VOTE | 148 fans |

#505 : Buena Sigma Social Club

Titre en VO : "Use Your Disillusion" - Titre en VF : "Buena Sigma social club"
¤ USA : diffusé le 07/11/01 - France : diffusé le 23/02/02
¤ Scénario : Rina Mimoun - Réalisation : Perry Lang


Dawson rejoint Joey à Boston. La rencontre est très tendue, Dawson n'ayant pas l'air de s'être remis du décès de son père.

Tobey rend visite par surprise à Jack et se rend compte que ce dernier tient plus à sa confrérie qu'à lui. Jack veut changer de vie, d'amis... et Jen en est très blessée.

Par méprise, Jen croit que Charlie lui fait des infidélités alors qu'il dînait avec sa soeur. Mais à la fin de l'épisode, elle aperçoit (sans se faire remarquer) Charlie embrasser une autre fille...

Plus de détails



~~~~~~~~~~


Lui reprochant de trop l'aider, Gail conseille à Dawson d'aller voir Joey. Il accepte mais ne semble pas ravi de se rendre à Boston et de rencontrer la jeune fille.

Pour la 1ere fois, Audrey accompagne Joey lors de son footing matinal. Cette dernière est angoissée par l'arrivée de Dawson. Elle craint d'être maladroite et de le blesser.

Le prof de Joey a été choisi pour faire l'inventaire des biens d'une auteur défunte. Il propose à Joey de l'aider et de venir à une soirée le lendemain soir... mais c'est le soir où Dawson arrive. Elle refuse donc.

Jen propose à Charlie de l'accompagner à une pièce de Shakespeare mais il refuse prétextant qu'il doit travailler à la radio.

Très complices, Pacey et Danny s'amusent et malgré leur diversion, Karen s'en rend compte. Pacey la drague en se montrant distant. Ce dernier accepte de prêter son bateau à Danny et à sa femme pour une soirée.

Les amis de la confrérie de Jack parle d'une célèbre semaine d'initiation où les nouveaux doivent réaliser des défis, où qu'il soit au moment de l'appel. C'est alors que Tobey fait irruption, rendant Jack très heureux.

Toujours très angoissée par la venue de Dawson, Joey ne cesse de préparer sa chambre et presse Audrey pour qu'elle s'en aille. Rapidement, Dawson frappe et Audrey sort de la chambre furtivement.

La discussion étant tendue, Joey offre un livre à Dawson pour l'aider à surmonter la mort de son père. Elle lui propose une soirée vidéo et bien qu'il accepte, il ne semble pas emballé.

Jen invite Pacey à aller voir la pièce avec elle. Tobey arrive croyant voir Jack et Jen est en colère de voir que qu'il ait préféré sa confrérie à son petit ami. Mais Tobey reste très compréhensif.

Joey essaie, tant bien que mal, à rompre le silence voyant que Dawson s'ennuie devant la télé. Un accident se produit alors dans le film et Joey demande pardon à Dawson qui lui répond que ce n'est rien. Il décide alors d'aller à la soirée de son prof.

En route pour le théâtre, Pacey parle de Danny et de Karen à Jen. En passant devant un resto, elle aperçoit Charlie entrain de dîner avec une femme. Jalouse, elle veut lui dire 2 mots mais, plus raisonné, Pacey l'en empêche.

Tobey fait la tête à Jack car il lui a posé un lapin. Loi de la confrérie oblige, Jack ne peut pas lui donner ces raisons. C'est alors que son portable sonne pour un défi. Contre sa volonté, Tobey l'autorise à y aller.

Jen et Pacey arrive au théâtre. Elle continue de penser à son petit ami dans ce restaurant. Même pas assise depuis 30 secondes, elle quitte sa place, suivie par Pacey.

Jen rentre dans le restaurant, s'asseoie à côté de Charlie et lui renverse de la glace sur son pantalon. Il lui demande de se calmer et fait les présentations: "Jen, voici ma soeur"!

Jack apprend que l'intégration dans la confrérie se fera demain. Il devra laisser Tobey seul. Ses amis lui conseille de le laisser tomber, expliquant à Jack que Tobey est jaloux et qu'il ne devrait pas se laisser "enchaîner".

Soudainement Dawson sort dehors expliquant à Joey qu'il ne se sentait pas bien. Depuis quelques temps, sortir lui procure un malaise qu'il ne peut pas lui-même expliquer.

Jen s'excuse auprès de Charlie d'avoir été aussi nulle et de ne pas lui faire confiance. Il accepte ses excuses et la prend dans ses bras.

Tard dans la nuit, Jack rentre chez lui et trouve Tobey en colère. Cet amour à distance étant dur à vivre, Jack lui explique qu'il se fait de nouveaux amis et que c'est la première fois qu'il n'est pas juger et qu'il se sent vraiment bien.

La femme de Dany arrive dans les cuisines et Pacey apprend, involontairement, que Danny n'était pas avec elle la nuit dernière sur son Yacht, comme il l'avait prétendu.

Dawson s'apprête à partir et remercie Joey du week-end. Malgré tout, cela l'a beaucoup aidé. Après son départ, Joey se rend compte qu'il a oublié (volontairement?) le livre qu'elle lui avait offert.

Tobey attend son taxi en compagnie de Jen. Il espère voir accourir Jack au dernier moment... comme dans les films. Mais cela ne se produira pas.

Danny rend à Pacey les clés de son bateau. Il affirme que sa femme a adoré. Pacey sait qu'il n'était pas avec elle mais il se tait.

Jen avoue à Jack qu'elle pense qu'il a tout saboter avec Tobey et que depuis qu'il est dans sa confrérie qu'ils (elle et Jack) n'ont plus les rapports chaleureux d'il y a quelques temps. A son tour, Jack lui avoue qu'il veut connaitre d'autres gens, d'autres expériences.

Jen répond qu'il aurait dire cela à Tobey. Jack répond alors froidement à Jen: "c'est à toi que je l'explique, Jen"

En allant lui rendre visite, Jen surprend Charlie entrain d'embrasser une jeune fille. Elle se cache rapidement. Tout ce bonheur qu'elle a trouvé depuis son arrivée à Capeside (Jack, un petit ami, etc.) s'écroule.

Joey est soulagée que Dawson soit parti et elle en a honte. Elle se demande si Dawson a laissé intentionnellement son livre pour lui dire qu'elle ne doit pas se mêler de cela.

En voix-off, Joey lit le mot qu'elle avait écrit pour Dawson au début du livre. L'image montre Dawson revenant sur le lieu de la mort de son père.

Joey : "Cher Dawson. Quand une chose pareille se produit, on a envie de tendre les bras, de s'agripper aux gens autour de soi. Ce qui compte le plus, c'est qu'ils sont tous là tout le temps. On a envie de les retenir, de les serrer très fort contre soi, de leur dire combien ils sont précieux, combien le seul fait qu'ils existent rend chaque jour la vie meilleure.

Quand une chose pareille se produit, on se rend compte à quel point ce serait épouvantable s'ils n'avaient pas conscience de l'influence considérable qu'ils ont eus sur nous. Et donc je profite de l'occasion pour te dire que je t'aime Dawson. Je serai toujours là pour toi... aujourd'hui, demain et tous les jours à venir. Ton amie Joey."



Résumé écrit par Mathieu. Grand merci

[Capeside. Maison des Leery. Gale cherche quelques papiers alors que Dawson arrive avec une touffe de cheveux à la main]
DAWSON : (le tendant à Gale) Maman je l’ai eu. (Gale crie et recule) Où tu vas ? (Rigole)Pardon, désolé je voulais que tu saches que la baignoire est débouchée
GALE : Oh merci chéri mais si ça devait se reproduire à l’avenir sache que je n’ai aucune envie de voir l’objet du délit
DAWSON : Oh pardon. Bon la baignoire est réparée, les factures sont payées euh…quoi d’autre ? Ah oui j’ai acheté une nouvelle tétine à Lily, l’autre partait en morceaux
GALE : Et si…tu t’accordais une pause ?
DAWSON : J’en ai pas besoin, je fais juste ce qu’il y a à faire rien d’autre
GALE : Non, non, non, non, tu en fais trop, tu es toujours en mouvement alors arrête maintenant
DAWSON : D’accord
GALE : Et Joey ? Tu pourrais peut être enfin accepter son invitation, elle appelle tous les jours ou presque pour savoir quand tu vas aller la voir
DAWSON : Oui mais tu sais je n’ai pas eu trop le temps ces jours ci et il y a tellement de choses que je n’ai pas encore réglées
GALE : Chéri je vais bien. Tu peux passer quelques jours à Boston je tiendrais bon n’aie pas peur. Allez…va à Boston, va voir tes amis. A ton retour nous serons toujours là Lily et moi (Elle part et laisse Dawson qui regarde le téléphone)
*
|Boston. Joey et Audrey font un jogging dans le parc. Audrey n’est pas habituée et semble à bout de souffle. Joey, elle, court normalement comme à son habitude]
AUDREY : Donc tous les matins quand tu sors faire ton jogging tu…
JOEY : Je fais mon jogging oui
AUDREY : C’est pas un plan pour aller boire un pot ou manger une glace sans moi ? Parce que tu sais je ne t’aurais jamais suivi ce matin si je…si j’avais sur qu’il fallait courir pour de bon. (Elle s’assoit sur un banc alors que Joey continue de courir) Faut que je souffle (Joey se rend compte qu’elle est toute seule à courir et rejoint Audrey)
JOEY : Ok récapitulons. Il va arriver vers une heure, on va regarder des vidéos et commander une pizza, lui et moi, cool, pas de pression du tout, je vais la jouer décontractée
AUDREY : En général quand on décide de la jouer décontractée on planifie rien mais c’est toi qui voit
JOEY : Faut bien être un peu organisée au cas ou y aurait un gros malaise je ne veux pas être prise au dépourvu tu comprends je, je dois pouvoir réagir au quart de tour. Je devrais peut être aller louer une vidéo avant qu’il arrive au cas ou il ne voudrait pas sortir c’est peut être plus sage Audrey
AUDREY : C’est quoi cette crise d’angoisse subite ? Ce n’est que Dawson. Tous les deux vous vous connaissez depuis le…le placenta
JOEY : Mais justement c’est Dawson. L’ami le plus cher que j’ai au monde il compte sur moi là et plus que jamais vu les circonstances. Tu te rends compte c’est une pression d’enfer. Imagine que je dise tout ce qu’il faut pas dire et, et qu’en fin de compte…qu’enfin de compte j’ai tout faux
AUDREY : D’accord. En gros Joey tu as peur de ne pas pouvoir assurer ce qui est très banal. Mais aussi je suis passée par là et…
JOEY : Ca n’a rien à voir c’est, c’est pas la peur de mal dire mon texte dans une pièce minable pas du tout moi j’ai peur de mettre en péril ma relation avec le seul…non moi je…je veux qu’il passe un week-end agréable, un week-end ou il se détendra
AUDREY : Dans ce cas…tu n’as qu’à attendre qu’il soit là et…et vous verrez ensemble ce qu’il a envie de faire
JOEY : Il pourrait mal le prendre devoir décider c’est stressant et…et il est hors de question de lui imposer un stress de cet ordre là tout doit couler de source
AUDREY : Tu ne vas donc pas…mettre sur le tapis ton…
JOEY : Ah non. Non bien sur que non. Je parlerai pas du baiser, je parlerai pas non plus de sa venue à Boston y aura pas de discussion de ce genre
AUDREY : Oh ben ça va être la fête alors
JOEY : Les fêtes ça peut être stressant des fois (Wilder arrive en vélo et s’arrête près des filles)
WILDER : Joey…Potter la fille que je cherchais
JOEY : Ah
WILDER : Question Rose Lazare ?
JOEY: Euh...célèbre écrivain, née dans les années 20, genre Dorothy Parker en moins bien
WILDER : Ouais. Ding, ding, ding, question suivante son mari c’était ?
JOEY : Monsieur Lazare ?
WILDER : Ouais mort lui aussi et c’est récent en ce qui le concerne ce qui veut dire ?
JOEY : Qu’on est triste ?
WILDER : Non enfin oui mais la réponse est tout autre. Cela veut dire que tous les biens de Rose Lazare n’appartiennent plus à son mari mais à l’établissement auquel elle en fait don autrement dit ?
JOEY : S’il vous plaît je joue plus
WILDER : A Worthington. Savez vous qu’elle avait étudié ici ? Oui la vraie nouvelle c’est que je viens d’être désigné pour mener l’inventaire de tout ce qu’elle a légué
JOEY : Wow félicitations c’est…je sais pas trop ce que ça représente
WILDER : Ca concerne l’ensemble de ses écrits, œuvres non publiées, bouquins jamais achevés, nouvelles que personne n’a lues etc.… Nous devons tout lire et j’espère que nous trouverons un joyau prêt à être publié
JOEY : Nous ?
WILDER : Euh je mets une équipe en place 5 étudiants qui m’aideront à trier, répertorier, classer et vous vous ferez partie de cette équipe dîtes oui
AUDREY : Oui elle dit oui
JOEY : Oui avec plaisir ça doit être…ça doit être très intéressant
WILDER : Impeccable, impeccable. Je fais une fête à la maison demain soir histoire de célébrer l’évènement je vous présenterai aux autres
JOEY : Oh attendez euh…je regrette demain soir je suis prise, une relation me rend visite
WILDER : Amenez la
JOEY : Non c’est pas la c’est le je pourrais mais…il vient d’avoir un deuil dans sa famille je ne suis pas sure que ce soit une bonne idée
WILDER : Je vous vire de l’équipe
JOEY : Quoi ?
WILDER : Je plaisante je vous garde. Mais tâchez de venir je vais servir du brie
AUDREY : J’adore le brie (Il part)
JOEY : Je fais partie de son équipe ?
AUDREY : Oh là la tu crois que c’est trop tard pour m’inscrire à son cours ?
JOEY : (lui indiquant la direction et la faisant courir) C’est par là
AUDREY : Oh non j’ai pas récupéré !
*
[Chambre de Charlie. Jen est assis en tailleur sur le bord du lit et joue de la guitare alors que Charlie la masse]
JEN : C’est ton coude dans mon dos ? Parce que…je le sens drôlement
CHARLIE : Oh…c’est du Rolfing c’est beaucoup plus tonique comme massage mais j’arrête si tu veux y a pas de souci
JEN : Non, non, non vas y continue disons que je préfère le côté traditionnel du massage suédois, sans le coude, un truc moins technique
CHARLIE : Oh hum je vois
JEN : Tu fais quoi toi demain soir ?
CHARLIE : Je bosse à la radio pourquoi ?
JEN : Je voulais que tu viennes voir une pièce avec moi, j’ai un prof qui veut absolument qu’on la voie
CHARLIE : Désolé. Mais si tu veux après tu pourras repasser ici et tu me joueras les scènes les plus importantes…en tenue d’Eve bien sur
JEN : Oui évidemment je suis sure que Shakespeare a écrit tous ses chefs d’œuvre pour qu’on les joue tout nus
CHARLIE : Ouais c’est clair il savait que c’était la seule façon valable de garder le public éveillé pendant ses tirades soporifiques
JEN : Ses tirades soporifiques il se trouve qu’elles sont particulièrement belles
CHARLIE : Pas aussi belles que toi
JEN : Alors là tu t’en sors bien. (Il l’embrasse dans le cou) Et ça, ça fait partie du Rolfing ou pas ? J’adore (Il pousse la guitare et ils commencent à s’embrasser)
*
[Cuisine du restaurant. Pacey et Danny travaillent dur à quelque chose]
DANNY : De la souplesse dans le poignet
PACEY : Quoi ? Mais il est souple mon poignet vas y toi
DANNY : Mais si je le fais à ta place ça n’a aucun sens tu n’apprendras rien
PACEY : Montre moi ce qui cloche au moins comme ça je me corrigerai
DANNY : (On voit qu’en réalité les deux garçons s’amusent à faire rebondir une pièce dans un verre) Faut la faire rebondir (Il y arrive)
PACEY : Tu es mon héros , est ce que tu te rends compte que tu es mon héros Danny ? (Karen entre et Danny essaie de cacher ce que fait Pacey)
DANNY : C’est bon continue Pacey t’arrête surtout pas de touille, touille si tu veux réussir ta sauce
KAREN : Vous fatiguez pas ça sent la complicité virile à plus de dix kilomètres. Et c’est une odeur drôlement tenace
PACEY : Ca ne serait pas plutôt mes phéromones qui te lançaient un signal ?
KAREN : Tu pourrais peut être changer de déodorant (Elle passe et réussit du premier coup le jeu avec la pièce, elle sort de la cuisine)
DANNY : Courage mon pote j’en ai vu des plus coriaces s’y frotter et se planter
PACEY : Hum sans doute mais est ce que ces gars là avaient un magnifique yacht pour l’appâter ? J’ai un atout majeur mine de rien
DANNY : Ouais j’arrête pas d’en entendre parler de ce fameux bateau, je le vois quand ?
PACEY : Ben je sais pas quand tu veux mec
DANNY : Cool alors qu’est ce que tu penses de ça ? Ecoute bien. Tu me prêtes ton bateau demain soir pour une sortie en amoureux avec ma femme et en échange je te donne ta soirée ça te va ?
PACEY : Ca roule
DANNY : Génial, génial. Emilie va adorer. Depuis le temps qu’elle en rêve
PACEY : Y a qu’à demander (Pacey réussit à faire rebondir la pièce, Danny lui tape sur l’épaule et ils sourient)
*
[Maison de la fraternité. Jack et deux autres frères jouent au billard]
MOSKOVITZ : Mon frère aîné m’a raconté que pendant sa semaine d’initiation son téléphone avait sonné 32 fois entre midi et sept heures
JACK : Qu’est ce qu’ils lui voulaient ?
MOSKOVITZ : Il fallait qu’il se pointe pour nettoyer la chambre d’un superviseur ou bien lacer ses chaussures, préparer un petit déjeuner
BRAD : Mais si t’es en cours ?
MOSKOVITZ : A toi de te débrouiller. Tu trouves une excuse genre un grave problème au niveau des intestins et tu te barres en courant
JACK : J’ai entendu dire que si on devinait le vrai nom de…d’ours polaire c’était dans la poche on était admis tout de suite
MOSKOVITZ : Arrête
JACK : C’est le bruit qui court
MOSKOVITZ : A votre avis comment il s’appelle ?
JACK : Oh il a sûrement un prénom passe partout comme John ou…
MOSKOVITZ : Non sérieusement Derek, Derek, il a une tête à s’appeler Derek
JACK : Très juste
BRAD : Ou peut être que…ou peut être que ses initiales c’est vraiment OP comme dans euh…Oliver Paris (Jack et l’autre le regardent bizarrement) Il est peut être français
JACK : (secoue sa tête en rigolant) Arrête tu débloques
BRAD : Ben quoi ? (Ils rigolent)
MOSKOVITZ : Bon qu’est ce que vous pensez de Ryan ? Ryan ou Eric (Jack aperçoit Tobey à l’extérieur)
JACK : Tobey ?
MOSKOVITZ : Tobey c’est quoi ce prénom de naze ?
JACK : (se précipite vers Tobey qui entre) Ca alors ! Qu’est ce que tu fais ici ?
TOBEY : J’ai eu l’adresse par Jen. Surprise !
JACK : Oh Tobey j’en reviens pas que tu soies à Boston ! Ah dis donc. Eh attends je vais te présenter mes frères tu vas voir ils sont cool euh…je vous présente mon petit ami Tobey.
TOBEY : Salut (Un portable sonne, les trois vérifient le leur immédiatement)
JACK : (regardant le sien) C’est pas le mien
MOSKOVITZ : C’est le mien. (Décroche) Allô ?
JACK : Une urgence ?
BRAD : Ouais sans doute
MOSKOVITZ : Ouais ouais j’arrive tout de suite
JACK : Qu’est ce qu’ils veulent ?
MOSKOVITZ : Lâche moi (ils rigolent) (au téléphone) Entendu ouais, ouais j’arrive (il raccroche) Salut les gars (il part)
JACK : Bonne chance
TOBEY : C’est quoi cette soudaine excitation ?
JACK : Je t’expliquerai ça en route on va y aller là. Salut Brad
BRAD : Salut
JACK : A plus
BRAD : Ok rentrez bien
TOBEY : Ravi de t’avoir connu
BRAD : Moi aussi (Ils partent)
*
[Boston. Jack et Tobey marchent en direction de chez Grams]
TOBEY : Ils peuvent pas lacer leur chaussures tout seul ?
JACK : Ca fait partie du bizutage. Comparé à ce qu’ils faisaient subir aux futurs membres avant c’est de la rigolade
TOBEY : Ouf me voilà rassuré parce qu’ils pourraient t’obliger à faire des trucs pas nets avec du bétail ou…
JACK : Quoi ?!
TOBEY : J’ai vu un reportage à la télé là-dessus
JACK : Non, non c’est pas ça du tout en fait la semaine infernale c’est rien d’autre que l’occasion de créer des liens entre les futurs membres en tout cas c’est comme ça que je le vois
TOBEY : Et tu t’éclates apparemment
JACK : Ah ouais ça va sauf que cette semaine c’est carrément du délire dommage que j’ai pas sur avant que tu rappliquais. Oh cela dit je suis très content que tu soies là seulement tu sais…je pourrais pas passer tout le temps que je voudrais avec toi
TOBEY : Oui mais tu en passeras quand même un peu ?
JACK : Oui bien sur je vais m’arranger t’inquiète pas. Pour commencer demain visite guidée de Boston. On fera ce que tu veux j’ai simplement un impératif dans la matinée ensuite je serai tout à toi
TOBEY : Parfait
JACK : Ca te va ?
TOBEY : Ca me va
*
[Chambre de Joey et Audrey. Audrey se met du vernis sur les orteils. Joey met du spray nettoyant sur les meubles et en vaporise vers Audrey]
AUDREY : Joey ? Je te signale que tu viens de m’arroser
JOEY : Désolée
AUDREY : Ou sont passés la décontraction et le zéro stress ?
JOEY : Ou est passée ta promesse d’être partie avant qu’il arrive ?
AUDREY : Oh attends il vient qu’à 12H48 j’ai tout mon temps là je peux terminer ma séance verni (On frappe à la porte) Ah il va falloir que j’y aille
JOEY : (Ouvre la porte et étreint Dawson) Bonjour
AUDREY : (sort) Salut mon joli, au revoir mon joli (elle part)
DAWSON : Bonjour. Au revoir Audrey. Toujours aussi bizarre (il entre)
JOEY : De pire en pire
DAWSON : Comment tu vas ?
JOEY : Très bien. Oui enfin je…enfin ça peut aller, ça peut aller
DAWSON : Tes études ?
JOEY : Ca va. Tout à l’heure mon professeur m’a parlé d’un projet qui a l’air particulièrement chouette (pause) Bon c’est pas très important mais…je suis assez déroutée finalement euh…tu serais pas forcément déroutée toi chacun sa…ah c’est difficile à expliquer…comment tu vas ?
DAWSON : Je vais bien
JOEY : Avant que j’oublie j’ai quelque chose pour toi je l’ai trouvé dans une…une librairie en ville (elle lui tend un livre)
DAWSON : (lisant le titre) « Comment faire face à la mort de ses parents »
JOEY : Oui enfin je sais pas je me suis dit que j’aurais apprécié que quelqu’un me l’offre quand je…quand ma mère…
DAWSON : Merci ça a l’air très…ça doit aider. Merci
JOEY : Mais non je t’en prie (Ils commencent à parler en même temps) Ah tu sais j’ai plein de….(Ils s’arrêtent tous les deux)
DAWSON : (sourit) Tu as plein de quoi ?
JOEY : J’ai loué plein de vidéos ce serait bien de pouvoir les visionner tranquillement
DAWSON : Toute la journée ?
JOEY : Non, non je veux dire on n’est pas…rien nous oblige
DAWSON : Non, non, c’est sur, non c’est très bien. C’est une très bonne idée. Je suis fatigué ça me reposera
JOEY : C’est ce que j’ai pensé tu vois
DAWSON : Tu as eu raison
JOEY : Alors quel film tu veux voir pour commencer ?
*
[Chez Grams. Jen est au téléphone]
JEN : Je t’assure Pacey ça va beaucoup te plaire. (Pause) Pourquoi veux tu que je te donne le titre de la pièce ? (Pause) Si je te dis que ça va te plaire c’est qu’il y a des chances pour…et ben bonjour la confiance. (Pause) Oui bon d’accord c’est Shakespeare. (Elle éloigne le combiné de son oreille et parle juste dans le receveur) Entendu parfait je passe te prendre tout à l’heure salut bisous (elle raccroche et voit Tobey qui entre) C’est pas vrai il faut toujours leur faire avaler la culture de force aux garçons. Et bien Tobey qu’est ce que tu fais ici ? Tu devais pas retrouver Jack à Newberry ?
TOBEY : Si c’est ce que je croyais mais il n’était pas là. Je me suis dit que je m’étais trompé et qu’en fait je devais le retrouver ici. Mais y a pas de Jack dans le coin
JEN : Oh je le crois pas il a osé te lâcher pour cette bande d’abrutis ?
TOBEY : Non attends n’exagère pas il m’a pas lâché il est en retard point c’est pas grave
JEN : Si c’est grave. Tu es venu pour le week-end il pouvait au moins oublier deux secondes ses potes de billard et respecter ses engagements
TOBEY : Non Jen c’est autre chose il avait un impératif je comprends tu sais
JEN : Non crois moi il est…obsédé
TOBEY : Oh mais non il est pas obsédé. Il se sent bien
JEN : Il devient sectaire ni plus ni moins
TOBEY : C’est pas son genre Jack n’a pas cette mentalité je t’assure. Bon euh je devrais peut être retourner là bas je te parie qu’il m’attend et qu’il se demande ce que je fais
JEN : Salut
TOBEY : Salut (Il part)
*
[Chambre de Joey et Audrey. Joey et Dawson sont assis sur le lit et regardent un film]
JOEY : Tu veux une autre part de pizza ?
DAWSON : Non ça ira
JOEY : Très bien. Tu veux un jus de fruit ? Je peux aller au distributeur
DAWSON : Non merci
JOEY : C’était juste au cas ou…d’accord. (A la télé un terrible accident de voiture surgit. Dawson tourne la tête tandis que Joey essaye frénétiquement d’éteindre la cassette sans y arriver) Allez ! (Elle se lève et éteint la télé) Dawson excuse moi j’avais complètement oublié
DAWSON : Non c’est pas grave
JOEY : J’ai pourtant choisi que des comédies exprès j’avais oublié qu’il y avait des scènes…tu dois penser que je suis la plus idiote et la plus nulle de la planète
DAWSON : Joey qu’est ce que tu racontes ?
JOEY : C’est dingue. Je perds le contrôle là
DAWSON : Joey…ce n’est rien
JOEY : Mais si c’est grave Dawson c’est toi qui ne devrais plus te contrôler et c’est moi là qui dérape. Je te prive de tes émotions, je ramène tout à moi alors que je ne devrais pas je sais que j’ai tort
DAWSON : Joey je sais que tu sais
JOEY : Tiens regarde les rôles sont inversés là c’est mon job normalement c’est moi qui devrait te remonter le moral
DAWSON : Il n’y a pas d’obligation
JOEY : Je voulais que tu passes un week-end de détente, un week-end agréable. Audrey avait peut être raison on aurait du sortir
DAWSON : Ben alors sortons
JOEY : Maintenant ?
DAWSON : Ben oui
JOEY : Bon d’accord. Mon professeur organise une soirée chez lui ça peut être sympa. Il a dit qu’il y aurait du brie
DAWSON : Oh j’adore le brie
JOEY : Un de plus. Bon…ben je prends mon manteau
DAWSON : D’accord
*
[Rue de Boston. Jen et Pacey marchent ensemble]
PACEY : Je te jure Karen est très intelligente comme fille, c’est une bagarreuse, je trouve qu’il y a une attirance certaine
JEN : Ah oui ? Vous flirtez ?
PACEY : Euh…et ben si on prend la définition de flirter qu’on emploie à la maternelle euh…
JEN : Oh vous vous tirez les cheveux, vous vous insultez et tout le reste ?
PACEY : Euh oui si c’est la définition alors pas de doute on flirte
JEN : Oh je suis tellement contente de ne plus être célibataire
PACEY : Et ensuite y a Danny, un type sensationnel et je suis sur qu’il existe pas de meilleur patron que lui je crois que j’ai enfin trouvé mon mentor
JEN : C’est fabuleux il ressemble à quoi ce Danny ?
PACEY : Et ben il est comme moi mais en plus vieux
JEN : Oh minute ton mentor, l’homme éclairé et mûr qui est censé te guider dans la vie est un deuxième toi en plus vieux ?
PACEY : Ouais
JEN : Donc l’adulte que tu veux être si je comprends bien c’est…c’est une réplique de ce que tu es aujourd’hui ?
PACEY : Oui c’est pas mal dans le genre
JEN : Pacey… (Ils s’arrêtent devant un restaurant et Jen voit Charlie à l’intérieur avec une fille) C’est pas vrai
PACEY : (regardant à son tour) C’est pas ton petit ami lui ?
JEN : Si
PACEY : Il travaillait pas ce soir ?
JEN : Si en tout cas c’est ce qu’il m’a dit
PACEY : Oh. Oh ben ça c’est drôle il vaut mieux pas traîner on va rater…(elle essaye de se faufiler, il l’arrête) Ou tu vas ? Qu’est ce que tu vas faire ?
JEN : Je vais aller le voir et lui en mettre une directe
PACEY : Du calme la terreur t’as aucune idée de ce qui se passe entre eux d’accord ?
JEN : Charlie m’a dit qu’il allait travailler
PACEY : Tu vas me laisser en placer une oui ? J’ai l’impression qu’il y a eu un léger malentendu entre ce brave garçon et toi mais pour l’instant t’es trop remontée pour tirer la chose au clair allons voir cette pièce qui je te le rappelle doit être obligatoirement vue et demain matin tu l’appelleras et il t’expliquera
JEN : Qu’est ce qu’il va pouvoir m’expliquer hein ?
PACEY : Jen…
JEN : Quoi ?
PACEY : Il n’est pas forcé de t’expliquer mais de toute manière tu seras plus calme, plus raisonnable et en fin de compte très heureuse d’avoir attendue parce que quand on attend en général on a plus de recul d’accord ?
JEN : D’accord
PACEY : Cool (Elle commence à partir puis repart en courant vers le restaurant. Pacey la rattrape et la soulève pour l’emmener)
JEN : Lâche moi ! Repose moi par terre ! Pacey ! (La fille et Charlie regardent dehors mais trop tard pour voir Jen)
*
[Restaurant. Tobey et Jack sont là sans une parole. Aucun ne veut regarder l’autre ni parler]
JACK : Tu vas bouder encore longtemps ?
TOBEY : Tu aurais pu appeler. Je ne dis rien de plus
JACK : Je comptais le faire mais comme tu refuses de te payer un portable pour des raisons incompréhensibles
TOBEY : Tumeur cérébrale
JACK : Ah. N’empêche que à cause de ça je n’avais aucun moyen de te joindre pour te dire que j’aurais un peu de retard
TOBEY : T’avais qu’à arrêter ce que t’étais en train de faire
JACK : Non j’étais coincé
TOBEY : Pourquoi ? Mais qu’est ce que tu faisais ?
JACK : Je…c’est secret d’accord ? C’est la règle je peux pas te le dire ça peut paraître débile je sais mais…
TOBEY : Plus important
JACK : Arrête ça tout de suite c’est, c’est digne d’une nana hystérique ce plan
TOBEY : Je vais faire comme si j’avais rien entendu c’est mieux
JACK : Excuse moi. Je voulais pas dire ça
TOBEY : On range les insultes, on classe le dossier d’accord ?
JACK : D’accord (Pause). Tobey ? Je te trouve superbe
TOBEY : C’est vrai ?
JACK : Hum
TOBEY : Merci
JACK : Tu m’as manqué
TOBEY : Tu m’as manqué toi aussi…(le portable de Jack sonne)
JACK : Excuse moi (Décroche) Allô ? Huh huh. Maintenant ? (Pause) Ah oui, oui mais là je suis occupé je…hein ? Ca vaut vraiment le coup t’es sûr ? Non parce que mon ami est là pour peu de temps et…
TOBEY : Ca fait rien
JACK : (au téléphone) Euh ok une seconde attends…(à Tobey) Ca te fait rien t’es sur ? Ils disent que ça devrait dure qu’une demie heure
TOBEY : Vas y
JACK : (au téléphone) C’est bon j’arrive c’est arrangé. Oui, oui à tout de suite. (il raccroche) Ils sont trop. Tu es…exceptionnel tu sais ça ?
TOBEY : Ouais, ouais c’est ce que tous les mecs me disent
JACK : Bon j’y vais. Tiens tu sais quoi ? Tu me retrouves à la maison dans une demie heure. Il sera pas trop tard on pourra faire ce que tu veux après
TOBEY : Eclate toi bien (Il se penche pour l’embrasser mais Jack est déjà parti)
*
[Théâtre. Jen et Pacey montent les marches pour trouver leur place]
PACEY : Pardon. Excusez nous. Pardon. Ok. « Othello » hein ? Tu peux me dire de quoi ça cause ?
JEN : Othello ça parle d’un mec qui est convaincu que sa femme chérie le trompe alors il la tue et ensuite il se tue comme ça c’est réglé (Elle repart)
PACEY : Euh…excusez nous on revient tout de suite (Ils partent)
*
[Maison de Wilder. Dawson et Joey arrivent]
WILDER : Joey ? Vous vous êtes libérée (Elle lui fait un signe de la main)
JOEY : (à Dawson) Tu veux que je te présente mon prof ?
DAWSON : Je vais d’abord aller dans la cuisine voir ce qu’il y a
JOEY : Je viens avec toi ?
DAWSON : Tu veux me tenir la main aussi ?
JOEY : Si t’as besoin de moi je suis tout prêt
DAWSON : D’accord (Il part et s’arrose le visage avec de l’eau)
*
[Boston. Jen et Pacey sont revenus devant le restaurant. Jen pousse Pacey qui lui barre le passage]
PACEY : Je demande que ce qui suit soit formellement enregistré c’est une très très mauvaise idée. (Elle le pousse, il essaie de la retenir mais elle entre dans le restaurant) Non, non, non mais je veux que ça soit consigné dans le registre si tu veux je peux taper tout de suite à la machine
JEN : (s’approche de la table) Charlie Todd ! Oh quelle coïncidence c’est fou ça ! (A la table d’à côte) Ca ne vous ennuie pas de me prêter cette chaise un instant ? Merci. (Elle s’installe) Salut. Salut
FEMME : Bonjour
JEN : Comment ça va ? Oh café liégeois j’en ai vraiment envie j’adore ce qui est à base de café tu veux bien que je goûte ? Tout ce que j’espère c’est qu’il est bien glacé (elle le renverse sur le pantalon de Charlie)
CHARLIE : Oh mais…
JEN : Tu veux un supplément de chantilly ? (Elle tartine le pantalon de chantilly) C’est 10 fois meilleur avec de la chantilly tiens goûte voir
CHARLIE : Jennifer Lindley…je te présente Elise Todd ma sœur. Elise voici Jen la fille dont je t’ai parlé
ELISE : Enchantée
JEN : Oh c’est ta sœur ? (Pacey ricane) Dommage
*
[Maison de la Fraternité. Jack, Moskovitz et Brad attendent assis]
MOSKOVITZ : Je sens une baisse de motivation là. Qu’est ce qui se passe ?
JACK : Rien. Je me demande combien de temps ça va durer c’est tout
MOSKOVITZ : Ils veulent nous voir chacun notre tour…sans doute pour nous faire essayer nos blaser
BRAD : Ou peut être nous donner les clés du foyer
MOSKOVITZ : Possible. Le bruit court partout que c’est demain…le dernier jour
JACK : L’initiation a lieu demain ? Non je croyais qu’il nous restait une semaine entière
MOSKOVITZ : C’est ce que j’ai entendu mais tu sais c’est peut être pas vrai
JACK : Espérons si il faut que je remette les pieds ici demain alors là je suis grillé
MOSKOVITZ : Ton monsieur s’impatiente ?
JACK : Non. Non, non
MOSKOVITZ : Laisse moi deviner. Il a du mal à encaisser que tu passes tout ton temps avec tes frères ? Il veut savoir ou t’étais, il veut savoir ce que tu fabriques
JACK : Non c’est plus compliqué que ça en a l’air
MOSKOVITZ : Bienvenu au club, ma petite amie me harcèle constamment
BRAD : La mienne n’arrête pas de me demander ce que je fais ici. A chaque fois je lui dis « Faudrait que tu sois de la Frater pour que je te réponde »
MOSKOVITZ : Fixe lui des limites faut plus attendre
BRAD : Il a raison
JACK : Non attendez vous êtes durs, il a carrément pris l’avion pour venir me voir
MOSKOVITZ : C’est quoi ça exactement ? Sous couvert d’un plan sympa, il débarque avec ses gros sabots et il te met le grappin dessus ?
BRAD : Bien vu
MOSKOVITZ : Si il te respectait il t’aurait appelé avant de venir, il aurait vérifié que ça gênait pas et après il aurait pris l’avion
JACK : Non mais peut être qu’il voulait me faire la surprise
MOSKOVITZ : Non mais où on va là ? C’est la dictature ! Il te dit « Oh salut surprise je suis là c’est moi je veux que tu passes tout ton temps avec moi ce week-end et il est pas question que tu vois tes potes »
JACK : Non mais comment ça ? Vous voulez dire qu’il est venu ici pour me surveiller ? Vous êtes complètement fêlés
MOSKOVITZ : Il est malin attention. Il sait pertinemment que les mecs sexy sont plutôt rares sur le campus. Tu crois que ce chez Tobey ne sait pas que tu peux faire un malheur dans le coin ? Tu te sapes super bien
JACK : Merci
MOSKOVITZ : Jette la mauviette et vis ta vie
BRAD : La mer regorge de poissons Jack
MOSKOVITZ : T’as que l’embarras du choix plonge
BRAD : Joue les requins
*
[Maison de Wilder. Dawson est dans la cuisine et regarde Joey. Une fille entre]
FILLE : On dirait que t’as soif. Tu veux un verre de vin ou une bière ?
DAWSON : Non. Ou as-tu trouvé cette bouteille d’eau ?
FILLE : Oh tu n’as qu’à la prendre. (Dawson la prend et boit) Tu ne crains rien j’avale des pastilles anti-bactéries à longueur de journée. Je suis complètement accro. Au fait comment tu t’appelles ? Tu étudies à Worthington ?
DAWSON : Non j’ai…excuse moi il fait chaud ou c’est moi qui ai un problème ?
FILLE : On ouvre la fenêtre si tu veux ?
DAWSON : C’est une bonne idée (Elle ouvre la fenêtre mais quand elle se retourne, il n’est plus là) (approchant Joey) Il faut qu’on y aille
JOEY : Ca ne va pas ?
DAWSON : Si très bien
JOEY : Monsieur Wilder voici mon ami…
DAWSON : Je dois y aller (il part)
JOEY : Je suis désolée. (Elle sort et rejoint Dawson) Dawson qu’est ce que tu as ?
DAWSON : Je n’en sais rien, je ne pouvais pas rester plus longtemps excuse moi Joey
JOEY : C’est pas grave mais…c’est toi qui a voulu qu’on sorte
DAWSON : Je sais. Je sais. L’autre jour je…je faisais la queue à l’épicerie et tout à coup j’ai craqué, je n’ai pas pu attendre il y avait seulement deux personnes devant moi et j’ai comment dire j’ai compris que si je ne sortais pas tout de suite j’allais devenir fou. C’est une drôle de sensation. Une perte de contrôle absolue
JOEY : Mais tu t’es contrôlé dès que tu as senti cette angoisse tu es sorti.
DAWSON : Oui c’est insupportable de ne pas savoir d’où vient ce malaise. C’est une sorte d’émotion sauvage qui me tombe dessus sournoisement n’importe ou
JOEY : C’est ce que tu as ressenti tout à l’heure ?
DAWSON : Oui. J’avais envie qu’on sorte. J’en avais envie seulement dès l’instant ou on a bougé, dès l’instant ou on était dans le couloir j’ai senti que je ne voulais plus sortir, que j’avais changé d’avis juste comme ça sans vraiment avoir de bonne raison
JOEY : Tu as le droit de changer d’avis. Ce n’est pas interdit
DAWSON : Et en plus il faisait au moins 100 degrés là dedans. C’est vrai c’était intenable cette chaleur. Tu es d’accord avec moi ?
JOEY : Ouais. Ouais il faisait chaud
DAWSON : Il faisait très chaud c’est évident que ça ne m’a pas aidé
JOEY : Je sais pas peut être que tu couves une grippe y a plein de gens qui l’ont
DAWSON : Oui…oui ça doit être ça. Je couve sûrement quelque chose. Ca t’embête si on retourne directement à la chambre ?
JOEY : Non pas de problèmes (Ils partent)
*
[Boston. Jen et Charlie sont dans la rue]
JEN : Alors tu comprends quand je t’ai vu lui prendre la main ça m’a fait un choc
CHARLIE : Je regardais simplement sa bague de fiançailles
JEN : Wow elle est fiancée ? C’est sympa
CHARLIE : Je lui transmettrai tes félicitations
JEN : Bon écoute à ma décharge même si mon attitude est discutable tu m’avais tout de même dit que tu travaillais
CHARLIE : Ils ont changé mes horaires. Je t’aurais bien appelé mais tu devais aller voir cette pièce et ma sœur m’a téléphoné en me disant qu’elle avait un truc à m’annoncer. Voilà la suite…elle est sur mon pantalon
JEN : Si tu veux je pourrai te le laver. Mieux encore je ferai ta lessive pendant une semaine…un mois oui je peux te faire ta lessive pendant un mois. Ca te convient comme excuse ?
CHARLIE : C’est un début
JEN : J’ai été un peu nulle je suis désolée
CHARLIE : Bon écoute Jen tu dois avant tout apprendre à me faire confiance. Non mais réfléchis si je t’avais vue avec ton ami Pacey est ce que j’aurais eu raison de tirer des conclusions hâtives ?
JEN : Non
CHARLIE : Non. Je l’aurais pas fait d’ailleurs. Pourquoi ? Parce que j’ai confiance en toi. Parce que je sens qu’on vit quelque chose d’exceptionnel
JEN : Tu as 100 % voire même 200 % raison
CHARLIE : Oui évidemment. Et pas que ce soir
JEN : Hum j’ai évité de la relever celle là mais juste parce que tu as de la crème chantilly sur la braguette
CHARLIE : Euh oui. Approche, approche (Ils s’étreignent)
JEN : Je te demande pardon
*
[Maison de Grams. Tobey est assis dans le canapé et regarde la télé. Jack arrive et tente de prendre les devants]
JACK : Je suis désolé
TOBEY : Laisse tomber Jack. Je ne veux rien savoir
JACK : Non attends on a…
TOBEY : Je te dis que ça m’est égal je ne veux rien savoir !
JACK : Qu’est ce que je peux faire pour que ça s’arrange ? (Il lui prend la télécommande pour lui parler) Donne…donne la moi. Qu’est ce que je peux faire ?
TOBEY : Je veux uniquement la vérité. Je veux t’entendre dire que ta confrérie compte plus que moi. Est-ce que je me trompe ?
JACK : C’est pas aussi simple que ça Tobey. Tu es là pour un week-end et moi je suis là pour 4 ans. Quand tu seras parti demain je fais quoi moi ? Je patiente c’est ça ? J’attends d’avoir ramassé un peu d’argent pour aller te voir ? Et on est censé faire ça jusqu’à quand hein ?
TOBEY : Jusqu’à…j’en sais rien
JACK : J’ai besoin de…développer une vie sociale, des relations. D’ailleurs c’est déjà fait. Tu te rends compte que c’est la première fois que je peux être totalement honnête et que je n’ai pas à mentir sur ce que je suis réellement ? Je n’ai pas à jouer, je n’ai pas à me cacher pour que les gens m’acceptent. Avec eux je n’ai qu’à être moi
TOBEY : De quoi tu parles ? Je te suis plus là
JACK : Ecoute. Quand j’ai débarqué à Capeside tout le monde me voyait comme le frère d’Andie et que ça. Ensuite on m’a vu comme le petit ami de Joey et le jour ou je leur ai annoncé que j’étais gay je suis définitivement entré dans une autre case pour eux. J’étais Jack le gay
TOBEY : Oui d’accord sauf que tu n’étais pas que ça pour eux
JACK : Peut être mais c’était pas l’impression que j’avais. Alors quand Sigma Epsilon m’a fait cette proposition je leur ai tout de suite dit la vérité, dès le départ, j’ai voulu être franc parce que je n’ai aucune envie de revivre ce que j’ai vécu toutes ces années. Le plus étonnant c’est qu’ils étaient déjà au courant et que ça leur était égal. Ces gens étaient prêts à m’accueillir dans leur confrérie tout en sachant tout ce qu’il y a à savoir sur moi, ils me voulaient Tobey. Aujourd’hui je suis seulement Jack. Je n’ai plus d’étiquette. Je pensais que tu étais à même de comprendre à quel point c’était vital pour moi. (Pause) Ils n’ont peut être pas tort
TOBEY : Quoi ? C’est qui « Ils » ?! Tu es allé parler de nous à de parfaits étrangers ?
JACK : Ce sont mes amis
TOBEY : Tu les connais à peine ! Mais Jack c’est pas parce qu’ils savent que tu es gay que ces types savent qui tu es ! Et moi ils ne me connaissent pas du tout ! Alors comment tu as pu croire qu’ils comprendraient ce qui se passe pour nous ?
JACK : Oh, oh arrête ce genre de problème est universel, les petits amis jaloux on ne les rencontre pas que chez les homosexuels !
TOBEY : Tu crois que je suis jaloux de tes nouveaux copains ?
JACK : Si c’est pas de la jalousie alors c’est quoi ?
TOBEY : Je veux être une priorité
JACK : Tu l’es
TOBEY : Non, non je ne suis qu’une de tes priorités. Etre dans les deux ou trois premiers c’est pas assez. Pour moi tu passes avant tout. Ou que je sois et quoi que je fasse c’est simple tu es mon unique priorité. Je sais pas comment ça se passe pour toi, moi en tout cas je pense toujours à la manière dont je te ferai rire avec un e-mail ou une carte postale ringarde. Ca c’est clair je pense à toi bon sang sans arrêt quand je suis avec toi quand je ne suis pas avec toi, quelque soit ce qui se passe dans ma vie tu restes ma première priorité. Une chose est sure ça n’est pas réciproque ou ça ne l’est plus mais il faut se rendre à l’évidence non ? (Il se lève et monte laissant Jack tout seul)
*
[Restaurant. Pacey commence à travailler alors que Karen arrive]
PACEY : Karen Torres ! Le soleil de ma vie, la cerise sur le gâteau à la crème que je convoite !
KAREN : Salut monsieur le fêlé
PACEY : Comment se fait il qu’on finisse toujours par bosser ensemble tous les deux ? Est-ce le destin ? Le hasard qui joue en notre faveur ?
KAREN : Ou est ce que tu te renseignes discrètement sur mon emploi du temps avant de poser tes heures ?
PACEY : Drôlement cynique ta façon de voir les choses. C’est juste…mais cynique. (Karen part) Elle a souri la petite y a plus de souci à se faire (Emilie la femme de Danny arrive)
EMILIE : Danny n’est pas encore arrivé ?
PACEY : Non à qui ai-je l’honneur madame ?
EMILIE : Emilie je suis sa femme je ne vous sers pas la main avec la crève que j’ai
PACEY : Ca a du être…drôle hier soir enrhumée comme vous êtes
EMILIE : Oui sauf si on trouve ça sympa de se moucher toutes les 10 secondes. Bref Danny a encore oublié son portefeuille à la maison. Je suis ravie de vous avoir rencontré, il n’arrête pas de me parler de vous, j’ai l’impression que vous êtes son nouveau chouchou (Elle part, Pacey semble comprendre une chose)
*
[Chambre de Joey et Audrey. Dawson charge son sac]
JOEY : Ta brosse à dents tu l’as prise ?
DAWSON : Oui je l’ai. Joey…merci
JOEY : De quoi ?
DAWSON : De m’avoir accueilli et sorti c’était bien. Et contre toute attente grâce à toi je me sens beaucoup mieux
JOEY : C’est vrai ?
DAWSON : Oui…tu m’as aidé. (Ils s’étreignent) Bon il faut que j’y aille
JOEY : Tu reviens quand tu veux Dawson hein ?
DAWSON : Oui…je t’appelle à bientôt (Dawson part et Joey s’appuie contre la porte. Elle marche vers le lit et trouve le livre qu’elle avait offert à Dawson, il l’a laissé]
*
[Maison de Grams. Jen et Tobey sont dehors et attendant le taxi de Tobey. Tobey scrute la rue pour voir arriver Jack]
JEN : Bon ben je crois qu’il viendra pas
TOBEY : Je sais. Mais je l’attends pourtant. C’est quoi ce truc ?
JEN : Quel truc ?
TOBEY : Ce fantasme ridicule ou soudain le type qui t’a brisé le cœur se rend compte qu’il a commis la plus grave boulette de son existence, te cherche partout, il remue ciel et terre, il arrive en courant pour te lancer un « Tu es toute ma vie, sans toi je ne suis rien. Si tu refuses de me reprendre plus jamais je n’aimerai quelqu’un ». D’où il sort ce fantasme ?
JEN : On voit ça au ciné, à la télévision…ou dans cette partie de ton cœur encore pleine d’espoir. Je suis sure qu’il le regrettera
TOBEY : Oui peut être bien…(Le taxi arrive)ou peut être pas. Je ne suis pas dupe, on se tient ce genre de discours pour moins souffrir mais…y en a de toute façon un qui souffre plus que l’autre. Chacun son tour…mais c’est moi cette fois
JEN : Approche Tobey (Ils s’étreignent)
TOBEY : Garde le ton Charlie. Je sens qu’y a moyen d’en faire quelque chose
JEN : Oui
TOBEY : Je croyais qu’il viendrait
JEN : Allez viens (elle l’accompagne vers le taxi)
*
[Cuisine du restaurant. Pacey travaille quand Danny arrive une tasse de café à la main]
DANNY : J’ai rangé les clés de ton bateau dans ton tiroir
PACEY : Merci
DANNY : Non merci à toi ma femme a adoré cette soirée (Il part, Pacey le regarde)
PACEY : Tant mieux
*
[Maison de Grams. Jen est en train de mettre de la nourriture dans un panier. Jack arrive avec son insigne de Sigma Epsilon]
JACK : Ah ça y est c’est officiel je suis des leurs !
JEN : Félicitations et c’est officiel tu crains
JACK : Ben…n’importe quoi. Euh…bon d’accord je vais me changer (il commence à partir)
JEN : Tu lui as brisé le cœur. (Jack s’arrête mais ne se retourne pas) Ca te touche ou pas ? Vue d’ici on ne peut pas dire que ça te mette mal
JACK : (se retourne) Jen qu’est ce que tu attends de moi ?
JEN : J’attends de toi que tu prennes une seconde et que tu réfléchisses à ce que tu as saboté
JACK : Selon toi j’en aurais pas conscience ?
JEN : Je ne sais pas. J’ai l’impression de ne plus te connaître, on est beaucoup moins proche, on a changé de mode de relation depuis que tu es dans cette…dans cette confrérie
JACK : Peut être plus depuis que tu sors avec Charlie
JEN : Ca c’est déloyal
JACK : Pourquoi je serais loyal ? Tu l’as été avec moi depuis qu’on est là ?
JEN : C’est toi et moi alors je pensais que le gros problème c’était toi et Tobey
JACK : Ca revient au même. Ecoute on évolue, on devient des étrangers les uns par rapport aux autres tu comprends ? J’ai peut être seulement voulu que Tobey souffre moins
JEN : Tu peux développer là ?
JACK : Oui bien sur je veux…veux. J’ai envie de…d’avoir de nouveaux amis, de connaître d’autres gens, de vivre d’autres expériences et je ne tiens pas à être là à m’angoisser parce que mon attitude risque de blesser quelqu’un
JEN : Oui et ben peut être que t’aurais du lui expliquer
JACK : C’est à toi que je l’explique Jen
JEN : (comprenant) D’accord. (Elle semble touchée) Bon faut que j’y aille. Charlie a un cours et je veux…
JACK : Ouais
*
[Immeuble de Charlie. Jen arrive dans le couloir avec son panier pique-nique et un ballon ou il est écrit « Désolé ». En arrivant à l’angle du couloir elle voit Charlie sortir avec une fille. Elle se cache à l’angle et les observe en train de s’embrasser contre le mur. Charlie entre dans sa chambre. La fille passe devant Jen et sort de l’immeuble]
*
[Chambre de Joey et Audrey. Joey est allongé sur le lit tandis que Audrey se prépare, saute et met ses baskets pour aller courir]
AUDREY : C’est bon là. Debout Potter on y va ! J’ai mon éventail, j’ai mon eau minéral, mon nouveau rouge à lèvres brillant qui soit dit en passant cartonne je suis prête pour ce jogging ! Et toi tu vas mal
JOEY : Non, non détrompe toi ça va c’est ça le problème
AUDREY : Ah parce que quand ça va c’est un problème ?
JOEY ; Non parce que je devrais me sentir hyper mal. Mon ami, celui que je chéris le plus au monde vient de partir et je ne l’avais pas vu depuis un mois et dès qu’il est sorti j’ai senti grand soulagement. Est-ce que c’est horrible ce que je dis ?
AUDREY : Ca n’a rien d’horrible c’est sincère
JOEY : Pourquoi je culpabilise autant ? (Audrey s’assoit et tient le genou de Joey en guise de compassion, elle voit le livre près de Joey)
AUDREY : Il a pas voulu du bouquin ?
JOEY : En fait je sais pas peut être qu’il l’a oublié ou peut être que c’est sa façon de me dire « ne te mêle pas de ça » mais honnêtement j’étais à peu près sure que ce bouquin ne l’aiderait pas
AUDREY : Pourquoi tu l’as acheté alors ?
JOEY : Oh parce que…parce que je me doutais que dès l’instant ou je le verrais je ne saurais plus quoi lui dire, je bafouillerais, je trouverais plus mes mots, je serais nulle quoi. Je voulais qu’il comprenne ce que je ressens et je voulais pas lui envoyer d’e-mail parce que c’est…c’est trop impersonnel comme démarche. Et quand j’ai pensé lui écrire une lettre ça m’a fait tout drôle
AUDREY : Je vois ce que tu veux dire. Très souvent les lettres ça fait…ça fait grand-mère, c’est convenu ça a parfois un côté boy scout aussi
JOEY : Ouais. Du coup…j’ai pris ce bouquin et je lui ai écrit quelques lignes qu’il ne lira jamais. Tout ce qu’il aura comme souvenir de ce week-end c’est mon manque de sang froid et moi ce que je retiendrai c’est cette fatigue que je ressens. Je suis exténuée
AUDREY : Qu’est ce que t’en dis ? Si on laissait tomber le jogging si on allait plutôt déguster un café frappé hein ? Réponse ?
JOEY : D’accord je vais me changer t (Elle va dans la salle de bain)
AUDREY : Super
JOEY : Audrey ? Merci
AUDREY : Eh ! Essaie ce rouge à lèvres pour moi, il est trop cool
JOEY : D’accord (elle le prend et va dans la salle de bain. Audrey ouvre le livre et se met à lire le mot qui y est écrit) « Cher Dawson…quand une chose pareille se produit on a envie de tendre les bras, de s’agripper aux gens autour de soi, ce qui compte le plus c’est qu’ils soient là tout le temps, on a envie de les retenir, de les serrer très fort contre soi, de leur dire combien ils sont précieux, combien le seul fait qu’ils existent rend chaque jour la vie meilleure. Quand une chose pareille se produit, on se rend compte à quel point ce sera épouvantable si on n’avait pas conscience de l’influence considérable qu’ils ont eue sur nous. Et donc je profite de l’occasion pour te dire que je t’aime Dawson, je serai toujours là pour toi…aujourd’hui, demain et tous les jours à venir. Ton amie Joey »

[Leery Residence - Gale is folding some blankets when Dawson walks in.]

Dawson: (Dawson holds a clumpy, spidery looking thing up.) I got it. (Gale screams) It's a hairball. Sorry. Just thought you wanted to know the tub is fixed.

Gale: Thanks honey. But for future reference, I do not need to see the offending clogging object.

Dawson: Sorry. Um, so the tub is fixed, I paid all the bills for next month… Uhh… What else? Oh, I could get Lily a new pacifier. She chewed the last one pretty good.

Gale: Sweetie, why don't you take a break?

Dawson: I don't need a break. Just tell me what needs to get done.

Gale: No, nothing needs to get done. That's just it. I don't need you to do anything right now. So, why about taking Joey up on her offer? She's been calling here almost every day asking her to go see her.

Dawson: Yeah, but it's just been so hectic around here. There's something else I've been forgetting to do…

Gale: Honey? I'm okay. You can go away for a couple of days. I will not fall apart. So… go to Boston. See your friends. Lily and I will be right here when you come back. (Gale walks out of the room. Dawson stares at the phone with trepidation.)

[Boston - Joey and Audrey are jogging through the park. Audrey is jogging quite spastically and completely out of breathe. Joey jogs along quite normally.]

Audrey: So, every morning, when you go out for a job, you're actually…

Joey: Jogging. Yes.

Audrey: You're not just ditching me to go have some Iced Cap frappy thing by yourself?

Joey: Nope.

Audrey: Because you realize, I never would have signed on for this little bonding session if I thought that real exercise was involved. (She collapses into a park bench as Joey continues.) Must… sit. (Joey realizes she's jogging alone and turns around to join Audrey.)

Joey: Okay, well let's review. He'll show up around 1, we'll watch movies, we'll order some pizza, it'll just be me and him, no pressure at all. I'll keep everything low key.

Audrey: Low key doesn't generally involve such a carefully planned itinerary, but whatever.

Joey: Yeah, but I'm just planning it out in case things do get weird, you know? I mean, there's a plan there waiting for me, no thinking on my feet required. We should probably order the movies before he gets here just in case he doesn't want to go out, and that's probably a better idea, right?

Audrey: What are you so nervous about? It's just Dawson. You guys have like known each other since you were placenta.

Joey: Exactly. It's Dawson. My best friend in the entire world who needs me right now more than he probably ever has and that's a lot of pressure. You know, what if I mess up and I say all the wrong things and at the end of the day I'm not enough.

Audrey: Okay, so you have a smidge of performance anxiety. No big thing. I've seen it a couple of times myself.

Joey: It's not that. I'm not afraid I'm gonna botch up my lines in some stupid play. I'm afraid I'm gonna botch up my entire future with the only… I'm just… I want him to have a relaxing, good visit.

Audrey: Well, why don't you wait until he gets here. Maybe you can ask him what he wants to do.

Joey: That's putting him on the spot. Making decisions is stressful and I… I just don't want him to feel any stress of any kind.

Audrey: So, you're not planning on bring up the whole…

Joey: No. God, no. I'm not gonna bring up the kiss, I'm not gonna bring up the whole moving to Boston thing. There will be no talking whatsoever.

Audrey: Sounds like a party.

Joey: Parties are stressful.

Wilder: (riding up on a bike) Joey Potter. The girl I was looking for.

Joey: Hey.

Wilder: Quick, Rose Lazare.

Joey: Uh… famous dead writer from the 20s, like Dorothy Parker, but not.

Wilder: Yes. Ding, ding, ding. Rose Lazare's husband?

Joey: Mr. Lazare?

Wilder: Yes, but also dead. Just died in fact. Which means…

Joey: We're very sad?

Wilder: No. I mean, yes, but no. It means that the estate of Rose Lazare no longer belongs to her spouse, but the establishment which it was willed to. Which is?

Joey: Please stop this.

Wilder: Worthington! Did you know she went here? Well she did. Anyway, the real news is, I have been chosen out of all of the department heads to inventory her estate.

Joey: Wow! Congratulations! I have no idea what that means.

Wilder: It means that everything she's ever written, her unpublished works, books she never finished, short stories no one has ever read - we get to go through it all and hopefully find a hidden gem worth publishing.

Joey: We?

Wilder: I'm putting together a team - five students to help with the sifting, the cataloguing, the filing, and you're gonna be part of that team. Say yes.

Audrey: Yes. Yes!

Joey: Yes, absolutely. God, I would love to.

Wilder: Great. Great. I'm gonna have a party at my house tomorrow night to celebrate. You'll meet the rest of the team.

Joey: Oh wait, I can't tomorrow night. I have a friend coming into town.

Wilder: Bring her.

Joey: Him, and I would, but he just had a death in the family and I don't think it would be a good idea.

Wilder: You're off the team.

Joey: What?

Wilder: Kidding, you're still on the team. But try to make it. I'm serving Brie. (he rides off on his bike)

Audrey: I love Brie.

Joey: I'm on a team?

Audrey: (watching Wilder go) You think it's too late to transfer into his class?

Joey: (dragging her to continue jogging) Come on!

Audrey: He's hot!!

[Charlie's dorm - Jen is sitting on the edge of the bed strumming on a guitar, while Charlie gives her a massage.]

Jen: Is that your elbow? Because it's… it's kinda digging into me.

Charlie: It's called Rolfing. It's a more intense version of massage. You know, I can stop if you want.

Jen: No, no, it's just that I prefer the traditional Swedish massage. It feels good. No elbows necessary. Hey, what are you doing tomorrow night?

Charlie: I'm working at the station, why?

Jen: I wanted you to go see this play with me. It's a requirement for one of my classes.

Charlie: I'm sorry. But if you want, you can come by afterwards and reenact all the good parts for me. Naked, of course.

Jen: Yeah, of course. I'm sure that Shakespeare always intended to have his work performed in the flesh. Charlie: Hey, that's right. He knew that was the only way to keep his audience awake during all of those draggy speeches.

Jen: Those draggy speeches, as you call them, actually happen to be quite beautiful.

Charlie: Not half as beautiful as you are. (he kisses her neck)

Jen: Mmm, nice save, cheeseball. (enjoying his attention) That part of the Rolfing, I like that. (he takes the guitar away from her and they begin kissing)

[Restaurant - Kitchen. Pacey and Danny are working hard on something.]

Danny: You're not using your wrist.

Pacey: I am using my wrist. Show me again.

Danny: Me doing it for you is not going to teach you anything.

Pacey: Oh, will you just show me what I'm doing wrong?

Danny: (they finally show what Pacey and Danny are working on - bouncing quarters into a glass) You gotta bounce it. (he bounces the quarter into the glass)

Pacey: You're my hero. You realize that? You are my hero! (Karen comes into the back and Danny tries to cover what they've been doing)

Danny: That's good, Pacey, Pacey, that's right, just keep stirring the sauce. Stir the sauce.

Karen: Save it, because I can smell the male bonding from behind the door. And the odor is pungent.

Pacey: Well, maybe that's just my pheromones calling to you.

Karen: Maybe you need a stronger deodorant. (She bounces a quarter into the glass and walks out. Pacey watches her go.)

Danny: Good luck, my friend. I've seen better men try and fail.

Pacey: Ah yes, but did they have a 50 foot yacht to lure her with? See, that makes me fancy.

Danny: See, I keep hearing about this famous boat. When do I get to see this?

Pacey: Whenever you like, man.

Danny: Cool. How about this? How about you lend me the boat tomorrow night and I'll take the wife out for a romantic evening and I'll give you the night out.

Pacey: Done.

Danny: Great. Great. Emily's gonna love this. She's been wanting a night out.

Pacey: Anytime you want to use it. (Pacey bounces a quarter into the glass and he throws his arms up in victory. Danny picks him up and they cheer.)

[Frat House - Jack and two other guys are playing pool.]

Moskowitz: My older brother told me that during initiation week, his phone rang 32 times in one day.

Jack: Calling to do what?

Moskowitz: To do anything. Call you to clean the pledge master's room. Tie their shoes. Make them breakfast.

Guy #2: What if you're in class.

Moskowitz: Gotta go man. Make up some excuse, like your bowels are going crazy or what not.

Jack: Yo, yo, I heard that if you can guess Polar Bear's real name, you're automatically in.

Moskowitz: Get out?

Jack: It's what I heard.

Moskowitz: Dude, what do you think his name is?

Jack: I don't know, but it's probably something stupid like, "John".

Moskowitz: Seriously, what about Derrick? He looks like a Derrick.

Jack: He does.

Guy #2: Or maybe his real initials are P.B. Like Perry Bastille. (they both look at him weird) He could be French.

Jack: (shaking his head, laughing) Shut up.

Guy #2: What? (they laugh)

Moskowitz: What about Ryan? Ryan or Eric. (Jack looks out the window and sees Tobey outside)

Jack: Tobey?

Moskowitz: What the hell kind of name is Tobey? (Jack rushes over to Tobey entering the room)

Jack: What are you doing here?

Tobey: Jen said I would find you here. Surprise.

Jack: Yeah! This is amazing. I can't believe you're actually in Boston. Oh my God. Hey, I'd like you to meet some of my pledges. Guys, this is my boyfriend, Tobey.

Tobey: Hey.

Moskowitz: Right on. (a phone rings and they all check theirs.)

Jack: (checking his phone) Not me.

Moskowitz: Me. (answering) What's up? Yeah, yeah, I got it.

Guy #2: Who is it?

Jack: What do they want?

Moskowitz: Which one? Yeah, yeah, I'm out. I'm out. (he hangs up) Later, guys.

Tobey: What's all the excitement?

Jack: I'll explain on the way home. We're gonna get out of here, man.

Guy #2: Alright, later.

Jack: Later.

Guy #2: Take care bro.

Tobey: Nice meeting you.

Guy #2: Nice meeting you.

[Boston - Jack and Tobey are walking back to Grams' house.]

Tobey: Wait, they can't tie their own shoe?

Jack: Ahh, it's just a hazing thing. I mean, compared to what they used to do to pledges, this is a piece of cake.

Tobey: I guess I should take comfort in that. I mean, you could be doing strange things to cattle.

Jack: What?!

Tobey: Whatever! I saw something on HBO.

Jack: No, no, no, it's not like that. Hell week is, hell week is nothing more than a way to bond all the pledges together. I mean, that's the way I look at it.

Tobey: Well, it sounds like you're having fun.

Jack: Oh, I am. I am. It's just that this week is gonna be insane. I just wish I would have known you were going to be here. I mean, I'm psyched that you're here, it's just, you know… I just won't have as much time to spend with you as I'd like.

Tobey: Yeah, but you will have SOME time, right?

Jack: Of course. I will make time. I tell you what. Tomorrow we'll tour Boston, anything you want. I just have one obligation in the morning and then I am all yours. Tobey: Cool. All right.

[Joey's Dorm - Audrey has her feet up on a desk painting her toes. Joey is using some spray cleaner to clean the desk with.]

Audrey: Jo? You just 409'd my face.

Joey: Sorry.

Audrey: What happened to low-key, no stress?

Joey: What happened to you leaving before he gets here?

Audrey: It's like 12:48. I have plenty of time to finish doing my nails. (a knock on the door) So. I'll be going now. (Joey opens the door and hugs Dawson. Audrey edges past them without even looking at Dawson.) Hi gorgeous. Bye gorgeous.

Dawson: Bye Audrey. (they walk inside and close the door) She still weird?

Joey: Getting weirder every day.

Dawson: So how are you?

Joey: I'm great. I mean, I'm okay.

Dawson: School good?

Joey: Yeah. I mean, my professor told me about this project that sounds, sounds pretty amazing. (pause) Well, it's really, it's not that big a deal. I mean, it's actually kind of confusing to me. Not that you'd be confused by it. It's just, it's hard to explain, but… How are you?

Dawson: I'm okay.

Joey: Before I forget, I have something for you. I got this at the bookstore. Umm… (hands him a book called "How to deal with your parents death") I dunno, I just thought that I would have liked if somebody had gotten it for me when my Mom…

Dawson: Thank you. It looks… very helpful. (Him and Joey begin to talk at the same time. They both stop.) Have a bunch of what?

Joey: Oh, umm, I got a bunch of movies. I thought that we could watch them and you know, hang out. Dawson: All day?

Joey: Oh, no, I mean. We don't have to.

Dawson: You know what? That's a great idea. I'm kinda beat.

Joey: I thought you might be.

Dawson: You were right.

Joey: Well, what movie do you want to watch first?

[Grams' House - Jen is on the phone.]

Jen: I'm telling you Pace, you're gonna love it. (pause) Why do you need to know what the play is? If I tell you that you're gonna love it, chances are, you are gonna… (pause) What, you don't trust me? (pause) Fine, it's Shakespeare. (she pulls the phone away from her ear and talks only into the receiver) Okay, great, so I'll pick you up at 7, see you later on tonight, bye! (she hangs up and greets Tobey who just walked in) Men, I swear, you gotta ram culture down their throats. What are you doing here? I thought that you were meeting Jack at Newberry?

Tobey: Yeah, I thought so, too, but he's not there. I figured maybe I messed up and we were supposed to meet back here. But I guess… (he looks around)

Jen: (sighs) I can't believe he flaked on you for those frat morons.

Tobey: He didn't flake. He's just running late. That's all. It's no big deal. Jen: Tobey, it is a big deal. You're here for one weekend. The very least he can do is loosen his grip on his beer bong and just be on time.

Tobey: It's not like that. He had an obligation.

Jen: I'm telling you, he's obsessed.

Tobey: He's not obsessed. He's happy.

Jen: He is turning into a pod person.

Tobey: Come on, Jack doesn't have the pod mentality. Trust me. Well, I better be getting back. I'm sure he's probably waiting for me, wondering where I'm at.

Jen: See ya.

Tobey: See ya.

[Joey's Dorm - Joey and Dawson sit and watch Charlie's Angel's.]

Joey: Want another slice of pizza?

Dawson: No, thank you.

Joey: Want another Coke? I could run down to the machine.

Dawson: No, I'm good. (On the TV, a terrible accident is taking place during the movie. Dawson turns away as Joey frantically tries to shut it off. She eventually gets the TV off.)

Joey: I just, I went right to the Comedy section without even realizing it. You must think I'm the most insensitive idiot on the planet.

Dawson: I would never think that. It's okay.

Joey: No, it's not okay, Dawson, because this is your time to freak out and I am totally robbing you of that by making this about me when it isn't and I know that it isn't and…

Dawson: And I know that you know.

Joey: See, there you go again, you're doing my job. I'm supposed to be the one making you feel better.

Dawson: You're not supposed to be doing anything.

Joey: I just kinda wanted to make this a really relaxing weekend for you. Oh, maybe Audrey was right. Maybe we should have just gone out.

Dawson: Let's go out.

Joey: Now?

Dawson: Why not?

Joey: Okay, well, my professor is throwing this thing at his house that could be kind of fun. Apparently there's gonna be Brie.

Dawson: I love Brie.

Joey: Everybody does. Okay. I'll grab my coat.

[Boston - Jen and Pacey are walking down the street.]

Pacey: Karen, she is smart, she is feisty. I can definitely feel the love connection.

Jen: Oh yeah? Is she flirting with you? Pacey: Well, if we were to go back to the third grade definition of flirting…

Jen: Hair pulling, name calling, general nastiness?

Pacey: Yes. If that were the definition, than we definitely got it going on.

Jen: God, I am so glad I'm not single anymore.

Pacey: And then there's Danny. I'm telling you, you could not create a more perfect boss. I think I finally found my mentor.

Jen: That is fantastic, Pace. What's he like?

Pacey: He's just like me, only older.

Jen: Wait, your mentor, the guy who could supposedly guide you through your life, is just an older version of you?

Pacey: Yep.

Jen: So what you're saying is, when you grow up, you just want to be yourself?

Pacey: Yeah. I'm very well adjusted. (they stop in front of a restaurant and Jen sees Charlie inside with a girl.)

Jen: Oh my God. (Pacey looks through the window)

Pacey: Isn't that your boyfriend?

Jen: Yeah.

Pacey: I thought he was working tonight?

Jen: That's what he told me.

Pacey: Oh. Well. That's funny. We should probably get off to the play… Now just wait a second. Hold on! What are you going to do?

Jen: I'm gonna go in there and beat his ass.

Pacey: Easy, Thelma. Now you don't know what's going on in there. Okay, that does not necessarily…

Jen: He told me that he was working!

Pacey: Volume! Please, volume, okay? Now obviously the two of you have had a slight miscommunication, but you are far too upset right now to deal with this. So why don't we just go off to this play, which, I might remind you, is a requirement for your schooling. So tomorrow, you give him a call, he explains…

Jen: What type of possible explanation…

Pacey: Volume! Maybe he won't explain, but either way, you'll be calmer, more rational, and ultimately happier that you waited, because when you do, you have gained the upper hand, okay?

Jen: Fine. (she rushes towards the door and Pacey grabs her, and throws her over his shoulder) Let me go! Mmph! (Charlie and the mystery girl look out the window, but too late to see Jen.)

[Restaurant - Tobey and Jack sit quietly during dinner. Neither are even looking at the other.]

Jack: Is this how you're gonna be all night?

Tobey: You could have called.

Jack: I told you, I wanted to. But since you refuse to buy a cell phone for reasons I still don't understand…

Tobey: Brain tumors!

Jack: The point is that, I had no way of letting you know that I was gonna be late.

Tobey: You couldn't stop what you were doing?

Jack: No, I couldn't.

Tobey: Why? What were you doing?

Jack: I uhh, I can't tell you that. It's part of the rules. I know it sounds stupid…

Tobey: Whatever.

Jack: Don't do that. Don't get all girlfriendy on me.

Tobey: You know, I'm gonna pretend I didn't hear that last comment.

Jack: Yeah, sorry. I didn't mean that.

Tobey: Why don't you just, not say it again?

Jack: Okay. You look really great.

Tobey: Really? Thanks.

Jack: I missed you.

Tobey: I missed you, too. (Jack's cell rings)

Jack: Sorry. (answering) Yeah? (pause) Uh-huh. (pause) Now? I'm kinda in the middle of something. (pause) Well how important? Cause, my friend's only in time for a little bit.

Tobey: It's okay.

Jack: Hold on, hold on, hold on. (to Tobey) Really? They say it's only going to take a half an hour.

Tobey: Go.

Jack: (into phone) I'll be there. Okay. Later! (hangs up) You are amazing, you know that, right?

Tobey: That's what all the boys say.

Jack: Tell you what. Meet me back at the house in a half an hour. It's still early, so then we can do whatever you want.

Tobey: Okay, have fun. (he leans forward for a kiss, but Jack rushes out)

[Theater - Jen and Pacey climb over people to their seats.]

Pacey: Excuse me. Whoa. Okay. Ooh. Othello, huh? You think you can give me the Cliff's Notes version?

Jen: Othello is about a man who is convinced that his wife is cheating on him, so he kills her and then he kills himself. (Jen gets up and leaves. Pacey follows.)

[Wilder's House - Joey and Dawson walk in.]

Wilder: Joey, you made it. (Joey waves)

Joey: You want to come meet my professor?

Dawson: No, I'm gonna see what's in the kitchen first.

Joey: Do you want me to come with you?

Dawson: Hold my hand?

Joey: I'll be over here.

Dawson: Okay. (Dawson goes into the bathroom and washes his face.)

[Boston - Jen and Pacey are back outside the restaurant. Jen has basically pushed Pacey all the way there, because he's been trying to block her.]

Pacey: I just wanted it noted for the record that I think this is a very, very bad idea.

Jen: You said that already. (she shoves him out of the way)

Pacey: (he tries to hold her back, but she pushes him into the restaurant completely) No, no, but I want it noted for the record, like you know, make it official. You know, go home and type it up, maybe.

Jen: (approaching the table quickly) Charlie Todd? What a coincidence. Oh my God. (to a table near by) Do you guys mind if I borrow this chair for a second. Thank you. (she drags it over to Charlie's table)

Jen: Hi. Hi. How are you? (noticing two glasses of coffee with whipped cream on top) Ooh, coffee. You know, I would really love a cup of coffee. Do you mind if I…? (grabs one) I really do hope this is iced. (she dumps it in Charlie's lap.)

Charlie: What are you..?

Jen: (spooning whipped cream from the second coffee into Charlie's lap) How about some whipped cream, huh? That is really tasty stuff.

Charlie: Jennifer Lindley. Meet Elise Todd, my sister. Elise, this is Jen, the girl I was telling you about.

Elise: Hi.

Jen: Your sister? (Pacey laughs from the host stand) I'm so… Ohh.

[Frat House - Jack and Moskowitz and 2 are waiting around.]

Moskowitz: Your vibes all tweaked, man. What's going on?

Jack: Nothing. I'm just wondering how much longer this is gonna take.

Moskowitz: Well, they're sending us in one at a time. My guess is we're being fitted for blazers.

Guy #2: Or getting our keys to the house.

Moskowitz: It's possible. Word is on the street is that tomorrow is our last day.

Jack: Initiation's tomorrow? I thought we had, like, a whole other week left.

Moskowitz: That's just what I'm hearing. I could be wrong.

Jack: Oh, I hope you are, 'cause if I have to come back in here tomorrow, I am in the dog house for certain.

Moskowitz: Man troubles?

Jack: No, no, no.

Moskowitz: Let me guess. He's not really diggin' you spending all your time with the fellas. He's wantin' to know where you been and what are you up to.

Jack: It's a little more complicated than that, all right?

Moskowitz: Dude, my girlfriend is the same way.

Guy #2: Mine keeps asking me what we do here. I'm all, "if I told you that, you'd be one of my brothers."

Moskowitz: You gotta draw the line for him, Jack-O.

Guy #2: He's right.

Jack: Guys, come on. I mean, he flew all the way out here just to see me.

Moskowitz: Yeah, what's that about? He's pretending this is some sweet move, when really it's a hostile takeover.

Guy #2: Thank you.

Moskowitz: If he cared, he would have called first, made sure the timing was right, then booked the flight.

Jack: Well, maybe he just wanted to surprise me.

Moskowitz: What kind of weak-ass move was that? He said, "oh, hey, surprise. Here I am." Now, you gotta spend all your time with me, and you can't go meet anyone new.

Jack: Well, what are you saying, that he came out here to check up on me? There's no way.

Moskowitz: He's a clever dude, man. He is well aware of the hot guy quotient at this campus. Do you think little Tobey doesn't know that you could have your pick of the litter?

Guy #2: You do dress well.

Jack: Thanks.

Moskowitz: Dump the chump and move on with your life.

Guy #2: Plenty of other fish in the sea, dude.

Moskowitz: It's time to go swimmin'.

Guy #2: Be the shark.

[Wilder's House - Dawson is in the kitchen, watching Joey. A girl walks up to him.]

Girl: You look thirsty. You want a glass of wine or something?

Dawson: No. Actually, where'd you get that bottle of water?

Girl: Oh, here. Take mine. (Dawson drinks her water) Don't worry. I have no germs to speak of. I Listerine, like, 5 times a day. I'm totally addicted. So, what's your name? Do you go to Worthington?

Dawson: No, I'm sorry-- is it warm in here? I'm--I'm really warm. Are you warm?

Girl: You want me to open a window?

Dawson: Yeah, that would be great. Thank you. (she opens the window, but when she turns around, he's gone.)

Dawson: (approaching Joey) I'm sorry. We have to go.

Joey: Is everything ok?

Dawson: I'm fine.

Joey: Oh, professor Wilder, this is-

Dawson: I'm sorry. I have to go right now.

Joey: Uh, I'm really sorry. (outside) Dawson, what's going on?

Dawson: I don't know. I just-- I couldn't stay in that house for another second. I'm sorry.

Joey: That's fine, it's just you're the one who wanted to go out.

Dawson: I know. I know. The other day I was-- I was in the grocery store, just waiting in line, and I couldn't wait anymore. There were only 2 people in front of me, and I just-- I knew if it didn't get out of the store that second, I felt like I was gonna explode. It's just the weirdest feeling. It's like a total, complete loss of control.

Joey: But you didn't lose it. You held it in and you walked out.

Dawson: Yeah, but I hate not knowing where that feeling came from. I mean, it's just-- it's just this random emotion. It just completely blindsided me out of nowhere.

Joey: Is that how you felt tonight?

Dawson: Yeah. I wanted to go out. I did. I wanted to get out. But as soon as we walked-- the second we walked through that door, I didn't want to be out anymore. I just, like, changed my mind. I just completely changed my mind for no good reason.

Joey: Listen, that's allowed. It's allowed.

Dawson: I know, but it was, like, a million degrees in there, too, right? I mean it was hot in there, right?

Joey: Yeah. It was.

Dawson: Yeah. I mean, that did-- that didn't help.

Joey: You know, maybe you're getting sick. Flu's going around.

Dawson: Yeah. Yeah, that-- that's probably it. It's... would you mind if we just went back to the dorms?

Joey: No. That's fine.

Dawson: Great.

[Boston - Jen and Charlie are walking down the street.]

Jen: So, I saw you holding her hand, and I don't know, I--I just-

Charlie: I was looking at her engagement ring.

Jen: Oh, wow. She got engaged? That's so nice.

Charlie: Yeah. I'll be sure to congratulate her for you.

Jen: Ok, look. In all fairness-- not that I deserve fairness of any kind-- but--but you did tell me that you would be working.

Charlie: My shift got switched, all right? I was gonna call you, but I knew that you'd be at the play. Then my sister called me and told me that she had big news. And the rest... well, it's on my pants.

Jen: I can wash those for you. In fact, I could do your laundry for a week. A month. A month. I can do your laundry for a whole month. How's that for an apology?

Charlie: That's a start.

Jen: I screwed up. I'm sorry.

Charlie: Listen, Jen, you have to learn to trust me. I mean, think about it, all right? What if I would have seen you with your friend Pacey? Would it have been cool for me to just jump to conclusions?

Jen: No.

Charlie: No. And I wouldn't have. Why? Because I trust you. Because I realize that we have something very special here.

Jen: You are absolutely, 100% right.

Charlie: Of course I'm right. I'm always right.

Jen: Hmm. Gonna let that one slide, but only because you have whipped cream on your crotch.

Charlie: Yeah, yeah. Come here. Come here.

Jen: I'm sorry.

[Gram's House - Tobey is watching TV when Jack walks in. He tentatively approaches the couch.]

Jack: I am so sorry.

Tobey: Forget it, Jack. I don't care what you were doing.

Jack: No, listen. We were-

Tobey: I said I don't care! I don't wanna hear it!

Jack: How can I make this better, huh? Huh? Come on. What do you want me to do?

Tobey: I want you to tell me the truth. I want to hear you say that your fraternity is more important to you than I am. It's true, isn't it?

Jack: It's just not that easy, Tobey. You're here for one weekend. I'm--I'm here for 4 years. What am I supposed to do when you leave tomorrow? Huh? Wait around till I can scrape up some money to go see you? We're supposed to do that for how long?

Tobey: Until--I don't know!

Jack: Look, I need to develop a social life here, all right? And I have. And for the first time in my life, I'm doing it while being honest and-- and open about who I am. I didn't even have to compartmentalize myself to anyone to make it easier on them.

Tobey: What are you talking about?

Jack: When I first moved to Capeside, ok, everyone got to know me as Andie's brother. And then it was Joey's artist boyfriend. And then I told everyone I was gay, and suddenly, for the rest of high school, that's all I was. Jack, the gay guy.

Tobey: That is not all that you were to them.

Jack: Well, maybe not, but that's how it felt. So, when Sigma Epsilon asked me to pledge, I wanted to tell them the truth up front, ok? Right away, so I didn't have to go through all that again. Look, the amazing thing was that these guys already knew, and they didn't care, all right? They wanted me to join their fraternity knowing everything there is to know about me. Tobey, they wanted me. So now I just get to be Jack. No labels. I mean, I thought you of all people would understand how important this is to me. God! I guess maybe they were right.

Tobey: What--they who? You talked about our relationship with total strangers?!

Jack: No, they're my friends!

Tobey: You just met them, Jack. My God, just because they know you're gay doesn't mean they know you. And they certainly don't know me. How could you think that they would understand what our relationship is about?

Jack: Whoa, whoa! Relationship problems are universal. You don't have to be gay to understand the concept of a jealous boyfriend!

Tobey: You think I'm jealous of your frat buddies?

Jack: If that's not it, then what is it?

Tobey: I want to be a priority.

Jack: You are.

Tobey: No, not one of your priorities. It is not enough that I make the top 3. You come first to me. No matter what I'm doing, or--or how far away I am, you are my first priority. I--I wonder what you're up to. I think about ways that I can make you laugh with a stupid e-mail or a care package. I think about you. God, when I'm with you, when I am not with you, no matter what is going on in my life, you are my first priority. But...clearly, I am not to you. Not anymore. And that's the truth, isn't it? (he walks out)

[Restaurant - Pacey starts work in the kitchen when Karen walks in.]

Pacey: Ah, Karen Torres, the light of my life. The cherry flavored Kool-Aid in my cup.

Karen: Morning, freak.

Pacey: How is it that we always end up working the same shift together? You think its fate? Destiny working in our favor?

Karen: Or could it be the fact that you check to see what my shifts are before asking for yours?

Pacey: That is a very cynical way of looking at it. It's true, but cynical. (she smiles a little at Pacey and walks out) And she smiles. My day is made.

Emily: (walking in) Danny's not here yet?

Pacey: Uh, no, he's not. May I-

Emily: Emily. Danny's wife. I'd shake your hand, but I don't want to get you sick.

Pacey: I guess that means last night wasn't too much fun, huh?

Emily: Not unless you call going through 8 boxes of Kleenex fun. Anyway, Danny left his wallet home again, so here. Nice meeting you, Pacey. Danny's been talking about you nonstop. Apparently, you're his new favorite. (She leaves. Pacey thinks about the situation.)

[Joey's Dorm - Dawson is packing his bag.]

Joey: Don't forget your toothbrush.

Dawson: It's in there. Joey, thank you.

Joey: For what?

Dawson: For taking me in, getting me out. All evidence to the contrary, you really did make me feel better.

Joey: I did?

Dawson: Yeah. Of course you did. (they hug) So, I should get going.

Joey: You know, you're welcome here any time, Dawson.

Dawson: All right. I'll, uh-- I'll call you soon. (Dawson leaves, and Joey leans against the door. She walks towards her bed and finds the book she gave Dawson laying on it.)

[Gram's House - Jen and Tobey stand outside waiting for Tobey's cab to come. Tobey continues to look down the street for Jack.]

Jen: I don't think he's coming, Tobey.

Tobey: I know. I just can't help looking. What is that?

Jen: What is what?

Tobey: That stupid fantasy you have where the guy who broke your heart suddenly realizes he's made the biggest mistake of his life, and he finds you? Wherever you are, he comes running up to you, and he says, "I can't live without you. You are my entire universe, and if you don't take me back right now, I will never love anyone again." Where's this fantasy come from?

Jen: Movies. Television. And that little place in your heart that harbors hope. He's gonna regret this, you know. (the cab pulls up)

Tobey: Yeah, maybe. Maybe not. The thing is, we tell ourselves that to make ourselves feel better, but the truth is, somebody always gets hurt worse... every breakup. This time it's me. Come here. (they hug) Gotta go. Oh, hold onto that Charlie. He seems like he could be a good egg.

Jen: I will.

Tobey: I really thought he'd come.

Jen: Come on.

[Restaurant - Pacey is working when Danny comes in. He sets a cup of a coffee down for Pacey.]

Danny: (turning Pacey's hat around) I left the keys to your boat in your drawer.

Pacey: Thank you.

Danny: No, thank you. My wife had a fantastic time. (he walks off and Pacey watches him go.)

Pacey: I'm glad.

[Grams' House - Jen is packing a basket with food when Jack walks in. He is wearing his Sigma Ep blazer.]

Jack: I did it. I'm officially a brother! Whoo!

Jen: Congratulations. You officially suck.

Jack: Whatever. I gotta go-- I gotta go change.

Jen: You broke his heart. Do you care? Because you don't seem too bent out of shape about it.

Jack: Jen, what do you want from me?

Jen: I want you to take a second and think about what you gave up today.

Jack: You--you don't think that I know?

Jen: I have no idea. I mean, I don't even feel like I know you anymore. We haven't really been friends since you got involved with this--this frat.

Jack: Or maybe since you started seeing Charlie.

Jen: That's not fair.

Jack: Why should I be fair, Jen? You haven't been fair to me in months.

Jen: Is this about us? Because I thought it was about you and Tobey.

Jack: It's all the same! Look, we are all growing apart, ok? So maybe I wanted to spare Tobey a little bit of pain.

Jen: What does that mean?

Jack: It means I-- I want to--I want to meet new people, ok? I want to have new experiences, and I don't want to have to worry about-- about hurting somebody else in the process.

Jen: Well, maybe you should have told him that.

Jack: I'm telling you that.

Jen: Ok. I have to go. Um... Charlie has a class and I have to-

Jack: Yeah.

[Charlie's Dorm - Jen enters the building with her basket of food and a "Sorry" balloon. As she walks around the corner, she sees Charlie come out of his room with some girl. Jen ducks back behind the wall, pulling the balloon out of sight. She peeks back around the corner as Charlie pins the girl against the wall and kisses her. He goes back into his room and the girl walks past Jen and out of the building.]

[Joey's Dorm - Joey is laying on her bed as Audrey jumps up and down and stretches, preparing for their morning jog.]

Audrey: Ok... ok, Potter, let's go. I got my portable fan, I got my water bottle, I got my new glittery lipstick, which, by the way, rocks! I am ready to jog! And you're not happy.

Joey: No, I am happy. That's the problem.

Audrey: Uh-huh. Because you're neurotic?

Joey: No. Because I shouldn't be happy. I mean, my best friend in the entire world just left. I haven't seen him in almost a month, and as soon as he walked out of the door I felt relieved. How horrible is that?

Audrey: It's not horrible. That's honest.

Joey: Why do I feel so guilty? (Audrey sits on Joey's bed and rubs her leg in compassion. She notices Dawson's book.)

Audrey: Yeah... he didn't want the book?

Joey: I don't know. Maybe he forgot it, or maybe it was his way of telling me to butt out, but, I mean, truthfully, I didn't think the book would even help.

Audrey: Why'd you get it then?

Joey: Well, because-- because I knew that as soon as I saw him everything that I wanted to say to him would get totally fumbled and I would forget the words, and I wanted him to know how I felt. And I didn't want to write an e-mail because it just-- it's so impersonal, and... The thought of writing a letter just felt weird.

Audrey: No. Agreed. Actual letters have a very grandma... hokey... sleep away camp kinda feel to 'em.

Joey: Right. So, I got him this book, and I wrote this inscription, and now he'll never read it. And all he'll remember from this weekend is what a big freak I was, and all I'll remember is how I feel right now, which is just-- is thoroughly exhausted.

Audrey: What do you say we skip the jog and go straight for the iced cap frappy thing?

Joey: I'll change my clothes. (she goes into the bathroom.) Hey, Audrey... thank you.

Audrey: (throwing Joey her lipstick) Hey... try the glitter lipstick. It's really fun.

Joey: Ok. (Audrey opens the book and reads the inscription. Joey's voice over) "Dear Dawson, when something like this happens, you wanna reach out and grab the people around you, the ones who matter the most. The ones you take for granted all the time. And you want to take those people and hold onto them as tight as you can, tell them how precious they are to you, how knowing them makes your life better every single day that you're living it. Because when something like this happens, you realize how awful it would be if they didn't know, if they weren't aware of the profound effect they've had on your life. So, I want to take this moment to tell you that I love you, Dawson, and I'm here for you... now, forever, and every day in between. Love, Joey."

[End credits.]

The End


Source : www.multimania.com/rossnm

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

Fuffy 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play