VOTE | 148 fans |

Amitié ou amour ?

L’histoire de déroule pendant les vacances après leur première année d’université. Pacey et Joey sont les meilleurs amis du monde et ils ne sont jamais sortis ensemble bien que Pacey éprouve plus que de l’amitié envers elle. Dawson quant à lui en veut à Pacey d’éprouver ce genre de sentiments pour Joey.
Ils se retrouvent tous à Capeside pour passer la fin de leurs vacances.


Assis sur un banc, il repensait à ce qu’il l’avait amené ici. Devait-il franchir cette porte ? Devait-il lui dire ? Tout c’était bien passé jusqu’alors, pourquoi vouloir tout changer en révélant ce qui ferait mieux de rester secret. Parce qu’il le fallait tout simplement soupira t-il… Lentement il se leva et marcha jusqu’à la maison qu’il connaissait tant. Une fois devant la porte il respira un grand coup et toqua légèrement.
Après quelques instants de silence, quelqu’un vînt lui ouvrir la porte.
Pacey : Bonjour, dit-il timidement.
Joey : Bonjour, répondit-elle froidement.
Pacey : Je peux entrer ?
Joey : Oh mais je t’en prie, dit-elle en s’effaçant pour le laisser entrer.
Pacey : Tu m’en veux, n’est-ce pas ? l’interrogea t-il devant son air renfrogné.
Joey : T’en vouloir ? Mais pourquoi, il y a une raison ? demanda t-elle sur un ton ironique.
Pacey : Ouais tu m’en veux, conclut-il.
Joey hocha la tête en signe d’affirmation.
Pacey : Bon, se lança t-il. Si je suis venu te voir, c’est justement pour m’excuser, commença t-il. Je suis vraiment désolé de m’être fâché contre toi l’autre jour. Je regrette.
Joey : Continues, dit-elle d’un air détaché.
Pacey : Je t’ai dit des choses horribles, affreuses, méchantes et je m’en veux énormément. Surtout que je n’en pense pas un mot. J’ai dit cela sous le coup de la colère. Je m’en suis pris à toi alors qu’il y avait vraiment aucunes raisons. Voilà.
Joey : Bien.
Pacey : Tu me pardonnes ? demanda t-il en faisant une petite moue.
Joey : Bien sur, le rassura t-elle en souriant. Tu étais déjà pardonné de toute façon.
Pacey : Alors mes excuses n’ont servi à rien ?
Joey : Non mais ça fait toujours plaisir à entendre.
Pacey : Tu es une manipulatrice Joey, dit-il en souriant.
Joey : Je sais ! C’est l’une de mes grandes qualités !
Pacey : Ouais c’est ce qui fait ton charme, lâcha t-il d’un trait sans s’en rendre compte.
Joey : Merci, répondit-elle gênée. Euh, tu avais autre chose à me dire, demanda t-elle pour changer de discussion.
Pacey : A vrai dire oui ? Je voudrais te dire la raison pour laquelle Dawson et moi sommes fâchés et qu’il ne m’adresse plus la parole.
Joey : Non Pacey c’est pas la peine de me dire pourquoi vous êtes fâchés lui et toi ? Tu avais raison l’autre jour ça ne me regarde pas.
Pacey : Au contraire Joey, tu es la raison principale de cette dispute, avoua t-il près à lui révéler toute la vérité.
Joey : Comment ça ? demanda t-elle perdu.
Pacey : Bon allez je me lance, commença t-il plus mal à l’aise que jamais. Tous les trois on se connaît depuis tout petit, on est ou on était les trois meilleurs amis du monde. Mais Dawson et toi avait toujours eu une relation à part. Vous avez déjà été plus que des amis et même cette année vous avez fait une rechute en quelque sorte, enfin c’est surtout Dawson qui l’ai faîtes. Alors que entre toi et moi il n’y a jamais eu d’ambiguïté, on a toujours été que des amis, de très bons amis toujours là pour consoler l’autre et cette année on a passé beaucoup de temps ensemble même si nos vies ont pris une tournure différente et j’adore vraiment passé du temps avec toi…
Joey : Pacey, coupa t-elle. Je comprend rien à ce que tu me racontes là. Va droit au but, le supplia t-elle par un regard apeuré.
Pacey : Bien. Alors si… si … si je… non enfin si on… si je suis… je veux dire si on est… bafouilla t-il.
Joey : Pacey, dit-elle le plus calmement possible. Calme-toi et dis-moi ce que tu as à me dire.
Pacey respira un grand coup puis lâcha d’un trait :
Pacey : Si Dawson et moi sommes fâchés, si Dawson m’en veut, c’est parce que je lui ai avoué que j’avais des sentiments à ton égard.
Joey : Des sentiments, répéta t-elle surprise et désorienté.
Pacey : Oui des sentiments. De très forts sentiments.
Joey : Qu… quels genres de sentiments ? demanda t-elle apeuré.
Pacey : Un peu le genre de sentiments que Dawson et toi avaient déjà éprouvé l’un pour l’autre, répondit-il avec une pointe d’amèrement dans la voix.
Joey : Je… je comprends pas.
Pacey : C’est faux. Tu as parfaitement compris ce que je viens de te dire.
Joey : Oui j’ai compris, souffla t-elle après avoir réalisé.

Gale et Dawson attendait impatiemment l’arrivée de Jen, Jack et Grams à la gare de Providence. En effet ceux-ci venaient passer le dernier mois de vacances à Capeside à l’auberge des sœurs Potter. Il avait été annoncé que le train en provenance de Boston aurait 30 minutes de retard. Après cette attente le train arriva enfin en gare. Ils partirent à leur rencontre.
Dawson : Laissez moi vous aidez, dit-il à l’intention de Gram qui descendait du train avec une valise.
Gram : Oh Dawson ! Merci beaucoup.
Dawson: De rien. Bonjour.
Jen : Dawson ! s’exclama t-elle en sortant du train et en se jetant dans ses bras.
Dawson : Oh là, doucement Jen. Salut Jack !
Jack : Salut Dawson. Bonjour madame Leery.
Gale : Bonjour Jack.
Les effusions furent nombreuses jusqu’à ce qu’ils arrivent à la voiture.
Gale : Vous savez vous auriez très bien pu passer votre séjour à la maison. Il y aurait eu de la place pour vous, dit-elle à l’intention de Madame Ryan pendant qu’ils étaient en route.
Gram : Je n’en doute pas mais je ne voulais en aucun cas vous ennuyer.
Gale : Ca ne m’aurait pas déranger du tout, bien au contraire !
Dawson : Ne t’en fais pas maman ils seront très bien chez Bessie.
Gale : Oui je sais. Mais disons que ça m’aurait fait une distraction. Parce qu’entre une petite fille d’un an et un grand garçon de 19 ans que je voie en coup de vent entre deux rendez-vous à Hollywood, ces distractions ne sont pas nombreuses.
Gram : Je m’en doute.
Dawson : Tu exagères un peu pour les rendez-vous à Hollywood, rigola t-il.
Jen : Mais non Dawson, ta maman a raison ! Tu es beaucoup trop modeste avec toi même, se moqua t-elle gentiment.
Dawson : Oui je sais, je sais.
Gale : Oh Dawson peux tu t’arrêter ici s’il te plaît ? Il faut que j’aille voir le père Benoît.
Dawson : Bien sur. Mais pourquoi dois tu aller le voir ?
Gale : J’y vais régulièrement. Nous sommes devenus amis. Il a été d’un grand soutien auprès de moi après la mort de Mitch.
Un silence s’installa dans la voiture.
Gram : Puis-je venir avec vous Gale ? J’aimerais beaucoup revoir le père Benoît.
Gale : Oui bien sur.
Dawson : Très bien. J’accompagne Jen et Jack chez Joey et je vous rejoint à la maison.
Gale : D’accord. A tout à l’heure.
Gram et elle s’éloignèrent avant que Dawson ne redémarre la voiture.
Jack : Alors vieux comment ça va ?
Dawson : Ca va.
Jen : Hollywood ne t’es pas encore monté à la tête ?
Dawson : Pas pour l’instant ! J’ai encore les pieds sur tête.
Jen : C’est rassurant ! Et comment vont Joey et Pacey ?
Dawson : Joey va bien. Son père est en liberté conditionnelle depuis deux semaines et elle essaye d’en profiter au maximum et d’avoir confiance en lui même si c’est assez dur.
Jack : Oui ça doit pas être facile. Il l’a déjà déçu deux fois.
Jen : Ouais. Et Pacey ?
Dawson : Pacey je n’en sais rien et pour tout dire je m’en fous, déclara t-il froidement.
Cette déclaration ne laissa suite à aucunes autres remarques de la part de Jen et jack.

Jen, Joey, Jack et Dawson avaient passé la soirée ensemble dehors. Une certaine tension s’était installé entre Joey et Dawson ce qui n’échappa pas à leurs deux amis, surtout à Jen qui voyait bien que Joey avait la tête ailleurs.
Vers 1 heure du matin, Jen rejoignit Joey dans la cuisine qui buvait un chocolat chaud.
Jen : Tu ne dors pas ?
Joey : Oh c’est toi, sursauta t-elle. Tu m’as fait peur.
Jen : Désolé, dit-elle en s’asseyant à ses cotés.
Joey : Ce n’est rien. De toute façon je suis habitué à avoir des surprises aujourd’hui, avoua t-elle le regard absent.
Jen : Pourquoi ? Que s’est-il passé aujourd’hui ?
Joey : Si tu savais.
Jen : Oh mais je vais bientôt le savoir, dit-elle en souriant. Puisque que tu vas tout me raconter.
Joey : Tu crois ça ?
Jen : J’en suis certaine. Alors que se passe t-il ?
Joey : J’ai un problème avec Pacey, avoua t-elle.
Jen : Quel genre de problème ?
Joey : Le genre de problème qui va certainement changer pas mal de choses entre lui et moi.
Jen l’interrogea du regard.
Joey : Je crois que… que Pacey est amoureux de moi, lâcha t-elle.
Jen : Tu crois ou tu sais ?
Joey : Je sais.
Jen : Et comment le sais-tu ?
Joey : Il me l’a avoué aujourd’hui. Enfin il m’a dit qu’il avait le genre de sentiments que Dawson et moi avons déjà eu l’un pour l’autre. Ca veut tout dire.
Jen : Oui ça veut tout dire.
Joey : T’imagines même pas ma surprise. Je croyais faire un cauchemar !
Jen : Ou un rêve, dit-elle calmement.
Joey : Ca se rapprochait plus du cauchemar crois-moi, affirma t-elle au bord des larmes.
Jen : Ouais peut-être.
Joey : Pourquoi n’as tu pas l’air plus surprise que ça ?
Jen : Peut-être parce que je le savais, avoua t-elle timidement.
Joey : Tu le savais ? répéta-elle hébétée.
Jen : Oui. Enfin je m’en doutais. Tu sais il n’est pas difficile de lire dans les yeux de Pacey.
Joey : Alors pourquoi n’est-je rien vu venir ?
Jen : Peut-être parce que tu ne voulais pas y voir venir même si au fond tu le sentais.
Joey sembla réfléchir au propos de son amie.
Joey : Que vais-je lui dire en le revoyant demain ? se demanda t-elle stressé.
Jen : Tu trouveras, la rassura t-elle. Tu trouveras.

Le lendemain matin Joey se réveilla de bonne heure. Elle n’avait pas réussi à dormir de la nuit. Elle n’avait fait que penser à Pacey. Elle avait toujours du mal à croire qu’il puisse avoir des sentiments amoureux à son égard. Comment cela avait t-il était possible ? Elle qui l’avait toujours considéré comme son meilleur ami, son grand frère et rien d’autre. Maintenant elle aussi commençait à se poser des questions sur ce qu’elle ressentait pour Pacey. Dans quelques heures elle se trouvera face à lui, que lui dirait-elle ? Cette question la tourmenta.
Gale avait invité toute la petite troupe de Capeside à venir déjeuner chez elle. Joey, Jen, Jack et Alexander étaient sur le point de partir.
Joey : Bon ben on y va, dit-elle à l’intention de sa sœur, de son père et de Bodie. Vous nous rejoignez chez Dawson dans une demi-heure ?
Bessie : Bien sur.
Mike : Je ne suis pas sur de venir avec vous, avoua t-il doucement.
Bessie : Pourquoi ça ?
Mike : Je ne me sentirais pas très à l’aise et je ne veux pas m’imposer.
Joey : Tu ne t’imposeras pas, assura t-elle. Madame Leery t’as aussi invité.
Mike : Les gens me jugeront.
Joey : Quels gens ? Ta famille ? Mes amis ? Non je ne crois pas. Et puis tout le monde a droit a une seconde chance.
Bodie : Joey a raison. Vous devez venir.
Mike : Bien. C’est d’accord. Je viendrais.
Joey : Parfait. A tout à l’heure, dit-elle en se dirigeant vers l’entrée. Où sont Jack et Alexander ? demanda t-elle à l’intention de Jen.
Jen : Dehors. Ils nous attendent.
Joey : Bon ben c’est parti.
Bodie : Attends Joey, l’interpella t-il avant qu’elle ne sorte. J’ai trouvé ça par terre ce matin dans le salon, lui dit-elle en lui montrant l’objet en question.
Joey : C’est la gourmette de Pacey, conclut-elle en la prenant dans ses mains. Elle a du tomber de son bras hier.
Bodie : Tu lui remettras. Je l’ai croisé ce matin et il était vraiment contrarié de l’avoir perdu.
Joey : C’est vrai ?
Bodie : Oui. Il sera content que tu lui redonnes, dit-il en souriant avant de retourné en cuisine.
Joey resta un moment à contempler la gourmette.
Jen : C’est celle que tu lui as offerte ?
Joey : Ouais.
Jen : Au moins maintenant tu sais comment engagé la conversation avec lui tout à l’heure.
Joey : Oui si j’y arrive, répondit-elle inquiète.

Pacey avait hésité à venir au repas de Gale. Déjà qu’il se sentait mal à l’aise avec Dawson, maintenant c’était avec Joey. Ce qui lui sembla encore pire. Mais qu’elle idée avait-il eu de lui révéler la vérité ! Quelle serait sa réaction en le voyant ? En aurait-elle une ? Ceci l’inquiéta plus que tout.
Pacey arriva finalement chez Dawson. Tout le monde était déjà installé à la grande table installée dehors. En le voyant arriver, Alexander se dirigea vers lui en courant.
Alex : Oncle Pacey !! cria t-il en se jetant dans ses bras.
Pacey : Salut toi, répondit-il amusé. Ca va ?
Alex : Ouais génial ! Ca fait longtemps que tu es pas venu me voir.
Pacey : On s’est vu il y a une semaine !
Alex : C’est bien ce que je te dit, ça fait longtemps, dit-il avec une petite moue.
Pacey : Ouais t’as raison.
Tout en parlant, ils étaient arrivés près de la grande table. Tout le monde le salua, il s’excusa d’être en retard et s’installa à la dernière place qu’il restait, c’est à dire en face de Dawson et Joey. Son regard croisa celui de Dawson puis celui de Joey. La situation était des plus inconfortable.
En attendant le dessert, tout le monde se dispersa un peu dans le jardin.
JEN et PACEY sur le ponton.
Jen : Alors ça va toi ?
Pacey : Ouais.
Jen : C’est vrai ce mensonge ?
Pacey sourit mais ne répondit pas.
Jen : Je suis au courant, avoua t-elle.
Pacey : De quoi ? demanda t-il faignant l’innocence.
Jen : De ce que tu ressens pour Joey.
Pacey : Elle t’a tout raconté c’est ça, comprit-il.
Jen : Tout je ne sais pas mais certaines choses.
Pacey : Si ça se trouve je me suis emballé, dit-il en réfléchissant à voix haute, si ça se trouve je confond mes sentiments. Ouais c’est ça, dit-il comme pour se convaincre, l’amitié que je ressens pour Joey est tellement forte que j’ai cru que c’était de l’amour. Mais ce n’est que de l’amitié. Joey c’est… c’est comme ma petite sœur, c’est tout.
Jen : Tu arrives à te convaincre ? Parce que moi je ne crois pas un traître mot de ce que tu dis. Pacey, si tu as crus ne serait-ce qu’une fraction de seconde que les sentiments que tu éprouvais pour Joey étaient plus forts que de l’amitié, c’est qu’ils le sont. Tu as tellement peur de sa réaction que tu essaies de te résonner. Mais ce n’est pas la bonne solution. Tu dois clairement dire ce que tu ressens et arrêter d’avoir peur. Il est trop tard. Tu ne peux qu’attendre et espérer.
Pacey : Tout ce que je sais en ce moment c’est que je souffre.
Jen : Alors ça veut dire que tu ne fais plus du tout comme ci.

JOEY et DAWSON dans le jardin.
Joey : Je sais tout Dawson, lâcha t-elle de but en blanc, je sais pourquoi tu es en colère contre Pacey.
Dawson resta immobile un instant.
Dawson : Comment le sais tu ?
Joey : Il me l’a dit. Il me l’a dit hier matin.
Dawson ne dit pas un mot. Il ne voulait pas en parler.
Joey : Ecoute Dawson, commença t-elle, je comprend que tu puisses être un peu en colère mais je pense que ta réaction est quand même exagéré.
Dawson : Exagéré ? Tu trouves que j’exagère ? Mon… mon meilleur ami depuis toujours m’a avoué qu’il avait des sentiments pour ma meilleure amie, pour mon ex petite amie, pour… pour mon âme-sœur et c’est moi le méchant de service, c’est moi qui exagère ! se consterna t-il.
Joey : Oui Dawson tu exagères ! cria t-elle. Comme tu l’as fait remarqué il te l’a avoué ! Il te l’a avoué avant même que je ne le sache. Ce qui prouve bien que ton amitié compte plus que tout pour lui ! Il n’a rien fait derrière ton dos. Il a été d’une parfaite honnêteté avec toi !
Dawson : Tu prends sa défense bien entendu ! Pas étonnant !
Joey : Je ne prend pas sa défense Dawson, je dis juste que tu n’as rien à lui reprocher.
Dawson : Joey ! Pacey est tombé amoureux de toi ! Il m’a trahi !, il cria si fort que tout le monde se retourna vers eux. Pacey y compris.
Joey : Les sentiments ne se contrôlent pas Dawson, dit-elle plus calmement mal à l’aise que tous les yeux soient braqués sur eux. Pacey est ton meilleur ami, il n’a jamais voulu te faire du mal.
Dawson : C’était mon meilleur ami.
Joey : Tu es injuste Dawson. Pacey à toujours été là pour toi, il t’a toujours aidé, il t’a toujours soutenu…
Dawson : Arrête Joey ! la stoppa t-il. Je ne veux plus t’entendre parler de lui en ces termes là !
Toi aussi tu es entrain de me trahir, remarqua t-il. Tu prends sa défense uniquement parce que tu connais ses sentiments à ton égard ! Tu n’es pas objectif ! Tu te laisses embobiné par un… par un sale égoïste qui a plus de reconnaissance envers lui même qu’envers les autres ! Et tu veux que je te dise, tu es exactement comme lui !, Tu es une sale égoïste qui n’a pas non plus le sens de l’amitié, hurla t-il. Pas étonnant que vous vous entendiez si bien !
Joey lui administra une gifle monumentale que tout le monde vu. Joey et Dawson restèrent là sans bouger.
Joey : Excuses moi Dawson…
Dawson : Excuses moi Joey…
Ils commencèrent à s’excuser avant que Bessie ne les interrompe.
Bessie : Oh mon dieu ! Il y a le feu dans la maison !
Tout le monde se retourna vers la maison d’où un feu commençait à se dégager.
Jen : Grand-mère est dans la maison ! cria t-elle affolée
Gale : Les enfants aussi !
Aussitôt Pacey, Jack et Dawson se dirigèrent vers la maison.
Dawson : Bodie reste avec elles ! dit-il en désignant toutes les femmes, et appelle les pompiers !
Bodie : D’accord. Faîtes attention !
Pendant cette scène on voit Jen, Joey, Gail, Bessie et Bodie regardant le feu totalement pétrifié, bouleversé et inquiet, on voit également la progression du feu puis apparaît Jack avec Grams suivit de Dawson, Pacey et la petite Lily. Tous s’éloignèrent le plus vite possible de la maison complètement paniqué.
Bessie : Alexander ! hurla t-elle en pleurs.
Pacey s’arrêta net.
Pacey : Alexander, souffla t-il.
Pacey fit marche arrière et retourna vers la maison.
Dawson : Pacey ! cria t-il. Ou vas tu ?
Pacey : Je retourne le chercher !
Dawson : Arrête c’est trop dangereux !
Pacey : Ca m’est égal, finit-il avant de retourné dans le feu.
Au bout de cinq minutes, Pacey et Alexander n’étaient toujours pas ressortis du feu.
Joey : Oh mon dieu, souffla t-elle en pleurant.
Jack : Sors Pacey, sors, pria t-il.
Comme une réponse à ses prières, Pacey sorti du feu accompagné d’Alexander qui le tenait par la main. Ils s’éloignèrent de la maison au moment même où les pompiers arrivèrent.
Ils mirent plus d’un quart d’heure pour maîtriser le feu.

Gale totalement anéantie était assise dans le jardin avec Joey, Mike et Dawson.
Gale : Tu imagines les mois de réparations qu’il va falloir pour réparer les dégâts Dawson.
Dawson : Je sais maman. Mais le principal c’est que tout le monde soit sain et sauf. Que Lily n’est rien.
Gale : Tu as raison chéri, répondit-elle.
Pompier : Madame Leery ?
Gail : Oui ?
Pompier : Le feu vient d’être complètement maîtrisé. Il n’y a plus aucun risque.
Gale : Bien merci.
Dawson : Vous avez trouvé l’origine du feu ?
Pompier : Pas encore. Il faut laisser passer quelques heures avant de pouvoir réellement chercher.
On vous tiendra au courant.
Dawson : Merci.
Pompier : De rien. Au revoir, répondit-il avant de s’éloigner.
Une sirène de police se fit entendre à l’instant même. Doug en sorti.
Mike : Tiens une vieille connaissance, dit-il amer.
Joey : Que vient-il faire là ? demanda t-elle inquiète.
Pacey qui était entrain de se faire soigner par un pompier (femme) se leva et se dirigea vers son frère.
Pacey : Doug, l’interpella t-il.
Doug : Ah Pacey tu es là, constata t-il. Tu n’as rien ?
Pacey : Euh non non ça va. Qu’est-ce qui t’amènes ? l’interrogea t-il même s’il se doutait de la réponse.
Doug : Il y a eu un feu Pacey. Et quand il y a un feu, il y a une enquête.
Pacey : Une enquête ? Tu crois que c’est un feu criminel ?
Doug : Je n’en sais rien. C’est ce que je vais déterminer. Suis-moi, lança t-il en se dirigeant vers Gail et les autres.
Joey : Bonjour Doug.
Doug : Bonjour tout le monde.
Dawson : On peut savoir ce qui t’amènes ?
Doug : Bien sur. Etant donné qu’il y a eu un feu important, il est de mon devoir de mené une enquête.
Personne ne parla.
Doug : Avez-vous une idée de comment à pu se déclarer ce feu ?
Gale : Non aucune.
Doug : Vraiment ?
Joey : Oui vraiment.
Doug : Et vous Mike ?
Mike : Je n’en sais absolument rien, répondit-il froidement.
Doug : Ecoutez, commença t-il gêné, je suis désolé mais je suis dans l’obligation de vous arrêtez Mike.
Joey : Quoi ? cria t-elle ? Mais pourquoi ?
Doug : Parce que ton père était là pendant l’incendie et étant donné qu’il est en liberté conditionnel, il doit être en garde à vu jusqu’à ce qu’on est déterminé la cause de l’incendie.
Joey : Mais c’est injuste ! Il ne peut pas être responsable ! Il était toujours avec nous et…
Mike : Laisse Joey.
Joey : Mais enfin c’est pas juste !
Mike : Mais c’est comme ça, dit-il lasse.
Joey poussa un soupir de frustration.
Joey : Bien, d’accord, se résigna t-elle. Une dernière question Doug. Puis-je savoir comment tu as sus que mon père était là aujourd’hui ?
Doug : Euh, et ben, puisque vous étiez tous invité, je me suis douté que…
Pacey : C’est moi qui lui ai dit, avoua t-il en baissant la tête.
Joey le regarda surprise. Si son père allait retourné au commissariat c’était en parti la faute de Pacey.
Bizarrement elle ne lui en voulait pas. Il avait l’air de déjà assez s’en vouloir lui-même.

Jen et Jack se promenait tranquillement dans la rue. Ils avaient besoin de décompresser.
Jen : Quelle journée !
Jack : Tu l’as dit.
Jen : Je crois que je n’ai jamais eu aussi peur de ma vie.
Jack : Je te comprend.
Jen : Tu te rends compte de ce qu’il aurait pu arriver à grand-mère, Lily et Alexander, dit-il au bord des larmes. Heureusement que vous étiez là !
Jack : Ouais. Et heureusement que Pacey était là aussi. Il a été courageux.
Jen : Oui, Pacey est le courage en personne, s’exclama t-elle en souriant.
Ils tournèrent dans un virage et Jen se cogna contre une personne ce qui fit tomber ce qu’elle avait dans les mains.
Jen : Désolé je vous avais pas vu, s’excusa t-elle.
Drue : Vous auriez pu faire… Jen ! s’exclama t-il en relevant la tête vers elle.
Jen : Drue !
Drue : Et oui c’est moi ! dit-il heureux de la revoir. Et Jack est là aussi !
Jack : Salut Drue, dit-il sans grande conviction.
Drue : Ca fait vraiment plaisir de vous revoir ! Alors qu’est-ce que vous devenez ? Jack tu es toujours aussi seul et gay ?
Jack : Oui toujours. Et toi tu es toujours aussi impopulaire auprès des filles ? répliqua t-il.
Drue : Ah ah ! Très drôle. Et toi Jen, as tu quelqu’un dans ta vie ?
Jen : Non.
Drue : Oh ma pauvre Jenny ! Ca doit être dur.
Jen : Tu sais ce qu’on dit :Mieux vaut être seul que mal accompagné.
Drue : Vous avez toujours votre sens de la répartie ! Ca fait plaisir.
Jen : Qu’est-ce que c’est ? demanda t-elle en lui montrant les billets qu’elle tenait dans la main.
Drue : Euh ça, ce sont des billets de loterie, répondit-il gêné.
Jack : Toi tu vends des billets de loterie ? Toi ? Dure Valentine ?
Drue : Et ouais ! Les gens changent.
Jen : C’est vrai. On a juste du mal à croire que ça ait pu t’arriver, dit-elle en rigolant.
Jack : Va falloir que tu nous expliques !
Drue : Ok, répondit-il sérieusement. Mais pour l’instant vous voulez pas m’en acheter un ou deux ? C’est pour une bonne cause.
Jen et Jack regardèrent avec attention les billets de loterie.
Jen : Et quels sont les lots à gagner ? demanda t-elle avec un sourire mutin.

Pacey revenait du Yacht Club. Après que son frère ait emmené le père de Joey en prison, il était retourné travailler afin d’éviter une confrontation avec Dawson et Joey. Finalement, il s’est tout de même décidé à passer chez Joey, ne serait-ce que pour prendre des nouvelles d’Alexander et de Gram. Il frappa à la porte et ce fut Bessi qui vînt lui ouvrir la porte.
Pacey : Bonsoir, dit-il timidement.
Bessie : Bonsoir Pacey. Entre, proposa t-elle en s’effaçant pour le laisser entrer.
Pacey : Merci. Alors comment vont Alexander et Madame Ryan ?
Bessie : Ca peut aller. Enfin Alexander est encore assez choqué mais ça va passer.
Pacey : Où est il ?
Bessie : Il dort. Il a mis du temps mais il a réussi à s’endormir.
Pacey fit un signe de tête.
Bessie : Pacey, je tiens vraiment à te remercier…
Pacey : C’est pas la peine Bessie, c’était normal, dit-il sincère.
Bessie : Peut-être oui, mais si tu n’étais pas retourné le chercher dans la maison, à l’heure qu’il est, il ne serait probablement pas entrain de dormir si paisiblement. Merci vraiment Pacey.
Pacey : Y’a vraiment pas de quoi. Je l’adore ce petit bout de chou, dit-il en souriant.
Bessie : Oui je sais.
Joey : Ah tu es là Pacey, remarqua t-elle en entrant dans la pièce.
Pacey : Et oui.
Joey : Euh Bessie, Madame Ryan voudrait te parler un instant.
Bessie : J’y vais, dit-elle en sortant de la pièce.
Pacey et Joey restèrent là, l’un face à l’autre, sans prononcer un mot. Pacey décida de rompre ce silence pesant.
Pacey : Bon ben je vais m’en aller.
Joey : Déjà ? demanda t-elle surprise et déçu.
Pacey : J’étais juste passer prendre des nouvelles du petit et de Gram. Maintenant que je suis rassuré, je peux y aller, dit-il en se dirigeant vers la porte.
Joey : Justement Pacey, l’interpella t-elle. Je… je tiens vraiment à te remercier pour Alexander. Si tu n’avais pas été là…
Joey s’arrêta. Quelques larmes coulaient sur son visage.
Pacey : Pleur pas Joey, dit-il en se rapprochant d’elle. Tout vas bien maintenant.
Joey : Grâce à toi.
Pacey : Si ça n’avait pas été moi, ça aurait été quelqu’un d’autre.
Joey : Oui mais c’est toi.
Un nouveau silence s’installa.
Joey : Pacey ?
Pacey : Oui ?
Joey: Peux-tu m’emmener quelque part où ne règne ni stresse, inquiétude ou pleurs. Un endroit calme et paisible. L’inverse de cette maison. S’il te plaît, le supplia t-elle.
Pacey : D’accord. Suis moi, dit-il après un moment d’hésitement.

Pacey emmena Joey au port où ils arrivèrent devant un bateau.
Joey : Il est à toi celui-là ? l’interrogea t-elle.
Pacey : Non, répondit-il en montant dessus. Il est à Danny, mon ancien patron. Je l’ai rencontré au début des vacances. Et puisqu’il est parti quelque temps, il me l’a confié. Mais il va bientôt revenir et je vais devoir lui rendre, dit-il tristement.
Joey : A moins que tu t’en ailles avec avant son retour, répondit elle avec un petite rire.
Pacey : Possible.
Joey commença à monter sur le bateau.
Pacey : Hep hep hep. On oublie les bonnes manières?
Joey : Excuse moi. Permission de monter à bord ? demanda t-elle en tendant sa main.
Pacey : Permission accordé, répondit-il en lui prenant sa main.
Joey monta à bord et ils s’assirent tout deux l’un en face de l’autre mal à l’aise. Tous deux sentirent que ça allait être le moment de la discussion tant redouté.
Joey : Bodie a trouvé ça ce matin dans le salon, dit-elle pour engager la conversation en lui tendant sa gourmette. Je crois qu’elle t’appartient.
Pacey : Oh ma gourmette ! s’exclama t-il soulagé en la lui prenant des mains. J’avais vraiment cru l’avoir perdu.
Joey : Oui Bodie m’a dit que tu étais contrarié.
Pacey : Ouais c’est vrai. Merci, la remercia t-il en souriant.
Joey : De rien. Il est temps d’en parler tu crois pas ? demanda t-elle après un moment de silence.
Pacey : Oui. Mais je sais pas quoi dire.
Joey : Alors c’est moi qui vais commencer.
Ils respirèrent tous deux un bon coup.
Joey : Depuis hier, depuis que tu m’as avoué le genre de sentiments que tu éprouves pour moi, je n’arrête pas de penser à toi et à ce que je vais bien pouvoir te dire. Je me sens totalement perdu. Tu sais entendre son meilleur ami nous dire qu’en fin de compte il ressent plus que l’amitié envers soi est assez déstabilisant.
Pacey : Je m’en doute. Je suis désolé Joey. J’aurais peut-être mieux fait de rien te dire et…
Joey : Non, le coupa t-elle. Tu as bien fait de me le dire, vraiment bien fait.
Pacey : Ouais peut-être. Je te jure, c’est un vrai déchirement mine de rien d’avoir ces sentiments la pour toi, mais je les ai j’y peut rien. Je sais pas comment ils sont arrivés en moi mais ils y sont bien.
Ce que je veux que tu saches, c’est que je n’attends pas que tu me dises la même choses en retour. Je ne m’attends à ce que tu me dises que tu es aussi amoureuse de moi. Je sais pertinemment que cela n’arrivera pas. Je ne te pose aucun ultimatum.
Joey : Alors tu es véritablement amoureux de moi ?
Pacey : Oui, répondit-il en la regardant droit dans les yeux.
Joey esquissa un sourire.
Pacey : Et je suis désolé que cela te bouleverse tant.
Joey : Ce que tu viens de m’avouer me bouleverse peut-être mais… me flatte aussi. C’est vrai, ça fait toujours plaisir à entendre, avoua t-elle en souriant. Pacey, continua t-elle, je sais peut-être plus très bien ou j’en suis, mais ce dont je suis sur c’est que je ne veux pas te perdre. Jamais.
Pacey : Moi non plus je veux pas te perdre. Et je te promet que ça n’arrivera pas. Je t’en fait la promesse.
Joey : Comment peux tu en être si sur ?
Pacey : Parce que… Attends je reviens.
Pacey se leva brusquement, descendit dans la cabine et remonta quelques instants après avec un petit cadeau dans les mains.
Pacey : Tiens, lui dit-il en lui tendant le paquet.
Joey : Qu’est-ce que c’est ? demanda t-elle intriguée.
Pacey : Ouvre tu verras bien.
Joey commença à déballer son cadeau.
Pacey : C’était censé être ton cadeau d’anniversaire mais je pense que c’est le bon moment pour te l’offrir.
Joey finit de l’ouvrir et souria.
Joey : C’est magnifique Pacey. Ce bracelet est vraiment superbe.
Pacey : Lis l’inscription.
Joey : « A ma meilleure amie ».
Pacey : Et derrière.
Joey retourna le bracelet.
Joey : « Pour qui je serais toujours là ». Merci Pacey, dit-elle sincère. Je l’adore. Et toi aussi je t’adore.
Pacey : Oui je sais.
Joey se laissa blottir dans les bras de Pacey pendant un long moment. Elle aussi commençait à douter des sentiments qu’elle éprouvait pour Pacey. De l’amitié ou de l’amour ?

Le lendemain matin fut une dure matinée pour Joey. La cause de l’incendie avait été découverte : le feu s’était déclaré à cause d’une cigarette mal éteinte. Rien de plus stupide pensa Joey. Le pire dans l’histoire était que celui qui avait mal éteint sa cigarette n’était d’autre que son père. Encore une fois il était à l’origine du feu. Mais l’enquête avait bien entendu révélé que ce n’était pas un feu criminel donc Mike avait vite été relâché. Joey lui avait à peine adressé la parole en le voyant et était directement parti travaillé au yacht club. Le soir même, Pacey la raccompagna chez elle.
Pacey : Bon ben je vais te laisser, dit-il en entrant dans la cuisine.
Joey : Non reste un moment s’il te plaît.
Pacey : Bien comme tu veux.
Mike : Ah te voilà enfin Joey, déclara son père en entrant dans la pièce.
Joey : Oui comme tu vois, répondit-elle froidement.
Mike : Bonjour Pacey.
Pacey : Bonjour Mr Potter.
Mike : Comment vont ton frère et ton père ce matin? Pas trop triste de ne pas avoir pu me remettre derrière les barreaux pendant un long ? l’interrogea t-il d’une voix glacial.
Pacey : Je n’en sais rien.
Mike : Tu leur dira que ce sera peut-être pour une autre fois.
Joey : Arrête de t’en prendre à Pacey, il n’y est pour rien, intervint-elle. Si tu dois t’en prendre à quelqu’un, tu ne peux t’en prendre qu’à toi même.
Mike : Joey tu me parles sur un autre ton s’il te plaît ! Je suis ton père.
Joey : Et je suis censé m’en vanter ?
Mike : Joey ça suffit maintenant, lui ordonna t-il.
Joey : Tu as raison ça suffit. J’en ai marre de devoir me taire. De quel droit m’ordonnes tu quelque chose ?! cria t-elle. Tu as perdu ce droit depuis que tu es allé en prison pour la première fois, depuis que tu as mis intentionnellement le feu dans notre restaurant et depuis que tu as mis le feu chez Mme Leery hier ! Tu n’as plus aucun droit !
Mike : Pour hier c’était un malencontreux accident Joey ! Rien de plus.
Joey : Un accident qui a failli coûter la vie à trois personnes ! Dont ton petit fils, s’indigna t-elle.
Tu… tu es égoïste. On peut plus te faire confiance. Je pourrais plus jamais te faire confiance.
Mike : Tu ne penses pas ce que tu dis Joey.
Joey : Détrompes toi ! Je pense tout ce que je te dis.
Joey sortie de la maison en claquant la porte. Pacey resta un moment face à Mike Potter puis sorti rejoindre joey qui était sur le ponton.
Pacey : Joey ça va ?
Joey : Non Pacey ça ne va pas ! Rien ne va en ce moment, rien du tout.
Voyant le visage triste de Pacey, elle ajouta :
Joey : Je ne dis pas spécialement pour toi Pacey. C’est un ensemble de choses. Je… je suis épuisé. Moralement et nerveusement épuisé, dit-elle lasse. J’en peux plus.
Pacey : Viens là, dit-il en la prenant dans ses bras alors qu’elle avait les larmes aux yeux. Calme toi.
Joey : J’en peux plus.
Pacey : Je sais, je sais. Chut.
Pacey la berça tendrement dans ses bras pendant un long moment. Il était si bon de la tenir dans ses bras, se dit-il. Comme il était si bon de se trouver dans ses bras, se dit-elle. Elle n’y avait jamais prêté attention jusque là mais être dans les bras de Pacey lui procurait énormément de bonheur. Doucement, elle se calma et releva la tête vers celle de Pacey. Chacun plongea son regard dans celui de l’autre. Ils étaient comme hypnotisés. Les yeux de Joey descendirent vers les lèvres de Pacey, et prise d’une subite impulsion elle l’embrassa. Surpris Pacey ne répondit pas tout de suite au baiser. Quand il reprit ses esprits et commença lui aussi à l’embrasser, Joey retira brusquement ses lèvres de celles de Pacey.
Elle même surprise par son geste, elle le regarda une dernière fois avant de s’enfuir vers l’auberge en courant à toute jambe.

Le lendemain, Pacey n’avait fait que penser à Joey et au baiser qu’elle lui avait donné. Pourquoi avait-elle fait ça ? Que signifiait ce baiser ? Probablement rien, se dit-il. Cela était une vulgaire erreur et rien de plus. Cela dit, il devait en avoir le cœur net. Alors, lentement mais sûrement il se dirigea vers la pension. Ce qu’il craignait surtout était de se retrouver face à Dawson. Etant donné que les Lerry ne pouvaient plus habiter chez eux pendant quelques jours, ils étaient venu s’installer à la pension.
Jen : Ah Pacey tu es là, cria t-elle toute excitée en sortant de la pension avec Jack.
Pacey : Euh oui je suis là, dit-il surpris. On peut savoir ce qu’il t’arrive ?
Jen : Une chose formidable !
Jack : C’est pas si formidable que ça.
Jen : Arrête d’être aussi négatif. Bien sur que c’est formidable !
Jack : Ouais si tu veux, dit-il résigné.
Pacey : Bon, ben qu’est-ce qu’il se passe alors ?
Jen : J’ai gagné le premier prix d’une loterie ! s’écria t-elle joyeuse.
Pacey : Génial. Et c’est quoi le premier prix ?
Jack émit un petit rire.
Jen : Oh et ben, ce n’est pas vraiment le prix en lui-même qui est important, ce qui est important est le fait que c’est moi qui l’ait gagné !
Pacey : Jen !
Jen : On a gagné des places gratuites pour aller dîner au Leery’s Fresh Fish, avoua t-elle.
Pacey rigola.
Pacey : Sérieux ? Tu as gagné des places pour aller dîner au restaurant de Gale alors qu’à chaque fois que nous y sommes allés nous n’avons pas payés ! Ben c’est génial, dit-il mort de rire.
Jen : Bon d’accord, je sais que c’est pas le meilleur prix dont nous avions besoin mais c’est déjà. L’important c’est que c’est moi qui ait gagné.
Pacey : Ouais. Et le deuxième lot, c’était quoi ?
Jen : Des places gratuites pour le Rialto.
Jack : J’aurais préféré ça.
Pacey : Oui moi aussi.
Jen : Oh ! Vous êtes exaspérant !

Joey et Dawson étaient allés se balader. Joey avait besoin de parler à Dawson. Doucement, ils prirent le chemin du retour.
Dawson : Pourquoi m’avoir raconté ça Joey ?
Joey : Je sais pas. J’avais besoin de te le dire. Pour que tout soit clair entre nous.
Dawson : Tout n’est pas encore très clair Joey. Pourquoi as-tu embrassé Pacey exactement ?
Joey : Je te l’ai dit déjà dit Dawson, je… je sais pourquoi j’ai fait ça.
Dawson : Tu as des sentiments amoureux à son égard ?
Joey : Non, le contredit-elle. J’ai… j’ai fait une erreur.
Dawson : Quelque chose me dit que quand toi Joey tu embrasses un garçon, c’est tout sauf une erreur. Joey, si les sentiments que Pacey éprouve à ton égard sont réciproques, tu peux me le dire.
Joey : Ils… ils le sont pas Dawson, essaya t-elle de le rassurer en même temps qu’elle même.
Dawson : En est tu certaine ? Parce que j’ai l’impression que tu essaies de te rassurer toi même. Joey si… si jamais ses sentiments sont réciproques, sache que je ne m’interposerai pas ni m’immiscerai entre vous. Tu es ma meilleure amie et tout ce que je veux c’est ton bonheur. Et si ton bonheur est avec Pacey, alors tant mieux.
Joey : Ce que tu me dit me fait très plaisir Dawson mais je crois que tu t’avances un peu. Ce que je ressens pour Pacey n’est que de l’amitié, une très très forte amitié certes, mais c’est tout. Pacey c’est… c’est comme mon grand frère. Ca ne peut pas être autrement.
Dawson : Ca ne peut pas ou tu ne veux pas ?
Joey : Je… je sais pas, répondit-elle après un moment d’hésitation.
Dawson : Autrefois, lorsque nous étions amis tous les deux, moi aussi je me disais qu’il ne pourrait jamais rien ce passer entre nous et pourtant, nous sommes sortis ensemble plusieurs fois.
Joey : Et ça n’a jamais marché. Résultat des courses notre amitié est partie en éclat plusieurs fois, répondit-elle défaitiste.
Dawson : C’est vrai, tu as raison. Mais les choses seront peut-être différentes avec Pacey. Il est plutôt du genre à déballer son sac lorsqu’il y a un problème, alors que toi et moi sommes plutôt du genre à tout garder pour nous. Alors forcément quand on arrive à bout, qu’on sature, et ben là on dit ce qu’on a dire donc c’est violent. Ce genre de choses ne risquent pas d’arriver avec Pacey.
Joey : Dawson, il y a quelque choses que je ne comprends pas.
Dawson : Quoi donc ?
Joey : A t’écouter me dire toutes ces choses, j’ai l’impression que tu cherches à me pousser dans les bras de Pacey alors qu’à lui tu lui en veut. Je comprend pas, dit-elle perplexe.
Dawson : Ma réaction vis à vis de Pacey était démesuré. Je me suis emporté et j’ai bien l’intention d’aller m’excuser.
Joey fit un signe de tête en souriant.
Dawson : Maintenant reste à savoir ce que tu ressens pour Pacey.

Joey et Dawson continuèrent leur balade en silence jusqu’à ce qu’ils arrivent à la hauteur de Jen, Jack et Pacey qui se trouvaient toujours devant la pension.
En arrivant Joey et Dawson lancèrent un sourire à Pacey, ce qui le détendit un peu.
Jen : Ah vous voilà ! Ou étiez vous passé ?
Joey : On se promenait.
Dawson : Et vous qu’est-ce que vous faîtes ?
Jen : Oh ben j’ai annoncé la super bonne nouvelle à Pacey.
Pacey : Ouais quelle nouvelle, dit-il sur un ton moqueur.
Jen : Vous êtes vraiment… je trouve même pas le mot.
Jack : Arrête de le chercher alors.
Tout le monde rigola.
Dawson : Pacey, je peut te parler une minute ?
Pacey : Bien sur, répondit-il surpris.
Dawson attira Pacey avec lui un peu plus à l’écart.
Pacey : Que se passe t-il ?
Dawson : Voilà Pacey, je… je tiens à m’excuser pour mon déplorable comportement.
Pacey lui fit signe de continuer.
Dawson : Je suis vraiment désolé d’avoir si mal réagis lorsque tu m’as avoué ce que tu ressentais, ce que tu ressens, pour Joey. Je me suis senti trahi alors qu’il n’y a vraiment aucunes raisons. Joey et moi c’est fini depuis longtemps et elle est libre. Ca j’ai d’ailleurs du mal à l’accepter, avoua t-il. Mais si elle doit sortir avec quelqu’un, autant que ce soit une personne en qui j’ai confiance. Et puis j’ai vraiment apprécier le fait que tu m’en ai parlé avant. Tu as été honnête avec moi et ça me prouve que tu tiens un peu à notre amitié, non ?
Pacey : Un tout petit peu alors, plaisanta t-il.
Ils rigolèrent un peu avant que Pacey ne redevienne sérieux.
Pacey : Notre amitié est ce qu’il y a de plus important pour moi Dawson. Et j’ai pas envie de la perdre.
Dawson : Ca n’arrivera pas. Tu es mon meilleur ami et ça c’est définitif.
Pacey : Je suis désolé de t’avoir fait du mal.
Dawson : Tu n’as rien fait Pacey. J’ai mal réagis c’est tout. Et je peux tout a fait comprendre que l’on puisse craquer sur Joey Potter.
Pacey : Ouais.
Dawson : Tout ce que je veux c’est son bonheur et si son bonheur est avec toi alors tant mieux.
Pacey : Tu t’avances un peu là Dawson. Ce n’est pas parce que je suis amoureux d’elle que ces sentiments sont partagés. Elle me considère comme son meilleur ami, c’est tout, dit-il tristement.
Dawson : Alors pourquoi t’a t-elle embrassé ?
Pacey : Elle a fait une erreur tout simplement.
Dawson : Pacey, tu sais tout comme moi que Joey n’est pas du style à faire ce genre d’erreur.
Pacey : Alors pourquoi m’a t-elle embrassé ?
Dawson : A ton avis ? Pour la même raison que toi aussi tu meurs d’envie de l’embrasser.
Voyant que leurs amis s’approchèrent, Dawson ajouta.
Dawson : Amis ? demanda t-il en lui tendant la main.
Pacey : Les meilleurs, répondit-il tout sourire en lui serrant la main.
Ils se sourirent puis se donnèrent une petite accolade.
Jack : Ca a l’air d’aller mieux par ici, constata t-il en s’approchant d’eux.
Pacey : Oui bien mieux, dit-il en lançant un sourire à Joey.
Joey : Tant mieux, répondit-elle en lui rendant son sourire.
Jen : Bon alors puisque tout le monde est presque réconcilié, j’ai une question à vous poser.
Dawson : Vas-y.
Jen : Quand va t-on manger au
Joey : Pas ce soir en tout cas, rigola t-elle. Je dois aller me réconcilier avec mon père et donner des explications à une autre personne, dit-elle en fixant Pacey du regard.
Jen : On a cas dire demain soir alors. Et vu qu’il nous reste une place, j’aimerais inviter un ami.
Jack : Quel ami ?
Jen : Vous verrez bien.

Joey pénétra doucement chez elle. Elle devait avoir une discussion avec son père. Celui-ci était entrain de cuisiner.
Joey : Papa ? Je te dérange ?
Mike : Non pas du tout. Je prépare le dîner.
Joey : Ce n’est pas censé être le rôle de Bodie ? demanda t-elle en souriant.
Mike : Disons qu’on a décidé de faire à tour de rôle.
Joey : Papa, commença t-elle timidement, je voudrais m’excuser pour mon comportement d’hier. J’étais énervé, fatigué et contrarié. Je me suis emporté. Comme à mon habitude, ajouta t-elle.
Mike : Tu n’as pas à t’excuser Joey. Tu n’as rien fait de mal. Tu as seulement dit la vérité.
Joey : Oui mais j’ai exagéré.
Mike : Non Joey, tu as eu raison. Je vous ai déçu plusieurs fois, je m’en rend bien compte. Et à chaque fois que suis libre, je reviens ici, dans votre maison et j’impose ma loi. Pourtant je suis le dernier qui devrait imposer quelque chose à quelqu’un. Et je comprendrais parfaitement que tu ne me fasses plus jamais confiance. Je ne suis pas un modèle. Et je suis content que mes filles s’en soient mieux sortis que moi.
Joey : On a fait du mieux qu’on a pu.
Mike : Et ça a très bien marché, constata t-il. Je suis désolé pour tout Joey. Et surtout pour avoir mis le feu chez Gale et d’avoir mis la vie de trois personnes en danger.
Joey : C’était un accident. Rien de plus, le rassura t-elle.
Mike : Je t’aime Joey, avoua t-il après un moment de silence.
Joey : Je t’aime aussi papa, répondit-elle en se jetant dans ses bras.
Jen : Ah désolé je dérange, dit-elle en entrant dans la pièce.
Joey : Non pas du tout Jen. On avait fini, répondit-elle en se dégageant de son père.
Jen : Tant mieux. Alors monsieur Potter, dîtes-moi ce que vous nous avez mijoté de bon pour le repas ? l’interrogea t-elle avec des yeux gourmands.

Après avoir passé un bon repas entre amis et famille, Joey se dirigea vers le port. Il lui restait une dernière personne à qui donner des explications. Ce soir, sa relation avec Pacey allait changer. Du moins c’est ce qu’elle espérait. Elle espérait également qu’il se trouvait bien à la marina car il était censé passer la soirée avec Jack et Dawson.
Elle arriva finalement au port et l’aperçu sur son bateau entrain de boire un verre.
Joey : Bonsoir capitaine, dit-elle souriante.
Pacey : Bonsoir matelot, répondit-il souriant en se tournant vers elle.
Joey : Je peux ? demanda t-elle en montrant la passerelle.
Pacey : Bien sur, répondit-il en l’aidant à monter. Tu en veux ? proposa t-il en montrant son verre.
Joey : Non merci.
Pacey : Comme tu veux.
Joey : Je me doutais que je te trouverai là.
Pacey : Et je me doutais que tu allais passer me voir.
Joey : Pourquoi ça ?
Pacey : Parce qu’il me semble que tu as quelques explications à me donner.
Joey : A quel propos ? le taquina t-elle.
Pacey : A ton avis.
Joey : Bon d’accord, commença t-elle. Tu as raison. Je te dois des explications pour le… pour le baiser que je t’ai donné hier. Le problème c’est que je ne sais pas par où commencer.
Pacey : Par le début, l’encouragea t-il.
Joey : Bon alors euh… Depuis que tu m’as avoué tes sentiments à mon égard, je… je commence moi aussi à me poser des questions sur ce que j’éprouve pour toi, avoua t-elle doucement.
Pacey : Joey…
Joey : Pacey laisse moi finir. Depuis toujours, je te considère comme mon meilleur ami, mon grand frère, mon confident. Tu es celui vers qui je me tourne quand je vais mal, celui à qui je confie mes problèmes, qu’ils soient de cœur, de familles ou autres. Mais depuis que tu m’as avoué tes sentiments, je me rend compte que ce n’est peut-être pas assez, que peut-être j’en voudrais plus.
Pacey : Arrêtes Joey, la coupa t-il, si tu dis ça c’est uniquement pour pas me faire souffrir…
Joey : Non pacey ! Si je dis ça c’est parce que je le pense ! Hier, si je t’ai embrassé c’est uniquement parce que j’en avait envie. Bon, je me suis peut être laissé prise par l’euphorie du moment mais, j’en avait vraiment vraiment envie. Ce n’était pas qu’une erreur comme tu as sans doute pu le penser.
Pacey : Et en clair qu’est-ce que ça signifie ?
Joey : Ca signifie que… que… je t’aime, avoua t-elle timidement.
Pacey : C’est vrai ? Tu es sérieuse ? demanda t-il surpris mais heureux. Tu ne dis pas ça uniquement pour ne pas me faire du mal ?
Joey : Tu sais très bien que je ne suis pas le genre de filles qui dit ces choses là sans les penser. Je suis sincère.
Pacey : Pfou. Ben là je sais pas quoi dire.
Joey : Ne dis rien. Agis.
Pacey était aux anges. Il n’en revenait pas. Joey était elle aussi amoureuse de lui ! Il la regarda tendrement un long moment avant de s’approcher d’elle pour l’embrasser. Le baiser commença timidement puis se fit plus intense et passionné.
Pacey : Tu te rends compte que ça risque de gâcher notre si belle amitié, dit-il tout contre ses lèvres.
Joey : Peut-être oui. Mais si on l’a risque pour vivre une belle histoire d’amour, ça vaut le coup. Et puis, je pense que notre amitié est solide, quoiqu’il se passe.
Pacey : Je pense oui.
Joey : Je sais pas où on va tous les deux Pacey, mais ce que je sais, c’est que j’ai envie d’y aller. Pour une fois j’ai décidé de foncer.
Pacey : Quelle aubaine pour moi, dit-il tout sourire avant de l’embrasser de nouveau.

Joey était resté sur le bateau de Pacey une bonne heure avant qu’il ne la raccompagne. Ils n’avaient presque pas parlé préférant savourer leur moment par le regard et les baisers.
Le lendemain, il avait été convenu que Pacey passe chercher chez amis pour se rendre au restaurant de Gale. Ses amis l’attendaient déjà tous devant la pension.
Pacey : Salut tout le monde !
Autres : Salut !
Pacey se dirigea directement vers Joey en souriant.
Pacey : Coucou.
Joey : Coucou.
Pacey : Euh je peux t’embrasser ? demanda t-il en chuchotant.
Joey : Evidemment. Pourquoi me demandes tu la permission ?
Pacey : Parce que nous ne sommes pas seul.
Joey : Ils sont au courant.
Pacey : Ah oui ?
Joey : Oui. Je… je leur ai dit. Ca t’embête ?
Pacey : Non bien au contraire.
Joey : Tant mieux alors.
Ils s’embrassèrent tendrement avant que Jen ne les interrompe.
Jen : Ce n’est pas que nous sommes pas content pour vous, ce qui vous arrive est génial, fabuleux, merveilleux, enfin tout ce que vous voulez, mais il est temps d’y aller. Notre invité ne va pas nous attendre indéfiniment.
Jack : Ah oui, l’invité mystère.
Jen : Exactement. En route, ordonna t-elle.
Dawson : Bien chef.
Une fois arrivé devant le restaurant, ils attendirent l’invité surprise.
Dawson : Tu vois Jen il fallait pas stresser comme ça, ton invité n’est pas arrivé.
Pacey : C’est vrai pour un invité il aurait au moins pu faire l’effort d’arriver à l’heure, ajouta t-il.
Jen : Je vois que vous avez retrouvés votre complicité, ça fait plaisir.
Joey : C’est vrai que ça fait plaisir.
Joey, Dawson et Pacey se sourirent. Tout était redevenu comme avant entre eux. Enfin presque comme avant.
Jen : Tiens le voilà ! annonça t-elle après un moment de silence.
Tous se retournèrent vers la direction où regardait Jen et restèrent figés. Drew Valentine approchait vers eux avec un grand sourire.
Jack : C’est lui ton invité ?
Jen : Oui. N’oublie pas que c’est grâce à lui que nous avons ces places gratuites.
Jack : Jen, on aurait pu venir manger gratuitement même sans ces places, lui rappela t-il.
Jen : Oh tait toi. Salut Drue, lança t-elle gaiement.
Drue : Salut tout le monde ! Ah Joey, Dawson, Pacey, qu’est-ce que ça fait plaisir de vous revoir, s’écria t-il.
Pacey : Excuse nous de ne pas être aussi ravi que toi, dit-il ironiquement.
Drue : Alala Pacey, tu es toujours aussi drôle. Bon allez venez on va manger. Je veux tout savoir sur vous, dit-il en empoignant Jen par les épaules.
Dawson et Jack les suivirent complètement dépités. Joey et Pacey restèrent en arrière.
Joey : Pacey, dis-moi que je rêve, dit-elle encore sous le choc.
Pacey : Tu rêves Joey. Ce que nous nous apprêtons à vivre est un magnifique rêve qui n’est pas prêt de s’arrêter, lui jura t-il.
Joey lui sourit puis l’embrassa délicatement avant de renter rejoindre les autres. La soirée s’annonçait des plus palpitante, tout comme la future vie de Joey et Pacey.


FIN

AVIS : Très jolie histoire, bien écrite et qui se lis facilement. Les indications sont respectées, mise à part peut être l'église qui n'est pas mentionner mais tu parles d'un prêtre alors on comprend.

Marjo.
Ecrit par Marjo 
Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play