VOTE | 148 fans |

Roméo et Joey

Roméo et Joey.



Ballade de la caméra dans tous les endroits mythiques de Capside, lors d’une belle journée de printemps sur le thème musical de « hands in the pocket » de Alanis Morissette : le port et ses bateaux, les rues tranquilles de Capside avec ses petites boutiques, les jardins verdoyants de « Capside High School ».
Générique.



Scène 1 : dans la cuisine de Grams.

Jen et Joey sont assises à la table de la cuisine, l’air épuisé, après une journée d’école soporifique. Deux grands verres de lait avec une assiette débordant de cookies sont posés devant elles. Aux fourneaux, près de l’évier, Mme Ryan, sort une dernière plaque de cookies brûlants. .



Joey : Mme Ryan, (regardant un cookie qu’elle tient entre ses doigts) ces cookies sont succulents ! Un vrai régal !

Grams : c’est gentille Joséphine.

Jen : (arrachant méticuleusement pépite de chocolat après pépite de chocolat, et les mangeant en se léchant les doigts) c’est vrai grand-mère, un délice ! On se damnerait !

Grams (entendant le mot « damnerait » part au quart de tour, et d’un ton de reproche) : Jennifer !

Jen le sourire aux lèvres : Mais oui grand-mère c’est un terrible objet de tentation ! Tu es peut-être un suppôt de Satan venu ici pour nous perdre ! La gourmandise, le 7ème péché capital mais peut –être le plus sournois ! (Elle regarde sa grand-mère avec l’air taquin)

Grams : Jennifer, je ne répondrais pas à la provocation d’une jeune fille, qui fait tout pour énerver sa grand-mère ! C’est mal me connaître ! Et puis la gourmandise n’est pas le plus terrible des péchés ! (Grams croque dans un cookie avec un plaisir non feint). La luxure voila le pire des péchés ! (Sur le ton d’une leçon de morale) et j’espère que ton séjour ici, à Capside, te remettra sur le droit chemin et si Dieu le veut, qu’…

Jen interrompant sa grand-mère en levant les yeux au ciel : grand-mère pitié j’ai passé l’âge des sermons ! Pas encore cette éternelle réplique « si tu approches un garçon tu iras droit en enfer ! »

Joey toujours avec un bout de cookie à la main : L’enfer je connais ! Merci ! Tous les jours supporter les humeurs dévastatrices de Bessie, c’est pire que l’enfer !
(S’adressant à Grams) je dois vous avouer que vous nous avez vraiment sauvés lors de cet accouchement «légèrement inopiné », je ne sais pas comment on aurait fait sans vous… mais depuis elle n’arrête pas de pleurer, quand elle s’arrête enfin c’est pour crier ou râler, rien ne va jamais ! Sans parler de Body qui a quitté le navire (Grams fait la moue pensant que un couple qui n’est pas marié c’est mal !) pour gagner de quoi acheter les couches de Monsieur Alexender qui ne fait pas ses nuits ! Un vrai cauchemar ! Vous n’auriez pas une potion magique ou quelque chose, Mme Ryan, pour faire cesser tous les symptômes du « Baby blues » ou sinon c’est moi qui vais faire une dépression !?

Grams : hélas non, je regrette, il faudra encore un peu de temps à ta sœur, un enfant ça vous change la vie, c’est une grande responsabilité, c’est un bouleversement … (elle regarde tendrement Jen et lui met la main sur l’épaule) à n’importe quel âge !

Jen (dégageant son épaule de la caresse de sa grand-mère) : tss, grand-mère, moi je ne porte plus de couche culotte depuis longtemps !

Grams : oui peut-être mais tu es encore un bébé que tu le veuilles ou non !

Jen un peu vexée : et toi tu étais il y a encore peu une « sorcière » pour Joey !

Joey à la fois gênée et un peu en colère : JEN !

Jen : quoi ? (S’adressant à Joey) c’est pas vrai ? (À Grams) et oui grand-mère toute la petite bande de Pacey en passant par Joey et Dawson, te prenait pour une horrible sorcière, enterrant ses cadavres derrière, dans le jardin !!

Joey : (essayant de minimiser les propos de Jen) : Mais non, tu exagères Jen, et puis c’était quand on était tout petit, depuis vous êtes notre sage femme providentielle !

Grams : ne t’excuse pas Joey, il est vrai que je n’ai peut- être pas toujours été très avenante… mais maintenant que je vous connais, c’est différent…

Jen rebondissant sur les dernières paroles de sa grand-mère : alors donc tu apprécies Joey ?

Grams : Bien sûr ! Quelle question !

Jen continuant son raisonnement : et aussi Pacey ?

Grams : hésitant oui… encore que Pacey est un peu…

Jen coupant la parole : et Dawson ?

Grams : oui aussi mais…

Jen : c’est entendu ! Tu aimes bien Dawson donc tu ne vois pas d’inconvénient à ce que je le vois après les cours !!

Grams : Jennifer, j’ai dit que Dawson était un gentil garçon mais je n’ai pas dit que tu pouvais le voir ! Il y a une grande différence entre…

Jen : Alors grand-mère ! Dawson est un gentil garçon tu l’avoues toi-même donc l’affaire est entendue ! Je t’adore grand-mère ! (Elle lui fait un bisou sur la joue pour clore le sujet et éviter toute objection).
Jen entamant un autre cookie et par la même occasion, un autre sujet de conversation : tiens au fait en parlant de Pacey… j’ai entendu dire que…

Joey : OUI ! Je vois que les nouvelles vont vite ! Tu vois je croyais il y a encore tout juste une heure que ma vie était un enfer… en fait je me trompais… Ma vie est devenue un enfer cette après midi à exactement 16 h 31… (Elle revoit la situation et en frissonne encore) quand cet abominable M. Kasdan m’a annoncé mon, je le cite dans le texte (elle fait une légère grimace de dégoût et met les mots entre guillemets avec ses doigts) « compagnon de jeu » ! Il m’a regardé dans droit dans les yeux et avec un léger sourire sadique m’a dit « Potter … avec Witter » et il a osé rajouter « la rime est parfaite ! », je l’aurais tué de mes propres mains … finalement j’ai opté pour la manière douce … mais j’ai eu beau négocier, supplier, implorer pour être avec n’importe qui d’autre ! tout sauf lui mais il n’a rien voulu savoir ! Je suis sûre qu’il a même trouvé du plaisir à me voir ramper devant lui !

Jen : ce Kasdan est un vrai tortionnaire !

Grams (se mêlant de la conversation tout en lavant un saladier) : Monsieur Kasdan est un homme charmant, tout à fait respectable !

Jen prenant encore le contre-pied de sa grand-mère : Ce n’est pas parce que TON Monsieur Kasdan va à la même paroisse que toi tous les dimanches, qu’il est forcément Monsieur « parfait » ! (Elle s’arrête un instant et réfléchit puis reprend) : remarque je dois avouer que cette fois-ci il a été très inspiré ! Il m’a choisi un ange comme (elle cite aussi Kasdan) «compagnon de jeu » !

Joey soupire désespérée : c’est toujours les mêmes qui ont de la chance mais jamais la pauvre petite Joey Potter…

Jen la regardant navrée : toi tu as besoin de t’aérer la tête ! (Elle réfléchit 10 secondes puis reprend, l’œil pétillant) Rendez vous demain soir 8 h sur l’embarcadère du port !

Joey se levant avec une certaine lassitude : Ok pour demain 8 h j’ai besoin de m’oxygéner ! En attendant cette bulle d’air je m’en retourne dans « la maison du bonheur » (sur un ton ironique) apprendre mon texte pour ce cher Monsieur Kasdan ! (Elle met son sac sur l’épaule, et va pour partir) : Encore merci pour les cookies Mme Ryan (elle lève un petit sachet rempli de biscuits) et (s’adressant surtout à Jen) Priez pour moi … qu’en arrivant Alexander dorme comme loir et que Bessie soit de bonne humeur…

Jen (d’un ton ironique) : désolée, je ne crois pas aux miracles !!

Joey (faussement triste hausse les épaules, soupire encore profondément comme pour se donner du courage et s’en va) : tant pis pour moi ! À demain !



Scène 2. Le lendemain dans les couloirs du lycée.

Joey cherche un livre dans son casier quand Pacey arrive tout frétillant et tape à la porte de son casier le sourire jusqu’aux oreilles. .




Pacey imitant un acteur « théâtreux » en plein drame : Ô ma Juliette ton Roméo est là !!!

Joey l’air un peu dégoûté et légèrement affligé : Pacey ! Arrête de faire le clown s’il te plait !

Pacey lui faisant une légère courbette : Comme il plaira à ma Dulcinée !

Joey : C’est sérieux Pacey, ça n’a rien de drôle ! Cette note compte pour la moyenne générale de littérature et…

Pacey : mais je suis très sérieux Potter ! Je venais te voir pour établir notre plan de révision ! Je ne veux pas me planter moi non plus et je compte bien avoir un C+ !
Joey horrifiée en entendant cette lettre ! : QUOI ! Un C+ tu plaisantes là ! Ce sera un A ou sinon….
Pacey la voyant s’énerver, sautille de plaisir, à 30 cm d’elle ! Passant par là et observant la scène un jeune homme brun s’approche et s’arrête planté devant eux.

Drue : comme c’est touchant, regardez moi nos 2 tourtereaux en plein ébat amoureux ! (Le ton est plus que moqueur)

Pacey et Joey se retournent en même temps vers lui, le regard noir : LA FERME DRUE !!

Drue amusé : quelle maîtrise de la langue shakespearienne ! Et quelle synchronisation ! Je dis bravo ! (Il commence à applaudir du bout des doigts).

Joey : On t’a pas sonné ! Va jouer plus loin avec tes amis chimpanzés !

Drue regardant Joey puis Pacey puis à nouveau Joey : M Kasdan n’aurait pas pu mieux tomber ! Le vilain petit canard de Capside (s’adressant à Pacey) avec la si malheureuse petite causette ! (les regardant à nouveau et préparant sa nouvelle pique) La Belle (il avance sa main pour caresser la joue de Joey) et la Bête !

Pacey attrape la main de Drue avant qu’il n’ait pu frôler le visage de Joey, le ton menaçant mais froidement : ne la touche pas… (Il lui tient solidement la main en l’air et la relâche après lui avoir jeté un dernier regard noir).

Drue amusé par la réaction tourne les talons et ajoute sans les regarder : c’est une affaire qui roule !!! (Il éclate de rire). La Belle et la Bête !!

Joey se raidit, serre les dents et regarde Drue partir puis en se remettant une mèche de cheveux derrière l’oreille et s’adressant à Pacey : J’aurais très bien pu le remettre en place toute seule ! Je n’avais pas besoin de tes gros muscles !

Pacey : un merci suffira Potter ! (Il la regarde elle rougit légèrement)

Joey sur un ton plus rapide : Bon revenons à nos moutons ! On se voit où et quand ? (Elle réfléchit) Disons après les cours à 17 h.

Pacey : moi ça me va.

Joey : très bien donc on dit 17 h tous les jours jusqu’à notre intervention !

Pacey hurlant : quoi ? TOUS les jours ! Non mais ça va pas Potter et pourquoi pas les WE aussi !

Joey : Mais j’avais inclus les WE aussi Pacey, je ne veux rien laisser au hasard il faut que tout soit parfait !

Pacey : pas les WE aussi ! Mais je vais faire une over-dose ! Je ne suis pas un bourreau de travail comme Miss Potter ! Et puis un acteur a besoin de temps de méditation !

Joey : je traduis temps de méditation par glandouille ! Tu mettras ton « temps de méditation » entre parenthèses pendant une semaine ce n’est pas la mort non plus !
Pacey : mais j’en ai besoin ! C’est vital pour un homme, … pour moi…, ce temps de méditation (il insiste sur le dernier mot)

Joey : Si tu n’es pas content, adresse toi à M. Kasdan !

Pacey abandonne il a déjà essayé auprès de cette vieille barbe de Kasdan et même la corruption n’a pas marché ! : Ok, ça va, ça va, tu as gagné Potter, va pour ce rythme infernal ! Mais tu te lasseras avant moi !!

Joey : Bon maintenant qu’on a établit les heures de répétition, il nous faut un endroit….

Pacey d’un ton d’évidence : ben chez toi !

Joey : impossible, entre les cris d’Alexander et les pleurs de ma sœur c’est à devenir fou ! Et pourquoi pas chez toi ?

Pacey : tu plaisantes ! Tu crois que le shérif de Capside va accepter que son fils cadet joue à l’acteur ! Il considère déjà le soccer comme un sport de gonzesses alors le théâtre tu imagines un peu (il fait la grimace)… et puis un fils gay dans la famille ça fait déjà beaucoup !!

Joey : la salle d’étude alors ?

Pacey : non ! J’ai une réputation à tenir auprès de la gente féminine, moi !

Joey vexée : moi aussi j’ai une réputation ! Il est hors de question qu’on nous voit ensemble au lycée ! Mais où ? C’est quand même pas sorcier de trouver un endroit tranquille et calme pour répéter !

Pacey (son œil brille) : je connais un endroit idéal ! Rendez vous après les cours aux ruines !

Joey : mais c’est interdit !

Pacey : oui et alors ? Tu vois un meilleur endroit ? Là au moins on ne risque pas d’être ni vu ni dérangé ! (Il ajoute dans un souffle) crois en mon expérience…

Joey résignée : bon c’est d’accord, (essayant de se convaincre malgré l’interdit) s’il faut aller aux ruines pour décrocher un A… à toute à l’heure Pacey… (Elle ferme la porte de son casier) et s’en va en cours laissant Pacey planté là. Elle se retourne et lui lance : et surtout sois à l’heure !

Pacey : n’ais crainte Ô ma Juliette ! (Et fait la révérence).


Scène 3 chez madame Ryan vers les 17 h

Madame Ryan est assise confortablement dans son fauteuil en velours vert, son préféré. À côté d’elle sur la petite table basse fume une tasse de thé. Elle tricote avec soin un nouveau pull pour les enfants de l’orphelinat de Capside. Avec l’âge elle est maintenant obligée de porter ses lunettes pour coudre. Elle lève la tête de son ouvrage et tend l’oreille. … rien… elle reprend son tricot. On entend un bruit étrange au dessus de sa tête. Elle s’arrête à nouveau de tricoter et enlève ses lunettes pour mieux entendre… encore un bruit… on dirait qu’il vient de la chambre de Jen. Puis encore un…. Elle pose son tricot et d’un pas décidé monte les escaliers. Elle s’arrête devant la porte de Jen. Elle attend quelques secondes et se décide à l’ouvrir d’un coup ! .


Grams : Jennifer ! (Jen sursaute à la vue de sa grand-mère)

Jen dans un petit cri strident : Grand-mère !!

Grams regardant droit devant elle la fenêtre de la chambre de Jen grande ouverte : DAWSON !!!

Dawson : Madame Ryan !

Grams : JENNIFER !!??

Jen : NON grand-mère ce n’est pas ce que tu crois ! (Au même moment Dawson essaie de passer par la fenêtre et se casse la figure pour atterrir aux pieds de Grams)
Jen : je vais t’expliquer grand-mère…

Dawson rouge de confusion se relevant tant bien que mal sous l’œil féroce de Grams ! : Vous allez rire…

Grams leur coupant la parole : Non je ne pense pas que je vais rire mon garçon ! Jennifer que fait ce jeune homme dans ta chambre ! O mon dieu ! Tu ne changeras donc jamais ! Ta mère t’a confiée à moi et voila le résultat !!

Jen essayant de placer un mot : grand-mère, C’est ta faute !!!

Grams encore plus énervée : comment ma faute ! ? C’est trop facile Jennifer !!

Jen : mais tu m’as dit que je pouvais voir Dawson tous les jours si je voulais, après les cours !!

Grams : Allons Jennifer ne te fais pas plus sotte que tu n’es ! Tu m’as très bien comprise !!

Dawson : Je vous assure qu’on ne faisait rien de mal madame Ryan ! Je vous le jure !!

Grams : on ne jure pas de mensonges sous mon toit ! Comment as-tu osé Jennifer !? Je te faisais confiance et voila le résultat !

Jen d’un ton énervé et en colère : et bien crois ce que tu veux ! Je m’en fiche ! (Prenant Dawson par le bras et le replaçant près de la fenêtre comme on met un pot de fleur) : (d’un ton provocateur) viens Dawson continuons ce qu’on était entrain de faire !!!

Grams imaginant le pire : JENNIFER !! !! Je t’interdis de t’approcher de ce…

Jen lançant un regard de défi à sa grand-mère, s’éclaircit la voix :
« Ô Roméo, Roméo pourquoi es tu Roméo,
Renie ton père, refuse ton nom ;
Ou si tu le fais, sois mon amour juré
Et moi je ne serai plus une Capulet. »

Grams reste médusée devant le spectacle, Dawson est la bouche ouverte devant cette scène de la 4ème dimension…

Jen bousculant Dawson : alors c’est à toi !!! Vas y !!!

Dawson regardant Grams , d’une voix mécanique, sans trop comprendre ce qu’il dit mais obéissant à Jen … :
« L’écouterais je encore
Ou vais-je lui parler ? »

Jen satisfaite se retourne vers sa grand-mère qui se décompose à vue d’œil !: Voila la chose monstrueuse que Dawson et moi faisions Grand-mère !! On se livrait à des choses dégoudantes, la luxure le pire des vices n’est-ce pas grand-mère !!!???
NON !!!! On répétait juste un extrait de Roméo et Juliette !!! Voila le mal qu’on faisait grand-mère !!!

Grams confuse : mais… mais… et la fenêtre et….

Jen : la fenêtre !! C’est une idée de Dawson !!! La fenêtre !!! C’était pour faire plus réaliste et mieux retransmettre les émotions des 2 personnages !!! Voila la fenêtre !!!

Dawson un peu gêné d’avoir eu l’idée : on a eu tord Madame Ryan,…, on aurait du vous prévenir… mais l’idée m’est apparue si évidente quand j’ai vu Jen à la fenêtre que je n’ai pas résisté… je suis désolé…

Jen : mais tu n’as pas à être désolé ! (Regardant Dawson) ma grand-mère n’a toujours pas confiance en moi ! Je fais pourtant tout ce que je peux pour lui prouver que j’ai changé mais ça ne sert à rien ! C’est comme ça, moi j’ai changé mais elle, elle ne changera pas ! (Elle commence à avoir les larmes aux yeux…)

Grams ne sachant plus quoi faire se recule d’un pas à la porte de la chambre : bon… je vous laisse travailler… nous mangeons à 19 h … (d’une voix plus douce) Dawson si tu veux te joindre à nous ce sera avec plaisir… (Elle referme la porte).

Jen se retourne vers Dawson toujours en colère les yeux pleins de larmes: Tu vois ! Elle me prend toujours pour une marie couche toi là !

Dawson sent que Jen a été blessé par les propos de sa grand-mère. Il la prend dans ses bras pour la réconforter : viens là toi !
Ils s’assoient tous les 2 sur le lit de Jen. Dawson la tient toujours dans ses bras et lui parle doucement à l’oreille.

Dawson : ne lui en veux pas, tu sais elle t’aime plus que tout, mais les gens qui vous aiment ont quelques fois la fâcheuse tendance à vous faire souffrir… sans le vouloir, c’est parce qu’ils s’inquiètent ou encore parce qu’ils veulent ce qu’il y a de mieux ou parce qu’ils sont maladroits mais c’est toujours par amour, crois moi Jen ! Et ta grand-mère, elle t’aime vraiment !

Jen regardant gentiment Dawson : et toi tu m’aimes Dawson ?

Dawson : (tendrement) bien sûr que je t’aime ! (Sur le ton de la plaisanterie) sinon je ne serais pas là à subir les foudres d’une vieille dame possessive et paranoïaque ! (Il jette un œil sur leur position) D’ailleurs, pour lui éviter toute crise cardiaque on ferait mieux de se lever ! Si elle nous voit enlacés sur le lit, elle nous tue !

Jen souriant à nouveau : on lui fera le coup de la scène finale ! Quand Juliette prend Roméo dans ses bras !

Dawson l’œil coquin : dommage que Kasdan ne nous ai pas donné la scène du baiser !!

Jen faussement choquée : Dawson !!! (Elle le repousse doucement puis se rapproche) de toute façon nous n’avons pas besoin de répétition pour cette scène, on connaît déjà les répliques ! (Et elle l’embrasse tendrement).



Scène 4. 17h aux ruines. .


La lumière est douce, les colonnes grecques sont comme enlacées par les lianes de vigne vierge. Le lac artificiel scintille comme des milliers d’émeraudes, Deux cygnes royaux avancent majestueusement à la surface de l’eau.

Sur un banc en pierre, près de l’eau, est assise Joey, le nez dans son livre répétant sans répit ses répliques. Elle est totalement absorbée par son texte.
Pacey légèrement en retard, l’espionne, caché derrière une colonne. D’abord amusé par la scène et la concentration à toute épreuve de Joey, il l’observe attentivement, avec un certain plaisir, détaillant chacun de ses gestes… il finit par lui lancer un petit caillou sur la tête. Elle ne s’en aperçoit pas, trop prise par le texte… il recommence… elle fait un geste pour chasser la gène. Pacey pouffe… et recommence encore… Là elle lève la tête et regarde autour d’elle, puis ramasse le petit caillou blanc au moment ou elle se redresse, elle est encore touchée….



Joey dans un petit cri : PACEY !!!! ça suffit !!!!

Pacey sort de sa cachette l’air content de lui : et bien Potter j’ai cru que tu ne t’en apercevrais jamais !! J’allais être à cours de munition !

Joey les petits cailloux blancs dans la main : Pacey je te rappelle qu’on répète Roméo et Juliette ! Et pas le petit poucet ! Et je te rappelle également que cette note …

Pacey continue la phrase de Joey : … compte pour l’examen final de littérature ! Oui merci je sais !! À force de te l’entendre dire j’ai bien compris !!

Joey reprenant son petit livre : bon ne perdons pas plus de temps, on commence !

Pacey sort également son livre corné, froissé, de la poche arrière de son jean il est debout devant Joey.

Joey le regarde : tu ne vas pas rester planté là !

Pacey : ben je fais quoi alors ?

Joey réfléchit : bon je propose qu’on fasse d’abord une simple lecture de la scène, on l’analyse méthodiquement et ensuite on verra… Tu peux faire ça Pacey ? Tu sais lire ??

Pacey vexé : très drôle Potter ! Pousse toi (il s’assoit sur le banc et la pousse avec les fesses) tu prends toute la place !

Joey : Hé ! Doucement !

Une fois installé l’un à coté de l’autre sur le banc en pierre, Joey prend sa respiration et attaque sa première réplique :

« Tu veux partir ? Ce n’est pas près d’être le jour.
C’était le rossignol et non pas l’alouette
Qui a percé le fond craintif de ton oreille ;
Il chante la nuit sur ce grenadier,
Crois-moi, amour, c’était le rossignol. »

Pacey peu convaincu par la réplique de Joey poursuit sans grand entrain :

Pacey (Roméo) :
« C’était l’alouette messagère de l’aube
Et non le rossignol, vois quelles raies jalouses,
Amour,
Brodent sur les nuées en l’orient lointain ; […]»

Il s’arrête de lire…

Joey toujours le nez dans son livre : continue ! C’est pas fini !

Pacey : je peux pas !

Joey lève les yeux de son texte et le regarde mi agacée mi étonnée : Quoi tu ne peux pas ! Ce n’est pas difficile !

Pacey se tortille et se lève du banc et se plante à nouveau devant Joey avec le livre qu’il tord dans tous les sens : non je peux pas ! Tu me vois te dire « Amour » et puis cette histoire de rossignol c’est pas crédible ! Ça ne veut rien dire ! Je le sens pas !

Joey énervée : TU NE LE SENS PAS ! Pacey on ne te demande pas de sentir mais juste de lire !! Comment ça pas crédible ! C’est une pièce de William Shakespeare ! Pas un roman de gare ou des dialogues de films X ! C’est un moment clé de la pièce ! On reprend ! Et fais un effort !

Pacey se rassoit soupire et continue :

« […] Les cierges de la nuit sont brûlés, le gai matin
Fait des pointes sur les montagnes embrumées. […] »
Non… ça cloche ! (Il se lève à nouveau) il manque quelque chose, (il réfléchit en se grattant le menton) j’ai besoin d’un accessoire … et si je me faisais pousser la moustache ? Qu’est ce que t’en dis ?

Joey qui commence à bouillir intérieurement : c’est pas les 3 mousquetaires Pacey ! Une moustache ! Et pourquoi pas une barbe aussi !!! Et une épée !! Non… j’ai mieux puisque tu veux des accessoires prends des pistolets ! On transpose Roméo et Juliette au Far West !!

Pacey amusé : Ah ! Enfin une bonne idée Potter !! Là je le sens bien !!! Roméo au Far West ça me botte bien !! (Il prend la voix d’un vieux cow-boy solitaire) «
Il faut vivre et partir_ ou mourir et rester. » (Et il crache par terre comme un Billy the Kid chiquant du tabac)
Là ça sonne bien non ?

Joey dégoûtée regardant un filet de bave pendouillé sur le menton de son « compagnon de jeu » hurle : PACEY !!!!!!!!! TU AS GAGNÉ ! J’abadonne ! Tu es content tu as réussi ! (Elle commence à plier ses affaires Pacey la regarde bêtement)

Pacey : ça va Potter ! C’était juste pour rire ! Tu ne vas pas nous en faire une tartiflette !

Joey se retourne son sac dans les bras : UNE TARTIFLETTE !!!

Pacey : (d’un ton d’évidence) oui ! Une tartiflette ! Un Fromage si tu préfères !

Joey : je sais très bien ce que ça veut dire ! Merci !

Pacey essayant de lui prendre son sac et de calmer le jeu : c’était juste pour détendre un peu l’atmosphère…

Joey : c’est très réussi Witter !!

Pacey (le sac de joey dans les mains) : Tu prends la chose trop à cœur Potter ! Ça va te jouer des tours ! Il faut dédramatiser !

Joey toujours debout : mais tu n’as pas compris Pacey ! Je joue peut être ma bourse sur ce coup ! Et sans bourse pas d’université ! Sans bourse pas de quoi quitter Capside et ma misérable vie ! (Les larmes commencent à lui monter aux yeux et plus elle se retient et pire c’est… elle ne supporte pas de montrer la moindre faiblesse, et surtout pas à Pacey !)

Pacey (touché par cette faiblesse passagère de Joey) : Ne te mets pas dans tous ces états… Puisque ce A est si important pour toi on va tout faire pour le décrocher ! Kasdan sera tellement malade de me mettre un A ! Et ça c’est une motivation supplémentaire ! Super Pacey te le promets (il la regarde droit dans les yeux) : Potter tu auras un A et même un A+ !

Joey un peu rassurée le regarde : « Super Pacey » ?? Je vois que tu lis toujours tes fonzines !!

Pacey : et oui et superman est mon préféré !!!

Joey : le côté slip rouge moulant sans doute !!!

Pacey : non ça c’est pour Dougguy !! Mais nous nous éloignons de notre sujet Juliette !!! Allez on reprend !!!

Il s’assoit sur le banc mais Joey prend quand même son sac elle regarde sa montre.

Joey : désolée Pacey ! Je suis déjà en retard ! À demain !

Pacey : et notre répétition Potter ! Et après on dit que c’est moi le cancre paresseux ! (Il parle presque dans le vide… Joey a déjà tourné les talons)

Joey se retourne : et sois à l’heure !!


b] Scène 5 sur l’embarcadère du port de Capside 8h du soir.

L’air est doux, le soleil vient de se coucher, une brise légère fait onduler bateaux et lampions rouges, verts, bleus, jaunes.

Jen et Dawson sont entrain de discuter quand Joey arrive toute essoufflée.



Joey : désolée pour le retard ! J’ai été retenue ! Alors quel est le programme ?! Je meurs de faim !!

Dawson : Jen n’a rien voulu me dire ! Et ce n’est pas faute d’avoir essayer !

Jen : la ruse, la douceur, la force, rien n’a marché !!!

Dawson : bon alors tu peux nous le dire maintenant !!

Jen se fait un peu prier puis sort triomphalement de sa poche… : tatann !! (Des billets)

Dawson : des billets de ciné ?

Joey : des billets de concerts ?

Jen fière d’elle : non ! Mieux que ça !!!

Dawson toujours très observateur : mais il y en a 4… ?

Jen : oui il manque encore …

Joey : tant que ce n’est pas P…

Pacey arrivant en courant tout essoufflé : désolé j’ai été retenu…

Joey se retourne et tombe nez à nez avec Pacey.

Joey : Pacey !

En même temps Pacey : Potter !

Jen ravie : bon tout le monde est là alors en route !!! (Elle les prend tous les 3 par le bras et s’en vont).

Scène 6 au cirque.

Dawson est assis entre Jen et Joey dans des gradins. On entend un orchestre de cuivre jouer « la piste aux étoiles ». Des enfants se faufilent à travers les gradins en riant tout excités.
Jen a le sourire jusqu’aux oreilles. Dawson est ravi lui aussi. Joey est légèrement sceptique…. .



Dawson : Jen, tu as eu une idée de génie !

Jen : je crois aussi ! Y’a pas mieux pour se changer les idées !! Hein Joey ?

Joey sans grand enthousiasme : oui… pour faire original c’est réussi ! Pour ce qui est de me changer les idées c’est une autre histoire…

Dawson : allons Joey desserre un peu tes zygomatiques ! À force de serrer les dents tu vas avoir des crampes ! Moi j’ai l’impression d’être retomber en enfance ! Et d’avoir à nouveau 9 ans comme Eliot !

Jen : Tiens encore une référence à Spielberg comme c’est étrange !!

Pacey arrive les bras chargés de pop corne et de hot dog et coca. Il s’installe comme il peut, près de Joey.

Pacey : chaud devant !!! Oups désolée Juliette ! (Il renverse par maladresse 3 pop corne sur sa tête !)

Joey dans sa barbe : y’en a d’autres qui ne sortiront jamais du jardin d’enfant…

Pacey distribue du pop corn à tout le monde. Et même à un petit garçon assis à coté de lui dévorant des yeux son gros cornet.

Pacey : tiens Potter je t’ai pris un hot dog double spécial chef, (il lui tend avec le sourire aux lèvres) tu dois avoir faim après cette première répèt !! (Il commence à enfourner la moitié du sien avec un appétit d’ogre)

Joey : merci Pacey…

Dawson (des pops cornes pleins la bouche) : Merci Pace !!! (à Jen) Alors ça c’est un ami !!!

Jen : oui je vois ! (Elle regarde Dawson et Pacey mangeant comme deux clones leur pop corn au même rythme !)

Soudain les lumières virevoltent au dessus de leurs têtes, roulement de tambours, les fauves arrivent dans un claquement de fouet. Nos quatre jeunes gens sont comme hypnotisés par ces félins, leurs crocs acérés, leur rugissement… ils sont pris par la magie du cirque… les éléphants,…, les chimpanzés… se balancent de branche colorée en branche…

Joey commence vraiment à prendre goût à ce spectacle. Elle regarde les singes et dans un éclat de rire : Hé ! Regardez il y a les cousins de Drue !

Pacey : ils ont plus qu’un air de famille !!!! Surtout celui de droite ! (Il donne un coup de coude à Joey)

Joey : Oui tu as raison c’est le plus niais des 5 !!!

Pacey : si on ne compte pas Drue !!!

Joey : Bien entendu !! (Elle éclate à nouveau de rire) !!

Dawson : Hé Pacey ! Tu trouves pas que cet ours ressemble étrangement à …

Pacey et Dawson en chœur : KASDAN !!!

Arrivent maintenant les trapézistes dans leurs tenues rouge et or… le plus costaud des 4 attrape une jeune fille après un saut périlleux avant… puis un salto arrière… Jen et Joey ont le souffle coupé pendant que Pacey et Dawson admirent le décolleté plongeant de cette frêle acrobate…

Jen : Oh mon dieu…

Roulement de tambours ces artistes aériens vont maintenant tenter le tout pour le tout : le double salto arrière, yeux bandés… les projecteurs sont braqués sur le trapèze qui se balance au rythme de la grosse caisse.
Jen sert la main de Dawson, Joey se colle également à lui, pendant que Pacey mange nerveusement une barre de chocolat banane.
Et… elle se lance dans le vide sans aucune protection… un saut… deux sauts… et il la rattrape ! Des Applaudissements résonnent dans tout le chapiteau.

Pacey siffle applaudit tout excité, Jen n’est pas en reste ! Joey reste scotchée à son siège.

Dawson : ah … si j’avais eu ma caméra !! Quel dommage ! On aurait dit un film de Fellini ! Toute la magie de la Strada en seulement quelques minutes ! (Au fur à mesure le discours de Dawson s’enflamme, comme s’il revivait la scène, les 3 autres l’écoutent médusés par tant d’enthousiasme) Cette tension entre le spectateur et l’artiste qui s’installe petit à petit, par des jeux de lumières, une musique, toute une chorégraphie pour exciter nos sens… et puis le goût du danger…. Par leur prise de risques énorme, ces acrobates arrivent à nous faire sentir ce danger permanent qu’ils courent… on ne respire plus on est comme suspendu à leur assaut dans le vide… AHhhhhhh si j’avais ma caméra !!!!!!!!!!!

Pacey : c’est vrai ! Tu devrais toujours l’avoir sur toi ! On ne sait jamais ce qui peut arriver !!!

Les lumières s’éteignent. Pacey se tourne dans tous les sens pour voir ce qui va se passer tout excité. D’un coup on entend des hurlements venant du fin fond des coulisses. Le chapiteau se rallume avec des feux d’artifices rouge, bleu, vert, jaune. Arrive en hurlant un clown au nez rouge habillé d’un très élégant kilt écossais rouge et vert qui laisse apparaître de charmantes jambes poilues. Il pousse dans une brouette un autre clown dont on ne voit que les chaussures en vernis jaune poussin pointure 56 ou 58 fillette !

Pacey : (tout amusé) c’est quoi cette charrette !! (Il regarde avec plaisir les grimaces du clown conducteur !)

Joey le reprenant : pas charrette Pacey, on dit brouette !

Pacey haussant les épaules : c’est pareille !! Charrette, brouette, le tout c’est que ça roule !!!
Il regarde d’encore plus près les pitreries de ces 2 personnages.

Pacey : Mais pourquoi il parle pas l’autre ? (Regardant le second clown qui vient enfin de sortir de la brouette à coup de pied au derrière)

Dawson : c’est un classique, on a toujours un clown muet comme acolyte du clown farceur !

Jen : Oui mais si je ne m’abuse Monsieur le professeur es Zavatta, d’habitude le muet est le clown triste, le visage peint en blanc et pas habillé avec un costume rose et jaune à gros pois !!!

Joey : Jen à raison monsieur je sais tout !!!!

Dawson ne perdant pas sa contenance : l’époque que nous vivons est déjà trop triste pour avoir même au cirque un clown triste !!!

Pacey : bien dit Dawson !!

Jen : regardez moi cette solidarité masculine qui démarre au quart de tour ! Pff ! Pas moyen de critiquer l’un, sans que l’autre arrive à la rescousse !!

Dawson : Pacey et moi nous sommes comme les 2 doigts de la main !

Pacey : Oui exactement ! Mais ça vous échappe (regardant Jen puis Joey), l’amitié féminine n’existe pas ! Vous êtes trop jalouses et prédatrices, vous les filles !

Joey : N’importe quoi ! Et la rivalité masculine, t’y as jamais pensé !!

Dawson : en tout cas l’amitié fille garçon ça peut marcher !! (Il prend Joey par l’épaule) Joey et moi nous en sommes la preuve vivante !!

Jen : Je ne sais pas si…

Elle est interrompue par le clown écossais qui s’approche d’eux en gesticulant hurlant regardant son ami clown en costume rose à pois jaune faire désespérément du vélo mais sans grande réussite… il tombe les 4 fers en l’air !

Le clown écossais : ahhhhhhhhhh qué castrrrrophe !!!! Ah qué crétino !!! (Il va pour le relever et l’époussette. Il prend le vélo, une magnifique bicyclette rouge à paillette et essaie de le remettre en scelle. À peine 2 mètres plus loin et 10 secondes plus tard il est à nouveau par terre ! Il se frotte la tête en faisant des grimaces, son jeu de mime est à se tordre de rire : Pacey sautille, le montre du doigt, éclate de rire ! Joey est même gênée !

Joey donnant un coup de coude à Pacey : Pacey ! chut !!

Pacey : quoi Potter ils sont excellents !!! (Il crie) Encore !!!!!

Le clown écossais prend rageusement la bicyclette rouge et pousse son collègue. Son chapeau tombe il le ramasse et l’autre en profite pour lui donner un coup de pied aux fesses !!!!

Le clown écossais faisant le tour de la piste, la bicyclette à la main, pendant que l’autre se gratte les fesses : Qué cretino ! Ah mamamia !!! Nobody roule la biclyclette !!!??? Ah !!! (Il se gratte la tête réfléchit et crie le doigt en l’air) EUREKA !!! (Il va et vient d’un bout de la piste à l’autre en hurlant) UNO PROFESSOR !! UNO PROFESSOR !! ??? UNO PROFESSOR !! ?? (Le clown à pois le suit en gesticulant derrière lui)

Pacey ne tenant plus sur sa chaise ! : MOI !!! MOI !! (Il fait plus de bruit que tous les autres enfants de 5 ans assis autour de lui)

Joey de plus en plus gênée : Chercher l’erreur ! (S’adressant à Dawson et Jen).

Finalement après mure réflexion le clown écossais se dirige enfin vers Pacey, qui ravi, enjambe le rebord et s’avance triomphalement vers le centre de la piste.

Dawson hurle : VAS Y PACE !!!

Jen : PACEY !! PACEY !!!

Joey : C’est parti !! (D’un ton affligé)

Pacey salue d’abord toute l’assemblée ! Il a l’air comme un poisson dans l’eau au milieu des lumières, des bruits des trompettes trombones !! Il prend la bicyclette des mains du clown et l’enfourche. Il fait d’abord un 1er tour de chauffe, puis un 2ème mais sans les mains, sous les hourras de Jen et Dawson !!

Dawson Jen : PACEY !! PACEY !! PACEY !! PACEY !!

Dawson à Joey : allez Joey encourage le !!!

Joey : il est pathétique !!! Un vrai gamin !!! On ne lui donnerait pas 6 ans !!!

Pacey continue à faire son show ! Sans les mains puis debout un pied sur la scelle !

Joey : les clowns ont intérêt à se faire du souci ! Il est entrain de leur voler la vedette !!! Si ça continue ils seront bientôt au chômage !
(Elle commence à rire et à se prendre au jeu)


Les 2 clowns applaudissent ! Le clown en costume saute de joie avec ses immenses chaussures en vernis jaune ! Puis l’écossais fait signe à Pacey de s’arrêter. Pacey lui obéit et se met près de lui. .


Le clown écossais : (à Pacey) Bravo Professor !!! Bravo Professor !!

Pacey tout fier : Pas de quoi !!

Il fait une révérence. Le clown également. Pacey recommence, l’autre continue. Ce petit jeu de révérence dure bien une minute avec des « Professor » quand l’autre arrive avec une 2ème bicyclette identique … ou presque… alors l’écossais réfléchit et crie à nouveau : « Uno secondo PROFESSOR !!! » « Uno secondo PROFESSOR !!! » et le jeu recommence des va et vient avec derrière lui respectivement par ordre, le clown muet à pois jaunes et Pacey !!! Quand Pacey dit quelque chose à l’oreille de l’écossais… Soudain il hurle un dernier « PROFESSOR » et fond droit sur … Joey !!!

Joey s’enfonce dans son siège fait non de la tête, des bras : Oh… non ! Non ! Non !

Pacey : allez viens Potter !!! Il essaie de la tirer des gradins elle résiste.

Dawson : allez Joey !!! Il la pousse.

Le clown : PROFESSOR !!! SIGNORITA !!!

Joey : il est hors de question que je me ridiculise sur….

Elle n’a pas le temps de finir sa phrase que les 2 clowns se jettent sur elle et la prennent avec l’aide de Pacey par les bras. Elle atterrit au beau milieu de la piste.
Elle sourit nerveusement et entre ses dents : Pacey tu vas me le payer…

Pacey tout amusé : mais non Potter !! Tu vas voir on va s’amuser !!! Faut rigoler !

Joey toujours avec un sourire feint regardant les 2 clowns faire les pitres autour d’eux : je suis morte de rire Pacey…

Le clown écossais tend son vélo à Pacey pendant que l’autre clown tend une autre bicyclette à Joey…

Pacey montant sur la sienne : Ben Potter qu’est ce que tu attends !! T’ as jamais appris à faire du vélo !!??? (Sur un ton de défi)

Joey vexée : bien sûr que je sais en faire ! (Elle l’enfourche et fait un tour de piste)

Tous applaudissent. Mais le clown écossais leur fait signe de s’arrêter.

Joey : bon on a tous bien ri je retourne m’asseoir !

Le clown écossais l’en empêche : Noooooooooo PROFESSOR !!!!!!!!!!!!!

Et le clown en costume arrive avec les 2 vélos rouges à paillettes au centre de la piste… mais… Magie…. Les 2 vélos ne font plus qu’un magnifique tandem !!!

Le clown pousse Joey vers l’engin alors que Pacey est déjà installé aux commandes à l’avant….

Joey : il est hors de question que je monte sur cet engin de mort !!!!!!!!!

Pacey : fais pas ta trouillarde Potter !! Monte !!! C’est rien !!!

Dawson et Jen : JOEY JOEY JOEY !!!!!!

Dawson : Joey n’osera jamais !!!! Ah si j’avais ma caméra !!!!!!!!

Joey : bon si je monte là-dessus, vous me laissez partir après ??

Le clown écossais : OK PROFESSOR !!!!! BRAVO !!! BRAVO !!!

Elle monte contrainte et forcée sur ce machin…

Pacey : bon tout ce que tu as à faire Potter c’est de pédaler !! Je m’occupe du reste !!!

C’est parti : Pacey et Joey démarrent lentement… un coup de pédale, un second puis un 3ème la machine rouge démarre… le rythme s’accélère sous les HOURRAS de Dawson et Jen.

Joey pas très rassurée : tu parles d’une soirée relaxante… je retiens Jen et ses idées à la mort moi le…

Pacey : Pédale Potter et tais toi !!!! Apprécie plutôt le spectacle !!!

Joey : Et toi arrête de faire le pitre et regarde où tu vas !!!!!

Pacey : T’inquiète Potter, je maîtrise !!! On dirait que j’ai fait du tandem toute ma vie !!!

Puis roulement de tambours …. On a installé sur la piste un tout petit pont d’une trentaine de cm de large de 40 cm de haut qui surplombe un énorme bac rempli de mousse rose…
Joey n’a pas aperçu ce nouvel élément, trop concentrée sur ses pédales… Pacey lui comprend tout de suite la chose quand les clowns lui font de grands signes pour passer au dessus de la mousse !!!

Pacey (dans un cri) : PEDALE POTTER !!!! C’EST PARTI !!!

Joey lève la tête et voit le pont étroit : NOOOOOOOOOOONNNNNNN !!!!! Pacey je t’interdis de…….

Pacey : relaxe Potter je maîtrise !!!! Pédale !!!

Il donne un coup d’accélération mais Joey n’est plus en rythme ils traversent le pont ils sont presque arrivés …

Pacey : tu vois je te l’avais…. (Quand son pied ripe sur la pédale…)

Joey : NONNNNNNNNNN !!!!!!!!!!!!

Pacey : OHOH !!!!!!!!!

Ils tombent tous les 2 dans la mousse qui recouvrait en fait un bac rempli d’eau !
Joey se relève trempée de la tête aux pieds de la mousse plein les cheveux et furieuse, part droit dans les gradins sous les applaudissements et les rires de la foule en délire pendant que Pacey tout aussi trempé la suit en faisant des révérences à toute la salle. C’était le clou du spectacle !!!!


b] Scène 7 sur le chemin du retour.

Joey toujours aussi trempée marche à grand pas devant Dawson, Jen et Pacey qui ont du mal à la suivre ! .


Joey : Ne m’approche plus jamais Witter !!!

Pacey : Allez Potter fais pas ta mauvaise tête on s’est bien amusé !!! Non ?

Joey : NON !! Pacey !!! On ne s’est pas bien amusé !!! Toi peut-être mais pas moi !!!

Dawson : ah si j’avais eu ma caméra… (Dans un terrible soupir)

Pacey à Dawson : je te l’avais dit faut toujours l’avoir sur soi !!!

Joey : quand vous aurez fini de vous moquer de moi vous me le dites !!! (Elle continue toujours à marcher d’un pas rapide)

Jen à Joey : Joey, tu ne peux pas rentrer chez toi comme ça tu vas attraper froid ! Passons par la maison je te donnerais un T shirt sec…

Pacey qui commence à tourner autour de Joey comme un gamin qui cherche la taquinerie : Potter attention de ne pas attraper froid !! Jen a raison !!! Mais je peux te dire que tu as eu un succès d’enfer ce soir !!!

Joey : très drôle Pacey !!! C’est sûr que se casser la figure devant tout Capside c’est hilarant !

Pacey : oui y’a un peu de ça … mais y’a pas que ça !! Hein Dawson ??? Qu’est ce que t’en penses ??? Il est chouette le T shirt de Joey ???

Dawson jette un regard à Pacey… rougit légèrement en regardant Joey : (d’un ton de mise en garde) Pacey tu ne devrais pas…

Joey : Quoi ? Qu’est ce qu’il a mon T shirt ?!! Dawson ? Qu’est ce que c’est que ces regards en coin ?? Je suis trempée c’est très drôle … AH-AH-AH… mon t shirt blanc est foutu !

Pacey : tu l’as dit Potter !!! Ton T SHirt blanc est trempé… (Avec des rires dans la voix)

Dawson : Non … Pacey…

Joey ne comprend rien : et alors !!!!!!!!!????

Pacey : Sympa cette soirée T shirt mouillé !!

Dawson : Pacey t’es lourd…

Jen : Pacey arrête !!

Joey s’arrête net et regarde son T shirt blanc dégoulinant d’eau… elle commence à comprendre …

Pacey à un petit mètre de Joey : hé Potter joli ton soutif rose !!!

Dawson : il a osé…

Jen : ouille… (Elle plisse les yeux de crainte)

Joey se jetant sur Pacey : JE VAIS TE TUER !!!JE VAIS TE TUER !!!!WITTER TU ES UN HOMME MORT !!!!!!!

Elle le roue de coups lui arrache sa jolie chemise hawaïenne rouge à fleurs orange…

Pacey hurlant : pas ma chemise !! Pas ma chemise Potter !!! HAÏ !!!

Dawson et Jen regardent la scène sans bouger…

Dawson : ah si j’avais ma caméra…

Joey : tu es un monstre lubrique !!! Pacey je te hais !!!!!!

Pacey : Potter c’était pour rire !! C’était pour rire !! Personne n’a rien vu …

À ces mots Joey redouble de force, elle est folle de rage à l’idée que tout Capside ait vu ses sous vêtements !!

Pacey : … je te le jure… c’est pas ma faute… hai hai !!! Dawson à l’aide !!!

Jen : attends encore un peu … il l’a bien mérité !!!!

Dawson : bon je crois que ça suffit maintenant ??

Dawson s’avance et les sépare. Joey se relève avec une poignée de cheveux bruns dans la main !! Et Pacey se recule de 3 mètres en se grattant la tête !!!

Dawson essayant de calmer le jeu : Bon vous êtes quitte (regardant la touffe de cheveux dans la main de Joey) Pacey je crois que des excuses s’imposent… et toi Joey il faut que tu dédramatises un peu la situation ce n’est pas si grave…

Pacey : hors de question !! Que je présente des excuses et puis quoi encore !! CE N’EST PAS MA FAUTE si elle avait un t shirt transparent !!!

Joey voulant encore se jeter sur lui, rattraper de justesse par Jen : Dédramatiser ! Tu rigoles Dawson !!! Tout Capside m’a vue !!!!!!!!!! Ça va encore faire les gorges chaudes de ce maudit trou !!! Ses excuses il peut se les mettre où je pense !!!

Jen voyant que la situation ne s’arrange pas : Bon je crois que cette soirée a été riche en émotion… les garçons partez devant ! (S’adressant à Joey) Viens boire un thé chaud à la maison et te sécher !

Elle la pousse loin de Pacey et Dawson, sans lui laisser le temps de répondre. Elles disparaissent dans la nuit.

Pacey se grattant toujours la tête et s’arrangeant sa chemise : Ah les femmes !!

Dawson : si j’avais eu ma caméra….


Scène 8 chez Grams et chez Dawson.

L’écran est coupé en 2 : on voit simultanément Joey assise dans la chambre de Jen devant sa coiffeuse Jen est debout derrière elle, elles sont en pleine discussion. Dawson et Pacey également sont en pleine discussion dans la chambre de Dawson. Dawson est assis sur son lit les jambes allongées pendant que Pacey est debout devant lui un ballon de football américain à la main. .


Pacey : cette fille est une vraie tigresse !! Regarde ma chemise !! (Pacey s’est changé et porte un T shirt vert de Dawson. Il soulève du bout des doigts sa chemise hawaïenne en lambeau.)

Joey : quand je pense que tout le monde a vu mon soutien gorge !!! Le ridicule ne suffisait pas il a fallu une humiliation publique !

Pacey se remémorant le numéro des clowns avec le sourire : remarque je regrette pas !! On s’est bien amusé !! Ça valait bien une chemise !!! Mais jamais je n’aurais pensé que Joey le prenne aussi mal !!!

Dawson : tu sais Joey est très pudique… alors le coup du T shirt…

Pacey : pudique !! Oui ben si elle était si pudique elle dormirait pas avec toi tous les 2 soirs !!!!

Dawson : mais c’est pas pareil avec moi ! On dort ensemble depuis qu’on a 5 ans !!
Et je peux te jurer que je ne l’ai jamais vu autrement qu’en T shirt !!

Pacey : Oui c’est ça ! Tu vas me faire croire qu’en 10 ans tu n’as jamais aperçu ne serait ce qu’un bout de sa poitrine,…

Jen : tu sais Pacey est un gentil garçon…

Joey : c’est un obsédé !

Pacey : … qui je l’avoue est moins généreuse que celle de Jen mais tout aussi intéressante !! (Il sourit ses yeux brillent)

Jen : mais non Joey, tu te trompes c’est un garçon seulement !

Dawson : Hé tu parles de ma copine Pace !!!

Pacey : oui et alors justement où en sont les choses Dawson ?? Tu veux les conseils avisés d’un homme d’expérience (il bombe le torse fièrement)

Joey : c’est trop facile comme excuse ! Dawson n’est pas comme ça lui !!

Dawson : et bien pour l’instant c’est le calme plat … à part quelques baisers…mais je ne veux pas brusquer les choses…

Jen : c’est vrai que Dawson est un être à part… (Elle est rêveuse)…

Pacey : et tu es prêt au moins ???

Dawson (intrigué) : prêt ?

Pacey : oui prêt !! T’as pris tes précautions ??

Dawson : hein ?

Pacey : tu le fais exprès ou quoi ?? Tes PRECAUTIONS ??? Tu as les petits ballons ??? Faut que je te fasse un dessin Dawson !!! Ah c’est pas vrai !!!!

Dawson rougissant : NON !! C’est encore trop tôt Pacey !!!

Pacey : il n’est jamais trop tôt !! T’inquiète je vais tâter le terrain !

Dawson : NON ! Je ne peux pas Pacey ! Je ne veux pas tout faire rater !! Jen a beaucoup souffert des garçons… elle ne m’a pas dit vraiment ce qui s’était passé à NY, mais elle est fragile !

Pacey : en tout cas c’est pas le cas de Miss Potter !!!

Dawson : tu te trompes Pace, elle est fragile aussi, à sa façon… mais elle le cache derrière une armure en acier trempé…. La vie ne l’a pas épargnée…

Pacey : oui peut-être mais en tout cas elle n’a pas le sens de l’humour !

Dawson : et puis mauvais caractère ou pas, c’est ma meilleure amie !

Pacey : Bon allez j’y vais et souhaite moi bonne chance pour la répet de demain avec « miss je suis toujours de bonne humeur » ! (Pacey sort de la chambre de Dawson).

Joey : et dire que je vais être obligée de voir Pacey tous les jours pour les répétitions quelle horreur !!!

Jen : Ne sois pas trop dur avec Pacey, Joey…

Joey : et pourquoi ? C’est un gamin encore, avec un âge mental d’à peine 5 ans et des hormones en pleine ébullition ! Il est incapable de se concentrer plus de 5 minutes ! Depuis le bac à sable il me martyrise !

Jen : Oui peut-être… mais si c’est le meilleur ami de Dawson c’est qu’il ne doit pas être si monstrueux que ça … Non ??? (Joey ne répond pas.)


Scène 9. Dans la chambre de Dawson.

Pacey vient de partir. Dawson range ses K7 vidéo et en met une dans le magnétoscope. Il s’installe confortablement dans son lit et commence à regarder le film, un calepin et un crayon près de lui.
Soudain on entend du bruit à la fenêtre : Joey passe la tête. .



Joey d’une voix douce : Dawson ? Tu dors ?

Dawson : Non…

Joey : Je peux entrer ?

Dawson : Bien sûr Joey !

Joey se faufile comme à son habitude par la fenêtre et s’installe à côté de Dawson. Elle jette un coup d’œil à l’écran.

Joey : je te dérange peut-être ?... (Elle fronce légèrement le front) Je vais y aller…

Dawson la rattrape par le bras : Mais non tu ne me déranges jamais Joey ! Tu le sais bien ! Ce n’est pas maintenant que ça va commencer !

Joey : je n’avais pas envie de rentrer tout de suite à la maison… les ondes ne sont pas très positives en ce moment… et puis tu sais je n’aime pas trop cette période de l’année…
(Dawson la regarde sans rien dire, mais comprend ce à quoi elle fait référence)

Joey changeant de conversation : tu regardes quoi ?

Dawson enthousiaste : Monsieur Gold nous a donné un devoir sur le cinéma surréaliste. Et j’ai choisi La Belle et la Bête de Jean Cocteau.

Joey dans un soupir : décidément…

Dawson : tu l’as déjà vu ?

Joey : non, non, ma culture cinématographique se réduit à un néant ou presque… heureusement que je fréquente un vrai cinéphile pour élever un peu mon niveau !
Et pourquoi tu as choisi un vieux film, qui plus est français, en version sous titrée !!
Dawson : l’histoire est en apparence simple, un conte avec une belle qui accepte de vivre chez la Bête en échange de la vie de son père. La Belle, fragile et effrayée par l’horreur et la cruauté de la Bête, apprend peu à peu à la connaître et à l’aimer. Tout repose sur les apparences… l’atmosphère est poétique et fantasmagorique… bon je ne vais pas non plus te faire un cours magistral !! Le mieux c’est de le regarder !

Ils s’installent tous les 2 sur le ventre la tête aux pieds du lit … le film démarre…
Pas un bruit dans la chambre… ils sont captivés par les images…. Apparaît un écran noir avec marqué le mot «FIN »…
Dawson regarde avec impatience, attendant sa réaction… Joey se relève remet une mèche de cheveu en place derrière l’oreille…

Dawson le sourire aux lèvres, l’œil pétillant : Verdict ?!

Joey : magique… je n’ai rien d’autres à ajouter… (Encore dans le rêve du film)


Dawson : j’étais sûr que ça allait te plaire !! Chaque scène est un tableau ! Chaque séquence du film est l’occasion d’une trouvaille visuelle admirable. Du corridor éclairé par des bras-torches jaillissant tour à tour du mur jusqu’au mystérieux temple de Diane, tout est fantasme poétique ! Sans parler du maquillage de la Bête ! Il fallait 4 heures à Jean Marais pour se transformer en Bête, tu te rends compte un peu ? ! Mais le résultat est très réaliste et correspond aux attentes de Cocteau, le héros est la fois mi humain mi animal !

Joey : c’est vrai qu’à aucun moment on a une impression de déguisement… il est presque plus réel que le prince…

Dawson : le même acteur incarnant 3 personnages… mais le plus effrayant reste la Bête !!

Joey : réfléchit un instant : finalement je crois Dawson qu’il n’est pas si effrayant que ça… je le trouve touchant… fragile… peut-être plus que la Belle finalement…

Dawson : Cocteau aime jouer sur les apparences c’est d’ailleurs un des thèmes principaux du film ! ce qu’on l’on cache, ce que l’on est, ce que l’on aspire à être, ce que les autres voient de l’autre , sonder les âmes…

Joey : je crois que la scène qui m’a le plus marquée c’est au moment où la Belle captive, assise devant sa coiffeuse brosse ses longs cheveux blonds, son reflet est une totale perfection de beauté puis apparaît comme mêlé, celui de la Bête… (Joey mime en même temps la scène) et là tout en fixant leurs 2 images dans le miroir lui dit : « les miroirs feraient bien de réfléchir avant de renvoyer les images » puis disparaît sans bruit…

Dawson : c’est effectivement un moment important du film, mais la Bête ne s’adresse pas réellement à la Belle … mais plutôt à la Bête qui sommeille en chacun de nous…

Joey en pleine ébullition intellectuelle : il faut aller au-delà des apparences voila la conclusion !

Dawson : belle conclusion, Melle Potter, mais nous pourrions rajouter aller au-delà des apparences même en amour !!
(Joey rougit sans trop savoir pourquoi) toi Joey tu aurais opté pour qui ? Le prince charmant ou la Bête ??

Joey : et bien comme toutes les petites filles, le prince charmant m’a faite rêver… avec son beau cheval blanc ses manières élégantes, si tu m’avais posé la question au début du film je t’aurais dit sans hésitation le prince… mais je dois t’avouer qu’à la fin, je crois que j’aurais choisi la Bête… elle est bien plus vulnérable et touchante que ce qu’elle ne laisse paraître ! Elle a plus de caractère aussi !

Dawson : J’en étais sûr !! Venant de Joséphine Potter !! Il faut un caractère bien trempé pour supporter ses sautes d’humeur !!!

Joey mi vexée mi amusée : comment sautes d’humeur ! J’ai un caractère des plus agréables !

Dawson : oui comme ce soir par exemple !!!

Joey : Ah !! Ne me parle pas de cette soirée!!

Dawson la taquinant un peu : cette soirée a été la parfaite illustration de ton adorable caractère !! Souriante, aimable,

Joey : Dawson ne me cherche pas !! J’ai d’habitude très bon caractère mais uniquement dans des circonstances normales…

Dawson continuant sa liste : et quel sens de l’humour ! Oui vraiment Joey tu es une pâte !

Joey : mais dans une configuration « paceynnienne » c’est totalement impossible !
Comment veux tu que j’arrive à garder ma bonne humeur avec un tel cauchemar !!

Dawson : tu connais Pacey, c’est un chahuteur né ! Mais c’est quelqu’un sur qui on peut compter !

Joey : Ah oui compter ! Surtout quand il s’agit de faire le pitre le clown ou une chose complètement insensée ! C’est effectivement quelqu’un sur qui on peut compter !! Il n’y a aucun doute ! Mais dès qu’il s’agit d’être sérieux 2 minutes il n’y a plus personne ! Nous n’avons rien de commun ! Il peut donc m’arriver de perdre patience avec lui !

Dawson : je te trouve bien dure avec lui ! À t’entendre c’est un véritable monstre !

Joey : oui un monstre! Doublé d’un petit farceur et d’un don juan manqué ! Et je ne veux plus repenser à cette histoire de cirque et tout le reste !! (Les images du T shirt mouillé lui reviennent à l’esprit). Je me demande comment font ses parents pour le supporter !

Dawson : Hé Joey là tu y vas un peu fort ! Tu ne devrais pas parler de Pacey comme ça…Bien sûr, il a des parents… mais je t’assure que je n’aimerais pas être à sa place pour tout l’or du monde… (Il reste énigmatique…)

Joey : Tu rigoles Dawson ! Pacey a une gentille petite famille ! Un père shérif, qui a mis le mien en prison d’ailleurs ! Une maman qui doit lui faire des pan cakes tous les matins, vu le début de brioche qui pointe le bout de son nez ! Un frère qui ne vit plus à la maison et qu’il n’a pas 24 heures sur 24 sur le dos à épier ses moindres faits et gestes !

Dawson : écoute Joey, arrête ! Tu te trompes complètement sur Pacey et sa « gentille petite famille » ! Tu n’es jamais allée ne serait ce que manger chez eux !

Joey : non mais…

Dawson : alors tu ne peux pas comprendre…

Joey : comprendre quoi ? Vas-y Dawson ! Donne moi une explication je suis toute ouïe !

Dawson : je ne peux pas… Pacey m’a fait jurer de ne rien dire sur ce fameux repas !

Joey : c’est beaucoup de mystère pour pas grand-chose je suis sûre !

Dawson : très bien Joey… (Un petit silence, il réfléchit et se lance mais d’une voix anodine) dis moi, quand tu as reçu ton bulletin de notes à la fin de ce trimestre que s’est passé t-il ? qu’a dit Bessie ?

Joey : (ne sachant pas trop où veut en venir Dawson, elle répond franchement) et bien, (un peu gênée) Bessie avait ouvert l’enveloppe, elle m’attendait au pas de la porte et m’a sautée au cou en hurlant « A », elle était presque plus contente que moi… je me rappelle, elle nous a bassinés Body et moi, tout le repas avec ses « A » , « A » en maths, « A » en histoire géo « A » en littérature et un « B » en sport ! (sur le ton de la plaisanterie) personne n’est parfait !! (Elle regarde Dawson l’air interrogateur) pourquoi ?

Dawson : Bessie est fière de toi ?

Joey : Oui… ?

Dawson : et ton père ?

Joey : disons que… (elle réfléchit) je dois bien avouer que nous n’avons pas de très bons rapports, depuis un temps certain… la prison n’a pas arrangé les choses, même si ça va un peu mieux… mais il s’est toujours préoccupé de mes études, et il s’est toujours tenu au courant de mes bulletins de notes, de sa cellule il sait tout ! Bessie lui a photocopié à sa demande tous mes bulletins…

Dawson : bon et quand tu t’es mis à peindre qu’est ce qu’ils ont dit chez toi ?

Joey : rien.

Dawson : ils n’ont rien dit ?

Joey : en fait si, mon père m’a encouragé il m’a même demandé de lui amener mon carton à dessins… et il a montré mes toiles à toute la prison… ça a été une ma première vraie expo pénitentiaire…

Dawson : et Bessie ?

Joey : Bessie… elle a un sale caractère mais sur ce coup elle a été super… elle a pioché dans la cagnotte spéciale en cas de dépenses exceptionnelles… et elle m’a permis de prendre des cours de dessin…

Dawson : elle n’a pas trouvé cette dépense inutile ?

Joey : Non pas du tout !

Dawson : une dépense futile, sans intérêt, pour une lubie passagère, qui ne te servira jamais, (Dawson petit à petit change de visage il s’adresse toujours à Joey mais plus tout à fait) et puis de toute façon pour un bon à rien à quoi ça sert de faire de l’art ou de tenter quoi que ce soit d’ailleurs ? Un incapable sans avenir ne peut pas mériter tant d’attention? Et puis ils n’ont pas honte de toi ? Le petit dernier pas capable d’attacher ses lacets tout seul, un looser voila la vérité, un looser en tout, un looser de la vie, un pitre, un minable, un raté, doué en rien ! (il lève la main prêt à frapper) la honte de la famille ! Voila ce que tu es Pac… (Son œil lance des éclairs de haine)

Joey le regarde sans en croire ses yeux ni ses oreilles… elle a même un peu peur… elle se recule légèrement sur le lit…

Dawson (il reprend son ton amical et calme, regarde Joey à nouveau gentiment) : tes parents ne t’ont jamais dit ce genre de chose Joey ?

Joey reste toujours muette… elle réalise… dans un souffle : non…je ne savais pas… pour Pacey…

Dawson faisant semblant de ne pas comprendre : Pacey ? Quoi Pacey ? On ne parle pas de Pacey ! Ni de sa « gentille petite famille »… (Il insiste sur les derniers mots)

Joey un peu génée : Non bien sûr… je… (Elle se lève) je vais y aller il se fait tard… bonne nuit Dawson…

Dawson : bonne nuit Joey…

Elle disparaît comme elle était entrée sans un bruit par la fenêtre.


Scène 10 dans les rues de Capside samedi en début d’après midi…

Jen et Dawson promènent en se tenant par la main comme tous les amoureux…l’air un peu idiot et content… .


Jen : si grand-mère nous voyait elle serait verte de rage !

Dawson : pourquoi ? On ne fait rien de mal…

Jen lui serre la main un peu plus fort : nous sommes passez à la phase 5 ! L’officialisation de notre relation amoureuse au grand jour !

Dawson amusé : et quelles étaient les étapes précédentes ??

Jen : et bien il y a d’abord eu la phase 1 : les petits regards en coin, et les rougissements… dès que je t’adressais la parole !!

Dawson vexé dans sa fierté masculine : Je ne rougissais pas ! Je suis juste d’un naturel timide !

Jen : et puis la phase 2… le rapprochement stratégique !!! La phase 3 les baisers volés… la phase 4 : les baisers secrets… et la phase 5 !

Dawson : et quelle est la prochaine phase ?

Jen : (d’un ton coquin) je te laisse deviner Dawson…

Arrive Pacey et les prenant tous les 2 par les épaules : Ah ! Mes amis !! Comment va ?!! (S’adressant à Jen) : la soirée super hier !!! Tu as eu une idée excellente !!!

Ils passent devant le Ice House, quelques personnes sirotent un verre, des fleurs rouges et jaunes décorent les tables.

Pacey : allez c’est ma tournée !

Il les tire sur la terrasse du café et ils s’installent tous les 3 à une table.
Pacey s’adressant à Jen : tu prends quoi ?

Jen : réfléchissant 2 secondes : ... Tiens une mangue melba ! Un peu d’exotisme dans cette petite ville arriérée !

Pacey : moi ca sera un coca bien glacé et un banana split ! Tu y vas Dawson? (il lui fait un clin d’œil)

Dawson sans trop comprendre s’exécute et va au bar pour la commande…

Pacey se frotte les mains le sourire jusqu’aux oreilles et commence à parler : alors Jen ! Mon amie !!! Comment vont les amours !!

Jen : pour une entrée en matière c’est une entrée en matière Pacey !

Pacey : tu connais mon tact Jen !! Et toujours en toute discrétion !! (Il regarde vers le bar Dawson entrain de passer la commande) alors que penses-tu de notre petit Dawson ??

Jen : Mon petit Dawson est un être adorable ! (elle le regarde et elle ne peut s’empêcher de sourire).

Pacey : (opinant du chef) oui bien sûr il est gentil, tout le monde le dit ! On ne peut pas dire qu’il soit encore un homme … comme d’autres (il bombe le torse)…

Jen : c’est ça qui fait tout son charme…

Pacey : oui il parait que les filles sont folles des jeunes hommes sans « expérience » !

Jen : peut être bien… mais peut être que Dawson en a déjà… (Elle laisse planer un doute quand à ses paroles)

Pacey : et si ça n’était pas le cas ? (sur le même ton que Jen)

Jen : et bien il faudra bien apprendre…

Arrive à ce moment là Drue qui s’invite à la table. Il s’assied en bout de table entre Jen et Pacey.

Drue : Jenny ! (le sourire aux lèvres et le ton faussement mielleux)

Pacey : on ne t’a pas invité !

Jen : personne ne te retient…

Drue : allons Jenny, ne sois pas sur la défensive ! Il fut un temps où tu étais plus câline avec ton Drue !

Jen : c’est de l’histoire ancienne Drue. L’affaire est close. (D’un ton cassant)

Drue : (s’adressant à Pacey sans laisser le temps à Jen ou Pacey de répondre) : Jenny ne t’a pas parlé de Notre histoire d’amour ni de sa vie amoureuse à NY, ou de débauche ? Devrais-je dire ! À l’époque rien ne lui faisait peur à notre petite blondinette !

Jen : Maintenant ça suffit Drue. Tu as fini de distiller ton fiel…

Drue prenant un malin plaisir à continuer : Ah que de bons souvenirs ! Tu n’étais jamais la dernière pour ce qui est de la rigolade ! (il lui fait un clin d’œil entendu)
Capside est loin d’être aussi électrique et rock and roll que NY ! Quel ennui…

Jen : Drue tu as fini ton petit numéro alors maintenant tu nous laisse !

Drue : oHoh ! Jenny s’énerve à l’évocation du passé ! Je me demande si ton petit ami d’une fadeur affligeante… (Il fait une parenthèse dans son raisonnement) : c’est assez surprenant venant de ta part … connaît tout de notre petite Jenny !

Jen : je ne reste pas une minute de plus… si tu …

Drue : tu lui as parlé de nos parties de jambes en l’air Jenny ?? À l’époque tu adorais ça !! Tu es tombée bien bas (il regarde vers Dawson) qu’est ce que tu dois t’ennuyais ! Je te plains ma chérie ! (il sourit continuant à lancer son venin).

Pacey (se lève) : tu vas te la fermer où je t’en mets une !

Drue amusé : à moins que tu ne t’offres des extras avec le petit brun !

Jen n’en pouvant plus le gifle sans prévenir on entend un « clac ». Drue se lève immédiatement se tenant la joue mais avec toujours cet éclat de méchanceté dans les yeux… quelques secondes après arrivent Dawson aidé de Joey avec la commande… ils n’ont pas vue la scène de la gifle mais sentent la tension…

Dawson : Qu’est ce qui se passe Jen ? (il regarde Drue puis Pacey debout tous les 2).

Jen est gênée … Pacey prend le relais : Rien de grave Dawson, ce monsieur allait partir (il lui lance un regard à faire trembler la mort elle-même).

Drue sans se démonter : oui j’allais partir… on parlait du bon vieux temps avec Jenny ! N’est ce pas Jenny ?

Jen : oui… (D’une voix mécanique)… mais c’est une page tournée…

Drue : le passé rattrape toujours ceux qui veulent le fuir ! (il s’en va, mais se retourne juste avant et sur le ton de la plaisanterie s’adresse à Jen) : appelle moi si tu as besoin de renfort pour une partie à 4 !! (Il éclate de rire)…

Dawson toujours dans le brouillard le plus total sans comprendre un mot de tout cela : de quoi il parle ? Il se moque de qui ?

Pacey : laisse tomber Dawson, ce mec est un malade !

Joey : pour une fois je suis d’accord avec toi Pacey ! Ce Drue est l’incarnation du mal ! Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi odieux que lui…

Sort de derrière un réverbère Abby cachée jusque là, ayant assistée à la scène mais de trop loin n’ayant entendu que quelques bribes de la conversation…

Joey : regardant Abby avec horreur et continuant sa phrase : … à part Abby Morgan… derrière un réverbère…

Abby : quelle gifle Jen ! Je ne te savais pas d’un tempérament aussi chaud !

Dawson et Joey sont perplexes à l’évocation de la gifle.

Dawson : quelle gifle ? Jen ?

Jen : un mal entendu…

Abby amusée : un malentendu de taille alors ! Avec une telle gifle…

Joey : t’en veux une aussi ?!

Abby : Oh Potter est toujours aussi garçon manqué je vois… tu ne changeras jamais toi non plus !

Ils sont prêts tous les 4 à lui sauter dessus pour la taper…

Abby : bon je vous laisse mon temps est précieux… et là je suis entrain de le perdre avec une bande de bon à rien ! (elle jette un regard plus précis sur Pacey)… J’ai rendez vous avec un homme un vrai (elle regarde cette fois ci Dawson) …. (Elle tourne les talons… et disparaît son sac à main rose à l’épaule).

Joey : quelle peste je la pilerai… elle est de la même race que ce Drue !

Dawson : mais de quoi elle parlait… c’était quoi cette gifle Jen ?

Jen : rien… je t’expliquerai…

Pacey sauvant encore la mise à Jen change de conversation il regarde la table se frottant les mains et se léchant les babines : ça va fondre !!! À l’attaque !! (Il distribue les glaces à Dawson et Jen et prend son banana split et avec la cuillère ampute la coupe d’un bon quart !), et toi Joey t’as pris quoi ?

Joey faisant une petite grimace : Je te ferais remarquer que je suis en service en ce moment… et pas en vacances !

Pacey : on te laissera un gros pourboire t’inquiète !!

Joey : j’espère bien !! Je finis à 17 h n’oublie pas notre rendez vous !

Pacey : Ah … ben ça tombe bien que t’en parles ! Je ne pourrais pas aujourd’hui… empêchement de dernière minute…

Joey : ah ! NON ! Ça ne va pas recommencer Pacey ! Pas d’excuses qui tiennent ! J’ai demandé exceptionnellement de finir plus tôt et j’ai travaillé tout le matin de bonne heure !! Pour avoir cette permission !

Pacey : mais…

Joey : hors de question !!

Pacey : comme tu veux … tant pis pour toi… mais…

Joey : pas de mais Pacey !! (Un client lui fait signe) bon je dois y retourner… à 17 h sans faute !

Jen (remise en apparence de la petite discussion avec Drue) : et bien je vois que Monsieur Witter marche à la baguette avec Miss Potter !

Pacey : Je lui fais croire seulement ! Si ça peut lui faire plaisir !

Dawson : Joey a toujours aimé commander ! C’est inné chez elle dès qu’il s’agit de travail ! Elle dirige tout sans jamais rien laisser au hasard…

Pacey : à force de recevoir des ordres de Bessie, elle se défoule sur les autres ! C’est normal ! Une sorte de transposition des rôles !!

Jen : je ne connais pas vraiment sa sœur… enfin en même temps j’ai eu la chance d’assister à un des moments les plus intimes d’une vie !

Dawson : oui et tu n’en menée pas très large !

Jen : ce n’est pas vrai !

Dawson : j’ai la K7 et je peux t’assurer qu’au moment des contractions tu étais verte ! Heureusement que ta grand-mère était là !! Elle a été d’un professionnalisme remarquable !

Jen : si ce n’est cette éternelle référence à notre « Seigneur Jésus Christ » ! C’est une réelle obsession !

Pacey : elle est accro à la messe ta grand-mère !! J’ai jamais vu ça !

Jen : c’est peu de le dire ! Je me suis amusée un jour à compter le nombre de fois où elle faisait référence à la bible dans un repas… au bout de la centième fois j’ai arrêté de compter !

Pacey : le repas devait être très long !!

Jen : non !! Je suis partie avant le dessert !!!

Dawson : c’est vrai que le dernier dîner auquel j’ai assisté été bibliquement très riche !

Jen : et encore tu as pu t’échapper et m’abandonner lâchement en te proposant d’aller mettre les poubelles !

Dawson : c’était pour rendre service !

Jen : rendre service…. Dawson tu ne sais vraiment pas mentir ! Pour échapper aux griffes de ma grand-mère plutôt ! Et dire que ce tête à tête qui a bien duré 5 minutes avec ma grand-mère a été pour elle l’occasion rêvée pour me rappeler que Dieu nous regarde et juge chacun de nos actes ! Et bien sûr le sempiternel refrain sur la chasteté et les enfers qui nous guettent à chaque baiser ! Bref comme d’hab avec grand-mère !

Dawson : c’est un classique chez elle !! Mais il y a une telle conviction dans ses paroles …

Pacey : tu ne vas pas te faire curé Dawson ! Il ne manquerait plus que ça !! (Il rigole !)

Dawson : Non ! Je te rassure ! Mais la foi est un aspect étrange de l’être humain… je pense par exemple au film de Pasolini L’évangile selon Saint Mathieu, c’est fascinant… je ferais peut être un jour un film sur le thème de la foi !

Jen : Ne prends pas Grams en tête d’affiche ! Par pitié !!! Ou alors fais plutôt un film à la « Jésus Christ super star » !!!

Pacey regarde sa montre… : je vais devoir bientôt y aller… je boirais bien un dernier coca … Jen tu peux aller me le cherche s’il te plait ??? (Il lui fait des petits yeux attendrissants) (Elle se lève) merci Jen ! Tu es une véritable amie !!!


Pacey et Dawson se retrouvent seuls quelques minutes, Pacey en profite pour glisser quelques mots à Dawson.

Pacey un peu excité : c’est bon ! J’ai tâté le terrain ! Jen est prête !

Dawson ne comprenant rien : de quoi tu parles Pacey ?

Pacey affligé de voir son ami toujours à côté de la plaque : Jen, elle est prête à faire le grand saut !!! Tu vois de quoi je parle !!! (Il sourit bêtement)

Dawson : Pacey ! (il est un peu déconcerté par les propos de Pacey) tu n’as quand même pas osé…

Pacey : t’inquiète j’y suis allé en douceur ! Tu me connais !

Dawson : justement… je te connais !!

Pacey : non elle ne se doute de rien ! Mais tu peux foncer !

Dawson : je t’ai déjà dit que je n’avais pas envie d’aller trop vite je ne veux pas commettre d’erreurs avec Jen…

Pacey : Vivons pleinement nos erreurs sinon nous ne saurons jamais pourquoi il ne fallait pas les commettre !

Dawson : Tu as toujours la réponse à tout quand il s’agit d’amour Pacey ?... sceptique)

Pacey : et oui l’amour m’inspire !!! Dommage qu’il n’y ait pas de cours au lycée ! Je brillerais !!

Jen arrivant avec un verre de coca : voila Monsieur est servi !

Pacey se lève prend le gobelet en plastique d’un demi litre : Bon je dois y aller je suis déjà en retard ! Salut ! Souhaitez-moi bonne chance !! Bonne après midi les amoureux ! (il fait un clin d’œil à Dawson)

Scène 11 aux ruines 17h.

Même scénario que leur première séance… Joey est à l’heure, assise sur le banc en pierre le nez dans son livre répétant sans répit son texte. Pacey arrive sans bruit… il est caché derrière une colonne. On le voit de dos seulement… il fait de drôles de gestes, des génuflexions comme pour se chauffer et il commence à chuchoter tout seul comme pour mieux se convaincre….



Pacey : Bon tu vas être sage cette fois… pas de bêtise, plus vite ça sera finit mieux ce sera… pas d’idées stupides ni de bruits ! De la concentration et du calme ! C’est bien compris… allez on y va !

Pacey arrive au banc et s’assoit : Salut Potter ! Alors on y va ?

Joey : J’espère que tu sais ton texte…

Pacey : Tu m’enlèves les mots de la bouche Joey ! (prenant l’air sérieux) Où en étions-nous ? (il feuillette son livre).

Joey : Pas très loin… vu ta première prestation Pacey !! Mais bon ne nous égarons pas ! On en était à « il faut vivre et partir ou rester et mourir »

Pacey : Ah oui je m’en souviens ! Donc c’est à Juliette.

Joey : Oui. (Elle inspire profondément et commence sa nouvelle réplique) : « Cette clarté n’est pas le jour, moi je le sais…. »

Pacey l’interrompant l’air perplexe : au fait Joey…

Joey : QUOI ? (agacé d’avoir été coupée)

Pacey : Juste une petite question… heu… qu’est ce qui s’est passé avant ? Pour que je sois vraiment dans le coup…

Joey : c’est une plaisanterie Pacey ? Ne me dis pas que tu n’as pas lu la pièce en entier !!!

Pacey : oui, oui je l’ai lue… enfin… pratiquement… c’était juste pour me rafraichir la mémoire ! Je sais très bien qui sont Juliette et Roméo, je te rassure !!

Joey : bon alors juste pour te rafraichir la mémoire… en gros je résume : Roméo et Juliette ont compris depuis leur première rencontre 2 choses. La première c’est qu’ils son fait l’un pour l’autre et que leur amour est indestructible. La seconde c’est que leur amour est impossible, voué à la mort. Ils ne peuvent pas vivre l’un sans l’autre, ils ne peuvent pas vivre l’un avec l’autre sans aller à leur perte. Et la scène que nous sommes censés apprendre se déroule après leur première et unique nuit ensemble…

Pacey : là je vois mieux ! Je te remercie pour toutes ces explications ! Ça a éclairé ma lanterne ! Bon promis je ne t’interromps plus !

Joey reprend : « Cette clarté n’est pas le jour, moi je le sais.
C’est quelque météore que le soleil exhale
Pour qu’il soit ton porteur de torche cette nuit
Et t’éclaire sur ta route de Mantoue.
Oh reste. Tu ne dois pas partir encore. »

Pacey (Roméo) :
« Que je sois donc saisi et mis à mort,
Je suis heureux, si c’est ta volonté.
Je dirai que ce gris n’est pas l’œil du matin
Mais seulement le pâle reflet du front de Cynthia ;
Et ce n’est pas non plus l’alouette qui frappe
De ses notes le ciel voûté si haut sur nos têtes.
J’ai plus de désir de rester que de volonté de partir :
Viens mort, et bienvenue ! Juliette le veut ainsi.
Que dit mon âme ? Parlons encore. Ce n’est point le jour. »

Joey (Juliette) :
« C’est lui, le jour ! Fuis, va-t’en vite !
Oui c’est bien l’alouette qui chante faux
Et force sa note aiguë et discordante.
On dit que son chant fait de douces divisions,
Celle-ci n’en fait pas puisqu’elle nous divise ;
On dit que l’alouette et le crapaud hideux
Ont échangé leurs yeux, maintenant je voudrais
Qu’ils eussent fait aussi échange de leurs voix,
Puisque les bras loin des bras, cette voix nous effare,
Te chassant avec la fanfare de chasse du jour.
Oh pars. Il fait plus clair, toujours plus clair. »

Pacey (Roméo) :

« plus clair, toujours plus clair ;
Plus noire, toujours plus noire, notre désolation. »

Joey (Juliette) :
« alors fenêtre
Laisse entrer le jour, laisse sortir la vie. »

Pacey (Roméo) :
« Adieu, adieu ! Un baiser. Je descends. » (pacey se penche les lèvres tendues vers celles de Joey)

Joey le repousse : Mais ça va pas Pacey ! Qu’est ce que tu fabriques !

Pacey : Eh !!! C’est pas fini !!! La scène n’est pas finie Potter !! Et mon baiser !! Regarde c’est écrit !! (Il lui tend le livre sous les yeux) !!

Joey : IL EST HORS DE QUESTION QUE JE T’EMBRASSE !!

PAcey : c’est pas que ça m’enchante Potter mais si tu veux décrocher ton A va falloir y passer !!!

Joey : c’est comme ça que tu dragues les filles !! Au chantage !!

Pacey : très drôle Potter ! Mais comment faire ! Tu connais Monsieur Kasdan, s’il n’a pas la scène au complet il va nous enlever des points ! Et je le fais par pur sacrifice !

Joey : l’idée de t’embrasser ne m’enchante guère…

Pacey commentant : merci pour moi !

Joey : … mais ce tordu de Kasdan veut la scène en entier … donc faisons un marché… tant que tu ne connais pas ton texte sur le bout du doigt, et je dis bien DU DOIGT, pas de baiser, quand tu le connaitras à fond par cœur, on verra…

Pacey se frottant les mains : Ah ! il n’y a rien de tel qu’un baiser à la clé pour motiver les troupes !

Joey affligée : Pacey tu me désespères…

Pacey : Potter !c’est toute la gente masculine alors qui te désespère !! Il faut te faire une raison ! L’homme marche à la carotte !! Trêve de discours ! On reprend, on reprend !!! Je me sens des ailes !!! (Sur le ton de la plaisanterie…)

Ils reprennent donc la lecture du texte depuis le début… avec une grande concentration…


Joey (Juliette) :
« C’est lui, le jour ! Fuis, va-t’en vite !
Oui c’est bien l’alouette qui chante faux
Et force sa note aiguë et discordante.
On dit que son chant fait de douces divisions,
Celle-ci n’en fait pas puisqu’elle nous divise ;
On dit que l’alouette et le crapaud hideux….

« TOUOUOUOUTOUOUOUOTOUOUOPOUIPOUIIIPOUIUIU » un son étrange et fort sort de derrière les colonnes…Joey s’arrête net…

Joey (affolée) : Oh mon dieu c’est la police Pacey ! On est fichu !

Sort alors des colonnes un petit bonhomme avec des petites lunettes rondes et les cheveux en pétard avec un truc à la main qui s’agite tout seul en émettant des sons étranges…

Pacey : Non ce n’est pas la police Potter… c’est Buzz…

Buzz : Salut !

Joey regarde ce petit bout l’air intrigué et se retourne vers Pacey pour avoir plus d’amples explications.

Joey : c’est qui ce moustique ?

Pacey : c’est Buzz !

Joey : Merci j’ai compris Pacey ! Mais qui est ce ? Et qu’est ce qu’il fait là !!??

Pacey : Je te l’avais dit Potter… que j’étais pris cette aprem…

Buzz ayant toujours à la main ce sac faisant du bruit : Pacey j’ai faim !

Pacey : Quoi !! Encore ! Mais tu ne penses qu’à manger !

Joey : J’en connais d’autres….

Pacey : tu as repris 2 fois des saucisses et de la choucroute à midi !!!

Buzz : et alors ? Moi j’ai faim maintenant !!
Pacey lui prenant son instrument des mains qui continue à faire un bruit d’enfer (« pouittouitpouititouttuii ») : et puis arrête avec ce machin ! On s’entend plus !

Buzz : c’est pas un machin ! Ça s’appelle un biniou ! Monsieur ! (il a l’œil un peu arrogant)

Pacey : Oui je sais ! Merci ! Donne-moi ce truc !

Buzz : NON ! C’est le mien !!!

Pacey : donne le moi ou je me fâche !!

Buzz le défiant : et qu’est ce que tu vas faire ?!! Tu ne vas quand même pas frapper un petit garçon !!

Pacey : Non mais je vais…

Joey assiste, médusée, à cette scène…

Joey : BON MAINTENANT STOP !!! Buzz donne moi ton biniou et toi Pacey arrête de faire le gamin !

Pacey : Quoi ? Moi faire le gamin ! Mais c’est lui qui a commencé…

Joey : tais toi Pacey !

Buzz : bien fait !!

Pacey : (s’adressant à Buzz) toi tu ne perds rien pour attendre !

Joey s’accroupit pour se mettre à hauteur de Buzz : Bon écoute moi bien ! Pacey et moi nous avons du travail ! Donc tu te tiens sage et après Pacey t’amènera manger la plus grosse glace que tu n’ais jamais vue ! On est d’accord ?

Buzz : avec de la chantilly et du chocolat chaud ?

Joey : Oui et des amandes effilées et tout ce que tu veux !

Buzz : Affaire conclue ! Il lui serre la main. Et va s’installer un peu plus loin avec un livre de coloriages à la main.

Joey à Pacey : Bon on recommence !

Pacey : Je ne savais pas que tu étais aussi spécialiste en relations humaines !

Joey : et moi que tu avais pris option puériculture !

Pacey : très drôle Potter !!


Ils s’installent à nouveau sur le banc et recommencent cette fois dans le calme leur scène… ils travaillent sans relâche répétant leur texte encore et encore… une bonne heure passe…

Joey (Juliette) :
« Cette clarté n’est pas le jour, moi je le sais.
C’est quelque météore que le soleil exhale
Pour qu’il soit ton porteur de torche cette nuit
Et t’éclaire sur ta route de… »

« tchoukoutchoukoutchou.. .. wahoou wahou tatatatatatata…… » Un bruit infernal jaillit avant que Juliette n’ait pu achever sa réplique… et Buzz court dans tous les sens avec un hélicoptère à la main : « la base ici le faucon noir !!! made made !!! »

Joey : c’est un cauchemar ! Pacey !!! Tu t’occupes de lui sur le champ ou je te tue et je le tue après ! C’est un véritable démon ! Les parents de nos jours ne savent plus élever leurs gosses !! Faudrait leur donner des cours ! Il n’a pas eu assez de fessées ! Encore un enfant gâté pourri !...

Pacey coupant la parole à Joey : STOP Joey ! Tais –toi !! (Il la prend un peu à part) Tu ne sais rien de Buzz pour le juger !! Je te trouve bien dure Potter !! C’est sûr qu’une fessée de temps en temps ne lui ferait pas de mal ! Mais sa mère est infirmière de jour à l’hopital de Capside et de nuit à la clinique privée de Saint James ! calcule qu’elle n’a pas vraiment le temps de s’en occuper ! Quand à son père il les a abandonnés il y a 2 ans pour partir avec une fille qui aurait pu être sa fille ! Donc tes commentaires tu te les gardes Potter !! (Joey un peu gênée prend un air désolé…) On ne te demande pas de pitié Potter ! Buzz n’en a rien à cirer ! Mais juste un peu de patience et de compassion… enfin si c’est dans tes cordes !!!

Joey : Je ne savais je suis désolée… (Wouhaou…. La base à contrôle… vous me recevez !!! On a un blessé !!! Wououououohou , tatattatatatatatata on est attaqué !! (Buzz passe sous le nez de Joey avec son hélico)… mais fais quelque chose Pacey !!!

Pacey attrape l’hélico de Buzz au vol : Désolé Bonhomme !!! L’hélico doit atterrir pour réparation !

Buzz : et comment je joue alors !!!!???

Pacey : Buzz … j’ai un service à te demander… mais c’est un service de grande personne alors je ne sais pas si tu pourras…

Buzz : je ne suis plus un bébé !!! (Un peu vexé)

Pacey : Bon très bien, tu es sûr que je peux compter sur toi ??

Buzz : bien sûr (d’un ton d’évidence)

Pacey : voila, Joey et moi on aurait besoin d’un avis objectif sur la scène qu’on doit jouer…. Tu pourrais nous donner ton avis ?

Buzz : un peu comme un critique de cinéma ??

Pacey : oui c’est exactement ça !! Tu nous regardes sans rien dire bien concentré comme les critiques de cinéma et ensuite tu nous diras !

Joey les regarde de loin …

Buzz : OK ! C’est parti !!!

Ils s’approchent de Joey. Pacey a le sourire aux lèvres.

Pacey : Joey je te présente notre critique de cinéma, notre coach en quelques sortes !!! Il va être notre premier spectateur et critique en même temps !!!

Joey : Oh… bien … bonne idée… je suis ravie Buzz que…

Buzz prenant son rôle très au sérieux : Pas de blabla ma poulette !! Tu ne m’auras pas avec un de tes sourires mielleux !

Joey : Ma poulette… non mais…

Pacey : Bon allez, allez, on y va !!!!

Il prend Buzz et l’assoit sur le banc, et prend Joey et se met en face d’elle. Ils commencent la scène…



Joey (Juliette) :
« Cette clarté n’est pas le jour, moi je le sais.
C’est quelque météore que le soleil exhale
Pour qu’il soit ton porteur de torche cette nuit
Et t’éclaire sur ta route de Mantoue.
Oh reste. Tu ne dois pas partir encore. »

Pacey (Roméo) :
« Que je sois donc saisi et mis à mort,
Je suis heureux, si c’est ta volonté.
Je dirai que ce gris n’est pas l’œil du matin
Mais seulement le pâle reflet du front de Cynthia ;
Et ce n’est pas non plus l’alouette qui frappe
De ses notes le ciel voûté si haut sur nos têtes.
J’ai plus de désir de rester que de volonté de partir :
Viens mort, et bienvenue ! Juliette le veut ainsi.
Que dit mon âme ? Parlons encore. Ce n’est point le jour. »

Joey (Juliette) :
« C’est lui, le jour ! Fuis, va-t’en vite !
Oui c’est bien l’alouette qui chante faux
Et force sa note aiguë et discordante.
On dit que son chant fait de douces divisions,
Celle-ci n’en fait pas puisqu’elle nous divise ;
On dit que l’alouette et le crapaud hideux
Ont échangé leurs yeux, maintenant je voudrais
Qu’ils eussent fait aussi échange de leurs voix,
Puisque les bras loin des bras, cette voix nous effare,
Te chassant avec la fanfare de chasse du jour.
Oh pars. Il fait plus clair, toujours plus clair. »

Pacey (Roméo) :

« plus clair, toujours plus clair ;
Plus noire, toujours plus noire, notre désolation. »

Joey (Juliette) :
« alors fenêtre
Laisse entrer le jour, laisse sortir la vie. »

Pacey (Roméo) :
« Adieu, adieu ! Un baiser. Je descends. »

Pacey content d’être arrivé à la fin du texte sans trop d’erreur : Alors ? qu’en pense notre critique ?

Buzz sceptique… : Bof !

Pacey : quoi Bof ! Je ne me suis pratiquement pas trompé !!!

Joey : comment un gamin de 8 ans peut avoir un avis sur une pièce de Shakespeare !

Buzz : J’ai 9 ans ! Et pas 8 ans ! Et je peux te dire Madame je sais tout ! Que j’ai raison ! Mais la vérité est peut –être dure à entendre !!!

Joey : et bien vas y Monsieur le critique !

Buzz réajustant ses lunettes sur le bout de son petit nez : et bien pour commencer on n’y croit pas du tout à votre histoire d’amour ! J’ai jamais vu une poulette aussi froide que toi !!

Joey a le poil hérissé : ne m’appelle pas « POULETTE » ! Je ne suis pas ta poulette !!!

Pacey : Buzz a raison… si tu mettais un peu plus du tien mes répliques viendraient un peu mieux…

Joey : Ah parce que tes trous sont dû à mon interprétation !!!

Buzz : et puis ce n’est pas tout !!! Pourquoi tu ne l’embrasses pas à la fin ??? C’est nul sinon !

Pacey (ravi de cette parole) : AH la vérité sort de la bouche des enfants !!Tu vois Potter je te l’avais dit !!!

Joey : mais c’est une conspiration !!! Pacey, avoue tu l’as payé !! Qu’est ce que tu lui as promis !!!!!

Buzz : Moi on m’a dit de faire le critique, alors je fais le critique même si ça ne plait pas à la poulette !!!

Pacey : mais non je t’assure Joey je n’y suis pour rien !! Mais il a raison… c’est loin d’être torride !!!

Buzz : on dirait la roue de la fortune à la TV…

Joey : la roue de la fortune !!???? C’est quoi cette comparaison !!??

Buzz : Oui tu ressembles à la fille de la roue… une vraie potiche !!!

Joey : Bon nous allons en rester là !! (Vexée…) la séance est finie ! Buzz je te remercie pour tous tes conseils !

Buzz : pas de quoi ! Poulette !

Joey : Ne m’appelle plus comme ça… ou sinon…

Buzz : tu n’oserais pas frapper un petit garçon ??

Pacey : fais attention Buzz … ne joue pas avec le feu… Miss Potter est capable de tout !!!!

Joey : Buzz, j’ai été ravie de faire ta connaissance (sur un ton peu convaincant). À lundi Witter, et ne sois pas en retard ! (elle met son sac sur l’épaule et s’en va


Pacey se frottant les mains : bon allez on va se la manger cette glace !!! (Il commence à se mettre en route avec Buzz)

Buzz : c’est ta poulette ??

Pacey : QUOI !!!???

Buzz : elle est mignonne … mais elle a un caractère de cochon !! je te plains !!!

Pacey reste quoi…

Scène 12 lundi matin au lycée dans les couloirs…


Joey et Jen sont en grande discussion près du casier de Jen, elle prend son bouquin de maths.
.


Jen : Je n’en reviens pas ! Joey ! Tu lui as promis !!??

Joey : Oui ! Un baiser s’il connaît son texte par cœur !!

Jen : et alors ?

Joey : et bien je crois que ça va être un stimulant des plus puissants !!! On passe dans 3 jours !! Je n’ai trouvé que cette solution !!

Jen : et tu vas l’embrasser ?

Joey : Non mais ça ne va pas la tête !! Tu m’as bien vue Jen ?? Je n’ai jamais rien promis !!!

Jen : Mais Kasdan ?

Joey : Je m’en suis occupée ! Le fameux baiser de la fin n’est pas obligatoire pour un A !

Jen : donc tu es entrain de me dire que tu fais marcher Pacey…

Joey : je le fais courir tu veux dire !! Et je peux te dire que ça marche mieux que ce que je n’espérais !!!

Jen et Joey éclatent de rire !!! Abby Morgan se joint à leurs rires ce qui a pour effet de leur couper toute envie de rire…

Abby : alors je vois qu’on s’amuse bien les filles !! C’est vrai que sur la photo tu es à hurler de rire Potter !!!

Joey : quelle photo ??

Abby : tu veux dire quelles photos ??? Comment tu n’as pas vu ??? Il y en a affichées sur tous les murs du lycée mais celle que je préfère c’est la 1 mètre sur 1 à la cafète juste à coté des menus !

Jen : de quoi tu parles Abby ??

Joey : si c’est encore une de tes histoires de myto Abby…

Abby : je suis peut-être myto… mais pas nympho… la petite Potter cachait bien son jeu derrière ses airs de sainte ni touche … combien tu as touchée ??? !!!


Arrive Dawson essoufflé et horrifié avec un papier à la main suivi de Pacey…


Abby : oh je vois que le gentil petit prince charmant et son bouffon arrivent
(Faisant une grimace comme si elle allait vomir) ! Je vous laisse !
Elle part en ricanant…

Joey : un jour je la tuerai… avec un taille-haie, tranche fine après tranche fine comme du salami…

Dawson essoufflé : Vous avez vu ?? Joey tu as vu les photos ??
Il lui tend un le papier.

Joey se décompose… Jen : Oh mon dieu…

Pacey : tout est de ma faute …

Joey : mais qu’est ce que… (Au même moment des garçons ricanent en la voyant et la déshabillent du regard)
Elle regarde la photo sans en croire ses yeux… on voit une photo prise en gros plan de Joey avec son fameux t shirt mouillé et un commentaire « Touch Me !! »

Jen : C’est n’importe quoi !

Dawson : c’est de très mauvais goût et méchant…

Joey : cette photo est dégoutante… et tout le lycée est au courant…

Dawson : comment on a pu faire une telle chose…

Jen : tu veux dire qui a pu faire ça… Je ne vois que deux personnes dans le lycée … et si ce n’est pas Abby… c’est…

Pacey : Drue ! … Je vais lui exploser la tête…

Joey : Pacey tu en as assez fait comme ça… laisse tomber…

Dawson : on pourrait aller voir le proviseur et lui demander d’intervenir et de prendre des sanctions


Joey : contre qui ?? Tu as des preuves contre Drue ? Si ça se trouve ce n’est même pas lui mais un abruti de l’équipe de foot ! Vous ne ferez rien c’est bien compris… (D’un ton décidé). Ma famille n’est pas à une calomnie près … la meilleure défense c’est le mépris…


Elle s’en va digne au milieu des regards en coin de tout un lycée… Dawson à ses côtés.


Pacey : Jen tu es sûre que c’est Drue ?

Jen : j’en mettrais ma main à couper…

Drue passe à coté de Pacey et Jen avec une photo: très photogénique cette Potter !charmants sous vêtements ça doit être une affaire au lit !

Pacey ne pouvant plus se retenir se jette sur Drue et commence à le tabasser avec rage, il y a une émeute autour d’eux… Joey et Dawson au loin se retournent mais la bagarre s’achève dans le bureau du proviseur…

Scène 13 : à la cafète à l’heure du repas….

Tout le monde discute de l’incident de ce matin… Jen et Dawson sont à une table Joey les rejoints avec son plateau.

Dawson : (s’adressant à Joey) tu as vu Pacey ?

Joey : Non il n’était pas au cours de bio …

Dawson : Il doit être en retenue !

Joey : mais qu’est ce qui lui est passé par la tête ? Sauter comme un sauvage à la tête de Drue !

Jen : Joey, il avait une bonne raison ! Je peux te le certifier !

Joey : et laquelle ?

Jen : Pacey ne s’est pas jeter sans raison sur cet espèce d’insecte rampant… Drue a commencé à faire des réflexions sur les photos et à avoir des propos dégradants à ton sujet et là Pacey s’est jeté sur lui comme un fauve ! Plus d’une fille aurait trouvé ça romantique ! (Joey rougit)

Joey (énervée) : ça n’a rien de romantique ! C’est complètement puéril ! C’est du Pacey tout craché !

Jen : j’espère que tu en aurais fait autant pour défendre l’honneur de la dame de tes pensées Dawson !

Dawson (il rougit aussi) : Oui… mais je n’ai pas les biceps de Pacey !!

Jen : ce n’est pas une question de muscles mais d’honneur ! Et Pacey a bien fait ! Si j’avais été un garçon j’en aurais fait autant !

Joey : la violence n’est pas la meilleure réponse !

Jen et Dawson se regardent puis la regarde : Et c’est toi qui oses dire ça Joey !!!

Jen : je te ferais remarquer que tu t’es jetée sur Pacey il y a moins de 3 jours !

Dawson : et que ça lui a valu sa chemise fétiche ! Il n’en reste même pas assez pour faire un chiffon à poussière !

Joey : ce n’est pas la même chose ! Et puis là c’est une affaire entre moi et Drue !!

Jen : je crois que Pacey se sent personnellement responsable de ces photos…

Joey : Ce n’est pas de sa faute… et de toute façon Pacey n’a pas à intervenir dans ma vie ! Cela ne regarde que moi !

Dawson : Tu t’énerves bien Joey ! Doucement ! Il voulait juste prendre ta défense !

Joey : je me serais passé d’une bagarre après les photos…

Leur repas s’achève au milieu des rires étouffés, des regards et des coups de coudes, de toute la cafète… certains jettent encore un œil pour voir la fameuse photo près des menus mais il ne reste que quelques bouts de scotch.


Scène 14 : à la sortie des cours vers 15 h.

Pacey avec un œil au beurre noir attend ses copains devant le lycée. Arrivent Dawson suivi de Joey et Jen. ….

Jen : O mon dieu ton œil !!

Dawson : en voyant ton visage je ne préfère pas imaginer celui de Drue !

Pacey se tapotant l’œil : Oui ! (satisfait de lui) Drue va devoir manger de la soupe pendant un bon bout de temps !

Jen : il n’a que ce qu’il mérite ! Je serais ravie de voir les dégâts !

Dawson : et quel est le résultat des courses ? qu’a dit le principal Peskin ?

Pacey est un peu géné… il se tortille comme les petits quand ils ont fait une bêtise : hé bien… (Il jette un petit regard à Joey qui n’a pas encore ouvert la bouche) J’ai été exclu !... pour une semaine… (Dans un souffle)

Joey : UNE SEMAINE ! Mais… et notre scène… On passe dans seulement 3 jours !

Pacey : Va falloir reporter ça !

Joey : comment reporter ça ! Tu penses réellement que Kasdan va accepter de « reporter ça » !!

Pacey : t’inquiète pas Potter je maîtrise…

Joey : si tu maitrise aussi bien que le vélo on va droit dans le mur !! En fait tu ne maitrises absolument rien du tout Pacey !! (Se parlant à elle-même) : ce A c’était mon seul espoir de décrocher une bourse…

Pacey : écoute Potter on continue à répéter après les cours ! Comme si de rien n’était ! Et puis j’aurais plus de temps pour apprendre mon texte ! Faut voir le bon coté des choses…

Joey : Répéter !! Et comment je vais faire devant Kasdan ! Je vais donner la réplique à l’homme invisible !!!!!!!! C’est une plaisanterie !

Pacey : fais-moi confiance Potter !

Joey part sans lui répondre en haussant les épaules…

Pacey : à demain ! Et ne sois pas en retard ! (sur le ton de la plaisanterie pour essayer de détendre l’atmosphère)…

Dawson : Pacey si j’étais toi j’arrêterai un peu de faire le mariol… Joey ne s’en remettra jamais… (Ils la regardent disparaître au loin les épaules basse, comme si elle portait tous les malheurs de la terre sur ses épaules)

Jen : Et Drue ? Il en a pris pour combien ?

Pacey : avec sa grande magnanimité, et son sens inné de la justice, le principal Peskin n‘a pris aucune sanction contre ce salaud, qui a bien sûr joué les victimes… faut dire que sa tête avait triplée de volume….

Jen outrée : Quoi ! Ce cloporte n’a rien eu même pas une journée d’exclusion !

Pacey : et tu vas rigoler Jen ! Peskin a voulu que je présente à « Monsieur Valentine, fils d’un généreux donateur pour l’école», mes excuses ! Ce qui m’a valu 4 jours de plus d’exclusion quand j’ai refusé en éclatant de rire ! Soit au total une semaine !

Dawson : ton père est au courant ?

Pacey : non ! J’ai complètement oublié de passer à la maison pour leur annoncer cette nouvelle (sur le ton de la plaisanterie). Quand le paternel va savoir ça … il m’avait prévenu que le moindre écart me couterait cher ! Faudra éviter de venir me passer un petit bonjour ce soir Dawson !! Mais qu’est ce que tu veux on ne se refait pas !! L’honneur d’une jeune fille était en jeu ! Enfin de Potter ! Et puis je n’allais quand même pas laisser passer une occasion de me faire Monsieur Drue Valentine !!

Jen : bon ce n’est pas que les exploits du vaillant chevalier Pacey ne me passionnent pas, mais j’avais promis à grand-mère de rentrer pour 15 h 30… elle doit déjà avoir appelé le FBI ! A demain les garçons ! (elle embrasse Dawson sur la joue, il rougit.)


Scène 15 : dans la chambre de Dawson.

Dawson et Pacey sont assis tous les 2 sur le lit. ….


Pacey toujours souriant l’œil au beurre noir légèrement coquin : Cette après midi de repos m’a permis de faire quelques petites emplettes !

Il envoie à Dawson un petit sac blanc en papier.

Dawson : mais qu’est ce que c’est… (Il sort du papier une petite boite violette)

Pacey : je pense que tu vas en avoir besoin un jour ou l’autre ! Il vaut mieux être prévoyant !

Dawson lit le titre sur la boite : « virilex, pour les hommes qui en ont »… ce n’est pas un peu trop…

Pacey faisant le connaisseur : tu vas voir ils sont très conforts ! Et puis il faut ce qu’il faut ! Je te parie que tu n’as pas encore osé franchir la porte de la pharmacie pour cette petite boite !!!

Dawson : ce n’est pas le problème je peux y aller quand je veux acheter de ces machins !

Pacey sceptique : tu parles !!

Dawson : mais je ne veux pas hâter les choses ! Je te l’ai déjà dit Pacey !

Pacey : Oui … Oui…

Dawson : tu comprends je veux que tout soit parfait, qu’il n’y ait aucune fausse note, que l’on vive un rêve éveillé Jen et moi, je veux attendre le moment idéal.

Pacey toujours aussi sceptique et désespéré du romantisme à l’eau de rose de Dawson : Oui je vois… je vois… (Il se lève va au bureau de Dawson trifouille ça et là ses K7 comme s’il s’ennuyait… finalement par désœuvrement il prend la batte de Base ball de Dawson et s’en sert de règle comme pour lui faire la morale) Dawson tu me désespères… tu resteras toujours cet éternel fiancé, (il pointe sa batte vers Dawson) il faudra bien passer à l’action un jour ou l’autre mon vieux ! Tu ne vas pas rester puceau avant de rentrer à la fac quand même !!

Dawson (vexé) : J’avais oublié que Monsieur Pacey Witter avait une grande expérience des femmes ! Mais moi désolé je ne fonctionne pas aux hormones ! J’attendrais le temps qu’il faut avec Jen !

Pacey : J’abandonne Dawson ! (changeant de sujet) c’est bien calme chez toi… où est ta charmante mère ? Elle ne nous apporte pas de sandwichs ou de biscuits aujourd’hui ?

Dawson : Non pas de biscuits aujourd’hui ni demain non plus ! Ma chère mère et son cher mari sont en stage de (il met des guillemets avec ses doigts) « recentrage pour les couples en difficultés », ils rentreront en principe dimanche soir et si ce stage marche on échappera au divorce… sinon la famille Lerry aura perdu 400 $(d’un ton ironique)

Pacey (à nouveau excité comme une puce) : tes parents ne sont pas là les 4 prochains jours…. J’ai bien entendu Dawson !!

Dawson : oui, je t’ai dit qu’ils ne reviennent que dimanche vers les 18 heures.

Pacey sautant sur Dawson : Le voila ton moment idéal Dawson !!! La maison t’appartient 4 longs jours et surtout 4 longues nuits !!! Et c’est tout l’effet que ça te fait !!!???

Dawson : oui… non… j’avais bien pensé inviter Jen ce soir pour réviser notre scène…

Pacey : tu es un benêt ou tu le fais exprès Dawson ! Bon à partir de maintenant c’est super lover Pacey qui prend les commandes ! (il tripote sa batte dans tous les sens tout excité par cette soirée. Il réfléchit 2 minutes….) Ok, d’abord tu téléphones à Jen et tu l’invites pour réviser et manger un petit bout ce soir.

Dawson reste complètement inerte… traumatiser par ce qui va se passer…


Pacey lui tendant le téléphone : allez !!Allez !! Dépêche !! Donne lui rendez vous à 19 h30 !

Dawson compose le numéro : allo ? Madame Ryan ? Bonjour c’est Dawson… (À la fois surpris et gêné de tomber sur la grand-mère), Jen est là ?

Grams : Bonjour Dawson ! Elle se douche…

Dawson : oh alors ne la dérangez pas… (Pacey lui donne un coup de coude pour le stimuler) C’est pour la répétition de la pièce…

Grams : et alors votre travail avance ?

Dawson : oui on progresse mais on passe dans 3 jours seulement… est ce que vous pouvez faire une commission à Jen ?

Grams : bien sûr !

Dawson : c’était pour savoir si elle était toujours d’accord pour la répétition ce soir…

Grams un peu étonnée : Jen ne m’en a rien dit… mais il est certain que c’est un texte difficile à retenir… Attends je vais lui demander… (Une minute passe)

Pacey fait des signes à Dawson pour savoir ce qui se passe… Dawson lui fait signe de se taire

Grams : allo Dawson ? Jen est d’accord…

Dawson : très bien alors dites lui vers les 19 h30 et puis on mangera un petit bout ensemble…

Grams : vous voulez que je vous prépare un petit quelque chose pour vous donner du courage ?

Dawson : non merci ! Ne vous dérangez pas… bien… je ne veux pas vous ennuyer plus longtemps, madame Ryan.

Grams : tu ne m’ennuies pas Dawson ! Mais que Jen ne rentre pas trop tard.

Dawson : ne vous inquiétez pas. Au revoir madame Ryan.

Grams : au revoir Dawson.

Dawson raccroche soulagé… Pacey : alors ???

Dawson : c’est bon Jen vient. Madame Ryan est d’accord.

Pacey : tu as eu la bénédiction de la grand-mère !! AMEN !!! tu es un as Dawson !! (Sur le ton de la plaisanterie). Bon trêve de plaisanterie ! Il nous reste (Il regarde sa montre) environ 3h pour tout organiser ! Première chose : leçon de dégrafage !

Dawson : quoi ?

Pacey : je suppose que tu n’as jamais dégrafé de soutien-gorge ? (voyant les yeux écarquillés de Dawson) la réponse est non ! Très bien tu as la chance d’avoir un maitre en la matière !!

Dawson : et comment tu comptes m’enseigner cet art grand maitre ??

Pacey : concentration et exercices sont les mots clés, petit scarabée !

Dawson : la concentration je veux bien mais pour les exo…

Pacey : il doit bien y avoir un soutien gorge dans cette maison !!! Madame Leery ne les a pas tous emportés en voyage !!

Dawson : il est hors de question que… (Fondu du plan. Nouvelle séquence)

Pacey un soutien gorge rouge entre les doigts : rien de tel que les travaux pratiques !!

Dawson : bon arrête avec ce machin ! (il lui arrache des mains)

Pacey reprenant son sérieux de professeur : doucement Dawson ! Il doit y avoir de la douceur et de la fermeté avec ces petites choses la !!!
Bon la technique est très simple ! Enfile le que je te montre !

Dawson : il est hors de question que je mette ce truc ! Non mais ça va pas la tête !!

Pacey : il faut bien que je te montre !! Allez ça restera entre nous !!

Dawson ne démordant pas : NON !!

Pacey : Ok très bien ! Ça va je vois que le petit scarabée n’a pas une confiance aveugle en son maitre… !!!

[on voit Dawson et Pacey assis sur le lit, Pacey entrain de faire la démonstration sur… ]

Pacey : alors tu vois Dawson, une pichenette de l’index au niveau des agrafes et le tour est joué ! (il dégrafe en un instant le soutien gorge rouge en dentelles que porte de façon très sexy ET la peluche de Dawson) Bon à toi maintenant !

Dawson dans un état second en regardant sa peluche : si on m’avait dit que j’allais faire mes premières armes sur ET, je n’aurais jamais passé ma puberté…

Pacey : non tu t’y prends mal, le pouce et l’index !!

Dawson : oui ! Oui ! Le pouce et l’index… (Dans un soupir…)

Pacey : Rome ne s’est pas faite en un jour !! Va falloir de la pratique !!! Regarde moi, si je fais si bien l’amour c’est que je me suis longtemps entrainé tout seul !!

Dawson toujours à se battre avec les agrafes : très drôle Pacey ! Je vais pouvoir la ressortir à Jen celle là !!!

Dawson arrive enfin à dégrafer le dos de ET !!

Pacey : bon c’est pas encore ça mais va falloir accélérer le mouvement Dawson !! Tu sais comment on met le petit ballon !!

Dawson : oui évidement ! (vexé)… enfin en théorie…

Pacey : je le savais !! Vue la manière dont tu t’y prends pour les soutifs… on va faire une petite mise au point coté caoutchouc !!

Pacey fait un tour d’horizon de la chambre de Dawson et s’arrête sur un objet : très bien ça fera l’affaire ! (il saisit le micro de la caméra de Dawson et prend un préservatif)

Pacey : alors il va te falloir un peu d’imagination ! Mais je fais confiance à tes talents de cinéaste ! Alors voila l’engin… (Il saisit le micro) en gros il faut éviter de déchirer la capote ! Donc tu te débrouilles pour ne pas ouvrir la pochette avec les dents ! Ensuite ça va tout seul ! (il met le préservatif sur le micro) et voila !

Dawson regarde son micro au latex avec perplexité : tu es sûr que ça se met comme ça ?

Pacey : oui bien sûr !! Je suis le maitre et toi le petit scarabée n’oublie pas !! (Il regarde de plus près…) Oui… bien sûr… (Un peu gêné) il faut surtout éviter de le mettre à l’envers !! C’est bien tu suis petit scarabée !!

Dawson : oui c’est ça je suis…

Pacey regardant sa montre : il ne nous reste plus qu’une petite heure !! Maintenant opération séduction ! (il ouvre la penderie de Dawson sur l’air de pretty woman et sort des T shirt en les commentant) trop classique ! (il les jette par terre un à un), pas assez sexy ! Trop fade ! Trop rouge ! Trop bleu ! Ah enfin voila ce qu’il nous faut ! (il sort une chemise noire légèrement cintrée. il regarde Dawson et l’imagine avec) c’est parfait !! Avec les manches légèrement remontées et 2, 3, boutons ouverts tu vas faire un malheur !!

Dawson toujours sceptique : il ne me manque plus que la chaine en or qui brille et la gourmette !! ca fait trop Pacey ! Où est le romantisme… la féérie ?? De ce moment qui se veut magique et unique ?

Pacey : … dans la cuisine !!

Il le tire dans la cuisine. Pacey ouvre le frigidaire : bon alors qu’est ce qu’on a ?
Un reste de lasagne… peu faire mieux… fromage, tomate salade, salami… ah des fruits…
Bon très bien on va faire dans le coté pique nique comme ça t’auras le coté romantique !!!

(En moins de deux, Pacey prépare d’adorables petits sandwichs américains, végétariens, ou non, au choix, il dispose le tout dans un panier en osier avec les fruits, et une bouteille de vin rouge, pousse la table basse du salon, y met un plaid allume quelques bougies. Le décor est planté !
Dawson est étonné par une telle maitrise ! )

Pacey : bon il ne reste plus qu’à allumer la cheminée et ça sera parfait !!

Dawson : mais il ne fait pas froid…

Pacey : ouh ! ouh ! ; On se réveille Dawson ! Toutes les filles aiment les feux de cheminée ! Alors coupe le chauffage et allume cette cheminée ! Et pense à une musique sympa !

Dawson s’exécute…
Pacey regarde son travail fier de lui ! : Bon je te laisse… tu me raconteras tout !!!

Il donne une tape amicale et virile sur l’épaule de Dawson et part le sourire aux lèvres, enfin aux lèvres fendues et légèrement violacées. Dawson reste seul face à lui-même la boite virilex dans la poche de son jean…


Scène 16 : 19 h30 chez Dawson.


On sonne à la porte Dawson habillé avec cette chemise noire, les manches relevées, mais fermée jusqu’au dernier bouton ouvre la porte légèrement fébrile. ….

Dawson : Hé Jen !

Jen amusée : Hé Dawson !

Dawson : entre ! Entre ! Je t’en prie ! (se forçant à être décontracté…)

Jen : Je vois qu’on s’est mis sur son trente et un ! (Jen est habillée très simplement, une petite jupe vert pomme et un chemisier blanc manche trois quart)

Dawson : Oh ça… (Il jette négligemment un coup d’œil sur sa chemise) non c’est un vieux machin que j’ai ressorti ! (Faussement cool)

Jen de plus en plus amusée par la décontraction contractée de Dawson : Et le feu dans le cheminé ?

Dawson : je trouvais qu’il faisait un peu frisquet ce soir…

Jen : oui bien sûr ! Et les bougies c’est en cas de coupure de courant !

Dawson désespéré et mal à l’aise : heu…

Jen ravie que Dawson se soit mis en quatre pour elle continue à le torturer : il ne manque plus que la peau de bête ! (elle s’avance dans le salon et remarque le plaid elle sourit).

Ne sachant quoi répondre ni que faire il se précipite nerveux sur la bouteille de vin rouge mais il en renverse sur sa chemise.

Dawson : Bon stop ! Arrêtons les frais ! Je n’en peux plus ! On dirait un remake d’un mauvais film de drague à l’italienne ! Jen je suis désolé… je voulais tellement…

Jen attendri de voir Dawson la chemise trempée, le regard désespéré et confus : mais ce n’est pas grave Dawson ! Personne n’avait fait autant de frais de mise en scène pour moi ! (elle s’approche de lui et lui caresse maternellement la joue) Enlève cette chemise ça goute par terre !

Elle commence à lui déboutonner le col de la chemise, d’abord naturellement, mais l’atmosphère commence à devenir électrique… le cœur de Dawson s’accélère, à chaque bouton, il sent ses doigts frôler son torse… Jen ralentit, perçoit aussi cette tension, elle relève sa tête et le regarde droit dans les yeux, Dawson est comme tétanisé … il a le souffle coupé… elle commence à lui enlever sa chemise il se laisse faire sans bouger… il a des bouffées de chaleur… et ce n’est pas le feu dans la cheminée… il prend son courage à deux mains et essaie d’en faire de même avec le chemisier de Jen… il se répète en lui-même, « entre le pouce et l’index, entre le pouce et l’index ». Il est à présent torse nu, il continue à défaire le chemisier de Jen…

Jen : NON, Stop Dawson, on ne peut pas faire ça… (Elle l’arrête d’un geste nerveux)…

Dawson ne comprend pas : Mais Jen… enfin je croyais que…

Jen : je regrette Dawson, je ne veux pas, je ne suis pas prête… et puis tu ne sais rien de moi ! De mon ancienne vie à NY…

Dawson : c’est vrai tu as raison je ne sais pas grand-chose Jen la New yorkaise... seulement que tu avais des fréquentations peu recommandables quand on pense au seigneur Dark Valentine (Jen sourit légèrement). Mais tu te trompes sur une chose, car je crois avoir la chance de connaître Jen Lindley de Capside. (Ils sont assis tous les 2 sur le canapé à présent Dawson emmitouflé dans le plaid). Je sais que Jen Lindley aime le café bien chaud avec un nuage de lait et 2 sucres, je sais qu’elle raffole des sex pistole, je sais que malgré tout ce qu’elle dit elle tient à sa grand-mère plus que tout, je sais que malgré tout ce qu’elle fait de provocateur, c’est une fille bien, (il se reprend) non mieux que bien que c’est une fille exceptionnelle, fragile, malgré ses airs de fille des villes. Et je sais que je suis le plus chanceux des garçons d’avoir Jen Lindley là maintenant à mes cotés.

Jen touchée par ses mots, elle a les yeux qui brillent, une larme perle sur sa joue : Oh Dawson… (Sa voix est faible à peine audible)… tu ne sais pas tout…

Dawson (essayant d’aider Jen à parler) : j’ai aussi des choses à cacher Jen… tu ne sais pas tout de moi non plus… très bien essayons de ne pas nous mentir mettons carte sur table … notre relation doit être basée sur la confiance et non sur les non dits.

Jen : très bien tu as raison … je commence …

Dawson l’interrompt : mais tout ce que tu pourras dire ne m’empêchera pas de t’aimer Jen !

Jen (dans le doute) : je n’ai pas eu une vie très calme à NY… (Elle a du mal à en parler) Je… Je menais une double vie si on peut dire… la journée à l’école… la nuit en enfer… dans les boites de nuits, je… je ne suis pas vierge de toutes expériences… si on peut dire… je me suis avilie, j’ai couché avec des garçons que je ne connaissais même pas… j’ai bu à en vomir… je ne pouvais plus me regarder dans la glace… en fait je crois avoir touché le fond et puis mes parents, m’ont envoyée chez Grand-mère et tu as été mon salut Dawson… voila… tu peux me dire de partir maintenant, je le comprendrais tout à fait…(elle baisse les yeux attendant le verdict)…

Dawson est d’abord un peu surpris… on le serait à moins… mais il se reprend en voyant toute la souffrance de Jen : (sur le ton de la plaisanterie il lui relève le menton) : c’est tout ?! Je m’attendais à bien pire Melle Lindley ! Quelques cuites et des amants de passage…

Jen à la fois soulagée et sérieuse : Dawson, ne te moque pas !

Dawson : mais non, mais non ! J’ai pu entendre ta vérité, et tu vois je suis toujours là, mais pourra tu entendre la mienne !!

Jen : je t’écoute…

Dawson : et bien… (Très gêné aussi) il faut que tu saches d’abord que … (très sérieusement) j’ai triché en histoire en cinquième… je ne l’ai jamais dit à personne … que … je suis toujours vierge… la seule aventure que j’ai eu c’est avec ET ma peluche… avec qui je dors encore… d’ailleurs… et qu’il y a de fortes chances que je reste puceau bien après mon entrée en fac ! Mais ça m’est égal !
Et puis… je suis soulagé que nous ne l’ayons pas fait ce soir… je me sentais tellement ridicule dans cette chemise !

Jen qui est tout proche de Dawson, elle prend un ton très sérieux : je suis désolée mais c’est trop dur à entendre Dawson ! On ne peut pas continuer (Dawson se décompose) le coup des sèches en histoire… c’est beaucoup trop dur pour moi ! (elle rit Dawson revit) Bon alors on les mange ces sandwichs ! On a une scène à répéter ce soir !


Scène 17 : Le lendemain matin dans les couloirs du Lycée.

Joey sort de son casier un livre de géo. Arrive Jen ….


Jen : Alors remise des photos d’hier ?

Joey : Oui … Oui… bien sûr ça glousse encore un peu dans les couloirs… il faut juste attendre la prochaine rumeur, et ils m’auront vite oublié, enfin j’espère…

(L’équipe de foot américain passe devant elles et gloussent, se donnent des coups de coudes mais les yeux ne sont pas rivés sur Joey)

Joey : Vous voulez ma photo ?!

Jen : mais qu’est ce qu’ils ont à me regarder ?...

Drue arrivant toujours par derrière : Jenny … tu me déçois beaucoup… dans ces conditions oublie ma proposition à 4 ! (et il s’en va en riant)

Joey : mais qu’est ce qu’il a encore ce malade !

Arrive au même moment Abby toujours par derrière, elle s’approche de Jen et fait un : Beurk ! (l’air dégouté, puis s’adressant à Joey) moi si j’étais toi Potter je ne m’approcherais pas trop… c’est peut être contagieux… conseil d’amie !

Joey : quoi ? Qu’est ce qui est contagieux ?

Abby se rapproche de Joey comme pour lui dire un secret mais pour que Jen puisse bien l’entendre : la syphilis ! Avec toutes les relations sexuelles (elle prononce ces mots avec un faux dégout) qu’elle a eues ça ne m’étonne pas !

Joey : tu vas te taire ou je t’en mets une !!!

Jen cinglante : oui tu as raison avec toutes ces relations sexuelles… cela prouve au moins que je ne suis pas frigide moi !

Abby vexée, voyant arrivé Dawson : il n’y avait que Charli Brown pour se faire mettre le grappin dessus par une trainée !

Joey est prête à lui sauter dessus… Jen l’arrête in extremis…

Abby : vous faites un très joli couple les filles ! (et elle tourne les talons en riant)

Jen : Je crois que tu as ta nouvelle rumeur Joey…

Joey : Je suis désolée… j’aurais préférée que ça tombe sur quelqu’un d’autre…

Jen : ça ne fait rien, il faut juste attendre la prochaine rumeur… (Son œil brille en regardant la silhouette d’Abby disparaître.)

Dawson arrive l’air embêté : Jen… ça va ?

Jen : tu es déjà au courant ! Les nouvelles vont à une vitesse dans ce lycée…

Joey : c’est qu’ils n’ont rien d’autre à faire !



Scène 18 : aux ruines. 17 h 10.

Pacey est seul assis sur le banc en pierre. Il a le nez dans son livre et répète inlassablement ses répliques. Joey est en retard… les rôles sont inversés. Elle arrive enfin. Elle est derrière une colonne est observe Pacey… D’abord en colère, son visage se détend quand elle voit avec quel acharnement, Pacey répète son texte… le dos courbé, concentré, elle ne l’avait jamais vu si appliqué ….

Joey avec une petite voix pas très sûre d’elle : salut Pacey…

Pacey se redresse et lui sourit : ah Potter ! Je t’attendais ! Tu vas être contente ! J’ai enfin réussi à dompter ce texte !

Joey toujours un peu sur la défensive : c’est bien…

Pacey : et tu vois, pas de morveux à l’horizon ! Seulement nous trois !

Joey reste interdite…

Pacey reprenant de plus belle : toi moi et Shakespeare ! Viens assieds toi (il se pousse sur le banc) on commence !

Joey s’assoit à côté de Pacey. Ils sont face à face… elle scrute son visage…

Joey : Mais ton visage Pacey… (La main de Joey s’approche de la joue de Pacey, mais elle s’arrête, trop timide. Le visage de Pacey est beaucoup plus contusionné que la veille… Il a une pommette explosée et sa respiration est un peu saccadée comme s’il avait un souffle au cœur)

Pacey faisant le fanfaron : Oh ! C’est rien ! (il se touche la joue) le shérif a voulu me faire peur !!! Il a une façon bien à lui d’expliquer les choses ! Mais maintenant le problème est réglé j’ai quitté la maison (sur un ton anodin), mon paternel m’a convaincu (il se frotte légèrement les côtes qui le font souffrir) et j’habite chez Douggy le temps de trouver un job … de toute façon je savais que ça finirait comme ça un jour ou l’autre ! Ça a été juste plus rapide que prévu ! Mais ne perdons pas de temps ! C’est à Juliette d’engager les hostilités !

Joey ne sait pas quoi dire… elle ouvre son livre et ils commencent la répétition. Elle se déroule sans le moindre problème, Pacey sait presque mieux son texte que Joey… elle est impressionnée…

Pacey regardant sa montre : bon je crois qu’on a fait du bon travail Joey !

Joey : oui… tu connais ton texte à la perfection… sur le bout des doigts…

Pacey : tu verras, tu l’auras ton A ! Et puis ne t’inquiète pas ! Le baiser n’est pas obligatoire ! Je me suis arrangé avec Kasdan !

Pacey se lève sans laisser le temps à Joey de répondre : Bon je dois y aller sinon Douggy va me tuer ! À demain Joey !




Scène 19 : le soir sur le ponton près de chez Dawson.

Dawson est assis sur le ponton les jambes dans le vide, qui se balancent, il récite son texte. Joey les mains dans les poches de son corsaire en jean se dirige vers lui….


Joey : Je peux ? (elle fait signe pour s’assoir à côté de Dawson.)

Dawson : Bien sûr !

Joey : tu répètes encore ta scène ?

Dawson : toujours !

Joey : et Jen n’est pas là ?

Dawson : non elle fait relâche ce soir ! Madame Ryan l’a persuadée de venir à la permanence de l’orphelinat ! Elle pestait contre sa grand-mère mais je suis sûr qu’au fond elle était contente d’aider. (Dawson sourit.)

Joey : et tu te remets de la syphilis … (elle reformule sa phrase) enfin de la rumeur…

Dawson : Oui je m’en remets ! (sur le ton de la plaisanterie) j’y ai échappé ! Je ne suis pas encore contaminé !

Joey : toujours pas ? (sous entendu)
Dawson rougit légèrement : non toujours pas… mais je l’aime Joey, comme je n’ai jamais aimé personne.

Joey (un peu triste) : tu as de la chance d’aimer Dawson…

Dawson : et d’être aimé aussi, je crois… (Voyant Joey triste) tu verras toi aussi ! ça t’arrivera, au moment où tu t’y attendras le moins ! J’en suis sûr !

Joey (sceptique) : oui… peut-être…

Dawson (changeant de sujet) : et tes répétitions avec Pacey ? Pas trop dur ?

Joey : plus maintenant… il a travaillé comme 10 il connaît son texte par cœur ! Il peut même le réciter à l’envers !

Dawson fier de son ami : Pacey tient toujours ses promesses ! Je te l’avais dit c’est quelqu’un de parole ! Et puis il est doué pour la scène ! C’est indéniable !

Joey : oui mais ça ne changera pas notre problème ! Doué ou pas… je donnerais la réplique à un mur !

Dawson : ah… l’exclusion…

Joey : oui l’exclusion… impossible de faire revenir Peskin sur sa décision ! Et je n’en veux même plus à Pacey…

Dawson l’air interrogateur…

Joey : … il a été aussi exclu de chez lui, mais cette fois définitivement…

Dawson : non ?

Joey : et par la manière forte…

Dawson : son père ?

Joey : oui… j’ai même eu l’impression qu’il avait une côte cassée, à chaque respiration on voyait bien qu’il souffrait le martyre…

Dawson : et il dort où ?

Joey : Doug l’a recueilli pour l’instant…

Dawson : ce mois d’avril est décidemment bien chargé en émotion ! Un enième essai de réconciliation entre M. et Mme Leery, une phase 6 ratée (Joey ne comprend pas cette allusion) Pacey à la porte de chez lui…

Joey : et puis il y a notre rendez vous… cela fera 8 ans cette année… (elle soupire de tristesse) tu viendras Dawson ? Enfin tu n’es pas obligé…

Dawson : bien sûr ! Je t’ai toujours accompagnée je ne vois pas pourquoi cela changerais cette année ! Je te le promets !

Joey (soulagée) : bon très bien Dawson, alors on dit samedi prochain à 16 h ?

Dawson (d’un ton de réconfort) : sur le ponton !
Ils restent assis tous les 2 sur le ponton sans rien dire. (Chanson « 17 again » d’Eurythmics).



Scène 20 : en salle de classe jour de la représentation de la scène de Roméo et Juliette

Tous les élèves attendent leur professeur, Monsieur Kasdan. Drue est dans un coin de la salle entouré d’élèves, un petit cahier à la main et des billets dans l’autre. Il prend des paris ….

Drue : 10 contre 1 qu’il l’embrasse ! Allez, allez faites vos jeux !!

Jen est accompagnée de Dawson. Elle s’avance vers cette agitation…

Drue la regardant : oh Jenny ! Tu n’es pas en maladie ? Je prends même les paris pour les syphilitiques ! Pacey embrasse Potter ou pas à la fin ???

Jen : Pacey a été exclu par ta faute je te rappelle ! Je ne vois pas comment il pourrait être là !

Drue : paries quand même ! Tu ne perds rien ! S’il ne vient pas tu récupères ta mise !

Jenny : bon très bien ! 20 $ qu’il ne l’embrasse pas !

Drue : c’est enregistré ! (il continue à prendre les paris, dans un grand état d’excitation).

Arrive joey avec un Jean et T shirt blanc, les épaules basses, l’air triste.
Elle passe devant Drue qui au passage lui dit : « Joli T shirt Potter !! C’est ton T shirt fétiche !! » Elle hausse les épaules et s’assied à côté de Dawson.

Dawson : ça va Joey ?

Joey : comme quelqu’un qui va donner la réplique à un mur…

Le professeur Kasdan arrive : un peu de silence ! (il a l’air de mauvaise humeur comme à son habitude…)

Kasdan : bien nous allons commencer notre séance shakespearienne ! J’espère que vous allez être inspirés… Shakespeare ne pardonne rien et moi non plus… (Il ouvre méticuleusement son cartable et en sort une liste. Il jette un coup d’œil dessus fait semblant avec son doigt de prendre un nom au hasard et pointe sur) : Potter et Witter !

Joey désespérée se lève réfléchissant à ce qu’elle va pouvoir lui dire.

Kasdan la voyant seule : et votre compagnon de jeu, Potter ?? Où est-il ? Vous lui avez fait peur ? (hilarité de la classe) ou c’est il encore défilé, incapable de ne rien apprendre comme à son habitude…

Joey : Hé bien, professeur…. (Juste à ce moment là la porte s’ouvre…)

Pacey un peu essoufflée arrive : Excusez-moi pour le retard professeur…

Kasdan : Ah nous vous attendions Monsieur Witter ! C’est une entrée d’artiste ! Nous avons tous hâte de vous voir à l’œuvre… (Il se frotte les mains l’attendant au tournant)

Pacey sur le ton ironique : tous les grands acteurs de théâtre se font toujours désirer !

Joey est à la fois étonnée et soulagée de voir Pacey. Il lui fait un clin d’œil et lui souffle à l’oreille : « tout se passera bien Potter, ne t’inquiète pas »

Kasdan attendant les bras croisés derrière son bureau : pouvons nous commencer ?

Pacey est lui aussi habillé avec un T shirt blanc et un jean. Ils sont devant la classe, leur cœur bat la chamade… Joey remarque sous le t shirt de Pacey une bande serrée très fermement au niveau des côtes, que l’on voit à peine…

Ils se tiennent là debout l’un en face de l’autre… et commencent leur scène.


Joey (Juliette) :
« Cette clarté n’est pas le jour, moi je le sais.
C’est quelque météore que le soleil exhale
Pour qu’il soit ton porteur de torche cette nuit
Et t’éclaire sur ta route de Mantoue.
Oh reste. Tu ne dois pas partir encore. »

Pacey (Roméo) :
« Que je sois donc saisi et mis à mort,
Je suis heureux, si c’est ta volonté.
Je dirai que ce gris n’est pas l’œil du matin
Mais seulement le pâle reflet du front de Cynthia ;
Et ce n’est pas non plus l’alouette qui frappe
De ses notes le ciel voûté si haut sur nos têtes.
J’ai plus de désir de rester que de volonté de partir :
Viens mort, et bienvenue ! Juliette le veut ainsi.
Que dit mon âme ? Parlons encore. Ce n’est point le jour. »

(leur regard se fait de plus en plus intense… la tension augmente petit à petit, le public est lui aussi pris par leur interprétation, Roméo et Juliette, Pacey et Joey, ils ne font plus qu’un ....

Joey (Juliette) :
« c’est lui, le jour ! Fuis, va-t’en vite !
Oui c’est bien l’alouette qui chante faux
Et force sa note aiguë et discordante.
On dit que son chant fait de douces divisions,
Celle-ci n’en fait pas puisqu’elle nous divise ;
On dit que l’alouette et le crapaud hideux
Ont échangé leurs yeux, maintenant je voudrais
Qu’ils eussent fait aussi échange de leurs voix,
Puisque les bras loin des bras, cette voix nous effare,
Te chassant avec la fanfare de chasse du jour.
Oh pars. Il fait plus clair, toujours plus clair. »


dans un mouvement naturel, Pacey ou Roméo, on ne sait plus très bien, prend la main de Joey ou de Juliette, qui frémit au contact de sa peau… ils se rapprochent et lui glisse à l’oreille, toute la salle retient son souffle pour entendre….

Pacey (Roméo) :

« plus clair, toujours plus clair ;
Plus noire, toujours plus noire, notre désolation. »

Joey (Juliette) :
« alors fenêtre
Laisse entrer le jour, laisse sortir la vie. »

Ils ne sont plus qu’à quelques centimètres l’un de l’autre, leur souffle est court….

Pacey (Roméo) :
« Adieu, adieu ! Un baiser. Je descends. »

Roméo dépose un long baiser sur les lèvres de Juliette, elle se laisse faire … puis lui rend son doux baiser sous les yeux médusés de la classe….


Kasdan applaudit et les sort de leur rêve éveillé : Bravo (d’un ton à la fois admirateur et sceptique voire déçu de ne pas avoir pu assister à l’échec de Pacey) Bravo ! Vous nous avez donné une belle leçon de théâtre mais maintenant on se réveille les amoureux !

Joey recule d’un mètre et Pacey en fait de même encore sous le choc de ce baiser… Dawson est lui aussi tout aussi stupéfait par ce baiser qui n’était pas prévu au programme !

Kasdan : Melle Potter (il se gratte la tête) A+, votre prestation a été excellente, quand à vous Monsieur Witter je dois vous avouer que vous m’avez impressionné, je suis obligé de vous mettre un B +

Joey : mais c’est injuste … (Pacey lui donne un coup de coude)

Kasdan : Comment Melle Potter ? Vous n’êtes pas satisfaite de votre note ?

Pacey rattrapant le coup : Non, non, Monsieur, c’est juste que Melle Potter est sous le choc… un B+ c’est beaucoup …

Kasdan : oui c’est vrai Melle Potter, vous avez raison, un C+ suffira largement à Monsieur Witter !

Pacey ne dit rien devant cette injustice manifeste, il reconduit Joey plus ou moins de force à sa place… au passage Joey essuie les grimaces de Abby et de Drue qui imitent le bruit d’un bisou.

Une partie des autres élèves passent également devant Monsieur Kasdan … Jen et Dawson ne s’en sortent pas trop mal non plus après avoir essuyer quelques remarques désobligeantes sur le théâtre mis à l’écran et une ou 2 attaques personnelles contre Dawson et Jen. Enfin la cloche sonne. La fin des cours ! Tous les élèves sortent se battant pour savoir qui fuirait le premier.

Joey sort elle aussi, persécutée par Drue et Abby qui n’ont rien trouvé de mieux que de lui chanter en chœur :

Drue et Abby, le ton moqueur : « Big bisou big bisou ! Émotion ! Grand frisson
Sur la bouche embrassez vous !Big bisou... Potter et Witter !!! »

Ils partent ravis de leur trouvaille et le chantent à tue tête dans les couloirs.

Au même instant Joey surprend quelques mots de Kasdan à Pacey .

Kasdan : et bien Witter ces quelques coups de pinceaux valaient bien un C+ ! Vous avez eu de la chance cette fois !

Pacey : Oui monsieur (il reste le plus neutre possible)

Kasdan : Vous en avez encore pour combien de temps ?

Pacey : une bonne dizaine de jours… mais ça valait le coup comme vous dites !
(Il sert les dents pour ne pas lui lancer à la figure tout ce qu’il a sur le cœur et crier à l’injustice mais il n’en fait rien, sourit, le salut et part. Joey le regarde partir sans trop comprendre.)


Scène 21 : à la laverie automatique. Dimanche après midi.

Joey et Pacey ne se sont pas revus depuis la scène de vendredi. Joey est assise sur un banc regardant son linge tournée en boucle par le hublot de la machine à laver, complètement hypnotisée par ce ballet vestimentaire.
Arrive Pacey chargé d’un énorme sac à linge sale qui déborde de tous les côtés. Il a même du mal à ouvrir la porte de la laverie. ….


Pacey : Hé Potter ! (il pose son sac énorme par terre) qu’est ce que tu fais ici !

Joey (les pommettes légèrement rouges en voyant Pacey) : et toi Pacey !?

Pacey regardant son linge : Oh ! Monsieur mon frère ne veut pas que je salisse sa machine à laver avec mon linge ! Il le trouve trop sale à son goût ! À croire qu’il fait sa lessive avec des vêtements propres ! Et toi Joey ?!

Joey : moi ? Notre machine est encore tombée en panne pour la centième fois, et il faut absolument changer les draps pour les prochains clients !

Pacey : oui vaut mieux ! Ça ferait mauvais effet des draps cracra pour un Bed and
Breakfast de standing ! Tu permets ? J’ai oublié ma lessive ?

Joey : Oui bien sûr ! (il prend la poudre et la met dans la machine d’à côté puis s’assoit à coté de Joey, et commence lui aussi à regarder son linge tourner. Un silence…)

Finalement Pacey brise le silence : Tu vois Potter ! Super Pacey tient toujours sa parole ! Tu as eu un A+ !!

Joey : je voulais te remercier pour ce que tu as fait…

Pacey : (modeste) Oh c’est rien Potter ! Et puis ce A tu y as grandement participé ! Moi je n’ai fait que te donner la réplique !

Joey (un peu gênée) : et pour le baiser… on n’en a pas encore vraiment parlé…

Pacey : pourquoi il y a quelque chose à dire ?? Tu as tenu ta promesse. C’est tout. C’est tout hein Potter ?

Joey : oui la promesse… c’est vrai l’engagement …

Pacey essayant de la convaincre comme de se convaincre : de purs professionnels ! Un vrai baiser de cinéma ! Y’a pas de quoi en faire un fromage !

Joey : non …

Pacey : finalement Potter, on fait une bonne équipe !!

Joey : oui pas si mal !

Pacey : tu sais quoi… je n’aurais jamais imaginé ce que je vais te dire (Joey est suspendue à ses lèvres) nos répétitions me manquent !

Joey (hésitante) : oui moi aussi… et tes côtes pas trop mal ?

Pacey : Non ! Il m’en faut plus que ça !! Chez les Witter on a été élevé à la dure !

Joey le regarde, ses yeux brillent, son cœur bat, sans savoir pourquoi… elle aperçoit une trace blanche dans les cheveux de Pacey, elle approche sa main pour toucher sa mèche de cheveux.

Joey : qu’est ce que c’est que ce blanc ?

Pacey un peu fébrile, sans trop savoir pourquoi : oh c’est rien juste un peu de peinture…

Passe devant la vitrine de la laverie Drue qui les aperçoit, et le sourire aux lèvres ne peut s’empêcher de rentrer leur rendre une petite visite…

Drue : tiens le dernier salon où l’on cause ! (Joey et Pacey se retournent et se trouvent nez à nez avec Drue) La laverie ! Comme c’est romantique Witter ! Tu n’avais pas les moyens d’emmener Miss t shirt mouillé ailleurs !

Pacey se raidit prêt à bondir…

Joey : (d’un ton méprisant) tu devrais t’en aller Drue, une laverie ce n’est vraiment pas un endroit pour toi ! Un zoo te conviendrait mieux !

Drue toujours amusé par ces petites piques : Oh Potter ! Je suis touché ! (il fait semblant de tomber à la renverse comme si une épée lui avait transpercé la poitrine, mais il se relève aussitôt), mais j’attendais mieux de ta part ! Tu es trop occupée à te faire compter fleurette par l’idiot du village !

Pacey se lève vexé et énervé.

Derw : touché ! (il regarde Pacey). Il n’y a que la vérité qui blesse Witter ! Sortir avec une fille de détenue ça doit être grisant …

Pacey : arrêtes immédiatement Valentine !

Drue : il a eu de sales histoire ton père non Potter ? Quoi déjà ?

Joey : tu n’es qu’une vermine Drue…

Pacey : sors immédiatement ou je t’explose et ici il n’y a pas de témoins…

Drue : (ne prêtant pas attention aux menaces de Pacey trop amusé à persécuter Joey) … vous avez le sang chaud dans la famille, strip-tease au cirque… d’ailleurs ton père n’a pas été arrêté pour proxénétisme ?

Ça en est trop pour Pacey. Il se jette sur lui, le plaque contre un mur de machines à laver et commence à lui prendre la gorge pour l’étrangler : « je vais te faire ravaler ton venin, pourriture…». Mais cette fois-ci c’est Drue qui a le dessus, il frappe dans les côtes cassées de Pacey et il s’écroule par terre, le souffle coupé, incapable de bouger. Joey se précipite vers lui. Drue regarde le spectacle l’air narquois.

Drue : oh comme c’est touchant ! Une fille de rien se jetant dans les bras de son looser préféré ! Je vous laisse en amoureux ! On m’attend au country club ! (il tourne les talons)

Joey lui crie : tu me le paieras Drue !

Drue éclate de rire méprisant !

Joey toujours Pacey dans les bras : ça va Pacey ??

Pacey : y’a eu mieux… (joey l’aide à le relever, mais il a très mal), je l’aurais cette ordure ! Mais j’ai déjà ça ! (il ouvre sa main gauche et une liasse de billets tombe)

Joey : c’est quoi ?

Pacey : notre dû Joey ! Les gains de ce pari stupide ! (au moment où il parle, du sang commence à couler de son arcade sourcilière)

Joey très prévenante : attends Pacey ! (elle sort un mouchoir blanc en tissu, et éponge doucement son arcade, leurs yeux brillent…)

Pacey : merci Joey ! (dans un souffle)

Joey : je te raccompagne chez toi.

Pacey incapable de se mettre totalement droit : Je vais y arriver tout seul, c’est bon Joey. Doug habite à juste 2 pâtés de maisons d’ici.

Joey : hors de question ! On forme une équipe alors de gré ou de force je te raccompagne chez Doug ! Et il vaudrait mieux pour toi que ce soit de gré !

Pacey renonçant à contrarier Joey et ravi de cette insistance : (sur le ton de la plaisanterie) je confirme et ma chemise hawaïenne aussi !


Scène 22 : dans les couloirs du Lycée. Mardi matin.


Jen le nez dans son casier entrain de chercher encore un livre. Au loin on voit
foncer sur Jen les yeux injectés de sang, un papier à la main, Abby Morgan ….



Jen : Ah je ne le trouve pas ! zut !

Pacey la tête dans le casier d’à côté : essaie encore ! Je croyais que les filles étaient ordonnées ! Encore un mythe qui s’écroule !

Abby en colère, folle de rage, lui tendant la feuille à la main : C’est quoi ça ?! Lindley !!!!

Jen se retourne tranquillement, le sourire aux oreilles et l’air dégagé : Bonjour aussi Abby, (d’un ton le plus détaché du monde) comment ça va ce matin ? Tu m’as l’air d’avoir les traits tirés…

Abby : ne te fiche pas de moi ! Qu’est ce que c’est que ce truc !!! (Elle lui met la feuille sous le nez, pendant ce temps tous les yeux se tournent sur elle, en pouffant de rire plus ou moins discrètement…)

Jen sans savoir de quoi parle Abby prend le papier toujours aussi détachée : et bien à première vue, on dirait une publicité… (Elle lit à voix haute :) « Friction, Friction, … Morpions : Terminator contre les démangeaisons, the Morback doesn’t Back », Jen regarde à nouveau Abby avec l’air compatissant : Je ne te savais pas si photogénique Abby, joli profile … ça ne te gratte pas trop au moins ? (au dessous du slogan on voit un montage d’Abby se faire gratter les fesses avec vigueur par Drue)

Abby encore plus folle de rage : c’est toi n’est ce pas, petite garce ! ?! (Et plus elle fait de scandale plus les lycéens se moquent d’elle, plus cela la rend folle)

Jen : Je ne vois pas à quoi tu fais allusion, mais c’est courageux Abby d’assumer cette maladie honteuse au grand jour ! C’est Drue qui te les a refilés ? Ça ne m’étonne pas !

Abby ne pouvant plus supporter Jen se retourne violemment pour partir, mais heurte de plein fouet la porte du casier de Pacey qui regardait, hilare la scène.

Abby hurle de douleur et se tient son nez : AHHHHH ! Pacey tu l’as fait exprès !!!!

Jen : attention ! J’espère que tu ne te l’ais pas cassé ? Au prix qu’il t’a couté cela serait dommage !

Pacey : ma pauvre Abby ! C’est la journée loose aujourd’hui !! (Il éclate de rire)

Joey arrivant avec une autre pub dans les mains : joli photo Abby ! Il y en a affichées sur tous les murs du lycée mais celle que je préfère c’est la 1 mètre sur 1 à la cafète juste à coté des menus !

Abby verte de rage s’en va vexée le nez enflé, hurlant à tous ceux qui osent la regarder « QUOI !! VOUS VOULEZ MA PHOTO !!!!!!!! ».

Joey ravie : j’espère que Drue aura autant le sens de l’humour que Abby !!

Jen : J’en suis sûre ! Pacey, tu viens avec nous au ciné après les cours ?

Pacey désolé j’ai d’autres obligations ce soir…

Joey : en tout cas tu ne pourras pas dire que ce sont nos répétitions !

Pacey : mais nos répétitions n’étaient que pures délices ! (il lui fait une révérence, Joey rougit légèrement)

Joey : N’en faites pas trop Sir Witter !


La cloche sonne les cours vont commencer. Ils claquent les portes de leur casier et courent en riant !

Scène 23 : le soir après les cours. Dans l’aile nord du gymnase du lycée.

De dos un garçon repeint un immense mur. Mais il reste encore beaucoup de travail… ….


Pacey un rouleau à la main déclame à plein poumons : … Et ce n’est pas non plus l’alouette qui frappe
De ses notes le ciel voûté si haut sur nos têtes.
J’ai plus de désir de rester que de volonté de partir :
Viens mort, et bienvenue ! Juliette le veut ainsi.
Que dit mon âme ? Parlons encore. Ce n’est point le jour. »

On entend une voix lui répondre : « c’est lui, le jour ! Fuis, va-t’en vite !
Oui c’est bien l’alouette qui chante faux
Et force sa note aiguë et discordante… »

Pacey se retourne, étonné, mais toujours avec son sourire ravageur : Hé Juliette !! Qu’est ce que tu fais là ?

Joey un pinceau à la main et un foulard sur la tête : On fait équipe ou pas ?

Pacey lui tend un pot de peinture !! Ils commencent à peindre en récitant à tue tête leur texte sans s’arrêter devant ce grand mur blanc.


Scène 24 : sur les bords d’une petite route près de Capside, qui ressemble étrangement au décor de « sur la route de Madison de Clint Eastwood ».


Buzz et Pacey sac au dos marchent d’un pas décidé tout en discutant ….

Buzz : alors comment va ta poulette ?

Pacey amusé du mot : Qoi, Joey ?!

Buzz : ben oui ! Pourquoi t’en as d’autres ?

Pacey : combien de fois faudra-t-il te répéter que Joey n’est pas ma poulette ! C’est juste une camarade de classe (il pense à elle en souriant) au caractère exécrable !

Buzz : et tu l’as embrassée ?

Pacey : Oui… (Il se rattrape avant que Buzz ne commente) mais c’était purement professionnel pour la pièce de théâtre !

Buzz : et alors ?

Pacey : et alors quoi Buzz ?

Buzz affligé par si peu de jugeote de la part d’un soit disant « adulte » : elle embrasse bien ?

Pacey à moitié choqué à moitié rêveur : … pas mal… pas mal du tout (il sourit bêtement à ce souvenir)…

Buzz regardant de l’autre côté de la route en criant : Hé Pacey (il lui donne un coup de coude) y’a ta poulette !!!

Joey en entendant le mot « poulette » se retourne immédiatement fixe Buzz avec un regard noir et traverse la route dans leur direction.

Joey : bonjour Buzz !

Buzz : salut !

Pacey : décidemment ! Je vais croire que tu me suis Potter !

Joey : je te trouve bien présomptueux Witter !

Pacey : alors qu’est ce que tu fais par ici !? Il n’y a absolument rien !!! Ni magasins de chaussures ni terrasse de café !

Joey : Pacey ! La vie féminine ne se réduit pas à des chaussures ou à un verre de jus de fruit ! J’avais juste envie de marcher un peu pour me changer les idées ! Et vous qu’est ce que vous fabriquez ! Encore des bêtises !!?

Buzz : si tu veux savoir t’as qu’à venir avec nous ! Mais c’est une affaire sérieuse !

Pacey : j’allais le dire Joey ! Viens avec nous ! Tu ne risques rien !

Joey accepte et ils se remettent en route. Après une bonne demi-heure de marche, ils arrivent sur un tout petit chemin boisé. Sur un petit pont, au dessous duquel coule un petit ruisseau.

Pacey pose son sac satisfait : Voila on est arrivé !

Joey : et ?

Pacey s’adressant à Buzz : sors-la !

Buzz sort de son petit sac à dos une bouteille en verre vide.

Pacey explique à Joey : les Pharaons dans l’Egypte ancienne, avaient un rituel. Chaque année à cette époque, ils faisaient une offrande aux Dieux Isis et Osiris, et jetaient dans le Nil un bambou dans lequel il y avait leur souhait le plus précieux inscrit sur un papyrus. Et si les Dieux du Nil le voulaient il était exaucé.
Alors comme on n’a pas de bambou cette bouteille fera parfaitement l’affaire ! (il la met sous le nez de Joey)

Joey est très impressionnée par tant d’imagination…

Pacey sort une autre bouteille : tu veux aussi tenter l’expérience Potter ?

Joey la prend dans les mains, sans trop savoir. Elle s’adresse à Buzz qui est déjà à l’œuvre entrain d’écrire un mot sur un petit bout de papier : et toi Buzz tu sais ce que tu vas demander aux Dieux du Nil ?

Buzz : je ne sais pas si je peux te le dire… c’est un secret et je n’ai pas envie que ça rate ! (il regarde Pacey)

Pacey à Buzz : comme tu veux Buzz, tu peux faire confiance à Joey, mais c’est toi qui décide !

Buzz se gratte un peu la tête, remet ses petites lunettes sur le bout de son petit nez et lui fait signe de s’approcher et lui chuchote à l’oreille : que mon papa revienne…

Joey touchée, lui sourit gentiment… elle prend elle aussi un petit bout de papier, écrit quelque chose et le roule dans la bouteille.
Ils sont tous les 3 sur le petit pont et regardent le petit cours d’eau, leur bouteille à la main.

Pacey : bien vous êtes prêts ? Il faut d’abord dire les mots d’incantation et ensuite on lâchera nos bouteilles ! Répétez après moi… (Très sérieusement, comme un prêtre des temps anciens) Dieux…

Joey et Buzz : Dieux…

Pacey : … que cette bouteille arrive à vous…

Joey et Buzz : … que cette bouteille arrive à vous…

Pacey : … et que dans votre clémence vous exauciez nos vœux…

Joey et Buzz : … et que dans votre clémence vous exauciez nos vœux…


Pacey lance sa bouteille, suivi de Buzz et de Joey. Ils les regardent disparaître dans le courant.

Pacey : voila ! Je suis sûr que ça va marcher Buzz ! (il lui caresse énergiquement la tête)

Buzz se retourne vers Joey : et toi qu’est ce que tu as demandé ?

Joey lui fait signe de s’approcher et lui chuchote à l’oreille : que ma maman revienne… (Ils se comprennent…)

Pacey, toujours aussi enthousiaste, remet son sac sur le dos : bon je vous offre une glace ! C’est la tournée de Drue !! Il sort la fameuse liasse de billets


Ils se remettent en route Buzz prenant la main de Joey et de Pacey.

Buzz à Joey : alors il parait que t’embrasse pas mal, poulette !! (No comment, Joey et Pacey rougissent chacun de leur côté !)


Scène 25: samedi suivant vers les 11h 30 à la porte des Leery.


Jen sonne chez Dawson. Dawson ouvre ….


Dawson ravi et surpris à la fois de voir Jen : Hé Jen !

Jen se tenant comme les gentilles petites filles sages bien droite les mais derrières le dos, le sourire aux lèvres : hé Dawson !

Dawson : mais qu’est ce que ….

Jen tend un panier de pique nique avec une bouteille de jus de fruit cette fois : J’ai pensé qu’on pouvait tenter à nouveau l’expérience ! Ça te dit de manger un petit bout sur les bords du lac ?

Dawson (tout excité) : oui bien sûr ! (il prend son pull, claque la porte et ils partent joyeusement en toute insouciance)


sur les bords du lac.


Jen et Dawson sont installés sur un plaid rouge et vert, au bord du lac dans une petite clairière. Le soleil est doux, l’atmosphère détendue. Les heures passent comme des secondes ….

Jen grignotant un bout de cookie de sa grand-mère, allongée, dans les bras de Dawson : je me sens bien ici avec toi Dawson…

Dawson : moi aussi…

Jen continuant sa phrase : tu es le garçon qu’il me fallait… toujours prévenant, gentil, (Dawson en entendant ces paroles boit du petit lait), stable, sûr, prévisible…

Dawson vexé en entendant le dernier mot : comment prévisible !?

Jen sentant qu’elle a fait peut-être une petite erreur : oui Dawson, tu n’es pas un garçon calculateur, ni déraisonnable tu es un garçon sage.

Dawson se relevant dans un mouvement rapide et la prenant dans les bras : tu en es certaine Jen !

Jen : Oh ! Dawson qu’est ce que… (Il s’approche de l’eau) Non tu n’oserais pas !

Dawson : ce ne serait pas « raisonnable pour un garçon sage », hein Jen !! (Le sourire vainqueur)

Jen : Non Dawson !! Tu es imprévisible !!! noooooooooon !!

Dawson lançant Jen toute habillée dans l’eau : Trop tard Jen !

Jen sort la tête de l’eau, trempée et tend sa main : tu as gagné Dawson… aide moi s’il te plait !

Dawson se baisse et lui tend la main pour l’aider à sortir de l’eau et Jen le tire de toutes ses forces !

Jen : et moi je suis rancunière !!!

Elle éclate de rire et lui aussi, habillés, trempés dans le lac ! L’eau est froide, mais ils s’éclaboussent de toutes leurs forces et s’amusent comme des enfants… puis sortent en courant frigorifiés !

Jen : commençant à déboutonner sa chemise : enlève ton t shirt Dawson ! Sinon c’est la bronchite assurée !

Il s’exécute : il est à présent torse nu, et Jen en soutien gorge. Dawson rougit et tourne la tête, en la voyant dévêtue. Il ne peut s’empêcher cependant d’avoir les mots entre le pouce et l’index dans la tête… Jen est amusée par tant de pudeur. Elle s’approche de lui, pour prendre le sweat de Dawson juste à côté de lui. Instinctivement il hume son parfum… leurs corps se rapprochent naturellement sans aucune, explication, sans aucun mot… ils s’enlacent… Dawson s’arrête doucement et regarde Jen droit dans les yeux, : tu es sûre que… la vie c’est comme à Hollywood, les mauvaises prises elle les garde…

Jen : les bonnes aussi… (Dans un souffle. Puis ils fondent dans une pluie de tendres baisers… plus de pouce ni d’index, quelques maladresses, mais de la tendresse, Dawson et Jen, Jen et Dawson et personne d’autre… sur la musique de « Kiss me » des Sixpence Nonce The Richer)


Au même moment sur le ponton devant chez Dawson.

Joey est assise sur ponton, attendant… le visage triste.
….



Pacey arrivant par hasard derrière Joey et la fait sursauter : Hé Joey !

Joey : Oh… Pacey… salut…

Pacey : qu’est ce que tu attends là ?

Joey : j’avais rendez vous avec Dawson, mais il n’y a personne chez lui… (Très déprimée) il a dû oublier… et toi ?

Pacey : moi ? Je voulais lui emprunter ses affaires de pêche, mais c’est raté !
(il regarde et voit à côté de Joey un bouquet de fleur rose et bleu, des fleurs des champ qu’elle a sans doute dû cueillir elle-même.). Oh des fleurs ! (sur le ton de la plaisanterie) elles sont pour moi ! Il ne fallait pas Potter !!!

Il voit que Joey n’est pas d’humeur taquine, mais triste à fendre l’âme, malgré une grande dignité.

Joey : Pacey, ce n’est pas le jour… tu peux me laisser, s’il te plait ? (elle regarde sa montre pour éviter de le regarder, il est déjà 17 h30. elle soupire) je ferais mes affaires toutes seules…

Pacey ressentant une certaine souffrance chez Joey : si tu veux je peux t’accompagner ! (il essaie d’avoir l’air dégagé) pas de matériel de pêche ! J’ai donc tout mon temps maintenant.

Joey hésite : je ne voudrais pas…

Pacey : (faisant un signe comme pour dire pas de quoi de la main) : ça me fait plaisir Potter ! Et puis n’oublie pas qu’on fait équipe !

Joey : très bien Pacey (elle se lève son bouquet de fleurs à la main), mais si ça ne te dérange on ne parle pas ? (ses yeux sont d’une infinie tristesse)

Pacey : à tes ordres Potter ! Je serais muet comme une tombe !

Ils partent côte à côte en silence.



Dawson et Jen sont enroulés dans le plaid, heureux d’être ensemble, l’un près de l’autre. Ils ont quelques brins d’herbe dans les cheveux en bataille. Ils sourient bêtement, Dawson caressant doucement du bout des doigts le bras de Jen.


Dawson les yeux plein d’étoiles, essaie de réfléchir : il ne t’arrive pas quelques fois d’avoir l’impression d’oublier quelque chose…?

Jen : pas aujourd’hui… (Elle lui caresse la joue et ils s’enlacent à nouveau).

Au même instant on voit Pacey de dos à un mètre de Joey également de dos. Elle se baisse et dépose le bouquet de fleurs… Pacey hésite puis s’approche de Joey qui se relève. Il lui prend la main et lui sert fort… on voit alors inscrit « Liliane Potter 1950-1991 ». (Sur la musique de « Hands » de Jewel)


FIN. ….

Appréciation du jury:

Ton histoire est bien. Il y a de bons dialogues et de bonnes descriptions. L'histoire était originale, avec l'idée de départ sur "Roméo et Juliette" de Shakespeare qui est tenue jusqu'au bout. C'est sympa d'avoir même mis les dialogues de la pièce.
Et encore désolée pour cette disqualification injustifiée..
.
Ecrit par marmotte 
Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play