VOTE | 101 fans |

#109 : Question de Loyauté

Lambert, scientifique du château et ami de Gisborne, fait une découverte étonnante : une "poudre noire" explosive qui, si elle tombait entre de mauvaises mains comme celles du Shérif, pourrait être utilisée comme une arme létale. Lambert cache son carnet avec ses notes si bien que le Shérif le torture pour le récupérer. 
Much se fait arrêter pour le secourir de l'intérieur mais le Shérif contrecarre ses plans en le nommant Comte de Bonchurch. Lord Much s'inquiète toujours des plans du Shérif mais ne prête pas la même attention aux détails qui l'entourent...

Captures

Popularité


5 - 2 votes

Titre VO
A Thing Or Two About Loyalty

Titre VF
Question de Loyauté

Première diffusion
02.12.2006

Première diffusion en France
21.12.2007

Plus de détails

Réalisateur : Graeme Harper
Scénariste : Paul Cornell 

Cast secondaire
Rene Zagger ... Lambert
Kelly Adams ... Eve
Simon Green ... Merton

Dans une clairière, Lambert, un ami de Gisborne, fait une démonstration au Shérif de sa dernière découverte : une mystérieuse poudre noire. Alors qu'il s'abrite derrière une haute palissade avec Guy et Marian, le Shérif est dubitatif et tarde à les rejoindre. Au dernier moment, il se décide à descendre de son cheval et à venir se placer derrière le paravent de bois. L'explosion est puissante et le laisse sans voix avant de faire place à l'excitation. Vaisey se tourne alors vers Lambert et lui commande vingt grandes caisses de cette fabuleuse poudre noire. Le savant hésite, sa découverte est destinée à faciliter le travail des mineurs et elle ne doit pas servir d'armes.

L'étincelle qu'il voit briller dans les yeux du Shérif lui montre clairement qu'il ne peut pas lui faire confiance sur ce point, Lambert refuse la proposition. Mais Vaisey ne l'entend pas de cette oreille, il ordonne l'arrestation du savant qui prend la fuite à travers bois. Sa route croise brièvement celle de Robin et Petit Jean mais il leur fausse compagnie et court de plus belle. Bientôt, Lambert est rattrapé par les soldats et emmené au Château de Nottingham sous les yeux des hors-la-loi impuissants. Robin est inquiet, il sait que l'homme ne tardera pas à avouer à ses ennemis où se trouve le livre dans lequel il a consigné la formule de la poudre noire. 

Le seul moyen d'approcher Lambert détenu dans les geôles du Shérif, est d'y être emprisonné à son tour. Much se porte volontaire mais avant d'avoir eu le temps de discuter avec le savant, il est conduit devant Vaisey. Peu rassuré, il pense sa dernière heure venue quand le Shérif lui fait un surprenant cadeau : il le fait Comte de Bonchurch sous les yeux ébahis de Gisborne. Much n'en revient pas, son ennemi vient de lui offrir le titre et le domaine qui lui avait été promis en récompense de ses actions en Terre Sainte ! 

Vaisey rend ensuite visite à Lambert dans les cachots. Une dernière fois, il lui demande où est caché son livre. Face au refus du savant, il ordonne qu'il soit torturé. De son côté, Gisborne peine à cacher sa frustration : le Shérif vient de donner un titre de noblesse au bras-droit de son pire ennemi, il lui a ensuite retiré le projet concernant la poudre noire en se chargeant seul, désormais, de Lambert. Marian profite du désarroi de son fiancé pour tenter de l'amadouer. Elle lui suggère de conduire Lambert en sécurité à l'Abbaye de Kirklees, lui expliquant qu'ainsi il pourra regagner sa confiance.

Son ami pourrait alors lui révéler où se trouve son livre. Après un moment de réflexion, Guy se range à ses arguments. La conversation des deux promis dans la cour du château n'a pas échappé au Shérif qui voit ça d'un très mauvais œil. 

Les hors-la-loi cherchent un moyen d'entrer à Nottingham afin de voir ce qu'il est advenu de Much. Alors qu'ils sont dissimulés dans les douves, ils voient leur ami quitter la ville dans une confortable voiture escorté par quelques soldats. Stupéfaits, ils entreprennent de suivre l'équipage.

Arrivés à Bonchurch, ils observent Much, richement vêtu, s'avancer vers le manoir alors que les domestiques s'agenouillent devant lui. Une jeune et jolie servante, Eve, souhaite la bienvenue au nouveau maître des lieux.

Gisborne descend dans les geôles pour voir Lambert. Il lui propose un marché : son ami lui révèle maintenant où se trouve son livre, et en échange il s'engage à l'emmener loin du château, en sécurité. Lambert refuse, restant fidèle à ses convictions 

Pendant qu'au manoir de Bonchurch Eve est aux petits soins pour Much, Robin s'introduit dans le château de Nottingham. Il parvient jusqu'à Lambert et tente de l'emmener avec lui mais l'homme est trop mal en point : les bourreaux lui ont brisé les os des deux jambes. Lambert révèle à Robin que le Shérif a mis la main sur trois tonneaux de poudre noire et les a cachés. Le hors-la-loi lui demande où est dissimulé son livre mais le savant refuse de parler : pourquoi aurait-il confiance en lui ? Robin s'engage à revenir le chercher avec ses hommes,et lui donne sa parole d'honneur qu'il se contentera de mettre son livre en lieu sûr, sans en faire usage. Lambert le regarde longuement puis acquiesce.

Marian se présente au manoir de Bonchurch. Elle est accueillie par Eve qui la conduit jusqu'à Much. Marian lui explique qu'elle a besoin de voir Robin mais il ne peut rien faire pour elle dans l'immédiat. La jeune femme lui remet alors un pli pour le hors-la-loi sous le regard intéressé d'Eve qui observe discrètement. 

En se basant sur les révélations de Lambert, les hors-la-loi fouillent dans des tonneaux entreposés dans les réserves du château. Ils découvrent le livre du savant, trempé mais encore lisible. Une fois sorti, Robin se rend au manoir de Bonchurch et s'entretient avec Much sur les derniers évènements. Il s'assure que son ami a bien compris qu'Eve travaillait pour le Shérif – Much n'était pas dupe – puis l'informe qu'il détient le livre de Lambert. Alors que son compagnon d'armes lui remet la missive de Marian, Robin se réjouit d'avoir un noble de son côté : le tout nouveau Comte de Bonchurch ! 

En réponse au message de Marian, Robin se rend à Knighton à la nuit tombée. Vêtue en Veilleur de Nuit, la jeune femme se trouve dans les écuries, prête pour une de ses escapades nocturnes. Elle l'informe que Gisborne a décidé de venir en aide à Lambert et le conduira le lendemain en lieu sûr à l'Abbaye de Kirklees. Robin est dubitatif et, poussé par la jalousie qui le ronge, il ne peut s'empêcher de dénigrer son rival. Marian insiste, et lui demande d'intercepter Lambert dans la forêt. Ainsi il sauvera le savant et récupèrera le livre. Le hors-la-loi lui apprend qu'il possède déjà l'ouvrage mais refuse de le brûler quand elle le lui demande. Les deux jeunes gens se querellent. Persuadée qu'il cherche une nouvelle fois la gloire, Marian lance un regard noir à Robin avant de partir dans la nuit.

Le Shérif n'est pas totalement dupe aux manigances de Marian qui, selon lui, a bien trop d'influence sur son bras-droit. Il arrange un tête à tête avec Gisborne et lui rappelle les valeurs qui les unissent : la confiance, la loyauté... Guy se range à ses côtés, et accepte même que Vaisey s'occupe en personne de Lambert. Le Shérif se rend dans les geôles, comprend qu'il ne tirera plus rien du savant maintenant que Robin détient son livre. Il tue froidement Lambert. 

Le lendemain, quand elle arrive au Conseil des Nobles, Marian est surprise d'y trouver Gisborne alors qu'il aurait dû être en chemin pour conduire son ami en lieu sûr. Il lui confesse avoir avoir choisi son camp – celui du Shérif – et lui apprend la mort de Lambert. Profondément ébranlée, la jeune femme est sous le choc et bientôt les larmes lui montent aux yeux. Le Shérif a marqué un point ce qui l'a mis de fort bonne humeur. Il prend alors plaisir à humilier le Comte de Bonchurch – Much – qui participe pour la première fois au Conseil des Nobles. 

Marian retrouve Robin dans la forêt. La gorge nouée, elle lui apprend la mort de Lambert puis lui fait part de ses regrets avant de fondre en larmes. Le hors-la-loi la prend dans ses bras et elle s'y blottit pour trouver un peu de réconfort.

Tous deux rejoignent ensuite le reste de la bande, main dans la main. Ils arrivent au moment où Will veut brûler le livre du savant alors que Djaq tente de l'en empêcher, rappelant la valeur inestimable de ces pages. Robin leur annonce la terrible nouvelle et récupère l'ouvrage. Les hors-la-loi sont consternés par la mort de Lambert. 

Envoyée par Robin, Marian arrive au manoir de Bonchurch où la fête bat son plein. Much a organisé un grand banquet auquel il a convié les villageois. La jeune femme l'entraine à l'écart et lui fait part des ordres de Robin : il doit dire à Eve que le livre de Lambert est caché dans le troisième baril de poudre. Marian voit dans les yeux de Much qu'il hésite et comprend immédiatement qu'il est attiré par Eve. Elle lui rappelle avec fermeté que la jeune servante travaille pour le Shérif. Much la regarde ensuite s'éloigner, affichant un air de profonde tristesse.

Non loin de là, Eve n'a pas perdu une miette de la conversation. Plus tard, alors que le nouveau Comte de Bonchurch et sa jeune servante prennent un bain côte à côte tout en discutant, Much hésite encore à remplir sa mission. Il ne parvient pas à tendre un piège à Eve et renonce à faire ce que Marian lui a demandé. Reconnaissante à Much pour la confiance qu'il lui accorde, la jeune femme avoue être à la solde du Shérif et propose spontanément de suivre les instructions de Robin.

Marian croise Gisborne dans un corridor du château. Elle cherche à l'éviter, terriblement déçue par sa trahison alors qu'elle lui avait fait confiance pour délivrer Lambert. Il la retient par le bras et remarque qu'elle ne porte plus leur bague de fiançailles. Sommée de s'expliquer, il lui fait part de son sentiment d'avoir été trompée. Guy exprime des regrets puis lui rappelle qu'il est le seul à pouvoir s'interposer entre elle et le Shérif. Face cet argument, elle accepte de porter à nouveau sa bague mais son ton glacial affecte beaucoup Gisborne.

Eve est venue rendre visite au Shérif. Doucereuse, elle remplit sa mission à merveille en lui confiant avoir découvert que le livre de Lambert est caché dans l'un des barils de poudre. Le Shérif est aux anges et remet en toute confiance une bourse en récompense à son espionne. Il appelle Gisborne aussitôt après et lui ordonne d'aller récupérer le précieux ouvrage.

De retour à Bonchurch, Eve se hâte de rassembler ses affaires. Elle sait que le Shérif ne tardera pas à comprendre qu'elle lui a donné de fausses informations et elle a décidé de s'enfuir loin. Much est triste de la voir partir et il loue son courage. Ils échangent un baiser. Celui qui ne tardera pas à être 'ancien' Comte de Bonchurch la remercie au nom de Robin, mais Eve tient à clarifier les choses : si elle a agit ainsi, ce n'est pas pour Robin des Bois mais pour lui, Much. Un dernier baiser échangé et les deux jeunes gens se séparent.

Les hors-la-loi ont suivi Gisborne qui est tombé tête baissée dans leur piège en les menant directement aux trois barils de poudre qu'ils cherchaient, dissimulés dans une caverne au pied d'une falaise. Le bras-droit du Shérif a fouillé en vain les tonneaux à la recherche du livre de Lambert, et il s'en retourne à Nottingham pour faire son rapport. Le Shérif comprend rapidement qu'il a été dupé et il laisse éclater sa fureur. Il repart aussitôt vers la grotte avec Gisborne et une poignée d'hommes. Alors que Vaisey, méfiant, reste en retrait, Gisborne se dirige vers la cachette des tonneaux. Il est interpelé par Robin qui lui annonce qu'il n'a plus que dix secondes à vivre. Guy découvre avec terreur que le hors-la-loi est sur le point de décocher une flèche enflammée.

Robin dédie son geste à Lambert et tire. L'explosion des barils de poudre noire est gigantesque, elle fait s'effondrer une partie de la falaise et Gisborne se trouve violemment projeté avant d'être recouvert de poussières. Le Shérif s'approche, glacial, et somme son adjoint de tout nettoyer. 

De retour au campement, les hors-la-loi fêtent joyeusement le retour de "Messire Much" au sein de la bande.

Avant qu'il soit consumé, Djaq récupère discrètement le livre de Lambert que Robin avait finalement décidé de bruler. Son geste n'échappe pas au chef des hors-la-loi qui cependant, ne dit rien.

ANCIENNE MINE:
À l'aide d'un petit tonnelet, Lambert remplit une coupelle de poudre noire. Il recule ensuite en répandant derrière lui une trainée de cette mystérieuse poudre puis il s'arrête devant Gisborne et Marian. Le Shérif, juché sur son cheval, observe. Un soldat remet une torche enflammée à Lambert.
Lambert: Voilà, on est prêt. Nous sommes nerveux Marian, mais cela fait des mois que nous attendons ça.
Marian: J'avoue que je suis intriguée.
Gisborne: Il va vous étonner, je vous assure.
Le Shérif est, quant à lui, très dubitatif et ne cherche pas à cacher son profond ennui.
Lambert: Bien, le spectacle auquel vous allez assister apportera la preuve, qu'en maîtrisant la poudre noire, nous pouvons en contrôler la charge. De cette façon, les mineurs n'auront plus qu'à placer une petite dose de poudre près du filon et ce sera elle qui fera tout le travail augmentant ainsi la production sans mettre en danger la vie des ouvriers.
Peu réceptif à ce discours, le Shérif baille ostensiblement.
Gisborne (au Shérif): Je vous conjure de mettre pied à terre avant l'explosion.
Le Shérif: Vraiment?
Gisborne: Votre monture risque de perdre son calme.
Le Shérif: Je risque moi aussi de perdre mon calme voyez-vous, si je suis contraint à écouter vos sornettes plus longtemps.
Il se résout cependant à descendre de son cheval, utilisant comme à son habitude un soldat comme marchepied. Gisborne adresse un signe de tête à Lambert qui met le feu à la poudre devant eux. La flamme se propage rapidement le long de la traînée en direction de la coupelle. Tous se réfugient derrière une palissade en bois érigée là en protection excepté le Shérif qui reste à observer. La flamme gagne de la vitesse et le Shérif, subitement inquiet, se décide enfin à se réfugier lui aussi derrière la palissade. Lorsque le feu atteint la coupelle, une violente explosion se produit, affolant les chevaux et projetant des débris tout autour. Stupéfait, le Shérif ressort de son abri et s'approche du lieu de l'explosion. Gisborne tape en souriant sur l'épaule de Lambert.
Gisborne: Bien joué mon ami.
La fumée se dissipe peu à peu et laisse apparaître un profond cratère à la place de la coupelle. Le Shérif y descend et laisse éclater sa joie en sautant sur place.
Le Shérif (surexcité): Bravo Gisborne! Je veux dix, non vingt grandes caisses de cette poudre noire!
Lambert (calmement): J'accepte de fabriquer plus de poudre à certaines conditions.
Le Shérif: Vraiment?
Gisborne dévisage Lambert d'un air surpris.
Lambert: La première: je garde le droit de vendre ma découverte à d'autres.
Le Shérif (tout sourire): C'est naturel!
Lambert: La seconde: je veux une prime pour mon travail.
Le Shérif: Bien entendu!
Lambert: Et pour finir: cette poudre ne doit pas servir d'arme.
Le Shérif sort du cratère et vient se placer face à Lambert.
Le Shérif: Je crois que vous et moi avons un avenir ensemble. Faites-moi confiance!
Les yeux du Shérif brillent d'excitation. Lambert hésite puis déclare fermement.
Lambert: Non.
Gisborne (contrarié): Oh, Lambert...
Lambert: Non, je regrette. Ma réponse est non.
Gisborne: Réfléchis un peu avant de dire non.
Lambert: Je ne puis vous faire confiance...
Le Shérif: Mon cher garçon...
Sur un signe du Shérif, les soldats dégainent leurs épées et se dirigent, menaçants, vers Lambert. Marian, restée à l'abri derrière la palissade, assiste à la scène, impuissante.
Lambert: Laissez-moi partir ou vous aurez des problèmes!
Le Shérif (ironique): J'adore les problèmes!
Les soldats se rapprochent tandis que Lambert marche à reculons. Il lance soudain un petit sac en direction du Shérif et de Gisborne. En touchant terre, le sac explose tandis que les deux hommes se jettent à terre.
Le Shérif (aux soldats): Emparez-vous de cet homme!
Lambert lance un deuxième sac en direction des soldats et profite de la confusion créée par l'explosion pour courir en direction de la forêt. Marian, effrayée, le regarde s'enfuir.
Le Shérif (aux soldats): Je le veux vivant!
Gisborne se relève et se lance à la poursuite de Lambert.
Gisborne (en hurlant): Lambert!
Lambert court aussi vite qu'il le peut dans la forêt. Dans sa course, il percute Petit Jean qui arrive en compagnie de Robin. Lambert se dégage vivement.
Robin (à Lambert): Stop! Stop! Écoute-moi! Nous pouvons t'aider!
Lambert (affolé): Non! Non!
Il recule et, pour protéger sa fuite, il lance un nouveau petit sac en direction des hors-la-loi. Petit Jean et Robin ont juste le temps de se jeter à terre avant que le sac n'explose.

*** Générique ***

Lambert se retrouve nez à nez avec les soldats.
Un soldat: C'est lui!
Lambert (les menaçant avec un autre petit sac): Reculez!
Un soldat arrive dans son dos et le maîtrise.
Le soldat: Inutile de lutter.
Lambert est fait prisonnier sous les yeux des hors-la-loi dissimulés dans la forêt.
Gisborne: Tu n'aurais pas dû fuir Lambert. Je t'obligerai à respecter notre marché.
Lambert: Il n'y a plus de marché... plus depuis que tu m'as menti Guy!
Gisborne: C'est toi qui m'y as forcé... (aux soldats) Fouillez cet homme!
Lambert: Tu m'avais promis de ne pas utiliser la poudre à des fins guerrières. Je t'en prie Guy!
Gisborne: Où as-tu caché ton livre? Celui où tu as inscrit la formule. Cette découverte m'appartient autant qu'à toi, c'est moi qui t'ai engagé!
Lambert: Oui, et c'est là ta seule contribution. Cette poudre n'est pas un jouet Guy, c'est une arme mortelle et je ne te laisserai pas en faire un mauvais usage!
Gisborne (haussant le ton): Où as-tu caché le livre?
Lambert: Là où tu ne risques pas de le trouver.
Le Shérif les rejoint.
Le Shérif (à Gisborne): Votre ami tire un malin plaisir du pouvoir qu'il détient sur nous. Félicitations! Tu es devenu l'homme le plus important de Nottingham Lambert! Quand nous te torturerons, nous le ferons avec précaution!
Ils s'en vont en trainant leur prisonnier derrière eux. Les hors-la-loi n'ont rien perdu de la conversation.
Allan: Il est perdu!
Robin: C'est nous qui sommes perdus si le Shérif s'empare du livre.
La bande repart dans la forêt.
Allan: Avec cette chose, on pourrait détruire une ville entière! Tiens, les villageois ne payent pas leurs taxes, boum! Adieu les manants!
Petit Jean: C'est pas drôle Allan! Ça m'a envoyé rouler à terre!
Will: Oui d'ailleurs, c'est quoi cette poudre?
Robin: On appelle ça le "feu grec". Quand on était en Terre Sainte, on entendait parler de bateaux qui disparaissaient, ils coulaient sans laisser de traces!
Djaq (irritée): C'est toujours la même chose! Ce sont nos alchimistes qui font des expériences là-dessus depuis des années mais on prétend que c'est grec! C'est pas sarrasin, non c'est grec!
Allan (admiratif): C'est extraordinaire!
Will: Non, c'est le Mal incarné. Cette chose ne nécessite ni courage, ni force, ni intelligence!
Robin: Écoutez ... voilà ce qu'on va faire: il faut que l'un d'entre nous soit arrêté et jeté au cachot.
Allan: C'est pas pour faire de l'humour mais d'habitude c'est ce qu'on essaie d'éviter, non?
Robin: C'est la façon la plus rapide d'entrer dans le Château! Pourquoi, tu es volontaire?
Allan: Euh, non.
Much s'arrête soudain et lève la main. Les autres le regardent, perplexes.
Much: Quoi?
Les hors-la-loi le dévisagent en riant et reprennent leur route en l'ignorant.
Much (vexé): Mais quoi? Oh! Je me propose pour de vrai!

NOTTINGHAM:
Much déclame au milieu de marché de Nottingham.
Much: Le Prince Jean, en l'absence de notre bon Roi Richard, a réduit ce pays à la misère et fait régner la terreur! Ses partisans ne sont que des brutes! Nos taxes sont beaucoup trop élevées! Le peuple meurt de faim!
Les soldats présents se contentent de le regarder sans intervenir.
Much (à lui-même): Que faut-il faire dans ce pays pour être arrêté?
Il avise un soldat non loin de lui et se jette sur lui. Les habitants de Nottingham l'applaudissent tandis qu'il le rosse. Bientôt, deux autres soldats arrivent au secours de leur camarade.
Much (provoquant): Arrêtez-moi!
Ils se jettent sur lui et le malmènent. Much se laisse arrêter sans opposer trop de résistance.
Much (ironique): Bien! Merci!
Il est jeté dans un cachot voisin de celui de Lambert dont il se rapproche.
Much (à voix basse): Pst! Hé toi! … (Lambert le dévisage) … Je suis un ami de Robin des Bois et ceci est notre clé des champs!
Tout sourire, Much lui montre une clé qu'il avait dissimulée sur lui. Il essaie alors d'ouvrir la serrure qui ferme ses fers mais sursaute en entendant des pas se rapprocher si bien que la clé lui échappe des mains.
Much (paniqué): Gisborne!
Much se rassoit au fond de son cachot et essaie de prendre un air détaché tandis que Gisborne s'approche avec deux soldats.
Gisborne (désignant Much): Emmenez cet avorton dans la grande salle!
Puis Gisborne se tourne vers l'autre prisonnier.
Gisborne: Lambert, laisse-moi t'aider. Je ne pourrai pas retenir le Shérif beaucoup plus longtemps.

Much, enchaîné, est amené dans la grande salle face au Shérif.
Le Shérif: Lambert devrait être ne train de hurler de douleur en ce moment même mais je n'entends rien d'autre que le silence!
Gisborne: Je veux tenter de le raisonner Monseigneur.
Le Shérif: Oh! Vraiment ? Et vous trouvez cela efficace ? ... La raison ? ... Auriez-vous des scrupules Gisborne ? Hum ? Parce qu'il est votre ami ? C'est cela ? ... Eh bien, confiez-le à mes bons soins, je le raisonnerai.
Gisborne: Je m'en charge.
Le Shérif: Non, non, non. Vous avez failli, vous n'êtes plus sur l'affaire.
Gisborne (contrarié): Monseigneur...
Le Shérif (l'interrompant en désignant Much): Et puis-je savoir ce que cette créature vient faire ici?
Gisborne: Il s'agit de l'un des proches de Robin des Bois, son bras droit en réalité.
Le Shérif (intéressé): Oh, bravo!
Gisborne: Il nous dira tout ce que nous voulons savoir sur les hors-la-loi.
Le Shérif: Comme quoi ? Hum ? Que Robin des Bois est contre nous ? Qu'il a pour habitude de déplacer son campement ? Je ne vois pas ce que ça va nous apporter!
Gisborne: Alors, pendons-le! Il servira d'exemple.
Le Shérif: Splendide! … Et la réponse est: non! Pendez-le et vous ferez de ce coquin un martyr du jour au lendemain! Tout le monde idolâtrera Robin des Bois.
Gisborne (dépité): Alors que proposez-vous que nous fassions de lui Monseigneur?
Le Shérif: Je vais faire de lui un véritable exemple.
Le Shérif ricane alors que Much s'interroge sur le sort qu'il lui réserve.

Les hors-la-loi s'approchent de Nottingham.
Allan (joyeusement): Quelqu'un a envie de faire un pari ? Hein ? Qui pense qu'il s'en sortira tout seul ?
Robin se retourne vers lui et lui lance un regard noir.
Robin: Crois-moi Allan, Much peut y arriver.
Allan (en riant): Hé, tu es sûr qu'on parle du même Much ?

Pendant ce temps, dans la grande salle du château, Much est attablé devant d'appétissantes victuailles accompagnées d'une carafe de vin.
Much: Vous ne me forcerez pas à boire du poison! Et vous devrez d'abord me mettre à mort.
Le Shérif: Hum, du poison? En réalité, c'est du vin de Bourgogne. Et ceci, vois-tu, est la plus fine viande qui soit. Hum, un délice...
Le Shérif goûte un morceau de viande dans l'assiette de Much et boit un peu de vin dans sa coupe.
Le Shérif: Quoique, je te l'accorde, ça ressemble peut-être un peu à du poison pour un palais de paysan comme le tien... (Much porte un morceau de viande à sa bouche) A propos, j'allais oublier! Gisborne, votre épée! Nous allons donner à l'expression "de tout cœur" un sens nouveau.
Much regarde avec inquiétude Gisborne dégainer son épée. Paniqué, il se lève brusquement et se rue vers la sortie mais il est intercepté par deux soldats.
Le Shérif: Arrêtez-le. Mettez-le à genoux.
Tandis que les soldats obéissent, Gisborne remet son épée au Shérif qui s'approche de Much, l'arme pointée vers lui.
Le Shérif: Par les pouvoirs qui me sont conférés et bla et bla et bla … je te fais Comte de Bonchurch.
Stupéfait, Much constate que le Shérif exécute le geste traditionnel en pareil cas, touchant tour à tour chacune de ses épaules avec le plat de l'épée de Gisborne.
Le Shérif (étonnement gentil): Hum! C'est ce qu'on t'avait promis il me semble ... à ton retour de croisade! Lève-toi maintenant.
Gisborne semble aussi perplexe que Much par cette attitude pour le moins surprenante du Shérif.
Il oblige le hors-la-loi à se relever puis il rattrape son épée que lui lance le Shérif.
Le Shérif: Messire Much! Et bien, te sens-tu honoré?
Much (incrédule): Vous venez vraiment de faire de moi un comte?
Le Shérif: Ma foi, pas tout à fait non, mais ... j'en toucherai un mot au Prince Jean et il rendra cette décision officielle.
Gisborne hoche négativement la tête, il n'en croit visiblement pas ses oreilles.
Le Shérif: Ainsi donc, te voilà investi des privilèges inhérents à ton titre. Il ne te reste plus qu'à prendre possession du Comté de Bonchurch et ... je te rappelle que tu dois bien sûr siéger au Conseil des Nobles demain.

Dans les geôles, Lambert est enchaîné, les bras suspendus au-dessus de sa tête. Il semble très affaibli. Gisborne et le Shérif arrivent pour lui parler.
Le Shérif: Tu ne manques pas d'intelligence, n'est-ce pas? Que ferais-tu à ma place?
Il appuie sur le ventre de Lambert qui laisse échapper un cri de douleur.
Le Shérif: J'ai en ma possession une petite quantité de ta fabuleuse poudre noire. J'en veux plus. Mais toi ... tu ne veux pas m'en donner plus.
Lambert: Je ne veux pas que cette poudre soit utilisée à des fins meurtrières.
Le Shérif: Et si je te le demande gentiment. Tu veux bien me donner ton livre ? Avec la formule, s'il te plaît! Ma foi ... je vois qu'il ne sert à rien d'être gentil tout plein. Amuse-toi bien! Montrez-lui les instruments de torture!
Lambert (suppliant): Guy!
Le Shérif et Gisborne se retirent sans se retourner.

Dans une pièce du château, un tailleur s'occupe de Much. Il fait les dernières retouches à son tout nouveau costume de noble. Le Shérif et Gisborne, dissimulés un peu plus loin, l'observent discrètement.
Le Shérif: Ne prenez pas ça trop à cœur Gisborne. Songez à la réaction de la populace: "Oh voyez, l'un de nos semblables a été anobli! Travaillons dur, courbons l'échine Damoiseaux et Damoiselles, et peut-être serons-nous récompensés aussi ... Vous comprenez, notre point de vue est celui que nous confère l'argent et le pouvoir. Accordons-lui ces deux éléments et il verra le monde exactement comme nous. Oh ... et entre vous et moi, une personne de ma connaissance au manoir gardera un œil sur lui ... une personne loyale et digne de confiance.
Gisborne a du mal à cacher son désaccord avec l'étrange choix du Shérif.
Gisborne (amer): Si vous voulez bien m'excuser Monseigneur...

Dans la cour du château, Gisborne laisse éclater sa colère en donnant rageusement un coup de pied dans un banc. Surprise, Marian s'approche de lui.
Marian: Guy ? Vous êtes en colère ?
Gisborne: Ce n'est rien, je ne puis en parler.
Marian: Je n'aurais pas imaginé que l'homme qui souhaite m'épouser m'interdirait l'accès à ses pensées...
Gisborne (en soupirant): Pardonnez-moi Marian, je ne suis pas moi-même.
Marian: C'est le Shérif qui vous a contrarié ?
Gisborne: Non, le Shérif me rabaisse chaque fois qu'il le peut, ça n'a rien d'inhabituel.
Marian: Est-ce à propos de Lambert et du livre qu'il a caché ? Cette maudite poudre noire va vous faire perdre un ami très cher.
Gisborne (déprimé): Je suis hors de moi Marian, parce que le feu grec était mon projet et que le Shérif vient de me l'enlever.
Marian: Si nous prenions l'initiative de régler cette histoire ? Je doute que le Shérif se soucie des moyens employés pour ce faire. C'est un homme qui ne se préoccupe que du résultat. Si vous trouviez le livre ...
Dissimulé près d'une fenêtre du château au-dessus d'eux, le Shérif les espionne.
Gisborne (intrigué): Que proposez-vous ?
Marian: Montrez à Lambert que vous êtes toujours son ami! Mettez-le à l'abri! Mettez-le en sécurité! Vous répétez bien souvent que les gens répondent à la loyauté.
Gisborne: Non, il est trop tard. Lambert ne me ferait plus confiance.
Marian: Je crois que si ... Si vous lui prouvez de façon certaine que vous pouvez le protéger.
Gisborne: Comment ?
Marian: En l'emmenant à l'abbaye de Kirklees! Pourquoi pas demain ? C'est le jour du conseil des nobles, le Shérif sera occupé ailleurs. Récupérez Lambert! Regagnez sa confiance! Vous et lui êtes de vieilles connaissances, profitez de cette amitié!
Pour appuyer sa demande, Marian pose doucement sa main sur l'épaule de Gisborne qui n'est pas insensible à son geste.
Gisborne: Vous avez raison.
Les observant, le Shérif murmure à lui-même:
Le Shérif: La lèpre Gisborne, la lèpre ...

Dans les douves du château, les hors-la-loi attendent Much.
Robin (inquiet): Qu'est-ce qu'il fait? Il devrait déjà être là... Jean, tu vas rejoindre Will près des égouts. Et toi Djaq, tu prends des chevaux et tu attends près de la porte côté est.
À cet instant, les hors-la-loi voient avec stupeur Much sortir du château confortablement installé dans un carrosse et vêtu comme un noble.
Allan (médusé): Tous les paris sont annulés ...
Much les aperçoit à son tour mais reste immobile dans le carrosse.
Allan: Robin, qu'est-ce qu'il fait ?
Robin: Aucune idée, suivons-le.

BONCHURCH:
Escorté par deux gardes à cheval, le carrosse de Much arrive à Bonchurch. Les hors-la-loi dissimulés en lisière de forêt observent.
Will (intrigué): Pourquoi Much ne s'enfuit pas?
Djaq: Peut-être qu'il peut pas?
Robin: Quel que soit le plan du Shérif, vous pouvez être sûrs qu'il nous concerne. Much est en sécurité tant que nous restons invisibles.
Allan: Lambert a peut-être déjà craqué?
Robin (inquiet): Je sais ... Il faut que j'aille au château ...
Allan: Ça te convient ? J'ai une savoureuse idée!
Deux serviteurs se précipitent pour ouvrir la porte du carrosse de Much. Lorsqu'il en descend, il découvre une charmante jeune servante blonde qui l'attend, respectueusement agenouillée.
Ève: Messire... (elle se relève) Soyez le bienvenu, les richesses et les beautés de ce domaine sont à vous.
Troublé, Much acquiesce et entre dans la demeure.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Dans les geôles, Gisborne rend une nouvelle fois visite à Lambert.
Gisborne: Je ne suis pas là pour me disputer avec toi Lambert mais pour t'aider.
Lambert (plein d'espoir): Alors sors-moi de cette geôle Guy! Ils vont me briser...
Gisborne: Est-ce que tu as changé d'avis ?
Lambert (déçu): Non. Je veux aider le peuple, pas lui faire du mal.
Gisborne: Mais on peut aider le peuple! Tu ne le vois pas ? C'est l'arme parfaite, l'arme de guerre pour nos troupes en Terre Sainte! La poudre contribuera à épargner des vies.
Lambert: Ce que tu peux être naïf ... Je vais mourir dans ce trou parce que j'ai refusé de mentir. Que la volonté de Dieu soit faite ...
Gisborne: J'ai un plan pour te mettre en sécurité, à une condition: que tu me dises où se trouve le livre.

BONCHURCH:
Much s'entretient avec Ève.
Much (méfiant): Tu dois être une espionne et ceci est un piège! (elle hoche négativement la tête) J'ignore lequel!
Ève: Je vous demande pardon Monseigneur mais je ne suis que la pauvre Ève, votre humble servante, et je ferai de mon mieux pour vous satisfaire ... Il fait bon vivre ici, il y fait chaud, en particulier la nuit.
Much (charmé): Oui ... nous verrons ...
Ève lui sourit, lui tend une paire de pantoufles puis s'agenouille devant lui pour le déchausser.
Much: Je l'avoue, le séjour est fort plaisant. Il y a pire comme piège!
Ève: Autre chose pour votre service Monseigneur ?
Much: En fait, oui. Sais-tu comment le conseil des nobles se déroule de nos jours?

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Dans les cuisines du château, Robin s'extrait d'un tonneau et se débarrasse du sel qui recouvre ses vêtements.
Robin (à lui-même): Pouah! Des morceaux de viande salée! Charmante idée Allan!
Il gagne discrètement les geôles, assomme le garde et s'empare de son trousseau de clés. Il se dirige ensuite vers le cachot de Lambert qu'il ouvre avant de venir s'agenouiller auprès de lui. Lambert, assis adossé au mur de sa cellule, semble hagard et très faible.
Robin (à voix basse): Tu te souviens de moi ? Je suis venu te chercher, je vais te sortir d'ici.
Lambert: Non, jamais tu n'y arriveras. Les bourreaux m'ont brisé les os des deux jambes.
Robin: Laisse-moi faire..
Robin tente de soulever Lambert mais celui-ci hurle de douleur obligeant Robin à appliquer sa main sur sa bouche pour étouffer ses cris.
Robin: D'accord! Chut, chut, chut ... Il faut qu'on trouve un moyen de te faire sortir.
Lambert: Non, laisse, c'est trop tard.
Robin: Tu n'as pas le choix, tu es le seul qui sache comment fabriquer le feu grec.
Lambert: C'est là toute l'ironie de la chose. Il y a eu tellement de variations dans les ingrédients et les dosages au fil du temps! Et je n'ai pas tout en mémoire alors j'ai inscrit la formule dans mon livre.
Robin: Où est-il?
Lambert (méfiant): Je devrais te le dire ? À toi, un hors-la-loi!
Robin: Un tel pouvoir serait catastrophique entre les mains de notre Shérif! Quelle quantité de feu grec as-tu fabriquée ?
Lambert: J'ai fait trois barils de poudre. Le Shérif les a pris et les a cachés.
Robin: Dans le château ?
Lambert: Je ne sais pas du tout ...
Robin: Il va encore te soumettre à la question.
Lambert: Je sais ...
Robin: Et tu parleras, tout le monde finit toujours par parler. Alors le Shérif s'emparera du livre et du feu grec. Ce que je peux faire, c'est le mettre en lieu sûr pour toi. Tu diras la vérité en affirmant au Shérif que tu ignores où il est caché. Ensuite, avec mes hommes, nous reviendrons pour te faire évader.
Lambert: Qu'est-ce qui m'assure que tu ne voleras pas le feu grec pour servir tes propres intérêts ?
Robin (le regardant droit dans les yeux): Rien du tout ... Rien du tout sauf mon nom: Robin des Bois. Mon nom et ma parole d'honneur.
Lambert acquiesce.

Robin se laisse glisser hors du château en passant par les égouts. Il atterrit une fois de plus sur le tas d'immondices au pied des remparts. Un garde se jette aussitôt sur lui, les deux hommes luttent mais Robin prend rapidement l'avantage.
Robin: Quand tu te réveilleras, tu diras au Shérif que Lambert ne sait plus où est caché le livre. C'est Robin des bois qui sait maintenant!
Le garde (incrédule): Mais, je ne dors pas!
Robin lui envoie son poing en pleine figure et le garde s'effondre, inanimé.
Robin: Ben maintenant, si!

BONCHURCH:
Ève ouvre la porte de la demeure et se retrouve face à Marian.
Ève: Lady Marian?
Marian: Je suis venue présenter mes respects au nouveau Comte de Bonchurch!
Ève la conduit auprès de Much, en robe de chambre, occupé à se déguster un verre de vin.
Much (surpris): Lady Marian!
Marian: Messire Much! Peut-être pourriez-vous nous rendre visite à Knighton avec notre ami commun ?
Much: Je crains fort que ce soit impossible pour l'instant ... (puis, en chuchotant) Robin n'est pas encore venu.
Marian: Dans ce cas, je reviendrai vous voir à une heure plus opportune (puis, lui tendant discrètement une missive pliée, elle chuchote) Donne-lui ceci.
Alors que Marian se retire, Ève a le temps de voir Much glisser le message dans la poche de sa robe de chambre.
Much (enjoué): J'ai le sentiment que je vais trouver ça très pratique, de faire partie du conseil des nobles!
Ève: Je vais faire préparer vos habits d'apparat (puis, charmeuse elle ajoute) Il y a quelque chose en particulier qui devrait faire que votre première soirée au château ... soit parfaite! Suivez-moi ...

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Les hors-la-loi entreprennent la fouille méticuleuse des tonneaux qui sont entreposés dans la réserve du château.
Robin (à Petit Jean): Le livre est dans le quatrième tonneau.
Petit Jean ouvre le tonneau en question et Robin commence à plonger ses mains dedans quand Allan donne soudain l'alerte.
Allan (à voix basse): Des gardes!
Aussitôt, tous se dissimulent de leur mieux dans la réserve. Un garde portant une torche s'avance, il jette un regard dans la réserve sans repérer les hors-la-loi puis il reprend sa ronde.
Petit Jean: Ça y est ...
Robin: Chut!
Il replonge ses mains dans le tonneau rempli d'eau et en extrait le précieux livre de Lambert, enveloppé dans une toile dégoulinante.
Allan: Sans rire, le livre est trempé!
Will (dépité): Il doit être tout abîmé ...
Djaq (à Robin): Montre!
Robin défait le lien qui noue la toile laissant apparaître un étui en cuir trempé lui aussi. Il l'ouvre et découvre à l'intérieur le livre de Lambert. Djaq commence à feuilleter les pages mouillées parsemées d'écritures à l'encre délavée.
Djaq (enthousiaste): Non, c'est encore lisible! Alors, on le tient, je le savais! On a le secret du feu grec !
Robin (en remballant rapidement l'ouvrage): Nous sommes chargés de mettre le livre en sécurité, c'est tout !
Allan: Les gardes reviennent, dépêchons-nous !
Les hors-la-loi s'éclipsent.

BONCHURCH:
Robin arrive à son tour à Bonchurch et surprend Ève à fouiller les affaires de Much, endormi dans son bain dans la pièce voisine. Il passe discrètement sur une poutre au-dessus d'elle et rejoint son ami puis il prend quelques fruits qu'il lance dans la baignoire. Much se réveille en sursaut.
Robin (ironique): Je t'en prie, profite de ton bain, Much!
Much: J'ai bien l'intention de remplir ma mission Maître!
Robin: Tu en es certain? Parce que, j'ai vu cette fille ... comment s'appelle-t-elle?
Much: Ève ...
Robin: Hum, Ève ... Il ne t'a pas échappé qu'Ève devait travailler pour le Shérif?
Much: C'est même une certitude.
Robin se rapproche de Much et s'accroupit à côté de la baignoire.
Robin: Que s'est-il passé Much ? Hum ?
Much: Il s'est passé qu'on m'a fait Comte de Bonchurch, voilà Maître!
Robin le dévisage mi-étonné mi-amusé. Much se penche, saisit le pli de Marian qu'il avait déposé sur une petite table juste à côté de la baignoire et le remet à Robin.
Much: Tenez, de la part de Marian.
Much poursuit tandis que Robin prend connaissance du message de Marian.
Much: J'ai pensé que je pourrais me rendre utile. Il y a un conseil des nobles demain et les nobles ont accès aux prisonniers du château.
Robin: Non, inutile... Nous sommes déjà entrés au château. En revanche, nous devons encore mettre la main sur les barils de poudre noire mais le Shérif a commis une énorme erreur en faisant de toi un noble ...
Much (déçu par les derniers propos de Robin): Oui ...
Robin (en souriant): Parce qu'à présent, nous avons un noble ... qui est de notre côté!
Comprenant le sous-entendu de Robin, Much sourit à son tour.

ÉCURIE DE KNIGHTON:
Marian, vêtue en Veilleur de nuit, prend soin de son cheval. Robin arrive silencieusement dans son dos et lui tapote sur l'épaule. Elle sursaute ce qui amuse beaucoup le hors-la-loi.
Robin: Du calme, ce n'est que moi! J'ai eu ton message. Alors ... tu penses que Gisborne va nous aider ?
Marian: Oui.
Robin (taquin): Je me demande ce que tu lui as fait pour obtenir son aide ...
Marian: Rien du tout. J'ai misé sur sa conscience.
Robin: Tu vois, je pourrais tout à fait te croire si seulement il en avait une ! (puis il se rapproche, charmeur) Alors dis-moi, qu'est-ce que tu lui as promis, hein ?
Marian (irritée): Arrête! Lambert est un vieil ami à lui et Gisborne se sent constamment humilié par le Shérif. J'ai tiré parti de cet état de fait.
Robin: Oh, la petite futée !
Marian: Je ne vois pas de quelle autre façon on pourrait faire évader Lambert de sa prison !
Dubitatif, Robin se détourne mais Marian le retient par le bras et l'oblige à lui faire face.
Marian: C'est la meilleure opportunité que nous ayons et le moment tombe à point nommé ! Guy pense ...
Robin (l'interrompant avec mauvaise humeur): Parce que Guy pense maintenant ! Très bien, quel est son plan ?
Marian: Guy ne participera pas au conseil des nobles demain matin. Il va profiter de l'absence du Shérif pour faire sortir Lambert de sa geôle et l'emmener à l'abbaye de Kirklees où il sera en sécurité. Poste-toi sur la route "du Grand Nord" où tu pourras les intercepter et délivrer Lambert avec tes hommes. Et pour l'amour du Ciel, trouve son livre et brûle-le !
Robin: Le livre est déjà en ma possession et je n'ai pas l'intention de le brûler. Je l'ai mis en lieu sûr pour le rendre à Lambert.
Marian: Au risque que le Shérif mette la main sur la formule ! Que se passera-t-il alors ? Non, c'est trop dangereux !
Robin (irrité): Est-ce à nous de juger quelles sont les connaissances qui doivent ou non exister ?
Marian: Oui, c'est de notre devoir de protéger nos semblables!
Exaspéré, Robin ne peut s'empêcher de soupirer.
Marian: Si c'est la gloire que tu cherches en conservant cet ouvrage, alors que Dieu te vienne en aide !
Fâchée, elle sort de l'écurie en bousculant délibérément Robin au passage.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Gisborne passe sa soirée en compagnie du Shérif.
Le Shérif: Que se passe-t-il Gisborne ? Hum ? C'est Marian qui vous rend si songeur ?
Gisborne: Je suis las Monseigneur.
Le Shérif: Vous, vous vous demandez probablement dans quel camp vous êtes ... Eh bien, laissez-moi vous éclairez. Votre vieil ami, Lambert, ne mérite pas votre loyauté. Vous n'êtes pas sans savoir qu'il a révélé à Robin des Bois l'endroit où son livre est caché. Les informations qu'il vous a si ardemment dissimulées, il en a fait cadeau à votre ennemi ! Dites-moi quel genre d'ami se conduirait avec autant de cynisme, alors que vous-même avez déployé d'énormes efforts pour assurer sa protection ? Hum ? … (il se rapproche de lui) Il faut que vous ayez du courage ! Vous en aurez besoin pour voir plus loin ! Votre poudre noire nous ouvrira tant de portes Gisborne ! Elle nous rendra plus puissant que vous ne pouvez le concevoir ! Et sachez une chose, cette situation, oh combien regrettable, n'a en aucune manière affectée l'opinion que j'ai de vous ! La confiance ! C'est là le secret quand tous ceux qui nous entourent, faillissent les uns après les autres... Vous et moi formons une belle équipe mon ami, une merveilleuse équipe ! C'est sur cette base que nous devons bâtir ... Alors, je vais rendre une petite visite à notre jeune ami. Dois-je lui enseigner une chose ou deux sur la loyauté ? Certes, il faut ou bien parler, ou bien payer !
Gisborne acquiesce.

Assis au fond de son cachot, Lambert reçoit la visite du Shérif qui commence par le gifler.
Le Shérif: Alors, d'après Robin des Bois, tu lui aurais avoué où était ton livre ! Pourquoi le lui dire à lui et pas à moi ?
Lambert (en sanglotant): Afin de ne plus avoir de secret à vous cacher !
Le Shérif (faussement enjoué): Oh! Pour te protéger bien sûr !
Il frappe Lambert sur ses jambes brisées, lui arrachant un terrible hurlement de douleur qui glacent les deux gardes postés devant le cachot.
Le Shérif (le bâillonnant de sa main): Chut! Chut! Tu sais, parfois j'ai le sentiment qu'il ne me comprend pas.
Il sort son poignard et tue Lambert qui meurt dans un grand cri.

Le Shérif et Gisborne font leur entrée dans la salle du conseil des nobles.
Marian (surprise de voir Gisborne): Vous ne devriez pas être ici !
Gisborne (à voix basse): Je n'ai pu mener à bien notre projet. Pardonnez-moi, j'ai dû choisir ... j'ai dû choisir entre deux loyautés ... Lambert est mort.
Il rejoint le Shérif qui fait face aux nobles rassemblés, laissant derrière lui Marian bouleversée d'apprendre la mort de Lambert.
Le Shérif: Bien! Messeigneurs, gentes dames, nobles gens, laissez-moi vous présenter un nouveau venu dans votre petit cercle de privilégiés: Messire Much, Comte de Bonchurch !
Much fait son apparition en haut de la salle du conseil, et vêtu de sa tenue d'apparat, il descend l'escalier sous les applaudissements du Shérif, bientôt timidement imité par les autres nobles qui ont du mal à cacher leur étonnement et leur désaccord.
Les Nobles (en murmurant): Qu'est-ce que c'est ? ... Qu'est-ce que ça signifie ? ... C'est ridicule ...
Ève approche un siège pour Much qui prend place aux côtés de Marian.
Le Shérif: Savez-vous que j'ai ouï dire qu'un jour il y eut un empereur romain qui nomma son cheval sénateur ?
Les nobles gloussent à cette plaisanterie et Much affiche un sourire nerveux pour se donner une contenance.
Le Shérif: Imaginez-vous pareille chose ! Les autres sénateurs souriants pendant que leur pair laisse tomber du crottin sur leurs pieds ! … (cela déclenche l'hilarité parmi les nobles) Vous n'allez pas nous faire ça Messire Much ! Oh non! … Or donc, commençons.
Marian, assise face au Shérif, est encore toute retournée par la mort de Lambert.
Le Shérif (feuilletant des documents): Hum ... assommant, assommant, oh, ça c'est intéressant ! Je vois que la nouvelle taxe sur le labour sera introduite à partir du début du mois prochain. Très bien. Je suggère de … voyons ... de la multiplier par trois! ...(interpelant l'un des nobles) [Barnsdale?]
[
Barnsdale] se lève pour répondre au Shérif mais se rassoit aussitôt quand le Shérif parle.
Le Shérif (enjoué): Non attendez ! Attendez ! Si nous demandions l'avis plein de sagesse de notre nouveau membre ? (en fixant Much) Qu'en pensez-vous ? Je vous écoute.
Toutes les têtes se tournent vers le tout nouveau Comte de Bonchurch qui se lève et se racle la gorge avant de prendre la parole.
Much (lentement): L'augmentation de la taxe Monseigneur ...
Le Shérif (l'interrompant avec impatience): Dépêchons ! Dépêchons ! Votre opinion sur la question: est-ce oui ou est-ce nenni ?
Much: En ce qui concerne une hausse éventuelle de ladite taxe, je vote nenni.
Le Shérif (se levant brusquement et tapant du poing sur la table): Nenni ! J'aurais juré qu'il dirait nenni !
Il poursuit surexcité devant les nobles ébahis.
Le Shérif : Hé nêêênni! On dirait qu'il a henni à la façon d'un cheval ! (puis, imitant un cheval au trot) Nêêênni ! Nêêênni !
Le Shérif éclate ensuite de rire.
Much (perturbé et hésitant): Je tiens à déclarer que ... je déclare ...
Le Shérif (l'interrompant avec mépris): Quoi ? Qu'avez-vous donc de si important à dire ? (puis, aux nobles devant lui) Que ceci vous servent d'aide-mémoire sur ce que signifie le mot "nenni" ! Pour moi, nenni c'est la dissidence, nenni c'est un cheval et les chevaux doivent être montés durement avec des éperons
Humilié, Much se rassoit.
Le Shérif: Loughborough ? Hum, Merton ? Lady Marian ... Comment se porte votre père, hum, toujours faible ? Vous ne manquerez pas de lui rappeler ma position sur le hennissement, n'est-ce pas ?
Le Shérif ricane tandis que Marian a les larmes aux yeux.

FORÊT DE SHERWOOD:
Posté au-dessus du campement, Will siffle pour signaler l'approche d'un cavalier. Marian apparaît et met pied à terre. Robin s'approche d'elle tandis que le reste de la bande demeure en retrait par discrétion. Il remarque immédiatement la tristesse affichée sur son visage.
Marian (à voix basse et les yeux embués): Il est mort ... (puis, la gorge nouée) Si tu savais comme je regrette...
Face au désarroi évident de la jeune femme, Robin fait un pas en avant et l'attire doucement contre lui. Blottie dans ses bras, Marian fond en larmes tandis que Robin, impuissant à endiguer son chagrin, maintient son étreinte. Les autres hors-la-loi s'éclipsent.

Autour du feu, Djaq lit le livre de Lambert. Will s'approche et le lui arrache brusquement des mains.
Will: Je vais brûler cette chose !
Djaq
: Will ! Non, attends ! Empêchez-le !
Petit Jean se lève, reprend l'ouvrage des mains de Will et le restitue à Djaq.
Petit Jean: Restons calme.
Will
(en élevant la voix): Ça n'a rien à voir avec la science ! C'est criminel !
Djaq (avec enthousiasme): Non Will, ce qui est contenu dans ces pages, c'est le progrès ! D'autres scientifiques pourraient réaliser de plus grandes choses grâce à l'invention du feu grec !
Allan (ironique): Ouais, comme faire sauter le château tout entier par exemple!
Main dans la main, Robin et Marian rejoignent le reste de la bande.
Robin
(grave): Lambert est mort.
Petit Jean (bouleversé): Non...
Robin: Il est mort en croyant son œuvre protégée.
Djaq (excitée): Laisse-moi étudier ce livre et fabriquer de la poudre noire ! Avec ça, rien ne pourrait nous arrêter !
Will: Il ne s'agit pas de la volonté d'un seul homme. Robin !
Robin reste inflexible, il tend sa main libre vers Djaq qui lui remet à contrecœur l'ouvrage de Lambert.
Robin: Pour commencer, il faut détruire les barils de poudre du Shérif. Il ne faut pas qu'il puisse les utiliser. Faisons appel à notre noble infiltré.

BONCHURCH:
Il fait nuit, Much donne une petite fête dans sa nouvelle demeure où il a convié les villageois qui dansent joyeusement au son des pipeaux.
Much (enjoué): Je n'ai pas pu vous sauver de la taxe sur le labour mais au moins ce soir, personne n'aura le ventre vide !
Les villageois: Vive Messire Much ! ... N'hésitez pas mes amis, c'est si rare !
Ève virevolte joyeusement au milieu des convives dans cette ambiance festive sous le regard admiratif de Much.
Ève (à une femme attablée): Je te ressers ?
La femme (reconnaissante): Merci ma chérie !
La femme, ravie, lève son verre en direction de Much qui lève le sien en retour en souriant.
Ève (à la femme): Attends, je reviens ... (elle s'approche de Much) C'est ma mère, elle vous remercie.
Much: Tu lui diras qu'elle peut venir manger ici chaque fois qu'elle le souhaite !
Ève: Je m'assure qu'elle ne manque de rien mais elle n'a jamais eu l'air aussi comblée ! Et tout le monde est heureux ce soir. C'est à vous que nous devons ce bonheur Messire ...
Much (embarrassé): Oh voyons arrête ! Ne m'appelle plus Messire, nous sommes amis maintenant! Tant que je vivrai ici et qu'il y aura à manger sur ma table, tout le monde en profitera ! C'est ce que veut Robin des Bois ...
Il s'interrompt en apercevant Marian.
Much (surpris): Lady Marian?
Ève esquisse une brève révérence et s'éloigne.
Marian: Je souhaiterais m'entretenir en privé avec vous Messire Much.
Much: Veuillez me suivre ...
Much et Marian se retirent dans une petite pièce voisine. Ève les espionne en écoutant à la porte.
Marian (à voix basse): Écoute, il faut que tu dises à la fille que le livre est caché dans le troisième baril de poudre.
Much: Mais ce n'est pas vrai! C'est Robin qui a le livre, c'est lui-même qui me l'a dit!
Marian: Et alors, où est le problème?
Much: Je ne veux pas mentir à Ève ... je ne peux pas ...
Marian: Pourquoi ? … Oh, je vois ... elle t'a pris dans ses filets ! C'est normal qu'elle soit gentille avec toi, elle est payée pour ça ! Réfléchis un peu !
Much: Si elle transmet des informations erronées au Shérif, il la punira !
Marian: Oui mais si elle est à la solde du Shérif, c'est le sort qu'elle mérite ! Un homme bien est déjà mort à cause de cette poudre … Écoute, tu dois obéir à Robin et transmettre son message à cette fille !
Marian s'en va, laissant Much en pleine réflexion.

Much prend un bain. Assise à ses côtés, Ève chante.
Ève: "Les étoiles, le ciel, en savent plus que nous car elles voient tous les cœurs des hommes, les amours impossibles ..."
Much: Elle est triste ta chanson.
Ève: Pardonnez-moi Messire, je vais chanter ...
Much (l'interrompant): Pourquoi elle est si triste ?
Ève: C'est mon père qui chantait cette chanson. Il est mort l'an dernier.
Much: Tu n'aimes pas beaucoup évoquer le passé on dirait ...
Ève: Je ... je ne sais pas comment je dois me comporter avec vous.
Much: Tu pourrais prendre un bain.
Interloquée et déçue par cette réponse, Ève se lève et commence à se déshabiller. Much se rend compte soudain qu'elle a mal interprété ses paroles.
Much: Non ! Je voulais dire: mets une chemise et fais-toi couler un bain Ève !
La jeune servante lui sourit, soulagée. Côte à côte, chacun dans une baignoire, Much et Ève reprennent en cœur la chanson qu'elle interprétait tout à l'heure. Ève éclate de rire.
Ève: Vous chantez terriblement faux !
Much: Oui, tu n'es pas la première à me le dire ... Beaucoup d'imbéciles me l'ont reproché. Et voilà que tu me le dis aussi, ce doit donc être vrai.
Ève (en souriant): Certes, vous chantez mal !
Much (lui souriant en retour): Ah, que de flatteries ! (puis il se rembrunit) Encore ...
Ève (embarrassée): Je ne voulais pas vous vexer.
Much (grave): Quand j'étais en Terre Sainte, je ressentais ... comme un manque. Je pensais que c'était parce que j'avais le ventre vide. Et en effet, c'était la faim la plupart du temps ! (Ève sourit) ... mais parfois il arrivait, quand je ressentais ce manque, qu'il ne vienne pas ... qu'il ne vienne pas de l'estomac mais du fond du cœur.
Ève: Votre chanson n'est pas très gaie non plus. Mais faut-il qu'il en soit ainsi ? Vous pourriez rester ici! Vous pourriez rester ici avec... avec moi.
Much: Ma place est auprès de Robin.
Ève: Si j'étais Robin des Bois, je resterais toujours à vos côtés !
Much: Je l'ai vu ... Robin ... il m'a rendu visite ici.
Ève: Ah oui ?
Much (à voix basse et hésitant): Il y a une chose que je dois te dire ... Robin ... mais tu ne dois le répéter à personne ! ... Robin ... Robin a trouvé le ... (il s'interrompt)
Ève: Quoi ?
Much (hochant négativement la tête): Rien ...
Ève (lui souriant): Je vous remercie.
Much (surpris): Pourquoi?
Ève: Et bien de ne pas me dire ce que Lady Marian vous a demandé de me dire
Much (radieux): Je savais qu'elle se trompait sur ton compte!
Ève (grave): Oh Much, non ... elle avait raison. C'est vrai, je suis à la solde du Shérif.
Much (interloqué): Oh !
Ève: Mais vous n'avez qu'à me dire ce que vous désirez qu'il entende et je le lui dirai.
Ils échangent tous deux un sourire complice.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Gisborne croise Marian dans un couloir. Elle veut poursuivre son chemin sans lui parler mais il la retient par le bras.
Gisborne: Marian !
Marian: Messire Guy ...
Gisborne: Je suis navré (puis remarquant qu'elle ne porte pas sa bague) Où est votre bague de fiançailles ?
Marian (froidement): Il me semblait malhonnête de la porter. J'ai peur que nous nous soyons mal compris vous et moi. Je croyais que vous tiendriez votre parole ! Vous pensiez peut-être qu'il me serait égal d'être trompée !
Gisborne (navré): Sincèrement, ce n'était pas mon intention ...
Marian: Ça m'est égal ! Je vous croyais un homme meilleur ! A présent, je vois qu'il me faudra me contenter de déceptions.
Gisborne: J'ai dû faire un choix (puis avec douceur) Je suis le seul à m'interposer entre vous et le Shérif. Je ne veux pas qu'il vous arrive malheur, je dois vous protéger ... Vous remettrez la bague ?
Marian (glaciale): C'est entendu, mais sachez que ce genre de situation ne se reproduira plus. Chacun reprend sa place à présent !
Elle part rapidement laissant Gisborne contrarié.

Ève fait son entrée dans le bureau du Shérif.
Ève: Monseigneur ...
Le Shérif (flatteur): Ah! La délicieusement cruelle, somptueusement trompeuse Ève ! (il l'embrasse chaleureusement sur les deux joues) Tu m'apportes des nouvelles ? Viens, assieds-toi et enchante-moi !
Ève: Le "feu grec", cela évoque quelque chose pour vous ?
Le Shérif (intéressé): Oh oui!
Ève: Eh bien dans ce cas, il existe un livre !
Le Shérif (ravi): Oh quel plaisir ! Un si grand plaisir!
Il entreprend de lui masser les épaules.
Ève: Le livre est caché dans un des barils de poudre ... (puis, candide) Qu'est-ce que le "feu grec" ?
Le Shérif : Ah vraiment, cette affaire ne te concerne en rien, ma douce, si douce Ève ! (il lui donne une bourse bien remplie) Comme toujours, tu es le plus précieux ... des atouts ! (puis il ricane) Caché dans un des barils de poudre ! Gisborne !

GROTTE PRÈS DE NOTTINGHAM:
Gisborne et une petite escorte de soldats arrivent à cheval vers une petite falaise au pied de laquelle se trouve une grotte.

BONCHURCH:
Ève rejoint précipitamment Much pour lui rendre compte de son entretien avec le Shérif.
Ève: Gisborne mènera Robin à l'endroit où la poudre est cachée ! Mais le Shérif découvrira vite le fin mot de l'histoire !
Much: Tu regrettes de l'avoir berné ?
Ève: Non !
Elle rassemble rapidement ses affaires.
Much: Emporte tout ! Tout ce qui a de la valeur !
Ève: Non, je peux pas faire ça ! Ça t'appartient !
Much: J'insiste ! Nous prenons aux riches, c'est à dire à moi ! Pour donner aux pauvres, c'est à dire à toi !
Ève: Tu es un homme bien ...
Much: Et toi, la plus courageuse, la plus charmante des femmes que j'ai connues.
Ève (émue): Tu es sincère ?
Much: Je le suis ...
Il s'apprête à partir.
Ève: Est-ce qu'on se reverra ?
Much: Quand la justice régnera à nouveau ... je viendrai te chercher (ils échangent un baiser) Ou peut-être même avant ... Robin te remerciera du fond du cœur pour ton aide.
Ève: Je n'ai pas fait ça pour Robin des Bois, je l'ai fait pour toi.
Elle lui donne un rapide baiser puis se sauve. Much reste immobile quelques instants, pensif, puis il ramasse ses affaires et part à son tour.

GROTTE PRÈS DE NOTTINGHAM:
Comme prévu, les hors-la-loi ont suivi Gisborne.
Allan: C'est une grotte !
Robin: Grâce à notre ami le Comte de Bonchurch, Gisborne nous y a mené tout droit.
Djaq: Que veux-tu qu'on fasse à présent ?
Robin: On attend.
A l'intérieur de la grotte, Gisborne fouille chacun des barils de poudre à la recherche du livre de Lambert. Il enrage quand il ne le trouve pas.
Gisborne (furieux): Il n'y a rien là-dedans ! … (puis, bousculant un soldat) Ôte-toi de mon chemin !
Il ressort, enfourche son cheval et s'en va, suivi par les soldats.
Robin (satisfait): Oui, oui ... Cette fois, c'est à nous de jouer !
La voie est libre, les hors-la-loi pénètrent à leur tour dans la grotte.
Robin (en laissant s'écouler de la poudre noire entre ses doigts): Cette poignée de poudre peut détruire des hommes et des montagnes. On ne peut pas laisser faire ça.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Gisborne ouvre brusquement les portes du bureau du Shérif.
Gisborne: Robin des Bois nous a devancé ! Le livre a disparu !
Le Shérif (pensif): Ne m'aviez-vous pas assuré que vous aviez caché les barils de poudre Gisborne ?
Gisborne: C'est le cas.
Le Shérif: Ah ?
Gisborne: Oui, ils étaient cachés.
Le Shérif (calmement tout en déplaçant une pièce sur son échiquier): A qui vous êtes-vous confié ?
Gisborne: Personne.
Le Shérif: Alors, comment se fait-il qu'il vous ait précédé ?
Gisborne soupire et lève les yeux au ciel.
Le Shérif: Avez-vous été suivi Gisborne ?
Gisborne: Non.
Le Shérif se lève d'un bond et laisse brusquement éclater sa colère. Il lance rageusement une pièce de son jeu d'échec sur Gisborne.
Le Shérif (en hurlant): Vous n'êtes qu'un sot ! On nous a tendu un piège ! Vous allez envoyer tous vos hommes disponibles à la grotte ! Faites venir Ève ! Et faites seller mon cheval sur le champ !

GROTTE PRÈS DE NOTTINGHAM:
Cachés à proximité de la grotte, les hors-la-loi observent la petite troupe de soldats qui s'approche au galop. À leur tête, se trouvent le Shérif et Gisborne.
Robin: C'est parti !
Méfiant, le Shérif scrute les environs tandis que Gisborne se précipite vers la grotte. Soudain, Robin surgit, son arc à la main.
Robin (en hurlant): Gisborne !
Gisborne s'arrête net dans sa course et ordonne aux deux soldats qui l'accompagnent.
Gisborne: Qu'est-ce que vous attendez ! Emparez-vous de lui !
Les soldats font un pas en avant mais se retrouvent vite sous une pluie de flèches tirées par les hors-la-loi. Ils s'arrêtent aussitôt. Gisborne soupire et, las, il dévisage son ennemi les bras croisés.
Robin (en hurlant): Il te reste dix secondes à vivre sur cette Terre ! (puis à voix basse à lui-même) C'est pour toi Lambert. (il reprend ensuite en criant) Quatre ! Trois ! Deux ! (il décoche une flèche enflammée dans la direction de la grotte) Un!
Gisborne voit passer la flèche enflammée au ras de son visage puis pénétrer dans la grotte. Il comprend instantanément le danger et se met à courir pour s'éloigner au plus vite de la falaise tout en hurlant:
Gisborne: Noooooon ! Noooooon !
Il se produit alors une puissante explosion qui pulvérise la grotte. C'est un déluge de flammes, de pierres et de débris. Le souffle dégagé projette Gisborne qui retombe lourdement sur le sol plus loin. Le Shérif, qui avait pris la précaution de prendre de la distance, regarde l'épaisse fumée se dissiper. Il ne reste rien de la grotte. Gisborne se relève avec peine tandis que le Shérif s'approche de lui à cheval.
Le Shérif (calmement): La vie est une maîtresse cruelle Gisborne. Nettoyez-moi ce chantier.

*** Épilogue ***

FORÊT DE SHERWOOD:
Au campement, les hors-la-loi sont réunis, assis autour du feu. Robin tourne et retourne pensivement le livre de Lambert dans ses mains.
Allan: Si c'est moi qui le brûle et pas toi, ça change tout ! Ce que je veux dire, c'est que théoriquement tu auras tenu parole.
Robin: Il ne s'agit pas de la volonté d'un seul homme ...
Il lance l'ouvrage de Lambert dans le feu ce qui révolte intérieurement Djaq.
Will: C'est bon de te revoir Much !
Much: Tu veux dire: c'est bon de "vous" revoir "Messire" Much !
Allan: Je sens que cela peut vite devenir agaçant ...
Much: Je sens que cela peut vite devenir agaçant "Messire" ! … Je reconnais que cela peut devenir agaçant mais, et j'en suis navré, j'y ai pris goût !
Robin prend sa tête dans ses mains, mi-irrité mi-amusé par l'attitude de Much puis décide d'entrer dans son jeu.
Robin (avec enthousiasme): Ma foi, étant donné que tu te plais à "messiriser" tes amis, je dis: vive Messire Much!
Les hors-la-loi reprennent en cœur la formule en riant:
Les hors-la-loi: Vive Messire Much !
Puis ils se précipitent sur Much qu'ils portent en triomphe dans la bonne humeur.
Les hors-la-loi: Gloire à Messire Much ! Gloire à Messire Much! Longue vie à lui !
Much se promène tout autour du campement fièrement juché sur les épaules de Petit Jean tandis que ses compagnons continuent à l'acclamer. Djaq, restée en retrait, récupère discrètement le livre de Lambert dans le feu avant qu'il ne se consume. Son geste n'a pas échappé à Robin qui, cependant, ne fait aucune remarque.

*** Fin de l'épisode ***

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on
Hood Winked.

TREETON MINE.
Black powder is being poured from a small barrel into a bowl, then the barrel is pulled back to leave a trail. When Lambert reaches the Sheriff, Gisborne and Marian, he turns the barrel upright and corks it
.
LAMBERT:
We are ready. Forgive our excitement, Marian, but we’ve been waiting months for this.
MARIAN:
I’m intrigued.
GISBORNE:
You’ll be astonished, I assure you.
The Sheriff, sitting on his horse, is bored. He leans on his hand
.
LAMBERT:
Right. What you are about to see here today demonstrates that by containing the black powder, we can control the charge. Guy’s miners would then be able to place a small charge at the scene... Gisborne looks back at the Sheriff ... let the powder do the hard work, and increase production without endangering lives.
The Sheriff yawns.
GISBORNE: Please dismount, my lord. There may be quite a bang.
SHERIFF: Really ?
GISBORNE: And your horse is highly strung.
SHERIFF: It won’t be the only highly strung creature if I’m made to hang around for much longer. Dismounts by stepping on a guard’s back.
Lambert lights the end of the trail with a torch. The Sheriff stands and watches the flame as his horse is led away, then realises how volatile the powder is as it quickly travels along its line. He ducks behind a wooden screen with a window with the others. There is a large explosion as the powder bowl ignites. All but Lambert duck. As the three slowly stand again, the Sheriff is now visibly impressed. They all walk towards the blast site. Gisborne pats Lambert on the back
.
GISBORNE: Well done, my friend.
The Sheriff stands in the centre of the crater and jumps up and down, giddy with excitement.
SHERIFF: Well done, Gisborne. Get me ten or twenty large, huge crates. Ha-ha! Claps.
LAMBERT: If I’m to create more black powder, then there are conditions.
SHERIFF: Really ?
Gisborne glares at Lambert.
LAMBERT: One, I’m allowed to sell my discovery to other mining concerns.
SHERIFF: Naturally.
LAMBERT: Two, I get a bonus for me work.
SHERIFF: Of course.
LAMBERT: And finally... notices Gisborne glaring at him... this powder must never be used as a weapon.
SHERIFF: Exaggerates an agreeing look Ah. Climbs out of the crater to Lambert I think you and I have a future. Trust me.
LAMBERT: Thinks. Mutters No.
GISBORNE: Admonishing Lambert !
LAMBERT: I think not.
GISBORNE: Think about what you’re doing.
LAMBERT: I cannot trust you.
The Sheriff steps in to Lambert as guards gather round.
SHERIFF: My dear boy...
LAMBERT: Let me go or there will be trouble. Backs away from the Sheriff.
SHERIFF: I adore trouble.
Lambert backs away more, then throws a tube toward the Sheriff and Gisborne, who hit the deck. The tube explodes when it hits the ground. Lambert waves another at the guards.
Get him!
Lambert throws another bomb.
Alive!
The guards dive away and Lambert makes a run for it.
GISBORNE: Getting up. Lambert!
The guards pursue. Lambert runs through the woods, straight into Robin and Little John, who catches him.
ROBIN: Whoa!
LITTLE JOHN: Whoa! Whoa! Don’t go.
ROBIN: Stop. Stop! We can help you!
Lambert twists away, thinking they’re with the Sheriff.
LAMBERT: No. No!
Lambert tosses a bomb at Robin and Little John and they duck out of the way as it explodes.

OPENING CREDITS

Lambert turns around and runs straight into the guards. Allan, Much, Djaq and Will are watching. Robin and Little John join them.
GUARD : Stand still.
LAMBERT: Back off !
GUARD :No point struggling.
Another guard grabs Lambert from behind. Gisborne arrives on his horse.
GISBORNE: It was a mistake to run, Lambert. You’ll not renege on our deal.
LAMBERT: There can be no deal. You lied to me, Guy.
GISBORNE: You force me to do this. to guard: Search him.
LAMBERT: You promised me you would not use it as a weapon. Please!
GISBORNE: Where is the ledger... with the formula ?
Lambert is silent.
That information belongs to both of us. I commissioned you.
LAMBERT: And that is where your input ends.
The gang are still watching from the brush. Little John wipes the soot from his hair.
Black powder is not a toy, Guy. It is lethal. And I will not let you abuse its power.
GISBORNE: Where is it ?
LAMBERT: Somewhere you’ll never find it.
SHERIFF: Next to Gisborne on his horse. Your friend seems to enjoy the power he has over us. Very clever. Congratulations, you just made yourself the most important man in Nottingham, Lambert. So when we hurt you, we’ll do it very carefully.
The Sheriff clicks to his horse and the guards follow him with Lambert. Robin and the gang are still watching, hidden amongst the trees.
ALLAN: He’s done for.
ROBIN: We’re done for, if the Sheriff gets the ledger.

SHERWOOD FOREST.
The gang walk back to camp.
ALLAN: Few of those, you could take out a whole town, couldn’t you ? “Hello, villagers. What ? You can’t pay your taxes ? Boom! You’re out.”
LITTLE JOHN: It’s not funny. Punched me to the ground.
WILL: What was that ?
ROBIN: Greek fire. When we were in the Holy Land, we heard tales of boats being destroyed, sunken without a trace.
DJAQ: Typical. Our alchemists have been experimenting with it for years and it’s called Greek ? Never Saracen. Greek!
ALLAN: It’s amazing.
WILL: No it’s not. It’s evil. It doesn’t require any courage or strength or wit to use it.
ROBIN: Right. The plan is... somebody needs to get arrested and taken to the dungeons.
ALLAN: Chuckles I’m not being funny or anything, but isn’t getting arrested what we normally try and avoid ?
ROBIN: Well, that’s the quickest way in. Why, are you volunteering ?
ALLAN: No.
Much stops and raises his hand. The gang stop and turn round to see him.
MUCH: What ?
The gang snigger and laugh and resume walking.
What ? Oi! Chases them down. I’m being serious!

NOTTINGHAM TOWN.
Much is walking through town yelling, hoping that will get him arrested, but although the townspeople stop to listen and agree, he is completely ignored by the guards.
MUCH: Prince John, in the absence of good King Richard, has turned this country into a state of terror! His followers are thugs! Our taxes are too high! People are starving! Stops, looks around, confused as to why the guards are doing nothing. to himself: What does one have to do to get arrested ?
Much walks up to a guard, kicks him hard in the groin and punches him. The crowd cheer.
Arrest me!
Another guard grabs him and starts to drag him off. A third punches Much, then grabs the other arm and both guards drag Much to the castle.
Thank you.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Much is thrown into a cell next to Lambert’s. Lambert is crouched in a corner. Much sidles up to the bars.
MUCH: Whispers Hello. Lambert ignores him. Psst. Lambert looks up. I’m a friend of Robin Hood. And this... holds up a lock pick... is a rescue.
Lambert frowns sceptically and the doors open above as Much tries to pick at his manacles. He looks up as someone steps into view at the far end of the dungeons.
to himself: Gisborne.
Much fumbles and drops the pick. Panicked, he sits on it as Gisborne approaches him.
GISBORNE: Take this runt... pointing to Much... to the Great Hall.
Guards come in and drag off Much.
to Lambert
: Lambert, help me to help you. I cannot hold off the Sheriff much longer.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
The guards push a shackled Much into the centre of the room. Gisborne follows him in. The Sheriff enters from above.
SHERIFF: to Gisborne Lambert should be at the screaming stage right now, but all I hear is nothing. Comes downstairs.
GISBORNE: I’m determined to reason with him, my lord.
SHERIFF: Ah, really ? Walks to Much. And is it working... looks at Much... reason ? You going soft, Gisborne, hm ? Faces Gisborne and steps back to circle Much. Because he’s your friend, is that it ? Well, leave him with me. I’ll reason with him.
GISBORNE: I can handle him.
SHERIFF: No-no, you failed me. You’re off the project. Now, what [points at Much] is this creature doing here ?
GISBORNE: This is one of Robin Hood’s inner circle. This is his righthand man.
SHERIFF: Oh, bravo! Steps to Gisborne.
GISBORNE: He can tell us all we need to know about the outlaws.
SHERIFF: Like what, hm ? That Robin Hood is against us ? That he keeps moving his camp on, hm ? There’s nothing to know!
GISBORNE: All right. So hang him then, make an example.
Much looks up but shows no emotion.
SHERIFF: Brilliant! Whispers A clue: no. Hang him... walks behind Much... and you have an instant martyr. Suddenly, everybody loves Robin Hood.
GISBORNE: So what would you suggest we do with him then ?
SHERIFF: I’ll make a real example of this man.
Much’s eyes widen slightly as the Sheriff chuckles.

SHERWOOD FOREST. A PATH TO NOTTINGHAM.
Little John, Djaq, Allan and Robin, in cloaks, are heading to Nottingham to help rescue Much and Lambert.
ALLAN: Does anyone fancy a wager ? No answer. Yeah ? Who thinks he’ll get out on his own ?
ROBIN: Glances back at Allan Trust me, Allan. Much can do it.
ALLAN: Are we talking about the same Much ?

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL.
Much is seated at one end of the long table. The Sheriff is at the other end.
MUCH: I will not poison myself. You will have to kill me first.
SHERIFF: Stands Poison yourself ? Walks briskly down the table to Much, where there are plates of food all around him. Picks up a goblet. This... holds the goblet to his nose... is Burgundy wine. And this... picks off a piece of meat... is the very best venison, hm ? Eats the meat. Mm. A feast. Drinks. Although, granted, it may taste like poison to a peasant’s palate. Holds the goblet to his lips, raises his eyebrows at Much, then drains the goblet.
Much hesitantly takes a bite of a plum.
Hm... which reminds me. Gisborne, your sword.
Much stops eating and stares at Gisborne wide-eyed.
We’re going to take hearts and minds to a new level.
Gisborne draws his sword and hands it to the Sheriff. Much looks back and forth at them uncertainly, then pushes the Sheriff aside to make a break for it.
Calmly
. Stop him.
The guards catch Much.
Make him kneel.
The Sheriff checks the edge of the blade as Gisborne walks over to Much, who is struggling to get free. Gisborne puts a hand on Much’s head and pushes him to his knees. The Sheriff approaches Much, point first. Much stares at the point as it reaches his face and cringes.
By the powers vested in me... blah-di-blah-di-blah, I dub you... taps Much’s shoulders with the blade... Earl of Bonchurch. Hm ?
The Sheriff puts the point of the sword under Much’s chin, forcing him to look up.
That’s what you were promised, wasn’t it, when you came home ? Hm ?
Gisborne looks at the Sheriff, astonished.
Stand !
The Sheriff glances at Gisborne and Gisborne pulls Much to his feet.
Lord Much ! Well... swings the sword back to Gisborne. Do you feel honoured ?
MUCH: Astonished Have you really just made me an earl ?
SHERIFF: Well, not quite. No. I will have a word with Prince John and he will make it official.
Gisborne shakes his head.
So, you will have all the privileges and luxuries of a lord. You will take your seat in the lodge at Bonchurch. Oh, and er, I expect you at the Council of Nobles tomorrow. Sits in Much’s seat and eats the plum. Mm.
Gisborne glares at Much, unhappy that the Sheriff appears to have given away a piece of his estate.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
Lambert is hanging by his hands, trying not to make any sound, as the Sheriff comes to the door, Gisborne following.
SHERIFF: You’re an intelligent young man. What would you do if you were me, hm ?
The Sheriff pokes Lambert in the chest and Lambert cries out.
I have a little of your very exciting black powder and I want some more. Feigns being hurt: But you won’t give any more, poo.
LAMBERT: Lower lip trembling I’ll not allow you to use this as a weapon.
SHERIFF: But if I ask you nicely, er, will you give me your ledger with the formula, please ?
Lambert hums quietly.
Well, there’ll be no nicey nicey now. Have fun. Turns to the jailer. Show him the instruments of torture.
Gisborne turns away.
LAMBERT: Guy!
The jailer nods as a large object is moved around.

NOTTINGHAM CASTLE. GUEST CHAMBER.
The Sheriff and Gisborne spy on Much in the guest chamber from behind the ornate wooden wall. Much is being fitted with lordly robes.
SHERIFF: Don’t take it personally, Gisborne. Consider if you will the effect on the peasants. “Oh, look, one of us has been made a noble. If we work hard, keep our heads bowed, good little boys and girls, maybe we’ll get rewarded, too.” You see, our point of view is that of money and power. Give him money and power, well, he sees the world from our point of view. Oh, and um, just between you and me, I’ve a certain person in place who’ll keep him on track... loyal, trustworthy.
GISBORNE: If you’ll excuse me, my lord. Leaves.

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.
Marian comes down the main steps towards the gate. Gisborne kicks a bench under the tree as Marian passes. She walks over to him.
MARIAN: Guy! Gisborne turns away from Marian. You are upset.
GISBORNE: I’m fine. I can’t discuss it. Leans on a low branch.
MARIAN: I had not imagined the man who wishes to marry me would shut me out of his thoughts.
GISBORNE: Forgive me, Marian. I’m not myself.
MARIAN: Has the Sheriff angered you ?
GISBORNE: No, the Sheriff undermines me whenever possible. That’s not unusual.
MARIAN: Is this about Lambert and finding the ledger ? This black powder is costing you a dear friend.
GISBORNE: I am angry, Marian, because the Greek fire was my project and the Sheriff took it away from me.
MARIAN: Thinking Suppose we were to take matters into our own hands.
Gisborne looks back at her.
Surely the Sheriff would not mind how you went about it. He strikes me as an end-game man. If you could find the ledger...
GISBORNE: What would you suggest ?
MARIAN: Looks around and whispers Show Lambert you are still his friend. Take him to a place of safety. You always say people respond to loyalty.
GISBORNE: No. Lambert would never trust me now.
The Sheriff spies on them from the cloister.
MARIAN: I think he would if you proved beyond all doubt that you could protect him.
GISBORNE: How ?
MARIAN: Take him to Kirklees. Perhaps tomorrow. There is a Council of Nobles so the Sheriff will be busy. Regain Lambert’s trust. Gingerly puts her hand on Gisborne’s shoulder. You and he are old friends. Build on that friendship.
GISBORNE: Very well.
SHERIFF: to himself Lepers, Gisborne. Lepers.
The Sheriff backs away out of sight, but Gisborne turns his head as if he heard something.

THE APPROACH TO NOTTINGHAM TOWN.
A coach leaves the town gate. The gang are waiting for Much under the bridge.
ROBIN: to Little John on his left He should be here by now. John, head towards the sewer entrance and join Will. Looks to Djaq at his right. Djaq, gather some horses by the east gate and go and get—
Sees Djaq staring at the coach and looks to see Much inside. They all stare as Much rides past.
ALLAN: All bets are off.
Robin tries to get Much’s attention. Much looks at them with wide eyes in a “I can’t do anything right now” look.
Robin, what is going on ?
ROBIN: Right. Let’s follow.

BONCHURCH. EXTERIOR.
The coach arrives. The gang sneak through the trees and watch.
WILL: Why isn’t Much running away ?
DJAQ: Maybe he cannot.
ROBIN: Whatever the Sheriff has planned, it will include us. But Much is safe as long as we are not seen.
ALLAN: Yeah, well, Lambert might’ve already given in.
ROBIN: Looks at Allan. I know. I need to get into the castle.
ALLAN: Well, I’ve got a lovely idea.
Meanwhile, two boys rush to open the coach’s door. Eve walks out and kneels as Much gets out and looks around. He notices Eve.
EVE: My lord. Stands. Welcome. The wealth and bounties of Bonchurch are yours.
Much nods, then goes inside.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
GISBORNE: I’m not here for a confrontation, Lambert. I’m here to help you.
LAMBERT: Rushes to the cell door Get me out of here, Guy. They’ll break me.
GISBORNE: You reconsidered ?
LAMBERT: No. I want to help people, not harm them.
GISBORNE: Quietly But we can help people. Don’t you see ? This is the perfect weapon of war for our troops in the Holy Land. It would help to save lives.
LAMBERT: You’re so naïve. I will die in here and all because I have not toed the line. Then so be it.
GISBORNE: I have a plan to get you to safety, if you give me the ledger.
Lambert thinks.

BONCHURCH LODGE. INTERIOR.MAIN ROOM.
Much sits in a chair by the fire.
MUCH: You are surely a spy and this is a trap... of sorts.
EVE: I beg to differ, my lord. I am just Eve, your servant here and I’ll do my best to please you.
Much looks at her in a panicky distrust.
This is a lovely place and it’s warm here, especially at night.
MUCH: Still distrusts her. Yes, we’ll see.
Eve smiles and gets some slippers for Much.
I mean, I must say it is very pleasant as, erm... as traps go.
Much looks at the slippers Eve has put in his hands as she kneels down to remove his boots.
EVE: Will there be anything else, my lord ?
MUCH: Looks at Eve. Yes. How does the Council of Nobles work nowadays ?

NOTTINGHAM CASTLE. KITCHENS.
The lid of a barrel moves and Robin stands up inside, pushing away a cloth covered in flour and other things. He looks around.
ROBIN: Meat dip. Nice one, Allan.
Robin climbs out of the barrel.

DUNGEONS.
Robin waits for a guard to pass, then punches him and pushes him into a wall. He picks up the keys and finds Lambert.
Lambert is slumped against the wall of his cell, dozing. Robin unlocks and enters, closing the door behind him. He creeps over to Lambert.

ROBIN: Do you remember me ? I’m going to get you out of here.
LAMBERT: No, you’re not. They’ve broken both my legs.
ROBIN: Shakes head A detail.
Robin tries to sit Lambert up but he whimpers. Robin covers Lambert’s mouth with his hand.
All right, sh-sh-sh-sh. We need to get you out some way.
LAMBERT: You can’t.
ROBIN: I’m not giving you a choice. You are the only one who knows how to make Greek fire.
LAMBERT: Tries to chuckle And that is the joke. There have been so many variations in ingredients, amount... shakes his head... I can’t remember everything. So I record it all in my ledger.
ROBIN: Where is it ?
LAMBERT: Slight chuckle. And I should tell you ? You’re an outlaw.
ROBIN: But it would be catastrophic in the hands of the Sheriff. Now, how much did you make for him ?
LAMBERT: There are three barrels of the mixture and the Sheriff has confiscated them.
ROBIN: Glances back to the door. In the castle ?
LAMBERT: Grimaces and shakes his head. I don’t know.
ROBIN: Glances back again. The Sheriff will torture you again.
LAMBERT: Yes.
ROBIN: And you’ll break. Everybody breaks... and then the Sheriffwill have the ledger and the Greek fire. Now, I can hide it for you in another place, and you can honestly tell the Sheriff you do not know where it is, and I will gather my men and I will come back and rescue you.
LAMBERT: And what’s to stop you from using the Greek fire for your own ends ?
ROBIN: Shakes his head. Nothing. Other than I am Robin Hood and I offer you my word.
Lambert thinks.

EXTERIOR. THE SEWER DUMP.
Robin slides out the sewer and lands on a garbage heap. His face falls as he sees a guard.
ROBIN: Complaining. Oh.
GUARD : Oi !
The guard draws his sword. The guard swings. Robin ducks and kicks him back, then pins him against the wall.
ROBIN: When you wake up, you will tell the Sheriff Lambert no longer knows where the ledger is. Robin Hood knows.
GUARD : But I’m not asleep.
Robin punches him out cold.
ROBIN: You are now.
The guard slumps to the ground.

BONCHURCH LODGE. INTERIOR. MAIN ROOM.
Eve opens the main door.
EVE: Lady Marian. Curtsies. Marian takes a step inside.
MARIAN: I have come to pay my respects to the new Earl of Bonchurch.
Eve extends her arm into the room indicating Much standing by the fireplace in his dressing gown with a goblet in his hand. Marian steps in.
MUCH: Lady Marian.
MARIAN: Lord Much. Perhaps you might call on us soon at Knighton with our mutual friend.
MUCH: Steps over to Marian. I do not think that that will be possible. Quietly: Robin hasn’t come yet.
MARIAN: Looks back to see if they are being overheard. Well, then, I shall call again when it is more convenient. Covertly holds up a note. Quietly: This is for him. Leaves.
Much looks at the note, then slips it into the pocket of his dressing gown as Eve steps in and notices the note.
MUCH: Sees Eve. I think I will find it, erm, useful... turns to the fireplace and shoves some food into his mouth... being on the Council of Nobles.
EVE: Smiles. I will have your best robes ready for tomorrow.
Much sips from the goblet. Eve heads upstairs and stops after a couple.
There is something particular which I think will make your first evening at home... complete. Come upstairs.
Much stares at her wide-eyed
.

NOTTINGHAM TOWN. A NONDESCRIPT ONE-ROOM BUILDING.
Robin and Little John enter the building and Little John starts tapping barrels. Djaq and Allan follow, Allan standing guard.
ROBIN: The ledger is in the fourth water butt.
LITTLE JOHN: Taps a barrel. It’s this one. Lifts the lid aside.
Robin reaches with both arms into the water.
ALLAN: Whispers Guards!
They all duck behind barrels and sacks, Robin with his arms still over the water holding a bundle. A guard with a torch looks in through the window in the door, sees nothing, then moves on. The gang hear him leave and stand up.
LITTLE JOHN: Go, go, go!
Robin pulls the bundle out of the water.
ALLAN: Whispers I’m not being funny. It’s soaking wet! It’ll be ruined.
DJAQ: Let me see.
Robin unwraps the ledger and unties it. He opens the book and he and Djaq inspect it.
No. It’s still good. This is it. I knew it. We know Greek fire.
ROBIN: Closes the book. We are keeping Lambert’s ledger safe. Ties it closed again.
ALLAN: Guards are coming back. Come on!
They all leave.

BONCHURCH LODGE. BATHROOM.
Much is snoring in a tub full of water. Eve smiles at him fondly, then leaves.

THE MAIN ROOM.
Robin sneaks in from an upper window, then climbs over the railing and edges across a beam as Eve, below, searches Much’s pockets for the note. She thinks she hears something and looks up, but Robin is already gone.

UPSTAIRS HALLWAY.
Robin takes a couple of plums from a bowl, carefully watching Eve below, then sneaks into the bathroom.

BATHROOM.
Standing behind the tub, Robin tosses a plum into the bath. Much is startled awake. He looks at the floor beside him, then at Robin behind him. Robin is leaning against the wall eating the other plum.
ROBIN: You sit back and relax, Much.
MUCH: I am trying to complete my mission, master.
ROBIN: Facetiously Yeah ? Because I saw this girl...
MUCH: Eve.
ROBIN: Mm. Eve. Seriously: Well, you do know Eve will be working for the Sheriff ? Walks around to face Much.
MUCH: Well, I’m sure she is.
ROBIN: Leans on the side of the tub. What happened, Much ? Hm ?
MUCH: I am made Lord Much, Earl of Bonchurch, actually.
Robin is a bit surprised and a bit puzzled at the Sheriff ’s logic.
This is from Marian.
Much reaches to the floor where he looked before for the note and hands it to Robin. Robin opens it.
And I was thinking that I could be of help.
Robin reads the note.
There’s a Council of Nobles meeting tomorrow and they have access to prisoners.
ROBIN: No need. We found a way in. But we still need to find the barrels of black powder Playfully and the Sheriff has made a big mistake making you a noble. Shakes his head and scoffs sarcastically.
MUCH: Seriously. Yeah. Looks aside.
ROBIN: Proudly ’Cause now, we have a noble... on the inside.
Much looks at Robin, who tilts his head and smiles genuinely at Much. Much smiles, too as Robin nods.

KNIGHTON HALL. STABLES.
Marian is in her Nightwatchman’s outfit, minus mask and hood, when Robin sneaks up and taps her on the shoulder. She turns around, startled, and raises a .st behind her.
Robin catches it and laughs
.
ROBIN: All right. A bit arrogantly: I got your note. Turns and walks a few steps away. So! Claps and rubs his hands together, then turns to face Marian. A bit sarcastically, unbelieving and jealous: Gisborne’s going to help us.
MARIAN: Yes.
ROBIN: Hands on hips. And what on earth did you do to him to make him agree to that ?
MARIAN: Nothing! I played on his conscience.
ROBIN: You see, I’d believe you, if I thought he had one. Smiles, steps back to Marian. Facetiously: So go on, what did you promise him ?
MARIAN: Stop it! Lambert is his friend. Gisborne feels undermined by the Sheriff and I took advantage of the situation.
ROBIN: Clever you.
MARIAN: Well, I cannot see how we can get Lambert out any other way.
Robin turns away. Marian follows.
This is the best opportunity we have at the perfect time. Guy thinks—
ROBIN: Interrupts angrily: Guy thinks! So what is this plan ?
MARIAN: Guy will not attend the Council of Nobles in the morning. He will use the Sheriff ’s absence to secure Lambert’s release and then take him on to Kirklees where it is safe. If you wait on the Great North Road, you can intercept them and seize Lambert yourself. And for heaven’s sake, find that ledger and burn it.
ROBIN: I already have the ledger, and I’m not going to burn it. I am keeping it safe for Lambert.
MARIAN: But at the risk of the Sheriff getting hold of it ?
Robin looks aside.
And what then ? It is too dangerous.
ROBIN: How is it our calling to judge what should or shouldn’t exist as knowledge ?
MARIAN: It is our calling to protect others.
Robin scoffs.
If it is glory you seek by keeping the ledger then God help you.
Marian pushes by him and leaves. Robin turns around and watches her go, frustrated.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
The Sheriff is painting his toenails black. Gisborne stands nearby.
SHERIFF: What’s the matter, hm ? Marian getting you down ?
GISBORNE: Appearing to be thinking. I’m tired, my lord.
SHERIFF: You’re, erm, you’re probably wondering where your loyalties lie. Well, let me tell you where they do lie. Looks at Gisborne. Your friend, Lambert... dips the brush in the black paint... he has slighted your loyalty. You do know that he told Robin Hood where the ledger was hidden ?
Gisborne looks at him incredulously.
The information he kept from you, he gave to your enemy. Stands, circles behind Gisborne. Now, what friend would act so callously when your every effort has been to protect him, hm ?
Gisborne looks angry. The Sheriff claps him on the shoulder and puts his face next to his.
Take heart. Look at the bigger picture, hm ? Your black powder will open so many doors for us, Gisborne. It is power beyond imagination. And take heed, the sorry state of affairs has in no way affected my judgement of you. Trust! When all others around us falter. That is... that they. We make a fine team, my friend, a fine team. Whispers: Let’s build on it, shall we ?
Gisborne sighs and turns his head.
So... I’ll go and pay our friend a visit. Shall I teach him a thing or two about loyalty ?
Gisborne nods slightly. Yes, it’s play... or pay.
The Sheriff stands and massages Gisborne’s shoulders.

NOTTINGHAM CASTLE. DUNGEONS.
The Sheriff sits on the floor, knees up, next to a sleeping Lambert and slaps him. Lambert cries out, awake.
SHERIFF: Now Robin Hood tells me that you told him where the ledger is. Why did you tell him and you didn’t tell me ?
LAMBERT: In pain. So that you would realise I could tell you no more.
SHERIFF: Oh, to protect you !
The Sheriff kicks both feet against Lambert’s broken leg. Lambert screams. The Sheriff puts his hand over Lambert’s mouth.
Whispers
: Hm. You know sometimes I think he doesn’t understand me at all.
The Sheriff pulls out a knife and stabs Lambert.

NOTTINGHAM CASTLE. THE GREAT HALL. THE NEXT MORNING.
The Council of Nobles is meeting. Marian notices Gisborne enter the hall. The Sheriff and Gisborne walk by her.
MARIAN: Whispers to Gisborne: What are you doing here ?
GISBORNE: I could not pursue our project, forgive me. Loyalty. Loyalties are sometimes divided. Walks away but adds: Lambert’s dead.
Marian is shocked. Gisborne takes his place at the Sheriff ’s side.
SHERIFF: My lords, ladies, nobles.
Marian sits in her father’s chair, visibly shaken.
Let me introduce the latest addition to your well-fed sirs. Opens a hand to indicate Much. Lord Much... Much comes down the stairs ... Earl of Bonchurch.
The Sheriff golf claps as the others spatter applause. Much goes to stand beside Marian and Eve brings a chair over to him.
You know, I have heard that there once was a Roman emperor who, erm, who made his horse a senator. Hm?
The other nobles laugh politely. Much doesn’t know what to do and tries to laugh along.
Can you imagine that, hm ? All the other senators smiling as their latest member drops dung on their feet ?
The Sheriff laughs and some of the other nobles laugh politely.
You’re not going to do that, are you, Lord Much, eh ?
Much shakes his head, unamused.
So, down to business, hm ?
Marian is staring at Gisborne with tears in her eyes. Gisborne looks back, realising he has hurt her.
Oh, boring, boring. Oh! Oh! I see the proposed new plough tax will be phased in at the beginning of next month. Well, I suggest a... I don’t know, increase threefold ? Lonsdale.
Lonsdale starts to rise.
But wait, wait...
Lonsdale sits down again.
Why don’t we seek the wise counsel of our newest member on the matter ?
The Sheriff and all the nobles look at Much.
What do you think ?
MUCH: Stands, clears throat. Hesitantly: The plough tax, my lord...
SHERIFF: Impatiently. Come along. Come along! Eh ? What do you think ? Should it be “yea” or should it be “nay” ?
MUCH: To an increase in the plough tax, I say “nay.”
SHERIFF: Pounds his fist on the table. Nay! I knew he would say nay! Eh ? Neigh, horsey, horsey, horsey. Neigh-gh-gh. Neigh-gh-gh. Laughs.
The other nobles are unamused.
MUCH: I have to say that... I say—
SHERIFF: Interrupts angrily: What ? You have to say what ? Well, let this serve as a reminder about what “nay” means. To me, dissent. Neigh means horses...
Much sits. The other nobles sit solemnly.
... and horses have to be ridden hard. They have to be whipped. Loughborough, hm ? Merton. Lady Marian.
Marian still stares with a pleading look at Gisborne, who is standing right behind the Sheriff.
How’s your father, hm ? Is he still poorly ? Well, you will remind him about our position on “naying,” won’t you ? Hm ? Chuckles.
Marian still stares and Gisborne. The Sheriff notices she’s watching Gisborne and not him, then he looks out at the nobles.

SHERWOOD FOREST. THE GREAT NORTH ROAD.
Will, watching the road with bow in hand, whistles a signal to Robin, seeing the approaching party is not Gisborne and Lambert.
Marian dismounts from her horse as Robin, Allan, Will, Little John and Djaq walk over the rise towards Marian. Robin sees Marian’s anguished face and looks at her sympathetically
.
MARIAN: to Robin: He’s dead. I’m so sorry.
Robin and Marian just stand there for a moment, as Marian tries hard not to cry. Then Robin steps forward and pulls Marian’s head to his chest. She breaks down. The gang recognise this special moment, and leave the two of them alone.

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ CAMP.
Djaq is eagerly reading Lambert’s ledger when Will takes it from her.
WILL: I’m burning this!
DJAQ: Will, no! Stop it!
As Will attempts to put the ledger in the fire, Little John grabs the book in his hand and gently takes it from him.
LITTLE JOHN: Steady!
WILL:This is not science. This is murder.
DJAQ: Shaking her head: Think of this as progress.
Robin and Marian enter the camp, sombre and holding hands.
Other scientists could do much better things with Greek fire.
ALLAN: Yeah, you could blow up the entire castle with that stuff !
ROBIN: Sombrely: Lambert’s dead.
LITTLE JOHN: Quietly: What ?
ROBIN: He died believing I’d protect his work.
DJAQ: Then let me study this ledger, create black powder. With this, we could be unstoppable.
WILL: to Robin: This is not about one man’s wish. Robin!
Robin steps forward with his hand outstretched to Djaq. She hands over the ledger.
ROBIN: First we need to destroy the Sheriff ’s powder. That is a weapon he must not wield. It’s time to call on our noble on the inside.

BONCHURCH LODGE. INTERIOR. MAIN ROOM.
Pipes are playing. Voices are chatting merrily.
MUCH: I couldn’t save you from the plough tax, but tonight no-one shall go hungry.
Much smiles at Eve as she brushes past with a pitcher.
MAN: to Much: Thank you for all this.
MUCH: My pleasure.
Eve laughs with an older woman and .lls the woman’s goblet from the pitcher, smiling at Much.
EVE’S MOTHER: Thank you, Eve. Raises her goblet to Much.
Much raises his goblet in return. Eve comes over to him.
EVE: It is my mother. She thanks you.
MUCH: Well, you tell her she can come here and eat whenever she wants.
EVE: I make sure she wants for nothing, but I’ve never seen her so happy. Everyone’s happy here... her tone softens... and you’ve made that happen, my lord.
MUCH: Please, don’t call me “my lord.” We are friends now.
Eve smiles weakly.
And while I’m here and while I have food, then so should everyone. That’s Robin Hood’s way.
Much looks up to Marian standing in front of him.
Lady Marian.
Eve curtsies and leaves.
MARIAN: I should like to speak with you in private, Lord Much.
MUCH: Of course.
Much walks outside and Marian follows. Eve looks sideways after them.

BONCHURCH. STABLES.
Marian tells Much the plan. Both whisper.
MARIAN: Look, we need you to tell the girl that the ledger is in the third barrel of black powder.
Eve quietly pokes her head in the door.
MUCH: But that’s not true. Robin has the ledger. He told me himself.
MARIAN: What is the problem ?
MUCH: I will not lie to Eve. I cannot.
MARIAN: Why ?
Much is silent.
Oh, of course, you are fooled by her. She has to be nice to you. She is paid for it. Grow up.
MUCH: If she passes on wrong information to the Sheriff, then he will punish her.
MARIAN: If she’s working for the Sheriff, then she deserves no less. A good man has already died over this.
Much stresses over his decision as Eve leaves. Marian notices the movement and glances at the door, but sees nothing.
Just do as Robin says and tell the girl. Leaves.

BONCHURCH LODGE. INTERIOR. BATHROOM.
Much is in the bath and Eve, depressed, sings for him.
EVE: Singing mournfully: The stars above know more than we, for they can see the hearts, the souls, the loves that cannot be.
MUCH: That is a sad song.
EVE: I’m sorry, my lord, I’ll sing—
MUCH: Interrupts: Tell me, why is it so sad ?
EVE: My father would sing that song. He died last year.
MUCH: That annoys you, talk of the past.
EVE: Thinking. I... sighs... I don’t know how to be around you.
MUCH: You could have a bath.
Eve ponders this, then stands. She starts to untie her bodice as Much drinks. Then Much notices what she’s doing.
No! Wear a bath shirt and pour yourself a bath.
Eve holds up her dress and chuckles, embarrassed.
Much and Eve are each in their own tub. They are both singing Eve’s song, Much off key.
EVE AND MUCH: Singing: For they will see the hearts, the souls, the loves that... can...
Eve giggles as Much tries to finish.
EVE: You have a terrible voice.
MUCH: Well, it has been said by many, most of them fools, and now by you, so... so it must be true.
EVE: It is terrible.
MUCH: Smiles. Hah. Flattery.
Eve chuckles. Much’s face falls.
Quietly: Again.
EVE: And now I’ve upset you.
MUCH: When I was in the Holy Land, I would find myself craving something. I thought... I thought it was hunger. And it was hunger most of the time. But now and then, when I would feel it, it would not be in the stomach... but in the heart.
EVE: Looks aside. Your song’s a bit sad, too, isn’t it ? Much sighs. But does it need to be ? I mean, you could stay here. You could stay here with... with me.
MUCH: Looks at Eve. I belong with Robin.
EVE: Lets out long sigh and smiles. If I were Robin Hood, I would never leave your side.
MUCH: I saw him... Robin. He visited me here.
EVE: Really ?
MUCH: Leans on the side of the tub facing Eve. Whispers: There’s something I should tell you.
Eve leans on the side, too, facing him.
Robin... This is top secret. Robin has found...
EVE: Yes ?
MUCH: Shakes head and grimaces. Nothing.
EVE: Sighs, relieved. Thank you.
MUCH: Puzzled. Why ?
EVE: For not telling me what Lady Marian asked you to tell me. Chuckles in relief.
MUCH: I knew she was wrong about you.
EVE: Face falls. No, Much, just... She was right. Of course I’m working for the Sheriff.
MUCH: Oh.
EVE: A bit brightly: But tell me whatever it is you want him to hear.
Much stares at her for a moment, then realises she’s on his side and smiles.

NOTTINGHAM CASTLE. INTERIOR CORRIDOR.
Gisborne encounters Marian in the corridor.
GISBORNE: Marian.
MARIAN: Sir Guy.
Marian tries to pass him, but he grabs her arm.
GISBORNE: I’m sorry.
Marian glances at his hand on her arm. He follows her gaze and notices she is not wearing her ring.
Where is your betrothal ring ?
MARIAN: I felt dishonest wearing it. I’m afraid we’ve misunderstood each other lately. I assumed you would be true to your word. You perhaps thought I would not mind if you let me down.
GISBORNE: I sincerely did not intend that.
MARIAN: I don’t care. I thought you were a better man. Now I realise I must content myself with disappointment.
GISBORNE: I had to make a choice. Marian scoffs. You know that I’m all that stands between you and the Sheriff... and I would not see you harmed. I have to protect you. Hm ? Will you wear the ring again ? Hm ?
MARIAN: A long pause. Of course. But we will never find ourselves in this situation again. Everything is back in its box. Leaves.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
The Sheriff is sitting at the table, writing. Eve enters.
EVE: Seductively. My lord.
SHERIFF: Looks up. Ah! Stands and goes to her. The delightfully cruel and gloriously deceiving Eve.
The Sheriff kisses both her cheeks.
Whispers in her ear
: Do you have news for me ? Come, sit.
The Sheriff leads Eve to a chair and stands behind her, putting his hands on her arms.
Delight me. Puts his face next to hers.
EVE: Does Greek fire mean anything to you ?
SHERIFF: Low, long. Yeeeeeees.
EVE: Smoothly: Well, then, there is a ledger.
SHERIFF: Oh, pleasure. Slides his hands up her arms to massage Eve’s shoulders. Oh, such pleasure.
EVE: Smoothly: And it’s hidden in one of the barrels. Normally: What is Greek fire ?
SHERIFF: Oh, that really doesn’t need to concern you, my sweet, sweet Eve. Grabs a purse off the table and dangles it in front of her face. As ever... you are... drops the purse in her lap... an asset... Eve stiffens and tries to keep calm as the Sheriff rubs his face on hers as he grins, then stands.
... in black powder barrels. Chuckles. Yells: Gisborne!
Eve jumps a bit.

A CAVE. EXTERIOR.
Gisborne and five of his men gallop near a cave entrance. Gisborne and two men dismount and enter.

BONCHURCH LODGE. INTERIOR. MAIN ROOM.
Eve comes running downstairs with a small basket of clothes. Much is changing into his regular clothes.
EVE: Gisborne’ll be leading Robin to the black powder, but the Sheriff will work it out soon, I’m sure.
MUCH: Do you regret what you have done ?
EVE: No. Grabs a saddlebag.
MUCH: Well, take everything. Puts on his coat. Anything of value.
EVE: No, I can’t possibly. These are your possessions.
MUCH: You must. We’re taking from the rich... me... and giving to the poor... which is you.
EVE: You are a good man.
MUCH: You are the bravest, loveliest girl I have ever met.
EVE: Quietly: Really ?
MUCH: Nods. Really. Puts on his cap.
EVE: Will I see you again ?
MUCH: Nods. When there is justice again, I will come and find you.
They stare at each other a moment, then Eve kisses Much. After the kiss, they stand with foreheads together.
Perhaps before.
Eve smiles.
Robin will thank you from his heart for what you have done.
EVE: I did not do this for Robin Hood. I did it for you.
Eve kisses him again, then she grabs her things and disappears as Much stands, relishing the kiss with his eyes closed. After he finally opens them, he sees Eve is gone and stares at the emptiness a moment, then puts on his bag, strokes his robes hanging over the back of a chair and blows out the candle.

THE CAVE. EXTERIOR.
From the edge of the forest, Will, Allan, Robin and Djaq creep up to spy on Gisborne.
ALLAN: It’s a cave.
ROBIN: And thanks to our friend the Earl of Bonchurch, Gisborne led us straight to it.
DJAQ: So what do we do now ?
ROBIN: We wait.
Little John comes up behind them with bows.

THE CAVE. INTERIOR.
Gisborne and his two men search the barrels. Gisborne pushes his arms deep into the powder, but finds nothing. He pulls his arms out, exasperated.
GISBORNE: Grunts. There’s nothing here!
He storms out of the cave, kicking a guard as he goes.
Move!

EXTERIOR.
Gisborne and the guards mount their horses.
ROBIN: Quietly urging Gisborne: Go, go.
The horsemen gallop off.
Right. Let’s get to it. Come on.
They all go into the cave.

INTERIOR.
Robin lets the black powder sift through his fingers.
ROBIN: Just this can destroy men and mountains. It is inconceivable.

NOTTINGHAM CASTLE. SHERIFF’S QUARTERS.
The Sheriff is playing chess by himself when Gisborne storms in.
GISBORNE: Hood got there first. Steps to the table. The ledger’s gone.
SHERIFF: Looking down at his chessboard. Didn’t you tell me that you’d hidden the barrels of black powder ?
GISBORNE: I did. Yes, I did.
SHERIFF: Who else did you tell ? Moves a piece.
GISBORNE: No-one.
SHERIFF: So how did he find it before you ?
Gisborne throws back his head in frustration.
Were you followed, Gisborne ?
GISBORNE: No.
SHERIFF: Stands and picks up a rook. You fool!
The Sheriff throws the rook at Gisborne’s head but Gisborne ducks and it hits the guard’s halberd with a clatter.
We’ve been set up! Now you dispatch every man you can to the caves! Bring me Eve and fetch me my horse!
Storms out past Gisborne.

THE CAVE. EXTERIOR.
The Sheriff, Gisborne and guards gallop to the cave. Robin sees them.
ROBIN: to the gang: Show time.
Robin runs off with his bow.
The Sheriff and Gisborne stop their horses. The Sheriff peers at the cave and looks around. Gisborne and two guards dismount and walk briskly towards the cave. The Sheriff turns his horse around and walks further away.
Robin runs to the top of a rise within sight of the cave and calls out.
ROBIN: Gisborne!!!
Gisborne and the guards stop and turn near the cave entrance.
GISBORNE: to his guards: What are you waiting for. Get him!
The guards draw their swords and start to advance, but stop as several arrows fly at them. Gisborne crosses his arms, impatient.
ROBIN: You have five seconds left in this world! to himself: This is for you, Lambert.
Four! Three! Aims a flaming arrow. Two! Shoots. One!
Gisborne watches the arrow fly past him into the cave, then realises there is going to three barrels’ worth of powder exploding. He starts to run, alerting his guards.
GISBORNE: Run!!!
Gisborne gets a few yards away when he is flattened by the blast. The Sheriff, well away from danger, turns his head away. He walks his horse over to Gisborne as Gisborne starts to rise.
SHERIFF: Life is a cruel mistress, Gisborne. Gisborne glares at him. Clean up your mess. Clicks to horse and walks off.

SHERWOOD FOREST. OUTLAW’S CAMP.
The gang are gathered around the fire except Much, who sits off to the side, cradling his slippers. Robin holds the ledger in his hands.
ALLAN: Hey, if I burn it, that’s not you, is it ? No, I mean, technically, you kept your word.
ROBIN: This is not about one man’s wish.
Robin tosses the ledger into the fire, where it slides down to the edge. Djaq is disappointed.
WILL: It’s good to have you back, Much.
MUCH: Puts his slippers into his bag. “It’s good to have you back, my lord Much.”
Djaq rolls her eyes.
ALLAN: That is gonna get really annoying.
MUCH: “That is gonna get really annoying, my lord.”
Robin puts his head down and laces his fingers behind it, groaning in irritation.
It is really annoying, but I’m sorry. Stands with a cup in hand. I like it. Turns away.
ROBIN: Well, seeing as though you like lording it up... Little John smiles ... to Lord Much!
Robin, Allan, Will and Little John all stand and catch up Much.
ALLAN,WILL,LITTLE JOHN: To Lord Much!
Robin and Will lift Much onto Little John’s shoulders and they all cheer.
Djaq eyes the ledger in the fire. She quickly manages to get it out as Will and Allan continue to torment Much
.
MUCH: All right! All right!
LITTLE JOHN: All hail Lord Much! All hail Lord Much! Let’s burn him!
Djaq sets the ledger beside her. Robin is watching, smiling slightly, as he knew she would save it like he secretly wanted.

 END OF EPISODE NINE

Kikavu ?

Au total, 18 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

naadd 
18.04.2017 vers 16h

SonAltesse 
03.04.2017 vers 20h

Kiraven 
26.03.2017 vers 20h

clothilde 
27.10.2016 vers 15h

blady 
02.10.2016 vers 16h

Rodevt07 
02.09.2016 vers 12h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Locksley  (06.04.2017 à 17:36)

Eve est un personnage très sympa et Much aurait bien mérité un peu plus de bonheur à ses côtés mais voilà, les scénaristes ont décidé que l'élue de son coeur devait s'éloigner pour sa sécurité...
Pour Marian et Gisborne, peut-être que Guy s'ouvre un peu plus vers elle dans cet épisode en lui parlant de Lambert. Il semble plus accessible, moins froid qu'habituellement.

Kiraven  (05.04.2017 à 19:39)

Much et Eve sont adorables. J'adore tout particulierment la scène du bain.

Je ne sais pas trop pourquoi, je trouve les interactions entre Guisborne et Marian, plus intenses que dans les autres épisodes de cette saison.

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Participe au jeu HypnoTrain en publiant des sondages
Instructions | Teaser | Listes des gares
Gagne un DVD de la série Teen Wolf saison 1
Gagne un DVD ou Blu-Ray de Au Bout du Tunnel
Activité récente
Actualités
L'HypnoTrain entre en gare de Nottingham

L'HypnoTrain entre en gare de Nottingham
Bienvenue à tous les voyageurs qui circulent le long de la ligne des sondages à bord de l'HypnoTrain...

Les pirates de Black Sails à l'abordage de France Ô !

Les pirates de Black Sails à l'abordage de France Ô !
Alors que la série avec Toby Stephens vient de se terminer aux Etats-Unis (et en France sur OCS),...

Sortie Ciné : Power Rangers

Sortie Ciné : Power Rangers
Le film Power Rangers est sorti en salles aujourd'hui, mercredi 5 avril. Synopis : Dans une petite...

Jonas Armstrong : de Robin à Menelas

Jonas Armstrong : de Robin à Menelas
Nous devrions avoir le plaisir de retrouver prochainement Jonas Armstrong dans une nouvelle...

Berlin Station au Festival Séries Mania

Berlin Station au Festival Séries Mania
Le festival Séries Mania vient d'annoncer le programme de sa huitième édition qui se tiendra à...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (23:40)

Comme ça !

stanary (23:40)

Bon moi je vous parle plus

stanary (23:40)

Jusqu'à demain...

Sonmi451 (23:41)

c'est dans 20 minutes CB' va survivre surtout qu'elle part souper ^^

Sonmi451 (23:41)

20 minutes c'est très bien pour souper ^^

stanary (23:41)

Non mais tu casse tout !

Sonmi451 (23:42)

ouais je sais

stanary (23:43)

Bon bonne sonmi ! Tu verras demain

stanary (23:43)

* bonne nuit

Sonmi451 (23:43)

si je suis là oui ^^

serieserie (09:42)

helllo!

Sonmi451 (10:39)

hello

serieserie (10:43)

ça va?

Sonmi451 (10:43)

miss², tu as un l qui a poussé pendant la nuit. ^^

Sonmi451 (10:44)

nuit pourri encore de bébé no comprendo mais sinon ça va et toi?

serieserie (10:48)

ahah

serieserie (10:48)

oh pas cool

Sonmi451 (10:51)

tous les sondages sont présents pour l'HT ce matin?

serieserie (10:51)

aucune idée

Sonmi451 (10:52)

je vais voir...

Sonmi451 (10:53)

tout à l'air bon

Sonmi451 (10:54)

bon nouvelle semaine

Sonmi451 (10:54)

veut dire nouveau programme!

Sonmi451 (10:54)

et de nouveau seul avec les enfants

serieserie (10:54)

^^

Sonmi451 (10:54)

Et toi tu bosses?

serieserie (10:54)

non j'ai pas cours

serieserie (10:55)

donc je dors sur mon lit ^^

Sonmi451 (11:01)

pourquoi d'habitude tu dors ailleurs? ^^

Sonmi451 (11:01)

tu as bien dormi?

Merlinelo (16:32)

Hé, ceux qui sont passé à l'airways sur le quartier Orphan Black, vous savez qu'on vous a répondu il y a longtemps? ^^

Seriesmdr1 (19:16)

Bonjour à tous ! Thème en vote dans vos préférences pour le quartier Orange is the new black! N'hésitez pas à faire un petit tour ! Un nouveau sondage et un débat sont en cours ! Merci ! Bonne soirée !

serieserie (09:31)

Joyeuses Pâques!
Vous avez jusqu'à demain soir minuit pour chercher les œufs cachés sur la citadelle!

Phoebus (05:57)

Bonjour, Joyeuses Pâques! Bonne chance pour ceux cherchant encore les œufs. J'en profite aussi pour faire un peu de pub et rappeler qu'ils vous reste plus que quelques jours pour voter pour la meilleur photo de la seconde partie de saison 8 de The Vampire Diaries sur le quartier de la série. Bonne journée.

SeySey (08:50)

Bonjour! Fan de "Outlander"? Sachez que le trailer officiel de la saison 3 vient d'être révélé!!! N'hésitez pas à venir nous rendre visite et nous donner votre avis

ObikeFixx (10:25)

Bonjour. Vous pouvez toujours venir sur le Nathan James et découvrir le calendrier et le sondage du mois sur le quartier The Last Ship. Bonne journée

emeline53 (17:40)

Joyeuses Pâques à tous ! Pour fêter ça, venez élire votre personnage préféré chez The Fosters !

alExiaN (20:03)

ce soir c'est papotage et jeux pour les 12 ans du quartier Veronica Mars, on vous attend !

Locksley (08:43)

Bonjour ! Nouveau jeu HypnoChance ! Inscrivez-vous au tirage au sort pour tenter de gagner un DVD du thriller "Au bout du tunnel". Bonne chance !!

Seriesmdr1 (11:09)

Nouveau design sur le quartier Orange Is the new black. N'hésitez pas à venir donner votre avis ! Merci d'avance ! Bonne journée a tous !

choup37 (18:31)

Episode 2 de la nouvelle saison de Doctor Who diffusé ce soir Toutes les infos sur le quartier!

Locksley (08:49)

Bonjour la citadelle ! Depuis ce matin, ce n'est pas 1 mais 2 jeux-concours HypnoChance auxquels vous pouvez participer !

Locksley (08:53)

Des DVD du film "Au bout du tunnel" sont en jeu ainsi que des coffrets Teen Wolf Saison 1 ! Enjoy et bonne chance !

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play