VOTE | 148 fans |

Un week-end mouvementé

Assise sur un banc, Jen repensait à ce qui l’avait amené ici .Devait-elle franchir cette porte ? Devait elle lui dire ? Tout s’était bien passé jusqu’alors, pourquoi vouloir tout changer en lui révélant ce qui ferait mieux de rester secret. Parce qu’il le fallait tout simplement soupira-t-elle...
Lentement, elle se leva et marcha jusqu’à la maison qu’elle connaissait tant. Elle frappa à la porte mais à sa grande surprise, personne ne répondit. D’abord étonnée puis soulagée, elle décida qu’elle lui en parlerai au lycée le lendemain. Puis tournant les talons, elle prit le chemin de la maison. Elle le vit assis sur les marches du perron, il l’attendait depuis un petit moment maintenant et il dormait presque, bercé par la Lune. Son angoisse revint et elle eut envie de partir en courant avant qu’il ne la remarqua, malgré cela elle se convint de lui parler maintenant, elle dormirai mieux ce soir là.
Lorsqu’il l’aperçut, une expression de gaieté se lut sur son visage ce qui ne lui facilitait pas la tâche, pensa-t-elle.
-Alors Jen, on joue les somnambules ??Ironisa Jack
-Non, en fait…euh…je me demandais comment t’avouer que… ; tout en cherchant ses mots elle cachait sa figure entre ses mains ; ….je ne sais pas comment te dire…mais….
-Si tu continues comme ça, on va bientôt aller en cours, déclara-t-il avant de pouffer. Elle fit de même avant de se lancer :
-Voila je ne t’ai pas tout dis à propos de la visite de ma mère, elle veut que je retourne à New York pour le week-end donc je ne pourrai pas rester ici avec Andie…je suis désolée…je lui ai dit que j’avais déjà des projets mais elle n’a rien voulu savoir.
-T’inquiète pas pour elle, je comprends. Et puis je pense qu’un week-end toute seule ne va pas la tuer…Mais est-ce que tu as envie d’y aller à New York ?
-Je ne sais vraiment pas….j’ai peur de la façon dont mes parents vont se comporter avec moi, mais de revoir cette ville, de me rappeler tout ce que j’ai réussi à oublier ici, et d’un autre côté j’ai envie de revoir ma maison…mais je ne sais pas si je m’y sentirai autant chez moi qu’ici…en fait je ne sais pas trop si j’ai envie d’y aller, c’est vraiment stressant ; au fur et à mesure qu’elle exprimait ses craintes ses yeux s’emplissaient de larmes et sa voix tremblait, attendri Jack la prit dans ses bras en lui disant qu’elle pourrait toujours l’appeler si ça n’allait pas et au pire revenir à Capeside, ce qui la réconfortait un peu.
Ce fut sur ces quelques paroles qu’ils rentrèrent chacun chez soi, pour une bonne nuit de sommeil.

En arrivant au lycée Dawson et Joey avaient rejoint Pacey, qui commença à parler du week-end:
-L’heure est grave mes enfants! Dans moins de trois jours c’est le week-end et on n’a toujours pas de projets !
-On fera comme à chaque fin de semaine, je travaillerai au restaurant, puis le soir on regardera un film chez Dawson, ensuite grasse matinée, encore le restaurant, et on reprend la semaine de lycée; intervint Joey.
- Mais où est passé votre sens de l’aventure Mlle Potter ?
- « Mon sens de l’aventure », répéta Joey avec ironie, cette expression a du te demandé beaucoup trop d’effort, tu devrais aller dormir !
-C’est justement ce que je vais faire, j’ai biologie !
-Mais tu veux en venir où ?demanda Dawson.
-J’avais prévu quelque chose de plus…
-C'est-à-dire…. ??? S’impatientait Dawson.
-Du camping, rien que tous les trois!
-Non, rassure-moi Pacey, tu n’es pas sérieux ? S’inquiéta Joey.
-Moi je trouve que c’est une bonne idée !
-Merci Dawson, oh et puis tu sais Joey tu n’es pas obligée de venir, je crois que nous pourront survivre sans toi ! Se moqua Pacey.
-J’en doute beaucoup !
-Nous défierais tu Mlle Potter ?
-Non je ne m’abaisserai pas à votre niveau, mon cher, cela vous ferez trop plaisir !
-Allez viens avec nous Joey…demanda Dawson, ce n’est que pour deux jours !
-Je ne sais pas, il faut que je voie si Bessie a besoin de moi.

Deux jours plus tard les trois amis étaient en route pour un week-end qui allait être plutôt mouvementé…
-On est bientôt arrivé ?soupira Joey ; Tu sais Pacey quand tu avait parlé de camping je ne pensais pas qu’on allait rester dans ton épave à rouler toute la journée !
-Joey il n’est que 11h, donc la journée n’est pas finie et juste après le virage on sera arrivés à destination.
-Il était temps je commençais sérieusement à avoir des crampes dans les jambes, renchérit Dawson.
Pacey arrêta la voiture et en sortit en levant les bras vers le ciel tout en déclarant :
-N’est-ce pas merveilleux comme endroit ?! Bon d’accord il n’y a pas l’eau chaude et les moustiques ne nous épargneront pas, mais je dois dire que je suis assez fier de moi d’avoir dégoté un endroit aussi beau !
-Et si tu arrêtais de te lancer des fleurs et que tu nous aidais Dawson et moi à monter la tente !
Après avoir bataillé plus d’une heure pour mettre sur pied leur abri, les trois amis avaient fait un feu, grâce auquel ils faisaient cuire le contenu des boîtes de conserves qui leur servaient de repas, puis ils décidèrent que rien ne valait une baignade dans le lac. En effet le cadre était magnifique : une grande étendue d’eau était bordée par une petite forêt dense, où ils avaient déposé leur campement.

Jen avait fini de préparer sa valise, et s’apprêtait à partir, mais avant elle devait dire au revoir à sa grand-mère, qui comme chaque samedi matin était à l’église.
Elle poussa la lourde porte en bois de la chapelle, et s’avança vers l’autel où Grams allumait un cierge.
-Bonjour grand-mère.
-Tiens Jennyfer, qu’est-ce que tu fais là ?
-Je vais partir, mais je voulais te voir avant.
-Je ne savais pas que tu devais partir si tôt, aussi non je t’aurais aidé à faire tes bagages !
-Ne t’inquiète pas pour ça je ne pars que deux jours !
-Pour l’instant, mais c’est peut-être l’occasion de renouer avec tes parents !
-N’y comptes pas trop grand-mère, je pense que tu vas devoir me supporter jusqu’à ce que je parte moi-même pour faire ma propre vie !
-Cependant j’espère de tout cœur que ce séjour te permettra de rétablir le dialogue avec eux tu en as bien besoin, et je pense qu’eux aussi !
-L’espoir fait vivre grand-mère !
Elles s’étreignirent puis Grams accompagna sa petite fille jusqu’à la sortie de l’église en lui serrant la main très fort pour lui manifester son affection.
Puis Jen s’éloigna rapidement, elle pensa alors que plus vite elle partirait, plus vite elle reviendrait.
Sans descendre de sa voiture Mr Mac Phee, avait attendu en bas de chez lui que son fils le rejoignit, en se contentant de klaxonner comme Jack n’avait pas remarqué sa présence. Le père était venu de Providence chercher son fils pour deux jours entre hommes, il l’avait appelé dans la semaine prétendant avoir quelque chose de très important à lui dire.
-Bonjour Jack.
-Bonjour Papa ! Alors on va où ?
-J’avais pensé aller chez moi à Providence, si tu es d’accord.
-Oh ! Bien sûr, je n’ai jamais vu ta maison,…enfin je veux dire que j’aimerai bien la visiter.
-Et le lycée, comment ça se passe ?
-Ca va, je me débrouille comme je peux !
Après un long silence qui pesait dans cette atmosphère très tendue Jack se décida :
-Papa, au téléphone tu m’as dit que tu avais un truc à me dire de très important…
-Oui je sais, mais si tu n’y vois pas d’inconvénient j’aimerai t’en parler une fois à la maison, c’est quelque chose de très sérieux et il faut en parler posément et je pense longuement aussi.
-Pas de problème, si c’est si important que ça…
Jack était vraiment inquiet, il se posait beaucoup de questions à propos de la révélation de son père, surtout que son attitude froide rendait la chose encore plus grave et stressante.

Joey avait attendu que Pacey et Dawson finirent de se mettre le maillot dans la tente pour s’y isoler à son tour et se changer.
-Alors comme ça on ne m’attend même pas pour rentrer dans l’eau !
-Allé viens elle est vraiment trop bonne !encouragea Dawson.
-Si tu ne viens pas par toi-même on va devoir te faire venir de force !
-Merci bien Pacey mais tes menaces n’impressionnent que toi !
-Tu le prends comme ça !
Pacey suivi de Dawson se rua sur Joey, et ils la coulèrent subitement, sans qu’elle ait eu le temps de comprendre ce qui lui arrivait.
-C’est pas juste vous êtes deux, et moi je suis toute seule !
Après un long moment passé tous les trois dans l'eau, Dawson commençait à avoir froid et sortit aussitôt pour aller se rhabiller, tandis que Joey et Pacey continuaient de faire trempette.
Soudain Joey sentit quelque chose la frôler à la plante du pied droit, elle sursauta et son ami se mit à rire:
-Qu'est-ce qui t'arrive Joey?
-Oh j'ai compris, très réussi Pacey, bravo tu m'as fais peur!
-Moi? Mais je n'ai rien fait!
-Oui bien sûr!
-Mais je te jure que je n'ai rien fait!
Voyant qu'il était sincère, Joey s'empressa de sortir de l'eau et Pacey l'imita.
Comme Dawson monopolisait la tente, et qu’ils étaient « relativement gélifiés », Pacey prit une couverture dans le coffre de sa voiture et ils s’y enroulèrent aussitôt. Seulement une fois collés, ils se rendirent compte à quel point la situation était gênante. En effet, ils étaient mal à l’aise d’être aussi près l’un de l’autre car ils n’en avaient pas l’habitude, mais en même temps ils se sentaient bien, n’avaient plus envie de bouger. Cependant Dawson sortit et fut très surpris de voir ses amis ainsi. Il les regarda bizarrement, tandis qu’eux, embarrassés se ruèrent dans la tente. Ce fut une fois à l’intérieur qu’ils se rendirent compte de leur précipitation, et Pacey sortit le premier sous le regard amusé et troublé de Dawson.

Quand Jen arriva à la gare, elle se dirigea vers le guichet et acheta un aller-retour pour New York. Après avoir composté son billet elle attendit sur le quai l'arrivée du train. Son angoisse grandissait au fur et à mesure que le temps passait. Et ce fut en voyant le train qu'elle prit vraiment conscience qu'elle retournait dans sa ville natale, que c'était bien concret, cette fois ce n'était pas un rêve comme elle en avait déjà fait des centaines de fois.
Elle y monta, et s'isola dans un coin du wagon dont le décor aux couleurs claires faisait penser à une clinique. Le convoi partit et pour se changer les idées elle avait apporté un livre, elle en parcourait les lignes mais sans se concentrer sur leur sens. Elle farfouilla son sac et opta pour un baladeur, le son de la musique la rassurait.
En regardant le paysage qu'elle avait déjà vu mais dans le sens inverse, elle se remémora l'état dans lequel elle était avant d'arriver à Capeside. Elle avait peur, se sentait désespérément seule, et en même temps se languissait d'arriver pour voir ses grands-parents, sa nouvelle maison où elle oublierait ses soucis. Cependant à l'instant même où elle pensait tout cela elle ressentait le contraire, elle se savait aimée, appréhendait le moment où elle descendrait du train, seule la peur l'animait toujours.
Puis elle pensa que la prochaine fois qu'elle verrait ce même paysage, elle rentrerait chez elle.

Après plus d'une heure de route, Jack et son père arrivèrent enfin à destination. Mr Mac Phee habitait un modeste appartement dans un quartier aisé de Providence. Le fils s'installa dans la chambre d'ami avant de rejoindre son père dans le salon. Celui-ci, assis dans son fauteuil était pensif.
-Installe-toi Jack, tu veux boire quelque chose; proposa-t-il en se dirigeant vers la cuisine.
-Oui, de l'eau s'il te plaît.
Il revint avec deux verres à la main, qu'il posa sur la table basse, et regarda son fils d'un air détaché comme s'il lui rappelait des souvenirs. Il s'arracha soudainement à ses réflexions en lançant:
-Bon je crois que c'est le moment de te le dire. Voila...quand vous étiez enfants Tim, Andie et toi, je n'ai pas été souvent présent même aujourd'hui mais bon ce n'est pas le sujet. En tout cas sache que je vous ai toujours aimé, et sans préférences. Vous avez grandi, puis ton frère est décédé, ta mère de plus en plus malade...et moi je vous ai lâchement abandonné.
Il s'arrêta de parler le temps de plusieurs sanglots, Jack qui ne pouvait plus parler sentait sa gorge se nouer, il était difficile pour lui d'entendre son père reparler de ces moments douloureux et surtout il se demandait où il voulait en venir.
-Excuse-moi; il souffla brièvement deux fois comme pour chasser le tremblement de sa voix et reprit:
-A l'époque où tu m'as avouer ton...homosexualité, j'étais dans un état où je ne contrôlait plus rien, ma famille partait en morceaux et je me sentais coupable, c'est pour cela que j'ai mal réagit, j'ai eu l'impression de ne pas avoir su vous aimer ton frère et toi...
-Mon frère et moi ; répéta Jack bouleversé et perdu par le discours de son père.
-Oui c'est cela que je voulais t'avouer, ton frère était lui aussi homosexuel.

L'après-midi passa vite, et la nuit commençait à tomber lorsqu'ils ranimèrent les braises.
-Au menu ce soir; s'exclama Pacey, raviolis en conserve sur un lit de sauce tomate plus que douteuse, suivi de shamalows fondants cuits au feu de bois!
-En tout cas ça vaut mieux que l'espèce de truc verdâtre que la cantine ose appeler légumes verts!
-Tu l'as dit bouffi! Renchérit Pacey à l'égard de Joey.
Après le « succulent » dîner, ils s'installèrent chacun dans son sac de couchage autour du feu, et ne tardèrent pas à s'endormir, sauf Joey qui ne trouvait pas le sommeil.
Elle regarda un instant les étoiles, et poussée par une envie subite, alla dans la tente prendre un bloc note à feuilles de dessin et un crayon, et elle noircit le papier de quelques coups de crayons puis satisfaite arracha la page, la mit sous son oreiller et s'endormit paisiblement.

Elle avait à peine mis un pied sur le quai, que déjà elle voulait repartir. Mais en voyant sa mère elle alla à sa rencontre.
-Bonjour Jen, tu as fait bon voyage?
-Oui ça s'est bien passé; alors où est papa?
-Il est en voyage d'affaires pendant une semaine, et il est désolé de ne pas être là.
Jen qui sentait la colère lui monter, repensa à ce que sa grand-mère lui avait dit dans l'église quelques heures avant et fit un très gros effort pour ne pas faire de réplique méchante à l'encontre de son géniteur qui pour elle, avait voulu à tout prix éviter sa fille.
-Alors qu’est-ce qu’on fait ?demanda Jen.
-On peut déposer tes affaires à la maison, et après on ira manger, il y a un nouveau restaurant qui a ouvert.
-Ca me va !
Jen retrouvait les rues qu’elle fréquentait, des visages familiers, et elle ne pouvait s’empêcher de les comparer à Capeside. Elle se sentait heureuse de ne plus faire partie de ce monde, d’avoir un cadre de vie tellement plus beau, d’avoir des amis tels que les siens et surtout d’être auprès de sa grand-mère avec qui elle se sent exister et aimée. Mais en voyant le paysage de cette ville elle regrettait un peu sa vie d’avant, son lycée, ses copines, ses parents…bien qu’elle était plus heureuse à Capeside.
Comme dans ses souvenirs, l’imposante demeure n’avait pas changée. Un vague d’émotions l’envahit soudain, alors que sa mère l’invitait à entrer.
-Tu vas pouvoir retrouver ta chambre, nous avons enlevé ton armoire, mais à part ça rien n’a changé depuis ton départ.
Jen fut agréablement étonnée et satisfaite, elle avait imaginé un scénario plus sinistre.
Après avoir déposé ses affaires elle s’exclama :
-Bon on va manger maintenant, j’ai tellement faim que je pourrais avaler n’importe quoi !
-D’accord on peut y aller !
Les deux femmes remontèrent dans la voiture, l’atmosphère était plutôt détendue.
Hélène était ravie de passer ce week-end avec sa fille qui avait grandi et mûri, avec qui elle pourrait désormais avoir de vraies conversations, de vrais échanges.
-Alors raconte moi un peu ce que tu fais de beau à Capeside !
-Comme tu sais là-bas il n’y a pas grand-chose à faire quand on est jeune mais j’y ai des amis formidables !
-Oui, ceux qu’il y avait à Thanks giving !
-Oui c’était eux.
-Je les ai trouvé très touchants, ce sont des jeunes biens et je suis contente qu’ils fassent partie de ta vie !
-Moi aussi ! A mon arrivée à Capeside j’étais surtout proche de Dawson.
-Et vous êtes sortis ensemble. Il me l’a dit.
-Ca ne m’étonne pas de lui ! déclara Jen. J’ai appris à connaître les autres petit à petit et quand j’ai commencé à les fréquenter je ne connaissais pratiquement rien à l'amour, ou à l'amitié. Grâce à eux, j'ai appris ce qu'étaient ces deux superbes choses.
-Moi aussi j’avais un groupe d’amis comme toi, à ton âge.
-Où ça, à Capeside ?
-Oui, j’ai été la première à partir faire ma vie, au début nous avions gardé le contact puis chacun a pris son chemin et avec le temps on s’est oublié ! Je me suis rendue compte par la suite que c’est important d’avoir ses propres amis, ne sous-estime pas ce privilège !

Jack abasourdi par la révélation de son père ne savais que penser, il restait là bouche bée, ses idées se bousculaient dans sa tête sans qu’il pu savoir exactement ce qu’il ressentait. Il n’arrivait pas à y croire, et en même temps il comprenait un peu mieux pourquoi son père avait réagit de la sorte : il n’avait pas de problème avec le fait d’avoir un fils homosexuel puisqu’il acceptait Tim tel qu’il était, mais il culpabilisait de n’avoir pas été assez présent, de n’avoir pas su donner assez d’amour à ses fils, d’où leur homosexualité. Mr Mac Phee avait la tête baissée, il avait peur de parler, ne savait pas comment agir. Si seulement il avait pu savoir ce qui se passait dans la tête de son fils il aurait pu trouver les bons mots à dire, le bon geste à faire. Néanmoins la meilleure chose à faire était le silence. Jack qui reprenait peu à peu ses esprits avait maintenant le sentiment de ne plus connaître son frère, d’avoir eu une fausse image de lui, il espérait que ce fut le seul secret qu’il eut. Le manque de son frère existait déjà, cependant il ne l’avait jamais ressenti aussi fort, et il pensa qu’accepter son homosexualité aurait été beaucoup plus simple s’il avait pu lui en parler.
Puis, plus désolé que jamais le père Mac Phee se fondit en excuses :
-Je suis désolé Jack, je n’ai pas pu te le dire avant, je ne savais pas s’il fallait, je ne savais pas comment. Et quand je te vois je ne peu m’empêcher de penser à ton frère…et je te demande pardon car je n’aurais jamais du réagir comme je l’ai fait, je n’aurais pas du faire de différence, j’espère que tu ne m’en veux pas te l’avoir dit…
-Ecoutes papa je ne t’en veux pas, tu as bien fait de m’en parler et je pense que c’était le bon moment…mais ça ne m’empêche pas d’être sous le choc.
-Je comprends, c’est normal, mais sache que…je…je t’aime mon fils.
A ces mots Jack leva la tête vers son père, les larmes qu’il avait réussi à retenir jusqu’à maintenant étaient devenues incontrôlables, et partaient en gros sanglots. Il quitta son fauteuil pour se jeter dans les bras de son père, et lui glissa à l’oreille d’une voix étouffée de pleurs « je t’aime aussi ».

Quand Pacey se réveilla les deux autres sacs de couchages étaient vides. Il se leva et remarqua un morceau de papier à ses pieds, juste devant le duvet de Joey. Il le saisit et le déplia, c’était un portrait qui lui rappelait quelqu’un…mais oui c’était bien son visage!
Tout à coup du bruit se fit entendre :
-Aïe ! Tu me fais mal Joey !
-Je fais du mieux que je peux et je peux pas faire plus doucement !
Alerté Pacey rangea le papier dans sa poche, et alla voir ce qui se passait dans la tente.
-Salut les amis, on dirait que ça ne va pas fort ! Lança-t-il tout en ouvrant la fermeture-éclair de la tente. Dawson était assis sur la glaciaire et joey lui mettait de la pommade sur la figure pour l’apaiser.
-Ah salut ! répondit Dawson qui n’était pas beau à voir !
En effet le pauvre s’était découvert une allergique aux piqures de moustiques.
-Qu’est-ce qui t’es arrivé ?
-C’est pas toi qui avait dit que les moustiques ne nous épargneraient pas, hé bien pour une fois tu avais raison ! intervint Joey.
-Depuis quand tu m’écoutes quand je parle ? ironisa Pacey.
-Très drôle, n’empêche qu’il va falloir qu’on rentre, il peut pas rester comme ça !
-Tout à fait d’accord ! acquiesça Dawson.
-Bon moi je vais ranger dehors après Joey tu m’aideras à plier la tente.
Pacey sortit, Joey et Dawson qui étaient restés à l’intérieur entendirent un bruit de voiture puis :
-Ah salut Doug, on dirait que tu ne peux pas te passer de moi !
-Si et j’aimerai bien justement et si tu pouvais arrêter de faire des bêtises ça m’aiderait !
-Tiens donc, et que nous vaut cet immense honneur ?
-Nous ? Qui est avec toi ?
-Dawson et Joey, dans la tente.
-Et on peut savoir ce que vous faites ici ?
-Comme tu vois nous faisons du camping, dans ce beau cadre!
-Oui et bien ce beau cadre comme tu dis, est aussi une propriété privée, un voisin vous a vu et nous a appelé. Alors va chercher tes copains, on va au poste !
Dawson et Joey qui avaient entendu la discussion sortirent de la tente.
-Oh non Dougie tu peux pas nous faire ça ! Surtout que ce pauvre Dawson n’est pas au mieux de sa forme, insista Pacey.
-Ah oui, je vois ça ! Bon allé rangez vos affaires et après on y va, Dawson je te ramène chez toi.
Dawson monta dans la voiture de Doug. Joey et Pacey remballèrent vite les affaires avec l’aide du shérif adjoint. Douglas ordonna aux « deux tourtereaux » de le suivre en voiture jusqu’au poste car ils ne pouvaient pas laisser la voiture là, et surtout il faudrait bien qu’ils rentrent chez eux après.
-Fais pas cette tête Joey, il n’y a rien de grave !
-Il n’y a rien de grave ! Non mais je crois rêver c’est pas possible ! C’est toi qui nous embarques dans cette galère, et tu me dis qu’il n’y a rien de grave !
-Mais quelle galère ! C’est pas ma faute s’il y a des moustiques et que Dawson est allergique !
-Je ne parle pas de Dawson là !
-Tu parles de quoi alors ?
-Eh bien ce week-end est une horreur ! Tu te rends comptes que c’est une propriété privée et que nous sommes en infraction !
-Mesdames et Messieurs Joey Potter la petite fille modèle a commis une infraction : elle a fait du camping dans une propriété privée ! Excuses moi mais comme délit il y a plus grave, ce n’est pas dramatique si une fois dans ta vie ce que tu fais n’est pas parfait !
-Oh mais tu oublies que c’est à cause de toi, c’est ta faute si on est venu ici !
-Ah oui c’est vrai, excuse moi d’avoir voulu passer du temps avec mes deux meilleurs amis ! C’est vrai que j’ai fait exprès de venir sur cette propriété privée, c’est vrai que mon seul but dans la vie est de gâcher l’existence de mes proches !... Je ne devrais même pas avoir à me justifier, crois ce que tu veux Potter.
Joey regrettait de s’être emportée, d’accord Pacey avait des tors, mais c’était quand même lui qui les avait réunis, et ce séjour hormis les moustiques, et la visite de Doug n’était pas si horrible que ça.
-Euh…excuse moi Pacey, je me suis emportée.
-C’est pas grave, mais six secondes ? Six ? Je veux dire, tu n’as pas de fierté ? Je pensais que tu t’excuserais au moins à huit !
Ils rigolèrent, puis Pacey se souvint de sa trouvaille du matin, il n’y avais aucun doute ça ne pouvait être que Joey qui en était l’auteur, sauf si chez Dawson les moustiques avaient en plus d’un effet allergique, une influence artistique ! Il ne résista pas à la tentation de lui en parler :
-Eh Potter, regarde ce que j’ai trouvé par terre ce matin !
-C’est quoi ?
-Ben je pense que tu pourras peut-être m’éclairer !
Il lui tendit la feuille, cette dernière la saisi et y jeta un coup d’œil, puis dans un rire forcé et gêné :
-Oh ça ! …C’est rien du tout…hum…hier soir je n’arrivais pas à dormir alors j’ai dessiné ça.
-Tu vas rire mais je trouve que ça me ressemble !
Elle paraissait encore plus embarrassée qu’avant :
-C’est vrai maintenant que tu le dis !
Son expression la trahissait, et elle comprit que Pacey ne la croyait pas une minute.
-Bon ça va, d’accord j’avoue c’est toi, mais te méprends pas, c’est juste parce que t’étais en face de moi, et dans la nuit j’avais pas trop de modèles, alors…
-Alors tu as dessiné mon visage angélique ! dit il d’un air narquois et en lui adressant un clin d’œil.
-Machiavélique correspondrait mieux !

Andie marchait dans les rues de Capeside, seule chez elle et ne sachant que faire, elle eut l’idée d’aller au cinéma même si le fait d’y être seule ne l’emplissait pas de joie, elle pensa que cela pouvait être propice à de nouvelles rencontres !
Il y avait peu de monde dans la salle, et elle remarqua facilement un jeune homme assis au cinquième rang, qui avait l’air d’être très charmant. Soudain il se tourna en direction d’Andie, et fit un large sourire comme s’il était content de la voir, surprise elle fit de même avant de voir une jeune fille passer à côté d’elle, pour rejoindre son copain qui n’était autre que « le bel inconnu ». Andie se sentie ridicule d’avoir été aussi naïve. La salle s’obscurcit et elle prit place sur le siège le plus proche. Le film commençait, Andie était tellement prise par l’histoire qu’elle n’avait pas entendu qu’un jeune homme lui demandait s’il pouvait s’assoire. Comme elle ne répondait pas il prit place à côté d’elle, pour s’en approcher :
-Excuse moi, mais tu attends quelqu’un ou je peux rester ?
-Non non, je suis toute seule ; dit-elle précipitamment sans quitter les yeux de l’écran. Puis réalisant qu’elle n’avait même pas vu à qui elle s’adressait elle tourna la tête. C’était un jeune homme encore plus charmant que le précédent, il se sentit observé et la regarda à son tour. Elle lui tendit la main en déclarant :
-Andie !
-Eric ! Dis moi ça fais longtemps que le film a commencé ?
-Non, depuis cinq ou dix minutes, mais tu as raté un passage très drôle !

Jen et sa mère étaient maintenant au centre commercial. Hélène essayait des pantalons pendant que sa fille regardait des T-shirt. Cette dernière aperçut dans un rayon un de ses ex.
-Salut Allan ! Alors qu’est-ce que tu deviens ?
-Oh Jennyfer Lindley, voyez-vous ça ! Tu t’ennuies du couvent ? C’est normal vu ta personnalité !
-Vu ma personnalité ?
-Oui tu sais, on ne peut pas dire que tu sois très chaste !
-Oh je vois, mais j’ai changé, et apparemment ce n’est pas ton cas ! Heureuse de t’avoir revu, ma mère m’attend ; Répliqua-t-elle sèchement.
-En tout cas si jamais tu changes d’avis, tu sais où me trouver !
Il lui prit la main et Jen excédée lui mit une giffle en disant sur le bout des lèvres « tu me dégoûtes ! » et elle alla retrouver sa mère.

A la fin du film, Eric invita Andie à boire un café, celle-ci accepta.
-Alors dis moi Eric qu’est-ce que tu viens faire à Capeside ?
-Je suis venu passer quelques jours chez ma tante. Toi je parie que tu habites ici !
-Oui, et tu fais quoi dans la vie ?
-Je suis pompier.
-Oh pompier ! Ca c’est un beau métier !
-Merci.
Andie se sentait bien avec lui, ce jeune homme lui plaisait beaucoup et ça avait l’air réciproque. Ils discutèrent longuement comme s’ils étaient des amis de longue date, et s’aperçurent de l’heure quand le téléphone portable d’Eric sonna. Puis précipitamment il balbutia :
-Bon je dois y aller, désolé, en tout cas j’ai passé un bon moment avec toi !
-Moi aussi ! Tu crois qu’on pourrait se revoir ?
-Euh…demain oui, après je rentre chez moi.
-C’est parfait alors on se retrouve, disons ici vers deux heures !
-Ca marche, alors à demain !
Au moment de partir Eric s’approcha d’Andie et lui donna un tendre baiser.

-J’arrive pas à croire que je suis coincée ici avec toi!se plaignait Joey.
-Si tu crois que ça m’enchante, tu te mets le doigt dans l’œil ! Mais pourquoi je suis pas allergique aux piqûres de moustiques moi aussi, ça m’aurait évité la garde à vue comme notre ami Dawson !
Doug qui s’avançait vers leur « cage » s'écria :
-J’ai une bonne nouvelle pour vous !
-Ah enfin !se réjoui Pacey.
-Voici un nouveau compagnon de chambre !
La déception était totale, et Drue fit son entrée.
-Oh non pas lui ! lâcha Joey dépassée par les évènements.
-T’inquiète on en a pas pour longtemps; répondit Pacey tout en la prenant dans ses bras.
-Alors les jeunes on s’amuse ! lança la nouvelle recrue
-Qu’est-ce que tu fais là ?interrogea Pacey
-Détention de substances illicites.
-C’est bizarre ça ne m’étonne pas !rétorqua Joey.
A la seconde qui suivit Doug rappliqua de nouveau et cette fois-ci les fit sortir :
-C’est bon j’ai signé votre décharge vous pouvez partir, mais faites attention où vous mettez les pieds la prochaine fois !
-Oh vous me quittez déjà ! Vous ratez quelque chose là, je suis sûre qu’on se serait bien marrés ! Ironisa Drue.
Dans la rue Joey regardait quelqu’un fixement, elle n’était pas sûre de reconnaître la personne, et Pacey qui suivait son regard se demandait pourquoi elle le fixait autant ce qui ne lui plaisait pas du tout, quand elle l’interpella :
-Collin ?
La personne se retourna :
-Joey ! Toujours aussi belle !
-Alors qu’est-ce que tu fais de beau ?
-Je suis venu passer un week-end ici, loin des soucis de la ville !
Ce certain Collin qu’il ne connaissait même pas énervait quelque peu Pacey, de quel droit parlait-il à Joey !
-Tu me présentes pas, dit ce dernier en s’avançant.
-Oui c’est vrai, Collin voici Pacey, c’est un ami.
Ils se serrèrent la main.
-Ca te dirait de poser pour moi encore ? J’aurais besoin de tes services !
-Avec plaisir !
-Bon là je peux pas, mon copain m’attends, mais demain t’as quelque chose de prévu ?
-Non rien.
-On se retrouve au même endroit que la dernière fois vers 11h00 ?
-Ok, à demain.
-A demain, bye !
Joey affichait à présent son air rêveur en regardant s’éloigner le photographe.
-C’est qui ce type ?
-Un photographe que j’avais rencontré à la foire. On avait sympathisé et j’ai posé pour lui, c’était vraiment bien ! J’ai hâte d’être demain !
-Ouais bien tu n’iras pas seule ! Je tiens à venir avec toi, je ne connais pas ce Collin, et j’ai pas confiance !
-Si ça peut te faire plaisir, mais à une condition !
-Laquelle ?
-Essaye d’être gentil avec lui et de te faire discret !
-Promis j’essayerai.

Jack et son père avaient passé le reste de l’après midi à parler de choses et d’autres, se découvrant des points communs. Petit à petit une complicité naissait entre eux, c’était le début d’une belle relation père-fils. Au moment du dîner Mr Mac Phee demanda à son fils de fermer les yeux, il en profita pour lui mettre au poignet une gourmette en argent. Lorsque Jack ouvrit les yeux, il pu admirer le cadeau de son père, son bracelet lui plaisait beaucoup.
-Regarde j’y ai même fais inscrire ton prénom.
-Ah oui ! Elle est superbe papa ! Merci, ça me fait très plaisir !
-A table maintenant !
Jack passait un superbe séjour avec son père, les émotions de la matinées n’étaient plus q’un souvenir, à présent il profitait à fond de ce moment de bonheur qu’il avait tant attendu.

Le même soir, Jen et sa mère avaient loué une vidéo dans le club du centre commercial, mais épuisées par leur journée elle s’endormirent toutes les deux devant le film. Au petit matin quand Jen ouvrit les yeux une bonne odeur de pan cakes enivrait la maison.
-Je vois que tu as fais des progrès en matière de cuisine !constata-t-elle en entrant dans la cuisine.
Sa mère eut pour réponse un large sourire.
-Tu as bien dormi ?
-Très bien !
-Tant mieux, voila ton petit déjeuner est servi, bon appétit !
-Et le tien il est où ?
-Moi j’ai déjà mangé, alors tu prends ton temps pour déjeuner, et te préparer pendant que moi je vais faire quelques course, je sais que ce n’es pas trop le moment mais avec le travail je n’ai pas pu faire autrement !
-C’est pas grave, je comprends.
Suite à un bref passage à la salle de bain pour se faire une beauté, Hélène quitta la maison.
Jen resta un moment interdite, elle regardait cette maison où elle avait grandi l’air absent, se replongeant dans ses souvenirs. Mais l’odeur irrésistible de son repas la ramena à la réalité et elle s’empressa de répondre aux attentes de son estomac, qui gargouillait de plus en plus fort.

Andie se rendit sur le lieu de son rendez-vous fixé la veille, et cela faisait plus de trois quarts d’heure qu’elle patientait sans la moindre apparition d’Eric. Patiente jusqu’à une certaine limite, elle marcha en direction des boutiques dans l’intention de se faire un petit cadeau histoire de compenser un peu sa déception. Elle atteignait sa boutique de vêtements préférée quand elle s’arrêta subitement de marcher. Elle se tenait immobile, sauf son pied gauche dérivait de côté, puis elle le plaqua au sol, et se baissa pour ramasser un billet de 50 $ ! Andie ne pensais plus du tout à Eric, et en apercevant au bout de la rue un tabac presse elle eut l’idée d’acheter un billet de loterie, après tout c’était peut-être son jour de chance !
Hystérique elle ressortit le ticket à la main, maintenant il ne lui restait plus qu’à attendre le tirage dans la soirée…


Pacey passa prendre Joey, il l’a trouvait de plus en plus belle, et ils regagnèrent la salle où Joey était déjà venue se faire photographier.
-Salut Joey ! Ca va ?
-Ca va bien !
-Ah ! Je vois que ton ami Pacey est venu aussi ! Salut ! Tu vas bien !
-Ca peut aller !
-Bon alors les tenues sont sur le portant dans la salle à côté, tu peux te changer là-bas.
-D’accord j’y vais !
Joey sortit, puis revint précipitamment :
-euh, je mets quoi en premier ?
-Ce qui te plait le plus.
-Entendu !
Elle disparut de nouveau et Collin entama la conversation :
-Ca fait longtemps que tu la connais ?
-Ouais depuis l’école maternelle !
-Ah oui en effet ! La séance que j’avais faite avec elle était super, les photos étaient très réussies, elle a un physique magnifique !
-Tout a fat d’accord.
-Pacey, j’aurais besoin de toi trente secondes !
-Oui pour quoi faire ?
-Tu peux aller te mettre sous les projecteurs pour voir si la lumière est bonne !
Pacey s’exécuta, et Collin pu régler les projecteurs :
-Tu sais que tu es très photogénique ?
-Qui ça ? Moi ? C’est bien la première fois qu’on me le dit !
Joey arriva, elle avait revêtu une robe légère et décolletée, aux couleurs printanières. Cependant les deux garçons ne l’avaient même pas remarquée et continuaient leur discussion :
-Ca te dirait de poser avec Joey ? Vous allez bien ensemble !
-Oui, pourquoi pas !
Cette dernière toussota pour marquer sa présence.
-Très belle cette robe !
-Merci Collin ! Euh Pacey je peux te parler un instant !
Tout en l’entraînant dans la pièce à côté, furieuse :
-Alors c’était pour ça que tu voulais m’accompagner !
-Qu’est-ce que tu veux dire par « ça » ?
-Tu sais très bien ce que je veux dire !
-Ah non là je suis désolé mais j’ai bien peur de ne pas te suivre !
-Soit disant c’était parce que tu n’avais pas confiance en Collin !
-Oui, et c’est uniquement pour ça que je suis venu ! Mais qu’est ce que tu vas imaginer Potter ?
-Moi je n’imagine rien, j’ai juste vu que tu te mettais en avant, comme toujours !
-Mais je ne me suis pas mis en avant !
-Et pourquoi je te retrouve sous les projecteurs ?
-Parce qu’une fille hier m’a demandé d’être gentil avec son photographe, qui juste à l’instant vient de me demander mon aide pour savoir si les projecteurs étaient bien réglés ! Et si on parlait un peu de toi, j’ai bien vu comment tu le regardes, et je comprend mieux pourquoi tu n’es pas contente que je sois là, t’aurais aimé être seule avec lui !
-Tu ne sais même pas de quoi tu parles ! Collin est homosexuel ! Et tu me fais une scène de jalousie comme si on été ensemble ! Qu’est-ce qui te prend Pacey ?
Très surpris par ce qu’il venait d’entendre Pacey garda le silence quelques secondes :
-Bon d’accord je me suis peut-être emporté, mais avoue que tu m’as sauté dessus sans aucune vraie raison !
Collin qui était pressé par le temps vint les rappeler à l’ordre :
-C’est bon, on peut y allé ?
-Oui, oui on arrive.
-Pacey, vu que tu es dans la bonne salle profites en pour te changer, et mets quelque chose de léger pour être assorti à la miss.
Collin et Joey commencèrent la séance. Puis Pacey arriva habillé d’un jean clair et d’un débardeur blanc.
-Super les tenues !félicita Collin ; Allé Pacey viens on vas continuer avec vous deux ! Tu vas enlacer Joey comme si vous étiez un couple, faites comme si vous étiez amoureux…
La séance continua dans cette optique là, au début Pacey et Joey étaient distants puis au fil du temps on aurait pu croire à un vrai couple, d’un côté c’était presque la réalité…

Mr Mac Phee avait passé un très bon moment en compagnie de son fils, et cela l’encourageait à le voir plus souvent. Mais c’était le moment du retour, et jusqu’à la dernière minute ensemble ils parlèrent et rigolèrent. Lorsqu’ils eurent atteint la maison, la nuit tombait doucement sur Capeside, et les deux hommes se quittèrent après s’être pris dans les bras l’un de l’autre, ensuite Jack, avant de refermer la portière de la voiture lui dit : « Au revoir Papa, appelle de temps en temps ! ».
Il n’était pas encore rentré dans la maison qu’il entendait de la musique, et une fois à l’intérieur il comprit ce qui se passait : Jen était revenue de New York et passait la soirée avec Andie.
Elles avaient mangé et pour soit disant mieux digérer elle faisaient de l’exercice, autrement dit une bataille de polochons sur fond musical. Ce « sport » très dangereux manqua d’assommer Jack qui les regardait depuis le couloir et n’avait pas vu le coup arriver.
Puis tous trois se racontèrent leur séjour, Jack montra avec fierté sa gourmette, Jen ses achats au centre commercial, et Andie ses emplettes et son billet de loterie. Ce qui lui rappela que le moment du tirage était dans moins d’un quart heure.
-Je suis vraiment content, s’extasia Jack, je ne pensais pas que ça allait être aussi détendu entre nous ! Et avec ta mère alors, ça s’est passé comment ?
-Au début c’était un peu froid, mais ça s’est vite déridé, et on a bien rigolé ; elle a beaucoup changé depuis Thanks Giving, elle est plus épanouie et moins coincée, je pense savoir pourquoi !
-Ah oui ? Raconte !
Andie raffolait des petits potins et se doutait de ce qu’allait dire son amie.
-Je pense qu’elle a un amant ! Ce matin elle m’a laissée seule à la maison pour faire des courses, quand le téléphone a sonné, c’était un homme qui me demandait si c’était bien Hélène et il avait l’air très surpris quand j’ai dit que c’était sa fille, il était très gêné, puis il s’est excusé et a raccroché !
Jen narrait son histoire avec un certain amusement.
-Et t’en penses quoi, toi ? Questionna Jack.
-Oh moi tu sais leurs histoires de couples ne me regardent pas, mais je dois quand même avouer que ça ne m’étonne pas ! Je la comprends, mon père est souvent en voyage, et on ne peut pas dire qu’il soit du genre romantique quand il est là, alors ça devait arriver ! C’est quand même bizarre que je n’arrive pas à éprouver de peine pour lui !
Andie tourna machinalement la tête vers la télé et s’écria :
-Chut ! C’est le tirage !
Elle monta le son presque à fond, et ouvrait de grands yeux. Sur l’écran la présentatrice énonçait des numéros. Déçue de voir qu’elle n’en avait aucun Andie faillit éteindre le téléviseur, quand elle entendit les deux derniers numéros qu’elle avait. Elle ne sauta pas de joie, mais un sourie se lut sur son visage, ce n’était pas la grande cagnotte mais c’était peut-être le début de la fortune…

Le lendemain au lycée, les six amis prenaient leur repas ensemble. Pourtant il y avait comme un mal aise qui pesait, en effet Jack n’avait pas encore osé avouer la révélation de leur père, et Dawson n’était pas au courant de la séance photo de Joey et Pacey ce qui les rendait nerveux. L’arrivée de Drue à leur table n’arrangea pas les choses :
-Salut les amis ! Alors comment ça va aujourd’hui ?
Personne ne lui répondit.
-Ah ! Vous en faites une tête ! Qu’est ce qui vous arrive ?
-Drue, je vais te le dire le plus gentiment possible. Fiche le camp ! Dit Jen sèchement.
-Quel agressivité, ironisa-t-il, Joey ma puce on se voit ce soir au Yatch club, n’est-ce pas ? dit il en prenant un accent bourgeois.
Joey eut pour réponse une grimace, puis une fois qu’il fit partit :
-Il est exaspérant !
-Ca tu l’as dit, et encore tu ne le connais que depuis cette année, tu imagines un peu mon calvaire !
Cette petite visite avait un peu détendue l’ambiance, et ils entamèrent la conversation.
Après le repas ils dispersèrent chacun de son côté, sauf Joey qui rattrapa Pacey :
-Regarde ce que Collin m’a glissé dans la boîte aux lettres ce matin !
Elle lui tendit une enveloppe dans laquelle se trouvaient deux photos, une où Joey était seule, et l’autre où ils étaient face à face et collés, comme s’ils allaient s’embrasser.
Il n’y avait pas à dire, ces photos étaient magnifiques. Pacey s’admirait :
-J’ai du mal à croire que c’est moi sur cette photo !
-Tu crois qu’on devrait le dire à Dawson ?
-Je ne sais pas, mais cette histoire me met mal à l’aise !
-Oui moi aussi !
-Je pense qu’on ferait mieux de le lui dire car il verra qu’il n’y a aucune ambiguïté.
-Oui, c’est vrai tu as raison, aucune ambiguïté, répéta Joey.
Dawson arriva à ce moment là :
-Qu’est-ce qui n’a aucune ambiguïté ?
-La relation amicale de joey et moi !; Dawson les dévisagea ; ben oui hier on a revu un ami de joey un photographe et on a fait une séance avec lui. Regarde.
-Depuis quand tu as un ami photographe que Pacey connaît et pas moi ?
-Je l’avais rencontré à la foire, l’année dernière, et Pacey a fait sa rencontre hier après que tu sois rentré chez toi !
Il jeta un coup d’œil aux photographies :
-Elles sont très réussies, pour un peu on croirait que vous êtes ensemble ! s’exclama-t-il en pouffant.
Cette réflexion provoqua un sourire forcé chez Joey, et un petit rire nerveux chez Pacey, ils ne savaient pas pourquoi ils réagissaient comme ça, et cela les énervait.

Jack attendit d’être chez lui avec sa sœur pour lui parler de ce que leur père lui avait révélé :
-Andie, tu sais papa avait quelque chose à me dire ce week-end.
-Ah oui c’est vrai, et alors ?
-Eh bien ça concerne Tim…il m’a dit que lui aussi était homosexuel.
Andrea qui affichait un petit sourire, eut maintenant une mine déconfite.
-Mais…mais…comment il l’a su ? Et Tim, il nous l’aurait dit, tu ne crois pas ?
- Tim l’a découvert quelques mois avant sa mort, et papa le taquinait souvent avec les filles, quand un jour il a craqué et lui a tout dit. Papa ne l’a pas mal pris mais il culpabilisait un peu. Et Tim ne nous l’a jamais dit car il n’a pas eu le temps de s’assumer tel qu’il était.
-C’est bizarre je ne sais pas comment le prendre ; dit-elle sous le choc, d’un côté ça me bouleverse de ne pas l’avoir su, de ne pas avoir pu l’aider, et d’un autre côté j’ai l’impression que ça me rapproche de lui de savoir que sa vie n’a pas été parfaite, qu’il a lui aussi eu des doutes, des angoisses.

Joey enjamba la fenêtre de la chambre de Dawson, ce dernier lui sourit :
-Ah Salut Joey !
-Salut ! Alors tu fais quoi ?
-J’étais en train de réfléchir à un nouveau script.
-Et ça donne quoi ?
-Pour l’instant rien, mais je cherche !
-Tiens, je voulais te donner ça.
Elle lui tendit sa photo, celle que Collin avait pris.
-Oh merci ! Elle est superbe !
Il la posa sur sa table de nuit et elle s’assit à côté de lui, sur son lit quand Pacey entra :
-Voila j’ai apporté la cassette, et le reste de shamallows !

Le même soir chez Jen, c’était l’anniversaire de Grams, après un bon repas Jen sortit le gâteau et deux cadeaux :
-Il y en a un de ma part, et un de la part de maman.
Evelynn prit d’abord le plus petit paquet, qui était celui de sa petite fille :
-Oh merci, elles sont magnifiques ces boucles d’oreilles !
-De rien grand-mère, et encore ce n’est pas grand-chose !
-Ne dis pas ça Jennyfer, un cadeau qui vient du cœur a une très grande valeur !
Elle s’apprêtait à ouvrir le second paquet quand le téléphone sonna :
-Oh Hélène, merci ! J’allais justement ouvrir ton paquet ! Regarde Jennyfer ta mère m’a offert une boîte à musique !Merci beaucoup Hélène !...Oui…Oui…mais ne pleure pas ma chérie !
Jen qui écoutait sa grand-mère ne comprenait plus rien à la conversation.
-Oui bien sûr, avec plaisir, cela te fera le plus grand bien ! D’accord ma chérie, alors à demain !
Grams raccocha, l’air grave.
-Qu’est-ce qui se passe grand-mère ?
-Ta mère a demandé le divorce, elle a un amant, et elle m’a demandé à venir s’installer à la maison…

Dawson, Pacey et Joey passèrent la soirée à regarder des vidéos, puis Pacey raccompagna Joey:
-Voila, on est arrivé Potter!
-Oui, bon alors à demain au lycée...
-Oui à demain, dit-il hypnotisé pas les lèvres de son amie.
Il s'approchait lentement d'elle quand Bessie sortie de la maison intriguée par le bruit de la voiture de Pacey. Cela coupa le jeune homme dans son élan, Joey troublée et embarassée sortit en quatrième vitese de la voiture.

Andie et Jack palèrent de la révélation, puis de leur frère, ils se rappelèrent des souvenirs, des anecdotes. La soirée était très émouvante pour eux, il n'avaient encore jamais parler de Tim aussi ouvertement, et cela les aida beaucoup à tirer un trait sur le deuil de leur frère.

Jen était tout à fait d'accord avec l'initiative de sa grand-mère, à savoir d'héberger Hélène. Elle se languissait même le lendemain pour la voir et parler avec elle de ce qu'elle traversait en ce moment. Et en plus c'était une bonne occasion de passer du temps avec sa mère et de se rapprocher d'elle.

Les deux jours que nos six amis avaient passé avaient eu des conséquences importantes, décidément ils avaient bien vécu un week-end mouvementé...



Avis du jury:
Pour moi ton histoire n'est pas complète, tu as un peu vite expédié la fin...dommage J'ai beaucoup aimée la réconciliation de jen et de sa mère par contre le fait que jack et tim soient gay m'a parru assez étrange mais bon pourquoi pas!!
Continue et n'hésite pas à bien développer ton histoire.
Searecha
Ecrit par searecha 
Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Hypnotic (11:04)

Chrismaz, merci d'utiliser la room HypnoPromo pour ce type d'annonce.

chrismaz66 (12:00)

Ah ok c'est pour toutes les news de nos quartiers? J'avais pas compris, c'est noté oopsie

emeline53 (13:02)

Super, merci pour ce nouveau topic !

Sonmi451 (21:47)

Alors y a du monde dans le coin?

Hypnotic (22:35)

Yes !

Hypnotic (22:47)

Pas tant de monde en fait

Titepau04 (22:56)

Moi je vais me coucher!!! ^^

arween (22:57)

Soirée koh Lanta donc non pas là

Sonmi451 (10:23)

Raaa désolé pour hier soir, je suis partie. Première maladie de bébé.

Sonmi451 (10:24)

Mais là si y a du monde, je suis preneuse d'une discussion diverse et varié. ^^

Sonmi451 (10:26)

On peut parler de noel, vous en êtes où dans vos achats? ^^

Titepau04 (10:27)

Bonjour!!

Sonmi451 (10:27)

Hello titepau!

Titepau04 (10:27)

J'ai pas commencé grand chose... et toi?

Sonmi451 (10:28)

Moi si ça va, j'ai avancé d'un seul coup cette semaine. ^^

Sonmi451 (10:28)

Il me reste l'homme et mon grand.

Sonmi451 (10:28)

Et tu as commencé les décos?

Titepau04 (10:29)

C'est cool ça!!!

Titepau04 (10:29)

Non... non plus!!! Faut que je m'y mette !!!

Sonmi451 (10:31)

Moi je commence tout juste et maintenant que j'ai un balcon, faut que je trouve aussi ce qu'il faut pour le décorer. ^^

Titepau04 (10:32)

Ahah!! Ça fait encore plus de travail

Sonmi451 (10:33)

c'est ça, je pense prendre une guirlande électrique et un père noel qui monte me rendre visite. ^^

Sonmi451 (10:33)

et sinon tu as attaqué l'hypnonoel?

Titepau04 (10:38)

Ah j'aime pas ça.... on dirait qu'il est pendu le pauvre père Noël....

Titepau04 (10:38)

Oui j'ai commencé!! Et toi?

Sonmi451 (10:39)

Non c'est une echelle pour celui que j'ai vu. ^^

Sonmi451 (10:40)

Non moi pas encore, je sais pas si je vais trouver du temps. Tu as bien avancé sur cette animation toi?

Titepau04 (10:41)

J'en suis à 30 questions

Sonmi451 (10:42)

Ha ouais pas mal! Tu me donneras tes paquets cadeaux

Titepau04 (10:42)

Ah non mais non!!! Dis donc!!! ^^

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play