VOTE | 148 fans |

#506 : Ma mère est une actrice

Titre en VO : "High Anxiety" - Titre en VF : "Ma mère est une actrice"
¤ USA : diffusé le 14/11/01 - France : diffusé le 02/03/02
¤ Scénario : Allison Robinson et Joshua Krist - Réalisation : Jason Moore



Un docteur conseille à Dawson d'aller consulter une de ses collègues de Boston, spécialiste en deuil. Jen va avoir sa revanche sur Charlie, s'alliant avec sa seconde copine pour se mettre contre lui. Un beau moment de rire :)

Dawson ira se saouler avec les membres de la confrérie pour finir à la fête qu'organise Pacey, sur son bateau. Il tiendra des propos très méchants à l'égard de son amie Joey.

Le lendemain, cette dernière l'accompagnera à la gare. Là, une très belle discussion a lieu...

Plus de détails


~~~~~~~~~~


Dawson demande des explications à son médecin sur ses malaises. Il lui répond que cela est normal après le choc du à la mort de son père. Malgré les réticences de Dawson, il lui prend un rendez-vous chez une psychologue.

Joey trouve Audrey en train de ranger exceptionnellement leur chambre. Cette dernière explique que sa mère doit lui rendre visite, ce qui ne semble pas l'enchanter, Audrey éprouvant pour elle beaucoup d'antipathie.

Jen est en colère envers Charlie et le fait savoir à Pacey, qui lui conseille de lui rendre la monnaie de sa pièce. Jen trouve un pendentif sur la table du bateau mais Pacey détourne rapidement la conversation.

Une nouvelle fois, Pacey drague (à sa manière) Karen. Quand elle lui demande s'il se croit autorisé à tout faire dans ce restaurant, il répond, en lui lançant un regard évocateur : "je fais pas tout ce que je veux malheureusement", ce qui fait sourire la jeune fille.

Quand Pacey rend à son patron le pendentif qu'il avait oublié dans son bateau, ce dernier le prend rapidement sans dire mots. Il enchaîne en demandant une nouvelle fois à Pacey les clés du bateau mais Pacey refuse, une fête étant prévu le soir sur ce même yacht.

Après de longues secondes d'hésitation, Dawson téléphone à Joey pour lui dire qu'il vient à Boston. La jeune fille lui propose de dormir dans sa chambre et elle est très touchée quand Dawson lui répond qu'il dormira chez Jen et Jack.

Avant de raccrocher, Dawson promet à Joey de l'appeler dès son arrivée à Boston. Comme depuis la mort de Mitch, la conversation est très "froide" entre les amis d'enfance.

Dawson arrive chez la psychologue mais elle n'est pas là. Très agité, il patiente quelques secondes, feuillette rapidement les magazines, regarde les murs mais finit par s'en aller.

Joey fait connaissance de la mère d'Audrey qui provoque sa fille sur son poids. Joey est très génée quand cette même femme, très fière de sa forme et de son corps, lui demande d'estimer son âge.

Audrey amène de force Joey dans la salle de bain et lui demande de l'accompagner au dîner qu'elle doit prendre avec sa mère le soir-même. Sous la pression de son amie, et malgré ses projets de sortie (fête de Pacey), Joey ne peut qu'accepter.

Dawson arrive chez Jen et Jack. Alors que Jen sort, très joliment habillée, Jack propose à Dawson, qui accepte volontiers, de l'accompagner à sa confrérie. Les relations restent très tendues entre Jen et Jack.

Prête à tout pour démasquer les infidélités de Charlie, Jen entre de force dans son appartement et, malgré les précautions du jeune homme, elle trouve (dans le placard) la jeune fille qu'elle avait surprise entrain de l'embrasser.

Dawson se mêle joyeusement aux jeux de la confrérie de Jack en remportant une partie de "qui boit une chope de bière le plus rapidement !"

Au restaurant, la mère d'Audrey continue d'être méprisante envers sa fille. Joey s'absente alors pour téléphoner à Dawson. Ce dernier reçoit l'appel et, bien qu'il sache qu'il provient de Joey, il ne répond pas, préférant continuer à s'amuser avec les amis de Jack.

Charlie s'excuse auprès des 2 jeunes filles (dont Jen) de les avoir fait souffrir. Sachant que tout est finit avec elles, il leur propose, sans gêne, "une partie à trois"! :-p

Les demoiselles acceptent et demande à Charlie de se déshabiller. Bien qu'il soit retissant, il ne peut pas résister à leur charme. Tout nu, les yeux fermés, elles n'ont plus qu'à le pousser dehors et c'est ainsi que le beau Charlie se retrouve dans le couloir, dans sa plus simple tunique, devant des dizaines d'étudiants.

Joey s'interroge devant Pacey sur le fait que Dawson ne l'ait pas appeler malgré sa promesse de le faire dès son arrivée à Boston.

C'est alors que Dawson arrive, quelques grammes d'alcool dans le sang, avec toute la confrérie. Sur les questions de Pacey, Jack avoue que Dawson a un "peu" bu mais qu'il se sent bien "mieux" : "C'est un autre Dawson".

Se rappelant qu'il ne lui a pas téléphoné, Dawson appelle Joey alors qu'elle est à 10 cm de lui. Sous l'effet de l'alcool, il lui dit des choses terribles: il accuse son amie d'être la cause indirecte de la mort de son père. En effet, c'est par "amour" pour elle qu'il avait décidé de quitter Hollywood.

Au réveil, Dawson se remémore les propos qu'il a tenu devant à Joey la veille. Pacey le rassure en lui affirmant qu'elle le pardonnera, avant que lui ne se le pardonne à soi-même. Les deux amis d'enfance enfin comme au bon vieux temps...

On assiste à un début de réconciliation entre Audrey et sa mère quand cette dernière demande à sa fille de lui pardonner, ce qu'attendait Audrey depuis la fin du dîner. Durant celui-ci, la jeune fille avait été morte de honte devant Joey, après les révélations de sa mère sur son parcours scolaire houleux.

De retour dans sa chambre, Audrey remercie Joey de l'avoir défendu et lui avoue se sentir mieux dans sa peau grâce à elle. Eprouvant toujours beaucoup de honte, Audrey a vite conscience que le regard de Joey ne changera pas pour autant.

Pacey découvre, avec effroi, que le pendentif que son patron avait oublié dans son yacht appartient à Karen. Il comprend alors rapidement que son employeur trompe sa femme (ce qu'il savait déjà) avec cette même Karen, fille que Pacey semble "convoiter".

Joey accompagne Dawson à l'aéroport, le jeune homme essayant de se faire pardonner. Avec un humour charmeur, Joey lui répond qu'il n'a pas besoin de s'excuser. Après lui avoir confié qu'il ne sait pas quoi faire de sa vie, Dawson fait une autre révélation à Joey, révélation qui explique enfin son malaise (entre autre avec elle).
Moment magnifique !

Dawson: "Joey, quand j'ai pris la décision de ne pas rentrer à Los-Angelès, la seule chose que j'étais capable de faire, c'est rêver... rêver que je t'embrassais. Je n'avais qu'une hâte, celle d'arriver au jour, où finalement, nous aurions tous les deux envie de saisir cette nouvelle chance. Et pour la première fois de ma vie, ça me semblait réalisable, je pouvais enfin vivre ce rêve.
Et puis il est mort... et tout s'est écroulé. Je vivais dans un monde de douce rêverie dont on m'a brutalement arraché. Et je ne sais pas comment retrouver ce monde. Ce qui m'effraie le plus, c'est l'idée qu'il est peut-être perdu à jamais."


Du bout des lèvres, Joey donne un magnifique baiser à Dawson.

Joey: "Tu retrouveras ton chemin. Et puis, je suis là moi... je pourrais rêver pour nous deux pour l'instant"


Résumé écrit par Mathieu. Grand merci.

Capeside - Cabinet médical

Dawson : Alors, qu’est-ce que j’ai docteur ?
Docteur : Tout va bien mon garçon. Le sang, le cœur, tout est normal. As-tu d’autres questions à me poser ?
Dawson : Oui. J’ai parfois un genre de malaise qui…c’est comme une crise en fait. J’ai des suées et je sens que je vais m’évanouir. (il est assis alors que le médecin lui fait face, debout)
Docteur : As-tu déjà perdu connaissance ? (Il s’installe en face de lui)
Dawson : Non mais ça a bien failli.
Docteur : Tu ressens ça depuis longtemps ?
Dawson : Deux semaines au moins. (le médecin s’asseye en face de lui)
Docteur : Ah…Dawson. Ca fait combien de temps que ton père est mort ?
Dawson : Y a près d’un mois. Je perds la tête, c’est ça ?
Docteur : Mais non Dawson. Le stress peut se manifester de façons diverses et variées. Et un événement aussi important que la mort d’un parent aisément déclencher ce type de trouble.
Dawson : Je crois que vous faites erreur. Enfin…oui, oui d’accord. C’est…Ca été dur mais je l’ai surmonté aussi bien que n’importe qui.
Docteur : Il se peut que ces malaises soient ta manière à toi de surmonter ça. (il se lève) Ce n’est pas mon champ d’activité mais j’ai consœur qui devrait pouvoir t’aider. Elle exerce à Boston. Ouais, elle est spécialiste dans ce genre de chose, deuil, perte d’un proche (il se dirige vers le téléphone et compose un numéro)
Dawson : J’ai besoin d’un psy ?
Docteur fait oui de la tête : Tracy, Dawson a besoin de voir le Dr Weir. (il raccroche et refait face à Dawson) Weir, c’est la meilleure sur Boston.
Dawson : C’est un peu loin. Vous n’avez rien d’autre ? Je dois rester près de ma mère.
Docteur : Le seul autre spécialiste habite Providence.
Dawson : Oh…
Docteur : Crois-moi, Weir, elle vaut le déplacement.
Tracy arrivant dans le bureau et donnant un papier au docteur : C’est réglé. 17 heures demain.
Docteur : Formidable. Tiens-moi au courant.
Dawson : D’accord. Merci.

Générique

Université de Joey et Audrey

Audrey est en train de ranger sa commode. Elle met tout dans un tiroir. Joey arrive à ce moment.

Joey : Bonjour.
Audrey : Bonjour. (Joey la regarde faire en étant étonnée et se dirige vers son lit) Bon…
Joey : Tu veux que je t’emmène à l’infirmerie Audrey ?
Audrey : Quoi ? Non. Pourquoi ?
Joey : T’es en train de ranger.
Audrey : Ah, ça y est. Ca y est j’y suis. Tu faisais de l’humour c’est ça. Wahou, Joey Potter a plaisanté. C’est peut-être moi qui devrais t’emmener consulter.
Joey : Oh, soyons sérieuses là. C’est quoi cette envie subite de jouer les fées du logis ?
Audrey : Oh, ma mère.
Joey s’asseyant sur son lit : Quoi ta mère ?
Audrey continuant à ranger : Elle vient à Boston pour une journée. Elle va donc me rendre visite.
Joey : Sans rire. Je vais enfin voir la femme qui porte la responsabilité de ta venue au monde ? Ca va être drôle. (Audrey se retourne pour la regarder sérieusement) Ah bon, pas drôle ?
Audrey : Non, Joey pas drôle du tout. Drôle est un adjectif qui ne colle pas avec elle. Y a pleins de mots qui feraient tout à fait l’affaire mais drôle, non tu peux l’oublier.
Joey : Vous devez avoir un gros problème toutes les deux.
Audrey : Tu as vu le film intitulé « Maman très chère » ? Cette femme a détruit et ce, de manière radicale, l’estime que j’avais de moi d’accord.
Joey : T’es sûre ? Parce que t’as quand même l’air de beaucoup t’aimer.
Audrey : Un conseil, attends avant de te prononcer. A la même heure demain, je ne serais plus que l’ombre de ce que j’ai pu être.
Joey : Je crois que tu exagères un tout petit peu.
Audrey : On parle d’une femme que je connais par cœur. D’une créature si peu sûre d’elle et si égocentrique qu’elle me piquait mes fringues et qu’elle draguait mes petits-amis. C’est une menace pour la société. Une ennemie des filles des quatres coins du monde. Prends des forces Joey. Je peux t’assurer que ça va faire très mal.
Joey : Tu as eu aucune nouvelle de Dawson ?
Audrey : Attends, tu crois que j’aurais oublié de te le dire ? (Joey lève les sourcils) D’accord, bon, j’aurais probablement oublié mais non, Dawson n’a pas appelé.

Port de Boston

Jen : Oh…c’est ma sœur. Comment j’ai pu être aussi débile ? (elle est assise dans le bateau de Pacey alors qu’il est à la cuisine)
Pacey : Moi aussi j’ai gobé son histoire.
Jen : Celle-là, c’était peut-être sa sœur mais l’autre en tout cas non, c’est évident. A moins qu’il prenne un malin plaisir à entretenir des relations incestueuses ce qui m’étonnerait pas venant de sa part. Les mecs, c’est vraiment des chiens.
Pacey : Je confirme.
Jen : Ils devraient venir à nous et nous pisser dessus dès le départ puisqu’ils le font tôt ou tard. C’est une métaphore évidemment. C’est quoi cette chaîne ? (elle soulève la chaîne pour qu’il puisse la voir)
Pacey la prenant : Oh, une très longue histoire.
Jen : Je réagis comme la première venue. Ca me désespère, je te jure. Ben oui, c’est d’une banalité sans nom de blâmer un petit-ami volage qui n’obéit qu’à sa nature de mâle alors que la seule coupable dans l’affaire, c’est naïveté.
Pacey : Question naïveté, je croyais que c’était Jack le grand spécialiste.
Jen : Jack ? Ca va faire des semaines qu’on ne se parle plus. Il passe son temps à bricoler avec ses frères de Sigma et Cie.
Pacey riant : Ah alors voilà. Compte tenu de la situation. Tu n’as que deux solutions. Ou tu te mets en colère mais on dirait que c’est déjà fait ou…
Jen : Ou ?
Pacey : Ou tu lui rends la pareille.

Jen reste pensive sur ces dernières paroles.

Capeside – Maison des Leery

Dawson descend les escaliers lentement en ayant les mains dans les poches. Il arrive dans l’embrasure du salon et regarde la chaise que son père utilisait souvent.

Le Civilization

Pacey est train de préparer une sauce alors que Karen arrive à ses côtés.

Karen : Mmmh. Jusqu’ici, je pensais que tout ce que tu avais le droit de manger dans ce restaurant, c’était la tambouille réservée pour les employés.
Pacey : Mais, aujourd’hui c’est mon jour de repos. En conséquence, je ne suis pas employé.
Karen : Je vais devoir te faire payer alors.
Pacey : Aussi sûr que du bisque volée ? Combien je risque ?
Karen : Très drôle. C’est pas une bisque. C’est un velouté.
Pacey : Bisque, velouté, on s’en fout. Je le mange.

Il s’en va en prenant son bol et une cuillère. Karen se retourne pour le regarder.

Karen : Eh dis donc toi, tu te crois autorisé à tout faire dans ce restaurant ?
Pacey : Non, non. Je ne fais pas tout ce que je veux malheureusement.

Il va s’asseoir au bar et Danny le rejoint.

Danny : Jackpot. Tu dépense pas tout d’un coup Witter.
Pacey : Non seulement je suis l’objet de ton mépris et ta dérision mais en plus, je suis payé pour. J’ai trouvé ça sur le bateau. Ta femme a dû l’oublier. (il prend l'enveloppe et lui tend la chaîne)
Danny : Oui, merci. Au fait, ça me fait penser. En parlant de ce superbe yacht.
Pacey : Ouais, quoi ?
Danny : Tu pourrais me refiler les clés, par exemple, ce soir ?
Pacey : Je regrette Danny, ce soir ce n’est pas l’idéal.
Danny : Pacey, s’il te plaît et je te donne ta soirée si tu veux.
Pacey : Je suis déjà de repos ce soir.
Danny : Bon, dans ce cas. Je dois bien pouvoir faire quelque chose qui te fera changer d’avis.
Pacey : Très sincèrement, je t’aiderais avec plaisir mais je fais une grande fête ce soir pour un ami alors c’est cuit.
Karen : Eh vous entendez les gars ? Pacey organise une fête ce soir.

Tout le monde applaudit en souriant.

Capeside – Maison des Leery

Dawson est toujours dans l’embrasure. Il regarde longuement le téléphone avant de se décider à s’asseoir pour composer un numéro.

Université de Joey et Audrey

Joey est en train d’étudier quand son téléphone sonne. Elle le prend.

Dawson veut raccrocher mais Joey décroche au même insant.

Joey : Allô ?
Dawson : Joey ? Bonjour, c’est moi.
Joey : Dawson ! Salut, comment tu vas ?
Dawson : Je suis vraiment désolé. J’ai tardé à t’appeler. Je n’avais pas le temps. Tu comprends ? J’ai plein de chose à faire ici.
Joey : Oui, oui, c’est ce que je me disais. Comment ça se passe ?
Dawson : Oh, ça va plutôt bien…disons que ça va…
Joey : Dawson, tu as le droit…
Dawson lui coupant la parole : Au fait, il y a des chances pour que je vienne à Boston ce week-end.
Joey : C’est vrai ? Ah, c’est génial. Tu veux dormir ici ?
Dawson : Non, je te remercie. Je pense que j’irais chez Jack et Jen.
Joey déçue : Ah…Parfait, c’est plus pratique comme ça. Audrey a sa mère qui débarque aussi alors…
Dawson : Alors, tu vois alors…oui…Bon, qu’est-ce que tu en penses Joey, je te téléphone dès que je suis arrivé.
Joey se forçant à sourire : Excellente idée.
Dawson : Bon. Au revoir.
Joey : Au revoir.

Dawson raccroche et repose le combiné. Joey referme son portable tristement.

Dawson arrive dans une salle et prend place dans un fauteuil. Il voit un interphone et appuie deux fois dessus tout en regardant la porte qui reste fermée. Il regarde les différents diplômes que le Dr Weir a obtenus et regarde sa montre. Il décide de s’en aller.

Université de Joey et Audrey

Audrey montant sur la balance : Très bien. Voilà, t’es contente maintenant ? (Joey arrive à ce moment dans la chambre) C’est pas étonnant que je me déteste autant.
Maman d’Audrey : Tu as l’art de tout dramatiser Audrey.
Audrey reprenant la balance alors que Joey pose le linge sur le lit : Oh oui, c’est l’hôpital qui se moque de la charité.
Maman d’Audrey : Bonjour ma chère !
Joey souriante : Bonjour.
Audrey : Joey, voici ma mère et mère chérie, voici Joey Potter.
Maman d’Audrey : Oh Joey, Audrey m’a tellement parlé de vous. C’est un réel plaisir de vous rencontrer.
Joey : C’est très gentil. Le plaisir est partagé (elle la prend dans ses bras)
Maman d’Audrey : Oh vous avez une silhouette remarquable. Vous avez déjà été mannequin ?
Joey : Euh…non.
Audrey : Au cas où tu te demanderais pourquoi j’étais juchée sur cette odieuse balance, c’est parce que ma folle de mère est persuadée que j’ai pris 5 kilos.
Maman d’Audrey : Oh, c’est pas ce que j’ai dit Audrey. 3 kilos maximum.
Audrey : Maman, as-tu une vague idée du temps qu’il m’a fallu pour être bien dans mon corps ?
Maman d’Audrey s’agenouillant près de sa fille : Tu n’as aucune raison d’être mal dans ton corps ma puce mais c’est connu, les étudiants de première année ont la fâcheuse manie de prendre des kilos superflus. (elle se relève) Joey, j’ai quel âge, je vous écoute ?
Audrey : Oh maman ! (elle prend son duvet pour se couvrir la tête)
Joey : Euh, pardon ?
Maman d’Audrey : Oh je comprends, je vous mets dans une situation délicate. Je reformule ma question. Ais-je plutôt l’air  d’être la mère d’Audrey ou sa sœur ? Ne prenez pas de gant.
Joey mal à l’aise : Sans la moindre hésitation, sa sœur.
Maman d’Audrey : Exactement. Et vous savez pourquoi Joey ? Parce que je fais très attention à moi. Eh oui, votre corps est votre ami et vous devez le traiter comme tel.
Audrey : Achevez-moi je vous en supplie. Oui, achevez-moi sur le champ, c’est trop dur.
Maman d’Audrey : Il faut que vous veniez dîner avec nous.
Joey : Oh mais…je regrette…
Audrey : Joey, la fuite dans la salle de bains, c’est réglé ce problème ?
Joey : Quelle fuite ?
Audrey prenant Joey par le bras : Une fuite d’eau, désolée.

Elles s’enferment dans la salle de bains et Audrey ouvre les robinets.

Audrey : J’en reviens pas que tu lui ais dit qu’on la prenait pour ma sœur.
Joey : Qu’est-ce que tu voulais que je lui dise ? Il faut admettre qu’elle fait très jeune.
Audrey : Oui, grâce à ses deux meilleurs amis, collagène et retinol. Joey, je tiendrais jamais le coup seule avec elle ce soir, tu dois absolument venir avec nous.
Joey : Je suis coincée, je peux pas. J’attends l’appel de Dawson ce soir.
Audrey : Ton portable, à quoi il sert ?
Joey : Mais après, c’est prévu qu’on sorte avec les autres.
Audrey : Oui après Joey. Avant, j’ai besoin de toi.
Joey : Audrey…
Audrey : Joey. T’es un ange. Tu me sauves la vie en venant.

Maison de Jen

Dawson ouvrant la porte : Bonjour.
Jen arrivant : Dawson ! Qu’est-ce que tu fais ici ?
Dawson : J’étais dans les parages alors je me suis dis…(il la prend dans ses bras) si je passais voir comment va tout ce petit monde.
Jen : Mais enfin tu aurais dû prévenir que tu venais comme ça grand-mère aurait fait une tarte.
Dawson : Non, non, c’est bon. Justement, tu crois que ça ne la gênera pas si je dors ici ce soir ?
Jen : Non, bien sûr que non. Ca va ?
Dawson : Ouais. Ca va bien.
Jack descendant les escaliers : Salut ! Je me disais bien que je connaissais cette voix.
Dawson : Jack ! (ils se prennent dans les bras)
Jack : La forme ? Ca fait plaisir de te voir !
Dawson : Ouais, je peux en dire autant.
Jen : Je…je dois sortir là mais…on discutera à mon retour. Hein ?
Dawson : D’accord. Où tu vas ?
Jen : Mmmh, nulle part.
Dawson : Je te trouve particulièrement chic pour une fille qui va nulle part.
Jen souriante : Merci Dawson. J’accepte le compliment et si tu veux, je répondrais plus tard à la question.
Jack : Jen a l’art de répondre plus tard aux questions. (il met sa veste) A vrai dire je partais moi aussi. Je sors, je vais faire un tour au foyer et retrouver toute la bande, tu veux venir ?
Dawson : Tu veux que je te dise ? Je serais assez tenté.
Jack : Ben super !
Dawson : Ouais. Je vous gênerais pas, t’est sûr ?
Jack : Pfff, ah non, tu plaisantes ? Allé, en route.
Dawson souriant : Je te suis.

Université de Charlie

Jen arrive à la porte de la chambre de Charlie et frappe.

Charlie : Qui est-ce ?
Jen : Jen, la plus dévouée de toutes tes serventes.
Charlie ouvre la porte mal à l’aise : Salut.
Jen : Salut.
Charlie : Euh, qu’est-ce que tu fais là ?
Jen : C’est quoi cet air surpris ? On avait prévu un grand feu d’artifice.
Charlie : Ouais je sais sauf que c’était demain qu’il devait avoir lieu.
Jen : Oh…tu sais quoi ? Je me suis trompée (elle entre dans la chambre en poussant la porte) Il faut que j’achète un de ces superbes agendas pour noter tous mes rendez-vous galants. C’est pas grave, puisque tu es là et que je suis là. (elle enlève sa veste et la lance à Charlie) (elle s’asseye sur le lit en ayant l’air aguicheuse) On pourrait se mettre tout nu, qu’est-ce que tu en dis ?
Charlie : Euh non, c’est pas franchement le moment…
Jen : Oh…d’accord. (elle se relève) Je vois, tu n’as pas envie de moi…Est-ce que tu imagines ce que ressent une fille dans ces cas-là ? S’offrir entièrement, généreusement et être rejetée. C’est…c’est horrible.
Charlie : Oh...Jen, non, non, non. Rassure-toi, c’est juste parce que j’ai un exam et que je n’ai pas encore révisé, tu comprends ?
Jen : Oh oui, je suis soulagée. Avant de partir, je vais récupérer mon gilet. (elle se dirige vers la penderie)
Charlie : Euh non, attends. (Il met la main devant la porte)
Jen : Quoi ?
Charlie : Ton gilet ? Mais enfin, quel gilet ?
Jen : Celui que j’ai laissé la dernière fois.
Charlie : Ah oui, ce gilet là. Euh…Il est pas là-dedans.
Jen : Tu en es sûr ?
Charlie : Euh, je l’ai donné à nettoyer…au pressing. Il est au pressing.
Jen : Oh…
Charlie : Je suis bien comme garçon hein ?
Jen : Dans ce cas…

La porte derrière elle s’ouvre pour laisser apparaître une fille. Elle se retourne surprise.

Jen : Tu es qui toi ?
Fille : La petite-amie de Charlie, et toi ?
Jen : La petite-amie de Charlie.

Charlie les regarder mal à l’aise lorsqu’elles se retournent pour lui faire face.

Dawson se trouve à la fête avec Jack. Tous les garçons sont autour d’une table.

Garçon : Vous y êtes, vous êtes prêts.
Tous : Ouais !
Garçon : Trois, deux, un, c’est parti !

Un garçon prend un pot avec de la bière et commence à boire alors que les autres crient derrière en rigolant. Jack prend ensuite le pot pour en boire puis le passe à Dawson qui le boit également. Il repose le pot avant les autres d’en face ce qui fait gagner son équipe.

Restaurant

Un serveur amène les assiettes à la table de Audrey, la mère d’Audrey et Joey.

Maman d’Audrey au serveur : Jolie présentation.
Audrey : Merci.
Maman d'Audrey : De la crème fraîche ?
Audrey : C'est une sauce à la moutarde.

Joey les regarde mal à l'aise.

Maman d'Audrey : Mmh, on dirait de la crème fraîche. Tu fais du sport chérie ?
Audrey : Non, je déteste le sport quel qu'il soit et tu le sais.
Maman d'Audrey : Oh et bien moi j'ai marché 8 kilomètres dans le sable avant de prendre l'avion ce matin. Ma sciatique s'est réveillée, c'est terrible.
Audrey : C'est génial maman.
Maman d'Audrey : Tu te montre sarcastique là.
Audrey : Je plaisantais.
Maman d'Audrey : C'est une question ou une affirmation ? Parce que ton intonnation ressemblait plus à une question même si au fond j'ai tendance à penser que tu n'attends aucune réponse. C'est un genre de provocation.

Joey regarde Audrey puis sa mère ne sachant plus quoi faire.

Audrey : En tout cas, je n'en avais pas conscience.
Maman d'Audrey : Soit vigilente parce que dans ces cas-là, tu fais très californienne de base.
Joey : Excusez-moi, je dois passer un coup de fil.
Maman d'Audrey : Bien sûr.

Joey se lève et quitte la table pour se diriger un peu plus loin où elle s'asseye sur un fauteuil. Elle ouvre son portable et compose un numéro.

Dawson entend son natel sonné à la fête et s'éloigne pour regarder son portable.

Dawson dans sa tête : Joey.

Joey attend. Dawson continue de regarder son portable.

Garçon : Dawson ! (il s'avance vers lui) Tu as fini ? Viens c'est le deuxième round.
Dawson sourit et range son portable dans sa poche : Allons-y.
Garçon : Attention ! Et c'est parti.

Université de Charlie

La fille est assise sur le lit alors que Jen se trouve debout en étant face à Charlie.

Jen : Je serais curieuse de savoir de quelle façon tu comptais t'en sortir Charlie.
Charlie : Me sortir de quoi ?
Fille : Tu veux le beurre de l'argent du beurre et la crémière en plus.
Charlie : Oh, pourquoi le son de ta voix réveille t'il autant mes sens.
Jen : Je t'en prie, stop ! Charlie, je ne supporte pas la désinvolture. Ca me donne envie de fracasser la moitié de tes précieux vinyles.
Charlie : Oh d'accord. J'arrête. Attendez, on a jamais abordé ce sujet.
Fille : Quel sujet ?
Charlie : On n'a jamais parlé d'engagement d'aucune sorte.
Jen lançant un vinyle derrière elle : Qui n'a jamais parlé d'engagement ? Précise.
Charlie rattrapant ces vinyles : Toi et moi (en parlant de lui et Jen) et toi et moi (en parlant de lui et la fille) Revenez un peu sur terre les filles. On est à l'université. Vous savez ce que c'est.
Fille : Non Charlie, dis-nous, on t'écoute. (Jen vient s'asseoir à côté d'elle)
Charlie : C'est un lieu de rencontres. On est là pour vivre des...des expériences nouvelles. Ecoutez, je vais être franc. C'est quelque chose que je n'ai jamais voulu vous faire subir. C'est vrai, je vous assure. Je vous ai rencontré toutes les deux le même soir, à cette fête. Ensuite...euh, bon, à ce stade, la seule chose que je puisse dire c'est...je suis désolé (il s'intalle entre elles) Ouais, vraiment, je suis désolé. Je ne voulais pas vous faire souffrir. Je peux émettre une suggestion ? Ok, toi et moi (en regardant la fille) et moi et toi (en regardant Jen), c'est bel et bien fini, kaput. Eh oui, pour autant que je sache, jamais on ne pourra revenir en arrière. Par contre, on peut encore aller de l'avant (en regardant la fille)
Jen : Quoi, comment ça ?
Charlie passant ses bras derrière les filles : Ben, soyons réalistes. Bon, alors, tu me plais (en regardant la fille) et...tu me plais (en regardant Jen) et je vous plaisais énormément à une époque. Donc, je vous propose, arrêtez-moi si vous trouvez que je délire, je propose que tous les trois, on continue à se plaire en même temps.

Elles le regardent avec de grands yeux.

Restaurant

Audrey : Conclusion, ils ont décidé de monter la Mouette dans Tom Schakoff. J'envisage de passer l'audition.
Maman d'Audrey : C'est vrai ?
Joey : C'est super !
Maman d'Audrey s'adressant à Joey : Savez-vous qu'elle a joué dans un film quand elle était petite fille ?
Joey : Oui ! J'ai même loué la cassette pour voir comment elle était.
Audrey : Joey, t'étais pas obligée...
Maman d'Audrey : Ca te manque pas le cinéma ?
Audrey : Non. Les regrets, c'est pas mon truc. J'ai d'autres moyens de me prendre la tête.
Maman d'Audrey : Moi, ça me manque...
Joey : Vous étiez comédienne ?
Maman d'Audrey : Mannequin, comédienne, un peu tout en fait...
Audrey : Elle a été une star dans son temps ma mère
Maman d'Audrey : Oh, t'exagère ! Bon, j'ai tourné dans des séries, j'ai fait des couvertures de magazine aussi...mais jouer, être actrice, c'était vraiment mon rêve...
Audrey : Si on regarde bien, on la voit dans Agence Tout Risque. Elle a tourné dans un des épisodes.
Maman d'Audrey : A vrai dire, j'étais prête à signer un rôle dans un film de Scorses quand j'ai découvert que j'étais enceinte d'Audrey.
Audrey : C'est pour ça qu'elle me déteste. J'ai ruiné sa carrière.
Maman d'Audrey : Non, chérie, c'est faux. Je n'étais pas très douée. Toi par contre, tu as du talent.
Audrey : Je suis nulle...
Maman d'Audrey : Mais pas du tout. Tu manques uniquement de concentration. Pour être acteur, il faut être très discipliné, tu ne l'as jamais été, hélas...

Joey regarde Audrey très mal à l'aise.

Audrey : Si, tu te trompes...
Maman d'Audrey : Oh, je t'en prie Audrey. Depuis que tu es toute petite, tu ne cesses de passer d'une chose à une autre. Les jouets, les garçons, les écoles...(elle s'adresse à Joey) Avez-vous une idée du nombre d'établissement qu'Audrey a fréquenté ces 4 dernières années.
Audrey : Maman, c'est le genre de détail qui ne l'intéresse pas du tout...
Maman d'Audrey : 6 en 4 ans ce qui doit constituer un record. Chaque séjour s'étant terminé par un scandale.
Audrey : Maman, tu me mets mal à l'aise. Arrête un peu s'il te plaît.
Maman d'Audrey : Oh, je te mets mal à l'aise, tiens donc. Pardon de te contrarier, je doute fort que tu saches ce que c'est que d'être réellement mal à l'aise... Pour cela, il faut avoir été contrainte de faire un don colossal à une faculté bon chic bon genre de la Nouvelle Angleterre pour qu'ils daigent regarder le dossier de votre fille dont les résultats scolaires vous plongent à eux seuls dans un embarras inqualifiables. (Audrey regarde ailleurs prête à craquer) Rien autrement ne t'aurait permis d'étudier à Worthington. C'est un miracle Audrey. Tu pourrais au moins apprécier.
Joey : Vous savez Madame Liddell...
Maman d'Audrey : Appelez-moi Kay !
Joey : Euh, oui Kay. Durant tout le dîner, vous n'avez pas arrêter de critiquer et rabaisser votre fille. Pourquoi ? Vous êtes déçue parce qu'elle n'est pas tout à fait comme vous auriez aimé ou parce qu'elle a 18 ans et que vous non ? Audrey en fait peut-être des tonnes mais au moins, on ne s'ennuie jamais avec elle. (Audrey la regarde émue) Elle a peut-être un côté touche à tout mais c'est ce qui fait tout son charme et pour ce qui est de la discipline, elle n'a de leçons à recevoir de personne parce que malgré ce que vous lui balancez ce soir, elle n'explose pas, elle garde le sourire. Et comme vous pouvez le constater, moi je n'ai pas ce genre de maîtrise. Audrey, il y a une fête chez Pacey. On y va.

Audrey la regarde avec un petit sourire, regarde sa mère et se lève pour suivre Joey en laissant sa mère seule dans le restaurant.

Université de Charlie

Jen : Qu'est-ce que tu en dis Nora ?
Nora : Si tu es partante, moi aussi Jen...
Charlie : Puisque vous êtes d'accord, il n'y a plus qu'à...

Ils sont encore assis tous les trois sur le lit de Charlie.

Jen : Y a plus qu'à... Alors voilà ce qu'on va faire. Tu vas te lever et te mettre en face.
Charlie se levant pour se mettre devant elle : Très bien, c'est parti mes chéries. Bon, et maintenant ?
Jen : Streap-Tease.
Charlie : Vous d'abord...
Jen : Oh, tu sais quoi Nora, on va y aller
Nora : Oui, allons nous en

Elles se lèvent pour partir.

Charlie : Non, attendez, non, non, non, ne partez pas. Euh, je fais ce que vous voulez, c'est bon. Moi d'abord...(Elles se reculent satisfaites pour se rasseoir sur le lit) Si quelqu'un vient vous dire que Charlie Todd n'est pas galant, corrigez-le tout de suite.

Il comment par enlever son pull et les filles sourient en étant admiratives.

Nora : Mmmh, oui, continue...
Jen : Oh non, ne t'arrête pas là...
Nora : Non, t'arrête pas là...

Jen commence à caresser la cuisse de Nora. Charlie sourit et commence à détacher sa ceinture. Il se retrouve en calçon.

Nora : Il semblerait qu'il reste encore un petit quelque chose...
Charlie : Oh...euh...les filles, c'est à vous là...
Jen : Oh non, non, non, non, Charlie, Charlie, Charlie. Il y a erreur, on ne joue pas à un coup c'est moi, un coup c'est toi. Tu suis nos instructions. Allé, tu te déshabilles et tu te tais.
Charlie : Ouh...ok, ok. De toute façon, c'est pas la première fois que vous voyez ça...

Il hésite et pour finir enlève son calçon pour le jeter sur l'aquarium. Les filles sont satisfaites.

Jen : Oh, une vieille connaissance. Prête ?
Nora : Et comment !
Jen : Allons-y !

Elles se lèvent et se dirigent vers lui.

Jen : Maintenant, tu fermes les yeux.
Charlie : Pourquoi ?
Jen : Parce que c'est notre tour idiot ! On est timide...
Charlie fermant les yeux : C'est trop cool !

Jen et Nora le font tourner sur lui même.

Jen : Oh oui, c'est trop cool.
Nora : Super.

Elles le font reculer pour arriver à la porte de sa chambre qui est ouverte sur le couloir.

Jen : Es-tu prêt pour nous Charlie ?
Charlie : Oh, ça oui...

Elle le pousse dehors dans le couloir et ferme sa porte de chambre.

Charlie : Oh, mais vous êtes folles ! (les filles commencent à partir en rigolant. Tout le monde le regarde) Où vous allez ? Vous m'écoutez oui ! Revenez ici !
Jen : Au revoir Charlie !
Nora : Au revoir Charlie !
Charlie : Revenez immédiatement toutes les deux !

Il essaie d'ouvrir sa chambre mais c'est fermé. Il prend alors une feuille qu'il met pour se cacher.

Charlie : Ouais, bon, ça va. Circulez, y a rien à voir !

Jen et Nora arrivent dehors en rigolant.

Jen : C'est pas fabuleux ?
Nora : T'es géniale. Quel bonheur c'était ce règlement de compte.
Jen enlevant sa fleur dans ses cheveux : Non mais tu le crois ça. Il était sûr que j'allais accepter une partie à trois. Pardon, ne te vexe pas. Tu es très jolie mais ça n'est pas du tout mon truc.
Nora : Je suis pas vexée. Et toi aussi tu es plutôt jolie comme nana.
Jen : Oui...Bon, en tout cas, c'était drôlement épique comme moment... Mais le sumum, ce sera certainement quand ce bouffon se rendra compte que son CD avec dédicace personnelle de Pinkerton a disparu ! (Elle le jette dans la poubelle)
Nora rigolant : Oh, génial ! Ces notes de cours, histoire de l'art. (elle commence à déchirer le papier) C'est après-demain l'exam. (elle le jette aussi dans la poubelle)
Jen : Oh, pas de bol !

Jen lui montre le T-Shirt qu'elle tient dans les mains.

Nora : Il adore ce T-Shirt !
Jen : Une fois chez moi, je vais m'en servir pour nettoyer mes toilettes.
Nora rigolant : Oh làlà, c'est... Je savais que c'était trop beau pour être vrai. Sortir avec un type qui est à la fois joli garçon et honnête, ou avais-je la tête...
Jen : Oui, on se le demande. Si ça peut te rassurer, moi aussi j'y ai cru. Ecoute, j'ai un ami qui donne une petite fête. Tu veux qu'on y aille ?
Nora : Non merci. J'ai envie de me retrouver dans ma chambre pour écouter de la musique et essayer de me convaincre que ce n'est pas si nul d'être seule.
Jen : Je trouve que c'est une très bonne idée.
Nora : On sortira une autre fois.
Jen : Oui, ce sera sympa.

Elles se serrent dans les bras l'une de l'autre puis Nora s'en va.

Jen : Bye
Nora : Salut

Jen s'en va à son tour.

Fête sur le port

Pacey tend une bouteille d'eau à Audrey.

Audrey : Oh, merci.
Pacey : De rien.
Audrey : Ce bateau, c'est carrément la grande classe !
Pacey la rejoignant : Ouais, il en jette ! Dans quelques années, j'espère que j'en aurais un dans le genre.
Audrey : Et puis, c'est drôlement utile parfois. A mon avis, ça doit cartonner avec les filles.
Pacey : Ca c'est un avis très sexiste. Un garçon a le droit d'aimer la voile aussi.
Audrey : Dis-moi un peu. Tout ce côté "je vis en marge de la société", est-ce que ça marche pour toi ?
Pacey : Mmmh
Joey arrivant : Qu'est ce que vous faites tous les deux ?
Pacey : Ben, ta copine me drague.
Audrey : Oh, c'est pas vrai !
Pacey : Si si, je t'assure.

Joey les regarde tour à tour.

Audrey : N'importe quoi !
Pacey : Faut appeler un chat, un chat ma petite.
Audrey : Attention à ce que tu dis matelot. Je pourrais faire couler ton bateau un de ces quatres matins.

Audrey s'en va et Joey la regarde en souriant.

Pacey : Elle est trop cette fille !
Joey : C'est un phénomène.
Pacey : T'as vu Dawson aujourd'hui ?
Joey : Non. Logiquement, il devait m'appeler en arrivant mais j'attends toujours qu'il m'appelle.
Pacey : Moi je lui ai téléphoné pour l'inviter mais depuis, plus rien...
Joey : J'espère que ça va...
Pacey : Tiens, quand on parle du loup.

Dawson arrive aux côtés de Jack et de toute la bande de copain.

Jack : Où est le capitaine ? Où est le capitaine ?
Pacey : Ici. Dawson.
Dawson : Pacey.

Dawson prend Pacey dans ses bras.

Pacey : Dawson.
Dawson : Eh, tu connais la nouvelle ? Je suis à Boston !
Pacey : Ouais... Je vois ça.
Dawson : C'est mon plus vieil ami. Pacey Witter. Pacey, voici Brady et Moskowitz et un étudiant en chemise bleue. (il rigole)
Audrey : Dawson Leery !
Dawson : Eh, Audrey !
Audrey : Salut

Ils se prennent dans les bras l'un de l'autre.

Pacey en prenant Jack : Jack !
Dawson : Comment tu vas ?
Audrey : Très bien et toi ?
Dawson : ça va Audrey...

Jack : Quoi de neuf ?
Pacey : Tu l'as fait boire ou quoi ?
Jack : Ouais, deux ou trois bières au foyer, pourquoi ?
Pacey : Je croyais que l'objectif était qu'il soit moins flippé mais en restant sobre.
Jack : Je croyais que l'objectif était qu'il soit moins flippé mais point final. Non mais t'as vu, c'est un autre Dawson !

Pacey se tourne pour regarder Dawson reprendre Audrey dans ses bras.

Dawson : Je t'aime bien Audrey !

Jack : Il se sent dix fois mieux là
Pacey : Je crois plutôt qu'il ne doit plus rien sentir à l'heure qu'il est.
Jack : Alors, tous les moyens sont bons !

Il lui fait une petite tape et s'en va en rigolant.

Pacey : C'est ça.

Il se tourne pour continuer à regarder Dawson qui continue à parler avec Audrey.

Dawson : On ne se voit pas si souvent les deux.
Audrey : Non, très juste
Dawson : C'est vrai. A chaque fois que je viens, je te vois toujours entre deux plans...
Audrey : T'as qu'à venir me voir plus souvent.
Dawson : Tu me manques tu sais...

Joey arrive auprès d'eux et lui prend le bras.

Joey : Bonsoir !
Dawson : Joey, Joey ! Oh, je devais téléphoner.

Dawson la prend dans ses bras.

Joey : Oui, tu devais...
Dawson : Je devais te téléphoner. Oh pardon, désolé. Attends. Je réctifie ça tout de suite. Alors une seconde.
Joey : D'accord...
Dawson : Non, pas de panique. Dawson est là (il prend son téléphone et le met à l'oreille) Je te passe un coup de fil. Dépêche toi Joey, prends l'appel, allé.
Joey : Dawson. Qu'est-ce qu'il t'arrive ce soir ?
Dawson rigolant : Je te laisse mon petit message. "Joey, eh c'est Dawson ! Je suis à la fête que donne Pacey et moi j'avais très envie que tu sois là, c'est nul, archi nul que tu sois pas là alors...je devais t'appeler, excuse moi, je l'ai pas fait, j'en avais l'intention. Je voulais le faire mais j'ai pas eu le temps. J'ai pas eu...j'ai pas pu...est-ce que" (S'adressant à Joey à nouveau) Il est cohérent ce message, on comprend ce que je dis ou bien c'est juste quelqu'un qui a bu qui radote sur ton répondeur ? Je radote, c'est évident (il reprend son téléphone pour continuer le message) mais ça fait rien, toi aussi tu m'as laissé un message comme ça un soir, si tu ne l'avais pas fait, je serais probablement repartis à L.A. et je serais toujours là-bas probablement, oui bien sûr, j'y serais toujours et mon père peut-être qu'il serait vivant à l'heure où je te parle. Merci Joey, merci beaucoup. Bon, rappelle-moi, au revoir !"

Il boucle son téléphone alors qu'elle le regarde tristement.

Les gars arrivent et embarquent Dawson avec lui en souhaitant une bonne soirée.

Le lendemain matin - port

Dawson dort sur le bateau alors que Pacey arrive vers lui.

Pacey : Debout là-dedans !

Il lui tend un verre et Dawson finit par ouvrir les yeux.

Pacey : Bois ça.
Dawson : Qu'est-ce que c'est ?
Pacey : Tu veux vraiment savoir ? (Dawson prend le verre et se lève un peu. Pacey s'asseye à côté de lui) C'est du jus de choucroute, du miel et un soupçon de tabasco.
Dawson : C'est dégoûtant...
Pacey : Oui mais après tu iras mieux. Les gars du resto ne jurent que par cette mixture.
Dawson sentant le mélange : Oh ! Quelle horreur, je te la rends.
Pacey souriant et prenant le verre : D'accord...
Dawson : S'il te plaît, dis-moi que...que cette migraine est tout sauf le reflet de ma conduite d'hier.
Pacey : C'est tout sauf le reflet de ta conduite d'hier.
Dawson : Tu es un piètre menteur...
Pacey : J'ai cru voir que tu avais vidé pas mal de bouteilles...Ca plus je ne sais combien de chotte de bière, faut pas t'étonner.
Dawson : J'ai peur d'avoir dit un truc vraiment terrible à Joey.
Pacey : Ta peur est justifiée
Dawson : Oh non !
Pacey : Tu peux te vanter d'avoir fait un sacré show hier soir...Si ça peut te consoler, je suis sûr que Joey te pardonnera avant que tu te pardonnes à toi-même...

Dawson le regarde pensif. Pacey lui retend le verre.

Pacey : C'est ça ou bien la gueule de bois.
Dawson prenant le verre : Merci...
Pacey se levant : Faut que j'aille bosser.

Pacey s'en va et Dawson finit par boire la mixture.

Université de Joey

Audrey se trouve dans le couloir devant sa chambre en ayant les bras croisés sur sa poitrine. Sa mère pose un sac à ses pieds et se met devant sa fille.

Kay en ouvrant les bras : Un petit câlin ?
Audrey s'y met à contre coeur : Ca va maman... Tu me...dépêche toi ou ton taxi va partir. (elle se remet en arrière)
Kay : Tu me manques déjà... J'ai l'impression de ne pas avoir assez profité de toi.
Audrey : Merci...t'en as bien profité.
Kay : Je voudrais aussi que tu saches que certaines choses n'ont pas été dites sans raison Audrey. Elles ont été dites par amour. Sais-tu à quel point je t'aime ma puce ?
Audrey : Beaucouop ?
Kay fait oui de la tête en retenant ses larmes : Oui, beaucoup.
Audrey : Oui, bon, c'est très sympa mais devine ce qui a manqué après ta prestation ? T'aurais pu t'excuser quand même. Refais en sorte que ça n'arrive plus d'accord ?
Kay triste : Tu ne veux plus que je vienne te voir ?
Audrey souriante : Ca aussi ce serait fabuleux...mais c'est trop, ne rêvons pas, alors...je sais pas...Essayons de... essayons d'être sympa l'une envers l'autre. Tu veux bien ? (Kay fait oui de la tête) Parce que je suis peut-être pénible et un peu capricieuse mais...faut te faire une raison, t'as pas de fille de rechange. Toi maman, tu es peut-être une grande névrosée mais t'es ma grande névrosée et j'y tiens. Ca va, tu me suis ?
Kay avec les larmes aux yeux : Je suis désolée Audrey.
Audrey : Moi aussi maman. (elle retourne dans ses bras) Bon, allé...

Sa mère se détache d'elle pour prendre sa valise.

Kay : Prends soin de toi mon poussin.
Audrey : Toi aussi mon canard.

Kay s'en va et Audrey essaye de se retenir de pleurer. Elle finit par retourner dans sa chambre.

Audrey s'asseyant en face de Joey: Elle est partie.
Joey assise sur son lit : Tu vois, t'es pas en miette.
Audrey : Exact. Grâce à toi.
Joey : Qu'est-ce que j'ai fait ?
Audrey : Tu as défendu mon honneur Joey. Et puis, tu m'as emmenée dans une soirée. Pour une fois, je n'ai pas eu besoin de m'incruster.
Joey : C'est rien ça...
Audrey : Tu rigoles, c'est pas rien. Je sais pas mais ensuite...j'étais drôlement plus sereine. J'étais bien dans ma peau, c'est pas rien ça. Et tu sais, toutes ces horreurs qu'elle a dites, j'espère que ça ne changera pas ton regard sur moi...
Joey : Arrête ! J'ai pu t'aider, c'est cool.
Audrey : Je voudrais pouvoir faire la même chose pour toi...

Maison de grand-mère

Dawson arrive à la cuisine et aperçoit Jen.

Dawson : Bonjour. Qu'est-ce que tu fais debout si tôt ?
Jen : Fringal post-traumatique. Tu en veux ?

Elle s'asseye suivit à côté par Dawson qui pose sa tête sur la table.

Jen lui caressant le dos : Si je décode bien, c'est non ?
Dawson relevant la tête : J'ai besoin de compenser par la nourriture, c'est pas...
Jen : Eh, eh, eh, on ne cite pas son nom, merci !
Dawson : C'est à cause de ce type qu'on ne doit pas nommer que t'es pas venue faire la fête hier soir.
Jen : Mmh. Je ne me sentais pas d'humeur festive. Et t'as viré chez les Sigma, tu en penses quoi ? (Dawson sourit) Oui, je vois ça d'ici. Dawson Leery avec une bande d'hystérique qui considère que la virilité se résume au mot picoler.
Dawson : Oui mais c'est autre chose... La dernière fois que je suis venu, tout le monde marchait sur des oeufs autour de moi et du coup je pensais constamment à tout ça.
Jen : La vie doit être hyper dur ces temps-ci pour toi. Plus qu'on imagine. Mais...tout le monde fait ce qu'il peut, tu sais...
Dawson : Oui, tu as raison. J'ai beaucoup de chance d'avoir des amis aussi extraordinaires.
Jen : Tâches de t'en souvenir.

Il remet la tête sur la table et elle lui recaresse le dos.

Restaurant

Pacey est en train de travailler quand Karen arrive près de lui de l'autre côté du comptoir.

Pacey : Eh bien, la demoiselle a l'air fatiguée. Trop d'alcool ?
Karen : Trop de travail...
Pacey : Tu ne devais pas voir ton petit-ami hier soir ?
Karen : Si mais...un imprévu comme d'hab, il manquait un serveur alors...
Pacey : Ah...
Karen : C'était comment ta fête ?
Pacey : Ben...moins bien que si t'avais été des nôtres.
Karen : Dommage. Je ferais en sorte de ne pas râter la prochaine. (Pacey regarde le médaillon que Karen porte autour du cou) Qu'est-ce qu'il y a ?
Pacey : Euh...rien, je regardais ton pendentif. Il est joli.
Karen : Oh. Merci.
Pacey : C'est nouveau ?
Karen : Non, il appartenait à ma grand-mère. Il passe d'une génération à l'autre. J'ai cru que je l'avais perdu l'autre soir. Ma mère aurait pas apprécié.
Pacey : Ouais j'imagine.
Karen : Bon ben, je vais aller préparer la salle avant de m'écrouler. Ca va ?
Pacey : Ouais très bien.

Elle s'en va et il la regarde.

Dans la rue

Joey slalome entre les voitures alors que Dawson la suit.

Dawson : Joey, ça fait un quart d'heure que je cherche une façon de te dire à quel point je regrette mais j'y arrive pas... C'est comme si je devais m'exprimer dans une langue étrangère...
Joey : Au point où on en est, on peut se passer d'excuse formelle, non ? En plus de ça, tu as été tellement grotesque hier soir qu'aujourd'hui tu dois te sentir très bête.
Dawson : Ca, c'est sûr...
Joey lui montrant quelque chose : C'est le ciné aux places à 2 Dollars dont je t'ai parlé.
Dawson : Je ne sais même plus à quand remonte la dernière fois que j'ai vu un film.
Joey : La prochaine fois que tu viendras, on pourra y aller si tu veux. D'accord, les sièges sont tous défoncés. Y a une vieille odeur de pop-corn brulé datant des années 70 mais on y retrouve le charme des anciennes salles de cinémas.
Dawson : On pourrait penser que l'idée d'aller voir un film et de me fondre dans l'univers de quelqu'un d'autre pourrait m'attirer en ce moment mais non...au contraire... En vérité, je ne sais pas quoi faire de moi Joey...
Joey : Dawson, ton père vient de mourir... Tu as le droit d'être déboussollé. C'est normal.

Ils entrent dans la gare.

Dawson : Tu sais pourquoi je suis venu ce week-end ? Pour voir une psy. Enfin, une spécialiste du deuil pour être exact.
Joey : Oui, et alors ?

Ils s'arrêtent l'un en face de l'autre et il pose son sac à terre.

Dawson : Rien du tout...je ne suis pas resté.
Joey : Pourquoi ?
Dawson : Je ne sais pas... C'est bizarre. Rien n'a plus de sens chez moi ces temps-ci. J'ai un truc à te dire, je peux ? (il a les larmes aux yeux) Même si ce que je m'apprête à dire peut te rendre triste ? (Joey lui fait oui de la tête) Joey, quand j'ai pris la décision de ne pas rentrer à Los Angeles, la seule chose que j'étais capable de faire, c'est rêver. Rêver que je t'embrassais. (Elle le regarde émue) Je n'avais qu'une hâte, c'est d'arriver au jour où finalement nous aurions tous les deux envie de saisir cette nouvelle chose. Et pour la première fois de ma vie, ça me semblait réalisable. Je pouvais enfin vivre ce rêve. Et puis, il est mort...Et tout s'est écroulé. Je vivais dans un monde de douces rêveries dont on m'a brutalement arraché. Et...je ne sais pas comment retrouver ce monde. Ce qui m'effraie le plus, c'est l'idée qu'il est peut-être...peut-être perdu à jamais...

Joey s'approche de lui et l'embrasse. Elle se retire et le regarde.

Joey émue : Tu retrouveras ton chemin. Et puis, je suis là moi. Je pourrais rêver pour nous deux pendant ce temps.

Il la reprend dans ses bras, ému.

Haut-parleur : Votre attention s'il vous plaît. Le train à destination de Capeside, Massachusetts, partira de la voie 12. Je répète, le train à destination de Capeside partira de la voie 12.

Joey se retirant : C'est le tien.

Il prend son sac et ils se regardent longuement. Il finit par partir.

FIN

 

Ce script a été réalisé par melinou27

 

[Scene: Doctor's Office. Dawson is in finishing an exam.]

Dawson: Just a complete loss of control. So there's nothing wrong with me?

Dr. Reiss: Everything is fine, kiddo. Blood, EKG, all normal. Anything else I should know about?

Dawson: I, um... I've been having these episodes. Uh, well, attacks, really... where I get all sweaty and I feel like I'm gonna pass out.

Dr. Reiss: Have you ever passed out?

Dawson: No, but... I've come close.

Dr. Reiss: How long has this been going on?

Dawson: Um, a couple of weeks.

Dr. Reiss: [Sighs] Dawson... how long has it been since your father died?

Dawson: About a month. Am I going crazy?

Dr. Reiss: You're not crazy, Dawson. Stress manifests itself in all kinds of ways, and anything as significant as the loss of a parent could easily trigger what you're experiencing.

Dawson: I don't think it's that, though. I mean, you know, it was... tough, but I've been dealing as well as anyone could.

Dr. Reiss: Well, these episodes could be how you're dealing. Look, this-- this isn't my area, but I know a doctor in Boston who I think can help you. She specializes in things like this... grief, loss of a loved one.

Dawson: You mean a shrink?

Dr. Reiss: Yeah. [He talks into his intercom] Tracy... Dawson needs to see dr. Weir. Weir is the best in Boston.

Dawson: Is there someone closer? 'Cause I really have to kind of stay near my mom.

Dr. Reiss: The only other place would be in providence. Look...trust me. Weir is worth the trip.

[Tracy comes in carrying a note]

Tracy: You're all set. 5:00 tomorrow.

Dr. Reiss: Dr. Reiss: Great. Let me know how it goes.

Dawson: All right. Thanks.

Joey: Hey.

Audrey: Hey.

Joey: Do you need me to take you to the health center?

Audrey: What? No, why?

Joey: You're cleaning.

Audrey: Oh, right, right. I get it. That's a joke, right? Wow. Joey potter made a joke. Maybe I should take you to the health center.

Joey: [Laughs] Seriously... what is with this Martha Stewart routine?

Audrey: [Sighs] My mother.

Joey: What about her?

Audrey: She's in town for a day, and she's coming to visit.

Joey: You mean I get to meet the woman responsible for bringing you into this world? This should be fun.

Audrey: [Sighs]

Joey: Or not.

Audrey: No, Joey. Not fun. Not even a distant relative of fun. In fact, probably about as far down on the fun family tree as you could possibly get.

Joey: So I take it you two have some issues.

Audrey: [Sighs] You ever seen a little movie called mommie dearest? This woman has, like, systematically destroyed my self-esteem, ok?

Joey: You don't strike me as lacking self-esteem.

Audrey: Ha, well... just wait and see. This time tomorrow, I'll be like a shadow of my former self.

Joey: I think you're exaggerating a bit.

Audrey: We're talking about a woman, here, so self-involved and insecure that she used to borrow my clothes and hit on my boyfriends. She's like a menace to society, an enemy of daughters everywhere. Brace yourself, Jo. Something wicked this way comes.

Joey: Dawson hasn't called, has he?

Audrey: Like I would forget to tell you. Ok, right. I probably would. But no, he hasn't.

[Scene: Inside Pacey's boat. Jen is sitting on a bench while Pacey is cleaning up.]

Jen: [sighs] "She's my sister?" How could I be so stupid? I thought she was his sister. Well, maybe she was his sister, but the other girl? No, definitely not. Unless, of course, they had some sort of sick flowers in the attic thing going, which, at this point, I mean, I wouldn't put past him. Men are such dogs.

Pacey: That we are.

Jen: No, it'd be better if they went up to you, sniffed your butt, and peed on you, 'cause they're gonna do it anyway, metaphorically speaking. [] What is this?

Pacey: It's a long story.

Jen: And you know what the worst part is? I've become a cliché. I mean, is there anything more trite than blaming a cheating boyfriend on the wayward nature of men when the real culprit here is--it's my own naiveté.

Pacey: I thought this stuff was normally jack's area of expertise.

Jen: Jack, well... jack, I haven't spoken to in weeks. He's too busy guzzling beer with his neander-creep frat brothers.

Pacey: [Laughs] Ok. Well, the way I see the situation, you got 2 options... you can either get angry, which, clearly, you've already done.

Jen: Or?

Pacey: Or you could get even.

[Scene: The restaurant. Pacey is filling up a soup bowl when Karen comes up to him]

Karen: Mmm... I was under the impression that the only food the employees were allowed to eat in this restaurant was the staff meal.

Pacey: Well, today is my day off, so technically, I'm not an employee.

Karen: Well, then I might have to charge you.

Pacey: With what? Possession of stolen bisque?

Karen: Heh heh...clever. But it's not bisque, it's chowder.

Pacey: Well, whatever it is, it's mine.

Karen: You just think you can have whatever you want in this restaurant, don't you?

Pacey: Well, obviously not whatever I want.

Karen: [Laughs]

[Pacey goes and sits down at the counter, and Brecher comes up and hands him his paycheck.]

Brecher: Here you go, Witter. Don't spend it all in one place.

Pacey: Not only do I get to be the subject of your scorn and derision, but I get paid for it. [] I found that on the boat. I think your wife must've left it there.

Brecher: Right, thanks... which reminds me, uh... speaking of that boat of yours...

Pacey: yeah, what about it?

Brecher: How about letting me use it again sometime, like... tonight?

Pacey: Um, you know what? Tonight is just not a very good night.

Brecher: Pacey, come on. Hey, I'll give you the night off.

Pacey: Well, I already have the night off.

Brecher: Well, then, uh... there's gotta be something that I can do that'll change your mind.

Pacey: [Laughs] You know...I'd love to help you out, but I'm throwing this party tonight for a friend, so I just can't.

Karen: Hear that, everyone? Pacey's throwing a party tonight.

Guys: Party! Whoo! All right! Yeah! Heh heh heh.

[All the people in the restaurant start cheering.]

[Scene: Dawson's House. Dawson sits down and picks up the phone, pauses then dials a number. Joey's cell phone rings a couple of times and just as Dawson is about to hang up, Joey answers.]

[Cell phone rings]

Joey: Hello?

Dawson: Joey, hey. It's me.

Joey: Dawson. Hey, how are you?

Dawson: Uh, hey... I'm sorry it's-- it's taken me a while to get back to you. I've been, uh... I've, you know, had my hands full around here.

Joey: Oh, that's what I figured, um... how've you been?

Dawson: Uh, you know, I've been fine... I guess...

Joey: you know? Dawson, um...you can-

Dawson: so, uh... listen, I think I might be in town this weekend.

Joey: Really? That's great, um... do you need a place to stay?

Dawson: No, I'm gonna-- I think I'm just gonna stay with Jack and Jen.

Joey: Oh, um... it's probably just as well. Uh, Audrey's mom is coming into town, so...

Dawson: oh, ok. So... yeah. I... so, how about I, uh... I'll just-- I'll give you a call when I get into town.

Joey: Sounds good.

Dawson: All right. Bye.

Joey: Bye.

[Scene: Joey's Dorm Room. Audrey is standing on a scale as her mother is looking down trying to read it]

Audrey: Fine. Look. Are you happy now? Is it any wonder that I hate myself?

Kay : Oh, you are such a drama queen, Audrey.

Audrey: Ah ha. Right. This from Stella Adler herself.

Kay : Hello, dear.

Joey: Hi.

Audrey: Joey, this is my mother. Mother, this is Joey potter.

Kay : Oh, I have heard so much about you, dear. It's such a pleasure to meet you.

Joey: It's very nice meeting you.

Kay : Oh, you have such a cute little figure. Did you ever do any modeling?

Joey: Uh, no.

Audrey: If you're wondering why I was standing on that scale, it's because crazy woman here thinks I've gained 10 pounds.

Kay : That's not what I said, Audrey. 5, maybe.

Audrey: Mom, do you have any idea how long it's taken me to feel good about my body?

Kay : And there's no reason you shouldn't, sweetie. It's just a known fact that college freshmen tend to pack on the lbs. Joey, how old do I look to you?

Audrey: Oh!

Joey: Excuse me?

Kay : Oh, I'm putting you on the spot. I understand this. Allow me to rephrase. Do I look more like Audrey's mother or Audrey's sister? Be honest.

Joey: Uh... [Sighs] Definitely Audrey's sister.

Kay : Exactly. And do you know why that is? Because I take excellent care of myself. Your body is your friend and should be treated as such.

Audrey: Ok, just shoot me. Please? Will you just shoot me right now?

Kay : You must come to dinner with us.

Joey: Oh, uh... actually I can't-

Audrey: Joey? Did you check out the leak in the bathroom?

Joey: What leak? The leak leak.

[Audrey drags Joey into the bathroom.]

Audrey: I'm sorry. I can't believe you told her she looks like my sister.

Joey: What was I supposed to say? And I have to admit, she does look young.

Audrey: Yeah, thanks to her 2 best friends, collagen and botox. Joey, I can't make it through tonight alone with her. You have to come with us to dinner.

Joey: I can't. I'm waiting for a call from Dawson.

Audrey: You have a cell phone.

Joey: But we're supposed to go out later.

Audrey: That's later. I need you now.

Joey: Audrey... [Sighs]

Audrey: Joey... thank you. You're a lifesaver.

[Scene: Grams' House. Dawson comes into the house calling out for anyone.]

Dawson: Hello?

Jen: Dawson. What are you doing here?

Dawson: I was in the neighborhood. Figured I would drop by, see how you guys were doing.

Jen: Well, you should've told me that you were coming. I would've had grams bake you a cake.

Dawson: Ah, that's fine. Speaking of grams, do you think she'd mind if I crashed here tonight?

Jen: No, of course not. You ok?

Dawson: Yeah. Yeah, I'm fine.

[Jack comes down the stairs and hugs him]

Jack: Hey, I thought I heard a familiar voice. Hey, man. How's it going? Good to see you, man.

Dawson: Good to see you.

Jen: Listen, I gotta run, but, uh, you and I will talk later.

[Jen grabs her coat to leave.]

Dawson: All right, where ya going?

Jen: Mm...nowhere.

Dawson: You look pretty smokin' for a girl who's going nowhere.

Jen: Well, thank you. I'll take the compliment and subtly defer the question to a later date.

Dawson: Yeah, you subtly defer that question, Jen.

Jack: Actually, I'm, uh, I'm outta here, too. I'm goin' down to the house to hang out with the guys. You want to go?

Dawson: You know what? That sounds great.

Jack: Really?

Dawson: Yeah... as long as I'm not intruding.

Jack: [Snorts] You kidding me? Come on, let's go.

Dawson: All right.

[Scene outside Charlie's room. Jen comes up and knocks on the door.]

Charlie: Who is it?

Jen: Jen, your most willing girl-servant.

[Charlie opens the door standing in the opening.]

Charlie: Hey.

Jen: Hey.

Charlie: What are you doing here?

Jen: Don't look so surprised. We had plans to rock your world.

Charlie: Well, I thought we were gonna rock my world tomorrow.

Jen: Oh. You know what? You're right. I really gotta get one of those palm pilot thingies, keep track of all my liaisons. Oh, well. Just so long as you're here and I'm here... what are your thoughts on getting naked?

Charlie: Uh, actually, Jen... now is not the best time.

Jen: Ok. I get it. You don't want me. Do you know what that's like for a girl, Charlie? To offer one's self and be rejected? It's horrible.

Charlie: Come on. No, no, no. It's just that I have this midterm, and I haven't even started studying. Ok?

Jen: I understand. I'm just gonna go get my sweater.

Charlie: No, wait, wait, uh... what? Sweater, uh... what--what sweater?

Jen: That one that I left here that one time.

Charlie: Oh, right, um... your sweater, um... it's--it's not in there.

Jen: It's not?

Charlie: Uh, it's at the dry cleaners. [Laughs] I had it dry-cleaned. I'm really good like that.

Jen: Oh... ok.

[Nora walks out of the bathroom.]

Nora: Who are you?

Jen: I'm Charlie's girlfriend. Who are you?

Nora: I'm Charlie's girlfriend.

[Scene: The frat house. There is a party going on and Jack and Dawson are standing around a table with other guys drinking from pitchers of beer]

Guy1: You ready?

Guy2: You ready?

Guy1: Here we go.

Guys: All right, go! Go! Go! Go! Go! Drink! Drink! Drink! Mmm.

[Dawson grabs the pitcher from Jack finishes it and slams it down on the table a second before the guy across from him]

[Scene: A fancy restaurant. Audrey, Joey, and Kay are sitting down eating.]

Kay : Oh, that looks good.

Audrey: Thanks.

Kay : Is that a cream sauce?

Audrey: It's a Dijon.

Kay : Oh, looks like cream. Have you been working out?

Audrey: No, mother, I hate working out. You know that.

Kay : Well, I walked 6 miles in the soft sand before getting on the plane this morning. My sciatic is killing me.

Audrey: That's great, mom.

Kay : Are you being sarcastic?

Audrey: It was kidding.

Kay : Are you asking me or telling me, 'cause your voice goes up at the end like it's a question, but I have a sneaking suspicion you're not looking for an answer.

Audrey: I think it's called up talking. I wasn't aware that's what I was doing.

Kay : Well, you should be. Because it makes you sound like A... California blonde.

Joey: Will you excuse me? I have to... make a phone call.

Kay : Sure.

[Joey gets up and goes to the other side of the restaurant and tries to make a call to Dawson]

[Cell phone rings]

[Dawson looks down to his phone and sees that it is Joey calling and then puts the phone back in his pocket.]

Guy: Dawson. You ready? Round 2, brother.

Dawson: Let's do it.

[Scene: Charlie's room. Jen and Nora are sitting on the bed as Charlie walks over to them]

Jen: I'm curious, Charlie. How exactly did you think that you were gonna get away with this?

Charlie: Get away with what, exactly?

Nora: Having your cake and eating it, too.

Charlie: Now, why is what you just said so arousing to me?

Jen: Don't be glib, Charlie. Glib makes me mad. Glib makes me want to smash some of your very precious vinyl.

Charlie: Ok, ok. All right. Look, guys, we never had that talk.

Nora: What talk?

Charlie: We never discussed commitment of any kind.

Jen: Who never discussed commitment?

Charlie: You and me... and you and me. Look, come on, guys. This is college. You know how it is.

Jen: No, tell us, Charlie. How is it?

Charlie: It's about meeting new people... experiencing new things. Look, here's the thing... all right, I never meant for any of this to happen. I truly didn't. I met both of you on the same night at that party... and then this stuff just happened. I mean, the only thing I can say at this point... is... I'm sorry. I'm--I'm truly sorry. I never meant to hurt either of you. But can I make a suggestion? You and me... and me and you is pretty much over... kaput. All right, this much I know. We can't go back to the way things were. But... we can go forward.

Nora: What does that mean?

Charlie: I mean, look at the facts, all right? I like you... and, uh, I like you... and once upon a time, you both liked me. All right? So I propose-- tell me if I'm crazy, here-- that, um... we all like each other at the same time.

[Scene: The Fancy restaurant. Joey has returned to the table and they are talking together]

Audrey: So... they're doing a production of the seagull at school. I'm thinking of auditioning.

Kay: Really? That's great. Did Audrey tell you that she acted a bit as a child?

Joey: Yeah, I've been meaning to rent the movie she was in.

Audrey: You're not missing much.

Kay: Do you miss it, honey?

Audrey: No. I can think of better ways to feel bad about myself.

Kay: Well, I miss it.

Joey: You were an actress?

Kay: Model, actress... whatever.

Audrey: She was the Gisele of her time.

Kay: Hardly. But, there were a lot of shows and a couple of covers here and there, but acting... that's what I really wanted for myself.

Audrey: You know, if you look closely, you can see her in an old a-team episode.

Kay: Actually, I was up for a Scorsese movie when I found out I was pregnant with Audrey.

Audrey: That's pretty much why she hates me... I ruined her career.

Kay: That's not true, dear. I wasn't very good. You, you were good.

Audrey: I suck.

Kay: You do not, Audrey. You just lacked focus. You know, acting requires a great deal of discipline, something you've never had.

Audrey: That's not true, mom.

Kay: Audrey, please. Since you were a little girl, flitting from one thing to the next--toys, boys, schools. Do you have any idea how many private schools Audrey's been to in the last 4 ye-

Audrey: mom, really, I don't think Joey wants to hear about this.

Kay: 6! In 4 years, which must be some kind of record. Each one ending in lurid scandal.

Audrey: Mom? Please, stop. You're embarrassing me.

Kay: Oh, I'm embarrassing you? I'm so sorry, Audrey, but... I don't really think you know what it's like to be embarrassed, not until you have to shell out a 6-figure donation to some hoity-toity new England college just so they'll even consider your daughter... whose academic record is the very definition of embarrassing. You know, the fact that you're here at Worthington at all is a miracle, Audrey. You might learn to appreciate it.

Joey: You know what, Mrs. Liddell?

Kay: Kay, please.

Joey: You know, Kay, um, I've sat here this entire meal and listened to you do nothing but cut down your daughter. And I don't know if you're just upset with her because she's not what you want her to be, or because she's 18 and you're not. Audrey may be dramatic, but at least she's never boring. And she may be interested in a lot of different things, but that just makes her well-rounded. And as far as discipline goes, she obviously has a great deal because no matter what you seem to say to her, she somehow manages to grin and bear it. As you can see, I don't really have that kind of discipline. Audrey, let's go. There's a party.

[Scene: Charlie's room. The three of them are sitting on the bed talking still]

Jen: What do you say, Nora?

Nora: I'm game if you are, Jen.

Charlie: All right, so, what do you say we get this party started?

Jen: All right. Um... here's what's gonna happen. You go stand up over there.

Charlie: All right.

Nora: Come on, baby!

Charlie: All right, so what now?

Jen: Strip.

Charlie: You first.

Jen: You know what, Nora, let's leave.

Nora: Yeah, let's get out of here.

Charlie: No-no-no-no-no. Don't go. Don't go. All right. Whatever you want. All right, I'll go first. Never let it be said that Charlie Todd was lacking in chivalry.

Jen and Nora: Ooh. Ah. Ohh. Oh, don't stop there. A-ahem. Ohh. Mm.

Jen: I do believe you have one garment left.

Charlie: Uh-uh. See, now it's your turn.

Jen: Oh, no-no-no-no. Charlie, Charlie, Charlie. This is not tit for tat here. Make no mistake-- we're holding the cards. Now... shut up and get naked.

Charlie: Whew. Ok. Ok. It's not something both you girls ain't seen before.

Nora: Oh, yes.

[Charlie removes the last of his clothes, and Jen turns to Nora.]

Jen: You ready?

Nora: You bet.

Jen: Ok. Now, you, close your eyes.

Charlie: Why?

Jen: Because it's our turn, silly. We're shy.

Charlie: God, this is so cool.

Nora: Mm-hmm, lookin' good. So good.

Jen: Lookin' good, baby. Move all the way back.

Charlie: Ooh. Wow.

Jen: You ready for us, Charlie?

Charlie: Oh, yeah. [] Hey, what are you doing? Hey, come on! Hey, get back here. Are you listenin' to me?

Jen: Bye, Charlie.

Nora: Bye, Charlie.

Charlie: Hey, the two of you, get back here! Hey, come on. Move it along. Nothing to see here.

[The push him out into the hall where there are several people outside laughing.]

[Scene: outside by a trash can. Nora and Jen come running up and stop by the trash can.]

[Jen and Nora laugh]

Jen: How awesome is that?

Nora: You're a genius, Jen. I'm so glad you talked me into that.

Jen: Can you believe that he thought that he could actually talk us into a threesome? I--I mean, no offense, you're really beautiful. It's just not my scene.

Nora: None taken.

Jen: And you, too, beautiful. Very much so.

Nora: Yeah. Well, all in all, it was a pretty priceless moment.

Jen: Not quiet as priceless, however, as the one when he realizes that his autographed copy of Pinkerton is missing.

Nora: Kudos. Class notes for art history. Midterm's on Monday.

Jen: Bummer.

[The throws out his CD and notes. Jen holds up Charlie's shirt.]

Nora: He loves that shirt.

Jen: And when I get home, I'm going to clean my toilet with it. You know, it's just... I knew it was too good to be true, that I could actually meet a guy that was both cute and honest. What was I thinking?

Nora: Yeah, I know. Well, if it makes you feel any better, I thought it, too.

Jen: Listen, um, a friend of mine is having a party... do you wanna come?

Nora: Hmm, thanks. I think I'm just gonna go back to my dorm, listen to some music, and try to convince myself that being alone doesn't suck.

Jen: You know, that's actually not a bad idea. But we should hang out sometime.

Nora: Yeah, that'd be good.

Jen: Bye.

[Scene.: Outside Pacey's boat. The party is going on and Pacey hands Audrey a drink.]

Audrey: Hey, thanks.

Pacey: You're welcome.

Audrey: This boat kicks some serious ass, you know?

Pacey: That it does. And one day, I hope to have one just like it.

Audrey: But, in the meantime, I mean, it must be quite the chick magnet.

Pacey: You know, I resent that. Can't a guy just love all things nautical?

Audrey: Tell me something, this whole latter day Hemingway thing, does it really work for you?

[Joey comes up to join them]

Joey: Hey, what are you guys doing?

Pacey: Oh, your roommate's hittin' on me.

Audrey: Am not!

Pacey: You are, too.

Audrey: You wish.

Pacey: Hey, I just call 'em like I see 'em, lady. Y

Audrey: You better watch it 'cause I might just have to put a hole in your boat later or something.

[Joey pulls Pacey to the side]

Pacey: [Pacey laughs] I have no words.

Joey: Neither do I. Did you talk to Dawson today?

Pacey: No.

Joey: He was supposed to call me when he got in, but I haven't heard from him.

Pacey: Me neither. I called him about the party. He never called me back.

Joey: I hope he's ok.

[Dawson, Jack and the frat guys come walking up]

Male voices: Whoo!

Pacey: Speak of the Dawson.

Jack: Where's the man? Where's the man?

Dawson: Pacey!

Pacey: Dawson!

Dawson: Pacey!

Pacey: Dawson.

Dawson: Hey, man, guess what? I'm in Boston.

Pacey: I know.

Dawson: Guys, this is my oldest friend, Pacey Witter. Pacey, this is Brady, and Moskowitz, and guy in a blue shirt.

Audrey: Dawson leery?!

Dawson: Hey, Audrey!

Audrey: Hi! How are ya?

Dawson: I'm so good. How are you?

Audrey: I'm great.

Dawson: Whazzup?!

[Pacey pulls Jack to the side]

Pacey: You got him drunk?

Jack: Yeah, he had a few beers at the house. Why?

Pacey: Well, I kinda thought that the objective was to make him feel better sober.

Jack: I kinda thought the object here was to make him feel better, period. I mean, come on, look at him.

[Looks over and sees Dawson all chummy with Audrey]

Dawson: Thank you, Audrey. I do.

Jack: I'd say he's feeling better.

Pacey: I'd say he's hardly feeling anything right now.

Jack: Come on, man. Whatever works.

[Cut over to Dawson and Audrey]

Dawson: We don't see enough of each other.

Audrey: We really don't.

Dawson: Every time I see you, you're like... you're out the door or somethin'.

Audrey: Well, you should come by more often.

Dawson: I miss you.

[He hugs her and Joey comes up to them]

Joey: Hey.

Dawson: Joey! Joey! Joey! Oh, Joey. I was supposed to call you.

Joey: Yeah, you were.

Dawson: I was supposed to-- I was supposed to call you. I'm so sorry-- here, hold on. Let me rectify this. [] Hold on. Have no fear... [Phone beeps] Dawson is here. I'm calling you right now. Come on, Joey. Pick up. I know you're there.

Joey: Dawson, what is up with you tonight?

Dawson: Shh. I'm leaving you a message. Joey! Hey, it's Dawson! I'm at this party here on Pacey's boat, and I wish you were here. You're not here. It sucks that you're not here. I was supposed to call you, and I'm so sorry I didn't call you. I meant to, and I was--I was really going to be-- you know what? I couldn't. I just, I couldn't call you. Does that make any-- does that make any sense? Am I making sense, or am I just rambling on like a drunken idiot on your machine? I think that's what I'm doing. But that's ok. Because you left me a drunken message, and if you hadn't, I probably would've gone back to L.A. You know what? Actually, I would probably still be there right now. And maybe my dad would still be alive. So, thank you, Joey. I appreciate it. Ok. Call me. Bye.

[Joey just looks at him dumb founded and Dawson turns away to the other partiers]

Guys: Dawson! Great party, Dawson! More brew, brother! Oh, here it is. I can't believe it! Hey, gimme one. Here ya go.

[Scene: Pacey's boat. It is morning and Dawson is passed out. Pacey comes up carrying a glass of juice.]

Pacey: Rise and shine. Come on. Drink up.

Dawson: What is it?

Pacey: You really wanna know? It's sauerkraut juice, honey, and a splash of Tabasco.

Dawson: That's disgusting.

Pacey: Yes it is. But it'll make you feel better. The guys at the restaurant swear by it.

Dawson: Oh, my god. I can't do that.

Pacey: All right.

Dawson: Please tell me that... how my head feels is no reflection on how I acted.

Pacey: How your head feels is no reflection on how you acted.

Dawson: You're not a very good liar.

Pacey: Look, you obviously had a lot of stuff bottled up inside. You combine that with a couple or 12 beers, and it's bound to happen.

Dawson: I'm afraid I said something really terrible to Joey.

Pacey: Yeah, be afraid. Be very afraid. You put on quite a show last night. Look, if it's any consolation to you, I think Joey's gonna forgive you a lot sooner than you forgive yourself. It will make you feel better.

Dawson: Thanks.

Pacey: I gotta get to work.

[Scene: Outside Joey's Dorm room. Kay and Audrey are standing outside while Kay is getting ready to leave.]

Kay: Gimme a hug.

Audrey: Ok, mom. You...you better go. Your car's waiting.

Kay: I miss you already. I feel like I didn't get enough of you.

Audrey: Ugh. Well, I think you got plenty.

Kay: I just want you to know that the only reason I say some of the things I say to you... is out of love. Do you know how much I love you?

Audrey: Bunches?

Kay: Bunches.

Audrey: That's nice, mom. But you know what was missing from that speech? An apology to me? Let's just not do this anymore, ok?

Kay: You don't want me to visit anymore?

Audrey: Ok, well, that would be awesome, but that's not gonna happen. So... I don't know. Let's just... let's try to be good to each other. Ok? 'Cause I know I might be a spoiled brat, but, quite frankly, I'm the only one you've got. And you may be a raging psychotic, but you're my raging psychotic. Do you know what I mean?

Kay: I'm sorry, Audrey.

Audrey: Me, too, mom.

Kay: Ok?

Audrey: Ok.

Kay: Take care, honey.

Audrey: You, too, bunny.

[Kay leaves, and Audrey goes into her room]

Audrey: [Sighs] She's gone.

Joey: You're still in one piece.

Audrey: Yeah, thanks to you.

Joey: What did I do?

Audrey: You defended my honor, Joey, that and you took me to a party. I mean, for once, I didn't have to invite myself along.

Joey: It was nothing.

Audrey: No, it was something. You made me feel... good about myself. Trust me, that's something. And you know all that stuff that she said... I hope you don't think less of me or something.

Joey: Please. I'm just glad I could help.

Audrey: I just wish I could return the favor.

[Scene: Grams' House. Dawson walks in gingerly holding his head and sees Jen sitting at the table eating.]

Dawson: Hey, what are you doing up so early?

Jen: Uh, posttraumatic hunger syndrome. You want some?

Dawson: [Mock sobbing]

Jen: I'll take that as a "no."

Dawson: So is your dire need for comfort food because of-

Jen: he who shall remain nameless, yes.

Dawson: Is he who shall remain nameless the reason you didn't make it to Pacey's party last night?

Jen: Hmm. Wasn't feeling very festive. How was your frat pack experience? Yeah, I can't really picture you hanging out with a bunch of guys who consider the high-5 an acceptable form of greeting.

Dawson: Yeah, but I don't know. The last time I was here, everybody just walked on eggshells around me, so that just reminded me of everything.

Jen: Mmm, your life just seems to suck right now in ways that I can't imagine, but... everybody's trying their best, you know?

Dawson: Yeah, you're right. I'm a lucky guy. I've some pretty kick-ass friends.

Jen: Don't you forget it.

Dawson: [Moans softly]

[He puts his head down on the table and Jen begins rubbing his back in a comforting way.]

[Scene: The restaurant. Pacey is working when Karen comes walking in very tired looking]

Pacey: Heh! Well, someone's looking a little tired.

Karen: Unh.

Pacey: You hung over?

Karen: Overworked.

Pacey: Thought you had a date with your boyfriend last night?

Karen: So did I, but something came up, and they were short a waiter, so...

Pacey: oh.

Karen: How was your party?

Pacey: Eh, not as good as it would've been if you were there.

Karen: Well, I'll be sure not to miss the next one then. [] What's wrong?

Pacey: Um, nothing. Yeah, I was just noticing that necklace. It's nice.

Karen: Oh, thanks.

Pacey: Is it new?

Karen: No, it's my grandmother's. You know, passed down through generations. I thought I lost it the other night. My mother would not have been please.

Pacey: Yeah, I can imagine.

Karen: Anyway, I better start setting up before I pass out. Are you ok?

Pacey: Yeah, I'm fine.

[Karen turns and runs into Brecher]

Karen: Hello.

Brecher: Hello!

[Scene: Train Station. Joey and Dawson are arriving before he has to catch his train, back to Capeside]

Dawson: Joey, for the past 15 minutes, I've been trying to figure out a way to tell you how sorry I am, and I just don't know how. It's like... English is all of a sudden my second language.

Joey: Aren't we beyond the need for formal apologies at this point? I mean, besides... you were such a jerk last night, I figure you're feeling all kinds of stupid.

Dawson: That's true.

Joey: That's the $2.00 movie theater I was telling you about.

Dawson: I can't remember the last time I just went to the movies.

Joey: Well, maybe the next time you're up, we can go. I mean, granted the seats are torn and it smells like burnt popcorn circa 1975, but it does have that old movie house kind of charm.

Dawson: You know, you think the idea of going to a movie and losing myself in somebody else's world would be appealing right about now, but it's just not. The truth is, Jo, I don't know what to do with myself.

Joey: Dawson, your dad just died. You've every right to be feeling that way.

Dawson: You know why I came here this weekend? It was to see a shrink. Well, a grief specialist to be exact.

Joey: Well, how'd it go?

Dawson: Didn't. I flaked.

Joey: How come?

Dawson: I don't know. I don't know. Nothing makes sense to me these days. Can I tell you something? Even if it has the potential to make you sad? Joey, when I made the decision not to go back to L.A... all I could do was daydream about this one thing. Kissing you. I--I was so looking forward to this day when it would finally feel right for you and me to give it another try, you know? For the first time in forever, it seemed so possible. It seemed like it was just around the corner. And then he died. And it just went away. I was living in this fuzzy world of daydreams, and I just got yanked out of it, and... I have no idea how to get back there. And what scares me most is that... maybe I never will.

[She kisses him.]

Joey: You'll find your way back. In the meantime, I'll... be daydreaming for the both of us.

P.A.: May I have your attention, please. The train for Capeside, Massachusetts, will be departing off of track 23. Once again, the train for Capeside, Massachusetts, will be departing off of track...

Joey: That's you.

Dawson: Yeah.

The End


Source : www.multimania.com/rossnm

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

Fuffy 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Titepau04 (08:52)

Bonjour tout le monde!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play