. Ils font tous deux irruption dans la pièce.

Loïs : Monsieur Luthor, avez-vous un commentaire à faire sur la mort de Patricia Swann ?

Jimmy le mitraille de son objectif...

Lionel, le bras levé pour se dérober aux flashes : Arrêté de prendre des photos ! Baisser cet appareil ! Je vous ai dit de baisser cet appareil !

Jimmy arrête, sous le regard approbateur de Loïs.

Lionel : Quelle imagination ! Interviewer quelqu'un après avoir pris rendez-vous même dans une conférence de presse serait trop conventionnel pour vous mademoiselle Lana, mais...
Loïs : Je vous en prie, vous refuseriez une interview avec moi même si votre vie était en jeu.
Lionel : Vous pensiez que je vous répondrais plus facilement en me tendant un piège ?
Jimmy : C'est l'occasion de dire la vérité.
Lionel : La vérité ?
Loïs : Après, vous irez sans doute en prison.
Lionel, éclatant de rire : Hahahahaha ! J'ai une question à votre sujet. Je me demande si c'est votre courage qui vous guide ou votre stupidité incorrigible ?
Loïs : Pas la peine de changer de sujet. Vous êtes le dernier à avoir parler à Patricia Swann avant que cette pauvre femme reçoive une balle dans la tête.
Lionel : Je vois. Cette conversation très édifiante, touche à sa fin.

Il tourne les talons et s'approche de son bureau. Loïs lui emboîte le pas.

Loïs : Comme vous voudrez, mais à mon avis je ne serais pas la seule à vous poser des questions.
Jimmy : D'après les relevés, vous avez échangé cinq coups de fils dans la même journée avec Patricia Swann. Et comme par hasard, le jour de sa mort.
Lionel : Nous traitions une affaire. Ces coups de fils prouves que nous étions en cours de négociations, c'est tout.
Loïs, le sourire aux lèvres et sortant des photos : Oui, bien sûr, ça ne fait aucun doute.
Jimmy, lui arrachant les clichés des mains pour les montrer à Lionel : Regarder ! Toutes les photos de Patricia Swann, montrent qu'elle portait toujours un pendentif avec le symbole de sa famille.
 
Il montre à Lionel l'objet en photo.
 
Jimmy : Ce pendentif avait disparut quand on l'a sortie du lac. Mais il y avait une marque, juste là dans son cou. On a du le lui arraché brutalement.

Loïs semble satisfaite de la démonstration. Lionel s'empare du cliché montrant le cadavre repêché de Patricia. La caméra passe d'un visage à l'autre et l'on s'attend à une confession.

Lionel : C'est bien triste, je suis de tout coeur avec sa famlle.
Loïs : Monsieur Luthor...
Lionel : Maintenant, si vous avez terminer votre petit numéro, la sécurité se fera un plaisir de vous raccompagnez jusqu'à la sortie.

Les deux agents empoignent les faux jardiniers qui regagnant la sortie. Lionel desserre sa cravate et extirpe de sous sa chemise le pendentif que Robert Queen avait en sa possession 20 ans plus tôt. Il l'ouvre pour en sortir la clé.


 
FERME DES KENT, LA GRANGE
Il est à la fenêtre, observant le ciel. Une forme noire pénètre à l'intérieur en volant : c'est Kara qui se pose avec légéreté et facilité sur le plancher.

Kara : Tu vois, c'est simple.

Clark se retourne vers la fenêtre.
 
Kara : Clark, vas-y. Lana est à la Fondation, t'es tranquille, elle ne te verra pas apprendre à voler. Je t'en prie, pourquoi tu te retiens ?

Clark respire à fond, essaye de se détendre et Kara le pousse légèrement : il essaye de s'envoler mais se retourne.

Clark : Ça ne m'aide pas.
Kara : Excuse-moi, désolée, je ne voulais pas te déconcentrée, je ne te touche plus. Tu peux y arrivés, c'est rien. Il suffit de prendre son envol.

Elle fait mine de s'envoler.
Clark se retourne, tente un nouvel essai mais renonce....

Clark : Non, j'ai pas le temps !
Kara : Tu as vu comment Brainiac s'est envolé ? Comment tu compte le coincé ?
Clark : Pour l'instant le plus important c'est de le retrouver. Et au lieu de ça, je perds mon temps avec un pouvoir que je n'ai pas encore.
Kara : Si tu veux, tu le cherche sur terre et je le cherche dans le ciel.
Clark : Ah ça, c'est facile à dire. Chloé a passée des heures à m'aider à le localiser Brainiac, on ne sait jamais où il va apparaître. Il faut trouver un moyen de le repéré.
 
Kara réfléchie pendant quelques secondes.

Kara : Il marche à quoi ?
 
Clark semble étonné ar la question que lui pose sa cousine.
 
Kara : Il faut se recharger. C'est valable pour tout le monde.
Clark : Il n'est pas affecté par le soleil. Je ne sais pas comment il se nourri.
Kara : Il a besoin d'énergie.
Clark : C'est une machine.
 
Ils se regardent l'air content d'eux et se sourient.


 
FONDATION ISIS
Lana entre dans ses bureaux de la Fondation Isis, un mug et des dossiers à la main. Elle les dépose sur une table. Soudain, l'électricité semble faiblir. Les écrans de contrôle se mettent à grésiller. Intriguée, elle avance dans la pièce, vers son ordinateur principal et appuie sur le clavier. Rien ne se passe. Les parasites envahissent les écrans. Brusquement tout s'éteint. Le reflet de Brainiac apparaît sur l'écran face à la jeune femme. La terreur se lit sur le visage de Lana.

Brainiac, d'une voix sombre : Bonjour, Lana.

La jeune femme se retourne face à lui, et tente de se sauver, de suite rattrapée en super vitesse par l'humanoïde. Il la tient fermement par les bras en ricanant cyniquement.

Lana, paniquée : Laissez-moi, allez-vous en !

Brainiac continue à ricaner. Il la retient d'une main par l'épaule tout en avançant l'autre de façon menaçante, vers son visage. Lana en suit le mouvement du regard, effaré. Il tend son index face à ses yeux. Son doigt se transforme alors en une pointe acérée qui se plante au milieu de son front. De chaque côté se détachent deux pointe métallique se tortillant telles des serpents. Elles pénètrent dans les yeux de Lana, qui semble paralysée. Brainiac les retirent ensuite, comme si de rien n'était. Une pointe de sang orne le front le la jeune femme. Des ses yeux coulent des larmes de sang. Il sourit, semblant satisfait du résultat.


 
DAILY PLANET
Gros titre du Daily Planet : "Mort suspecte d'une notable de Métropolis".
Clark, attrape un exemplaire du journal et lit la Une avec attention. La sonnerie de l'ascenseur lui fait lever la tête. Chloé en sort d'un pas rapide.

Clark : Chloé, tu ne m'as pas dis qu'ils l'avaient retrouvée cette nuit ?
Chloé : Je...je viens d'arriver, de quoi tu parles ?
 
Elle prend le journal que son ami lui tend et lit le gros titre. Elle soupire :
 
Chloé : Encore un membre du groupe Veritas réduit en silence.

Elle se dirige vers son bureau, suivi de son ami.

Clark : Est-ce que tu crois que Lionel est derrière tout ça ?
Chloé : Tout ce que je sais c'est qu'il détournait les soupçons sur Lex lorsque tu étais prisonnier, mais je n'ai rien trouvé, pas la moindre collection, il y a que son père. C'est le seul lien entre Lex et Veritas, je n'ai rien trouvé d'autre. Tout indique que c'est Lionel.
Clark, hésitant : Et si elle avait été tuée parce qu'elle voulait me protéger ? Pour protéger mon secret ?
Chloé : Arrête, ce n'est pas le moment de culpabilisé.

Clark abattu baisse les yeux, comme un enfant réprimandé.

Chloé, s'installant devant son écran : Ecoute, j'ai passé toute la matinée à faire du charme au chef du Département de Distribution de l'Electricité. Il a bien voulu accéléré la procédure pour me donner un mot de passe temporaire. Avec ça, je vois tout les pics de consommations qui sont inhabituelles.
 
Son écran affiche différents pays.
 
Chloé, continuant : Brésil, Honduras, en Floride, et bien, Brainiac aa l'air d'aimer les voyages !
 
Clark fait les cent pas devant elle. Le visage de la jeune journaliste se fige.
 
Chloé : Oh non, pas ça !
Clark, inquiet : Qu'est-ce qu'il y a ?
Chloé : Un pic de consommation dans le centre de Métropolis, juste à côté de la Fondation Isis.
Clark : Lana...


 
FONDATION ISIS
Dans le salon d'accueil de la Fondation, Lionel, appuyé sur une table, écrit rapidement un mot sur une enveloppe. A l'instant où il signe, Clark arrive en super vitesse et entre dans les locaux. Lionel se retourne surpris.

Lionel : Clark...
Clark, l'interrompant : Gardez ça pour la police.
Lionel, le suivant d'un pas rapide : Je t'en prie. J'étais venu voir Lana...
Clark, ne l'écoutant pas : Lana !
Lionel : J'espérais qu'elle pouvait te faire entendre raison, mais nous n'avons plus de temps, mon fils. S'il te plaît, tu dois m'écouter.
Clark, lui coupant la parole : Vous avez déjà détruis la vie d'un de vos fils, c'es déjà suffisant. Lex est le seul qui vous reste et il vous déteste sûrement autant que moi.

Il est maintenant dans la salle de contrôle et regarde autour de lui.

Lionel, comme essoufflé : Oh, non, c'est...ça n'a aucune importance, mais toi, toi il faut que tu m'écoute, je t'en prie...
Clark : C'est vrai. Tout ça vous laisse indifférent, avouez-le, vous vous en fichez. Autant que tu meurtre du Docteur Swann et des Queen ? Vous n'avez pas changé, Lionel. Patricia me l'a dit et vous l'avez tué.

Lionel : Non...Clark, non...écoute, je n'ai jamais...je n'ai jamais...
 
Submergé par l'émotion, comme oppressé, il n'arrive à finir sa phrase.
Les yeux de Clark se posent alors sur le mug encore fumant de Lana. Il s'avance de la table.

Lionel, reprenant ses esprits : Tant pis. Ça n'a aucune espèce importance que tu peux penser de moi, mais écoute-moi...oh mon dieu, il y a quand même des choses que tu dois savoir. Je garde ton secret depuis beaucoup plus longtemps que tu ne l'imagine.
Clark : J'aurais du écouter mon père. J'étais assez stupide pour croire que vous vouliez faire preuve de générosité. Vous êtes moins humain que moi.
Lionel, détachant le pendentif de son cou : Clark, il y a...il y a quelque chose que je dois te donner. Prends ça, tiens, prens ça...
 
Il lui tend la chaîne avec le précieux médaillon, le suppliant du regard.

Clark, sans prévenir lui attrapant violement le poignet : Je ne veux rien de vous ! Dites-moi où est Lana !
Lionel : Je n'en sais rien. La réceptionniste a dit qu'elle avait eu une visite et qu'elle était partie.
Clark, le visage figé par la panique : Une visite ?

Il file en super vitesse, laissant Lionel se frottant le poignet. Il se baisse et toujours le pendentif à la main, dépose l'enveloppe sur les affaires de Lana, près de son mug. 



FERME DES KENT
Clark entre en trombe dans la maison.

Clark : Lana ?

Il passe dans toutes les pièces.

Clark : Lana ? Tu n'étais pas à la Fondation. J'ai eu peur que Brainiac ne sois aller te chercher là-bas !

Il se retourne et trouve Lana, debout immobile devant les fourneaux.

Clark : Lana.

Il s'approche d'elle. Il bruit d'eau bouillant et un crépitement se fait entendre. Lana tient dans sa main, la queue d'une casserole bouillante, qui semble être sur la plaque depuis très longtemps. Elle ne bouge pas. Clark lui arrache la main de la casserole.

Clark : Lana !

La main de la jeune femme est rouge, brûlée, les chaires à vif. Les yeux baissés, elle ne réagit pas.
 
Clark : Qu'est-ce que tu fais ?
 
Clark lui redresse doucement la tête. Son regard se pose sur lui : des yeux blancs, vitreux sur un visage vide d'émotion.

Clark, les larmes aux yeux : Non...Lana ?

Kara entre au même moment dans la maison.

Kara : C'est ça le travail d'équipe ? Pourquoi tu m'as posé un lapin ? Je croyais que tu devais me contacter quand Chloé localiserait Brainiac.

Elle s'avance et voit alors le visage de son cousin et surtout la main de Lana.

Kara : Qu'est-ce qui ne va pas ? Qu'est-ce qui se passe ?

Lana se retourne alors vers elle et s'avance. Elle la regarde sans bouger.

Clark : C'est Brainiac. Il s'en est pris à Lana.
Kara : Il a fait ça pour m'atteindre.

Lana saisit un feutre et commence à écrire sur un bloc note, en kryptonien, sans même regarder ce qu'elle fait.

Clark, lisant à haute voix : "Délivre-moi Kara au Daily Planet".

Kara prend le bloc pour lire elle-même. Clark de son côté essaie de faire réagir Lana.

Clark : Lana...Lana ? Réponds-moi ! S'il te plaît, Lana.

Derrière eux, Kara disparaît en super vitesse, sans se faire remarquer.


 
FONDATION ISIS
La nuit est tombée sur Métropolis. Dans les bureaux de la Fondation Isis, une porte s'ouvre. La tête de Jimmy apparaît dans l'embrasure.

Jimmy : C'était un jeu d'enfant. On entre ici comme dans un moulin.

Il entre, suivi de Loïs et referme la porte derrière lui.

Jimmy : Qu'est-ce qui te fait croire que Lionel a confié ses crimes les plus sombres à Lana ?
Loïs : Il a quitté son bureau, et il est venu ici. Faut chercher.

Ils avancent dans les bureaux. Jimmy cherche une sorte d'indice et se faufile dans un endroit sombre. Loïs avance vers une porte et ouvre une porte déjà entrebaillée.

Loïs : Lana ?

Elle entre dans la salle de contrôle de la Fondation, suivie de Jimmy. Ils voient les ordinateurs de Lana et sont très impressionnés par ce qu'ils voient.

Jimmy : Excuse-moi, mais cet endroit est vraiment...
Loïs, finissant sa phrase : Flippant.
Jimmy, haussant les sourcils : Excitant.

La jeune journaliste le regarde de travers et lève les yeux au ciel. Elle se tourne dans la pièce et son regard se pose alors sur quelque chose. Elle se dirige vers la chose et tombe sur l'enveloppe que Lionel a laissé. Sans attendre, elle s'en saisit et l'ouvre. Jimmy s'approche d'elle. Les documents qu'elle a dans les mains se rapportent au chauffeur qui a assassiné Patricia Swan. Dessus, écrit de la main de Lionel, est attaché une note en partie lisible «Lana, j'ai besoin de ton aide. Il faut que tu me crois, je suis innocent, Lionel»

Loïs : Oh, c'est pas vrai !

Elle regarde derrière le document.

Jimmy : Qui c'est ?
Loïs : Le chauffeur de Patricia Swann. C'est le suspect numéro 1 et il s'est envolé.
Jimmy, essayant de suivre : Je vois. Et ça, ça changerais toute la donne, parce que...
Loïs, lisant à voix haute la note écrite par Lionel : "Lana, j'ai besoin de ton aide. Il faut que tu me crois, je suis innocent, Lionel".

Jimmy prend les documents et les regarde plus attentivement. La jeune journaliste prend des photos qui accompagnaient le courrier. Dessus, on y voit Lex et le chauffeur.

Loïs : Le type qui a tué Patricia Swann n'a pas été engagé par Lionel...

Elle tend les photos au jeune homme, qui les prend et comprend.

Jimmy : Il travaillait pour Lex.

Ils se regardent d'un air complice et assez content d'eux puis la caméra nous montre en gros plan la photo de Lex et du chauffeur.


 
DAILY PLANET, BUREAU DE LEX
Nous voyons de petites boules sur un bureau puis une personne attrape un passeport dans son attaché case et boucle celui-ci. C'est Lex. Son assistante entre, refermant la porte derrière elle.

Lex, sans la regarder : Ils préparent mon jet.

Il se tourne vers elle tandis qu'elle s'avance et se tient face à lui.

Lex : J'espère que vous avez trouvez la banque
Gina : Nous avons remonter jusqu'à la caisse de dépôt Suisse, monsieur. Mais nous avons eu un problème.
Lex, agacé : Après tout ses efforts, je pense qu'on peut dire que persuadé un caissier récalcitrant est maintenant le dernier de nos soucis. Si c'est un employé qui vous arrête...
 
Il fait quelques pas pour faire dos à Gina.
 
Lex, continuant : ...filé lui la somme qu'il vous demandera.
Gina : Les clients de cette banque sont les héritiers du troisième Reich, la mafia Sicilienne et Al- Qaida. Avec tout mon respect, je suis presque certaine qu'ils ne plierons pas devant vous.
Lex, s'approchant de Gina : Qu'est-ce que ça veut dire ? S'il leur faut une autorisation, il n'ont rien à dire. Nous avons la clé !
Gina : Nous avons une clé. Chaque coffre de dépôt de la partie sous haute sécurité s'ouvrent avec deux clés.
Lex, étonné : Deux clé ?
Gina : Exacte. Nous avons déjà engagé les recherches en ce qui concerne la seconde, mais...

Lex retourne vers son bureau
 
Gina : ...pour l'instant nous n'avons rien.
 
Il l'ouvre son attaché de case et en sort une liasse de journaux. Il les regardent rapidement et tombe enfin sur celui qu'il cherchait. Le papier du journal est jauni par le temps. La une du journal affiche : "Le président de Queen Industries a disparu".

 

FLASHBACK
Le papier du même journal est blanc. La main d'un enfant tient un personnage bleu capé de rouge. La main fait décoller le personnage, accompagnant l'action d'un bruitage à la bouche. Le jeune Lex, fasciné par son super-héros, le fait voler sans cesse. La porte de l'ascenseur s'ouvre, le sortant de son monde imaginaire. Un homme en sort et se dirige, sans le regarder vers le bureau de son père. Intrigué, le jeune garçon se lève, prenant soin de bien ranger sa figurine dans sa poche de veston. Il s'approche de la double porte vitrée et entend la voix de son père.

Lionel : Un seconde s'il vous plaît ! Ils ont finis les recherches, aucun survivants, les plongeurs n'ont rien trouvé, pas de rescapés ?
Homme : Non, monsieur, c'est confirmé. Les Queen sont mort.
Lionel émet un petit soupir.
Lionel : Et leur fils, Oliver ?
Homme : Il est en pension.
Lionel : La clé ? Vous avez la clé ?

L'homme tend à Lionel un médaillon. Lex voit toute la scène dans l'embrasure de la porte. Lionel prend le médaillon et le fixe. Lex se penche un peu plus pour bien admirer la scène.

Homme : L'hélicoptère attend monsieur !
Lionel, regardant le médaillon : Merci.

L'homme s'en va. Lionel prend le téléphone. Il fixe le médaillon.

Lionel, au téléphone : Ça y est, je l'ai. Non, maintenant il faut celle du Dr. Swann. Oui, voilà...

Il range le médaillon dans sa poche.

Lionel, toujours au téléphone : Écoutez-moi, je vous le répète. Le Voyageur ne nous sera d'aucune utilité si nous n'arrivons pas à le contrôler.

Lex continue toujours à regarder la scène.

Lionel, toujours au téléphone : Et bien, je crois que la réponse à cette question est au fond d'un coffre de dépôt dans une banque à Zurich. Oui, c'est fait. Nous en reparlerons plus tard. Au revoir.

Il décroche et prend son attaché case et se dirige droit vers la porte. Lex surpris, recule de quelques pas. Préoccupé, Lionel n'en fait pas affaire.

Lionel : Lex !

Il sourit.

Lionel :Tu es prêt à partir à l'aventure mon fils ?

Le jeune Lex approuve d'un mouvement de tête, un sourire illuminant son visage.

Lionel : Ta cravate ?

Lex, sans parler, la retire se sa poche et la lui tend.

Lionel : Ah, allons-y ! viens par là ! 

Il s'agenouille devant son fils, et lui parle tout en lui mettant sa cravate.

Lionel : Tous les deux, nous allons nous envolé dans un hélicoptère vers une petite ville très jolie qui est juste à côté d'ici. Elle s'appelle Smallville.

Il finit d'ajuster l'uniforme de son fils et se redresse. Le jeune garçon a l'air ravi.

Lionel : Parfait !

Il prend son fils par la main.

Lionel : Allons-y !

Ils s'éloignent dans le couloir. Le regard du jeune Lex s'attarde sur le gros titre du journal resté sur la table basse. "Le président de Queen Industries a disparu". 



FIN DU FLASHBACK
Retour au présent, Lex tient dans ses mains le vieux journal à la teinte jaunie par les années, il se retourne vers Gina.

Lex : Pas la peine de chercher très loin pour trouver cette clé.

Il se retourne vers Gina qui semble surprise.

Gina : Quoi ?
Lex : C'est ce que vous disiez, pourquoi chercher ailleurs ce qui se trouve tout près de nous.



DAILY PLANET, LE TOIT
Kara avance doucement sur le toit du Daily Planet et semble chercher quelque chose ou quelqu'un dans le ciel, elle attend, tourne sur elle même, mais la personne qu'elle attend n'est pas celle qui arrive à tout vitesse.

Clark : Kara, je nne peux pas te laisser faire.
Kara : Il s'en est pris à Lana, c'est ma faute. Brainiac a dit qu'il me voulait.
Clark, s'approchant de sa cousine : Pourquoi il te veut ? Je ne tiens pas à te perdre toi aussi.
Brainiac : Ce ne sera pas nécessaire.

Brainiac fait son apparition, sans un bruit sur le toit de l'immeuble. Les mains dans les poches, le visage serein. A son arrivée, Clark hausse le ton et se dirige vers lui.

Clark, d'un ton énervé : Qu'est-ce que vous avez fait à Lana ?

Mais Brainiac ne bouge pas et reste stoïque, l'air sur de lui, sa voix est basse à mesure qu'il entame son explication.

Brainiac : Ce n'est rien. J'ai seulement mis son système nerveux en veille. Absolument irréversible selon les critères humains, mais réversibles à selon les miens.
Kara : Je ne sais pas ce que vous attendez de moi, mais j'accepte. Arrêter de la faire souffrir.
Brainiac, presque souriant : Je pense qu'elle doit souffrir, oui en effet.

Il se rapproche un petit peu plus de Clark et Kara.

Brainiac, souriant : Il y a une partie de Lana qui est entièrement consciente de ce qui lui arrive, mais malheureusement, elle ne contrôle aucun de ses mouvements. Sa motricité, ses sens, sa parole, chaque respirations. Je contrôle absolument tout.
Clark : Vous allez la relâcher.
Brainiac : Je dois vous précisez qu'elle endure une douleur monstrueuse. Vous n'avez qu'à lui demander.

Il regarde Kara.

Brainiac : Mais vous pouvez y mettre fin.

Kara lève les yeux vers Brainiac...

Brainiac : ...en venant avec moi.

Et Kara s'exécute, faisant ainsi quelques pas en direction de Brainiac, à la surprise de Clark.

Clark : Kara ? Kara non, c'est un piège ! On ne peut pas lui faire confiance.
Kara : C'est le seul moyens de sauver Lana.

Elle tend alors son bras vers le ciel, et d'une légère impulsion, s'envole dans les airs. Clark la regarde un instant puis regarde Brainiac qui lui rend ce regard. Les deux hommes ont une attitude opposée, Clark est inquiet, effrayé alors que Brainiac est serein, satisfait, il esquisse un léger sourire en coin puis s'envole à son tour dans le ciel, laissant Clark seul, dans l'incapacité de les suivre.

Kara et Brainiac se suivent dans le ciel, ils s'arrêtent un instant, et l'on aperçoit la Terre en arrière plan qui s'éloigne. Puis Brainiac prend la tête, immédiatement suivi par Kara, les deux volent visiblement en direction d'une autre galaxie. Ils disparaissent dans l'univers, créant un léger trou noir, qui est suivi d'une immense explosion bleutée.


DAILY PLANET
Retour à l'intérieur du Daily Planet, Lionel est assis, les coudes posés sur ses genoux, l'air vraiment très inquiet, il attend quelqu'un. Soudain, son regard est attiré vers le haut, c'est Chloé qui descend l'escalier lentement. Lionel fonce vers elle.

Lionel : Mademoiselle Sullivan, vous devez parler à Clark, j'ai besoin que vous lui parliez.
Chloé : Il fallait y penser quand vous le pouviez. C'est bête, deux petits assassinat de rien du tout et vous vous demander pourquoi il vous en veut.
Lionel : Non non, je reconnais avoir eu certaines responsabilités par le passé, mais depuis, je pense avoir fait un monde honorable.
Chloé, se retournant : Le passé ? La semaine dernière, peut-être même aujourd'hui, aller savoir.
Lionel, bégayant : Je suis innocent, je n'ai absolument rien à voir avec l'assassinat de Patricia Swann.
Chloé : Vous avez fait en sorte d'éliminer tous les membres du groupe Veritas et vous venez jusqu'ici pour me demander de vous croire, pour quelle raison ?
Lionel : Parce que c'est moi qui ait été désigné. J'ai été choisi par Jor-El, je n'y suis pour rien, J'obéis à ses volontés, je suis son émissaire et ça a changé ma vie. Je ne suis plus le même aujourd'hui.
Chloé : On est pas idiot à ce point là. Vous profitez de la générosité de Clark qui voit toujours le côté positif des humains et de sa tendance à pardonné à la Terre entière, mais aujourd'hui vous avez crié au loup une fois de trop. On ne vous crois plus, c'est terminé.
Lionel : Mademoiselle Sullivan, je vous en prie écouter moi.

Lionel se met à genoux devant Chloé.

Lionel : Je vous en supplie écouté. Clark refuse de me parler, il s'est détourné de la parole de Jor-El, il s'est rendu vulnérable. Croyez-moi, il court un terrible danger.

Chloé le regarde avec un regard de dégout.

Chloé : S'il est en danger, vous êtes sûrement le responsable.
Lionel : Non, je me suis rebondi.

A ces mots, Lionel, toujours à genoux, saisi Chloé par les épaules et la secoue. L'homme est terrorisé, et terrorise Chloé qui se débat et se libère de Lionel.

Lionel, effrayé : Oh pardon !
Chloé : C'est vrai, j'avais oublié que vous étiez un homme pieux. Vous avez amasser tout le pouvoir qu'un humain désirait et vous avez appris le secret de Clark. Se rapprocher de lui était pour vous une façon de voir la phase de dieu.

Elle pousse Lionel de son passage et est décidée à quitter la pièce, mais le millionnaire la rattrape par le bras.

Lionel, se mettant debout : Au contraire, je l'ai protégé. C'est le seul moyen que j'ai trouvé pour me racheter. C'est ce que tout le monde désire : se rebondir et obtenir le salut.

Chloé est vraiment très effrayée par Lionel. A présent debout, Lionel reprend :

Lionel : Mais ça n'a aucune importance...parce que ce qui se prépare va être terrible.
Chloé : Encore une fois vous crié au loup.
Lionel : Non.
Chloé : Essayé de changer un peu de stratégie.

Elle s'en va. Lionel essaie toujours de la convaincre.

Lionel : Non...non, écouté...

Chloé sort du Daily Planet en courant. Lionel ne sait plus quoi faire et semble très inquiet de l'avenir et a peur.


UNE CLINIQUE
Clark est dans le hall d'une clinique, devant le bureau d'accueil, il fait les cent pas. Chloé arrive également.

Chloé : Alors ? Comment elle va ?

Clark avance vers Chloé mais n'a pas de réponse à sa question, la jeune femme le comprend et continue.

Chloé : Je suis vraiment désolé.
Clark : Je dois absolument retrouver Brainiac. Dis-moi si tu as trouvé quelque chose...

Chloé : J'aurais bien voulu, mais on dirait que Kara et Brainiac ont finis par s'évaporé.

Clark semble être perdu. Il lève les yeux en l'air suivi de Chloé qui se retourne. Un infirmier fait irruption.

Infirmier, à Clark : Si vous voulez la voir...
Chloé, se retournant vers Clark : Je t'attends ici.

Clark avance dans un couloir de la clinique, très lentement. Le couloir est sombre, de couleur bleue marine sur les murs, simplement éclairé par des lampes au plafond.

Have you heard?

Have you tried to understand?
It´s all right

Clark : Lana !

It gets easy on with time
How are you? Are you ever comming back?

Au bout du couloir, une fenêtre à carreau qui donne sur les jardins de la clinique. Dans le coin près de la fenêtre, une imposante statue taille réelle d'un ange aux paumes ouvertes vers le ciel. Enfin, devant la fenêtre et la statue, Lana. La jeune femme est assise devant la fenêtre, dans une petite robe blanche, les cheveux détachés en arrière. Clark s'approche délicatement d'elle, et pose un genou par terre afin d'être à sa hauteur.

Clark : C'est moi Clark.

I´ve changed
And I´ve realized I was wrong
I was wrong
Now I´ll never see your face, anymore
Oh my love, i´d give anything for one more day with you

Les yeux de Lana ont toujours cette couleur blanche, et semblent sans vie, Lana n'a pas de réaction. Clark passe sa main derrière l'oreille de Lana, la caresse un instant, puis saisie la main de celle qu'il aime. Clark est abattu, il baisse la tête. Mais Lana a prononcé quelque chose. Clark lève la tête, plein d'espoir.

Lana/Brainiac : Kal-El

Il tend son oreille pour bien entendre ce que Brainiac est en train de prononcé.

Lana/Brainiac : Tu arrives trop tard, Kal-El.

I´m getting through
Wish you felt the way I do
I´ve changed

Clark passe alors sa main sur les yeux de Lana et lui ferme délicatement.

And I´ve realized I was wrong
I was wrong
Now I´ll never see your face, anymore
Oh my love,
I´d give anything for one more day with you


Clark ne peut plus contenir sa tristesse et craque au chevet de Lana.
Chloé arrive à son tour dans le couloir, mais n'avance pas, elle aperçoit Clark à genoux devant Lana, en train de pleurer. Son visage se crispe, très émue, elle se contient pour ne pas pleurer. La caméra reste au début du couloir, on aperçoit dans l'ombre au fond Lana et Clark. En fond sonore, on peut entendre les larmes du héros.

I was wrong, I was wrong
Now I´ll never see your face, anymore
Oh my love,
I´ll do anything for one more day with you
I´ll do anything for one more day
I´d give anything for one more day with you


  Fin de l'épisode

Kikavu ?

Au total, 29 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

poupette67 
06.11.2016 vers 21h

ptitebones 
31.10.2016 vers 18h

blady 
02.10.2016 vers 16h

JessBones 
19.09.2016 vers 20h

Sebastielo 
13.09.2016 vers 18h

France8181 
03.09.2016 vers 20h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
'Allied' UK Premiere

'Allied' UK Premiere
Lizzy Caplan s'est rendue à l'avant-première brittanique de son dernier film, 'Allied' ('Alliés' en...

Unlikely Heroes 4th A. Recognizing Heroes Charity Benefit

Unlikely Heroes 4th A. Recognizing Heroes Charity Benefit
Ian Somerhalder était à la 4ème édition du gala de charité 'Unlikely Heroes 4th A. Recognizing...

No Flights, No Tights

No Flights, No Tights
Tom Welling met à profit sa notoriété acquise grâce à 'Smallville' en sortant une collection de...

'The Charnel House' Premiere

'The Charnel House' Premiere
Callum Blue a assisté à l'avant-première de son dernier film, 'The Charnel House', un thriller...

NBC And Vanity Fair Toast the 2016-2017 TV Season

NBC And Vanity Fair Toast the 2016-2017 TV Season
Justin Hartley s'est rendu à la réception organisée par NBC et le magazine Vanity Fair pour célébrer...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Téléchargement
Partenaires premium
HypnoChat

Hypnotic (22:35)

Yes !

Hypnotic (22:47)

Pas tant de monde en fait

Titepau04 (22:56)

Moi je vais me coucher!!! ^^

arween (22:57)

Soirée koh Lanta donc non pas là

Sonmi451 (10:23)

Raaa désolé pour hier soir, je suis partie. Première maladie de bébé.

Sonmi451 (10:24)

Mais là si y a du monde, je suis preneuse d'une discussion diverse et varié. ^^

Sonmi451 (10:26)

On peut parler de noel, vous en êtes où dans vos achats? ^^

Titepau04 (10:27)

Bonjour!!

Sonmi451 (10:27)

Hello titepau!

Titepau04 (10:27)

J'ai pas commencé grand chose... et toi?

Sonmi451 (10:28)

Moi si ça va, j'ai avancé d'un seul coup cette semaine. ^^

Sonmi451 (10:28)

Il me reste l'homme et mon grand.

Sonmi451 (10:28)

Et tu as commencé les décos?

Titepau04 (10:29)

C'est cool ça!!!

Titepau04 (10:29)

Non... non plus!!! Faut que je m'y mette !!!

Sonmi451 (10:31)

Moi je commence tout juste et maintenant que j'ai un balcon, faut que je trouve aussi ce qu'il faut pour le décorer. ^^

Titepau04 (10:32)

Ahah!! Ça fait encore plus de travail

Sonmi451 (10:33)

c'est ça, je pense prendre une guirlande électrique et un père noel qui monte me rendre visite. ^^

Sonmi451 (10:33)

et sinon tu as attaqué l'hypnonoel?

Titepau04 (10:38)

Ah j'aime pas ça.... on dirait qu'il est pendu le pauvre père Noël....

Titepau04 (10:38)

Oui j'ai commencé!! Et toi?

Sonmi451 (10:39)

Non c'est une echelle pour celui que j'ai vu. ^^

Sonmi451 (10:40)

Non moi pas encore, je sais pas si je vais trouver du temps. Tu as bien avancé sur cette animation toi?

Titepau04 (10:41)

J'en suis à 30 questions

Sonmi451 (10:42)

Ha ouais pas mal! Tu me donneras tes paquets cadeaux

Titepau04 (10:42)

Ah non mais non!!! Dis donc!!! ^^

Sonmi451 (10:46)

Rooo mais faut partager, c'est ça l'esprit de noel.

Titepau04 (10:47)

Non non non!!! Je me creuse les méninges, moi Madame, pour les avoir!!!

Sonmi451 (10:48)

creuse pas trop, c'est un coup, à ne plus avoir de méninges. ^^

Titepau04 (10:50)

J'en ai déjà plus beaucoup.... vive la grossesse!! LOL!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play