VOTE | 148 fans |

Pacey Witter et le Grenier des Secrets



PACEY WITTER ET LE GRENIER DES SECRETS



C’était la fin de leur première année d’université. Pacey et ses amis s’étaient réunis de nouveau à Capeside en ce début de vacances d’été, pour l’enterrement du shérif Witter. Suite à une intervention policière dangereuse, le shérif Witter était décédé. Sa soudaine disparition avait choqué toute la petite ville de Capeside. Les funérailles venaient de se terminer. Pacey était dans le jardin familiale, il réfléchissait. Il était assis sur une chaise. Son costard noir le rendait encore plus triste. Joey arriva et s’assis près de lui. Elle posa une main sur sa jambe :

-C’était vraiment un bel enterrement, Pacey.

Pacey se retourna vers elle et sourit :

-Oui, un très grand enterrement !

Joey ajouta :

-Je sais ce que tu ressens Pacey, c’est terrible de perdre un parent. Cette disparition me rappelle une pénible période.

Pacey prit la main de Joey et lui dit :

-Je suis vraiment désolé de te faire revivre ça, Joey, je sais que tout ça te rend triste. Mais surtout, ne t’en fait pas pour moi, je m’en sortirais.

Il l’embrassa.

-Pacey, lui dit-elle, je pense que je vais annuler notre voyage d’été à Paris. Il vaut mieux que je reste avec toi à Capeside.

-Non Joey, répliqua Pacey, je ne veux pas que tu annule ce voyage prévu depuis quelques mois déjà.

-Tu ne vas pas partir alors que ta famille à besoin de toi !

-Joey, j’ai pris une grande décision avant que tu n’arrive. Je vais rester à Capeside pendant quelques temps, histoire d’y voir plus clair.

Joey le regarda avec stupeur :

-Et ta vie à Boston ! Et notre relation ? Je ne veux pas être égoïste, Pacey, mais ta vie n’est plus à Capeside, elle est à Boston avec moi.

-Essaies de comprendre Joey ! J’ai besoin de me retrouver et à ce que je sache, c’est ici que tout à commencé.

Joey réfléchit quelques secondes et dit :

-Tu as sans doutes raison. Et puis de toutes façons, je n’arriverais pas à te faire changer d’avis.

-Ca c’est sûr ! S’exclama-t-il. Puis Pacey reprit sur un ton plus sérieux :

-Je veux que tu ailles à Paris, Joey. Je ne veux pas que tes vacances soient gâchées à cause de moi. Tiens ! Emmène avec toi Audrey, ça lui fera certainement plaisir et je serais plus rassuré de te savoir avec elle.

-Tu es vraiment sûr ? S’inquiéta Joey, tu me le dirais si tu voulais que je reste avec toi ?

-Mais oui Potter ! Vas à Paris, c’est la seule chose qui me rendrait heureux : te savoir heureuse, je te vois déjà devant la tour Eiffel avec un sourire émerveillé ! Tu vois, ne t’en fait pas, tout ira bien.

Joey prit Pacey dans ses bras quand Audrey arriva :

-Salut les amoureux ! Lança-t-elle, je voulais te dire Pacey, tu es très élégant dans ton costume !

-Sacré Audrey ! Tu arriveras toujours à me faire rire même dans de moments comme celui-ci ! Tiens Audrey, tu as prévu quoi pour cet été ?

-Je pense que je vais retourner dans ma belle résidence d’été à Boston qui en fait est ma chambre d’étudiante !

Pacey la regarda et lui dit :

-Je pense que j’ai mieux pour toi ma petite Audrey. Que dirais-tu de partir avec Joséphine Potter ici présente à Paris ?

Audrey se mit à sauter dans tous les sens :

-Oui ! Oui ! Oui ! Merci Pacey !

Et se tournant vers Joey :

-A nous Paris Joey !

Audrey retrouva soudainement ses esprits et gênée dit :

-Je suis désolée Pacey, tu viens d’enterrer ton père et moi je suis heureuse, quelle idiote !

-Ne t’en fait pas Audrey, ta joie redonne vie à la mienne !

Pacey se leva et serra Audrey dans ses bras :

-Passe un bon séjour à paris et prend soins de ma Joey !

-T’en fait pas Pacey, j’en prendrais grand soin !

Elle s’éloigna tout en disant à Joey :

-Je t’attends à la voiture Joey !

Pacey se tourna vers Joey qui le regarda avec tristesse. Il lui dit :

-Promets-moi de t’amuser à Paris et de ne pas t’inquiéter pour moi ?

-Promis.

-On se dit à bientôt Joey

-A bientôt Pacey lui dit-elle d’une petite voix, je t’appelle quand je serais bien arrivée.

Ils s’embrassèrent longuement et Joey partit sous le regard attendrissant de Pacey.



Pacey était sur le terrain de basket, il se défoulait sur le panier. Malgré sa relation tendue avec son père, Pacey n’acceptait pas sa mort. Il ne pouvait pas croire que son père était parti et ça, pour toujours. Il regrettait de ne pas avoir réussi à faire la paix avec lui ; il aurait tant voulu avoir une vraie relation père-fils, qu’au moins une fois dans sa vie, son père soit fier de lui. Mais c’était une chose qu’il n’aurait pas et qui lui pèserait sur le cœur toute sa vie.

C’est à ce moment que Dawson arriva.

-Salut Pacey, lança-t-il

-Tiens dawson. Tu veux faire une partie ?

Dawson prit le ballon et commença à jouer.

-Tu sais Dawson, je n’arrive toujours pas à réaliser que mon père ne soit plus là. C’est bizarre, de son vivant j’ai toujours détesté l’homme qu’il était, toujours en train de me rabaisser et le plus drôle, c’est que tout ça va me manquer.

Dawson regarda son ami et lui dit :

-Je comprends ce que tu ressens. Si tu as besoin de moi Pacey, je suis là.

Pacey sourit et ajouta :

-Merci Dawson. Au fait, je vais rester à Capeside pendant quelques temps.

-Longtemps ?

-Quelques mois sans doute ou plus, je ne sais pas encore.

-Et Joey ? Fit Dawson, inquiet.

-Je lui ai dit de partir à Paris avec Audrey, ça lui fera du bien.

Dawson était pensif, il dit :

-Je n’ai même pas eu vraiment le temps de voir Joey et encore moins de lui parler. Tout ce qui m’importe c’est qu ‘elle aille bien et toi aussi Pacey, je veux que tu ailles mieux.

-A Dawson ! Mon cher Dawson, je vois que tu n’as pas changé, toujours en train de te préoccuper du bien des autres !

Ils sourirent et reprirent leur partie.



Joey rentra au Bed&Breakfast avec Audrey qui était excitée à l’idée d’aller à Paris :

-On va s’éclater Joey, crois-moi !

-Avec toi, ça ne m’étonnerait pas, s’exclama Joey.

Arrivée dans le salon, les deux filles virent Jen et Jack, installés à la pension le temps des funérailles.

-Salut les filles ! Firent Jen et Jack.

Joey annonça :

-Changement de programme : comme Pacey est déboussolé, et c’est normal, par ce terrible événement, je pars à Paris avec Audrey. Voilà. Et vous, quels sont vos projets pour cet été ?

Jen prit la parole :

-Je pense que nous allons rester un jour ou deux à Capeside puis retourner à Boston.

-C’est une bonne idée ! Dit Jack en regardant Jen.

-Bon, nous allons vous laisser, il ne faudrait pas que nous rations notre train pour l’aéroport, dit Joey.

Ils se serrèrent tour à tour dans leurs bras en se disant bonnes vacances. Puis Joey et Audrey partirent pour la gare.





Le soleil brillait sur la crique de Capeside. Jen était allongée sur un transat dans le jardin de la pension et profitait du soleil. Elle se rappelait tous les bons moments passés dans cette petite ville où elle avait trouvé de formidables amis. Elle pensait aussi à l’homme qu’elle avait laissé à Boston, Charlie. Jen entretenait une relation passionnée avec cet étonnant Charlie. Soudain, Jen sentit quelqu’un s’approchait d’elle et elle n’eut le temps de rien quand on l’embrassa sur la bouche. Jen, surprise, ouvra les yeux, vu Charlie et s’exclama :

-Charlie! Que fais-tu ici ? Et puis d’abord, rends-moi tout de suite le baiser que tu viens de me voler !

Ils se regardèrent et Jen, ravie, s’empressa de l’embrasser.

-Je m’ennuyais de toi à Boston donc je suis venu et puis, j’ai une surprise pour toi Jen. Ferme les yeux et surtout, ne les ouvrent pas avant que je revienne.

Jen, bien que perplexe, s’exécuta.

Charlie retourna à sa voiture, prit la surprise et retourna voir Jen.

-Ne les ouvrent pas encore ! S’exclama-t-il.

Celle-ci était assise, les yeux fermés.

-Qu’as-tu encore mijoté Charlie? Le questionna Jen.

Charlie s’approcha de Jen et soudain, elle sentit quelque chose lui lécher le visage. Elle ouvra soudainement les yeux et aperçue un petit chien. Elle fut agréablement surprise et le prit dans ses bras.

-Charlie, mais qu’est-ce que c’est ?

-C’est un chien Jen.

-Oui, je le vois bien ! Mais pourquoi ?

-Je cherchais un cadeau original pour te faire plaisir et j’ai eu cette idée. C’est génial, non ?

-Charlie, tu es le garçon le plus imprévisible que je connaisse !

Jen regarda ce petit chien au pelage caramel. Il était très mignon avec ses grands yeux noirs et ronds.

-Il est attendrissant ! J’ai toujours rêvé d’avoir un chien. Merci Charlie !

-Il faut lui trouver un nom. Comment vas-tu l’appeler ?

Jen regarda le petit chien, réfléchit et dit :

-Caramel, je vais l’appeler Caramel à cause de son pelage.

Charlie ajouta :

-Il va bien se plaire à Boston, tu verras !



Pacey était chez lui dans le grenier et triait les affaires de son défunt père. Il tomba sur un carton enfouit sous les autres. Il l’ouvra et y trouva de vieilles photos ainsi que de vieilles lettres. Il se dit :

-Tiens, je ne savais pas que mon père écrivait des lettres.

Sa curiosité l’entraîna à lire ces fameuses lettres. Il commença à en ouvrir une. La lettre datait d’un peu avant sa naissance et elle était adressée à sa mère. Mais à sa grande surprise, Pacey découvrit que la lettre n’était pas de son père. Stupéfait, il ouvrit toutes les autres lettres et constata qu’elles étaient toutes signées par un autre homme.

Pacey se rendit compte qu’il venait de découvrir un secret terrifiant. Pour en avoir le cœur net, il décida d’aller demander des explications à sa mère.

Madame Witter était dans la cuisine, elle préparait le dîner. Pacey la rejoignit, les lettres à la main. Il entra dans la cuisine. Madame Witter était dos à lui, il lui dit :

-Maman, je viens de trouver de vieilles lettres qui t’étaient destinées et qui datent de mon année de naissance. Peux-tu m’expliquer ?

Madame Witter s’arrêta net de faire la cuisine. Il eut un silence puis elle dit :

-Je savais que tôt ou tard tu découvrirais la vérité.

Elle se retourna vers Pacey qui était immobile, les yeux grands écarquillaient. Elle reprit :

-C’était bien avant ta naissance. Ton père était un acharné du travail, il venait d’être nommé shérif de la ville et n’avait plus de temps pour moi. C’est alors que j’ai fait la rencontre d’un homme qui passait à Capeside et j’ai entretenu une brève liaison avec lui. Puis, quelques mois après, il est parti. C’est à ce moment que je suis tombée enceinte de toi Pacey et j’ai toujours su que ce n’était pas de mon mari que j’étais enceinte mais de mon amant.

Pacey n’en croyait pas ses oreilles, il était comme figé. Elle poursuivit :

-Il m’écrivait tous les mois des lettres mais je ne lui ai jamais révélé qu’il avait un enfant. Puis les années se sont écoulées et je n’ai plus eu de ses nouvelles.

Pacey était là, devant sa mère. Il ne sut quoi dire, pleins de sentiments se mélangèrent en lui : de l’étonnement, de la tristesse mais aussi de la colère. Il prit la fuite sans se retourner malgré les appels de sa mère.

Pacey était en ville. Il marchait sans savoir où il allait. Il se demandait pourquoi lui avait-on caché ce terrible secret. Il était perdu, il venait de perdre un père et venait de découvrir qu’il en avait un autre.

-C’est absurde ! Se dit-il.

Soudain, Pacey vu une voiture de police. En effet, c’était la voiture de Doug. Doug vit Pacey et s’approcha de lui :

-Salut petit frère ! Alors, quoi de neuf Pacey ?

Pacey ne répondit pas. Doug inquiet lui dit :

-Je sais que la mort de Papa est très dure à accepter mais la vie continue Pacey.

Pacey dit alors :

-Ce n’est pas ça Dougy, c’est autre chose.

-Vas-y je t’écoute

Pacey ne voulait rien dire à Doug. Il se disait que ce n’était pas le bon moment pour envenimer la situation. Il lui dit :

-Ce n’est rien Dougy ! Ne t’en fais pas !

Puis Pacey regarda son frère et ajouta :

-Je comprends mieux maintenant pourquoi on n’a rien en commun toi et moi.

Pacey parti et Doug, lui, ne comprenait pas l’attitude bizarre de son frère. Il le regarda partir puis grimpa dans sa voiture.



Le matin était déjà levé. Jen avait passé la nuit avec Charlie. Elle se réveilla dans la chambre de Bed&Breakfast et vit que Charlie n’était plus là. Elle se leva et se dirigea vers la cuisine. Charlie devait être levé depuis quelques temps :

-Bonjour Jen, tu as passé une bonne nuit ?

-Très bonne. Pourquoi ton sac est-il près de la porte ?

-J’attendais que tu te réveilles pour te dire au revoir.

-Tu pars déjà ! Tu n’es arrivé qu’hier !

-Oui je sais mais j’ai du travail à Boston, je ne peux pas rester.

Jen resta devant lui sans rien dire. Charlie s’approcha d’elle, l’embrassa et dit :

-Il faut que j’y aille, mon autocar m’attend.

Il la regarda une dernière fois puis il partit.





Jen était assise dans le salon de la pension. Elle était très déçue que Charlie soit parti. Jack arriva :

-Bonjour Jen, j’ai vu Charlie tout à l’heure en ville. Je ne savais pas qu’il était là.

-Il n’est plus là maintenant, il est parti il y a à peine une heure.

-Je suis vraiment désolé Jen. Mais ce n’est pas grave, tu le reverras à Boston.

-Peut-être.

Elle se retourna vers Jack :

-Je suis vraiment déçue qu’il soit parti aussi vite, j’aurais tant voulu lui faire connaître Capeside et de lui parler de la vie que j’avais ici. Mais monsieur a du travail à Boston. Tu parles !

-Ca sera pour une prochaine fois, dit Jack sur un ton rassurant, et puis, il est quand même venu jusqu’ici pour te voir, ça veut dire qu’il tient beaucoup à toi, non ?

-Oui, tu as certainement raison Jack mais je suis quand même déçue car avec Charlie, on ne sait jamais quand il arrive et on ne sait jamais combien de temps il va rester ?

Jack prit Jen dans ses bras.



Pacey marchait en ville. Depuis la découverte de ce secret, il ne savait plus quoi penser. Il s’arrêta et s’assit sur un banc. Il était perdu dans ses pensées quand il sentit quelqu’un lui tirer la manche de sa veste. Il regarda et vit à côté de lui un petit garçon d’environ neuf ans au regard malicieux :

-Pourquoi tu es triste ? Lui dit-il.

-Je ne suis pas triste, dit Pacey

-Mais si, je le vois bien.

-Qu’est-ce que t’en sais petit malin !

-D’abord, je m’appelle Buzz et puis j’en sais plus que tu pourrais le penser !

-Si tu le dis ! Moi c’est Pacey.

-Qu’est-ce qui te rend si triste Pacey ? Je pourrais peut-être t’aider ?

-Ah non, je ne crois pas !

-C’est pas parce que je suis petit que je ne sais rien !

-Calmes- toi Buzz. Bon, je veux bien te dire ce qui me tracasse : j’ai découvert un secret…

-Un secret !

-Laisses-moi finir ! Je viens de découvrir que mon père qui est décédé n’est pas mon vrai père et que mon vrai père je ne le connais pas.

-Sale embrouille ! S’exclama Buzz.

-Ca pour une embrouille, c’est une embrouille ! Donc, maintenant, je ne sais pas quoi faire.

Il eut un silence. Buzz réfléchit et dit :

-Tu n’as rien à faire Pacey. Finalement, ça ne change rien, tu sais seulement la vérité. Ton père est celui qui t’a élevé, peut importe que ça soit ton père naturel ou pas.

Pacey regarda le petit Buzz avec beaucoup d’étonnement. Comment un gamin de neuf ans pouvait-il raisonner ainsi ?

-Et ben dit-donc ! Tu m’épates Buzz !

Buzz sourit à Pacey et lui dit :

-Il faut que j’y aille Pacey, à un de ces quatre !

Pacey regarda Buzz s’éloigner et reparti chez lui.



Pacey venait à peine de rentrer chez lui quand le téléphone se mit à sonner. Il décrocha :

-Allô ?

-Pacey ! Comment vas-tu ?

-Joey ! Ca fait plaisir de t’entendre ! Alors, Paris ?

-Il ne manque plus que toi ! Ca va comment à Capeside ?

Pacey hésita à dire son secret à Joey.

-Quelque chose ne va pas Pacey ? Tu m’inquiète.

-Non, tout va bien, je suis juste encore un peu déboussolé par tout ce qui arrive.

-Je comprends. J’ai hâte de te revoir, tu sais.

-Moi aussi.

-Je t’embrasse Pacey, Audrey aussi.

-Je vous embrasse aussi. Souhaite un joyeux anniversaire à Audrey de ma part !

-Tu n’as pas oublié, elle va être contente ! Au revoir Pacey.

Après avoir raccroché le téléphone, Pacey se sentait coupable de ne pas avoir réussi à dire à Joey son secret. Il décida d’aller voir Dawson.



Dawson était dans sa chambre, sa chambre qu’il n’avait pas revue depuis longtemps. Il était assis sur son lit. Il remarqua que sa peluche E.T n’avait pas bougé de place. Il la prit et en la regardant, il se souvint des années passées, ces années où il passait la plupart de son temps à regarder des films avec ses amis mais aussi avec Joey.

Pacey arriva :

-Je savais que je te trouverais ici !

-Salut Pacey, j’étais en train de repenser à tous ce qu’on à vécu ici, les bons comme les mauvais moment.

-C’est sûr qu’il s’en est passé des choses mais le passé, c’est le passé !

-Tu as raison Pacey, j’ai tort d’être nostalgique. Au fait, tu n’es pas venu jusqu’ici pour me faire la morale sur le passé. Tu voulais me dire quoi Pacey ?

Pacey vint s’asseoir prêt de Dawson. Il lui raconta le secret qu’il avait découvert. Dawson ne sut quoi dire, il était vraiment troublé par la confidence de Pacey et il était désolé pour lui. Puis il lui dit :

-Tu as mit Joey au courant ?

-Elle m’a appelé de Paris tout à l’heure et je n’ai pas réussi à le lui dire et maintenant, je me sens coupable de lui cacher une chose aussi importante.

-Je pense que Joey sera très compréhensible comme elle l’a toujours était.

-J’espère que tu dis vrai Dawson.

Il eut un bref silence et Dawson reprit :

-Tu comptes faire quoi Pacey ? Tu veux retrouver ton vrai père.

Pacey se souvint alors de la conversation qu’il avait eut avec le petit Buzz :

-Non-Dawson. Mon vrai père était le shérif Witter, bien qu’il fut le père le plus imparfait qu’il soit, c’était mon père et ce que je suis devenu c’est un peu grâce à lui. La seul chose qui a changé c’est que j’ai découvert une vérité.

Dawson regarda son ami, il était très étonné de la réaction de celui-ci. Il remarqua que Pacey avait évolué dans le bon sens et avait acquis un peu plus de sagesse. Il se dit alors que Joey avait influencé positivement Pacey et que c’était une bonne chose qu’ils soient ensemble.





Les vacances d’été s’achevaient. Jen et Jack avaient fini par décider de rester à Capeside durant tout l’été. C’était leur dernier jour :

-Finalement, on a bien fait de rester, on a passé de superbes vacances.

-C’est vrai, on ne se serait pas autant amusés à Boston, Jen !

Jen était sur la terrasse du Bed&Breakfast, elle regardait le magnifique paysage :

-Ca m’a fait beaucoup de bien de revenir ici, je n’étais pas consciente que tout ça aller me manquer.

Elle se retourna vers Jack :

-Je suis contente qu’on est passé ces vacances ensemble, je suis contente que tu sois là Jack.

-Moi aussi Jen.

Ils échangèrent un long regard puis Jack dit :

-Il faut y aller maintenant, c’est l’heure de retrouver notre chère ville de Boston.

-Allons-y.

Ils prirent leurs bagages, remercièrent Bessie pour son hospitalité et grimpèrent dans un taxi en jetant un dernier regard autour d’eux.



Dawson était en train de faire ses valises, les vacances étaient terminées pour lui aussi. Madame Leery arriva :

-Tu vas me manquer chéri

-Tu vas me manquer aussi maman, prends bien soin de toi et de Lily.

Dawson était nostalgique mais il savait que sa vie ici appartenait au passé. Il regarda une dernière fois sa chambre puis il partit.



La fin de la journée s’annonçait. Tous étaient sur le chemin du retour et Pacey avait finalement décidé de ne pas rester à Capeside. Joey avait raison, sa vie n’était plus ici, elle était à Boston.

Il prépara ses dernières valises quand il sentit une présence derrière lui, il se retourna :

-Joey ! On ne devait pas se voir à Boston ?

-Je voulais te faire la surprise et puis, je ne savais pas quand je te reverrais.

-Je suis content de te voir !

Il la sera dans ses bras et l’embrassa :

-Alors, c’était comment Paris ?

-Comme je l’imaginais !

-Tu me raconteras tout ça sur le chemin du retour.

Joey eut un regard étonné :

-Le retour ? Tu ne restes pas à Capeside ?

-Non, je rentre avec toi, je veux reprendre la vie qu’on a laissée.

Joey était ravie :

-Je vois que la sagesse a pris le dessus sur toi.

-Oui, j’ai beaucoup appris durant ce séjour et il faudra aussi que je te dise quelque chose à propos de ma famille.

-C’est grave ? S’inquiéta Joey.

-Non, c’est juste un détail !



Tous avaient repris le court de la vie et leurs séjours à Capeside leurs avaient appris beaucoup.

Jen savait que quoiqu’il arrive, Jack serait toujours là pour elle, elle savait que leur amitié ne s’effondrerait jamais et que Jack serait l’homme qui l’aimerait et la respecterait jusqu’à la fin.

Dawson, lui, avait souvent douté de son avenir cinématographique et son retour à Capeside lui avait redonné foi au cinéma et il était décidé à aller jusqu’au bout : C’est en revenant là où tout à commencé que ses doutes s’étaient envolés.

Quant à Pacey, il avait beaucoup appris et mûri. Avec la mort de son père, Pacey s’était rendu compte qu’il l’aimait bien plus qu’il ne le pensait mais il s’en voulait un peu de ne l’avoir remarqué que trop tard : c’est quand on perd une personne qu’on se rend compte qu’on tenait vraiment à elle.

FIN








































Ecrit par Luinel 
Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoBlabla

Titepau04 (23:15)

Merciiii !!! Bisous à vous, bonne nuit!

Sonmi451 (23:16)

Il se lève pas vraiment, c'est juste un besoin de câlin, de savoir que maman est tjs là. Là avec les microbes par contre, je m'attends à une nuit courte, voir blanche. Du moment qu'il réveille pas son frère, ça m'ira.

Sonmi451 (23:17)

Bisous bisous tite.

stanary (23:18)

Bisou tite !
Ohhhh c'est mignon ! Un besoin de câlin de maman

Sonmi451 (23:20)

oui et c'est agréable même pour maman, il pleure à peine, je le prends, il met sa tête contre mon cou et se rendort.

Titepau04 (23:20)

stanary (23:21)

Eh bah alors ? T'étais pas censée dormir ?

stanary (23:22)

Et somni, je devrais attendre longtemps avant de vivre ça pfff

Titepau04 (23:22)

Bah oui mais j'ai une copine nouvellement maman qui m'appelle au secours!

Sonmi451 (23:22)

ha elle a un soucis?

Titepau04 (23:22)

Tu verras c'est génial!!!

Sonmi451 (23:23)

L'attente vaut le coup.

Titepau04 (23:23)

Elle a accouché jeudi et elle a du mal à desceller ce que bebe demande... et comme elle n'est pas sûre d'elle et que les soignantes sont nulles... au secours Pau!

stanary (23:24)

Ah bah ça, ça doit être typique. Mais où est le père ?

Titepau04 (23:25)

Chez lui, dans son lit certainement!!

Sonmi451 (23:25)

le père est chez lui ^^

Titepau04 (23:25)

Elle est encore à la mater

Sonmi451 (23:25)

les hommes ne sont pas invités à rester à la mater la nuit à part dans certains endroits et à un certain prix. ^^

Sonmi451 (23:26)

faut qu'elle se rassure, on a tous dû mal à comprendre au début. ^^

Titepau04 (23:26)

C'est ça... jusqu'à 22h la

Sonmi451 (23:26)

les soignantes, ça dépend vraiment de la personne.

Sonmi451 (23:26)

elle allaite?

Titepau04 (23:27)

Oui

Titepau04 (23:27)

C'est ce que je lui dit! Même encore maintenant, on ne les comprend pas toujours!

Sonmi451 (23:29)

C'est peut être la faim si elle a pas encore eu sa montée de lait. Il faut un temps entre le bébé soit en phase avec la quantité de lait.

Sonmi451 (23:29)

Moi ce sont des hommes, je les comprendrais jamais lol

Titepau04 (23:29)

Il s'endort au sein mais se réveille des qu'elle le pose

Sonmi451 (23:31)

classique, les deux miens faisaient ça. lol

Titepau04 (23:31)

Le mien aussi

Sonmi451 (23:31)

et mon dernier fait ça sur le bib' tous les soirs. ^^

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play