VOTE | 148 fans |

#508 : 1 nuit à l'hôtel New Hampshire

Titre en VO : "Hotel New Hampshire" - Titre en VF : "Une nuit à l'hôtel New Hampshire"
¤ USA : diffusé le 28/11/01 - France : diffusé le 16/03/02
¤ Scénario : Diego Gutierrez - Réalisation : Lev L. Spiro


Jen et Dawson se rendent à un festival de cinéma dans le New Hampshire où ce dernier se voit décerner un prix. Amusés par le fait que tout le monde les prenne pour un couple, ils finissent par se prêter au jeu. Leur relation prend alors une nouvelle tournure, plus qu’amicale…

Á Boston, la fièvre gagne également Karen et Pacey. A la suite d’un dîner platonique initialement prévu pour remonter le moral de Karen, les deux jeunes gens succombent finalement à la tentation.

Jack invite Audrey et Joey à une fête qu’il organise avec ses « frères ». La soirée s’assombrit quand Joey découvre les véritables raisons qui ont poussé Jack à inviter Audrey.

Plus de détails



A l’intérieur de son bateau, Pacey discute avec Dawson. Dawson dit que tout va bien mais il ne sait pas ce qu’il a envie de faire. La seule chose qu’il sait, il ne va plus retourner à l’USC.

Pacey pense qu’il a besoin de temps. Ensuite il parle de la situation de Pacey. Il dit qu’il est serein depuis qu’il est cuisinier mais son seul problème, c’est son côté cœur depuis qu’il a voulu aider Karen. Mais il ne veut pas trop en parler.

GENERIQUE

Joey révise avec Jen. Joey lui demande où est Jack. Jen lui répond qu’il est à la fraternité. Ils organisent une fête. Jen ne veux pas aller là-bas car elle déteste les confréries.

Joey va accompagner Jack. Puis Joey lui demande des nouvelles de Dawson. Jen est étonnée qu’elle lui pose cette question. Elle dit qu’il va mieux car il fait des séances chez une psychologue et cela lui fait du bien.

Joey dit qu’au début, elle avait du mal à ne pas être celle qui l’accompagne. Mais qui d’autre que Jen pourrait être là pour lui. Jen remercie Joey.

A la confrérie, ils préparent la fête. Le seul but de la fête, c’est de s’éclater et de se trouver une fille pour s’envoyer en l’air ! Un mec dit à Jack d’emmener quelques filles de Worthington…

Pacey entre chez Karen. il lui fait son grand jeu car il veut l’inviter à sortir. Elle refuse, puis Pacey dit qu’elle a besoin de prendre l’air et que la soirée est amicale. Finalement, elle accepte.

Dawson discute avec sa psychologue Il prétend que tout le monde veut prendre soin de lui pour le protéger C’est impossible pour lui de progresser. Elle lui demande s’il en parlé avec ses amis de ce problème. Il répond que non. Puis elle parle du Festival du Film. Elle lui demande s’il va y aller, pour retrouver l univers du cinéma le temps d’un week-end ainsi que d’inviter un proche.

Jen est à la radio. Elle dédie une musique. Nora arrive. Elles parlent de Charlie. Jen dit qu’elle va mieux tandis que Nora avoue qu’elle pense toujours à lui. Elle n’arrive pas à l’oublier avec toutes les lettres d’amour que Charlie lui envoie. Jen ne comprend pas car elle n’a rien reçu. Elles comprennent que Charlie cherche à reconquérir que Nora et non les deux. Elle s’excuse auprès de Jen.

Jen pleure dans les bras de Dawson. « Je veux des lettres d’amour ! » Elle n’arrive pas à comprendre que Nora était la petite amie et elle « la Marie Couche toi là. » Jen dit que normalement c’est elle qui console Dawson mais il lui que cela lui fait du bien. Jen en a marre de Boston. Dawson l’invite à New Hampshire pour le week-end.

Dans leur chambre, Audrey et Joey se préparent pour la fête. Audrey est excitée d’aller à cette fête et veut rencontrer Eric, son cavalier. Elle ne comprend pas pourquoi Joey est heureuse d’aller là-bas. On frappe à la porte. C’est Jack et Eric. Ils partent à la fête.

Dawson est à l’hôtel. La réceptionniste le considère telle une star. Elle voit Jen et pense que c’est sa petite amie. Lors de ce week-end, ils se prennent pour un couple. Puis un gars lui dit que la projection de son film affiche complet. On lui montre son concurrent, Oliver.

Avant d’entrer dans la chambre, Dawson dit à Jen qu’ils peuvent toujours rentrer à Boston. Elle lui dit que c’est génial à part que les gens sont un peu « spéciaux ». Ils rentrent dans la chambre, c’est une chambre de luxe, spécialement pour les lunes de Miel.

Jack, Eric, Audrey et Joey arrivent à la confrérie. Des gars s’approche d’Eric et lui que cette fois-ci, il doit assurer. Joey demande à Jack ce qu’ils veulent dire mais Jack dit que ce n’est rien. Puis elle a envie de téléphoner à Jen pour lui dire de les rejoindre. Jack lui répond dit que ce n’est pas la peine car elle est en week-end avec Dawson.

Pacey est au restaurant avec Karen. Ils discutent.

Jen est Dawson sortent devant l’hôtel pour parler. Dawson ne comprend pas pourquoi il a reçu un prix. Jen dit qu’il est talentueux alors qu’il arrête de penser le contraire.

Pacey raccompagne Karen chez elle. Il n’arrête pas de la complimenter Sous le porche, elle dit qu’elle a beaucoup apprécié la soirée.

Il veut lui faire la bise mais elle l’embrasse. Ils entrent dans l’appartement. Ils se déshabillent tout en s’embrassent. Elle le pousse sur le canapé…

Il y a la projection du film sur A .I. Brooks. Tout le monde applaudi. L’organisateur du festival parle de la lettre que Mitch a envoyée avec la vidéo. Elle disait qu’il devait prendre en considération le film, même si l’envoi avait trois jours de retard sur la date limite. Mécontent, il a visionné le film et l’a adoré.

Dawson est le gagnant. Dawson monte sur la scène pour faire un spitch. Il dit que la passion du cinéma lui est venue de son père. Ils adoraient aller au cinéma voir un film puis en discuter. Il dédie ce prix à son père, et remercie sa petite amie, Jen. Lors du discours, Jen est émue.

Audrey est avec Eric. Elle s’ennuie car il n’arrête pas de parler de musculation et salle de sport. Eric tente de mettre sa main sur l’épaule d’Audrey mais elle le repousse. Eric se lève pour chercher un verre.

Au bar, il parle avec Jack. Il lui dit que Audrey est une allumeuse mais sinon elle fait rien. Jack lui assure qu’avec elle, c’est toujours partant et qu’elle ne cherche que ça. Lorsqu’il lui dit ça, Joey l’écoute. Elle part.

Dans l’appartement de Karen, Pacey est avec Karen. Elle regrette ce qu’ils ont fait. Pacey remarque son attitude et lui demande se elle a couché avec lui pour se venger de Danny. Elle ne sait pas quoi répondre. Enervé, Il part.

Dawson parle avec Oliver, ce dernier le félicite pour son travail. Oliver demande à Dawson si l’USC est bien. Dawson dit qu’il a abandonné.

Oliver travaille à Boston car il adore l’atmosphère de la ville. Il propose à Dawson de se revoir à Boston. Il accepte puis Jen arrive.

Retour à la fête, Joey est énervée contre Jack. En plus il a trop bu. Elle pense qu’il était pressé d’être à Boston pour se trouver des nouveaux amis et se débarrasser des anciens.

Jack rétorque en lui disant que grâce à eux il n’a plus besoins de se soucier des autres. . Joey pense qu’il se voile la face, toutes ces personnes sont des imbéciles. Jack la critique, il lui dit qu’elle est coincée et qu’elle la ramène tout le temps avec ses règles de vertus. Joey est vexé et part.

Jen est avec Dawson dans leur chambre. Il parle de son discours et pour une fois il culpabilise pas, il se sent bien. Il remercie Jen. Puis il se remémore leur ancienne relation. Grâce à elle, il a eu son premier coeur brisé à cause d’une fille. Il lui demande pourquoi ils se sont séparés. Elle lui répond qu’il aimait Joey .

Mais il pense qu’elle l’a quitté parce qu’il ne l’a jamais attiré physiquement, qu’elle le trouvait inoffensif. Jen s’approche de lui et l’embrasse. Ils s’embrassent puis se déshabillent…
Lendemain matin. Jen regardent Dawson se réveiller. Il reparle cette nuit. Pour lui c’était génial.

Pacey parle à Danny car il veut partir. Danny lui dit que Karen a démissionnée. Il s’excuse de l’avoir entraîné dans cette histoire, il regrette, mais il peut rester. Pacey part.

Joey entre dans sa chambre. Audrey est en train de parler avec Jack. Elle le laisse seul avec Joey. Jack lui dit qu’il ne sait pas comment justifier son attitude. Joey parle de leur parcours. Et si il a besoin de la fraternité, alors il faudra qu’elle et ses amis l’acceptent.

Karen est assise sur un banc, Pacey se met à côté d’elle. Elle lui dit qu’elle ne regrette pas. Grâce à Pacey elle a pris la bonne décision. Un taxi arrive. Elle demande à Pacey de rester avec Danny, elle reconnaît qu’il cuisine bien. Ils se serrent dans les bras. Karen monte dans son taxi.

Jen et Dawson font leurs valises. Jen dit qu’ils doivent parler. Elle lui demande si leu amitié va être détruite à cause de cette nuit. Dawson ne sait pas où ça va les mener, mais il est prêt à explorer ça. Jen est d’accord.

Mais elle regrette de devoir rentrer. Dawson dit qu’ils n’ont qu’à rester là. Dawson défait sa valise puis ils s’embrassent.


Résumé écrit par Steven. Grand Merci.

Vue sur le port. Dans un bateau, Pacey et Dawson parlent tout en buvant une bière :

Pacey : Comment ça va ?
Dawson : (soupir) Globalement ça va
Pacey : ah globalement, une fois le message correctement décrypté on en déduit, que c’est un peu moins l’enfer, qu’il y a une ou deux choses qui te prennent la tête. Alors vas y dis moi ce qui te turlupine ?
Dawson : rien, je t’assure, et c’est …non,  pour être franc le problème c’est … que je ne sais toujours pas ce que j’ai envie de faire
Pacey : c’est décidé tu ne retournes plus à l’USC
Dawson : oh non, et ça je sais que c’est la bonne décision mais malheureusement c’est tout ce que je sais.
Pacey : et doucement pas de panique ! Tu devrais arrêter de te mettre la pression, la vie vient de te désarçonné et méchamment. Tu as besoin de temps avant de te remettre en selle et de repartir au galop, en tout confiance. Je crois que tu as choisis le bon endroit pour ça.
Dawson : Ah bon ?!
Pacey : ben oui, tu es en train de parler au roi du flou artistique en personne. Qu’est ce que j’ai fais d’après toi pendant toutes ces années de lycée ? Je me suis perfectionné dans l’art de vivre sans but précis
Dawson : l’an dernier, tu aurais explosé, je suis sur en dressant un portrait de toi aussi peu valorisant, mais aujourd’hui Pacey, t’as plutôt l’air serein
Pacey : oui je sais c’est terrible, mais qu’est ce que tu veux, j’adore la vie de cuistot mmh ?! J’adore transpiré devant les fourneaux. Sandwich ?
Dawson : oui je veux bien
Pacey : mais c’est inévitable, il y a une ombre au tabloïde. Et oui côté cœur c’est le drame.
Dawson : ah bon ?!
Pacey : et oui ! en gros tout à commencer quand j’ai voulu aider cette fille à sortir d’une relation destructrice, mais après tu ajoutes deux ou trois pincées de cette impensable attirance que j’ai pour elle, tu mélanges le tout avec le manque totale d’attirance qu’elle a pour moi, et t’as une idée de ce que je peux vivre
Dawson : (rit) c’est cruel !
Pacey : oui
Dawson : tu veux qu’on en parle ?
Pacey : mmh, non. Entre nous ça n’a rien de très intéressant, pas la peine de t’ennuyer avec cette histoire. Surtout que côté soucis, ça va, t’es bien servi.
Dawson : (baisse la tête, fait la grimace). Ça vaut ce que ça vaut, mais tel que je te connais, tu l’aideras, tu trouveras un moyen, drame ou pas drame.
Pacey : tu crois ça toi ?
Dawson : j’en suis convaincu. (il regarde dans les yeux Pacey avec un petit sourire)

Générique

Maison de Grams

Joey et Jen étudient. Jen commence à piquer du nez.

Jen : bon là il est grand temps de faire une pause. Je bloque sur la même phrase depuis une heure. Je me sens bête et c’est humiliant.
Joey (sourit) : alors là, pas la peine de me le dire deux fois
Jen : super !

Elles se lèvent, prennent leur verre pour aller boire

Joey : pouf ! il est où Jack ?
Jen : mmh au pays de la fraternité !
Joey : au fait il t’a parlé de la fête qu’ils vont organiser ?
Jen : Oui! La super fête sigma epsilon ça me dit quelque chose. Mais très franchement j’ai du mal avec tout ce qu’il se rapporte avec l’alphabet grec. C’est du grec pour moi.
Joey :  (sourit) je vois, il n’oserait pas t’inviter dans une soirée chez les primates alors du coup c’est moi qui jouerait le rôle de la cavalière
Jen : Je compatie Joey, je te jure. Tu regarderas Jack faire semblant d’être en phase avec ses demeurés, dégoutants.
Joey : oh je t’en prie, c’est pas si terrible que ça ?!!
Jen : je suis sure que grand mère a dans ces tiroirs des petites pilules qui pourront t’aider à traverser cette épreuve
Joey : oh ! C’est gentil mais je devrais m’en sortir. Jen ?! En parlant des hommes de notre vie, comment va Dawson ces jours-ci ?
Jen : euh… c’est toi qui me le demande ?
Joey : ben oui tu sais, enfin, je ne l’ai pas vu depuis quelque temps et je sais que vous êtes souvent ensemble tous les deux. C’est important pour moi de savoir qu’il se sente mieux dans sa tête.
Jen : Il va mieux, oui. Il voit une psy et je trouve que les séances lui font du bien, oui, ça ira en s’améliorant
Joey : ah… (Soupir de soulagement), en fait c’est ce que j’avais besoin d’entendre là. (Jen hoche la tête). J’ai eu du mal de me faire à l’idée que je ne serais pas celle qui l’accompagnerait durant cette période, tu comprends ?
Jen : oui
Joey : mais finalement je l’ai accepté. Cela dit on se sent très nul en disant ce genre de chose
Jen : non tu n’es pas nulle, arrêtes
Joey : en tout cas, je tiens vraiment à te dire, que dans ce contexte, je ne vois qui mieux que toi pour remplir ce rôle auprès de lui. Je suis contente que tu sois là pour Dawson !
Jen : (sourire) merci

A la fraternité

Ils sont tous réunis, assis sur des canapés

Homme (ours polaire) : ce n’est pas terminer, silence mesdemoiselles. Ne te vexe pas Jack. Faut pas se relâcher, tout n’est pas encore réglé pour ce soir. Après cette réunion, chaque minute sera précieuse. Je résume : A  c’est notre plus grande manifestation avant les vacances. B ça doit être parfait. Et C, tout le monde devra s’envoyer en l’air !

Tout le monde applaudit et rit.

Homme : vous devriez tous avoir une cavalière à l’heure qu’il est mais ceux qui n’en aurait pas encore trouvé, voici la liste !
Jack : La liste ! La liste !
Homme : Ne soyez pas sans amour mes frères ! J’ai besoin de nom, j’ai besoin de jolie nana prête à bien s’éclater !
2ème homme : Qu’est ce que tu penses de Debie ?
3ème homme : ouais ! Alison !
Autre : Cindy !
4ème homme : Et ça serait sympa si on pourrait avoir des supers canons de Worthington !
Homme : Allez Jack ! On sait que tu as des copines très sexy ! et on sait que tu y toucheras jamais

Rire, applaudissement, des « allez »

Jack : bon d’accord ! D’accord ! Je connais peut-être une fille qui pourrait peut être répondre à vos attentes messieurs
Eric : Hey !! J’ai la priorité sur la fille en question, d’accord ? J’ai déjà vu les amis que fréquente Mc Phee.

Grand rire

Homme : voila qui est réglé, Eric s’est trouvé une partenaire !

Applaudissement, rire, des « wouhou »

Immeuble de Karen

Pacey rentre dans l'immeuble chez Karen, frappe, et Karen lui ouvre

Pacey : Que ce soit clair, j’ai parfaitement conscience du caractère absurde de ce que je m’apprête à dire, mais j’ai aussi parfaitement conscience des faiblesses de ta vie amoureuse. Je refuse de te regarder souffrir plus longtemps parce que je sais que je suis capable de t’aider, d’accord. Par conséquent ce soir, on sort ensemble.
Karen : euh, je ne peux pas sortir avec toi Pacey
Pacey : une seconde ! Je t’explique. Tu ne dois pas voir ça comme un rendez vous galant mais comme une occasion inespéré de comparer et de faire le point ou comme un essai gratuit pour une vie sans chagrin.
Karen : oui mais je ne peux pas, tu le sais ça ?!
Pacey : non non tu peux Karen ! Ecoutes, c’est évident que tu as besoin d’une petite pause, ça fait trop mal, d’ailleurs tout le monde souffre dans l’affaire, même moi. Je te promets je ne porterais pas de chaussettes sales, ni de caleçon panthère, je peux même aller à la superette du coin et leur piquer une bouteille d’eau de Cologne alors ! (Karen rit) alors c’est oui ?! J’ai quelques raisons d’espérer. T’as ma parole. Ce sera une soirée totalement platonique
Karen : mmhh si tu veux ! (Pacey sourit) très bien, une sortie amicale, rien de plus
Pacey : parfait ! T’es cool, alors je repasse à sept heures
Karen : ça me va
Pacey : ouais !!!!

Bureau du psy

Psy : c’est de votre ami Pacey que vous parlez ?
Dawson : oui mais ça concerne tous mes amis. On dirait que… ça va faire deux mois maintenant et… et tout le monde continue. Ils prennent tous des gants avec moi comme si ils voulaient me protéger. Ils me considèrent comme une chose, je sais pas, fragile, prête à se briser, ils refusent de voir Dawson la personne et ils croient bien faire, sauf que c’est pratiquement impossible de progresser.
Psy : En avez vous discuté avec eux ?
Dawson : oui ! Non ! Honnêtement je n’en ai pas parlé avec eux.
Psy : mais au fait. Ce festival du film dont vous m’avez parlé, et c’est bientôt ?Dawson : Ce week-end
Psy : Vous y allez ?
Dawson : Ce n’est pas prévu, non
Psy : ce serait peut-être bon pour vous de renouer avec ce milieu, le temps d’un week-end. Apres vous verrez plus clair. Vous pourriez y emmener un de ces amis dont vous vous sentez si éloigner. Allons ! Il doit bien y avoir quelqu’un qui pourrait vous accompagner

Dawson sourit

Radio

Jen est à l’antenne.

Jen : je dédie cette chanson à toutes les malheureuses qui tentent de survivre après un chagrin d’amour. Croyez moi il y aura des jours meilleurs

Nora frappe à la vitre, et va voir Jen. Elles se saluent, se prennent dans les bras.

Jen : Oh ! Rassures toi, cet espèce de traite immonde qui fut jadis notre petit ami est en congé aujourd’hui.
Nora : Ah ! Excellente nouvelle !
Jen : oui c’est une bonne chose. Tu sais quoi ? Même s'il était là, je m’en ficherais complètement !
Nora : C’est vrai ?
Jen : oui ! Je crois que le temps à fait son œuvre, j’ai cicatrisé. (Nora fait une drôle de tête). Mais qu’est-ce qu’il se passe ?
Nora : rien, j’aimerais bien avoir ton self contrôle. Logiquement je devrais avoir envie de vomir rien que d’entendre le nom de Charlie, seulement au lieu de ça, je rêve de lui en permanence. T’as vu jusqu’où il va pour nous reconquérir. Il nous sort les grands classiques, j’ai changé, et tout et tout
Jen : quoi ? Quel grand classique ? Je ne vois pas
Nora : toutes ces lettres d’amour qu’il n’arrête pas d’envoyer. Ça t’arrive jamais de te dire quand tu te retrouves tout à coup sous ta couette toute seule, des trucs du genre mais peut être qu’il a changé en fin de compte.
Jen (souffle) : en réalité j’ignore de quelle lettre d’amour tu parles
Nora : oh ! Il ne t’a pas envoyé de lettre ?
Jen : non !
Nora : ah…
Jen : waaa… donc il essaie de te récupérer avec des lettres à l’eau de rose
Nora : Jen ! Je suis désolée, est-ce que ça va ?
Jen : non, non, non, non je t’en prie, ne t’excuses pas, Nora, tout va bien. C’est vrai, d’ailleurs souviens-toi, je te l’ai dis toute à l’heure, ça m’est complètement égal.

Dans un café

Jen pleure. Elle est assise avec Dawson.

Jen : Je veux des lettres d’amour ! Je n’y comprends rien du tout, pourquoi il l’a choisi elle et pas moi ?!! Il y a un truc repoussant chez moi ?
Dawson : oh Jen ! Tu n’es pas repoussante du tout
Jen : Tu te rends compte tout ce temps, moi j’ai cru que Charlie nous avez trompé autant l’une que l’autre mais non, elle était la petite amie, alors que j’étais  juste là la marie couche toi là
Dawson : La marie couche toi là ?!! Tu veux rire ? (il rit)
Jen : non voila ce que je suis une marie couche toi là
Dawson : oh Jen !
Jen : Normalement ça devrait être l’inverse, normalement c’est moi qui devrais te consoler
Dawson : s’il te plait Jen, j’ai le droit de te réconforter et puis crois le ou non, ça m’aide beaucoup
Jen : (soupir) Cette ville me sort par les yeux, rien qu’à l’idée de les croiser, j’ai carrément envie de vomir.
Dawson : très bien ! Nous allons sortir d’ici alors ce week-end
Jen : Génial ! Et où est ce que tu as envie d’aller ?
Dawson : t’as déjà visité New Hampshire ?
Jen : non

Dawson rit

Audrey et Joey se préparent, Joey se maquille devant une glace.

Audrey : Tu veux que je te dise, je suis super excitée à l’idée d’aller à cette soirée. J’étais tellement contente quand Jack a téléphoné. Ouais d’accord les plans de dernière minute sont souvent galère et puis ne pas connaitre son cavalier c’est risqué aussi… Joey ! Tu squattes le miroir (Audrey pousse Joey)
Joey : oh ! Sorcière va !
Audrey : oh la la ! Bonjour le laideron ? Je n’ai rien de potable à me mettre
Joey : Audrey ! Tu es splendide ! Moi en fait ça fait ni chaud ni froid, je dois avoir une certaine confiance en Jack, je suis sure que c’est une énième soirée de débauche maquillé en grand événement
Audrey : oh quel rabat joie ! Souviens toi quand même que Jack a dit que le Eric était très joli garçon ce qui a priori est plutôt motivant. Secundo pour une jeune femme aussi progressiste que toi. c’est surprenant de voir comment tu bloques sur les fraternités
Joey : Les mots progressistes et fraternité n’ont strictement rien à voir dans la même phrase
Audrey : ce manteau ça va ?

Joey lui fait ok des mains

Audrey : Joey ! On sort avec deux garçons charmants alors un peu d’enthousiasme d’accord ?
Joey : oui d’accord ! En tout cas, à défaut d’autres choses, je passerais quelques heures agréables avec Jack

On frappe à la porte. Joey et Audrey se font des signes du regard.

Audrey : Minute, minute, attends ! (Audrey se place) C’est bon !

Jack et Eric sont à la porte, habillés d’un costard, cravate.

Jack : Salut !
Joey : Salut Don Juan !
Jack : waouh ! t’es superbe Joey !
Joey : oh merci

Jack et Joey se prennent dans les bras, puis Jack prend dans les bras Audrey

Jack : Audrey ! Salut ! ça va ?
Audrey : très bien !
Jack : Génial ! Eric ! Voici Joey !
Eric : Enchanté ! Alors comment ça va ?
Joey : ça va merci

Eric sert la main à Joey, puis Audrey

Jack : et voici Audrey !
Eric : Bonsoir !
Audrey : bonsoir !
Eric : Jack avait raison, tu as de nombreux atouts (Joey fait une drôle de tête)Audrey : merci ! Ben tu devrais faire l’affaire
Joey : bon ben ! On y va à cette fête !
Jack : oui allons y

Ils partent, Jack referme la porte.

Sur une devanture on peut lire: FIREHOUSE THEATRE, 5TH Annual, Hooksett Film Festival

Femme de l’accueil : Je peux vous aider ?
Dawson : oui je suis Dawson Leery et je viens pour le festival du film
Femme : oh ben ça alors ! Vous êtes drôlement mignon, encore plus que sur la photo
Dawson : euh non il y a une photo ?!!
Femme : oh ! (en regardant Jen) c’est votre petite-amie ?

Jen se met à rire, Dawson aussi

Homme (derrière la femme de l’accueil) : trop cool ! Ton film est génial ! La projection se fera à guichet fermé ! T’as battu Oliver dis donc ! Et pourtant il a la côte par ici.
Dawson : euh excuses moi ! Qui est Oliver ?
Homme (en montrant quelqu’un du doigt) : notre célébrité locale, je ne vois pas ce que les gens lui trouvent. Pour moi, il est légèrement arriéré.
Femme : il est excentrique Trévor, c’est pas vrai.

Dawson rit, et signe le registre. Ils sont dans un couloir, se dirigent vers la porte de leur chambre.

Dawson : Si tu préfères, on peut tout aussi bien faire demi-tour et rentrer à Boston.
Jen : oh non pas question
Dawson : C’est sur ?
Jen : C’est vrai que les habitants de cette ville ont un côté décalés mais...
Dawson : oui…
Jen : on est reçu comme des princes, c’est agréable, et pour moi c’est sympa d’être pour un soir, la chère et tendre de la plus grande vedette du festival.

Ils ouvrent la porte, et c’est une immense chambre. Dawson rit.

Jen : oh chéri ! C’est trop !
Dawson : oui

A la fraternité

Jack, Joey, Eric et Audrey rentrent. Les gens sont habillés sur leur 31, ils boivent, discutent.

Audrey : Waouh !! Ben dis donc vous avez mis le paquet !
Eric : Zigma est le meilleur sinon rien.

Jack et Joey sont impressionnés aussi.

Homme : Bravo Eric t’as assuré là ! ça va cartonner je sens !

Eric leur serre la main. Jack a l’air un peu gêné.

Joey à Jack : Qu’est ce qu’ils racontent !
Jack : oh rien ! Ils sont un peu niais ces deux là
Eric : Vos manteaux mesdames !
Audrey avec le sourire : ouais !
Joey : Je trouve que Jen devrait partager cette épreuve avec nous, je l’appelle ?
Jack : ça ne servira à rien, elle est en week-end avec Dawson.

Joey est étonnée.

Pacey est dans un restaurant avec Karen. Une serveuse leur débarrasse leur assiette.

Pacey (à la serveuse): C’était parfait, merci. L’addition s’il vous plait. (à Karen) Alors ?
Karen : Quoi ?
Pacey : oh Karen ! Est-ce que tu as apprécié ce diner ? Et tu peux également admettre que j’ai fais fort. En entrant ici, ton visage s’est illuminé !
Karen : Pacey tu te fais des idées
Pacey : ton visage s’est illuminé, mais revenons plutôt au mérite qui devrait mettre accorder. Tu as du remarqué que ce soir nous avons fais que fréquenter que des lieux bondés, je ne voulais surtout pas que subitement tu me sautes dessus (Karen éclate de rire). C’était une soirée platonique
Karen : ouais faut dire que tu es extraordinairement sexy avec ce tablier.

Pacey regarde son tablier, l’enlève, et ils rient.

Pacey : j’avais oublié
Karen : qui aurait cru que tu aurais aussi peur de te salir. Je te l’accorde tu es parfait. Aucun autre homme n’aurait offert une parade aussi efficace à mes élans. Tu m’as sauvé de ma propre folie
Pacey : oui crois moi ça n’a pas été facile (il boit son café, Karen rit). Je sais que tu déteste entendre ça, mais tu mérites mieux qu’une aventure minable avec Danny Braquer. Une femme aussi généreuse et aussi belle que toi mérite quelqu’un qui est là que pour elle, qui peut lui donner de l’amour, autant qu’elle en donne.

Karen  et Pacey se regardent

Au festival

Jen et Dawson sortent.

Dawson : C’était bien hein ?
Jen : oui vraiment bien
Dawson : ce qui remue d’autant plus le couteau dans la plaie
Jen : quel couteau ? Quelle plaie ?
Dawson : comment ai-je réussi à décrocher ce prix ? Est-ce mon père qui a fait un don conséquent à la bibliothèque municipale ou bien est-ce que ces gens ont aucune idée de ce qui est beau ou moche ?
Jen : bon ! Il va falloir arrêter ça s’il te plait
Dawson : arrêter quoi ?
Jen : Ce discours, tu vois bien que les gens sont normaux à Hooksett. Et critiquer leur mauvais gout, te sers de tout évidence à dévaloriser le potentiel artistique que tu possède. Tu as un talent exceptionnel alors tu veux bien arrêter ce travail de sap. Sinon c’est la rupture mon chéri !
Dawson : Tu ne rompras pas avec moi, c’est impossible. L’attirance physique est beaucoup trop forte.
Jen : oh lala ! Tu me tiens alors là !

Ils rient. Oliver arrive vers eux.

Oliver: Hey! Leery!
Dawson: bonsoir!
Oliver : J’espère qu’il vaut le coup ton film. La tradition veut que ce festival décerne le premier prix à un film qui offre une vision unique et à un vrai discours. Mon je l’ai eu trois fois de suite et je ne supporte pas l’idée de… d’avoir été supplanté par un frimeur d’Hollywood, tu comprends ? (Dawson et Jen se regardent). Il y a un truc qui n’est pas très cool. (il s’adresse à Jen) Salut ! T’es vachement jolie ! (il hoche la tête, la baisse, puis s’en va).
Jen : Rien n’a ajouter ?!!! (Dawson rit)

Pacey et Karen marchent dans la rue.

Pacey : Pas de cigarette après diner ?
Karen : pas de cigarette ! En général, je fume seulement quand je suis contrariée ou très énervée
Pacey : conclusion tu n’es ni contrariée, ni très énervée. Là tu vois je dirais que c’est plutôt bon signe.  En fait, je n’ai pas le souvenir de t’avoir entendu crier ou de te plaindre au cours de la soirée (Karen acquiesce de la tête) C’est marrant comme une fille qui peut être différente en dehors de son lieu de travail. Non sans blague je te connaissais pas, je me dirais quelle fille épanouie.
Karen : Stop ! Ne gâchons pas ce grand moment avec une série de compliment inutile.
Pacey : J’ai bien le droit non. A bas le cynisme. Je décide que nous allons gâcher cette soirée avec des flatteries inutiles. Karen Tores, tu es une jeune femme magnifique qui  s’habille toujours avec beaucoup goût. Et bien que tes blagues fassent souvent un bide, tu n’as pas ton pareil pour te rattraper avec ton merveilleux sourire. Et maintenant c’est à ton tour !
Karen : C’était très chouette, j’ai beaucoup apprécié.
Pacey : ça me va droit au cœur
Karen : vraiment merci
Pacey : Tant que je te sais contente ça vaut tous les mercis du monde. Bon ben je vais te laisser. Bonne nuit Karen !

Il va pour l’embrasser sur la joue, et elle l’embrasse. Ils s’embrassent fougueusement, il rentre dans l’appartement de Karen. Et se déshabillent au fur et à mesure. Elle le pousse sur le canapé en renversant la lampe.  Pacey sourit. Ils s’embrassent et…

Au festival

Sur un écran, l’on peut voir « En mémoire de Monsieur Brook, dirigé par Dawson Leery ».  La foule applaudit. Un homme s’avance pour prendre la parole devant le public.

Homme : Dès la première projection de ce documentaire, j’ai su que j’avais à faire à un réalisateur hors paire. Mais j’ai été tout aussi ému par la lettre qui accompagnée le dossier de candidature. La lettre en question émané du père du réalisateur. Selon lui, il était inconcevable que je ne prête pas attention au travail de son fils. Honnêtement, je m’apprêtais à détester ce film, parce que le dossier est arrivé trois jours après la date limite (Jen met sa main sur l’épaule de Dawson qui écoute attentivement, rire dans la salle). Mais je suis père moi aussi et j’en connais un rayon sur la fierté parentale (Dawson met la main dans celle de Jen). Donc tout en râlant, j’ai introduit la casette dans le magnétoscope, et cinq minutes plus tard, je savais que Mitch Leery avait raison. Je ne pouvais pas ignorer l’étonnant travail de son fils. Mesdames, et Mmessieurs l’heure est venue de vous présenter la personne qui se cache derrière le premier prix de ce festival, Dawson Leery !
Dawson (à Jen) : non
Jen : Vas-y !

Applaudissement dans la salle, Oliver se lève et tout le monde fait de même.  Dawson est étonné, Jen applaudit pendant que Dawson rejoint l’homme qui a fait le discours. Il lui remet le prix. Tout le monde se rassoit, et écoute ce que va dire Dawson.

Dawson : ah… et bien je ne sais pas quoi dire… mon père, mon père aimait les films, le cinéma. Son intérêt était réel, il ne réalisait pas, il les aimait, il adorait les regarder. Très vite, il m’a emmené au cinéma avec lui, c’était un vrai plaisir, on allait voir un film ensemble et ensuite on parlait. Je lui en suis très reconnaissant, parce que sans lui jamais je n’aurais fais ce film qui vous a touché. Je vous remercie pour ce prix et pour l’accueil chaleureux que vous avez réservé à mon travail. Je dédis ce film à mon père. Quand je regarderais mon prix, je sais que je penserais à lui. Merci à tous (il regarde Jen) et enfin merci tout particulier à ma petite-amie Jen.
Jen  (rit et murmure) : tu es fou !

Dawson rit (et j’adore ce mouvement de sourcil !!) la salle applaudit.

A la confrérie

Audrey est assise sur un banc à l’extérieur avec Eric, il la soûle. 

Eric : Attention ! Je ne suis pas tout le temps sur le banc de muscu, non ça je te rassure. Je fais aussi de la gym. Faut varier, il y en a qui font toujours la même chose, ça s’est dingue. Et toi, quelle salle de gym tu fréquentes ?

Audrey fronce des sourcils. Des gens passent et rient. Audrey se met à rire aussi. Eric lui passe le bras autour de son cou.

Audrey : Qu’est ce que tu fais là ?
Eric : euh rien (il retire son bras). Tu veux boire autre chose ?

Audrey acquiesce par dépit, Eric part. On voit Jack au bar, Eric le rejoint.

Eric : Hey ! Mc Phee ! Je commence à croire que tu m’as menti
Jack : De quoi tu parles ?
Eric : Audrey ! Cette nana c’est je t’allume, mais pas touche.
Jack : ça avance à rien de s’affoler, laisses lui le temps et elle finira par succomber à ton charme
Eric : Ah ça, je ne sais pas c’est dur avec elle, je lui ai fais mon numéro, je l’a baratine et pouff que dalle ! Elle ne serait pas un peu coincée ?  Tu parles d’un bon plan !
Jack : Quoi ? Coincée ? (Joey écoute la conversation) euh non crois-moi, c’est plutôt le contraire, elle est toujours partante !
Eric : N’empêches que…
Jack : Je ne vois pas pourquoi tu t’inquiètes hein ! C’est vrai ! Audrey c’est du tout cuit, et puis ce qu’elle veut c’est passé du bon temps, et je peux te garantir qu’elle était emballée de venir à cette soirée. Joues là fine mon vieux, sort les bonnes cartes et c’est dans la poche à coup sur.

Jack, un peu bourré, se retourne, et voit Joey avec des yeux ronds d’étonnement, et d’incompréhension. Jack est gêné, soupir. Joey indignée, part.

Karen fume sur son canapé. Pacey arrive.

Pacey : euh Karen ! Ecoutes, je sais que c’est compliqué et malgré mes bonnes intentions, mes promesses, je sais que je ne t’ai pas aidé mais il y a certainement moyen d’arranger ça.
Karen : cette soirée ne change rien, Pacey, ça ne veut pas dire que nous sommes devenus un vrai couple
Pacey : non je sais, on n’est pas de ce genre de relation mais quand même
Karen : et pourquoi est-ce que tu as fais ça pour commencer ?
Pacey : et oh ! une seconde ! c’est toi qui m’a embrassé, tu te souviens pas ?
Karen : je n’aurais pas du, ok ! Comparé à ce que je risque, ça ne valait vraiment pas le coup !
Pacey : dans ce cas pourquoi tu l’as fais ?
Karen : j’en sais rien
Pacey : t’as couché avec moi, pour te venger de Braker ? (Karen ne répond pas) C’est ça hein ?
Karen : C’est loin d’être aussi simple
Pacey : Oh contraire c’est très simple

Pacey part

Au festival

Dawson se fait prendre en photo avec d’autres personnes dont Oliver.

Photographe : Regardez un peu de l’autre côté s’il vous plait ! On bouge plus ! super, merci
Oliver : Hey ! Tu m’as vraiment énervé là, enfin jusqu’ici je me tapais d’être le seul sur le continent américain à savoir qui était ce bon vieux brook ! non non sérieusement ton boulot est fantastique, tu m’as épaté.
Dawson : merci
Oliver : T’es pas le rigolo que je croyais
Dawson : je ne suis donc plus le frimeur d’Hollywood
Oliver : ok il y a des fois où je m’emballe un peu (Dawson rit) Alors ? ça te plait l’USC ?
Dawson : pour tout te dire, j’ai tout abandonné
Oliver : oh !
Dawson : Ce n’était pas pour moi, l’USC. Quand à toi, j’ai trouvé ton film remarquable. Pourquoi est ce que tu restes à Hooksett?
Oliver : ben c’est là que j’ai grandi moi, j’étudie à Boston, ville idéal pour les arts de l’image, c’est plein de marginaux et de désaxés
Dawson : ah oui ?
Oliver : oui, ça devrait te convenir, tu devrais passer me voir, un de ces jours. Vraiment !
Dawson : merci je viendrais peut-être
Oliver : cool ! Ah tient ! Voila ta nana
Dawson : ah non c’est…

Dawson et Jen se regardent. Jen avance vers lui.

Dawson : Jen, voici Oliver !
Jen : Oh ! Oui, j’ai trouvé ton film vraiment passionnant (elle veut lui serré la main, mais il ne fait pas)
Oliver : merci et toi t’es toujours vachement jolie.
Jen : merci
Oliver : C’est fou j’étais sur le point de dire à Dawson, qu’il avait de la chance, vous formez un super couple tous les deux
Dawson : merci
Jen : beaucoup
Oliver : Il n’y a pas de quoi. Vous restez dans le coin.
Dawson : oui, à plus tard !

Oliver les salue et part

Jen : t’as entendu ce qu’il a dis chéri ! Tu as de la chance de m’avoir.
Dawson : J’ai besoin de personne pour me rendre compte

A la fraternité

Joey entraîne Jack.

Jack : quoi ?
Joey : qu’est ce qui t’autorise de parler d’Audrey de cette façon ?
Jack : toi aussi t’as tenu ce genre de propos sur elle.
Joey : oui mais c’était avant de la connaître, et j’étais pas là à essayer de la fourniquer au plus offrant !
Jack : oh ça va Joey, on a fait de mal à personne ! On rigolait !
Joey : oh ! Je n’en reviens pas ! C’est toi qui dis ça Jack ? Mais qu’est ce qu’il s’est passé, depuis quand t’es devenu aussi nul ?!!
Jack : non, non, attends ! T’as rien compris là
Joey : Non j’ai rien compris c’est exact. Tout ça parce que tu refuses de t’expliquer, on dirait que tu étais pressé d’arriver à Boston pour nous laisser tomber et te trouver de nouveaux amis.
Jack : Mais pas du tout Joey, c’est faux !
Joey : C’est faux ?
Jack : Il y a…
Joey : quoi ?
Jack : Je me sens comme chez moi ici. Pour une fois j’ai une famille solide, qui ne flirte pas constamment avec l’autodestruction. Je suis bien avec eux et je peux enfin vivre ma vie sans avoir constamment à m’en faire pour quelqu’un
Joey : ah bon ! Car j’ai plutôt l’impression que tu te voiles la face. Tu nous rejettes parce que c’est sûrement plus facile de faire partie d’une bande d’imbécile
Jack : Imbéciles ?!!
Joey : oui
Jack : Tu es injuste, tu ne les connais même pas
Joey : oui et ben j’ai aucune envie de me précipiter pour faire la connaissance de tous ces macros en puissance.
Jack : voyons ! je trouve que tu exagères ! Et tu veux que je te dise ? A chaque fois qu’un truc ne colle pas avec les critères de vertu de Joey Potter, tu railles de la liste
Joey : mes critères de vertu ? Jack ?
Jack : oui !
Joey : est ce que tu connais les mots : correction et respect ?
Jack : oh ! Regardes autour de toi ! Tout le monde s’amuse ici ! Personne n’oblige qui que ce soit à être présent.

Joey le prend mal, avale sa salive.

Joey : Très juste ! Personne ne m’y oblige !

Joey part et Jack se retrouve seul au milieu de la fête.

Chambre d'hôtel

Dawson est allongé sur un canapé, tranquille. Jen sort de la salle de bain.

Jen : A quoi tu penses ?
Dawson : A mon père ! (avec un sourire) Et d’une façon agréable et ça faisait longtemps que je n’avais pas pensé à lui de cette façon là. Debout face à tous ces gens, parlé de lui, se souvenir de lui, c’était vraiment bien. Et là tu vois sur cette estrade, j’ai été enfin à même d’apprécier quel père extraordinaire il était, quelle chance j’ai eu, mais c’était sans culpabilité, sans me dire que je l’avais déçu. Je ne veux pas trop fanfaronner mais, j’ose le dire, Jen, je me sens bien.
Jen : Je suis contente pour toi ! Parce que je trouve que tu le mérites
Dawson : merci, je te dois tellement de chose
Jen : Qu’est ce qui te fait dire ça ?
Dawson : ta façon bien à toi d’être là pour moi, de répondre toujours présente et ça, je n’ai pas les mots pour dire ce que ça signifie pour moi
Jen : Dawson, c’était logique que je le fasse pour le garçon qui restaure ma confiance vers l’autre sexe

Dawson éclate de rire

Dawson : non sans rire !
Jen : si je te jure, Dawson
Dawson : waouh ! Et je fais ça comment ?
Jen : oh ben ! Oui bon (elle est gênée) tu sais, quand ça n’a pas marché entre nous il y a quelques années, tu m’as quand même gardé une petite place dans ton cœur
Dawson : pourquoi ça n’a pas marché ?
Jen : Tu étais amoureux de Joey !
Dawson : non, non, c’est trop facile, je crois me souvenir que c’était toi qui m’as laissé tomber
Jen : oui mais j’étais oh… j’ai hésité vu les erreurs que j’avais commise ou cette façon que j’ai eu de me jeter sur toi, c’était vraiment embarrassant
Dawson : Tu étais très délurée. J’ai un peu honte de l’avouer mais j’étais très flatté et très content que ce soit toi, la première fille à m’avoir brisé le cœur
Jen : ah oui !
Dawson : oh quel drame à l’époque ! Mais je sais précisément pourquoi ça n’a pas pu marcher entre nous
Jen : pourquoi ?
Dawson : Je ne t’ai jamais attiré physiquement
Jen : C’est vraiment ce que tu…
Dawson : oui, tu as du trouver que j’étais inoffensif

Jen l’embrasse, Dawson l’embrasse à son tour. Ils s’enflamment, se déshabillent…

Le soleil se lève, Jen nue sous les draps caresse amoureusement les cheveux de Dawson qui est endormi. Dawson se réveil avec le sourire.

Jen : Regardez moi ce sourire
Dawson : Alors c’est ça que fait tant parler le monde ?
Jen : ça quoi ?
Dawson : ça n’était pas ce que j’avais imaginé
Jen : ah non ?
Dawson : non ! On dit toujours que la première fois n’est jamais aussi bien que ce qu’on l’avait imaginé mais là c’était… ça valait mieux que le rêve. C’est vrai que tu étais…
Jen : Nous avons été

Dawson embrasse Jen

Dawson : Tu as raison. Nous avons été parfaits.

Jen se blottie dans les bras de Dawson

On voit la ville de Boston, puis Danny Braquer qui écrit au bar du restaurant. Pacey vient le voir, le regard d’un air grave, et soupir.

Danny : Qu’est ce qu’il se passe ? T’es en avance
Pacey : Faut que je te parle, t’as une minute
Danny : oui qu’est ce qu’il y a ?
Pacey : je pars
Danny : C’est à cause de Karen ?
Pacey : oui c’est à cause de Karen. En gros, les choses ont pris une tournure trop compliqué. J’en suis désolé parce que ce n’était pas du tout le but.
Danny : C’est ça, inutile de mentir !
Pacey : C’est toi qui me dis ça ? toi le gars qui trompe sa femme et qui m’a mouillé dans la combine ? ça t’arrive d’y penser parfois ? Tient ça t’arrive de penser à Karen ?
Danny : Puisque tu pourras imaginer
Pacey : oui bon peut importe, je démissionne
Danny : bien, d’accord ! Karen t’a devancé
Pacey : Quoi ?
Danny : C’est elle qui l’a souhaité, pas moi. Je suis désolé de t’avoir entrainé là-dedans. J’ai eu tord de t’emprunter ce bateau. Je regrette que  l’image que tu avais de moi était tachée. Je t’ai jamais dis que j’étais parfait. La vie c’est aussi ça parfois. Si tu veux rester, il y a aucuns soucis.

Pacey part

A l’université

Joey rentre dans sa chambre. Jack et Audrey sont entrain de parler.

Jack à Audrey : Non tu comprends, c’est juste une…
Joey à Audrey et Jack : ça va ?
Audrey : oui ça va, je lui fais subir une séance épuisante, d’auto flagellation. Il s’en sort pas mal. Allez viens ici, toi !

Jack et Audrey se prennent dans les bras

Jack à Audrey : Je suis désolé
Audrey à Jack : Je sais, allez sans rancune, il va juste falloir te rattraper, il y a du boulot ! Et la prochaine fois que tu veux me caser avec un copain à toi, trouves quelqu’un de suffisamment à l’aise avec les filles, pour qu’il ne se sente pas obliger de me parler « Musculation ». C’était quoi ce plan ?
Audrey à Joey : Vas-y doucement hein !

Audrey sort de la chambre, pour laisser Joey et Jack s’expliquer. Jack soupire.

Jack : Bon… une chose est sure, je ne vois pas comment justifier la conduite que j’ai eu hier soir. Je t’avoue que c’est difficile parfois pour moi de trouver un équilibre entre le présent et le passé, entre mes nouveaux amis et ce que j’ai eu avant. Je suis largué certain jour
Joey : Et forcément ce n’est pas quand tes vieux amis se mettent à juger gratuitement quelque chose qu’ils ne connaissent pas du tout
Jack : oui cela dit un regard extérieur, c’est bien parfois, ça empêche de devenir crétin
Joey : Tu sais, on grandit dans une petite ville bien tranquille, on est convaincu d’avoir un esprit très ouvert, on se croit à tout affronter et un jour on vient vivre à Boston, et d’un seul coup on va de surprise en surprise. (Jack acquiesce)  Notre ouverture d’esprit est mise à rude épreuve et on se rend compte qu’on a encore beaucoup à apprendre et parfois dans des domaines qu’on se croyait très calé.
Jack : ouais
Joey : Si tu as besoin de la fraternité, on va devoir l’apprendre à l’accepter
Jack : Et il serait utile que j’apprenne à être moins excessif parfois.
Joey : Viens là

Ils se sourient et se prennent dans les bras.

Pacey retrouve Karen sur un banc.

Pacey : C’est drôle ! Si hier soir on m’avait dis qu’on se retrouverait sur ce banc tous les deux je ne l’aurais pas cru.
Karen : Je suis désolée, j’ai été odieuse Pacey. C’est clair, je suis aussi responsable que toi dans l’histoire. Je ne regrette pas du tout, pas une seule seconde. Grâce à toi, j’ai pris une décision que j’aurais du prendre il y a un bout temps.
Pacey : Pourquoi tu ne nous laisses aucune chance ? T’es pas obligée de t’en aller Karen !
Karen : Oh que si ! Il le faut. J’ai un besoin urgent de me recentrer. Je te suis reconnaissante de m’avoir permis de m’en rendre compte. Tu m’as signalé tout ce qui devait être réparé, et personne d’autre que moi ne pourra le faire.
Pacey : Je sais mais moi j’aurais sans doute essayé
Karen : C’est sur ! Je dois y aller ! Restes avec Braquer, Pacey, il n’est pas si mauvais que ça. T’es dans ces petits papiers en plus. Et puis tu assures en cuisine
Pacey : Ouais merci, c’est gentil !
Karen : Prends soin de toi Witter
Pacey : Ouais toi aussi Torres !

Karen prend dans les bras Pacey, prend ses affaires, et monte dans le taxi. Pacey la regarde partir.

Chambre d'hôtel

Dawson et Jen rangent leur affaire, font leur bagage.

Jen : De nouveau face à la réalité !
Dawson : Oui on dirait !
Jen : Dawson ! Il faut qu’on parle !
Dawson : oui d’accord ! Parlons !
Jen : En fin de compte je suis mal à l’aise, je trouve que l’enjeu est trop important pour ne rien dire
Dawson : Comment ça ?
Jen : Je ne sais pas trop, une partie de moi souhaite que la nuit dernière soit seulement un très beau souvenir, et l’autre partie sait bien que le sexe change toute la donne et je ne veux pas perdre notre amitié.
Dawson : Bon très bien, très bien ! Tu ne perdras pas mon amitié, je te le promets. Oui tout change avec le sexe, mais qui a dis que ça avait forcément être mal ?
Jen : Tu peux développer ?
Dawson : euh… je ne sais plus… si je savais où ça va nous mener, je te mentirais. Je n’en sais rien. Mais je sais qu’une chose : c’est arrivé, hier soir, et c’était bien que ça arrive. Si le sexe change tout, je dis tentons l’expérience. Je suis prêt à explorer ça !
Jen : D’accord ! ça marche ! Je regrette qu’on doit déjà rentrer
Dawson : Ben restons là !
Jen : restons là ?
Dawson : oui

Dawson prend son sac, et jette toutes ses affaires que contient le sac, par terre.

Dawson : On reste à Hooksett ! Au moins pour quelques jours. C’est la suite spéciale lune de miel que je sache
Jen : oh… et je suis ta petite amie

Dawson et Jen sourient et s’embrassent.

FIN

 

Ce script a été réalisé par kystis

[Scene: Pacey’s Boat Pacey and Dawson are sitting at the table talking to each other.]

Pacey: so, how you been doing, man?

Dawson: You know. For the most part, I'm fine.

Pacey: For the most part, which I'm going to interpret as meaning that even though you're not going down in flames right now, you do have something on your mind, so why don't you just tell me what's on your mind?

Dawson: [Sighs] Nothing. Really. Which--I don't know-- to tell you the truth, is kind of the problem. I can't figure out what the hell to do with myself.

Pacey: And you're definitely not gonna go back to U.S.C., Huh?

Dawson: No, and that I know is a right decision. But unfortunately, it's about all I know.

[Both laugh]

Pacey: I mean, come on, man. You gotta cut yourself a little bit of a break here. Life did just throw you one hell of a curve ball. All you really need is time, because before you know it, you're gonna be back in the saddle, full of confidence, up to your old tricks. And you have come to the right place.

Dawson: Oh, yeah?

Pacey: Well, yeah, man. You're talking to the king of directionless himself. What do you think I was doing with all those years of high school folly? I was perfecting the life without purpose.

Dawson: You know, last year, you probably could have gotten away with a burst of self-deprecation like that. But this year, Pacey, you seem fairly driven.

Pacey: Yeah, I know. It's terrible, isn't it? But what can I say? I love the kitchen life. I even love the crass kitchen attitude. Sandwich?

Dawson: Sure.

Pacey: But inevitably, along with the crass kitchen attitude comes the grillside drama.

Dawson: Oh?

Pacey: Yeah. It all started with me trying to help this girl out of her very self-destructive relationship. But then you throw in a little dash of my very poorly thought out attraction to her and her absolute lack of attraction to me. You kind of get where I'm coming from.

Dawson: [Laughs] Oh, that sucks. You wanna talk about it?

Pacey: Nah. To tell you the truth, it's really not all that interesting. And it's nothing you should be troubling yourself with, you know, given everything that's been on your mind lately.

Dawson: [Sighs] Ahem. Well... for what it's worth, the Pacey I know would figure out a way to help the girl, no matter what the drama.

Pacey: Is that so?

Dawson: Without a doubt.



[Opening Credits]



[Commercial Break]



[Scene: Jen’s House. Joey and Jen are sitting at the table studying. Jen is getting tired of it.]

Jen: Ok. Joey, it's time for a study break. I've been nodding off on the same sentence to the point of drool. It's just-- it's not pretty.

Joey: You don't have to ask me twice.

Jen: Ahh, sweet.

Joey: Hey, where's Jack?

Jen: Deep in the land of frat.

Joey: Did he tell you about this winter formal thing?

Jen: Um, yeah. That actually sounds vaguely familiar to me, but... to be quite honest, all the Greek-speak sounds like, well, Greek to me.

Joey: [Laughs] I get it. He wouldn't think of asking you to the caveman hoopla, so I get stuck with the surrogate date duties.

Jen: I feel for you. I do. Watching Jack pretend to be one with the thick-necked brotherhood. Ruh ruh.

Joey: Come on, it can't be that bad, right?

Jen: Well, I'm sure that grams has some prescription medication somewhere that would help you a lot through this, Joey.

Joey: [Laughs] Thanks, but I think I'll manage. Hey, Jen? Um... speaking of the men in our lives... how's Dawson these days?

Jen: You're asking me?

Joey: Well, it's, you know-- I haven't seen him for a while, and I know that you two hang out and... I guess I just needed to know that he's doing all right.

Jen: He's better. He, um, he's been seeing a shrink. Which I think is really good for him, you know? He's gonna be fine.

Joey: Good. It's exactly what I needed to hear. It's been, um... it's been kind of hard getting used to not... being the one to see him through this, you know.

Jen: Right.

Joey: I think I'm finally ok with it, which is even harder to admit without feeling like a total jerk.

Jen: Oh, stop it, Joey. You're not a jerk.

Joey: Well, anyway, I've been meaning to tell you that I can't think of a better person to be there for him right now than you. I'm really glad that you're there for him.

Jen: Thank you.



[Scene: The Frat House. Everyone is there going over what needs to be done for the party.]

Polar bear: All right. Simmer down, ladies. No offense, Jack.

[All laugh]

Polar bear: We got a lot to do for tonight's formal and precious little time after this meeting. So let's get to it. A--this is our biggest event before the break, b--it must be perfect, and c-- everybody... must get laid.

[Cheering and yelling]

Polar bear: You should all be hooked up with a date by now. But for those of you chumps without one... meet the list. Yeah, the list. On the spirit of house love, I need names, people. Decent-looking honeys ready to put out.

Guy1: What about Debbie?

Guy2: How about Suzanne?

[Shouting]

Guy3: What about-- what about those fine-ass Worthington chicks?

All: Yeah!

Guy3: Come on, dog, we know you got some hottie friends.

Polar bear: And we know you're not looking to score with 'em.

[All laugh]

Frat brother: Talk! Talk! Come on, please talk!

Jack: All right! All right! All right! I may know a girl that meets the specified requirements.

Eric: Hey! I got dibs on whatever this guy's got. Ok, I've seen these quality chicks Mcphee hangs with.

[Laughs]

Polar bear: So our main man Eric has got himself a date.

[Yelling and cheering]



[Scene: Karen’s Apartment. Karen answers the door to find Pacey outside.]



Pacey: Ok. Now, I am aware of how absurd what I am about to say is gonna sound. But I'm also aware of how miserable your current love life can make you sometimes. And I can't just sit around that kitchen anymore and watch you hurt, especially when I know that I can do something about it, so I'm here to ask you out, Karen.

Karen: I can't go on a date with you, Pacey.

Pacey: Ok, that's fine. Then you don't really have to think of it as a date so much. You can think of it as an opportunity to compare and contrast. A free trial run of a life without heartache.

Karen: Pacey, you know I can’t.

Pacey: Actually, I know that you can, Karen. Because, look, you need a break from your relationship. I mean, hell, I need a break from your relationship. And I promise to wear clean socks, leave all the kinky underwear at home. I might even stop by C.V.S. And steal myself a bottle of cologne. So what do you say? Yeah? Do I have any reason to feel hope here? I mean, you have my word. I'll keep this whole thing completely platonic.

Karen: Fine. A friendly outing on the town. Nothing more.

Pacey: Excellent. You rock. So I'll pick you up around 7:00?

Karen: 7:00.



[Scene: Rachel’s office. Dawson is sitting and talking things over with Rachel.]



Rachel: So this is your friend Pacey you're talking about?

Dawson: Yeah, but it's not just him. It's all my friends. It's like, they-- it's been 2 months, and everybody's still-- they're holding things back from me, like they're trying to protect me. I mean, they look at me like this--as this... fragile, breakable thing instead of just Dawson, the person. And I know they mean well. It's just... it makes it virtually impossible to move on.

Rachel: Have you mentioned this to any of them?

Dawson: Yeah. Well... no, actually. No, I haven't mentioned it to them.

Rachel: What about that film festival you told me about? Isn't that coming up?

Dawson: This weekend.

Rachel: Are you going?

Dawson: Hadn't planned on it, no.

Rachel: It might be good to take life on the road for a little while. Help clear your mind. You could even take one of those friends you feel so estranged from. Come on, there must be someone you can take.



[Scene: The radio Station. Jen is on the air announcing the new songs.]

Jen: Well, this little ditty goes out to all you brave souls out there surviving a heartbreak. Trust me, better things will come.

[Liz Phair’s Ride playing]

[Jen looks up to see Nora outside.]

[Turns down music]

Nora: Hello.

Jen: Hey! Oh, and don't worry, our duplicitous sleazebag formerly known as our boyfriend Charlie is not here today.

Nora: Ah, that's a good thing.

Jen: Yeah, that's always a good thing. You know what? Even if he were here, it wouldn't really matter to me.

Nora: Really?

Jen: Yep. I think that time has finally done its healing thing.

[Jen notices that she has a weird look on her face.]

Jen: Hey, what's up?

Nora: Nothing. I just wish I had your self-control. I mean, I know I should be puking at the mere mention of Charlie’s name, but I find myself daydreaming about him. His latest attempt to woo us back with that whole "I've changed" pitch.

Jen: Uh, wait. Which "I've changed" pitch?

Nora: You know, all those corny love letters he keeps sending. Doesn't it seem sometimes, you know, in that moment you crawl into bed alone, like, "hey, maybe he really did change"?

Jen: [Sighs] Gosh. I don't know which love letters you mean.

Nora: Oh. Hasn't he been sending you letters?

Jen: No.

Nora: Oh. Wow.

Jen: So he's trying to woo you back with love letters, huh? That's—

Nora: Jen, I'm so sorry. Are you ok?

Jen: No, no, no. Please. Please don't apologize. I swear it's fine. I was just saying to you that it doesn't matter to me.



[Scene: A coffee house. Jen is crying on the couch, and Dawson puts his arm around her and pulls her to him to try and comfort her.]



Jen: I want corny love letters. I just don't understand why he chose her and not me. Is there something wrong with me?

Dawson: Jen, there's nothing wrong with you.

Jen: It's just-- all this time, I thought he was cheating on us on equal ground, you know? But, no, she got to be the girlfriend and I was just the... floozie.

Dawson: The floozie?

Jen: Yeah.

Dawson: [Laughs] The floozie?

Jen: [Laughing] It's what I am. A floozie.

Dawson: Oh, Jen.

[]

Jen: This is supposed to be the other way around. I'm supposed to be consoling you, you know.

Dawson: No, please. It's the least I can do. And believe it or not, it's helping me. A lot.

Jen: I just don't wanna be here. The thought of running into either of them makes me wanna puke.

Dawson: Ok, so let's get out of here, then. This weekend.

Jen: Well, I'm game. Where do you wanna go?

Dawson: You ever been to Hooksett, new Hampshire?

Jen: No. [Laughs]



[Commercial Break]



[Scene: Joey’s Dorm room. Joey and Audrey are getting ready for the Frat party.]

Audrey: Can I tell you something? I am so psyched to be going to this formal thing. I was so excited when Jack called. Ok, granted, last-minute arrangements can be kind of annoying, not to mention blind dates can be as dangerous as gator wrestling. Joey. You're hogging the mirror.

Joey: Oh. Ow. Freak.

Audrey: Oh, god! Hello, hideous. Do I even like any of my clothes?

Joey: Audrey, you look great. Besides, I really don't know what the big deal is. I mean as much as I want to give Jack credit, I'm sure it's just another night of frat debauchery masquerading as an event.

Audrey: Ok, killjoy. First off, Jack said this Eric guy is hella'cute, which right off, sounds pretty interesting to me. And secondly, for someone as progressive as you, it's amazing how closed-minded you are about frats.

Joey: The words "progressive" and "frat" do not belong together in the same sentence.

[Audrey puts on another coat]

Audrey: What about this one? Joey, we're going on a double date. A little cheer, please.

Joey: Ok, ok. Well, if nothing else, at least I'll have a good time with Jack, right?

[Knock on door]

Audrey: Wait, wait. Ok.

Jack: Hey.

Joey: Hey, handsome.

Jack: Wow! Joey, you look beautiful.

Joey: Thank you.

Jack: Audrey. Hi. How you doing?

Audrey: I'm great.

Jack: Good. Good. Eric, this is Joey.

Eric: Hey. Nice to meet you.

Joey: Nice to meet you.

Eric: This is Audrey.

Audrey: Hi.

Eric: Hi. Jack was right. You're a stone fox.

Audrey: Thank you. You know, I guess you'll have to do. [Laughs] Well, let's go.

Jack: Shall we?

Joey: Yeah, yeah, let's go.



[Scene: The Hotel in New Hampshire. Dawson and Jen walk up to the Counter to check in.]



Woman: Can I help you yet?

Dawson: Yeah. I'm Dawson Leery, checking in for the film festival.

Woman: Oh, my god! You're totally wicked cute. Way cuter than the picture.

Dawson: There's a picture?

Woman: Mm-hmm. [] Oh. Is this your girlfriend?

Jen: Ha! Ha! Ha!

Guy: Oh, cool! Your movie's awesome! Your screening sold out. You beat Oliver, you know? He's like the biggest thing around these parts.

Dawson: I'm sorry. Who's Oliver?

Woman: He's our local celebrity.

Guy: I don't see what the big deal is, though. Ask me, he looks kind of retarded.

Woman: He's like, eccentric, Trevor. God!

[Dawson and Jen go upstairs to their room.]

Dawson: Ok, let me make this clear. It is more than an option to turn around and go back home right now.

Jen: Oh, I don't think so. Granted, the people of this town are a little...off, but who can deny that we could both use the love? And what better way to spend an evening than as girlfriend to the biggest celebrity in town?

Dawson: Gee, honey, you shouldn't have.

Jen: Well... wow!

[They open the door to the room to see the honeymoons suite.]



[Scene: The Frat Party. Joey, Jack, Audrey and Eric have all just arrived.]

Joey: You guys really went all out.

Guy1: Sigma Ep. Expect nothing less.

Guy2: Way to deliver, man.

Guy3: Score, big daddy. Score.

Joey: What was that?

Jack: Nothing. The guys just being idiots.

Eric: Take your coats, ladies?

Audrey: Ok.

Joey: You know, Jen should be sharing in this pain right now. I should call her.

Jack: No can do. She's gone for the weekend with Dawson.



[Scene: At a seafood restaurant. Pacey and Karen are on their date.]

Karen: That was great.

Pacey: Thanks. [To the waiter] Just the check, please. Thank you. [to Karen] So?

Karen: What?

Pacey: Oh, come on. Was this good, or was this good? Now give me a little bit of credit here because I saw the look on your face when we came in.

Karen: I did not have a face.

Pacey: You had a face. But let's get back to giving me credit, shall we? You may also have noticed that tonight I have kept us in very crowded places because I wouldn't want you to be tempted to jump me on our non-date evening.

Karen: Well, I mean, you are wearing that really sexy outfit. Damn. Who would have thought you'd clean up so good? And you're so right. A lesser guy would have not afforded my self-control such a generous security blanket. You've saved me from myself.

Pacey: Well, it hasn't been easy, let me tell you.

[Karen chuckles]

Pacey: And I know you don't like hearing this, Karen, but you do deserve better than being Brecher's illicit affair. A woman who is as giving and as beautiful as yourself deserves someone who's gonna be there loving you back just as hard.



[Scene: Outside the theater. Jen and Dawson are leaving the theater after watching one of the films up for the award.]



Dawson: Ok. That was good.

Jen: Yeah, that was really good.

Dawson: Which just kinda puts the final nail in the coffin.

Jen: What nail? What coffin?

Dawson: How did I get top prize? I mean, either my dad donated a wing to the Hooksett public library, or these people have no idea what's good and what's bad.

Jen: Ok. This has gotta stop.

Dawson: What's gotta stop?

Jen: This--the people of this town are perfectly nice. And you blaming them for bad taste is obviously just a way to undermine your own artistic abilities. And you have a tremendous talent, so would you please stop putting yourself down? Or I'll have to break up with you.

Dawson: You can't break up with me. You'll never break up with me. The physical attraction is far too strong.

Jen: You got me there, tiger.

[Oliver comes out of the theater and walks over to them.]

Oliver: Hey! Leery? Your movie better be good, man. This festival consistently gives the first prize to a film with a fresh voice and unique vision. I've won it 3 years in a row, and I just don't like the idea of being usurped by a Hollywood slickster, you know? It's just not cool. [Turns to Jen and says.] Hi. You're really pretty.

Jen: Who's gonna argue?



[Scene: Outside Karen’s apartment. Pacey is walking Karen home after their date.]



Pacey: No after-dinner cigarette?

Karen: No cigarette. I tend to only smoke when I'm nervous or severely annoyed.

Pacey: So, then, not nervous or severely annoyed? I guess I should take that as a good sign. In fact, I don't think I saw you yell or complain all night long. It's amazing what being out of civilization does for a girl. If I didn't know you better, I would say that you positively light up.

Karen: Now, don't go ruin the moment with unnecessary compliments.

Pacey: And why not? Enough of the cynicism. I say that we ruin this night silly with unnecessary flattery. Karen Torres, you are a beautiful young woman with fantastic taste in clothing, and although your jokes do tend to bomb, you make up for it with that sparkling smile of yours. Ok. Now, it's your turn.

Karen: I had a great time tonight, Pacey.

Pacey: Yeah, I'll take that.

Karen: Thank you.

Pacey: You know, just seeing you have a good time is thanks enough. Anyway, uh... good night, Karen.

[He goes to kiss her on the cheek, and she turns his face and kisses him full on the mouth. They begin making out and make their way into the apartment, where Karen pushes him down on the couch and jumps on top of him.]



[Commercial Break]



[Scene: The theater just after seeing Dawson’s film on A.I. Brooks]



Announcer: The first time I saw this documentary, I knew I was in the hands of a talented filmmaker, but I was equally moved by a letter which accompanied the film's submission. It was a letter from the filmmaker's father telling me that I absolutely could not ignore his son's work. Honestly, I was predisposed to hate the film because, well, it didn't show up until 3 days passed the deadline. But I'm a father myself, and I know a thing or two about parental pride. So I grudgingly put the video in the VCR. And after 5 minutes, I knew Mitch Leery was right. I absolutely could not ignore his son's work. So, ladies and gentlemen, I give you the filmmaker behind this year's top prize film... Dawson Leery.

[After some coxing from Jen he goes up to the podium.]

Dawson: Uh... I don't know what to say. My dad... loved movies. He loved them, uh, in the truest sense in that he had no interest in making them. He just... he loved watching them. He started taking me to movies at a very early age. I loved it. He would take me to movies and then, uh... and then talk to me about them. And thank god he did. Um, 'cause there's no way I would be here right now if he hadn't done that. Um, thank you so much for this award and for receiving this film so warmly. I dedicate this film to my dad, and I will remember him every time I look at this. So, thank you. And a very special thank you to my girlfriend Jen Lindsey.

[She smiles and blushes a little]



[Scene: The Frat Party. Audrey and Eric are sitting at a bench talking. Audrey is not having much fun.]



Eric: I'm-- I'm not saying that I bench that much yet. But I mean, some of the guys, they do. It's crazy. So, um, what gym do you go to?

[Someone screams]

[Eric puts his arm around Audrey’s shoulder]

Audrey: What are you doing?

Eric: Nothing. You want another drink?



[Scene: The Frat party. Jack is by the bar when Eric goes up to him.]

Eric: Hey! Mcphee! I'm beginning to think you lied to me, man.

Jack: What are you talking about?

Eric: Audrey. This chick, she's all tease and no please.

Jack: Come on. It's only halfway through the night. I mean, give her some time. She'll come around.

Eric: God, I don't know, man. It's like I gave her my best moves and my best lines, and it... zzz! Nothing! What if she turns out to be a prude?

Jack: What? No, no. Believe me. Look, the last thing Audrey is is a prude. I don't know what you're so worried about, man. I mean, Audrey’s easy, all right. She's just looking to have a good time. I know for a fact that she was psyched to come here tonight. You just, you know, play your cards right and she'll hook up with you for sure.

[He turns around to see that Joey was standing behind him when he said this]



[Scene: Karen’s Apartment. Pacey is getting dressed and getting ready to leave.]



Pacey: Look, I know that this is complicated. And despite what were my best intentions, I promise you I know that I haven't helped, but there's no reason why we can't work this out.

Karen: This doesn't change anything, Pacey. This doesn't mean that we're in a relationship.

Pacey: Well, I know that we're not having a relationship, but now—

Karen: then why the hell did you start this in the first place?

Pacey: Hold on a second here. You kissed me. Remember?

Karen: That was a mistake. Ok? You're not worth what I'm risking.

Pacey: So, then why did you do it?

Karen: I don't know.

Pacey: Did you sleep with me to get back at Brecher? You did, didn't you?

Karen: It's not that simple.

Pacey: No, it is that simple.



[Scene: At a party for the contestants of the film festival.]



Photographer: Ok. Let's squeeze in on the sides. Good. Hold it. Ok. Thanks a lot, guys. Appreciate it.

[The contestants are getting their pictures taken together.]

Oliver: You know, you're really pissing me off, Leery. I mean, I used to take pride in thinking that I was the only geek in America that knew who A.I. Brooks was. Seriously, though, man, your flick is fantastic. I'm blown away.

Dawson: Thank you.

Oliver: You know, you're not half the goon I thought you were.

Dawson: I'm not a, uh, Hollywood slickster?

Oliver: Ok. Ok. I can get a little carried away sometimes. So? How do you like 'sc?

Dawson: Uh, dropped out, actually. Um, it just wasn't for me. What about you? Your movie is worthy of great stuff. Why are you hanging around here?

Oliver: Well, here is where I grew up. I go to school in Boston. This really weird visual arts place full of freaks and misfits. And you know, it might suit you. Yeah, you should, uh, come check it out sometime.

Dawson: Definitely. Thank you. I might.

Oliver: Cool. Ah, here comes your girl.

Dawson: She's, uh...

Oliver: hi.

Jen: Hey.

Dawson: Jen, this is Oliver.

Jen: Oh. Yeah. God. Your movie was fantastic.

Oliver: Thanks. Um, and you're still really pretty.

Jen: Thank you.

Oliver: I was just about to tell Dawson how lucky he is. You guys make a great couple.

Jen: Well, thank you. Very much.

Oliver: No problem. Um, I'll see you around?

Dawson: Yeah. See ya.

[Jen laughs]

Jen: Did you hear that, baby? You're lucky to have me.

Dawson: That's an understatement if I ever heard one.



[Scene: The Frat party. Jack and Joey are in a heated discussion on what just happened.]



Jack: What?

Joey: How do you get off talking about Audrey like that?

Jack: You yourself used to talk about her like that.

Joey: Yeah, but that's before I knew her. I wasn't going around selling her to the highest bidder.

Jack: It was just stupid, harmless fun. That's it.

Joey: I can't believe you just said that. Jack, what happened to you? When did you turn into this jerk?

Jack: Hold on. You don't understand.

Joey: You're right. I don't understand, and that's because you never cared to explain. It's like you just couldn't wait for the moment we got to Boston so you could drop us and get new friends.

Jack: Whoa--whoa. That's not true.

Joey: No?

Jack: Look.

Joey: What?

Jack: I feel at home here. For once, I have a family that's not constantly on the brink of self-destruction. I mean, with these guys, I can finally live my life instead of constantly worrying about someone else’s.

Joey: Really? Because it feels to me like you're hiding, Jack, like you're pushing us and yourself away, because maybe it's just easier to be another one of the meatheads.

Jack: Meathead?

Joey: Yeah.

Jack: You don't even know any of these people.

Joey: Well, I really don't want to run off and meet 'em all now that I know they're all wanna-be pimps.

Jack: See, now you're exaggerating, Joey. You know what? Every time something doesn't meet your standard of righteousness, you write it off like it's the worst thing on earth.

Joey: Standard of righteousness?

Jack: Yeah.

Joey: Jack, try common decency and respect.

Jack: Joey, look around. Everybody here is having a good time. Nobody's forcing anyone to be here.

Joey: That's true. No one's forcing me to be here.



[Scene: The hotel room. Jen is coming out of the Bathroom in her pajamas, and Dawson is sitting on the bed thinking.]



Jen: What are you thinking about?

Dawson: My dad. In a good way. In a really good way. In a way I haven't been able to in a long time. Standing up there in front of all those people, talking about him, it was just... it was so nice to remember him. You know, and for the first time, I was finally able to appreciate what a great father he was and how lucky I was to have known him without feeling guilty. Without feeling like I let him down. I don't wanna jinx anything, but... I daresay I'm happy.

Jen: Well, I hope so 'cause you deserve it.

Dawson: And I have you to thank in a big way.

Jen: How do you figure?

Dawson: You've somehow managed to figure out a way to be there for me. And that... uh...I'll never be able to put into words what that means to me.

Jen: Listen. I... it's the least I can do for the guy who restores my faith in the opposite sex.

Dawson: [Laughs] I do that?

Jen: Yes, you do do that.

Dawson: Wow. How do I do that?

Jen: Because...eh, um... no. When it didn't work out between us all those years ago, um... you still have managed to give me a place in your heart.

Dawson: Why didn't it work out between us?

Jen: You were in love with Joey.

Dawson: No. That's too easy. I seem to recall you having broken up with me.

Jen: Yeah, but, I-- oh, god. I quickly saw the errors of my ways and proceeded to, um... hurl myself at you in a very embarrassing fashion.

Dawson: That's right. You did. Oh, god. And I'm ashamed to admit it, but I really enjoyed that. I did. I loved it, especially you being the first girl that had torn my heart out and all.

Jen: I did?

Dawson: God, yeah. Temple of doom style. But... anyway... I think I'm fully aware of the reason it didn't work out between us.

Jen: Why?

Dawson: You were never physically attracted to me.

Jen: Is that what you think?

Dawson: Yeah. I think you thought that I was safe.

Jen: Yeah.

[She goes over and kisses him, then begins to pull back when Dawson pulls her into kiss him more intensely. They begin undressing one another to make love to one another.]



[Commercial Break]



[Scene: The hotel room. Jen and Dawson are lying in bed after just having made love to one another. Jen is looking down at Dawson as he is lying there]



Jen: Look at you smiling.

Dawson: So that's what everyone's talking about.

Jen: That's it.

Dawson: Hmm... it wasn’t... what I imagined.

Jen: It's not?

Dawson: No. Everyone always told me your first time is never as good as you'd imagine it to be. That was... every bit the fantasy. Uh, you were—

Jen: Shh! We. We were.

Dawson: You're right. We. We were great.



[Scene: Inside the restaurant. Brecher is doing some paper work when Pacey walks in.]



Brecher: What's wrong, Witter? You're early.

Pacey: I need to talk to you for a sec.

Brecher: All right. What's up?

Pacey: I quit.

Brecher: This is about Karen?

Pacey: Yes, this is about Karen. So you know things have gotten a little complicated, and I'm sorry because I didn't mean for this to happen.

Brecher: Yeah, you did. There's no need to lie to me about it.

Pacey: You're saying that to me, the guy who's cheating on his wife, and you put me right in the middle of it. Do you ever stop to think about that, or did you ever stop to think about Karen?

Brecher: More than you'll ever know, kid.

Pacey: Fine. Whatever. I still quit.

Brecher: Fine. That's cool. Karen already beat you to it.

Pacey: What?

Brecher: That's what she wanted, not me. Look, I'm sorry you got caught up in this. I should probably never have borrowed your boat. I'm sorry that your image of me has been shattered. I never said I was perfect. That's the way things are sometimes. Job's still yours if you want it.



[Scene: Joey’s Dorm room. Joey walks into the room to find Jack and Audrey there talking.]



Joey: Is everything ok?

Audrey: Yes. I was just putting Jack through a pretty grueling apology here, but he passed. Come here, you! []

Jack: I'm so sorry.

Audrey: I know. I know. No hard feelings, ok? Just a lot of making up to do. And the next time you set me up, it better be with someone secure enough with girls not to resort to, like, muscle-and-fitness talk.

Joey: Really, what was that about?

Audrey: Go easy on him, bunny.

Jack: [Sighs] Ok, uh... the thing is, Joey, um... there really isn't much I can say to defend the way that I acted last night. It just... it's really hard sometimes, you know, balancing things out, meeting new friends, trying to bring them together with the--with the old. I don't know.

Joey: It probably doesn't help when the old friends are quick to judge something they... know nothing about.

Jack: Well, actually, that's what you need sometimes to keep from being such an ass.

Joey: You know, Jack, you grow up in this small town, you know, thinking you have the most open mind and you're ready for anything. And then you finally hit the big city, and, suddenly, there are still so many surprises, like, no matter how open you thought your mind was, there's still so much to learn in sometimes places you never would have even thought.

Jack: Yeah.

Joey: If a fraternity is what you need, we need to learn to accept that. I need to learn to be less extreme about it.

Jack: Come here.

[Chuckles]



[Scene: A bench outside the restaurant. Karen is sitting there when Pacey walks up and joins her.]



Pacey: Eh...so... last night, I never would have guessed that we were gonna be sitting here like this.

Karen: I'm sorry for what I said, Pacey. Last night was just as much my fault as it was yours. For what it's worth, I don't regret it, not a single second. You forced me to make a decision I should have made a long time ago.

Pacey: Then why don't you give it a chance? I mean, you don't have to leave, Karen.

Karen: No. I do. I owe myself some major regrouping, and I have you to thank for making me realize that. You called me on a lot of things that need fixing. Nobody can save you from yourself.

Pacey: I probably would have tried anyway.

Karen: I know. Stick with Brecher, Pacey. He's not such a bad guy. He's got a soft spot for ya. Besides... you're good in there.

Pacey: Thanks.

Karen: Take care, Witter.

Pacey: Yep, you, too, Torres.



[Scene: the hotel room. Dawson and Jen are packing up their bags to leave.]

Jen: Back to reality, huh?

Dawson: Hmm. I guess.

Jen: [Sighs] Dawson? I need to talk.

Dawson: Ok. So let's talk.

Jen: Ok. I just feel awkward and... there's too much at stake for me to let it slide.

Dawson: What do you mean?

Jen: I don't know. I mean, part of me wishes that last night could just be, um, a beautiful memory, and the other part knows that sex changes everything. And I just don't want to lose our friendship.

Dawson: Ok. You're not gonna lose my friendship. I promise.

Jen: Ok?

Dawson: And, yes, sex does change things. But who says it has to be for the worse?

Jen: What does that mean?

Dawson: [Sighs] I don't know. I don't know. If I told you I knew where this was leading, I'd be lying to you, 'cause I don’t. All I know is... it happened last night, and it felt right. And if sex changes things, you know what? I say, bring it on. I'm ready to explore that.

Jen: Ok. I'm in. I wish we didn't have to leave here.

Dawson: So we stay.

Jen: Stay?

Dawson: Yeah. [He dumps his bag out onto the floor.] We stay. At least a couple days. After all, this is the honeymoon suite, right?

Jen: And I am your girlfriend.

[He picks her up and carries her to the bed again.]

The End


Source : www.multimania.com/rossnm & transcribed by Chris Uecke

Kikavu ?

Au total, 24 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

aline2408 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (23:35)

Sur ce j'y vais aussi.

Sonmi451 (14:23)

Bonne journée à tous! Et Joyeuse St-Nicolas!

arween (18:40)

Vous êtes nombreux à fêter la Saint Nicolas ?

Xanaphia (19:04)

En tout cas chez moi aussi ça se fête Alors bonne Saint Nicolas

arween (19:05)

Dans le sud, ça ne se fête pas du tout

Xanaphia (19:11)

Et oui c'est plutôt du nord et de l'est de la France +la Belgique, si je ne dis pas de bêtise ^^

arween (19:11)

ouais donc loin de chez moi ^^

Xanaphia (19:12)

vous avez des fêtes spéciales par chez vous ?

arween (19:13)

Non rien du tout

arween (19:13)

Ah attends si on la fête de mai.

arween (19:14)

Mais je crois que c'est juste à Nice

Xanaphia (19:14)

la fête de mai ?

mnoandco (19:14)

Oui, chez moi aussi il y a la Saint Nicolas (Nord Est) ! et le père fouettard...pour les pas gentils...ne me sens évidement pas concernée!

arween (19:15)

Honnêtement je ne sors pas beaucoup là où il y a foule alors je sais pas trop ce qu'ils font

Xanaphia (19:15)

coucou ah oui le folklore local ^^

Lolo1710 (19:27)

Saint Nicolas c'est sacré en Belgique, les primaires font un spectacle chaque année puis les autre c'est surtout pour les bonbons ?

Xanaphia (19:29)

Ou les chocolats et les coquilles

Lolo1710 (19:41)

Ouaip, un truc génial aussi mais c'est peut être que dans mon école, c'est les filles qui font régime et qui troc des bonbons contre des mandarines

Sonmi451 (21:20)

Moi je fais saint-Nicolas car mon homme est du nord-Est mais ma fête à moi arrive jeudi. ^^

Sonmi451 (21:20)

Avec la fête des lumières.

Sonmi451 (21:21)

Bonsoir au fait!

Xanaphia (21:30)

Bonsoir Ah la fête des lumières ça doit être joli ^^

Sonmi451 (21:36)

Très.

Sonmi451 (21:37)

Cette année, je vais me contenter de mettre les lampions aux fenêtres.

serieserie (08:40)

Bonne journée de chasse aux cadeaux sur la citadelle!

CastleBeck (15:46)

BOnjour ici!
Je viens de lire qu'une de mes séries préférées est renouvelée pour une 4e saison avec ajout d'un de mes acteurs préférés. Il me semble que ça met du bonheur dans ma journée <--- Oui, ça ne m'en prend pas beaucoup!

CastleBeck (15:53)

(Tiens, dans l'article ils disent que ce sera diffusé prochainement sur France 2... C'est bon à savoir. Si vous voyez passer Mensonges sur France 2, vous regardez!)

aline2408 (22:27)

Joyeux Anniversaire James723

aline2408 (22:28)

Joyeux Anniversaire James723

James723 (22:28)

Thank you ^^

arween (18:46)

Venez voir les nouveaux calendriers de The Night Shift (serie²) et Dollhouse (Xana).

emeline53 (19:24)

Seulement 2 persones pour commenter le design Noël de The Fosters ? Venez donner votre avis en plus, un sondage sur votre souhait de cadeau est en ligne !

stella (19:25)

Special spécial Noel sur le quartier Downton Abbey et sans oublier son calendrier de l'avent original

DGreyMan (22:40)

Bonsoir. Sondage dédié à "Game of Thrones" dans le quartier "Harry Potter"...

DGreyMan (22:40)

... ou le contraire ! ^^

serieserie (09:07)

Plus que quelques jours pour vous inscrire à la grande soirée HypnoGame Arrow dans les forums de l'accueil ou par MP!!!

arween (09:44)

Bonjour à tous ! Aujourd'hui nous lançons une toute nouvelle rubrique, les reviews. Rendez-vous sur la page HypnoReview ou à l'accueil pour plus d'infos Bonne lecture et bonne journée !

Titepau04 (09:49)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!

cinto (11:39)

Fans de Dallas, Friends, Petite maison , Mission impossible, venez défendre votre série préférée chez Ma sorcière bien aimée: sondage "génériques"!

grims (16:47)

Coucou à tous ! une petite visite sur les quartiers Sons of anarchy, Outlander et Vikings serait sympa de jolis calendriers de Noël vous y attendent : ) merci d'avance pour votre passage

choup37 (17:13)

Calendriers aussi chez Kaamelott, Merlin, Doctor Who, Torchwood et Musketeers

choup37 (17:14)

(c'est super ces deux onglets pour alterner entre blabla et promo)

stella (19:34)

Case 5 du calendrier de l'avent de Downton Abbey vient d'être dévoilée.

Titepau04 (22:11)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

mnoandco (09:56)

Coucou! Le quartier Blacklist propose 3 calendriers totalement différents et de circonstances pour ce mois de décembre. N'hésitez pas à venir les commenter.

sabby (10:19)

Hello la citadelle !! Le quartier Friday Night Lights aurait bien besoin de visites. Personnes pour voter au sondage ni commenter le nouveau design. Venez jouer au ballon avec moi, je m’ennuie un peu tout seule là_bas

serieserie (10:19)

Allez allez, on s'inscrit pour l'HypnoGame Arrow!!

mamynicky (10:27)

'Jour les 'tits loups Un calendrier de l'Avent gourmand sur Downton Abbey et un autre musical sur Empire. Si vous êtes en retard, vous pouvez le rattraper et n'oubliez pas de les commenter. Merci

Titepau04 (10:34)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

arween (13:12)

Bonjour à tous ! Une grande animation vous attends sur The Night Shift ainsi que le calendrier et le sondage. Et sur Dollhouse, il y a un nouveau calendrier qui ne demande qu'à être commenté

roro73 (15:22)

Bonjour Nouveau sondage et nouvelles PDM sur Wildfire. Venez nous voir, on s'ennuie un peu =P

mamynicky (19:11)

Edgemont a besoin de clics sur son sondage. Merci

chrismaz66 (19:26)

J'y go Mamy et toujours chez Dr House le sondage Bad Boys, votez pour votre chouchou inter-séries, et quelques clics pour Torchwood qui en a bien besoin, merci

Phoebus (00:03)

Bonjour, nouveau sondage sur le quartier de Person Of Interest.

arween (09:26)

Bonjour ! Nous n'avons que peu de participants à l'animation The Night Shift... Elle est pourtant ouverte à tous ! Allez ne soyez pas timide et venez nous rendre visite

SeySey (12:55)

Bonjour! Nouveau sondage spécial fête de Noel sur le quartier Under The Dome! Venez nombreux!

liliju (15:55)

Un sondage spécial Noël vous attend sur le quartier des zombies (The Walking Dead). Ils ont besoin de vous. Merci de votre temps

Titepau04 (17:06)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

chrismaz66 (17:39)

'Soir, venez départagez nos ex-aequo au sondage House, et Torchwood va bientôt fêter ses 10 ans : animations signées Choup! Un petit coucou serait sympa Merci

serieserie (09:44)

Tout dernier jour pour vous inscrire à la soirée HypnoGame ARROW de samedi soir!! Allez si vous aimez un minimum la série et que vous avez envie de passer une bonne soirée avec nous, venez vous inscrire à l'accueil, n'aillez pas peur!!!!

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play