VOTE | 148 fans |

#502 : Joey Potter à l'école des C

Titre en VO : "The Lost Weekend" - Titre en VF : "Joey Potter à l'école des C"
¤ USA : diffusé le 17/10/01 - France : diffusé le 02/02/02
¤ Scénario : Gina Fattore - Réalisation : David Petrarca


Pour Dawson, c’est le dernier jour à Boston : il doit prendre son avion pour retourner à Los Angeles. Mais la vie à Boston le tente, auprès de ses amis... Restera-t-il ?

Joey, elle, collectionne les C en cours de littérature et désire arrêter ce calvaire.

Jen pense toujours à Charlie, le garçon qu’elle a rencontré lors de la fête dans l’épisode précédent.
Nos héros parviendront-ils à leurs fins ?

joey/wilder et dawson/audrey 502
joey/wilder et dawson/audrey 502

  

jen et charlie à la radio + pacey 502
jen et charlie à la radio + pacey 502

  

dawson/audrey et pacey au resto 502
dawson/audrey et pacey au resto 502

  

le garçon avec qui j'ai passé le plus bel été
le garçon avec qui j'ai passé le plus bel été

  

Plus de détails


~~~~~~~~


Dawson a passé tout son week-end à Boston, avec ses amis.

Lors de son dernier jour, il écoute le message que Joey lui avait laissé sur son répondeur, lui disant qu’il fallait qu’ils tirent un trait sur leur passé.

Jen ne cesse de penser à Charlie, mais elle ne sait pas comment le retrouver. Par hasard, en se promenant en ville, Jen et Jack tombent sur Charlie, qui anime l’émission de radio du Campus.

Joey demande à son professeur de littérature de signer un bulletin de désistement pour son cours. M. Wilder lui signe l’attestation avec un peu de rancœur, mais il le fait avec un faux nom, ce que son élève ignore…

Audrey se transforme en guide et fait visiter le Campus à Dawson qui se retrouve donc séparé de Joey pour cette journée.

Jen est invitée dans le studio de Charlie. Elle lui reproche de ne pas lui avoir donné son numéro, et échange des paroles avec lui à l'antenne ! Charlie lui explique qu’il pensait qu’elle était avec Jack.

Pacey sort avec une fille qui se nomme Mélanie. Son frère lui demande de passer voir un de ses amis pour travailler dans un restaurent.

D’abord réticent, Pacey finit par accepter d’aller voir cette personne à condition que Doug le laisse tranquille par la suite.

Audrey demande à Dawson s’il se plait vraiment à Los Angeles. Elle lui fait remarquer que le fait de quitter l’endroit où il étudie et parcourir des milliers de kilomètres simplement pour voir des amis lui semble étrange.

Pacey rend visite à l’ami de Doug, le chef cuisinier. Il lui explique qu’il vient le voir uniquement pour faire plaisir à son frère.

Il refuse donc le poste de plongeur que lui offre Dany, le chef cuisinier.

Jen et Charlie parlent de leur passion commune, la musique, jusqu’au moment où Jen l’embrasse et qu’ils se glissent sous les draps…

Joey patiente dans une immense queue pour remettre sa carte de désistement au secrétariat. Elle rencontre alors Dawson et Audrey ! Joey semble alors très tendue et presque jalouse, étant donné qu’elle ignorait que sa colocataire soit la guide.

Arrivée au secrétariat, Joey apprend que son professeur lui a joué un sale tour en signant « Oscar Wilde » ! Elle ne pourra donc pas quitter le cours.

Pacey et Mélanie sont au restaurant. Quand l’addition arrive, Mélanie, qui est une fille très riche, exige de payer au moyen de la carte de crédit de son père. Pacey accepte à contre cœur et se trouve mal à l’aise de ne pas avoir les moyens financiers nécessaires.

Charlie et Jen ont fait l’amour. Cette dernière se réveille et se met dans tous ses états : elle est en retard et veut absolument partir. Charlie réussit à la convaincre de rester et ils retournent se coucher pour un nouvel épisode...

Joey va demander des explications à son prof de littérature ! Celui- ci lui explique qu’elle possède un véritable talent et qu’il serait dommage de baisser les bras. Joey explique son histoire avec Dawson et Wilder lui demande de tout mettre sur papier.

Audrey propose à Dawson de l’embrasser et celui-ci est prêt à accepter, mais Audrey finit par refuser par égard pour Joey.

Dawson lui explique qu’il n’a plus de stage à Los Angeles et qu’il n’y a plus grand-chose qui le retient là-bas…

Après avoir lu le travail de Joey, son prof finit par signer sa carte de désistement. Elle reçoit un A pour le travail qu’elle a rendu. Cette note lui redonne confiance et Joey finit par jeter sa carte. Par conséquent, elle continuera à fréquenter son cours de littérature.

Pacey est de retour chez le chef cuisinier. Il demande à être cuisinier et Dany accepte.

Après s’être fait engager, Pacey rencontre une femme qui travaille elle aussi au restaurant.

Joey cherche Dawson et trouve seulement Audrey, qui lui explique que Dawson était déçu du message qu’il avait entendu sur son répondeur. Il était donc parti plus tôt que prévu.

Joey fonce à l’aéroport pour retrouver son ami ! Celui-ci l’envie de la vie qu’elle a à Boston, entourée de tous ses amis. Dawson finit par décider de ne pas prendre son avion, de rester à Boston et de ne pas tirer un trait sur son amitié avec Joey. Ils restent donc à discuter, dans la salle d’attente déserte…


Résumé écrit par Karim. Grand merci.
[Chambre de Joey et Audrey. Dawson est au téléphone tandis que Joey regarde un livre assise à son bureau]

DAWSON : (raccroche) L’avion est à l’heure c’est bon
JOEY : Oh c’est pas vrai
DAWSON : Quoi ?
JOEY : C’est le dernier jour aujourd’hui si je veux laisser tomber l’expression écrite
DAWSON : Je croyais que tu adorais ce cours
JOEY : Ouais enfin si tant est que je puisse aimer un cours ou on a que des « C » ça gâche un peu le plaisir
DAWSON : Fais ce que tu as à faire je peux rester seul une heure
JOEY : T’es sur ?
DAWSON : Ouais absolument (Il reprend son téléphone et compose un numéro)
JOEY : Tu appelles qui ?
DAWSON : Mon répondeur. Vous avez un nouveau message. C’est toi un message de vendredi, tu as appelé vendredi ?
JOEY : (surprise) T’as pas eu mon message ?
DAWSON : Non (Il l’écoute) On dirait que tu étais saoule
JOEY : (se lève et essaye d’attraper le portable) T’as deviné j’étais saoule allez rends moi ce téléphone
DAWSON : Non, non attends
JOEY : Les gens ivres morts devraient avoir le droit d’effacer leur message s’il te plaît donne
DAWSON : Non, non, non je l’écoute jusqu’au bout. Un type t’a dragué, un type très sympa (Rigole)
JOEY : Oui et tellement sympa qu’il a couché avec Audrey s’il te plaît Dawson ! (Elle essaye de prendre le téléphone)
DAWSON : (l’en empêche) Non Joey j’arrête
JOEY : Donne moi ce téléphone
DAWSON : Arrête laisse moi t’écouter (Joey abandonne et s’assoit. Le visage de Dawson tombe en écoutant le message, celui de Joey également, Dawson raccroche) J’ai l’impression d’avoir sauté un chapitre
JOEY : Dawson…j’étais saoule je me souviens plus de la moitié de ce que je t’ai dit
DAWSON : Tu m’as dit « adieu » essentiellement. Ça j’aurais préféré l’entendre avant de prendre l’avion et de faire des milliers de kilomètres pour venir te voir. Est-ce que tu comptais m’en parler ?
JOEY : Pourquoi je t’en aurais parlé ? Tu ne disais rien. Et puis quand je t’ai appelé je ne me sentais vraiment pas bien alors…j’étais furieuse
DAWSON : Au nom de quoi ?
JOEY : Ben j’en sais rien furieuse que tu…furieuse que tu ne soies pas venu me voir, furieuse que…furieuse qu’on n’ait toujours rien réglé
DAWSON : Je croyais au contraire qu’on avait tout réglé. Du moins avant d’avoir ce message je croyais qu’on s’était dit tout ce qu’on avait à se dire et il y a 3 mois de ça dans ma chambre
JOEY : (visiblement irritée se lève et va prendre ses affaires) Génial dans ce cas y a plus rien à ajouter
DAWSON : Joey (Audrey arrive en serviette sortant de la salle de bain)
AUDREY : Salut. Oh, oh c’est quoi le problème ?
JOEY : Euh…c’est le dernier jour de Dawson ici et je voulais lui faire visiter le campus mais comme j’arrête le cours d’expression écrite, il faut que je passe au secrétariat
AUDREY : Hum ben ça alors quel dilemme. J’ai la solution, ils organisent des visites guidées du campus, ça n’a rien de très folichon mais c’est pas non plus le truc insupportable
JOEY : Ca sent le bon plan
DAWSON : Ouais parfait…oui
JOEY : (énervée) Bien problème résolu (elle part)
AUDREY : Au revoir. Faut avouer qu’elle est pas très évidente dans son genre

[Rue de Boston. Jen et Jack marchent l’un à côté de l’autre]

JEN : Il m’appellera pas
JACK : Il appellera
JEN : Il n’a même pas mon numéro de téléphone
JACK : Il trouvera ton numéro de téléphone
JEN : Comment ?
JACK : Il se débrouillera. A quoi ça sert à ton avis toutes ces avancées technologiques ? Ca sert à aider les gens à retrouver la trace d’autres gens qui les attirent sexuellement. Jen fais moi confiance d’accord ? Ce type va te retrouver et quand il t’aura retrouvée jette toi sur lui immédiatement parce que de toute évidence tu en meurs d’envie
JEN : Que j’en meure d’envie ou non les filles bien élevées ne se jettent pas comme ça sur les mecs. Jack les filles qui font ça sont des Marie couche toi là aux yeux de la société
JACK : Oh mais oui c’est vrai ça d’ailleurs tu es une Marie couche toi là sauf qu’en réalité tu n’as couché avec personne depuis que je te connais et si on se cantonne à des faits concrets, j’ai embrassé plus de garçons que toi durant toute cette année
JEN : Je regrette c’est faux
JACK : J’ai embrassé un garçon combien t’en as embrassé ?
JEN : Un moi aussi
JACK : Et combien d’hétérosexuels.
JEN : Bon d’accord aucun. (Jack lève les bras pour se déclarer vainqueur et traverse. Jen le suit) C’est nul ce genre de concours !
JACK : Ce qu’il faut intégrer c’est qu’on est à la fac aujourd’hui, personne ne nous surveille là, on est libre Jen (Il s’arrête en plein milieu du trottoir)
JEN : Qu’est ce qu’il y a ?
JACK : Ben y a qu’on s’est perdu (Il sort une carte)
JEN : Mais, mais qu’est ce que tu fais ?! Eh !
JACK : A ton avis ?
JEN : Ca t’ennuierait beaucoup d’être discret j’ai pas du tout envie qu’on nous prenne pour deux pecnos qui ne savent pas ou ils vont
JACK : Aide moi près de quoi on est là ?
JEN : Euh ben on est près de la station radio (Elle regarde dans la station de radio et voit Charlie) Oh mon dieu Jack, Jack ! Range ton plan, range ton plan, range le ! Sinon il va croire que je lui cours après
JACK : Mais il n’y a aucun doute là-dessus, tu lui cours après, tu as passé ton week-end à cocher tous les Charles dans l’annuaire du campus allez vas y
JEN : Il n’a pas besoin de le savoir ça (Charlie les voit et regarde surtout Jen) Ah ! Il me sourit, il me fait signe
JACK : Mais oui il te fait signe (Il se lève et écrit quelque chose sur un panneau) Tu lui plais je te l’avais dit t’as vu ? (Il colle le panneau contre la vitre) Qu’est ce qui te faut de plus hein ?
JEN : (Le panneau dit « entrez » mais il est posé à l’envers) Il l’a mis à l’envers ?
JACK : Ca change rien allez hop !

[Worthington. Joey et le professeur Wilder descendent les escaliers en parlant du désistement de Joey]

WILDER : Vous pourriez renoncer à un autre cours je ne sais pas l’initiation à la peinture sur soi ou la broderie ancienne
JOEY : Vaut mieux entendre ça que d’être sourd
WILDER : Je dois reconnaître que je ne m’y attendais pas. D’habitude je les repère vite ceux qui vont abandonner, ils ont l’air gêné, le regard fuyant mais…mais ça n’arrive pas souvent je précise. Le bruit court que certains iraient même jusqu’à tuer rien que pour venir assister à un seul de mes cours
JOEY : Je sais
WILDER : Vous devez vous estimer heureuse d’être mon élève. J’accepte rarement des premières années, elles ont toujours tendance à…à angoisser face à la charge de travail qui les attend. Ce n’est pas votre cas mademoiselle Potter si ? Ce n’est pas lié à cette angoisse ?
JOEY : Non pas tout a fait
WILDER : Vous n’avez pas fini la refonte de votre histoire c’est ça ? Où vous parliez de ce garçon et d’un baiser ?
JOEY : J’ai essayé vous pouvez me croire j’ai essayé mais…les choses sont compliquées en ce moment, très compliquées
WILDER : Oh je vois, plus compliquées que vendredi ?
JOEY : Oui
WILDER : Et quand c’est compliqué c’est mauvais ?
JOEY : Oui
WILDER : Des changements ont eu lieu depuis vendredi ?
JOEY : Oui
WILDER : Vous avez changé depuis vendredi ?
JOEY : Oui
WILDER : Vous avez changé depuis vendredi ?
JOEY : Oui…non ! Non, non rien n’a changé
WILDER : Rien n’a changé mais c’est subitement plus compliqué et vous voulez à tout prix quitter le cours
JOEY : Attendez ! J’ai trop de cours vous comprenez ? Je ne savais pas ce que je voulais étudier, votre cours avait l’air sympa…
WILDER : Mais il est sympa 9,4 sur 10 dans l’équipe de l’an dernier
JOEY : D’accord je l’admets j’ai été stupide de foncer comme ça c’est vrai vous m’aviez prévenu que ce serait dur et il n’y avait pas que vous d’ailleurs. J’ai sans doute cru que j’y arriverais
WILDER : Et qu’est ce qui vous pousse à croire le contraire ?
JOEY : J’angoisse en permanence c’est révélateur
WILDER : Très bien. Au fait…le nombre de défections c’est secondaire je vous ai menti ça arrive souvent. Et à chaque fois c’est comment se faire larguer par sa première petite amie (Il signe le papier et le rend à Joey) Je vous souhaite bonne chance mademoiselle Potter

[Campus. Audrey et Dawson marchent]

AUDREY : Alors Dawson pas trop contrariée de devoir passer une partie de la journée avec moi ?
DAWSON : Non, non pas du tout. D’une certaine façon c’est même mieux que Joey et moi soyons chacun de notre côté. Si on avait passé toutes ces heures ensemble on aurait fini par se dire des choses qu’on aurait regrettées ensuite
AUDREY : Du style ?
DAWSON : Du style pourquoi je laisse cette fille me gâcher la vie ?
AUDREY : Ohhhh !
DAWSON : Pardon je ne devrais pas parler de ça avec toi
AUDREY : Non arrête t’as pas à t’excuser mais je te rappelle que je vis avec cette fille
DAWSON : Ca t’arrive quelquefois de te demander comment quelqu’un d’aussi brillant peut être aussi stupide ?
AUDREY : Tous les jours. D’accord. Voilà on y est
DAWSON : On est ou ?
AUDREY : C’est ici que la visite guidée du campus commence
DAWSON : Mais y a personne
AUDREY : Ouais c’est souvent comme ça. Entre nous la visite du campus n’a rien de très intéressant. N’empêche que le spectacle doit continuer même si il n’y a personne. Bon allez on y va ?
DAWSON : Ou ça ?
AUDREY : Visitons le campus Dawson ?
DAWSON : Mais y a pas un chat
AUDREY : Mais si voyons tu es là toi…et je suis là moi
DAWSON : C’est toi le guide
AUDREY : Bingo ! Ne me remercie pas tout de suite pour cette journée excitante

[Station de radio. Jen entre et s’assoit en face de Charlie, elle met le casque]

CHARLIE : Charlie Todd à la console et au micro pour vous passer de la musique déprimante à souhait comme tous les lundis matins sur WVCW. Tout ce qu’il y a de plus flippant et plus mortel, tout ce qui s’apparente à de la soupe de près ou de loin. Nous venons d’avoir une nouvelle demande pour un classique de Smith « Girlfriend in a coma ». Vos désirs étant bien sur des ordres on le passe tout de suite
JEN : Oui euh je suis désolée on ne va pas vous passer ce titre
CHARLIE : (chuchotant) On est à l’antenne ?
JEN : Je sais j’ai tourné le bouton
CHARLIE : Ma nouvelle productrice chers auditeurs elle s’appelle Jen…Jen…oh la situation n’est pas facile à gérer là, je ne connais que son prénom votre nom c’est…
JEN : Lindley, Jen Lindley. N’est ce pas consternant chers auditeurs cette tendance à toujours oublier les noms des pauvres gens qui sont dans l’ombre ?
CHARLIE : C’est vrai, sincèrement navré. J’ai cru comprendre que vous aviez un problème avec « Girlfriend in a coma » ?
JEN : Oui on ne l’écoutera pas. Bon en fait le problème avec les radios d’étudiant c’est qu’il y a toujours beaucoup trop de demandes pour des génies bisexuels et incompris
CHARLIE : Vous êtes dure
JEN : Il faut bien parfois. Alors Charlie le DJ qu’y a-t-il entre vous et la radio ? Ca vous éclate de parler à des gens qui ne peuvent pas vous répondre ?
CHARLIE : Non ce qui m’éclate c’est la musique
JEN : Bien alors pourquoi des rockeurs morbides ? Pourquoi pas des rappeurs, des punks dans le genre des Ramones ?
CHARLIE : Oh Jen je sais grâce à ma grande expérience que la plupart des gens ont peu d’énergie le lundi matin
JEN : Et pour quelles raisons Charlie ?
CHARLIE : Et bien parce que…ils sont sortis tout le week-end et qu’ils ont fait des trucs débiles qu’ils regrettent
JEN : Ou qu’ils n’ont rien fait ce qui est aussi regrettable. Est il possible que vous soyez d’accord avec moi là-dessus ? On regrette plus les choses que l’on a pas faîtes que celles qu’on a faîtes. Par exemple à l’issue d’une première rencontre ne pas donner son numéro de téléphone perso
CHARLIE : Oui Jen vous avez raison c’est souvent un oubli tragique sauf si la fille…excusez moi la femme en question vous a méchamment agressé et qu’elle a apparemment un petit ami…grand, joli garçon, cheveux bruns
JEN : Oh ça y est je crois que j’ai connecté. C’est une émission pour garçons hétéros, déprimés, coincés qui baissent tout de suite les bras face à des garçons manifestement homos en T-shirt branché ? Honnêtement je ne comprends pas que l’université tolère un programme aussi limite et je pense que nous allons devoir changer cet état de choses sans attendre…
CHARLIE : Ok on va passer le morceau de Smith et ensuite quand on sera plus détendu, on en reparlera

[Bateau où Pacey vit. Il sort avec un polaroïd à la main tandis que Mélanie essaie de lui enlever]

PACEY : Merci je la garde !
MELANIE : Oh Pacey ! Non !
PACEY : Quoi ? J’ai pas le droit de garder un souvenir de mon voyage ?
MELANIE : Si mais pas celle là ! (Elle la lui reprend)
PACEY : Tu veux que je te dise ? J’adore les français. Ils débarquent dans les Caraïbes, ils colonisent les îles, ils détruisent les civilisations indigènes et par quoi ils les remplacent ? Par des plages naturistes. Jamais ils n’auraient pensé à faire ça les Anglais celle là tu vois je la garde (Il lui vole et l’embrasse)
MELANIE : D’accord t’as gagné mais discret je voudrais pas que mon oncle tombe dessus
PACEY : Ne t’inquiète pas et souviens toi que ce n’est plus son bateau, c’est le mien
MELANIE : Oh c’est vrai ou avais je la tête ? (Elle l’embrasse)
PACEY : Et oui
MELANIE : Je dois y aller. Retrouve moi tout à l’heure chez…
PACEY : Oui je viendrai mais c’est contre mon gré
MELANIE : Oh j’ai pas le droit de t’avoir pour un autre repas que le petit déjeuner. Et mets la chemise que je t’ai offerte d’accord ?
PACEY : Oui madame
MELANIE : Très bien (Ils s’embrassent et se disent au revoir, elle descend du bateau. Doug arrive et la voit partir)
DOUG : Si je ne me trompe pas c’est la fameuse Mélanie
PACEY : Oui Mélanie Shay Thompson. Dis moi Douggie pourquoi trois noms ? Pourquoi ils portent toujours trois noms les gens friqués ?
DOUG : Oh j’en sais rien c’est peut être parce que plus ils ont de prénoms plus ils ont de chance d’hériter de ceux dont on leur a donné le prénom. Je serais curieux de savoir ce que tu comptes faire de ta vie Pacey
PACEY : Oh et c’est reparti. T’es sur que cette conversation te branche toujours toi parce que c’est le genre de sujets qui n’a plus d’intérêt pour moi
DOUG : Ca fait quoi ? 3 ou 4 semaines que t’es revenu de ta ballade en bateau
PACEY : 3 semaines et 4 jours Douggie pourquoi tu trouves que j’ai débronzé ?
DOUG : Tu prévoies de rester à Boston ?
PACEY : Oui juste le temps d’être engagé sur un autre yacht
DOUG : Attendre et être matelot sur un bateau de riche ce sont les deux éléments permanents de ta vie alors ?
PACEY : Non Douggie rien n’est permanent
DOUG : Tu me rassures. Tiens j’ai quelque chose pour toi (Il lui donne une carte)
PACEY : Qu’est ce que c’est ?
DOUG : L’adresse d’une de mes connaissances un chef cuisiner
PACEY : Oh ! Doug je te l’ai déjà dit il n’est pas question que je travaille comme un fou dans un restaurant ou que je devienne vendeur de chaussures, j’ai des perspectives autrement plus sympas ici et si tout se combine bien je serais bientôt parti
DOUG : Ah oui sur les océans j’oubliais c’est vrai que mon frère est un marin. Va voir mon copain Pacey d’accord ? Aujourd’hui. Je lui ai dit que tu passerais s’il te plaît ne discute pas vas y. Tu veux bien me faire ce plaisir ?
PACEY : D’accord. Question si je vais le voir ce gars tu me lâcheras après ça ?
DOUG : Sans problème ce sera même avec joie

[Administration de Worthington. Joey arrive et voit une longue file d’attente qui n’en finit pas et qui se poursuit sur trois étages]

JOEY : (à un garçon de la queue) C’est la queue pour les désistements ?
GARCON : Ouais t’as deviné
JOEY : Génial

[Près du campus, au bord d’un lac. Audrey et Dawson marchent côte à côte]

AUDREY : Bon alors Dawson ?
DAWSON : Oui
AUDREY : Réponds à la question que le tout le monde se pose. L’université de Californie est-elle à la hauteur de sa réputation ?
DAWSON : C’est la question que tout le monde se pose ? Quel genre de personnes tu fréquentes ?
AUDREY : Oh des Jen, des Jack, des Joey
DAWSON : Ah
AUDREY : Enfin je gravite en périphérie. Tu peux être franc avec moi tu sais n’aies pas peur je viens de Los Angeles et je déteste alors je sais pas ce que peuvent en penser les étrangers
DAWSON : C’est…c’est pas totalement horrible
AUDREY : Oh je te trouve plutôt élogieux. Y a un truc très marrant. Je parie que tu connais quelqu’un qui était au lycée avec moi
DAWSON : Son nom ?
AUDREY : Kirsten Smith
DAWSON : C’est pas vrai tu connais cette fille ?
AUDREY : Oui. Elle travaille toujours sur son court métrage sur l’art de brancher des types dans les toilettes public surtout des pops stars ?
DAWSON : Oh c’est plus un court elle veut faire un long métrage maintenant
AUDREY : J’hallucine
DAWSON : Je m’attendais à rencontrer plein d’allumés en section cinéma mais pas à ce point là
AUDREY : Bon d’accord mais est ce que ça te plaît ? Je veux dire…globalement
DAWSON : Ouais. Pourquoi tu en doutes ?
AUDREY : C’est curieux je, je me trompe peut être mais d’habitude les gens qui se sentent bien à la fac ne traversent pas tout le pays en avion pour une visite éclair à leurs copains de lycée et en octobre
DAWSON : La maison nous manque parfois
AUDREY : Oui je comprends sauf que…ici c’est pas la maison
DAWSON : Tous mes amis sont ici
AUDREY : Tu veux dire Joey ?
DAWSON : Et Jack et Jen. Parfois je me dis que c’est un handicap d’avoir eu de très bons amis au lycée. Oui parce que si à Capeside tout n’avait été qu’ennui et médiocrité je n’aurais pas ce manque là. Toutes mes nouvelles rencontres seraient une belle surprise alors que pour l’instant…
AUDREY :…tout est fade et très décevant comparé à ce que t’as pu vivre avant ? Je m’inquiète pour toi Dawson
DAWSON : C’est gentil. Ca fait plaisir de savoir ça

[Restaurant. Danny, le chef parle aux serveuses alors que Pacey entre]

DANNY : Je répète plat du jour cassolette de praires et de coques, raviolis fourrées au lapin et à la semoule.
KAREN : Génial j’adore Bugs Bunny, on peut y aller là ?
DANNY : A vous de jouer. Et forcez sur le poisson
KAREN : Du poisson ? Un lundi ? Tu veux les tuer ces pauvres gens. (Elle s’en va, Pacey approche)
DANNY : Elle rigole il est tout frais, tu veux du lapin ?
PACEY : Je mange tout ce qui est gratuit
DANNY : Bien
PACEY : Merci (Il mange) Hum pas mal
DANNY : Pas mal ? Tu veux rire c’est carrément excellent
PACEY : Jusqu’ici je refusais de manger les frères de Pan pan alors j’ai pas vraiment de point de comparaison
DANNY : La je comprends. T’es le nouveau plongeur ?
PACEY : Euh non je cherche un certain… (Lit sur la carte) Danny Brecher
DANNY : Brecker oui c’est moi
PACEY : C’est toi le chef ?
DANNY : Je préfère cuisinier mais c’est un détail ça c’est ma cuisine et tu m’as trouvé alors vas y raconte avant que ce soit le coup de feu.
PACEY : Voilà je suis venu te voir juste pour faire plaisir à mon frère
DANNY : T’es le petit frère de Douggie ?
PACEY : Ouais Pacey Witter (Ils se serrent la main)
DANNY : Donc c’est toi le nouveau plongeur
PACEY : Non je suis matelot. Oui j’ai passé tout l’été sur un yacht de 13 mètres de long aux Caraïbes
DANNY : Par contre tu n’as jamais été plongeur ?
PACEY : Non
DANNY : Ben ça y est tu es plongeur
PACEY : Non, non t’as pas bien compris c’est juste une faveur que je fais à mon frère. En fait ça serait sympa que tu l’appelles pour lui confirmer que je suis venu. Je sais pas moi tu pourrais lui dire que le poste est pourvu
DANNY : Oui il m’a prévenu que tu me ferais ce coup là. Il a dit aussi que tu venais de quitter le lycée et que tu n’avais aucune envie d’aller à l’université
PACEY : Ce qui est nul parce qu’on sait que l’université est la réponse au problème de chacun. J’apprécie que tu aies voulu me trouver un boulot mais je te l’ai dit j’ai déjà ce qu’il me faut question job
DANNY : Eh c’est toi qui voit Popeye, je suis sur que là bas au milieu des océans t’es carrément un grand pro
PACEY : Ouais c’est exactement ça
DANNY : Ok mais ici dans la cuisine du restaurant ce qui nous faut c’est un plongeur alors si ça te dit pas de naviguer sur les eaux de vaisselle ça sert à rien de rester là. Quand je te regarde je vois un type qui n’a pas besoin de ce travail
PACEY : Bravo Danny t’as l’œil
DANNY : Ouais bon en tout cas j’ai plus besoin de te regarder

[Chambre de Charlie. Jen est assise sur le sol en regardant les livres de Charlie tandis que Charlie regarde autour de lui pour trouver un CD]

JEN : Dis moi Charlie tu as des lectures très intéressantes. « La politique du mâle » de la célèbre Kate Mill et « l’autobiographie d’Alice Toplast » écrite par Gertrude Stein ? Je sais pas je trouve ça excessif t’aurais été plus crédible si tu n’en avais eu qu’un
CHARLIE : Je suis inscrit à un cours de littérature féministe ça te va ?
JEN : Pour rencontrer des femmes évidemment
CHARLIE : Tout n’est pas toujours qu’arrière-pensées et la spontanéité alors ?
JEN : Je t’ai spontanément suivi dans ta chambre
CHARLIE : Mauvais exemple. Tu avais une arrière-pensée tu t’es invitée chez moi
JEN : Oh je ne suis ici que parce que nous avons fait ce pari débile tout à l’heure à la radio
CHARLIE : Tu as perdu ton pari c’était pas des blagues
JEN : Oh mais ça reste à voir. Moi je te croirai quand je l’aurais entendu si tu l’as ce disque
CHARLIE : Si je l’ai ?
JEN : Oui. Si tu l’as. Je…je t’avoue que j’ai du mal à croire qu’une personne qui a l’album live « Sand to Hill » ait aussi…le, le volume 2 des Must de Dolly Parton
CHARLIE : (Lui prend) Donne moi ça
JEN : Pourquoi tiens tu tellement à ce que j’écoute cette chanson ?
CHARLIE : Parce que quand tu auras entendu Dolly Parton chanter la version originale enregistrée en 74 de « I Will Always Love You » chanson qui a été reprise et massacrée ensuite par Whitney Houston dans Bodyguard le film, tu comprendras et ça certainement pour la toute première fois de ta vie ce que veut dire talent vocal. Et à partir de là, ton univers sera bouleversé tout ce qui jusqu’ici te semblait nul te semblera bon
JEN : Et c’est bien tu crois ?
CHARLIE : Evidemment que c’est bien. A quoi sert la musique ? Si ce n’est à ébranler bon nombre de nos croyances et à prendre notre pied de temps en temps
JEN : Je croyais que c’était les êtres humains qui servaient à ça
CHARLIE : Quoi ?
JEN : Non rien je…je n’arrive pas à croire que tu sois accro à la musique country
CHARLIE : En fait j’aime tous les styles de musique contrairement à toi qui es de toute évidence arrogante et sectaire. Tu fais sans doute partie de ces…ces petites bourgeoises anti-télévision et pro-Tibet qui roulent au volant d’une vieille berline de leur papa…(Elle l’interrompt et l’embrasse)
JEN : Erreur. Je viens d’une petite ville tranquille, j’adore picoler et je vis avec ma grand-mère
CHARLIE : Ca me va très bien (Ils s’embrassent avec fougue)

[Joey est toujours dans la file d’attente interminable. Elle appelle Dawson sur son portable]

JOEY : Salut c’est moi
DAWSON : On parlait justement de toi
JOEY : Qui ça « on » ?
DAWSON : Audrey et moi
JOEY : Tu ne fais pas la visite guidée ?
DAWSON : D’une certaine manière si
JOEY : Bon écoute euh…je sens que ça va prendre des heures cette histoire de désistement y a…y a une de ces queues c’est l’horreur
[Plan sur Audrey et Dawson, Audrey voit Joey]
AUDREY : (à Dawson) Regarde. Oh la là, la pauvre c’est galère attends (Elle prend le téléphone) Joey ? Salut c’est Audrey. On va raccrocher là d’accord ? (Elle raccroche)
JOEY : Audrey ??? Audrey ??? (Audrey et Dawson arrivent derrière elle)
AUDREY : Salut
JOEY : Ah
DAWSON : Salut
JOEY : Salut. Alors c’était bien ?
DAWSON : J’ai voulu faire la visite guidée et figure toi que c’était Audrey le guide
JOEY : Tu es guide toi maintenant ?
AUDREY : Oui le salaire n’est pas génial mais ça me permet de combiner deux de mes passions, je peux faire mon show devant un petit public, petit mais qui apprécie…et pousser des inconnus à tomber amoureux de moi
JOEY : Audrey ça t’ennuierait de…
AUDREY : De garder ta place ?
JOEY : Ouais
AUDREY : D’accord (Audrey prend la place de Joey. Joey et Dawson vont à l’écart)
JOEY : Tu as passé toute ta matinée avec elle ?
DAWSON : Oui. C’est une fille étonnante et on peut parler avec Audrey
JOEY : Dawson je la connais, elle essaye de te draguer, elle drague tout ce qui bouge, animal, végétal, minéral tout !
DAWSON : Et alors ? Je trouve ça extra
AUDREY : (fait un sourire et coucou à Dawson) Eh !
JOEY : Je suis vraiment désolée que ce soit aussi long peut-être que tu devrais aller faire un tour avec Jen et Jack
DAWSON : Ou bien poursuivre la discussion que nous avons amorcé ce matin
JOEY : On a eu un week-end agréable, on va pas le gâcher avec…
DAWSON : Avec quoi ?
JOEY : Avec toutes sortes de discussions qui finalement n’ont pas de sens
DAWSON : Parce que l’avenir de notre relation n’a pas de sens ?
JOEY : Mais quel avenir Dawson ? Dans quelques heures tu vas prendre un avion pour Los Angeles. Dans mon message je t’ai dit exactement ce que tu m’as dit en Juin. Nous devons aller de l’avant, vivre notre vie chacun doit suivre sa route
DAWSON : Est-ce que tu es sure d’être prête ? Vraiment prête Joey ?
JOEY : Bon il faut que j’y aille
DAWSON : Oui vas y (Elle repart dans la file)
AUDREY : (à Dawson) Tu viens ? (Joey les regarde partir)

[Secrétariat. Joey arrive et donne son papier à la secrétaire]

SECRETAIRE : Suivant
JOEY : Bonjour je veux quitte ce cours
SECRETAIRE : (lit le papier) Je regrette mon petit. Oscar Wilde ne fait pas partie du corps enseignant de Worthington, il est décédé en 1900
JOEY : Non, non c’est pas Wilde c’est Wilder d’accord ? David Wilder
SECRETAIRE : J’entends bien jeune fille mais ce n’est pas ce qui est écrit. Par conséquent si vous voulez quitter ce cours vous devez reprendre votre formulaire et le faire signer par une personne qui elle est toujours en vie. Suivant
JOEY : (reprend le papier) N’importe quoi c’est pas… (Le lit et part, visiblement en colère)

[Restaurant. Pacey et Mélanie finissent leur déjeuner]

PACEY : Je tiens seulement à préciser que ce n’est pas l’idée que je me fais d’une soirée cool
MELANIE : Très bien demain tu pourras m’empoisonner avec les hamburgers. Mais qu’est ce que t’as au juste contre les bons restaurants ?
PACEY : Rien à priori mais…je n’aime pas ce genre d’endroits
MELANIE : Tu préfèrerais faire autre chose peut être ? (Il lui fait un grand sourire) J’ai du temps libre en fin d’après midi. Oh qu’est ce que tu crois ? J’ai une vie en dehors de mes heures de folie avec toi
PACEY : Oui bien sur mais cette vie t’ennuie
MELANIE : Comment tu le sais ?
PACEY : Ben je le sais parce que personne ne s’éclate en fac de droit, tu n’y vas que pour faire plaisir à tes parents
MELANIE : Alors là tu as tout faux
PACEY : Pourquoi ils sont pas contents tes parents ?
MELANIE : Non ils sont enchantés. Pourquoi tu penses qu’ils m’ont laissé faire une croisière aux Caraïbes sur le bateau de mon oncle ? Réfléchis
PACEY : Parce qu’ils étaient vraiment ravis. En fin de compte peut être que maman et papa ne sont pas aussi irrécupérables que ça.
MELANIE : Je constate que tu es de meilleure humeur
PACEY : Et oui c’est vrai. D’ailleurs c’est pour ça qu’on devrait sortir d’ici au plus vite. (Le serveur apporte l’addition, Mélanie prend son carnet de chèques) Qu’est ce que tu fais ?
MELANIE : Je paye l’addition
PACEY : Pourquoi ?
MELANIE : Parce que tu n’as pas de travail
PACEY : Toi non plus tu n’en as pas
MELANIE : Non mais j’ai une carte de crédit, j’ai une rente et de l’argent de poche (Pacey fait une drôle de tête) Qu’est ce qu’il y a ? Tu ne veux pas en tenir compte ?
PACEY : Laisse ça je vais payer
MELANIE : Non. Quand tu seras devenu multimillionnaire tu pourras m’inviter à manger du homard mais en attendant accepte la situation. C’est ce que font toutes les blondes héritières qui sortent avec de jolis bruns fauchés (Pacey ne semble pas ravi)

[Chambre de Charlie. Jen se réveille près de Charlie après qu’ils aient fait l’amour. Elle commence à paniquer]

JEN : Oh non
CHARLIE : Eh qu’est ce qui se passe ?
JEN : Seigneur, oh mon dieu
CHARLIE : Qu’est ce qu’il y a ? C’est l’heure de la prière ?
JEN : Quelle heure il est ?
CHARLIE : J’en sais rien, 5 heures…
JEN : Oh l’angoisse, l’angoisse, l’angoisse ! Mais, mais pourquoi est ce que tu m’as laissée m’endormir ? (Elle se lève)
CHARLIE : Eh je savais pas qu’en plus de prier fallait que tu veilles
JEN : Je le crois pas c’est moi qui ai fait ça
CHARLIE : Fait quoi ?
JEN : Mais ça, ça ! C’était l’objet de notre débat avec Jack !
CHARLIE : C’est qui Jack ?
JEN : C’est mon ami homosexuel mais tu n’as même pas écouté pendant…pendant tout ce temps ? Oh mes chaussures, mes chaussures ou sont mes chaussures ?
CHARLIE : Je vais les trouver tes chaussures, du calme laisse moi d’abord sortir de mon lit
JEN : Ecoute je n’ai pas le temps je suis vraiment en retard, je dois rentrer sinon ma grand-mère va flipper, j’ai invité des amis, il me faut des chaussures
CHARLIE : Ta grand-mère ?
JEN : Oui ma grand-mère, je vis chez ma grand-mère Charlie
CHARLIE : Ah ouais ? Je croyais que tu plaisantais
JEN : Non. Tu me prêtes tes chaussures ? (Elle se penche et voit une zone très particulière chez Charlie…) Oh mon dieu (Elle prend les chaussures et ouvre la porte pour partir, Charlie la rattrape sur le seuil de la porte)
CHARLIE : Eh mais ou tu vas ? Attends, attends Jen, Jen arrête s’il te plaît arrête ne me fais pas ça, sois gentille
JEN : Quoi ? Ne pas te faire quoi ?
CHARLIE : Comme si de rien n’était, comme si rien ne s’était passé
JEN : Mais qu’est ce qui s’est passé ? J’en sais rien, j’en ai aucune idée de ce qui s’est passé
CHARLIE : Je t’ai rencontrée, il s’est passé quelque chose, j’ai flashé sur toi, tu as flashé sur moi, on a fait l’amour. Alors s’il te plaît arrêtons une seconde et apprécions ce qui nous arrive. C’est un jour important, c’est drôlement fort pour moi (Jen sourit) et je sais que c’est la même chose pour toi. J’ai aucune envie de ressortir vendredi soir et de relancer le même processus que tu connais avec une fille qui me fera craquer dix fois moins que toi ça c’est sur
JEN : D’accord
CHARLIE : D’accord quoi ?
JEN : Tu as le droit de m’appeler
CHARLIE : Oh pourquoi tu veux que je t’appelle ? Tu es là Jen (Il l’embrasse et ils retournent dans la chambre en fermant la porte)

[Classe du professeur Wilder. Il est en train de terminer son cours, les élèves quittent la classe]

WILDER : Trop léger je l’ai pas noté (Il tend la feuille en souriant à un étudiant qui part) (Joey arrive visiblement énervée)
JOEY : J’ai pas trouvé ça drôle
WILDER : Oh ça l’était quand même un peu
JOEY : Vous n’aviez pas le droit de faire ça j’ai passé toute la matinée à poireauter dans cette queue
WILDER : Je vous crois oui
JOEY : Et une partie de l’après midi. Si vous ne voulez pas signer mon formulaire vous n’aviez qu’à me le dire quand je suis passée
WILDER : Oui mais nous aurions été privé de cette petite scène fort distrayante (Joey ne sourit pas) D’accord ça n’amuse que moi on dirait. Ecoute je vais être franc quand je rencontre et c’est rare une élève tout juste sortie du lycée qui ne confond pas « ces » le démonstratif sans apostrophe avec « c’est » contraction de « cela est » avec apostrophe mon rythme cardiaque s’accélère légèrement. Oui je vous ai envoyée au secrétariat pour rien mais ne m’en voulez pas d’avoir du mal à me séparer d’une nouvelle étudiante au talent très prometteur. Et oui
JOEY : Vous n’avez aucune excuse pour ce que vous avez fait ce n’est pas en me complimentant que vous vous en sortirez
WILDER : Vous vous énervez très vite c’est étonnant mademoiselle Potter cette quasi impossibilité à comment dire…à faire face à l’adversité
JOEY : C’est ma personnalité que vous êtes en train de noter là ?
WILDER : Non. En général à l’université on vous demande de jongler plus qu’au lycée, la structure est différente, vous évoluez dans un autre environnement. Oh et ça suffit allez arrêtons de tourner autour du pot vous avez eu un… « C » en expression écrite c’est ça ?
JOEY : C’est bien ça
WILDER : Quelque chose me dit que vous n’auriez sans doute pas songé à quitter mon cours si vous aviez eu une meilleure note que « C » est-ce exact ?
JOEY : Non probablement que non
WILDER : Donc j’en conclus que vous faîtes partie de ces gens qui ne font que ce qu’ils sont surs de réussir
JOEY : Non je fais aussi des choses que je rate ou que je fais très mal
WILDER : Citez m’en une
JOEY : Ca ! Ce n’est pas franchement une réussite puisque j’ai gâché toute ma journée et qu’en fin de compte je ne suis pas radiée. Et j’en ai d’autres comme ça, ce garçon celui qui devait venir me voir, il est venu ! Et il est là en train d’examiner l’avenir de notre relation, relation bâtarde qui n’a aucun avenir je le sais, et il en parle avec qui ? Avec ma colocataire un véritable aimant à mecs et pendant que je parle avec vous je perds mon temps alors vous savez quoi ? Si vraiment vous ne voulez pas que je parte, je ferai avec mais j’ai le droit à une réponse claire et directe !
WILDER : (lui tend une feuille de papier) Tenez
JOEY : Qu’est ce que c’est ?
WILDER : Mettez moi ça par écrit. Cette tirade sur votre ami était un peu cafouilleuse je trouve, ce sera peut être plus cohérent sur papier. Ensuite je vous laisserai aller courir après ce garçon
JOEY : Je ne sais pas si vous vous en rendez compte mais ce n’est pas du tout juste
WILDER : J’en suis tout à fait conscient (Joey est très énervée et va s’asseoir. Elle commence à écrire)

[En haut de la tour qui domine le campus. Audrey et Dawson regardent le campus]

DAWSON : C’est ici que les gens grimpent pour se donner la mort ?
AUDREY : Oui surtout les étudiants en droit avant les examens d’admission ou…attention quelquefois on grimpe ici uniquement pour se faire des câlins. Ça te tente ?
DAWSON : (rit) Oui
AUDREY : Oh non
DAWSON : Et pourquoi tu dis non ?
AUDREY : Parce que même si elle est prête à le nier par tout les pores de sa peau…Joey est mon amie ou elle le deviendra au moins et je sens qu’elle n’appréciera pas
DAWSON : Je voudrais bien en être aussi certain que toi
AUDREY : J’adore cet endroit, c’est magnifique. Regarde c’est ce à quoi doit ressembler une université même dans trois ou quatre siècles. Le campus de Los Angeles n’aura jamais ce charme. Mais j’oubliais tu te plais à Los Angeles
DAWSON : Ouais… c’est juste
AUDREY : Bon. Et les choses ont l’air d’aller plutôt bien pour toi c’est vrai t’as décroché un stage comme ça tu vas pouvoir bosser sur un film et rencontrer Todd
DAWSON : C’est déjà fait
AUDREY : Dès le premier jour ? Je trouve ça assez cool. C’est bien et ça tu le feras souvent ?
DAWSON : Ouais je reviendrai bien sur mais est ce que je dois laisser tomber Los Angeles et rappliquer à Boston ? Franchement c’est…ça équivaudrait à grimper en haut de cette tour et à me jeter dans le vide
AUDREY : Je parlais de ton job. Ton stage Dawson tu vas y retourner non ?
DAWSON : Ah oui le stage tu parlais du stage ? En fait j’ai du oublier de dire que je…j’ai été viré…je n’ai plus de travail
AUDREY : Et du coup…c’est ça de moins qui te retient à Los Angeles ?
DAWSON : Oui c’est ça de moins (Il réfléchit et contemple le campus)

[Classe du professeur Wilder. Wilder lit le travail de Joey]

WILDER : C’est pas mal mademoiselle Potter. Nous avons peut être mis le doigt sur votre principal défaut dans la vie comme dans l’écriture
JOEY : Quel défaut ?
WILDER : Votre tendance à trop rationaliser mais quand l’enjeu est important vous savez faire la distinction entre ce qui vous semble prioritaire et tout le reste (Il prend son formulaire et le signe)
JOEY : Vous devez penser que je me dégonfle ou quelque chose comme ça ?
WILDER : Je n’irai pas jusqu’à dire ça
JOEY : En fait je connais mes limites vous savez et je ne tiens pas à saboter la nouvelle vie que j’essaie de mener en faisant 36 choses à la fois
WILDER : Normal
JOEY : Chaque matin en me réveillant je me retrouve dans ce curieux environnement et je me sens seule, totalement seule et ça pour la première fois de ma vie. Alors…j’ai peut être peur c’est vrai de collectionner les « C » mais…si j’angoisse comme ça c’est parce que beaucoup de mes proches se sont sacrifiés pour que je puisse aller à l’université. Ben oui y a…y a ma sœur, mes amis, ma mère, y a mon…père et lui aussi à sa manière, une manière pas toujours très légale d’ailleurs…
WILDER : C’est drôle. Je sens que vous avez encore des tas d’histoires intéressantes à raconter (Il pose la feuille sur le bureau et parti. Joey regarde, elle a eu un « A »
[Plan sur Joey dehors, elle regarde son formulaire, réfléchit puis le jette à la poubelle. Elle part]

[Restaurant. Pacey se dirige vers Danny qui prépare le repas]

DANNY : On vient goûter le plat du jour ?
PACEY : C’est pas parce que la bouffe est excellente que je suis revenu te voir
DANNY : Je regrette que tu ne bosses pas pour un guide astronomique
PACEY : T’arrives à dormir en taxant ces pauvres gens de 25 dollars par tête de pipe ? Non mais attends c’est quoi ça ? Une petite côte de porc avec trois gouttes de sauce maison dessus pas vrai ? Ensuite tu ajoutes une poignée de frites fantaisie à la purée de poireaux et le tour est joué
DANNY : C’est des pommes gaufrettes
PACEY : Ouais c’est un détail. Ce que je sais c’est que Léon le chef du bateau sur lequel j’étais cet été et ben il avait sa technique à lui pour distinguer la bouffe qu’il servait au personnel de la bouffe qu’il servait au patron. Pour lui, il en mettait un peu plus en hauteur et il ajoutait un tas de trucs
DANNY : Intéressant. Ils sont rares les cuisiniers qui servent de la bouffe de qualités aux petites gens, ils s’y retrouvent pas financièrement
PACEY : Aux petites gens ? Elle est bonne celle là, Léon lui il faisait partie des gens biens, il était sûrement dix fois mieux que le gars qu’il avait engagé mais on n’y peut rien
DANNY : Y a souvent des injustices dans le monde de la restauration. D’où est ce que je connais ton frère ? Mes beaux parents tiennent un petit restau à Capeside, quand je suis pas en cuisine, j’ai tendance à me saouler et à hurler à la lune. Ça te surprend ?
PACEY : Ouais j’ai du mal à croire qu’une femme t’ait épousé à quoi elle pensait ce jour là ?
DANNY : T’as un plus grand sens de l’humour que ton frère, cela dit je vois pas ce que je peux en faire ici sauf si tu as vu ce qui clochait dans ta démarche
PACEY : Non en fait j’ai vu ce qui clochait dans la tienne. Au fond, tu tiens pas à ce que je lave tes casseroles ?
DANNY : Ah bon ?
PACEY : Ben non j’ai beaucoup trop de compétences pour être plongeur
DANNY : Je croyais pourtant qu’on avait démontré qu’elles valaient rien sur la terre ferme tes compétences
PACEY : Mais ça c’était avant que je te dise que j’ai ferré, nettoyé et cuisiné des centaines de poissons dans l’hémisphère sud. Et si j’en ai été cap je suis sur que je peux hacher du persil et couper des tomates en dés
DANNY : Alors pointe toi au boulot à l’heure, travaille correctement et tu auras pratiquement tous les jobs que tu veux ici, y compris le mien
PACEY : C’est super parce que d’après ce que j’ai vu tu ne travailles pas des masses toi
DANNY : Tu sais que t’es drôle
[Pacey sort du restaurant ou Karen, la serveuse fume une cigarette]
VOIX VENANT DU RESTAURANT : Karen c’est fini la pause !!!
KAREN : Ouais une seconde !
PACEY : Prends ton temps
KAREN : Oh salut. T’es le nouveau ?
PACEY : Ouais
KAREN : On dirait que ça te choque. Tous ceux qui bossent dans la restauration fument. Et tous ceux qui ne fument pas s’y mettent très vite quand ils comprennent que les fumeurs prennent dix fois plus de pauses que les autres. T’en veux une ?
PACEY : Euh non sans façon. Tu sais que ça nuit à la santé ?
KAREN : Tu crois ? Oh c’est pas grave, je vais bientôt arrêter, le travail pas les cigarettes
PACEY : C’est si mortel que ça ?
KAREN : Ici tu veux dire ? Affreux. Mais les gens…ça va ils sont cool. Je parle pas des clients bien sur
PACEY : Ouais il a l’air très sympa ce Danny…
KAREN : Il se la joue de temps en temps. Ils le font tous enfin ceux qui bossent en cuisine. Ils ont une côte d’enfer avec les filles, pourquoi je te raconte ça ? Tu es sûrement venu me parler pour vérifier si c’est vrai
PACEY : Il se trouve que je suis plutôt l’homme d’une seule femme oui enfin si elle est comme je veux
KAREN : Et comment il faut qu’elle soit ?
PACEY : Alors pour commencer il faut qu’elle soit non fumeuse
KAREN : Wow t’es cruel dans ton genre
PACEY : (Il regarde le coucher du soleil dans la baie de Boston) Y a un mois encore j’admirais le coucher de soleil sur le pont d’un magnifique yacht au milieu des Caraïbes. Et aujourd’hui…
KAREN : Tu te retrouves coincé dans un restau
PACEY : Et oui
KAREN : Oh tu sais…c’est pas si terrible que ça ici. Si tu y réfléchis bien en fin de compte ce qui importe c’est pas l’endroit ou tu es…c’est avec qui tu es. Tiens (Elle lui donne son paquet de cigarettes) tu me les gardes s’il te plaît ? Et demain quand je te les réclamerai dis non. Oh euh c’est pas franchement ça cette chemise (Elle rentre dans le restaurant)

[Couloir des chambres. Joey arrive alors qu’Audrey sort]

JOEY : Ah salut ! Où est…
AUDREY : Dawson ?
JOEY : Oui
AUDREY : Rentré
JOEY : Rentré ? Comment ça rentré ?
AUDREY : Il est parti, il s’est tiré, il s’est sauvé. Il m’a dit que…qu’il en avait assez que tu tires sur sa laisse ou oui bon c’est pas tout à fait ce qu’il a dit mais c’est l’idée en gros et il a dit aussi qu’il était ridicule d’avoir gâché tout ce temps pour venir te rendre visite alors qu’il y a des millions de filles canons à Los Angeles qui hésiteraient pas à tuer pour l’avoir
JOEY : (a un visage bizarre, elle ne comprend rien) T’as bu là ou quoi ?
AUDREY : Eh dis donc j’ai passé toute la journée à essayer de te défendre, je lui ai dit qu’une femme avait le droit d’être mystérieuse et compliquée, d’ailleurs les meilleures le sont toujours apparemment, Joey toutes les deux on a ça en commun mais il a rien voulu entendre, il a dit qu’il rentrait en Californie et qu’il ne reviendrait pas à Boston et ça quelque soit le nombre de messages alcoolisés et pathétiques que…que tu laisserais innocemment sur son répondeur
JOEY : Bon d’accord où il est ?
AUDREY : Ou veux tu qu’il soit ? A l’aéroport fonce ! (Joey part en courant)

[Aéroport, salle d’attente. Joey et Dawson sont assis et discutent]

JOEY : T’as eu le temps de dire au revoir à Jen et Jack ?
DAWSON : Euh oui à Jack c’est mieux que rien. Jen n’était pas encore rentré quand je suis passé. Ca doit vraiment être chouette
JOEY : Quoi ?
DAWSON : De les avoir tout près tout le temps
JOEY : Ouais c’est clair. Et même si c’est la maison de quelqu’un d’autre, la grand-mère de quelqu’un d’autre, c’est bien. C’est une sorte de filet de sécurité ou une sorte de…
DAWSON : Une sorte de famille ?
JOEY : Ouais c’est ça c’est comme une famille. Ca met les choses en perspective. Et ça aide beaucoup à faire le tri entre…entre ce qui importe et le reste
HOTESSE : Dernier appel pour les passagers embarquant porte C3
DAWSON : (se lève) Faut que j’y aille. Et qu’est ce qui importe ?
JOEY : (se lève) Toi. C’est pour ça que j’étais si mal ce matin Dawson. Et oui j’ai passé le week-end en étant certaine que tu avais entendu tout ce que je te disais sur ce message et que tu étais quand même venu. Je croyais que tu m’avais comprise
DAWSON : Jamais je ne te comprendrai aussi longtemps que je vivrai. J’ai passé un week-end formidable à me distraire avec toi, avec mes amis, à me demander si j’avais même envie de retourner à Los Angeles et ce matin je me suis réveillé et j’ai découvert que la fille qui avait été tellement déçue en apprenant que je ne viendrais pas avait finalement choisi de me dire adieu vendredi soir
HOTESSE : Votre attention s’il vous plaît dernier appel pour les passagers embarquant porte C3 (Dawson se retourne vers l’hôtesse puis revient à Joey)
JOEY : Dawson je n’ai jamais dit que c’était d’une totale clarté
DAWSON : D’accord alors dis moi une chose dont tu es sûre
JOEY : Je suis sûre que je voulais que tu viennes. A la fin de la journée, quand je suis venue dans ma chambre j’aurais voulu te voir
DAWSON : Pourquoi ?
JOEY : J’en sais rien, je sais pas ce que j’ai voulu dire ce qui est sur c’est que je voulais que tu soies là
DAWSON : Joey je suis là, j’ai été là pendant deux jours et c’est à la dernière seconde qu’on trouve le moyen d’aborder ce sujet vraiment important qu’est ce qui t’a poussé à laisser ce message ? J’ai une explication peut être que c’est la fin logique de notre relation, peut être que l’attirance que nous avons l’un pour l’autre n’est que la peur. Nous avons sans doute peur de grandir et d’aller de l’avant
JOEY : C’est vraiment ce que tu penses Dawson ?
DAWSON : J’en sais rien ! Mais si je prends cet avion, je sais que je n’aurai jamais la réponse à cette question. C’est normal parce que nous allons vivre notre vie, nous allons grandir et dans quatre ans et bien toi et moi nous serons devenus de parfaits étrangers l’un pour l’autre c’est la seule chose dont je suis sur et je n’ai aucune envie que ça arrive et toi ?
HOTESSE : (tape sur l’épaule de Dawson) Monsieur ? Vous voulez toujours prendre l’avion ? (Dawson regarde Joey longuement)
JOEY : Non…bien sur que non (Dawson pose son sac et ils se rassoient. Ils continuent de discuter alors que la caméra s’éloigne)

[Joey and Audrey’s dorm room. Dawson is on the his cell phone while Joey is going through a book on her desk]

Dawson: Flight’s still on time.

Joey: Shoot.

Dawson: What?

Joey: Today is the last day I can drop that writing class.

Dawson: I thought you liked that class.

Joey: I do. I mean, I like it as much as I can like anything I’m getting a C in. Crud.

Dawson: Well, do what you have to do. I can entertain myself for an hour.

Joey: Are you sure?

Dawson: Yeah, Sure, I’m sure.

[Dawson begins making another call]

Joey: Who are you calling now?

Dawson: Myself…You have one new message. It’s from you, from Friday.

Joey: You didn’t get my message?

Dawson: No. You sound a little drunk.

Joey: Dawson, that is because I am drunk. Now give me the phone.

Dawson: No way.

Joey: Drunk people should have the right to neutralize their own messages.

Dawson: No way. Okay, some guy hit on you. A nice guy.

Joey: Yeah, so nice that he proceeded sleep with Audrey. Come on. Just give me…

Dawson: Stop, just let me listen. [Joey tries to get the phone from him but he won’t let her.] Apparently I’ve got great timing.

Joey: Dawson…I was drunk. I don’t even remember half of what I said.

Dawson: Well, the gist of it was goodbye. Which is something that I really wish I knew before I got on a plane and flew 3000 miles to come see you. Were you planning on telling me about this?

Joey: Why would I bring it up if you didn’t. It wasn’t exactly one of my finest moments. No. I was mad.

Dawson: About what?

Joey: I don’t know. Mad that you weren’t coming to visit me. Mad that that we haven’t resolved anything.

Dawson: I thought that everything was resolved. Until I got that message, I thought we said everything that we had to say three months ago in my room.

Joey: Great! I guess we don’t have anything to say.

Dawson: Joey.

[Audrey walks into the room wearing only a towel and coming here wet hair out.]

Audrey: Hey kids. Uh oh, what’s the problem?

Joey: Uh, well, this is Dawson’s last day, and I wanted to show him around campus, but I’m not going to have time because I am going to have to go drop out of writing class.

Audrey: Hmm, well that’s a heart stopper. You know, they do have those campus tours. They are a little on the lame side, but not completely intolerable.

Joey: Sounds like a plan.

Dawson: Yeah. Perfect.

Joey: Great Problem solved.

Audrey: Bye. [Joey walks past them and leaves] She a handful, that girl, isn’t she?



[Opening Credits]



[Boston sidewalk. Jen and Jack are walking down the street talking to each other while looking around for something.]



Jen: He’s not going to call.

Jack: He’s calling.

Jen: He doesn’t even have my phone number.

Jack: He will get your number.

Jen: How?

Jack: Some How. Why do you think we have had all these advances in information technology? They are all about helping people track down other people other people they are sexually attracted to. Jen, just trust me. Alright? The guy will find you, and when he does, just throw yourself at him immediately because you obviously want to.

Jen: Whether I want to or not, nice girls just don’t hurl themselves at boys, Jack. Society at large deems that sluty and self destructive.

Jack: That’s right. I forgot. You’re a slut. Only, you haven’t actually had sex with anybody the entire time I have known you. And if you look at the cold hard facts, I have kissed more guys than you have this past year.

Jen: Well…That’s not true.

Jack: I’ve kissed one. How many have you kissed?

Jen: One.

Jack: How many straight guys?

Jen: None.

[Jack Shrugs his arms as to say he has proven his point]

Jen: This is the saddest conversation ever.

Jack: All I’m saying is that we are in college now. No one is watching and no one is keeping track.

[He stops]

Jen: What?

Jack: I think we’re lost.

[Grabs a map out of his pocket.]

Jen: What are you doing?

Jack: That’s fairly obvious.

Jen: Would you mind being subtle? I’d rather not look like freshmen dorks, who don’t know where they are going

Jack: Just give me something we are near. Alright?

Jen: Uh, well the radio station. [She looks in the window of the radio station and sees Charlie] Oh, my god. Jack, Jack. Put the map, down with the map, or else he is going to think we have been trying to find him.

Jack: Oh, you are trying to find him. You spent all weekend circling every Charles in the campus directory.

Jen: Yeah, but he doesn’t need to know that. [He turns and sees them and looks over at her.] Oh heh..Hi. He’s smiling. He’s waving.

[Charlie begins waving them to come in.]

Jack: Yeah, he’s waving. Se I told you he likes you. [Charlie writes a sign and begins to put it against the window] How much more of a sign do you need?

[The sign reads Get in here, but he is holding it upside down.]

Jen: It’s upside down.

Jack: You are going in anyways.



[A stairway in the school. Prof. Wilder and Joey are walking down the stairs talking about her dropping class.]



Wilder: Can’t you drop some other class? Something useless, like basket weaving? Or women’s studies?

Joey: I’m going to pretend I didn’t hear that.

Wilder: God, I got to say I didn’t see this one coming. I can usually tell the ones that drop, they have got this sort of guilty look about them. Not that this happens a lot to me, mind you. People don’t usually drop my class. People have been known to kill other people simply to audit my class.

Joey: I know.

Wilder: You should consider yourself lucky to be in it. I don’t usually take Freshmen. Freshmen usually tend to freak out when they see how much work is involved. That’s not what’s happening to you, Ms. Potter, is it? You’re not freaking out, are you?

Joey: No. not exactly.

Wilder: You didn’t finish rewriting that story did you? About the boy and the kiss.

Joey: I tried. Believe me, I tried…things are really complicated at the moment

Wilder: Oh, I see. More complicated than they were on Friday?

Joey: Yes.

Wilder: And complicated I bad?

Joey: Yes

Wilder: Something’s have changed since Friday.

Joey: Yes.

Wilder: You’ve changed since Friday?

Joey: Yes, no. Nothing’s changed.

Wilder: Yet, everything is more complicated, and you need to drop my class.

Joey: Look, I took too many classes. Ok, I didn’t know what I wanted to study, and your class sounded like fun.

Wilder: Oh, it is fun. 9.4 on the in last years course guide.

Joey: All right, believe me it was a stupid thing to do, ok. You warned me about the work involved. A lot of people did, and I guess I thought I could handle it.

Wilder: And what makes you think you can’t?

Joey: ‘Cause I am obviously freaking out.

Wilder: Good point. You know, no matter how many times this happens, and I lied it happens a lot. It still feels like getting dumped by your first girlfriend. [He grabs her form and signs it.] Have a nice life Ms. Potter.



[The campus grounds. Audrey and Dawson are walking along talking about things.]

Audrey: So, Dawson. You are not to happy to be stuck with me right now are you?

Dawson: No, not at all. You know, it’s probably best that Joey and I are apart right now. If we spent the whole afternoon together right now we would probably say something that we would regret.

Audrey: Like?

Dawson: Like, why am I letting this girl ruin my life.

Audrey: Ohhh.

Dawson: I’m sorry, I should not be discussing with you.

Audrey: No, hey, you don’t have to apologize to me. I live with the girl.

Dawson: Do you ever find yourself wondering why someone so smart can be so stupid?

Audrey: Every day. Ok, this is it.

Dawson: What is it?

Audrey: This is. This is where the campus tour starts.

Dawson: Nobody here.

Audrey: Yeah, I know. It happens a lot. To tell you the truth, the campus tour isn’t all that interesting. Still the show must go on, even if it is for only one person. So, lets go.

Dawson: Where?

Audrey: The campus tour.

Dawson: But there is nobody here.

Audrey: Oh, but see there. You’re here, and I’m here []

Dawson: You’re the tour guide.

Audrey: Bingo. You can thank me later for rocking your world.



[The radio station. Jen makes her way into join him, as he is on the air.]



Charlie: Well it’s Charlie time here, and we’re playing all sorts of bold sad bastard, as we do every Monday morning. Here on WBCW anything weepy, anything mopey, anything that is remotely bold, like we just had the request for the smith’s classic, Girlfriend in a coma. So we are just about to get that one on right now.

Jen: Yeah, um, I’m sorry. We’re not going to play that.

Charlie: [whispers] That’s on.

Jen: Oh, I know. I turned it on.

Charlie: My new producer, ladies and gentlemen. Jen….Jen now would come the part, where it is painfully obvious, that I don’t know her last name.

Jen: Lindley. Jen Lindley. appalling isn’t it folks, so like the talent to forget the names of the little people behind the scenes.

Charlie: Right, sorry about that. So, you were about to tell us about a problem with Girlfriend in a coma.

Jen: Yeah, we’re not going to play it. You see, the problem with college radio stations is too many requests for misunderstood, ambisexually geniuses.

Charlie: That’s tough.

Jen: People want to be led. So Charlie, Mr. DJ. Guy, what is it with you and this radio thing? You like to talking to people who can’t talk back?

Charlie: No. I guess I just like music.

Jen: Well, why all this mope rock? Why not Rap? Or Punk? Or the Ramones?

Charlie: Well, Jen. I guess that I have learned in my vast experience, that people tend to feel low energy on Monday mornings.

Jen: And why is that exactly?

Charlie: Because…generally they have gone out on the weekend and done something that regret.

Jen: Or not done something they regret. It is possible, you will agree with me here, that you feel more regretful for the things that you haven’t done, than the thing you have. Like say, forgetting to get the phone number of someone the first time you meet them.

Charlie: Well Jen you are right, that would be a tragedy, unless the girl , excuse me woman involved, had blown you of majorly, and apparently had a boyfriend. Tall, good looking, dark haired…

Jen: Oh, I see, so what you are running here is a radio program for mopey straight guys who are easily threatened by obviously gay men in Ambercrombie Sweaters. Frankly, I don’t see how the University can condone this blatantly niche marketing. I’m afraid things are going to have to change here. And quick.

Charlie: All right, we are going to play that Smith’s classic, and then a little sedated. We will be back.



[The deans boat that Pacey is living on. Pacey walks out holding a Polaroid picture and Melanie comes out trying to get it from him.]



Pacey: And I am definitely keeping this one.

Melanie: Oh, Pacey. No.

Pacey: What? Am I not allowed to keep a souvenir of my travels?

Melanie: Not, this one.

Pacey: You know I love the French. They come down to the Caribbean’s, the colonize the islands, they destroy the indigenous cultures, and what do they replace them with? Topless beaches. the British would have never ever thought of that. And I’m keeping this one. [steals back the picture, and kisses her.]

Melanie: Fine, you win. Just don’t leave it anywhere my uncle can see it.

Pacey: Don’t worry about it. You see, this is no longer his boat, it is mine.

Melanie: Oh, right. I forgot.[She kisses him] Oh, I’ve got to go.

Pacey: No.

Melanie: Are you going to meet me later at the…

Pacey: Yes. I will, but only under protest.

Melanie: Oh, so I want to have another meal with you besides breakfast. And wear the new shirt I bought you.

Pacey: Yes mam.

[They kiss goodbye, and she walks down the docs as Dougie is walking up them towards the boat]

Doug: So…that must be the famous Melanie.

Pacey: Yes indeed. Melanie Shay Tompson. Let me ask you this, Dougie. Why is it, that Rich people always have three names?

Dougie: Oh, I don’t know. I guess the more people you are named after, the more wills you could potentially appear in. What the hell are you planning on doing with your life, Pace?

Pacey: Dougie, come on. Does this conversation ever get more interesting for you? Cause it doesn’t ever ver any more interesting for me.

Dougie: Well, it’s been, what, three or four weeks, since you got back from the Caribbean.

Pacey: It’s been three and a half weeks. Why is the tan starting to fade?

Dougie: Are you planning on staying in Boston?

Pacey: Just until the next gigantic yacht needs another deck hand.

Dougie: So, this whole waiting on the rich thing, is going to be a permanent part of your life? IS that it?

Pacey: No, Dougie, noting is permanent.

Dougie: Good. Then here I’ve got something for you.

[He takes out a business card and hands it to Pacey.]

Pacey: What’s this?

Dougie: A guy I know in Boston. A chef.

Pacey: Doug, I told you. I’m not getting a job in some stupid restaurant, or folding shirts or selling shoes. I am on to something bigger and better here, and it is only a matter of time before I get back out there.

Dougie: Oh, yes, the sea. I forgot. And here I am with out my Old Spice. Look just go see this guy, Pacey? Ok, And do it today. I told him that you were going to come by, and see him. So, please just this once, will do me this favor. Please?

Pacey: Ok, ok, look, if I go see this guy, will you get off my case?

Dougie: Nothing would make me happier, little brother.



[Commercial break]



[The school admin office. There is a huge line that wraps down all the flights of stairs and out the building. Joey stops, to ask a boy in line what this it.]



Joey: Is this the line to drop classes?

Boy: Yes, this is it.



[The campus grounds next to a lake. Audrey and Dawson are walking along talking together.]



Audrey: So, Dawson.

Dawson: Yes?

Audrey: Answer the question that is on everyone’s mind. Is USC all it’s cracked up to be?

Dawson: That’s the question on everybody’s mind? What kind of circles are you traveling in?

Audrey: Oh, the Jen, Jack, Joey ones.

Dawson: Ahhh.

Audrey: You know, you can tell me the truth. I mean, I am from LA, and I hate it, so I can’t imagine what Strangers must think.

Dawson: It’s ..it’s not entirely awful.

Audrey: Well, That’s high praise. You know something, I bet you know someone from my high school.

Dawson: Who?

Audrey: Kirsten Smith.

Dawson: Oh my god, you know that girl.

Audrey: Yes. Is she still working on her short film about accosting minor celebrities in public washrooms?

Dawson: Oh, that’s not a short film any more. She’s trying to expand it into a feature, and she changed her name to Kiwi. No last name. Just Kiwi.

Audrey: Oh my god.

Dawson: I knew film school would be full of posers, I just didn’t know it would be this bad.

Audrey: But, I mean you like it. Like, in general.

Dawson: Yeah…Yeah, why wouldn’t I?

Audrey: I don’t know, call me crazy, but generally, people who love college, don’t fly all the way across the country to see their old high school friends. In October.

Dawson: Everyone gets homesick.

Audrey: Yeah, except this is not your home.

Dawson: All my friends are here.

Audrey: You mean Joey?

Dawson: And Jack and Jen. I mean, to be honest, I sometimes this it’s a curse to have these great friends from high school. I mean, if all you had back at home was four years of unabated misery, You would have no body to miss. Everybody you meet would be a pleasant surprise, compared to

Audrey: This totally haneous let down compared to the people you already know. I’m worried about you, Dawson.

Dawson: Thank you, I’m glad somebody is.



[The Restaurant. Danny the chef is talking with the waitresses when Pacey comes in.]



Danny: To repeat, the specials today are, steamed cockles, rabbit ravioli in a butter sage sauce..

Girl: Good, I love bunny. Can we go now?

Danny: Scatter. And push the fish.

Girl: On Monday? Do you want us to kill people?

[The waitresses leave.]

Danny: She’s kidding. The fish is fine. You eat rabbit?

Pacey: I like anything that’s free.

Danny: Here.

Pacey: Thanks. That’s not bad.

Danny: Don’t kid yourself, it’s spectacular.

Pacey: Well, I have never exactly eaten thumper before, so I have nothing to judge it against.

Danny: That’s a good point. You the new dish washer?

Pacey: [Giggles] No. I am looking for this guy, Danny Brecker.

Danny: Brecker, yeah that’s me.

Pacey: You’re the chef?

Danny: I prefer cook, but whatever. This is my kitchen, you found me, go for it before we get slammed in here.

Pacey: Well, I’m just here as kind of a favor to my big brother.

Danny: You’re Dougie’s brother?

Pacey: Yeah, Pacey.

Danny: Then you are the new dishwasher.

Pacey: No, I’m a deckhand. I spent the entire summer sailing around the Caribbean on a 48 foot yacht.

Danny: Then you have never worked around a kitchen before?

Pacey: No.

Danny: Then you are a dish washer.

Pacey: No, you are not hearing me. I’m just here as a favor to my big brother. In fact, if you could give him a call and tell him I dropped by, I would really appreciate it. And maybe tell him that you gave the job to somebody else.

Danny: Yeah, yeah, he told me that you would try that. HE also said that you just graduated High School, and no interest in going to college.

Pacey: Right, because college is the answer to everybody’s problems. I appreciate the fact that you are offering me a job here, but I told you I already have a job.

Danny: Hey, hey hay. What ever you say Popeye. I’m sure out there in the middle of the ocean you are completely the bomb.

Pacey: I am actually.

Danny: Well, right here, right now in the kitchen I need a dishwasher, and if you don’t want to be that guy, then I suggest you leave, because I look at you and you don’t look like a guy needs this job.

Pacey: You’re right, I don’t.

Danny: Well then, I don’t think I need to be looking at you anymore.

Pacey: Fine.



[Charlie’s bedroom. Jen is sitting on the floor looking at some of Charlie’s books, as Charlie is looking around for a CD.]

Jen: Why do you have a vindication of the rights of women, Sexual politics by Kate Mill, And the autobiography of Alice Eutoclis by Gertrude Stein? I mean, it’s kind of overkill, don’t you think. I would have bought it if you just had one.

Charlie: I happen to be taking feminist lit class, thank you very much.

Jen: Oh, so you can meet women.

Charlie: You know, not all things are conspiracies, some things just are.

Jen: Like me being up here in your room.

Charlie: You invited yourself here.

Jen: Only to settle a bet, that we had going at the radio station.

Charlie: I’m telling you, I’m right about this.

Jen: What ever. I’ll believe it when I hear it. If you even own this record.

Charlie: If?

Jen: Yes, If. I just have a hard time believing that same person who has Licensed to Ill, also has Volume 2 of the essential Dolly Parton collection.

Charlie: Give me that.

Jen: And why is it so important to you that I listen to this song?

Charlie: Because, once you here Dolly Parton’s original 1974 recording of I’ll always love you, the song made popular and sucky on the Bodyguard soundtrack. You will truly and possibly for the first time in your entire life, what it means not to suck. And at that point your entire universe will turn upside down. Everything that used to seem normal to you, will suddenly seem right.

Jen: And that is a good thing?

Charlie: Of course it is a good thing. What is music for, if it is not to subvert all you expectations and blow your mind every once in a while.

Jen: Well, I thought that was what people were for.

Charlie: What?

Jen: Nothing, I, I just can’t believe you like country music.

Charlie: Well, I like all kinds of music, unlike you who’s obviously very cynical and very closed minded. It’s probably one of those upper middle class, heavy television, freaky batgirls that drive around town in their father’s old Volvo.

Jen: I came here from a small town, I like to knit, and I live with my grandmother.

Charlie: Works for me.



[In the line to drop the class. Joey calls Dawson on her cell phone.]



Joey: Hi it’s me.

Dawson: Hey, we were just talking about you.

Joey: We?

Dawson: Yeah, Audrey and me.

Joey: I thought you were taking that tour.

Dawson: I am in a way.

Joey: Well, look, this whole class dropping thing is taking a little longer than anticipated. The line is out of control.

[Dawson turns to Audrey, as they are walking.]

Dawson: She says the line is out of control.

Audrey: Yeah that’s a bummer, here let me talk to her. Joey, hi this is Audrey, we are going to hang up now.

[Audrey sees Joey and they go and walk up to her as Joey is trying to yell over the phone even though Audrey has hung up.]

Joey: Audrey?? Audrey??

Audrey: Hi.

Dawson: Hi.

Joey: Hi. What did I miss?

Dawson: Well, I went to go take the tour, turns out that Audrey is the tour guide.

Joey: Audrey is the Tour Guide?

Audrey: Yeah the pay sucks, but it allows me to combine two of my passions. Performing in front of a small audience, and getting strangers to fall in love with me.

Joey: Audrey, do you think you could…

Audrey: Hold you place for you? Sure.

Joey: Thanks.

[Audrey takes her place in line and Joey and Dawson go off on the side.]

Joey: You spent the entire morning with her?

Dawson: Yeah, I like her. She’s a trip. She’s easy to talk to.

Joey: Dawson she’s just flirting with you. She flirts with everybody. Animal, vegetable, mineral…

Dawson: Yeah, I know. I think it’s great. [He looks over to Audrey, who smiles and waves back.]

Joey: You know, I’m sorry this is taking so long, maybe you should go hang out with Jen and Jack.

Dawson: Maybe we should finish the conversation we started this morning.

Joey: WE had a great weekend, why should we spoil it with…

Dawson: What?

Joey: With a lot of talk that ultimately means nothing.

Dawson: So the future of out relationship means nothing to you.

Joey: The Future? Dawson, you are getting on a plane in a couple of hours. All I said in my message is exactly what you said back in June. You know, we have to move on, we have to go our separate ways.

Dawson: Are you a hundred percent prepared to do that?

Joey: No, I should just go.

Dawson: Yeah, you should.

[The go back over to Audrey]

Audrey: Hi.



[Commercial break]



[The admin office. The clerk calls for Joey to come up, and Joey hands her the drop form.]

Clerk: Next

Joey: I need to drop this class.

Clerk: Sorry sweetie, but last time I heard Oscar Wilde didn’t teach here at Worthington he died in 1900.

Joey: Uh, no. No it’s not Wilde, it’s Wilder. As in David Wilder.

Clerk: I’m sure that is what it is supposed to say, but if you actually want to drop this class, you are going to have to take this back and get it signed by somebody who is actually alive. Next!



[A fancy restaurant. Pacey and Melanie are finishing up their meal.]



Pacey: Ok, I just want it noted for the record this was not my idea of fun.

Melanie: Fine, you can torture me with grilled cheese tomorrow. What do you suddenly have against nice restaurants?

Pacey: Nothing Per Se. I just hate places like this.

Melanie: And what else would you rather be doing?

Pacey: [He gives here a huge smile.]

Melanie: We don’t have time. I have chores this afternoon. I do have a life, beside frolicking with you.

Pacey: Yeah, I know, but you don’t enjoy it.

Melanie: How do you know?

Pacey: Because nobody enjoys law school. That is just something you do to make you parents happier.

Melanie: That is so not true.

Pacey: Really? So you parents are not happy?

Melanie: No, they are ecstatic. Why else would they let me go cruising around the Caribbean all summer on my uncle’s boat.

Pacey: Very good point. Well, now that I think about it, maybe Mommy and Daddy are not such bad folks after all.

Melanie: Now your mood is improving.

Pacey: Which is why you and I should get out of here immediately.

[Melanie grabs the check that the waiter lies on the table.]

Pacey: What are you doing?

Melanie: I’m paying the check.

Pacey: Why?

Melanie: Because you don’t have a job.

Pacey: You don’t have a job either.

Melanie: No, but I have a credit card and an allowance and a trust fund. [] What? You’d rather pretend I don’t?

Pacey: Ok, give this to me.

Melanie: No. When your ship comes in, you can take me out for gumbo or something. But until then, get with the times. This is what debutants do for their cute slacker boyfriends.



[Charlie’s room. Jen wakes up next to Charlie after they have had sex, and begins to freak out.]



Jen: Oh god. No. Oh go. No.

Charlie: What? What did I miss? Hey what did I miss?

Jen: What time is it?

Charlie: Um, Five something.

Jen: Oh, Shoot, Shoot, Shoot, Shoot. Hey, why, why did you let me fall asleep?

Charlie: I wasn’t aware we were keeping some sort of vigil.

Jen: I can’t believe I did this.

Charlie: Did what?

Jen: Did this. After everything that Jack and I talked about.

Charlie: Who’s Jack?

Jen: He’s my Gay best friend. Have you not been listening to me this entire time? Oh god, my shoes. I need my shoes.

Charlie: ok, your shoes are down in the basement, and I’m not even up yet.

Jen: Look, I’m late. I’m very late. I have to go to dinner with. I have a very upset grandmother. I have friends coming over. I need a shoe.

Charlie: Your grandmother?

Jen: Yes, my grandmother. I live with my grandmother.

Charlie: I thought you were kidding about that.

Jen: No. I’m…Can I borrow your shoes.

[She grabs his shoes and puts them on and almost trips trying to walk in them.]

Charlie: Hey, hold on, hold on, hold on. Stop. Look, stop, please don’t do this.

Jen: What? Do what?

Charlie: Pretend what just happened, didn’t happen.

Jen: What happened? I don’t know what happened.

Charlie: Something did happen. I met you. I liked you. You liked me. We had sex. So if you could just take a second, stop, and appreciate that fact. Because that is frickin’ amazing day for me. Alright and if it all the same to you, I don’t want to have to go out next Friday and start the process all over again with a girl I don’t like half as much as I like you.

Jen: Ok.

Charlie: Ok, what?

Jen: Ok, you can call me.

Charlie: Why should I call you, you are right here.

[HE kisses her and then they go back into the room and close the door.]



[Prof. Wilder’s classroom. Wilder is finishing up with the class as everyone is leaving.]



Wilder: Little light for a grade. [He smiles and hands the paper back to the student as he leave]

[Joey walks in to confront him.]

Joey: That wasn’t funny.

Wilder: That was a little funny.

Joey: You had not right to do that to me. I wasted my entire morning on that line.

Wilder: I’m sure you did.

Joey: And most of the afternoon. You know, if you didn’t want to sign my form, you should have just said so in the first place.

Wilder: And miss out on all the fun we’re having right now? Ok, not having any fun. Look, the truth is, when I encounter the rare High School graduate who knows the difference between, its possessive no apostrophe, and it’s contraction with the apostrophe. My blood tends to race a bit, so yes I sent you on a wild goose chase. But you will forgive me for not wanting to part so easily with a student that I found promising.

Joey: That’s no excuse for what you did to me. You can’t compliment your way out of this.

Wilder: You fluster really easily, don’t you Ms. Potter. You have this almost amazing inability to role with the punches.

Joey: Is my personality being graded here?

Wilder: No. It’s just generally college requires a lot more juggling than high school. It is a lot less structured environment. And you know, lets not dance around the issue any more. You are getting a, uh, C? In my class, correct?

Joey: Correct.

Wilder: Something tells me that you wouldn’t be going through all this trouble to drop my class if you were getting something other than a C. Is that correct?

Joey: No, probably not.

Wilder: So, I see, You are one of those people that do things that she can do well.

Joey: No, actually I do a lot of things, that I don’t do well.

Wilder: Name one.

Joey: This. I don’t do this very well, because dropping this class is taking up my entire day. And that boy, the one that wasn’t supposed to come visit me. Well, he did, and now he is out there debating the future of our relationship, which incidentally I had already determined had not future with my roommate the professional Man Magnet. While I seem to be stuck in this endless loop with you, so you know what? If you don’t want to let me drop the class, fine, but I think I at least deserve a straight answer.

Wilder: Here [He hands her a pad of paper.]

Joey: What is this?

Wilder: Write it down, because what you just said made absolutely no sense, but if you can make sense of it on that page, then I will let you go chase this boy of yours.

Joey: You realize that this is completely unfair.

Wilder: I realize this, yes.



[Joey sits down and begins writing.]



[The top of a school bell tower. Dawson and Audrey are looking over the edge at the entire campus.]



Dawson: So is this really where people go to kill themselves?

Audrey: Yep, usually right before the LSATs. Or, you know, sometimes people just come up here to make out. You want to?

Dawson: Ha, ha, ha. Yeah!

Audrey: No.

Dawson: Oh, why not?

Audrey: Because, even though she would probably deny it with every last breath in her body. Joey is my friend, at least she is going to be. And I don’t think she would like it too much.

Dawson: I wish I could be just half as sure about that as you are.

Audrey: God, I love this place. I mean, look at this. This is what college is supposed to look like. LA couldn’t look like this in a million years. Oh, yeah, I forget, you like it there.

Dawson: Yes, I do.

Audrey: Well, and things are going very well for you. I mean, you’ve got that internship with the film company, and you got to meet Todd.

Dawson: Yeah I did.

Audrey: Oh, so that’s not too bad for a first day. You know. And you will probably be going back.

Dawson: Yeah, I’m going back. What am I going to do? Drop of USC and move to Boston. I mean that would be like scaling the heights of a mountain, and jumping off this bell tower.

Audrey: I meant the job. You’re going back to the job, right?

Dawson: Oh, right the job. Actually, I must have forgotten to mention...I actually, got fired, from the job.

Audrey: So, that is one less thing tying you to LA.

Dawson: Yeah, One less thing.



[He looks around, not knowing what to do.]



[Commercial Break]



[Prof. Wilder’s classroom. Wilder is reading Joey’s paper she just wrote.]

Wilder: Not bad Ms. Potter. I think we might have just discovered major failing in life and art.

Joey: What’s that?

Wilder: Over thinking things. Because when it comes right down to it, you obviously know how to separate what matters and what doesn’t.

[He grabs her form and signs it again.]

Joey: You probably think I’m whimping out or something

Wider: I wouldn’t’ say that.

Joey: It’s just, I know my limits, you know. And I don’t want to mess up this new life I’m trying to start for myself, by trying to do everything at once. I wake up every day, I’m in this bizarre new environment. I’m totally and completely alone for the first time in my life. So, maybe I am a little afraid of getting a C, but if I am, it’s because a lot of people have made a lot of sacrifices so that I could get to this place. My sister, my friends, my mother, even my dad in his screwed up non law-abiding way. So…

Wilder: You know, it sounds like you might have had a lot of interesting stories to tell.

[He puts the paper down on the table and leaves. Joey picks it up and there is a A minus on it. Scene cuts to outside where Joey is looking at the drop form and then drops it in the trash as she walks by.]



[The restaurant. Pacey comes in as Danny is preparing some food.]

Danny: Back for the dinner tasting?

Pacey: If I am, it’s not because the food is so great, believe me.

Danny: Gee, I think I will wait until the food and wine critics stop raving about it.

Pacey: How do you sleep at night charging people $25 a head for this stuff? I mean, what is this? It’s just a pork chop that you are drizzling just a little bit of sauce on, then you add one of these little French fried potatoes to the mashed potatoes, right?

Danny: IT’S a BoFrett potato.

Pacey: Whatever. All I know is that Leon, the chef on the boat I was working on this summer. The only thing that he would do to the food that he was serving to us that he would do to the food he was serving the bosses, was make the stack the food up a little higher and add one of those things.

Danny: Interesting. Most chefs don’t serve the good stuff to the little people. Cuts into their profit margin.

Pacey: Little people, I line that. You see, Leon was good people. HE was probably just one step ahead of the authorities, but what can you do?

Danny: Yeah, you will find that a lot in the food industry. How do you think I know your brother? My wife’s parents have a place in Capeside. When I’m not cooking I tend to get drunk a lot and howl at the moon. That surprise you?

Pacey: Yeah, I can’t imagine any woman would marry you, what was she thinking?

Danny: You have a better sense of humor than your brother has, not that I can use that around here, unless you have seen the error of your ways.

Pacey: Actually I have seen the error of your ways. You see You don’t want me washing your dishes.

Danny: I don’t?

Pacey: No I am Much to valuable a commodity for that.

Danny: I thought that we established that your skills didn’t transfer to dry land.

Pacey: But you see, that was before you knew I caught, cleaned and cook, just about every fish in the western hemisphere, ok. And if I can do that, I am pretty sure I can master Dicing tomatoes, and chopping up parsley.

Danny: Show up on time everyday, and work clean, and you can have pretty much any job around here including mine.

Pacey: Oh, cool, because from what I can tell, you pretty much don’t do anything around here any ways.



[Pacey is leaving the restaurant and runs into one of the waitresses smoking outside.]

Pacey: Hey, take you time.

Waitress: Oh, hey. New guy?

Pacey: Yeah.

Waitress: Don’t look so shocked. Everyone that works in the restaurant smokes. And if they don’t they start when they find out the ones that do, get ten times the number of breaks. You?

Pacey: Un, no thanks. Those things will kill you know.

Waitress: I do. Doesn’t matter anyways. I’m going to quit soon. The job, not the cigarettes.

Pacey: It’s that bad, huh?

Waitress: This place? Awful, but you know, the people are nice, and I don’t mean the customers.

Pacey: Yeah, Danny seems pretty nice.

Waitress: Thinks he’s a rock star. They all do. Everyone that works in the kitchen. Chicks like them in a big way. It’s probably why you showed up here in the first place.

Pacey: Actually it turns out that I am a one woman man. Provided she is the right kind.

Waitress: And what kind is that?

Pacey: For starters, it’s the kind that don’t smoke.

Waitress: Ouch. You really know how to hurt a girl.

Pacey: A month ago I was watching this sunset from the deck of a gigantic yacht in the middle of the Caribbean. And today, I..

Waitress: Stuck working here.

Pacey: Yeah.

Waitress: Yeah, well, here’s not so bad really, because when it comes down to it. What matter isn’t where you are, but who you are there with. Here. [] Hold these for me, and tomorrow, when I ask for them back, say no. Oh, and you might want to rethink the shirt.



[The Dorms. Joey runs into Audrey as she is coming into the building.]

Joey: Hey where’s…

Audrey: Dawson?

Joey: Yeah.

Audrey: He’s gone.

Joey: Gone? What do you mean, Gone?

Audrey: I mean, he’s gone. He left. He said that, he’s tired of you yanking his chain, or you know, not yanking it as the case may be. And that, uh, he was an idiot for wasting all this time coming to visit you when there are a zillion of perfectly nice girls at USC who would kill to go out with him.

[Joey finally figures out that she is pulling her leg.]

Joey: You on drugs?

Audrey: Hey. I spent the whole day, trying to defend you. I said, it was a woman’s right to be mysterious and difficult. You know, the good ones always are. Apparently, you and I have that in common, but yeah, he wouldn’t listen. HE said that he was going Cali, and he was never coming back you know. No matter how many pathetic drunken messages you accidentally leave on his answering machine.

Joey: Ok, so where is he?

Audrey: Where else? He’s at the airport. Go!

[Joey runs out of the dorm.]



[The airport, seating area. Dawson and Joey are sitting and talking to each other before his flight.]



Clerk in BG: Thank you, sir, You are all set.

Man: Thank You.

Joey: So, did you get to say goodbye to Jen and Jack?

Dawson: Uh, yeah, jack at least. Uh, Jen wasn’t there when I stopped by. Man, must be nice.

Joey: What is?

Dawson: Having them around all the time.

Joey: Yeah, it is. Even though it is someone else’s house, and somebody else’s grandmother, it’s…still like having a safety net I guess. Or…I don’t know a…

Dawson: A family.

Joey: Yeah, Like a family. Puts everything in perspective. It helps you separate what matters from what doesn’t.

Clerk: This is your final call. Boarding all rows at gate C-3.

[He stands up, and then turns back to Joey.]

Dawson: And what does matter?

Joey: You. That’s why I got upset this morning, Dawson. I had spent the entire weekend thinking that you had heard everything I had to say on that message and that you came anyway. That you understood me.

Dawson: Joey, as long that I live, I will never understand you. I mean, I had this fantastic weekend. Hanging out with you. Hanging out with my friends. Questions whether or not, I even wanted to go back to LA, and then I wake up this morning to find out that the girl that was so upset that I couldn’t come, could actually kiss me off in the waning hours of Friday night.

Clerk: Once again folks, this is the final call for gate C-3.

[He turns to the gate, and then back to Joey.]

Joey: Dawson, I never said it was going to be easy.

Dawson: Then tell me one thing that you do know.

Joey: I know that I wanted you there. At the end of the day, when I got back to my room, I wanted you there.

Dawson: Why?

Joey: I don’t know why. I don’t know what I meant. I just know that I wanted you there.

Dawson: Joey, I am here. I’ve been here for two days, and only now are we finding a way to talk about stuff that really matters. Like why you left that message. All right? And you know, maybe that is the ending we are supposed to have. Maybe every other attraction that we feel each other is just, fear of moving on, fear of growing up.

Joey: Is that what you really think?

Dawson: I don’t know, but I do know that if I get on this plane, I am never going to find out. All right, because, we’re gonna, we’re gonna move on, we’re going to grow up, and four years from now we are going to wake up, and we are going to be complete strangers to each other. The only thing that I know for sure, it that I don’t want that to happen. Do you?

[The clerk comes up to Dawson and taps him on the shoulder.]

Clerk: Sir. Are you getting on the plane sir?

[Dawson looks at her and then back to Joey.]

Dawson: Do you want that to happen?

Joey: No. Of course not.

[Dawson drops his bag, and they sit back down on the chairs, and continue to talk as the camera pulls away.]

The End


Source : www.multimania.com/rossnm & transcribed by Chris Uecke

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

Fuffy 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (14:25)

t'es en week end je suppose.

stanary (14:25)

Non je crois que c'est surtout moi qui n'oublie jamais. Et oui je suis en week-end, mon seul moment de repos

Sonmi451 (14:27)

Profites bien.

Sonmi451 (14:27)

Tu bosses dans quoi?

Sonmi451 (14:27)

(oui je fais ma curieuse^^)

stanary (14:28)

Ah mais je suis encore trop jeune pour bosser. J'aime bien les curieuses vu que j'en suis une donc tu vois....

Sonmi451 (14:30)

Oh mais tu fais bien des études?

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play