VOTE | 149 fans |

#501 : Si Boston m'était conté

Titre en VO : "The Bostonians" - Titre en VF : "Si Boston m'était conté"
¤ USA : diffusé le 10/10/01 - France : diffusé le 26/01/02
¤ Scénario : Tom Kapinos - Réalisation : Greg Prange



Joey se trouve à présent à l'université de Boston avec une nouvelle colocataire : Audrey. Jen, Jack et Grams habitent eux aussi dans la même ville.
Ce week-end, ils iront tous à une fête organisée par une confrérie ! Jen rencontrera Charlie, alors que Joey réfléchira sur sa relation avec Dawson.

Dawson, quant à lui, est à Los Angeles. Il ne pourra venir rejoindre ses amis, étant donné qu'il a trouvé un nouveau stage auprès d'un réalisateur...

début du 501
début du 501

  

audrey arrive dans la chambre 501
audrey arrive dans la chambre 501

  

jen rencontre charlie 501
jen rencontre charlie 501

  

fin 501 joey et dawson
fin 501 joey et dawson

  

Plus de détails

Script traduit directement de la version originale par Guillaume !


EXT. MAISON DE DAWSON - NUIT

Tout comme pour le début de la deuxième saison, la caméra se fixe sur la fenêtre de la chambre de Dawson, où nous voyons les silhouettes de Dawson et Joey s'embrassant, avant de descendre le long de la maison...

FONDU AU NOIR.

INT. CLASSE DE COURS - WORTHINGTON - JOUR

...pour nous retrouver dans la classe de littérature du Professeur Wilder à l'université de Worthington. Nous pouvons apercevoir Joey parmi les élèves. En parlant de Joey, Wilder est justement en train de lire à voix hauteson devoir pour la classe.

WILDER : (lisant) Et là, sans même le réaliser, ils s'embrassaient. Elle ne savait pas comment ils en étaient arrivé là. Elle n'en avait aucune idée. Elle n'avait pas pensé à embrasser ce garçon depuis des années, ce qui était étrange, parce qu'il était une fois, c'était tout ce à quoi elle pensait. Et ensuite, sans qu'ils s'en rendent compte, c'était terminé. Il toussota, elle baissa les yeux sur ses chaussures... Et elle rit pour elle-même. C'était un de ces moment, un de ceux qui nous donnent l'impression de quitter notre statuts de simple mortel de d'accéder, l'espace d'un instant, à la véritable Grandeur. Elle avait partagé tant de ces moments avec ce
garçon, mais maintenant qu'il devait s'en aller... Rien ne serait de nouveau pareil.
(arrête de lire/à la classe) Alors, qu'est-ce que vous pensez de l'histoire de Joey ? Alex ?

ALEX : Incroyablement banal.

WILDER : Faites-nous partager vos véritables sentiments, Alex.

ALEX : C'est une carte Hallmark qui parle du béguin d'une lycéenne. Qui ça intéresse ?

FILLE : Et bien, j'ai trouvé ça brillant. La façon dont elle a décrit le moment menant au
baiser, j'étais vraiment là avec elle. C'est Joyce Carol qui rencontre... Judy Blume.

ALEX : Tu dis ça comme si c'était une bonne chose.

WILDER : Hey, ne critique pas Judy Blume. Sans elle, mon moi plus jeune n'aura pas été capable
de décoder les actes pervers de la créature diabolique qu'est la fille de seize ans. Melle Potter j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne est que... Le cours est fini. La torture est terminée.

JOEY : Et la mauvaise ?

WILDER : C'est que vous êtes de toute évidence un scénariste.

(Il jette son devoir sur son bureau et écrit un "C" rougesur la première page.)

WILDER : Ce qui veut dire que la torture ne fait que commencer. (à la classe) Très bien, je vous retrouve la semaine prochaine. Alex, vous êtes le suivant ! Je suis vraiment impatient.


INT. WORTHINGTON - COULOIR - JOUR

Après le cours. Joey se précipite vers Wilder qui se dirige vers les escaliers.

JOEY : Professeur Wilder.

WILDER : Vous n'avez pas beaucoup apprécié le "C" n'est-ce pas, Joey.

JOEY : Non, c'est vrai. Pour être franche, je le déteste, et je me demandais si il y avait quelque chose que je pouvais faire pour rendre ce "C" un peu moins "C".

WILDER : Absolument. Vous pouvez réécrire que votre devoir.

JOEY : Et comment ?

WILDER : Ce garçon dont vous parlez, il existe vraiment ?

JOEY : Oui. Et il vient même me rendre visite la semaine prochaine.

WILDER : Ah, parfait.

JOEY : Pourquoi est-ce que c'est parfait ?

WILDER : Et bien, ça va vous permettre de corriger votre histoire.

JOEY : La corriger ? Je ne sais même pas ce que vous lui reprochez.

WILDER : Le problème avec votre histoire, Joey Potter, c'est qu'elle s'achève au moment même où elle devrait commencer.

(Joey regarde Wilder s'éloigner dans la cours en réfléchissant à ce qu'il vient de lui dire.)


EXT. BOSTON - PARC - JOUR

Joey est en train de faire son jogging dans un parc de Boston. Quand son téléphone portable sonne, elle s'arrête et répond.

JOEY : (au téléphone) Allô ?

DAWSON : Salut, c'est moi.

JOEY : Salut ! Tu es à l'aéroport ?

DAWSON : Um, pas exactement. Non ? Tu veux la bonne nouvelle ou la mauvaise nouvelle en premier ?

JOEY : (pour elle-même) Oh non, pas encore.

DAWSON : Hein ?

JOEY : Rien. Que se passe-t-il ?

DAWSON : Tu te souviens de cet internat dont je t'ai parlé ?

JOEY : Avec le réalisateur ? Tu l'as eu ?!

DAWSON : Oui.

JOEY : Dawson, c'est génial ! Je suis si heureuse pour toi. Mais ça veut dire que tu ne peux pas venir ce week-end.

DAWSON : Je commence aujourd'hui.

JOEY : C'est nul.

DAWSON : Je sais, j'étais... en quelque sorte impatient de venir te voir.

JOEY : En quelque sorte ?

DAWSON : Tu sais ce que je veux dire.

JOEY : Et bien, j'étais aussi en quelque sorte impatiente de te voir.

DAWSON : Il y a toujours le week-end prochain.

JOEY : Et ça va sûrement devenir le mois prochain.

DAWSON : Ou l'année prochaine.

JOEY : Et avant qu'on le comprenne, ce sera une carte de voeux de temps en temps... Quand ta femme y pensera.

DAWSON : On devrait peut-être se faire nos adieux tout de suite.

JOEY : Oui, ça vaudrait mieux.

DAWSON : Tu as vraiment le sens dramatique.

JOEY : Je sais. Eh, écoute... Bonne chance pour aujourd'hui.

DAWSON : Merci. Et, uh... Je t'appellerai avant le week-end prochain.

JOEY : Au revoir.

(Elle raccroche.)


EXT. HOLLYWOOD - DEVANT UN STUDIO - JOUR

Dawson s'approche du portail d'un studio de cinéma. Un garde de la sécurité s'approche de lui.

GARDE DE SECURITE : Bonjour.

DAWSON : Bonjour. Je suis là pour un internat.

GARDE DE SECURITE : C'est vrai ? Tu as un rendez vous ?

DAWSON : C'est mon premier jour aujourd'hui.

GARDE DE SECURITE : Ton premier jour. Tu es nerveux ?

DAWSON : Uh, non. Enfin, pas... En fait, je -- Oui.

GARDE DE SECURITE : C'est quoi ton nom de famille ?

DAWSON : Leery. L-deux e-r-y.

(Une voiture approche et klaxonne. Dawson se pousse et le portail s'ouvre. La voiture rentre dans le studio.)

GARDE DE SECURITE : Tu sais où tu vas, Mr. Dawson Leery ?

DAWSON : Je n'en ai aucune idée.

GARDE DE SECURITE : Droit devant, deux fois à gauche, et une fois à droite.

DAWSON : D'accord, merci.

GARDE DE SECURITE : Dawson... Essaie de ne pas te perdre ici.


EXT. BOSTON - JOUR

Où nous retrouvons Jack et Jen une tasse de café à la main.

JEN : Où est-ce que tu veux t'asseoir ?

JACK : Ici.

(Un ballon de football passe au dessus de leur tête et un garçon l'attrape.)

JACK : Whoa !

JEN : Lève la tête.

JACK : Uh. Les étudiants sont super craquants.

JEN : Donne-moi le téléphone.

JACK : Pourquoi ?

JEN : Parce que je vais téléphoner à Tobey pour lui raconter ce que tu viens de dire.

JACK : J'ai le droit de regarder.

JEN : Oui, mais tu ne peux pas toucher. J'aime bien Tobey. C'est un garçon bien.

JACK : Oui, j'aime bien Tobey aussi. Mais c'est dommage d'être coincé dans la solitude d'une relation à distance.

JEN : Eh bien, c'est toujours mieux que d'être coincé dans la solitude d'une non-relation... Cette phrase ne veut rien dire, n'est-ce pas ?

JACK : Non, non, en effet. Ecoute, il faut te trouver quelqu'un avec que tu ne reprennes ton statuts de viergeeffarouchée.

(Jen rit.)

JEN : Jack !

JACK : Quoi ? Jen, je suis sérieux. Ca dure depuis trop longtemps. Le dernier garçon que tu ai fréquenté était Henry. Ce qui veut dire quel'année dernière a été vide pour toi.

JEN : Merci. C'est bon à savoir.

JACK : Ce n'est pas une -

(Un autre ballon passe au dessus de leur tête. Jack l'attrape et un garçon vient le récupérer)

JACK : Oh, levez la tête !

JEN : Seigneur !

JACK : (au garçon) Joli lancé.

GARCON : Merci, mec.

(Il fait mine de partir, mais revient.)

GARCON : Hey, um, il y a une fête ce soir à la maison Sigma Ep. Vous devriez venir. C'est gratuit, des punchs aux bières.

JACK : Super ! Oui, on viendra.

(Jen fait un signe au garçon quand il s'en va.)

JEN : A plus, mec. (à Jack) "Super ! On viendra" ?

JACK : Oui. Oui, ce sera marrant. Tu pourrais rencontrer quelqu'un.

JEN : Oui, bien sûr. Comme si j'allais trouver l'amour de ma vie à une fête à l'université ?

JACK : Tu n'as pas trouvé que ce gars était canon ?

JEN : Oui, si on aime le style beau avec rien dans le cerveau.

JACK : Joliment formulé.


INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - JOUR

Joey est assise à son bureau, quand une jeune fille blonde, Audrey, sa colocataire, entre dans la pièce.

AUDREY : Joey !

JOEY : Audrey.

AUDREY : Est-ce que ma colocataire préférée pourrait me rendre un immense service ?

JOEY : Bien sûr. Tant que tu ne me demandes pas de quitter la chambre.

(L'expression joyeuse sur le visage d'Audrey disparaît, etJoey le remarque.)

JOEY : Tu me demandes de quitter la chambre, n'est-ce pas ?

AUDREY : Zack est ici.

JOEY : Où ça ?

AUDREY : Dans le couloir.

JOEY : C'est celui qui s'est fait tatouer le symbole de sa fraternité sur la cheville ?

AUDREY : Non. Ca c'était Tom.

JOEY : Qu'est-ce qui s'est passé avec Tom.

AUDREY : Il embrassait mal. P.S.L.D.

JOEY : P.S.L.D. ?

AUDREY : Poils sur le dos. C'était dégoûtant !

JOEY : Audrey.

AUDREY : Joey.

JOEY : Ca ne peut pas continuer comme ça.

AUDREY : Est-ce que tu ne pourrais pas aller traîner à la bibliothèque un petit moment ?

JOEY : Est-ce que tu sais combien de temps j'ai déjà passé dans cette bibliothèque ce semestre ? Et on est qu'en octobre.

AUDREY : S'il te plaît ? S'il te plaît, et tu sais, je compte me faire toute petite quand ton soupirant sera là.

JOEY : Premièrement, ce n'est pas mon soupirant. Et deuxièmement, il ne vient pas.

AUDREY : Dunston ne vient pas ?

JOEY : Dawson !

AUDREY : Ah oui.

JOEY : Il a eu un empêchement.

AUDREY : Hey... Tu as besoin de te confier, parce que si c'est le cas, je vaisaller me débarrasser de Zack. Même si tu ne t'en es pas encore rendu compte, je suis plutôt douée pour conseiller les autres.

JOEY : Non, ça ira.

(Elle attrape ses livres.)

JOEY : Je dois aller parler au professeur Wilder de toute façon.

AUDREY : Et tu y vas t'habillée comme ça ?

JOEY : Qu'est-ce que c'est censé vouloir dire ?

AUDREY : Joey ! Le professeur Wilder est magnifique !

JOEY : Audrey, je vais le voir pour parler de mon devoir. Pas pour le draguer.

(Elle quitte la chambre.)


EXT. WORTHINGTON - DEVANT LE BATIMENT DE L'ADMINISTRATION - JOUR

Une énorme queue part de l'entrée du bureau de Wilder et s'étend jusqu'à dehors. Joey arrive et regarde la file d'attente, choquée. Elle demande à une fille en bout de queue :

JOEY : Est-ce que c'est la file pour le professeur Wilder ?

FILLE : Mmm-hmm. Et ça vaut le coup d'attendre si tu veux mon avis.

(Joey se tourne pour partir. Elle fait le tour du bâtiment pour trouver Wilder, en train de s'enfuir de son bureau par la fenêtre. Joey s'arrête et attend qu'il soit descendu.)

WILDER : Grillé.

JOEY : Qu'est-ce que vous faîtes ?

WILDER : J'évite la horde de groupies. Vous ne comprenez pas, je pourrais en avoir pour des heures.

JOEY : Ca doit être agréable.

WILDER : De quoi est-ce que vous parlez ?

JOEY : D'avoir des filles de première années en émoi devant vous.

WILDER : Oh, ne vous en faîtes pas. Dans quelques heures je serais chez moi avec ma femme et mon enfant pour me remettre à ma place. (puis) Alors je suppose que vous veniez me voir.

JOEY : Oui, je voulais vous parler de mon histoire.

WILDER : S'il le faut. S'il faut gâcher un bel après-midi avec des questions de littérature. Allez-y.

JOEY : Et bien, vous avez dit que l'histoire s'achevait là où elle commençait, mais le problème est qu'il ne s'est rien passé après ça. Les deux personnes ont suivi un chemin différent.

WILDER : Ca n'a aucune importance. Où voulez vous que l'histoire aille ? Vous voyez, quand on écrit, on prend des décisions, Joey. Vous vous êtes dégonflée. Vous vous êtes arrêtée quand vous aviez à prendre une décision. Oui, je ne sais même pas ce que ce baiser représente.

JOEY : C'était juste un baiser.

WILDER : Et bien ça ne représente rien pour moi. Prenez une décision. Comment est-ce que c'était ? Est-ce que c'était amical, passionné ? Est-ce que c'était le genre de baiser qui veut dire "je veux t'allonger sur le lit et faire plein de vilaines choses avec toi", où est-ce qu'il voulait simplement dire "au revoir" ?


INT. HOLLIWOOD - STUDIOS - JOUR

Dawson entre dans le studio où il est censé passer son internat. La réceptionniste, Ashley, sort de la pièce en disant :

ASHLEY : Je reviens tout de suite !

HEATHER : (entre) Salut toi !

(Elle embrasse Dawson sur la joue.)

DAWSON : Salut.

HEATHER : Oh mon Dieu, ils ont dit que tu étais jeune, mais à ce point là ! Est-ce que tu n'étais pas à ce resto sympa ? Non ? Au café Deartist avec Greg et Mickey et ces mecs de l'UTA ? Non ? D'accord, oublie ça. On ne se connaît pas. Allez, viens. Tu veux quelque chose à boire ?

DAWSON : De l'eau.

HEATHER : (crie) Un verre d'eau !

(Ils s'assoient à la table.)

HEATHER : Alors... Il faut que je te le dise. Tu es un scénariste fantastique.

DAWSON : Vraiment ? Comment le sais-tu ?

HEATHER : C'est mon travail, chérie. C'est ce que je dois faire.

DAWSON : D'accord. Je voulais vous dire que je suis un grand fan de Todd. Surtout de ses clips vidéos. Celui de Janet Jackson...

HEATHER : Etait merveilleux ! Todd est un génie. Le leader visuel de son époque, si tu veux mon avis. Les vidéos étaient pas mal, mais c'est le cinéma, maintenant. Il film Damage Inc. dans le studio en face.

DAWSON : Ah oui, ça sort l'été prochain, c'est ça ?

HEATHER : Oui, c'est ça. Et c'est mon boulot de lui trouver son prochain contrat. J'essaie de le persuader de réaliser une version ciné de "7 à la maison".

DAWSON : La série télé ?

HEATHER : Oui. Qu'est-ce que tu en penses ?

DAWSON : Uhh, je trouve que c'est assez... Bizarre.

HEATHER : Exactement. Mais on va le traiter de façon plus sérieuse. Un peu comme le film tiré de du "Brady Bunch". Et c'est là que tu entres en scène.

DAWSON : (confus) Je ne comprends pas.

HEATHER : David, ton échantillon était parfait. Tu as la voix qu'il faut pour le projet.

DAWSON : Dawson.

HEATHER : Excuses-moi ?

DAWSON : Mon nom est Dawson.

HEATHER : Dawson Hartley.

DAWSON : Dawson Leery.

HEATHER : Qui est Dawson Hartley ?

DAWSON : Je n'en ai aucune idée.

HEATHER : (confusion, puis) Oh ! Oh, Dawson Leery ! D'accord. (de nouveau confuse) Qu'est-ce que j'ai lu de toi ?

DAWSON : Sûrement mon CV.

(Ashley revient.)

HEATHER (à Ashley) Ashley ?

ASHLEY : Uh-huh ?

HEATHER : Qui est-ce ?

ASHLEY : Le nouvel interne.

(Dawson sourit bêtement à Heather.)


INT. MAISON DE GRAMS - CUISINE - JOUR

Jack, Jen et Joey sont assis autour de la table. Ils parlent de Pacey.

JACK : Et pourquoi pas Bora Bora dans les Caraïbes ?

JOEY : Non, la Polynésie Française.

JACK : Il s'est peut-être transformé en Kurtz.

JOEY : Kurtz ? Brando dans Apocalypse Now ?

JACK : Oui ! Le leader du groupe sur une île tropicale qu'on ne peut pas trouver sur les cartes.

JEN : Ou peut-être qu'il est à Capeside. Ou à Boston.

JOEY : Et bien où qu'il soit, j'espère qu'il est heureux. Et si j'ai de la chance, quand je rentrerai, Audrey en aura terminé avec sa dernière conquête.

JEN : On dirait que cette fille a une carrière prometeuse dans le porno.

JACK : Bawm Chicka bawm bawm, bawm !

JOEY : Vous savez quoi ? Vous pouvez rire, mais c'est vrai. A chaque fois que j'ouvre la porte je ne sais jamais sur quelle orgie je risque de tomber.

JEN : Oui, c'est la même chose ici. On ne sait jamais qui Grams a pu ramener de son club de Bingo.

JACK : (à Joey) On peut quand même compter sur toi ce soir, non ?

JOEY : Je ne sais pas. Est-ce qu'on est vraiment du genre à aller aux fêtes de l'université ? Est-ce que nos histoires respectives témoignent de nos capacités à participer à ce genre d'événements ?

JACK : Et c'est exactement pourquoi on devrait y aller. C'est une nouvelle année, d'accord ? Je suis sérieux. Il faut qu'on vole de nos propres ailes. Qu'on oublie nos préjugés, sur l'université. Et surtout, qu'on se réinvente.

JOEY : (à Jen) Qu'est-ce qu'il lui est arrivé ?

JEN : Un beau garçon l'y a invité.

(Joey se lève pour partir.)

JOEY : Au revoir.

JACK : (à Jen) Tais-toi.

JEN : (à Joey) Au revoir ! A tout à l'heure ! (à Jack) Quoi ?


INT. HOLLYWOOD - STUDIO - JOUR

Dawson entre sur le plateau pour tomber sur une tirade de Todd, le réalisateur.

TODD (à son équipe) : S'il vous plaît. On a attiré mon attention sur le fait que, grâce à l'incompétence de mon équipe, je ne pourrais pas respecter les délais. Ca m'attriste. Ca me déprime. Vous vous prenez pour une équipe de tournage ? James Cameron vous aurez déjà fait fusillé. Mais moi je me contente de faire de vous mes sujets de dérision et de mépris. (à Dawson)
Qui es-tu et pourquoi est-ce que tu me fixes ?

DAWSON : Je suis le nouvel interne.

TODD : Qu'est-ce que je peux faire pour toi, le nouvel interne ?

DAWSON : Heather m'a donné ce script, elle m'a demandé de vous le remettre, elle a dit que c'était très important et qu'il fallait que vous le lisiez entre les prises.

TODD : Et merde. Heather n'a pas très bon goût en matière de scripts. Mais elle est canon, hein ?

DAWSON : Je ne peux pas vous contredire.

TODD : Ce quoi ton nom ?

DAWSON : Dawson.

TODD : Tu veux bien me rendre un service, Dawson ?

DAWSON : Bien sûr, ce que vous voulez.

TODD : Lis-le pour moi. Et dis-moi ce que tu en penses.

DAWSON : Vraiment ?

TODD : Vas là-bas t'asseoir mon fauteuil. Et préviens-moi dès que tu auras fini.

DAWSON : D'accord.

TODD : Très bien? Où en étions nous ? Oh, oui. Vous vous prenez pour des experts en effets spéciaux ? On peut voir vos trucages à l'oeil nu...

(Todd continue de se plaindre pendant que Dawson s'installe confortablement dans son fauteuil, le script à la main et le sourire aux lèvres.)


INT. WORTHINGTON - COULOIR DEVANT LA CHAMBRE DE JOEY - JOUR
Joey arrive devant la porte de sa chambre. Avant de l'ouvrir, elle se couvre les yeux de la main. Elle ouvre la porte, et enlève doucement sa main. Elle voit qu'Audrey est seule et entre dans la pièce.


INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - ENCHAINE - JOUR
Audrey est en train d'écouter la radio en lisant un magazine.

AUDREY : Salut ! Tu as déjà eu un orgasme ?

JOEY : Excuse-moi ?

(Audrey éteint la radio.)

AUDREY : Tu as déjà eu un orgasme ?

JOEY : Ce n'est pas une chose dont j'aime
parler avec une personne étrangère.

AUDREY : Moi ? Une étrangère ? Je suis ta colocataire, Joey. Et en tant que telle, je me réserve le droit d'amener sur le tapis des sujets tels que le sexe oral, l'hygiène féminine et les orgasmes. En parlant de ça, je ne crois pas en avoir eu au lycée. Je croyais que si mais... Zack m'a convaincu du contraire. C'est dommage que nous ayons rompu.

JOEY : Vous avez déjà rompu ?

AUDREY : Oui. Il a essayé de me forcer à faire une partie à trois. Je suis peut-être une fille facile, mais pas à ce point là. C'est terminé.

JOEY : Désolée, je crois.

AUDREY : C'est si dur de trouver la bonne personne. Ce qui nous amène à notre nouveau sujet...

JOEY : C'est à dire ?

AUDREY : J'ai peur pour toi, Joey.

JOEY : De quoi est-ce que tu parle ?

AUDREY : J'ai peur que tu n'ai pas la véritable expérience de l'université.

JOEY : J'apprécie ton inquiétude, mais...

AUDREY : Non, c'est juste que tu étudie, tu sais, beaucoup. Et que tu ne veux
jamais sortir avec moi.

JOEY : Ecoute, Audrey, tout le monde a des expériences différentes à l'université, d'accord ? Il y a des gens qui aiment boire et coucher, et tant mieux pour eux. Mais il y a aussi des gens qui veulent étudier et décrocher leur diplôme pour qu'un jour il puissent trouver un travail décent et non pas un job de serveuse dans leur petite ville d'origine.

AUDREY : Ce n'est pas ça, Joey.

JOEY : Ah oui ?

AUDREY : Non. C'est comme si, je ne sais pas. C'est comme si tu avais peur de t'amuser.

JOEY : Pourquoi est-ce que j'aurais peur de m'amuser ?

AUDREY : Parce que si tu t'amusais, tu risquerais de rencontrer quelqu'un que tu pourrais aimer. Et si ça arrivait, tu devrais renoncer à vivre dans le passé. Ecoute, je sais que tu es triste que ton copain ne vienne pas ce week-end. J'ai compris. Je suis très intuitive. Mais c'est peut-être une bonne chose, tu vois ? C'est peut être un signe.

JOEY : Sans offense, Audrey... Mais tu ne sais vraiment rien de ma vie.

AUDREY : Et je me demande à cause de qui.

(Elle reprend la lecture de son magazine.)


EXT. BOSTON - DOCKS - JOUR

Jen marche le long des docks avec deux verres à la main. Elle s'arrête devant un bateau.

JEN : Yoo hoo ?

(Pacey sort de la cabine du bateau.)

PACEY : Ah, encore toi ?

(Il la rejoint sur le dock et la soulage d'un des verres.)

JEN : Tu ne vas pas te débarrasser de moi aussi facilement.

PACEY : Tu sais, je n'arrive pas à croire que mon frère m'ai dénoncé à une personne comme toi.

JEN : Oui, et bien Doug Witter n'arrive pas à résister à mes charmes féminins.

PACEY : Alors dis moi, quelle est ma nouvelle cachette ?

JEN : Bora Bora, où tu te serais transformé en Kurtz.

PACEY : Oh.

JEN : J'ai bien tenté de suggérer que tu pourrais te trouver ici, mais je crois que tout le monde préfère t'imaginer dans un endroit plus exotique.

PACEY : Et Joey ?

JEN : Et Joey aime imaginer que tu es heureux.

PACEY : Ce que je suis.

JEN : Bien. Je crois que tu le serais encore plus si tu sortais avec nous ce soir.

PACEY : J'apprécie, mais...

JEN : D'accord, très bien. Mais tu vois, chaque dimanche Grams insiste pour nous avoir tous à dîner. C'est à dire moi et Jack et Joey. Je sais que c'est ennuyeux mais c'est également très gentil. Ce qui résume assez bien la personnalité de ma grand-mère. Mais je voulais te dire que... On serait heureux de rajouter un couvert pour toi.

PACEY : D'accord, j'en prends note. Est-ce que Dawson est en ville ?

JEN : Non, non. Il a décroché un internat qu'il ne pouvait pas refuser.

PACEY : Tu vois, c'est un gars qui a pris la bonne décision. Il est là-bas, à faire ce qu'il aime. A avancer dans sa vie sans regarder derrière lui.

JEN : Oui, oui, oui.

PACEY : Oui ?

JEN : Viens ici.

(Elle le prend dans ses bras.)

PACEY : Merci d'être venu me voir.

JEN : De rien.

PACEY : Et, uh, tu sais, tu ne parles de ma présence ici à personne, huh ?

JEN : D'accord. Mais je ne garderai pas ce secret pour toujours.

(Elle part.)


INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - NUIT

Jack et Jen sont assis sur le lit de Joey et sont en train de parler avec Audrey. Joey rentre dans la chambre.

JOEY : Est-ce que j'ai manqué quelque chose ?

AUDREY : Et bien tes amis me faisaient le compte rendu de ton passé amoureux.

JOEY : (à Jack et Jen) Merci beaucoup vous deux. Je suppose que je peux me passer des présentations.

AUDREY : Tout à fait ! Je te résume la situation. Jen est ma nouvelle meilleure amie. Et Jack sera à présent connu sous le nom de l'ami très mignon de Joey.

JEN : Oh non. Non, il est l'ami gay très mignon de Joey.

AUDREY : Non, vraiment ?

JACK : Gay, oui.

AUDREY : Et on ne peut rien faire pour changer ça ?

(Jack passe ses bras autour de Jen et Joey.)

JACK : Et bien, j'ai embrassé deux des plus beaux spécimens de l'espèce féminine et ça n'a rien changé.

AUDREY : (aux filles) Vous l'avez embrassé toutes les deux ? C'est trop injuste.

(Elle sort de la chambre.)

JOEY : Alors on va à la fête ou pas ?

JACK : Oui. Et Audrey vient avec nous.

JOEY : Ah oui ?

JEN : Elle est vraiment cool, Joey !

JOEY : Ah bon ?

(Audrey rentre, son sac à la main)

AUDREY : Très bien, les gars. On y va.


INT. HOLLYWOOD - STUDIO - JOUR

Dawson vient juste de finir de lire le script quand il est rejoint par Todd.

TODD : Alors, quel est le verdict, l'interne ?

DAWSON : Vos craintes sont fondées. C'est nul.

TODD : Qu'est-ce qui ne va pas ?

DAWSON : Il y a un singe dans l'histoire.

TODD : Vraiment ? Un singe ? C'est affreux. Enfin, ça ne fait rien. Je finirai sans doute par le réaliser de toute façon.

DAWSON : Pourquoi ?

TODD : Parce qu'il y a Drew Barrymore dans le film.

DAWSON : Oui, mais le script est nul.

TODD : Alors je le corrigerai. Ecrire n'est pas si dur que ça. Alors qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras plus grand, Dawson ?

DAWSON : A votre avis ? Réalisateur.

TODD : Ah oui ? Et qu'est-ce que tu fais pour ça ?

DAWSON : Université de Californie.

TODD : Les écoles de cinéma sont pour les crétins. Qu'est-ce que tu fais vraiment pour ça ?

DAWSON : Je, uh... J'ai réalisé un documentaire l'année dernière sur A.I. Brooks.

TODD : Qui ?

DAWSON : C'était un réalisateur de films noirs dans les années 50. C'est une histoire extraordinaire, en fait. Je pourrais vous le montrer.

TODD : Non merci.

DAWSON : D'accord.

TODD : Ecoute, tu as quel âge, dix-huit ans ?

DAWSON : Oui.

TODD : Ecoute, il y a des chances pour que ton film soit nul. Et si je le regarde et qu'il est vraiment nul, alors je devrais trouver un point positif pour que tu ne te sentes pas mal. Et si jamais il était bon, quelle importance ? Pourquoi est-ce que je serai jaloux d'un gamin de dix-huit ans qui fait de meilleurs films que moi ? Tu vois ce que je veux dire ?

HOMME : (à Todd) Ils sont prêts à tourner, Todd.

TODD : (à Dawson) Bienvenue à Hollywood, Dawson.

(Il part)


EXT. MAISON DE LA FRATERNITE - FETE DE L'UNIVERSITE - NUIT

Il y a des douzaines de personnes. Tous sont en train de boire et de danser. Le groupe est en train de jouer quand Audrey se précipite sur scène pour faire un duo avec le chanteur. Joey la voit et sourit. Elle se tourne avec sa bière à la main et rentre dans un garçon.

GARCON 2 : Ow ! Désolé, est-ce que ça va ?

JOEY : Oui, ce n'est rien.

GARCON 2 : Hey, tu es de Worthington, hein ?

JOEY : Oui, toi aussi ?

GARCON 2 : Oui, tu es dans ma classe d'éco. Tu es le numéro C-10.

JOEY : Qu'est-ce que tu as dit ?

GARCON 2 : Rang C, siège 10. C'est là que tu t'assois tous les jours. Tu fais ce truc avec tes cheveux quand tu prends des notes, tu les glisse derrière tes oreilles. C'est cool. Et je suis en train de te faire peur, n'est-ce pas ?

JOEY : Non. Non, pas du tout.

GARCON 2 : Bien. Tu veux rentrer et continuer cette conversation ? Il y aura moins de bruits. Et je te promets de ne plus de rentrer dedans.

(Joey y réfléchit un moment)

JOEY : Uh... En fait, je devrais sûrement aller retrouver mes amis.

GARCON 2 : Bien sûr, pas de problème. J'ai été ravi de te parler.

JOEY : Moi aussi.

GARCON 2 : A bientôt.


INT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT

Jen est debout toute seule en train de boire une bière quand elle est abordée par un garçon.

GARCON 3 : Salut.

JEN : Salut.

GARCON 3 : Tu veux monter voir ma chaîne hi-fi ?

JEN : (comprend où il veut en venir) Et où elle est ?

GARCON 3 : Dans ma chambre.

JEN : Et je parie que tu as des super posters ultra violets accrochés à tes murs, hein ?

GARCON 3 : Ouais, qui te l'a dit ?

JEN : (rit) Je crois que je vais passer mon tour.

GARCON 3 : Pourquoi ?

JEN : Parce que je ne vais pas coucher avec toi.

GARCON 3 : Comment est-ce que tu le sais ?

JEN : On pourrait monter dans ta chambre et tu pourrais changer d'avis.

GARCON 3 : Oui, je ne crois pas que ça marchera.


INT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT

Jack retrouve le garçon qui l'a invité à la fête.

GARCON : Salut.

JACK : Salut.

GARCON : Alors, tu as pensé à ton intégration à la fraternité ?

JACK : Ah, je ne sais pas. Ce n'est pas vraiment mon truc.

GARCON : Qu'est-ce qu'il y a ? Tu as quelque chose contre la famille ?

JACK : Aucun en particulier, non.

GARCON : Oublie ce que tu as entendu avant. Etre grec c'est être avec la famille. C'est voir une famille ici à l'université. Si tu rejoins notre maison tu deviens notre frère. Personne ne viendra te chercher des noises. Et pendant quatre années de ta vie. Tu t'engage envers nous et
on s'engage envers toi. Tu es l'un des nôtres. Quel est ton nom ?

JACK : Jack.

GARCON : Jack. Réfléchis-y, Jack.

Il regarde un autre garçon et montre Jack du doigt. Le deuxième garçon sort un appareil photo et prend rapidement une photo de Jack, qui cligne des yeux, aveuglé par le flash.


INT. HOLLYWOOD - STUDIO - JOUR

Dawson entre en portant un plateau sur lequel sont posées une douzaine de tasses de café. Il trébuche et tous les cafés se renversent sur le sol.

TODD : (dans un mégaphone) Apportez-lui une serpière. De l'incompétence ! Partout autour de
moi ! Même cet abruti d'interne.

DAWSON : (tout bas) Je t'emmerde.

TODD : Excuse-moi ! Est-ce qu'il y a quelque chose que tu souhaiterais partager avec le groupe ?

DAWSON : Non, rien.

TODD : C'est ce que je pensais. Gardes tes commentaires pour toi la prochaine fois, gamin, d'accord ? Super ? Où j'en étais ?

(Il commence à s'éloigner quand Dawson prend son courage à
deux mains et s'exprime)

DAWSON : Todd ? J'ai dis "je t'emmerde". Vous devriez avoir honte de vous, et pas parce ue vous traitez les gens comme des chiens, parce que beaucoup de gens font ça. Vous devriez avoir honte de vous parceque vous avez une chance incroyable et que vous ne le prenez même pas sérieusement. Vous avez l'opportunité de réaliser des films. C'est votre façon de gagner votre vie et vous ne vous en rendrez même pas compte. Ce films va sûrement être nul. Je le sais, vous le savez, et toute l'équipe le sait. Et votre prochain film va sûrement être nul aussi. Quelqu'un vous a donné la clé d'un royaume que vous ne respectez même pas. Je suis désolé pour vous. Si je me retrouve un jour à votre place, je ferais les choses différemment.

(Des membres de l'équipe commencent à applaudir jusqu'à ce que Todd se tourne vers eux et les fusille du regard. Il se tourne ensuite vers Dawson)

TODD : Tu as des tripes, gamin. Maintenant sors de mon plateau. Tu es viré. (à l'équipe) Allez, maintenant que le problème est réglé...


INT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT
Joey est adossée à un mur quand elle est rejointe par Audrey.

AUDREY : Joey, il faut que tu viennes chanter avec le groupe. C'est comme le karaoké avec de la vraie musique. C'est trop marrant !

JOEY : Peut-être plus tard.

AUDREY : D'accord. Est-ce que ça va ?

JOEY : Je vais bien. Tu avais raison, tu sais.

AUDREY : A quel sujet ?

JOEY : En disant que je vivais dans le passé. Et maintenant je suis en première année à l'université. Et si tu as l'occasion de me connaître tu comprendras à quel point c'est important pour moi. Et je fais vraiment de mon mieux. J'étudie, je lis, je rends mes devoir à temps... Je m'instruis, tu vois ? Tomber amoureuse de cette ville est merveilleux, mais il y a toujours une partie de moi qui a encore quinze ans. Qui est encore coincé à Capeside. Et toujours amoureuse de ce garçon qui vit de l'autre côté de la crique et pour qui je ne suis qu'une amie.

AUDREY : Chris.

(Joey lève les yeux vers elle, surprise)

AUDREY : C'était mon petit-ami au lycée. Lui dire au revoir a été la chose la plus difficile que j'ai jamais eu à faire. Parce que je savais que même si nous nous aimions et que même si nous nous étions jurés de vrais amis, ça ne marcherait pas. Qu'on finirait par se faire du mal. Alors
j'ai coupé le cordon et j'ai dit au revoir. Et c'est très dur parfois. Je sais qu'il est quelque part... En train de tomber amoureux d'une autre fille qui n'est pas moi. Tu dois penser que je suis une vraie traînée, hein ? Mais j'essaie juste de vivre ma vie. De m'amuser. Et si j'ai envie d'embrasser un garçon...

JOEY : Alors tu le fais.

AUDREY : Exactement. Aucun regret. Cette conversation a vraiment été intéressante, Joey Potter. J'espère que ça se reproduira.

JOEY : Moi aussi.

INT. MAISON DE LA FRATERNITE - COULOIR - NUIT
Nous voyons qu'il y a la queue devant la porte fermée de la...

INT. MAISON DE LA FRATERNITE - SALLE DE BAIN - ENCHAINE - NUIT

...salle de bain, où nous retrouvons Joey, au téléphone,
quand quelqu'un frappe à la porte.

JOEY : Juste une minute. (au téléphone) Salut, Dawson. C'est moi, um... Je voulais t'appeler. Je suis à une fête avec Jack et Jen et ma colocataire folle. Et devine quoi ? Je m'éclate, mais même si c'est génial, ça ne l'est pas complètement, et c'est à cause de toi. Tu n'es pas ici, et je sais que j'ai dit que ça ne faisait rien si tu ne venais pas ce week-end, mais tu sais quoi ? Ca ne fait pas rien parce que tu me manques. Et il y avait ce gars ce soir, et il me draguait, enfin je crois que c'est ce qu'il faisait. Et il était très gentil et je l'ai rejeté et je ne sais même pas pourquoi. Mais je suis sûre que c'était à cause de toi. Et... J'ai passé les trois derniers mois à agir comme si tu allais sonner à ma porte un beau jour, mais ça n'arrivera pas. Tu es là-bas en train de vivre tes rêves, et c'est ce que je veux pour toi. (Quelqu'un frappe à la porte)

JOEY : J'ai dit une minute ! (au téléphone) Dawson, je crois qu'il est temps que je te laisse partir. Et c'est difficile pour moi de le faire parce que je sais qu'il y a une partie de moi qui sera amoureuse de toi pour le reste de ma vie. Mais êtres séparés de cette façon n'est pas sain pour nous. Alors voilà, je coupe le cordon, je fais ce que j'aurais dût faire trois mois auparavant. Alors au revoir, Dawson. Rappelle-moi. Au revoir.

(Elle raccroche)


EXT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT

Jen est assise dehors contre un mur. Charlie, le joueur de basse du groupe la rejoint, une bouteille d'eau à la main.

JEN : Oh, non.

CHARLIE : Non, quoi ?

JEN : Non, pas intéressée.

CHARLIE : Non, pas intéressée par quoi ?

JEN : Par ce que tu viens me proposer.

CHARLIE : D'accord, je n'ai encore rien dit.

JEN : Et bien tu allais le faire.

CHARLIE : Ah oui ?

JEN : Oui. Tu allais me donner ta meilleure phrase d'ouverture. Quelque chose du genre "hey, ma
belle..." ce qui soit dit en passant n'est pas la meilleure façon d'entamer une discussion. Et
tu poursuivrais sûrement par le classique "Hey, tu sais ce qui irait bien sur toi ? Moi".

(Charlie rit)

CHARLIE : Wow. Les gens disent ça dans la vraie vie ? Pour ton information, je ne suis pas ce genre de gars.

JEN : Ecoute, pour ce que je sais tu pourrais être le genre de garçon qui écume les fêtes de l'université dans l'espoir de réussir à débaucher une fille de première année. Et ce qui est encore pire, c'est...

CHARLIE : (l'interrompt) D'accord. Alors A) Tu es folle. Et B) Je ne suis pas ce genre de gars non plus.

JEN : Alors qu'est-ce que tu fais ici ?

CHARLIE : Je fais partie du groupe. On est payé cinquante dollars pour jouer, et cinquante dollars c'est cinquante dollars jeune fille.

JEN : Et bien... Vous êtes vraiment bons.

CHARLIE : Merci. Et toi qu'est-ce que tu fais ici, Mademoiselle Je sais tout ? Je veux dire, à part agresser les inconnus.

JEN : Hey, c'est une bonne façon de rencontrer des gens.

CHARLIE : Ecoute, je dois aller remballer mon matériel. C'était merveilleux de partager ce moment avec toi. Au revoir.

(Il commence à partir, mais se retourne et revient)

CHARLIE : Ecoute, pour ton information, tout ce que j'allais dire c'est "Salut, mon nom est Charlie, et toi ?" C'est tout. Et ensuite j'espérais qu'on pourrait parler un peu. Je découvrirai alors que tu n'es pas le genre de fille qui vient d'habitude dans ce genre de fêtes. Et ça m'expliquerai pourquoi la plus belle fille du campus restait seule dans son coin. Parce que tu
as raison, d'accord, la plupart des garçons ici sont des tarés et les filles sont encore pires. Et j'espère qu'il ne vont pas se mettre à procréer. Mais ils vont le faire. Et on va devoir faire de notre mieux pour survivre. C'est tout.

(Il fait mine de partir)

JEN : Charlie ?

(Il s'arrête et se retourne)

JEN : Jen. Mon nom est Jen.

CHARLIE : Eh bien je suis ravi de faire ta connaissance, Jen.

(Il se retourne et rentre dans Jack)

JACK : Désolé.

(Il s'approche de Jen)

JACK : Alors, que nous vaut ce sourire ?

JEN : Tais-toi.

JACK : (rit) Ouais !


EXT. HOLLYWOOD - DEVANT LE STUDIO - JOUR

Dawson sort du studio et est arrêté par le garde dont il a fait la connaissance plus tôt dans la journée.

GARDE DE SECURITE : Alors, comment s'est passé ton premier jour ?

DAWSON : C'était le premier et le dernier. J'ai été viré. Le boulot ne payait pas suffisamment.

GARDE DE SECURITE : Il y a des choses plus graves.

DAWSON : Pas pour le moment, non.

GARDE DE SECURITE : D'où est-ce que tu viens, petit ?

DAWSON : Je viens de Capeside. C'est une petite ville dans le Massachusetts.

GARDE DE SECURITE : Oui, je sais. Je suis de Boston.

DAWSON : Vraiment ? Tous mes amis sont à Boston en ce moment.

GARDE DE SECURITE : Pourquoi est-ce que tu n'es pas avec eux ?

DAWSON : Parce que c'était mon rêve. Hollywood.

GARDE DE SECURITE : Et dans la réalité ?

DAWSON : C'est bizarre. Ca ne correspond pas vraiment.

GARDE DE SECURITE : Et si je t'appelais un taxi ?

DAWSON : Merci.


INT. MAISON DE GRAMS - CUISINE - NUIT

Jack, Jen et Joey rentrent à la maison.

JOEY : Très bien, Jen. Est-ce que tu vas me dire son nom ou est-ce que je vais devoir te torturer pour l'obtenir ?

JEN : Chut... Essayons de ne pas réveiller la femme dragon.

JOEY : Jen ! Jennnn ?

JEN : Charlie. D'accord ? Son nom est Charlie.

JOEY : Charlie est mignon.

JEN : Peut importe.

JACK : C'est le genre beau mais avec rien dans la tête ?

JEN : Charlie n'est pas bête !

JACK : Attention elle va mordre !

JEN : Tu veux bien te taire ? Bon sang, s'il y a des cookies dans ce tiroir, je promets de vouer ma vie à Dieu.

GRAMS : (baille)Quelle douce musique à mes oreilles, Jennifer.

JACK : Désolé Grams.

JEN/JOEY : Désolée.

GRAMS : (baille) Ah, ce n'est rien, je pourrais dormir quand je serai morte. Alors, comment s'est passé la fête ?

JOEY : Jen a rencontré un garçon.

JACK : Charlie. Et il n'est pas bête.

GRAMS : Eh bien, prie le ciel et passes moi le sucre. Et si je puis me permettre, il était temps.

JEN : Merci Grand-mère.


INT. WORTHINGTON - COULOIR DEVANT LA CHAMBRE DE JOEY - NUIT

Joey arrive dans le couloir et croise le garçon qui l'a abordé pendant la fête. Elle lui fait un petit sourire quand il passe devant elle. Joey ouvre sa porte et entre dans sa...

INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - ENCHAINE - NUIT

...chambre où elle trouve Audrey endormie dans son lit. Joey se laisse tomber sur le sien et ferme les yeux. Soudain, quelqu'un frappe à la porte.

JOEY : Audrey. Audrey !

Audrey se retourne sur le côté et continue de dormir. On continue de frapper à la porte.

JOEY : J'arrive.

(Elle se traîne vers la porte et l'ouvre. Dawson devant elle,un peu déprimé.)

DAWSON : Salut.

(Joey lui sourit et le prend dans ses bras..)

FIN


Un grand merci à Guillaume pour ce script !!!

Ce résumé a été migré dans le guide de l'épisode.

Script traduit directement de la version originale par Guillaume !


EXT. MAISON DE DAWSON - NUIT

Tout comme pour le début de la deuxième saison, la caméra se fixe sur la fenêtre de la chambre de Dawson, où nous voyons les silhouettes de Dawson et Joey s'embrassant, avant de descendre le long de la maison...

FONDU AU NOIR.

INT. CLASSE DE COURS - WORTHINGTON - JOUR

...pour nous retrouver dans la classe de littérature du Professeur Wilder à l'université de Worthington. Nous pouvons apercevoir Joey parmi les élèves. En parlant de Joey, Wilder est justement en train de lire à voix hauteson devoir pour la classe.

WILDER : (lisant) Et là, sans même le réaliser, ils s'embrassaient. Elle ne savait pas comment ils en étaient arrivé là. Elle n'en avait aucune idée. Elle n'avait pas pensé à embrasser ce garçon depuis des années, ce qui était étrange, parce qu'il était une fois, c'était tout ce à quoi elle pensait. Et ensuite, sans qu'ils s'en rendent compte, c'était terminé. Il toussota, elle baissa les yeux sur ses chaussures... Et elle rit pour elle-même. C'était un de ces moment, un de ceux qui nous donnent l'impression de quitter notre statuts de simple mortel de d'accéder, l'espace d'un instant, à la véritable Grandeur. Elle avait partagé tant de ces moments avec ce
garçon, mais maintenant qu'il devait s'en aller... Rien ne serait de nouveau pareil.
(arrête de lire/à la classe) Alors, qu'est-ce que vous pensez de l'histoire de Joey ? Alex ?

ALEX : Incroyablement banal.

WILDER : Faites-nous partager vos véritables sentiments, Alex.

ALEX : C'est une carte Hallmark qui parle du béguin d'une lycéenne. Qui ça intéresse ?

FILLE : Et bien, j'ai trouvé ça brillant. La façon dont elle a décrit le moment menant au
baiser, j'étais vraiment là avec elle. C'est Joyce Carol qui rencontre... Judy Blume.

ALEX : Tu dis ça comme si c'était une bonne chose.

WILDER : Hey, ne critique pas Judy Blume. Sans elle, mon moi plus jeune n'aura pas été capable
de décoder les actes pervers de la créature diabolique qu'est la fille de seize ans. Melle Potter j'ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne est que... Le cours est fini. La torture est terminée.

JOEY : Et la mauvaise ?

WILDER : C'est que vous êtes de toute évidence un scénariste.

(Il jette son devoir sur son bureau et écrit un "C" rougesur la première page.)

WILDER : Ce qui veut dire que la torture ne fait que commencer. (à la classe) Très bien, je vous retrouve la semaine prochaine. Alex, vous êtes le suivant ! Je suis vraiment impatient.


INT. WORTHINGTON - COULOIR - JOUR

Après le cours. Joey se précipite vers Wilder qui se dirige vers les escaliers.

JOEY : Professeur Wilder.

WILDER : Vous n'avez pas beaucoup apprécié le "C" n'est-ce pas, Joey.

JOEY : Non, c'est vrai. Pour être franche, je le déteste, et je me demandais si il y avait quelque chose que je pouvais faire pour rendre ce "C" un peu moins "C".

WILDER : Absolument. Vous pouvez réécrire que votre devoir.

JOEY : Et comment ?

WILDER : Ce garçon dont vous parlez, il existe vraiment ?

JOEY : Oui. Et il vient même me rendre visite la semaine prochaine.

WILDER : Ah, parfait.

JOEY : Pourquoi est-ce que c'est parfait ?

WILDER : Et bien, ça va vous permettre de corriger votre histoire.

JOEY : La corriger ? Je ne sais même pas ce que vous lui reprochez.

WILDER : Le problème avec votre histoire, Joey Potter, c'est qu'elle s'achève au moment même où elle devrait commencer.

(Joey regarde Wilder s'éloigner dans la cours en réfléchissant à ce qu'il vient de lui dire.)


EXT. BOSTON - PARC - JOUR

Joey est en train de faire son jogging dans un parc de Boston. Quand son téléphone portable sonne, elle s'arrête et répond.

JOEY : (au téléphone) Allô ?

DAWSON : Salut, c'est moi.

JOEY : Salut ! Tu es à l'aéroport ?

DAWSON : Um, pas exactement. Non ? Tu veux la bonne nouvelle ou la mauvaise nouvelle en premier ?

JOEY : (pour elle-même) Oh non, pas encore.

DAWSON : Hein ?

JOEY : Rien. Que se passe-t-il ?

DAWSON : Tu te souviens de cet internat dont je t'ai parlé ?

JOEY : Avec le réalisateur ? Tu l'as eu ?!

DAWSON : Oui.

JOEY : Dawson, c'est génial ! Je suis si heureuse pour toi. Mais ça veut dire que tu ne peux pas venir ce week-end.

DAWSON : Je commence aujourd'hui.

JOEY : C'est nul.

DAWSON : Je sais, j'étais... en quelque sorte impatient de venir te voir.

JOEY : En quelque sorte ?

DAWSON : Tu sais ce que je veux dire.

JOEY : Et bien, j'étais aussi en quelque sorte impatiente de te voir.

DAWSON : Il y a toujours le week-end prochain.

JOEY : Et ça va sûrement devenir le mois prochain.

DAWSON : Ou l'année prochaine.

JOEY : Et avant qu'on le comprenne, ce sera une carte de voeux de temps en temps... Quand ta femme y pensera.

DAWSON : On devrait peut-être se faire nos adieux tout de suite.

JOEY : Oui, ça vaudrait mieux.

DAWSON : Tu as vraiment le sens dramatique.

JOEY : Je sais. Eh, écoute... Bonne chance pour aujourd'hui.

DAWSON : Merci. Et, uh... Je t'appellerai avant le week-end prochain.

JOEY : Au revoir.

(Elle raccroche.)


EXT. HOLLYWOOD - DEVANT UN STUDIO - JOUR

Dawson s'approche du portail d'un studio de cinéma. Un garde de la sécurité s'approche de lui.

GARDE DE SECURITE : Bonjour.

DAWSON : Bonjour. Je suis là pour un internat.

GARDE DE SECURITE : C'est vrai ? Tu as un rendez vous ?

DAWSON : C'est mon premier jour aujourd'hui.

GARDE DE SECURITE : Ton premier jour. Tu es nerveux ?

DAWSON : Uh, non. Enfin, pas... En fait, je -- Oui.

GARDE DE SECURITE : C'est quoi ton nom de famille ?

DAWSON : Leery. L-deux e-r-y.

(Une voiture approche et klaxonne. Dawson se pousse et le portail s'ouvre. La voiture rentre dans le studio.)

GARDE DE SECURITE : Tu sais où tu vas, Mr. Dawson Leery ?

DAWSON : Je n'en ai aucune idée.

GARDE DE SECURITE : Droit devant, deux fois à gauche, et une fois à droite.

DAWSON : D'accord, merci.

GARDE DE SECURITE : Dawson... Essaie de ne pas te perdre ici.


EXT. BOSTON - JOUR

Où nous retrouvons Jack et Jen une tasse de café à la main.

JEN : Où est-ce que tu veux t'asseoir ?

JACK : Ici.

(Un ballon de football passe au dessus de leur tête et un garçon l'attrape.)

JACK : Whoa !

JEN : Lève la tête.

JACK : Uh. Les étudiants sont super craquants.

JEN : Donne-moi le téléphone.

JACK : Pourquoi ?

JEN : Parce que je vais téléphoner à Tobey pour lui raconter ce que tu viens de dire.

JACK : J'ai le droit de regarder.

JEN : Oui, mais tu ne peux pas toucher. J'aime bien Tobey. C'est un garçon bien.

JACK : Oui, j'aime bien Tobey aussi. Mais c'est dommage d'être coincé dans la solitude d'une relation à distance.

JEN : Eh bien, c'est toujours mieux que d'être coincé dans la solitude d'une non-relation... Cette phrase ne veut rien dire, n'est-ce pas ?

JACK : Non, non, en effet. Ecoute, il faut te trouver quelqu'un avec que tu ne reprennes ton statuts de viergeeffarouchée.

(Jen rit.)

JEN : Jack !

JACK : Quoi ? Jen, je suis sérieux. Ca dure depuis trop longtemps. Le dernier garçon que tu ai fréquenté était Henry. Ce qui veut dire quel'année dernière a été vide pour toi.

JEN : Merci. C'est bon à savoir.

JACK : Ce n'est pas une -

(Un autre ballon passe au dessus de leur tête. Jack l'attrape et un garçon vient le récupérer)

JACK : Oh, levez la tête !

JEN : Seigneur !

JACK : (au garçon) Joli lancé.

GARCON : Merci, mec.

(Il fait mine de partir, mais revient.)

GARCON : Hey, um, il y a une fête ce soir à la maison Sigma Ep. Vous devriez venir. C'est gratuit, des punchs aux bières.

JACK : Super ! Oui, on viendra.

(Jen fait un signe au garçon quand il s'en va.)

JEN : A plus, mec. (à Jack) "Super ! On viendra" ?

JACK : Oui. Oui, ce sera marrant. Tu pourrais rencontrer quelqu'un.

JEN : Oui, bien sûr. Comme si j'allais trouver l'amour de ma vie à une fête à l'université ?

JACK : Tu n'as pas trouvé que ce gars était canon ?

JEN : Oui, si on aime le style beau avec rien dans le cerveau.

JACK : Joliment formulé.


INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - JOUR

Joey est assise à son bureau, quand une jeune fille blonde, Audrey, sa colocataire, entre dans la pièce.

AUDREY : Joey !

JOEY : Audrey.

AUDREY : Est-ce que ma colocataire préférée pourrait me rendre un immense service ?

JOEY : Bien sûr. Tant que tu ne me demandes pas de quitter la chambre.

(L'expression joyeuse sur le visage d'Audrey disparaît, etJoey le remarque.)

JOEY : Tu me demandes de quitter la chambre, n'est-ce pas ?

AUDREY : Zack est ici.

JOEY : Où ça ?

AUDREY : Dans le couloir.

JOEY : C'est celui qui s'est fait tatouer le symbole de sa fraternité sur la cheville ?

AUDREY : Non. Ca c'était Tom.

JOEY : Qu'est-ce qui s'est passé avec Tom.

AUDREY : Il embrassait mal. P.S.L.D.

JOEY : P.S.L.D. ?

AUDREY : Poils sur le dos. C'était dégoûtant !

JOEY : Audrey.

AUDREY : Joey.

JOEY : Ca ne peut pas continuer comme ça.

AUDREY : Est-ce que tu ne pourrais pas aller traîner à la bibliothèque un petit moment ?

JOEY : Est-ce que tu sais combien de temps j'ai déjà passé dans cette bibliothèque ce semestre ? Et on est qu'en octobre.

AUDREY : S'il te plaît ? S'il te plaît, et tu sais, je compte me faire toute petite quand ton soupirant sera là.

JOEY : Premièrement, ce n'est pas mon soupirant. Et deuxièmement, il ne vient pas.

AUDREY : Dunston ne vient pas ?

JOEY : Dawson !

AUDREY : Ah oui.

JOEY : Il a eu un empêchement.

AUDREY : Hey... Tu as besoin de te confier, parce que si c'est le cas, je vaisaller me débarrasser de Zack. Même si tu ne t'en es pas encore rendu compte, je suis plutôt douée pour conseiller les autres.

JOEY : Non, ça ira.

(Elle attrape ses livres.)

JOEY : Je dois aller parler au professeur Wilder de toute façon.

AUDREY : Et tu y vas t'habillée comme ça ?

JOEY : Qu'est-ce que c'est censé vouloir dire ?

AUDREY : Joey ! Le professeur Wilder est magnifique !

JOEY : Audrey, je vais le voir pour parler de mon devoir. Pas pour le draguer.

(Elle quitte la chambre.)


EXT. WORTHINGTON - DEVANT LE BATIMENT DE L'ADMINISTRATION - JOUR

Une énorme queue part de l'entrée du bureau de Wilder et s'étend jusqu'à dehors. Joey arrive et regarde la file d'attente, choquée. Elle demande à une fille en bout de queue :

JOEY : Est-ce que c'est la file pour le professeur Wilder ?

FILLE : Mmm-hmm. Et ça vaut le coup d'attendre si tu veux mon avis.

(Joey se tourne pour partir. Elle fait le tour du bâtiment pour trouver Wilder, en train de s'enfuir de son bureau par la fenêtre. Joey s'arrête et attend qu'il soit descendu.)

WILDER : Grillé.

JOEY : Qu'est-ce que vous faîtes ?

WILDER : J'évite la horde de groupies. Vous ne comprenez pas, je pourrais en avoir pour des heures.

JOEY : Ca doit être agréable.

WILDER : De quoi est-ce que vous parlez ?

JOEY : D'avoir des filles de première années en émoi devant vous.

WILDER : Oh, ne vous en faîtes pas. Dans quelques heures je serais chez moi avec ma femme et mon enfant pour me remettre à ma place. (puis) Alors je suppose que vous veniez me voir.

JOEY : Oui, je voulais vous parler de mon histoire.

WILDER : S'il le faut. S'il faut gâcher un bel après-midi avec des questions de littérature. Allez-y.

JOEY : Et bien, vous avez dit que l'histoire s'achevait là où elle commençait, mais le problème est qu'il ne s'est rien passé après ça. Les deux personnes ont suivi un chemin différent.

WILDER : Ca n'a aucune importance. Où voulez vous que l'histoire aille ? Vous voyez, quand on écrit, on prend des décisions, Joey. Vous vous êtes dégonflée. Vous vous êtes arrêtée quand vous aviez à prendre une décision. Oui, je ne sais même pas ce que ce baiser représente.

JOEY : C'était juste un baiser.

WILDER : Et bien ça ne représente rien pour moi. Prenez une décision. Comment est-ce que c'était ? Est-ce que c'était amical, passionné ? Est-ce que c'était le genre de baiser qui veut dire "je veux t'allonger sur le lit et faire plein de vilaines choses avec toi", où est-ce qu'il voulait simplement dire "au revoir" ?


INT. HOLLIWOOD - STUDIOS - JOUR

Dawson entre dans le studio où il est censé passer son internat. La réceptionniste, Ashley, sort de la pièce en disant :

ASHLEY : Je reviens tout de suite !

HEATHER : (entre) Salut toi !

(Elle embrasse Dawson sur la joue.)

DAWSON : Salut.

HEATHER : Oh mon Dieu, ils ont dit que tu étais jeune, mais à ce point là ! Est-ce que tu n'étais pas à ce resto sympa ? Non ? Au café Deartist avec Greg et Mickey et ces mecs de l'UTA ? Non ? D'accord, oublie ça. On ne se connaît pas. Allez, viens. Tu veux quelque chose à boire ?

DAWSON : De l'eau.

HEATHER : (crie) Un verre d'eau !

(Ils s'assoient à la table.)

HEATHER : Alors... Il faut que je te le dise. Tu es un scénariste fantastique.

DAWSON : Vraiment ? Comment le sais-tu ?

HEATHER : C'est mon travail, chérie. C'est ce que je dois faire.

DAWSON : D'accord. Je voulais vous dire que je suis un grand fan de Todd. Surtout de ses clips vidéos. Celui de Janet Jackson...

HEATHER : Etait merveilleux ! Todd est un génie. Le leader visuel de son époque, si tu veux mon avis. Les vidéos étaient pas mal, mais c'est le cinéma, maintenant. Il film Damage Inc. dans le studio en face.

DAWSON : Ah oui, ça sort l'été prochain, c'est ça ?

HEATHER : Oui, c'est ça. Et c'est mon boulot de lui trouver son prochain contrat. J'essaie de le persuader de réaliser une version ciné de "7 à la maison".

DAWSON : La série télé ?

HEATHER : Oui. Qu'est-ce que tu en penses ?

DAWSON : Uhh, je trouve que c'est assez... Bizarre.

HEATHER : Exactement. Mais on va le traiter de façon plus sérieuse. Un peu comme le film tiré de du "Brady Bunch". Et c'est là que tu entres en scène.

DAWSON : (confus) Je ne comprends pas.

HEATHER : David, ton échantillon était parfait. Tu as la voix qu'il faut pour le projet.

DAWSON : Dawson.

HEATHER : Excuses-moi ?

DAWSON : Mon nom est Dawson.

HEATHER : Dawson Hartley.

DAWSON : Dawson Leery.

HEATHER : Qui est Dawson Hartley ?

DAWSON : Je n'en ai aucune idée.

HEATHER : (confusion, puis) Oh ! Oh, Dawson Leery ! D'accord. (de nouveau confuse) Qu'est-ce que j'ai lu de toi ?

DAWSON : Sûrement mon CV.

(Ashley revient.)

HEATHER (à Ashley) Ashley ?

ASHLEY : Uh-huh ?

HEATHER : Qui est-ce ?

ASHLEY : Le nouvel interne.

(Dawson sourit bêtement à Heather.)


INT. MAISON DE GRAMS - CUISINE - JOUR

Jack, Jen et Joey sont assis autour de la table. Ils parlent de Pacey.

JACK : Et pourquoi pas Bora Bora dans les Caraïbes ?

JOEY : Non, la Polynésie Française.

JACK : Il s'est peut-être transformé en Kurtz.

JOEY : Kurtz ? Brando dans Apocalypse Now ?

JACK : Oui ! Le leader du groupe sur une île tropicale qu'on ne peut pas trouver sur les cartes.

JEN : Ou peut-être qu'il est à Capeside. Ou à Boston.

JOEY : Et bien où qu'il soit, j'espère qu'il est heureux. Et si j'ai de la chance, quand je rentrerai, Audrey en aura terminé avec sa dernière conquête.

JEN : On dirait que cette fille a une carrière prometeuse dans le porno.

JACK : Bawm Chicka bawm bawm, bawm !

JOEY : Vous savez quoi ? Vous pouvez rire, mais c'est vrai. A chaque fois que j'ouvre la porte je ne sais jamais sur quelle orgie je risque de tomber.

JEN : Oui, c'est la même chose ici. On ne sait jamais qui Grams a pu ramener de son club de Bingo.

JACK : (à Joey) On peut quand même compter sur toi ce soir, non ?

JOEY : Je ne sais pas. Est-ce qu'on est vraiment du genre à aller aux fêtes de l'université ? Est-ce que nos histoires respectives témoignent de nos capacités à participer à ce genre d'événements ?

JACK : Et c'est exactement pourquoi on devrait y aller. C'est une nouvelle année, d'accord ? Je suis sérieux. Il faut qu'on vole de nos propres ailes. Qu'on oublie nos préjugés, sur l'université. Et surtout, qu'on se réinvente.

JOEY : (à Jen) Qu'est-ce qu'il lui est arrivé ?

JEN : Un beau garçon l'y a invité.

(Joey se lève pour partir.)

JOEY : Au revoir.

JACK : (à Jen) Tais-toi.

JEN : (à Joey) Au revoir ! A tout à l'heure ! (à Jack) Quoi ?


INT. HOLLYWOOD - STUDIO - JOUR

Dawson entre sur le plateau pour tomber sur une tirade de Todd, le réalisateur.

TODD (à son équipe) : S'il vous plaît. On a attiré mon attention sur le fait que, grâce à l'incompétence de mon équipe, je ne pourrais pas respecter les délais. Ca m'attriste. Ca me déprime. Vous vous prenez pour une équipe de tournage ? James Cameron vous aurez déjà fait fusillé. Mais moi je me contente de faire de vous mes sujets de dérision et de mépris. (à Dawson)
Qui es-tu et pourquoi est-ce que tu me fixes ?

DAWSON : Je suis le nouvel interne.

TODD : Qu'est-ce que je peux faire pour toi, le nouvel interne ?

DAWSON : Heather m'a donné ce script, elle m'a demandé de vous le remettre, elle a dit que c'était très important et qu'il fallait que vous le lisiez entre les prises.

TODD : Et merde. Heather n'a pas très bon goût en matière de scripts. Mais elle est canon, hein ?

DAWSON : Je ne peux pas vous contredire.

TODD : Ce quoi ton nom ?

DAWSON : Dawson.

TODD : Tu veux bien me rendre un service, Dawson ?

DAWSON : Bien sûr, ce que vous voulez.

TODD : Lis-le pour moi. Et dis-moi ce que tu en penses.

DAWSON : Vraiment ?

TODD : Vas là-bas t'asseoir mon fauteuil. Et préviens-moi dès que tu auras fini.

DAWSON : D'accord.

TODD : Très bien? Où en étions nous ? Oh, oui. Vous vous prenez pour des experts en effets spéciaux ? On peut voir vos trucages à l'oeil nu...

(Todd continue de se plaindre pendant que Dawson s'installe confortablement dans son fauteuil, le script à la main et le sourire aux lèvres.)


INT. WORTHINGTON - COULOIR DEVANT LA CHAMBRE DE JOEY - JOUR
Joey arrive devant la porte de sa chambre. Avant de l'ouvrir, elle se couvre les yeux de la main. Elle ouvre la porte, et enlève doucement sa main. Elle voit qu'Audrey est seule et entre dans la pièce.


INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - ENCHAINE - JOUR
Audrey est en train d'écouter la radio en lisant un magazine.

AUDREY : Salut ! Tu as déjà eu un orgasme ?

JOEY : Excuse-moi ?

(Audrey éteint la radio.)

AUDREY : Tu as déjà eu un orgasme ?

JOEY : Ce n'est pas une chose dont j'aime
parler avec une personne étrangère.

AUDREY : Moi ? Une étrangère ? Je suis ta colocataire, Joey. Et en tant que telle, je me réserve le droit d'amener sur le tapis des sujets tels que le sexe oral, l'hygiène féminine et les orgasmes. En parlant de ça, je ne crois pas en avoir eu au lycée. Je croyais que si mais... Zack m'a convaincu du contraire. C'est dommage que nous ayons rompu.

JOEY : Vous avez déjà rompu ?

AUDREY : Oui. Il a essayé de me forcer à faire une partie à trois. Je suis peut-être une fille facile, mais pas à ce point là. C'est terminé.

JOEY : Désolée, je crois.

AUDREY : C'est si dur de trouver la bonne personne. Ce qui nous amène à notre nouveau sujet...

JOEY : C'est à dire ?

AUDREY : J'ai peur pour toi, Joey.

JOEY : De quoi est-ce que tu parle ?

AUDREY : J'ai peur que tu n'ai pas la véritable expérience de l'université.

JOEY : J'apprécie ton inquiétude, mais...

AUDREY : Non, c'est juste que tu étudie, tu sais, beaucoup. Et que tu ne veux
jamais sortir avec moi.

JOEY : Ecoute, Audrey, tout le monde a des expériences différentes à l'université, d'accord ? Il y a des gens qui aiment boire et coucher, et tant mieux pour eux. Mais il y a aussi des gens qui veulent étudier et décrocher leur diplôme pour qu'un jour il puissent trouver un travail décent et non pas un job de serveuse dans leur petite ville d'origine.

AUDREY : Ce n'est pas ça, Joey.

JOEY : Ah oui ?

AUDREY : Non. C'est comme si, je ne sais pas. C'est comme si tu avais peur de t'amuser.

JOEY : Pourquoi est-ce que j'aurais peur de m'amuser ?

AUDREY : Parce que si tu t'amusais, tu risquerais de rencontrer quelqu'un que tu pourrais aimer. Et si ça arrivait, tu devrais renoncer à vivre dans le passé. Ecoute, je sais que tu es triste que ton copain ne vienne pas ce week-end. J'ai compris. Je suis très intuitive. Mais c'est peut-être une bonne chose, tu vois ? C'est peut être un signe.

JOEY : Sans offense, Audrey... Mais tu ne sais vraiment rien de ma vie.

AUDREY : Et je me demande à cause de qui.

(Elle reprend la lecture de son magazine.)


EXT. BOSTON - DOCKS - JOUR

Jen marche le long des docks avec deux verres à la main. Elle s'arrête devant un bateau.

JEN : Yoo hoo ?

(Pacey sort de la cabine du bateau.)

PACEY : Ah, encore toi ?

(Il la rejoint sur le dock et la soulage d'un des verres.)

JEN : Tu ne vas pas te débarrasser de moi aussi facilement.

PACEY : Tu sais, je n'arrive pas à croire que mon frère m'ai dénoncé à une personne comme toi.

JEN : Oui, et bien Doug Witter n'arrive pas à résister à mes charmes féminins.

PACEY : Alors dis moi, quelle est ma nouvelle cachette ?

JEN : Bora Bora, où tu te serais transformé en Kurtz.

PACEY : Oh.

JEN : J'ai bien tenté de suggérer que tu pourrais te trouver ici, mais je crois que tout le monde préfère t'imaginer dans un endroit plus exotique.

PACEY : Et Joey ?

JEN : Et Joey aime imaginer que tu es heureux.

PACEY : Ce que je suis.

JEN : Bien. Je crois que tu le serais encore plus si tu sortais avec nous ce soir.

PACEY : J'apprécie, mais...

JEN : D'accord, très bien. Mais tu vois, chaque dimanche Grams insiste pour nous avoir tous à dîner. C'est à dire moi et Jack et Joey. Je sais que c'est ennuyeux mais c'est également très gentil. Ce qui résume assez bien la personnalité de ma grand-mère. Mais je voulais te dire que... On serait heureux de rajouter un couvert pour toi.

PACEY : D'accord, j'en prends note. Est-ce que Dawson est en ville ?

JEN : Non, non. Il a décroché un internat qu'il ne pouvait pas refuser.

PACEY : Tu vois, c'est un gars qui a pris la bonne décision. Il est là-bas, à faire ce qu'il aime. A avancer dans sa vie sans regarder derrière lui.

JEN : Oui, oui, oui.

PACEY : Oui ?

JEN : Viens ici.

(Elle le prend dans ses bras.)

PACEY : Merci d'être venu me voir.

JEN : De rien.

PACEY : Et, uh, tu sais, tu ne parles de ma présence ici à personne, huh ?

JEN : D'accord. Mais je ne garderai pas ce secret pour toujours.

(Elle part.)


INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - NUIT

Jack et Jen sont assis sur le lit de Joey et sont en train de parler avec Audrey. Joey rentre dans la chambre.

JOEY : Est-ce que j'ai manqué quelque chose ?

AUDREY : Et bien tes amis me faisaient le compte rendu de ton passé amoureux.

JOEY : (à Jack et Jen) Merci beaucoup vous deux. Je suppose que je peux me passer des présentations.

AUDREY : Tout à fait ! Je te résume la situation. Jen est ma nouvelle meilleure amie. Et Jack sera à présent connu sous le nom de l'ami très mignon de Joey.

JEN : Oh non. Non, il est l'ami gay très mignon de Joey.

AUDREY : Non, vraiment ?

JACK : Gay, oui.

AUDREY : Et on ne peut rien faire pour changer ça ?

(Jack passe ses bras autour de Jen et Joey.)

JACK : Et bien, j'ai embrassé deux des plus beaux spécimens de l'espèce féminine et ça n'a rien changé.

AUDREY : (aux filles) Vous l'avez embrassé toutes les deux ? C'est trop injuste.

(Elle sort de la chambre.)

JOEY : Alors on va à la fête ou pas ?

JACK : Oui. Et Audrey vient avec nous.

JOEY : Ah oui ?

JEN : Elle est vraiment cool, Joey !

JOEY : Ah bon ?

(Audrey rentre, son sac à la main)

AUDREY : Très bien, les gars. On y va.


INT. HOLLYWOOD - STUDIO - JOUR

Dawson vient juste de finir de lire le script quand il est rejoint par Todd.

TODD : Alors, quel est le verdict, l'interne ?

DAWSON : Vos craintes sont fondées. C'est nul.

TODD : Qu'est-ce qui ne va pas ?

DAWSON : Il y a un singe dans l'histoire.

TODD : Vraiment ? Un singe ? C'est affreux. Enfin, ça ne fait rien. Je finirai sans doute par le réaliser de toute façon.

DAWSON : Pourquoi ?

TODD : Parce qu'il y a Drew Barrymore dans le film.

DAWSON : Oui, mais le script est nul.

TODD : Alors je le corrigerai. Ecrire n'est pas si dur que ça. Alors qu'est-ce que tu veux faire quand tu seras plus grand, Dawson ?

DAWSON : A votre avis ? Réalisateur.

TODD : Ah oui ? Et qu'est-ce que tu fais pour ça ?

DAWSON : Université de Californie.

TODD : Les écoles de cinéma sont pour les crétins. Qu'est-ce que tu fais vraiment pour ça ?

DAWSON : Je, uh... J'ai réalisé un documentaire l'année dernière sur A.I. Brooks.

TODD : Qui ?

DAWSON : C'était un réalisateur de films noirs dans les années 50. C'est une histoire extraordinaire, en fait. Je pourrais vous le montrer.

TODD : Non merci.

DAWSON : D'accord.

TODD : Ecoute, tu as quel âge, dix-huit ans ?

DAWSON : Oui.

TODD : Ecoute, il y a des chances pour que ton film soit nul. Et si je le regarde et qu'il est vraiment nul, alors je devrais trouver un point positif pour que tu ne te sentes pas mal. Et si jamais il était bon, quelle importance ? Pourquoi est-ce que je serai jaloux d'un gamin de dix-huit ans qui fait de meilleurs films que moi ? Tu vois ce que je veux dire ?

HOMME : (à Todd) Ils sont prêts à tourner, Todd.

TODD : (à Dawson) Bienvenue à Hollywood, Dawson.

(Il part)


EXT. MAISON DE LA FRATERNITE - FETE DE L'UNIVERSITE - NUIT

Il y a des douzaines de personnes. Tous sont en train de boire et de danser. Le groupe est en train de jouer quand Audrey se précipite sur scène pour faire un duo avec le chanteur. Joey la voit et sourit. Elle se tourne avec sa bière à la main et rentre dans un garçon.

GARCON 2 : Ow ! Désolé, est-ce que ça va ?

JOEY : Oui, ce n'est rien.

GARCON 2 : Hey, tu es de Worthington, hein ?

JOEY : Oui, toi aussi ?

GARCON 2 : Oui, tu es dans ma classe d'éco. Tu es le numéro C-10.

JOEY : Qu'est-ce que tu as dit ?

GARCON 2 : Rang C, siège 10. C'est là que tu t'assois tous les jours. Tu fais ce truc avec tes cheveux quand tu prends des notes, tu les glisse derrière tes oreilles. C'est cool. Et je suis en train de te faire peur, n'est-ce pas ?

JOEY : Non. Non, pas du tout.

GARCON 2 : Bien. Tu veux rentrer et continuer cette conversation ? Il y aura moins de bruits. Et je te promets de ne plus de rentrer dedans.

(Joey y réfléchit un moment)

JOEY : Uh... En fait, je devrais sûrement aller retrouver mes amis.

GARCON 2 : Bien sûr, pas de problème. J'ai été ravi de te parler.

JOEY : Moi aussi.

GARCON 2 : A bientôt.


INT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT

Jen est debout toute seule en train de boire une bière quand elle est abordée par un garçon.

GARCON 3 : Salut.

JEN : Salut.

GARCON 3 : Tu veux monter voir ma chaîne hi-fi ?

JEN : (comprend où il veut en venir) Et où elle est ?

GARCON 3 : Dans ma chambre.

JEN : Et je parie que tu as des super posters ultra violets accrochés à tes murs, hein ?

GARCON 3 : Ouais, qui te l'a dit ?

JEN : (rit) Je crois que je vais passer mon tour.

GARCON 3 : Pourquoi ?

JEN : Parce que je ne vais pas coucher avec toi.

GARCON 3 : Comment est-ce que tu le sais ?

JEN : On pourrait monter dans ta chambre et tu pourrais changer d'avis.

GARCON 3 : Oui, je ne crois pas que ça marchera.


INT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT

Jack retrouve le garçon qui l'a invité à la fête.

GARCON : Salut.

JACK : Salut.

GARCON : Alors, tu as pensé à ton intégration à la fraternité ?

JACK : Ah, je ne sais pas. Ce n'est pas vraiment mon truc.

GARCON : Qu'est-ce qu'il y a ? Tu as quelque chose contre la famille ?

JACK : Aucun en particulier, non.

GARCON : Oublie ce que tu as entendu avant. Etre grec c'est être avec la famille. C'est voir une famille ici à l'université. Si tu rejoins notre maison tu deviens notre frère. Personne ne viendra te chercher des noises. Et pendant quatre années de ta vie. Tu t'engage envers nous et
on s'engage envers toi. Tu es l'un des nôtres. Quel est ton nom ?

JACK : Jack.

GARCON : Jack. Réfléchis-y, Jack.

Il regarde un autre garçon et montre Jack du doigt. Le deuxième garçon sort un appareil photo et prend rapidement une photo de Jack, qui cligne des yeux, aveuglé par le flash.


INT. HOLLYWOOD - STUDIO - JOUR

Dawson entre en portant un plateau sur lequel sont posées une douzaine de tasses de café. Il trébuche et tous les cafés se renversent sur le sol.

TODD : (dans un mégaphone) Apportez-lui une serpière. De l'incompétence ! Partout autour de
moi ! Même cet abruti d'interne.

DAWSON : (tout bas) Je t'emmerde.

TODD : Excuse-moi ! Est-ce qu'il y a quelque chose que tu souhaiterais partager avec le groupe ?

DAWSON : Non, rien.

TODD : C'est ce que je pensais. Gardes tes commentaires pour toi la prochaine fois, gamin, d'accord ? Super ? Où j'en étais ?

(Il commence à s'éloigner quand Dawson prend son courage à
deux mains et s'exprime)

DAWSON : Todd ? J'ai dis "je t'emmerde". Vous devriez avoir honte de vous, et pas parce ue vous traitez les gens comme des chiens, parce que beaucoup de gens font ça. Vous devriez avoir honte de vous parceque vous avez une chance incroyable et que vous ne le prenez même pas sérieusement. Vous avez l'opportunité de réaliser des films. C'est votre façon de gagner votre vie et vous ne vous en rendrez même pas compte. Ce films va sûrement être nul. Je le sais, vous le savez, et toute l'équipe le sait. Et votre prochain film va sûrement être nul aussi. Quelqu'un vous a donné la clé d'un royaume que vous ne respectez même pas. Je suis désolé pour vous. Si je me retrouve un jour à votre place, je ferais les choses différemment.

(Des membres de l'équipe commencent à applaudir jusqu'à ce que Todd se tourne vers eux et les fusille du regard. Il se tourne ensuite vers Dawson)

TODD : Tu as des tripes, gamin. Maintenant sors de mon plateau. Tu es viré. (à l'équipe) Allez, maintenant que le problème est réglé...


INT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT
Joey est adossée à un mur quand elle est rejointe par Audrey.

AUDREY : Joey, il faut que tu viennes chanter avec le groupe. C'est comme le karaoké avec de la vraie musique. C'est trop marrant !

JOEY : Peut-être plus tard.

AUDREY : D'accord. Est-ce que ça va ?

JOEY : Je vais bien. Tu avais raison, tu sais.

AUDREY : A quel sujet ?

JOEY : En disant que je vivais dans le passé. Et maintenant je suis en première année à l'université. Et si tu as l'occasion de me connaître tu comprendras à quel point c'est important pour moi. Et je fais vraiment de mon mieux. J'étudie, je lis, je rends mes devoir à temps... Je m'instruis, tu vois ? Tomber amoureuse de cette ville est merveilleux, mais il y a toujours une partie de moi qui a encore quinze ans. Qui est encore coincé à Capeside. Et toujours amoureuse de ce garçon qui vit de l'autre côté de la crique et pour qui je ne suis qu'une amie.

AUDREY : Chris.

(Joey lève les yeux vers elle, surprise)

AUDREY : C'était mon petit-ami au lycée. Lui dire au revoir a été la chose la plus difficile que j'ai jamais eu à faire. Parce que je savais que même si nous nous aimions et que même si nous nous étions jurés de vrais amis, ça ne marcherait pas. Qu'on finirait par se faire du mal. Alors
j'ai coupé le cordon et j'ai dit au revoir. Et c'est très dur parfois. Je sais qu'il est quelque part... En train de tomber amoureux d'une autre fille qui n'est pas moi. Tu dois penser que je suis une vraie traînée, hein ? Mais j'essaie juste de vivre ma vie. De m'amuser. Et si j'ai envie d'embrasser un garçon...

JOEY : Alors tu le fais.

AUDREY : Exactement. Aucun regret. Cette conversation a vraiment été intéressante, Joey Potter. J'espère que ça se reproduira.

JOEY : Moi aussi.

INT. MAISON DE LA FRATERNITE - COULOIR - NUIT
Nous voyons qu'il y a la queue devant la porte fermée de la...

INT. MAISON DE LA FRATERNITE - SALLE DE BAIN - ENCHAINE - NUIT

...salle de bain, où nous retrouvons Joey, au téléphone,
quand quelqu'un frappe à la porte.

JOEY : Juste une minute. (au téléphone) Salut, Dawson. C'est moi, um... Je voulais t'appeler. Je suis à une fête avec Jack et Jen et ma colocataire folle. Et devine quoi ? Je m'éclate, mais même si c'est génial, ça ne l'est pas complètement, et c'est à cause de toi. Tu n'es pas ici, et je sais que j'ai dit que ça ne faisait rien si tu ne venais pas ce week-end, mais tu sais quoi ? Ca ne fait pas rien parce que tu me manques. Et il y avait ce gars ce soir, et il me draguait, enfin je crois que c'est ce qu'il faisait. Et il était très gentil et je l'ai rejeté et je ne sais même pas pourquoi. Mais je suis sûre que c'était à cause de toi. Et... J'ai passé les trois derniers mois à agir comme si tu allais sonner à ma porte un beau jour, mais ça n'arrivera pas. Tu es là-bas en train de vivre tes rêves, et c'est ce que je veux pour toi. (Quelqu'un frappe à la porte)

JOEY : J'ai dit une minute ! (au téléphone) Dawson, je crois qu'il est temps que je te laisse partir. Et c'est difficile pour moi de le faire parce que je sais qu'il y a une partie de moi qui sera amoureuse de toi pour le reste de ma vie. Mais êtres séparés de cette façon n'est pas sain pour nous. Alors voilà, je coupe le cordon, je fais ce que j'aurais dût faire trois mois auparavant. Alors au revoir, Dawson. Rappelle-moi. Au revoir.

(Elle raccroche)


EXT. MAISON DE LA FRATERNITE - NUIT

Jen est assise dehors contre un mur. Charlie, le joueur de basse du groupe la rejoint, une bouteille d'eau à la main.

JEN : Oh, non.

CHARLIE : Non, quoi ?

JEN : Non, pas intéressée.

CHARLIE : Non, pas intéressée par quoi ?

JEN : Par ce que tu viens me proposer.

CHARLIE : D'accord, je n'ai encore rien dit.

JEN : Et bien tu allais le faire.

CHARLIE : Ah oui ?

JEN : Oui. Tu allais me donner ta meilleure phrase d'ouverture. Quelque chose du genre "hey, ma
belle..." ce qui soit dit en passant n'est pas la meilleure façon d'entamer une discussion. Et
tu poursuivrais sûrement par le classique "Hey, tu sais ce qui irait bien sur toi ? Moi".

(Charlie rit)

CHARLIE : Wow. Les gens disent ça dans la vraie vie ? Pour ton information, je ne suis pas ce genre de gars.

JEN : Ecoute, pour ce que je sais tu pourrais être le genre de garçon qui écume les fêtes de l'université dans l'espoir de réussir à débaucher une fille de première année. Et ce qui est encore pire, c'est...

CHARLIE : (l'interrompt) D'accord. Alors A) Tu es folle. Et B) Je ne suis pas ce genre de gars non plus.

JEN : Alors qu'est-ce que tu fais ici ?

CHARLIE : Je fais partie du groupe. On est payé cinquante dollars pour jouer, et cinquante dollars c'est cinquante dollars jeune fille.

JEN : Et bien... Vous êtes vraiment bons.

CHARLIE : Merci. Et toi qu'est-ce que tu fais ici, Mademoiselle Je sais tout ? Je veux dire, à part agresser les inconnus.

JEN : Hey, c'est une bonne façon de rencontrer des gens.

CHARLIE : Ecoute, je dois aller remballer mon matériel. C'était merveilleux de partager ce moment avec toi. Au revoir.

(Il commence à partir, mais se retourne et revient)

CHARLIE : Ecoute, pour ton information, tout ce que j'allais dire c'est "Salut, mon nom est Charlie, et toi ?" C'est tout. Et ensuite j'espérais qu'on pourrait parler un peu. Je découvrirai alors que tu n'es pas le genre de fille qui vient d'habitude dans ce genre de fêtes. Et ça m'expliquerai pourquoi la plus belle fille du campus restait seule dans son coin. Parce que tu
as raison, d'accord, la plupart des garçons ici sont des tarés et les filles sont encore pires. Et j'espère qu'il ne vont pas se mettre à procréer. Mais ils vont le faire. Et on va devoir faire de notre mieux pour survivre. C'est tout.

(Il fait mine de partir)

JEN : Charlie ?

(Il s'arrête et se retourne)

JEN : Jen. Mon nom est Jen.

CHARLIE : Eh bien je suis ravi de faire ta connaissance, Jen.

(Il se retourne et rentre dans Jack)

JACK : Désolé.

(Il s'approche de Jen)

JACK : Alors, que nous vaut ce sourire ?

JEN : Tais-toi.

JACK : (rit) Ouais !


EXT. HOLLYWOOD - DEVANT LE STUDIO - JOUR

Dawson sort du studio et est arrêté par le garde dont il a fait la connaissance plus tôt dans la journée.

GARDE DE SECURITE : Alors, comment s'est passé ton premier jour ?

DAWSON : C'était le premier et le dernier. J'ai été viré. Le boulot ne payait pas suffisamment.

GARDE DE SECURITE : Il y a des choses plus graves.

DAWSON : Pas pour le moment, non.

GARDE DE SECURITE : D'où est-ce que tu viens, petit ?

DAWSON : Je viens de Capeside. C'est une petite ville dans le Massachusetts.

GARDE DE SECURITE : Oui, je sais. Je suis de Boston.

DAWSON : Vraiment ? Tous mes amis sont à Boston en ce moment.

GARDE DE SECURITE : Pourquoi est-ce que tu n'es pas avec eux ?

DAWSON : Parce que c'était mon rêve. Hollywood.

GARDE DE SECURITE : Et dans la réalité ?

DAWSON : C'est bizarre. Ca ne correspond pas vraiment.

GARDE DE SECURITE : Et si je t'appelais un taxi ?

DAWSON : Merci.


INT. MAISON DE GRAMS - CUISINE - NUIT

Jack, Jen et Joey rentrent à la maison.

JOEY : Très bien, Jen. Est-ce que tu vas me dire son nom ou est-ce que je vais devoir te torturer pour l'obtenir ?

JEN : Chut... Essayons de ne pas réveiller la femme dragon.

JOEY : Jen ! Jennnn ?

JEN : Charlie. D'accord ? Son nom est Charlie.

JOEY : Charlie est mignon.

JEN : Peut importe.

JACK : C'est le genre beau mais avec rien dans la tête ?

JEN : Charlie n'est pas bête !

JACK : Attention elle va mordre !

JEN : Tu veux bien te taire ? Bon sang, s'il y a des cookies dans ce tiroir, je promets de vouer ma vie à Dieu.

GRAMS : (baille)Quelle douce musique à mes oreilles, Jennifer.

JACK : Désolé Grams.

JEN/JOEY : Désolée.

GRAMS : (baille) Ah, ce n'est rien, je pourrais dormir quand je serai morte. Alors, comment s'est passé la fête ?

JOEY : Jen a rencontré un garçon.

JACK : Charlie. Et il n'est pas bête.

GRAMS : Eh bien, prie le ciel et passes moi le sucre. Et si je puis me permettre, il était temps.

JEN : Merci Grand-mère.


INT. WORTHINGTON - COULOIR DEVANT LA CHAMBRE DE JOEY - NUIT

Joey arrive dans le couloir et croise le garçon qui l'a abordé pendant la fête. Elle lui fait un petit sourire quand il passe devant elle. Joey ouvre sa porte et entre dans sa...

INT. WORTHINGTON - CHAMBRE DE JOEY - ENCHAINE - NUIT

...chambre où elle trouve Audrey endormie dans son lit. Joey se laisse tomber sur le sien et ferme les yeux. Soudain, quelqu'un frappe à la porte.

JOEY : Audrey. Audrey !

Audrey se retourne sur le côté et continue de dormir. On continue de frapper à la porte.

JOEY : J'arrive.

(Elle se traîne vers la porte et l'ouvre. Dawson devant elle,un peu déprimé.)

DAWSON : Salut.

(Joey lui sourit et le prend dans ses bras..)

FIN


Un grand merci à Guillaume pour ce script !!!

[Worthington – Joey’s English class. As Professor Wilder reads Joey’s paper, the camera reminds us about the end kiss from Season 4.]

Wilder: (reading) And then, just like that they were kissing. She didn’t know how they got there. She had no idea. The thought of kissing this boy hadn’t crossed her mind in years, which was weird, because once upon a time, that was all she ever thought about. And then, just like that, it was over. He coughed, she shuffled her feet... And she laughed to herself. It had been one of those moments, one of those moments where you shuck your status as mere mortal and achieve, however briefly, true greatness. She had shared many such moments with this boy, but now he was leaving and... Nothing would ever be the same again. (addressing the class) So, what do we think of Joey's story, guys? Alex?

Alex: Incredibly banal.

Wilder: Tell us how you really feel, Alex. Wow!

Alex: It's a hallmark card about a high school crush. Who cares?

Girl: Well, I thought it was brilliant. The way that she described the moment leading up to the kiss, I was right there with her. It's like Joyce Carol Oates meets...Judy Blume.

Alex: You say that like it's a good thing.

Wilder: Hey, let's not knock Judy Blume. Without her, my younger self would never have been able to decode the random acts of madness perpetrated by that marvelous creature known as the teenage girl. So, Miss Potter, I've got some good news and I've got some bad news. The good news is... Class is over. Today's torture has come to an end.

Joey: The bad news?

Wilder: You are obviously a writer... (He tosses her paper on her desk with a bright red “C” on the cover.) Which means the torture has just begun. (addressing the class) All right, everybody, I will see you next week. Alex, you're up next! I can hardly wait.

[Hallway – after class. Joey rushes after Wilder who is walking down the stairwell.]

Joey: Professor Wilder.

Wilder: You don't like that "C" very much, do you, Joey?

Joey: No, I don't. In fact, I hate it, and I was wondering if there's anything I can do to make that "C" a little bit less of a "C"?

Wilder: Absolutely. You can rewrite it.

Joey: How can I do that?

Wilder: This boy of yours, does he exist in reality?

Joey: He does, actually. He's coming for a visit this weekend.

Wilder: Ah, perfect

Joey: Why is that perfect?

Wilder: Well, it'll help you fix your story

Joey: Fix it? I don't even know what's wrong with it.

Wilder: The problem with your story, Joey Potter, is that it ends at the very moment it should begin. (Joey watches as Wilder crosses the courtyard. She contemplates what he said.)

[Boston – Joey is going for a run. She is wearing her cell phone on her belt. As her phone rings, she stops and answers it.]

Joey: Hello?

Dawson: Hey, it's me.

Joey: Hey! You at the airport?

Dawson: Um, not exactly. No. You want the good news or the bad news first?

Joey: Uh-oh, not again.

Dawson: Huh?

Joey: Nothing. What is it?

Dawson: Well, remember the internship I was telling you about?

Joey: With that director? You got it?!

Dawson: I did.

Joey: Dawson, that's great! I'm so happy for you. That means you can't come for the weekend.

Dawson: I start today.

Joey: That sucks.

Dawson: I know, I was kinda... Looking forward to seeing you.

Joey: Kind of?

Dawson: You know what I mean.

Joey: Well, I was kinda looking forward to seeing you, too.

Dawson: There's always next weekend.

Joey: Which will probably turn into next month.

Dawson: Or next year.

Joey: Before you know it, it'll be a christmas card every now and then... When your wife remembers.

Dawson: We should probably just say good-bye forever right now.

Joey: Yeah, might as well.

Dawson: Drama queen.

Joey: I know. Um... Well, listen, good luck today.

Dawson: Thanks. And, uh... I'll call you sometime over the weekend.

Joey: Bye.

[Hollywood – Dawson approaches the gates to a movie studio. A security guard exits his booth and approaches Dawson.]

Guard: Good morning, son.

Dawson: Good morning. I'm here for an internship.

Guard: Is that right? You have an appointment?

Dawson: Today's my first day.

Guard: First day. Are you nervous?

Dawson: Uh, no. Not, uh... Well, I--yeah.

Guard: What's your last name?

Dawson: Leery. L-double-e-r-Y. (a car pulls up and honks. Dawson moves out of the way and the gate opens. It continues inside.)

Guard: Do you know where you're going, Mr. Dawson Leery?

Dawson: Absolutely no idea.

Guard: Straight back, 2 lefts, and a right.

Dawson: Ok. Thanks.

Guard: Dawson... Try not to get lost in there.

[Boston – Jack and Jen are getting coffee from a cart.]

Jen: Where do you want to sit?

Jack: Probably sit over here. (a football comes flying past them) Whoa!

Jen: Heads up.

Jack: Ooh. College guys are hot.

Jen: Give me the phone.

Jack: Why?

Jen: 'Cause I’m calling Tobey and telling him you said that.

Jack: I can look.

Jen: Yeah, but you cannot touch. I like Tobey. Tobey's good people.

Jack: Yeah, I like Tobey, too. It just so happens that we're kinda doomed to the loneliness of a long-distance relationship at the moment.

Jen: Well, that's still better than the loneliness of the no-distance relationship. That doesn't make any sense, does it?

Jack: No, no, it didn't. Look, you need to get some, and soon, all right, before you achieve born-again virgin status.

Jen: Jack.

Jack: What? Jen, I’m serious. It's been far too long. The last guy you were with was Henry. That means last year was a total wash for you.

Jen: Tell me about it.

Jack: You know you're a lot more fun when you're with a guy. Watching you twist yourself up into these little knots of anxiety, it's highly entertaining.

Jen: Thanks. That's good to know.

Jack: It's not in a—(another football comes flying at them. Jack catches it as a guy comes running over) oh, heads up!

Jen: My goodness!

Jack: (to the guy) Nice throw.

Guy1: Thanks, man. (he turns to leave, but comes back) Hey, um, there's a party tonight over at the Sigma Ep house. You guys should go. Everything's free. Punch, beers, shots, everything.

Jack: Cool! Yeah, we'll be there.

Jen: (Jen makes a sign with her hand as the guy leaves) Rock on, dude. (to Jack) "Cool! We'll be there"?

Jack: Yeah. Yeah, it'll be fun. You might meet someone.

Jen: Yeah, right. Like I’m gonna meet the love of my life at a college frat party?

Jack: You didn't think that guy was hot?

Jen: Sure, in a dumb-guy-with-a-dream kinda way.

Jack: (thinks about this) Nicely put.

[Worthington – Joey’s dorm. Joey sits at her desk studying. Half of the room is a mess, while Joey’s side is spotless. A blonde girl, Audrey walks in.]

Audrey: Joey!

Joey: Audrey.

Audrey: Can I ask my favorite roommate in the whole wide world the hugest of all possible favors?

Joey: Sure. As long as it doesn't involve me leaving this room. (Audrey makes a face. Joey turns to look at her.) It involves me leaving this room, doesn't it?

Audrey: Zach is here.

Joey: Where?

Audrey: Outside.

Joey: The one with the tattoo of his frat on his ankle?

Audrey: No. That was Tom.

Joey: What happened to Tom?

Audrey: Bad kisser. H.O.B.

Joey: H.O.B.?

Audrey: Hair on back. Gross!

Joey: Audrey.

Audrey: Joey.

Joey: We can't go on like this.

Audrey: Couldn't you just maybe go to the library for a little while?

Joey: Do you have any idea how much time I’ve spent sexiled in the library already this semester? It's barely October.

Audrey: Please? Pretty please and just so you know, I'm totally planning on making myself scarce once your beau gets here.

Joey: First of all, he's not my beau. And second of all, he's not coming.

Audrey: Dunston's not coming—

Joey: Dawson!

Audrey: Right.

Joey: Something came up.

Audrey: Hey... Do you need me right now, because if you need me, I will totally get rid of Zach. I mean, you may not be aware of this yet, but I'm pretty awesome like that.

Joey: That’s okay. (she gathers her books) I have to go talk to Professor Wilder anyway.

Wilder:And that’s what you’re wearing?

Joey: What’s that supposed to mean?

Wilder: Joey! Professor Wilder is gorgeous!

Joey: Audrey, I’m going to see him about a paper. Not to hit on him. (she leaves)

[Worthington – The hall outside Wilder’s office. A huge line of girls spans all the way down the hall towards the exit of the building. Joey walks in and sees the line in shock. She talks to a girl at the end of the line.]

Joey: Is this all for Professor Wilder?

Girl: Mmm-hmm. And worth every minute if you ask me.

(Joey turns to leave and exits the building. As she starts to walk across campus, she sees Wilder climbing out of his office window. Joey stops and waits for him.)

Wilder: Busted.

Joey: What are you doing?

Wilder: Escaping the hordes. You don’t understand, I could be there for hours.

Joey: Must be nice.

Wilder: What do you mean?

Joey: Having freshman girls swoon over you all the time.

Wilder: Oh, don’t worry. I go home and have the wife and kid bitch me out for a couple of hours. Keeps me grounded. So I presume you wanted to see me?

Joey: Yeah, I wanted to ask you about my story.

Wilder: If you must. If you must ruin a perfectly glorious day with a question about school work. Go right ahead.

Joey: Well, you said that the story should start where it ended but the problem is nothing happened after that. The two people just went their separate ways.

Wilder: Doesn’t matter. Where do you want the story to go? You see, writing is about making choices, Joey. You copped out. You stopped before you had to make a choice. Yeah, I mean, I don’t even know what the kiss meant.

Joey: It was just a kiss.

Wilder: Well that doesn’t mean anything to me. Make a choice. What was it? Was it friendly, was it passionate? Was it, I want to lay you down on the nearest flat surface and do ungodly things to you, or was it goodbye? (he walks off, leaving Joey to think.)

[Hollywood – Dawson walks into the building he’s supposed to be interning for. The receptionist, Ashley, rushes out of the room calling over her shoulder.]

Ashley: I’ll be right back!

Heather: (walking in) Hey you! (she double kisses Dawson on the cheeks)

Dawson: Hi.

Heather: Oh God, they said you were young but I had no idea! Weren’t you at (restaurant name, I missed)? No? Café Deartist thing with Greg and Mickey and those UTA guys? No? Okay, forget it. We don’t know each other. Come in. Something to drink?

Dawson: Water.

Heather: (yelling down the hall) Water! (they sit at a table) So… I gotta tell you. You are a fantastic writer.

Dawson: Really? How can you tell?

Heather: It’s my job, sweety. It’s what I do.

Dawson: Okay. I wanted to tell you, I’m a huge fan of Todd’s. Especially his music videos. What he did with Janet Jackson…

Heather: Amazing! Todd is an f’ing genius! Thee leading visual of his time, I think. The videos were a great stepping stone, but now we’re all about features. He’s shooting Damage Inc. on the lot right now.

Dawson: Right, that comes out next summer, right?

Heather: Yeah, that’s right. And it’s my job to find him his next gig. I’m trying to talk him into doing a feature version of 7th Heaven.

Dawson: The TV show?

Heather: Yes. What do you think?

Dawson: Uhh, I think that’s kinda… weird.

Heather: Exactly. The plan is to do it with more of a serious edge. Like what they did with the Brady Bunch movie. And that’s where you come in.

Dawson: I don’t get it.

Heather: David, your sample was perfect. You have just the right voice for this project.

Dawson: Dawson.

Heather: Excuse me?

Dawson: My name is Dawson.

Heather: Dawson Hartley.

Dawson: Dawson Leery.

Heather: Who’s Dawson Hartley?

Dawson: I have no idea.

Heather: (looking confused, then recognition) Oh! Oh, Dawson Leery! Right. Right. (confused again) What have I read of yours?

Dawson: Probably just my resume.

Heather: (as Ashley walks past the room) Ashley?

Ashley: Uh-huh?

Heather: Who is this?

Ashley: The new intern. (Dawson smiles at Heather sheepishly.)

[Grams House – kitchen. Jack, Jen and Joey sit around the kitchen island. They are discussing Pacey.]

Jack: How about Bora Bora? What do you know about Bora Bora?

Jen: Is Bora Bora in the Caribbean?

Joey: No, (sounds like she says French Malaysia).

Jack: Maybe he’s gone Kurtz.

Joey: Kurtz? Brando, Apocalypse Now?

Jack: Yeah! Leader of this rag tag band of ex-patriots from some tropical island you can’t find on the map.

Jen: Or maybe he’s back in Capeside. Or Boston.

Joey: Well, wherever Pacey is, I hope he’s happy. And if I’m lucky, Audrey is just about finished with her latest conquest.

Jen: Sounds like that girl has a really promising future in porn.

Jack: (I make this noise all the time!) Barm chicka barm barm, barm!

Joey: You know what? You guys laugh. But it’s true. I open the door and I never know what kind of seedy little (missed word) I’m about to walk into.

Jen: Yeah, it’s pretty much the same thing here. You never know who Grams is going to bring home from Bingo.

Jack: (to Joey) Can we count on you tonight or what?

Joey: I dunno. I mean, are we frat party kind of people? Is there any past evidence of us functioning well at these kinds of events?

Jack: Which is precisely why we should go. It’s a new year, guys, okay? I mean it. We need to spread our wings. Challenge any pre-conceived notions we had of college. And most important, to reinvent ourselves.

Joey: What got into him?

Jen: A cute boy invited him.

Joey: (leaving) Bye.

Jack: (to Jen) Shut up.

Jen: Bye! See ya! (to Jack) What?

[Hollywood – on the set. Dawson walks in on people bustling about.]

Todd: (the director) People. It’s just been brought to my attention, that thanks to the incompetence of my crew, I’m not gonna make my date. It saddens me. It depresses me. You people are a disgrace to the industry in which you taught. Call yourself a film crew? James Cameron would have had you taken out back and shot by now. I on the other hand, will simply make you all the subject of scorn and derision. (to Dawson) Who are you and why are you staring?

Dawson: New intern.

Todd: What can I do for you new intern?

Dawson: Heather gave me this script, she said to give it to you, she said it’s very important and you need to read it in between shots.

Todd: Crap. I’m sure of it. Heather doesn’t have the best taste in material. But she’s pretty hot though, huh?

Dawson: Can’t argue with that.

Todd: What’s your name?

Dawson: Dawson.

Todd: Do me a favor, Dawson?

Dawson: Sure, anything.

Todd: Read this. Let me know what you think of it.

Dawson: Really?

Todd: Go over there. Use my chair. Let me know when you’re done.

Dawson: All right.

Todd: All right. Where were we? Oh yes. Call yourself a special effects expert? I don’t see any missing fingers at all… (Todd continues to complain as Dawson makes himself comfortable in Todd’s chair, smiling to himself.)

[Worthington – Joey returns to her room. Before she opens the door, she covers her eyes. Once the door is open, she slowly peeks through her fingers and sees Audrey alone. She’s blaring a Weezer song on the radio and reading a magazine.]

Audrey: Hey! Have you ever had an orgasm?

Joey: Excuse me?

Audrey: (turning down the stereo) Have you ever had an orgasm?

Joey: Not something I particularly like to discuss with a near stranger.

Audrey: Me? A near stranger? I am your roommate, Joey. As such, I reserve the right to raise such topics as oral sex, feminine hygiene and orgasms. Speaking of which, I don’t think I ever had one in high school. I thought I did but… Zach convinced me otherwise. It’s a shame we had to break up.

Joey: You broke up already?

Audrey: Yes. He tried to talk me into a threesome. I may be easy, but I’m not sleazy. We’re through.

Joey: Sorry, I guess.

Audrey: It’s hard work finding the right boy. Which actually makes a rather nice segway into our next topic…

Joey: Which is?

Audrey: I’m afraid for you, Joey.

Joey: What are you talking about?

Audrey: I’m afraid you’re not having the proper college experience.

Joey: I appreciate the concern, but…

Audrey: No, it’s just that you study, you know, a lot. And you never want to go out with me.

Joey: Look, Audrey, everybody’s college experience is different, okay? Some people like to drink and screw around and that’s fine. But some people actually want to study and get a great education so hopefully one day they can get a good job and not worry about working retail in the small town from which they came.

Audrey: That’s not it, Joey.

Joey: It’s not?

Audrey: No. It’s like, I dunno. It’s like you’re afraid to have fun or something.

Joey: Why would I be afraid to have fun?

Audrey: Because if you had fun, you might actually meet someone you liked. If you actually met someone you liked, you might actually have to let go of the past. Look, I know you’re sad that your special guy couldn’t come this weekend. I get that. I’m highly intuitive. But maybe that’s a good thing, you know? Maybe that’s a sign.

Joey: No offence Audrey… you really don’t know that much about my life.

Audrey: And who’s fault is that I wonder? (she goes back to reading her magazine)

[Boston Docks – Jen is walking with two drinks. She stops in front of a boat.]

Jen: Yoo hoo? (Pacey comes out from under the boat)

Pacey: Ahh, you again! (he joins her on the dock and takes a drink)

Jen: You’re not gonna get rid of me so easy.

Pacey: You know, I can’t believe my brother sold me down the river to the likes of you.

Jen: Yeah, well, Dougie Witter is no match for my feminine wiles.

Pacey: So tell me, what’s the latest scuttlebutt?

Jen: It’s Bora Bora, where apparently you’ve gone Kurtz.

Pacey: Ooh.

Jen: I hypothesized over that you were in fact here. But I think everybody likes to imagine a far more exotic locale.

Pacey: And Joey?

Jen: And Joey likes to imagine you’re happy.

Pacey: Which I am.

Jen: Good. I think you’d be even happier if you came out with us tonight.

Pacey: I appreciate that but…

Jen: Okay, all right. But see, every Sunday Grams insists that we all have dinner together. It’s me and Jack and Joey. I know, it’s annoying but it’s also kinda sweet. Which pretty much sums up my Grams. But I wanted to put it out there. You know? If you’d like a home cooked meal… we’ll keep the light on for ya.

Pacey: Okay, got it. Is Dawson in town?

Jen: No, no. He got this internship he couldn’t pass up. Pacey: See, there’s a guy who has the right idea. He’s out there, doing his own thing. Moving forward, not looking back.

Jen: Yeah, yeah, yeah.

Pacey: Yeah?

Jen: Come here. (they hug)

Pacey: Thanks for dropping by though.

Jen: Of course.

Pacey: And, uh, you know, keep on keeping on our little secret here, huh?

Jen: I will. But not forever. See ya. (she leaves. And basically I should stop transcribing at this point because there is no more Pacey.)

[Worthington – Joey’s dorm. Jack and Jen are sitting on Joey’s bed and talking to Audrey. Joey walks back into the room as they are laughing.]

Joey: What did I miss?

Audrey: Well, your friends were just filling me in on your shockingly sordid romantic history!

Joey: (to Jack and Jen) Thank you both so very much. I assuming I can skip the introductions.

Audrey: Totally! Let me get you up to speed. Jen is my new best friend. And Jack will here to for be known as Joey’s… very cute guy friend.

Jen: Oh no. No, he’s very cute gay friend.

Audrey: No, really?

Jack: Pretty gay.

Audrey: And there’s nothing we can do about this?

Jack: (putting his arms around Jen and Joey) Well, I have been kissed by two of the finest female specimens this world has to offer, and that didn’t do it.

Audrey: Both of you girls kissed this boy? That is just so unfair. (she walks out of the room)

Joey: So are we going or what?

Jack: Yeah. (missed a line.)

Joey: We do?

Jen: She’s one cool chick, Jo!

Joey: She is?

Audrey: (Walking in with her purse) Okay people. Let’s do this!

[Hollywood – Dawson has just finished reading the script. Todd joins him.]

Todd: So what’s the verdict, intern?

Dawson: It’s pretty much what you feared. It’s crap.

Todd: What’s wrong with it?

Dawson: There’s a monkey in it.

Todd: Really? A monkey? That’s awful. Well, doesn’t matter. I’ll probably end up doing it anyway.

Dawson: Why?

Todd: Cause its Drew Barrymore.

Dawson: Yeah, but the script sucks.

Todd: Than I’ll fix it. Writing’s not that hard. So what do you want to be when you grow up, Dawson?

Dawson: What else? A director.

Todd: Yeah? What are you doing about it?

Dawson: USC Film School.

Todd: Film school is for pussys. What are you really doing about it?

Dawson: I, uh… I made a documentary last year about A.I. Brooks.

Todd: Who?

Dawson: He was this pulp director from the 50s. It’s an amazing story, actually. I could show it to you.

Todd: No thanks.

Dawson: Okay.

Todd: Look, you’re what, like 18?

Dawson: Yeah.

Todd: Chances are, it’s bad. And if I take a look at it and it does indeed suck, than I have to come up with some sort of B.S. so you don’t feel bad. And if on the off chance it’s actually good, what do I need that for? Why would I want to be jealous of some 18 year old kid that makes better flicks than I do? Do you see my predicament.

Man: They’re ready for you, Todd.

Todd: Welcome to Hollywood, Dawson. (he walks off)

[Frat Party – everyone is partying and drinking. The band is playing and Audrey runs up on stage and starts singing with the singer. Joey sees her and smiles. She turns around with her cup of beer and a guy runs smack into her, their foreheads hitting.]

Guy2: Ow! Sorry, are you okay?

Joey: Yeah, I’m fine.

Guy2: Hey, Worthington, right?

Joey: Yeah, you too?

Guy2: Yeah, you’re in my Economics class. You’re C-10.

Joey: What did you call me?

Guy2: Row C, seat 10. That’s where you sit everyday. You do this thing with your hair when you’re taking notes, you kinda tuck it behind your ear. It’s kinda cool. Okay, I’m pretty much officially creeping you out, aren’t I?

Joey: No. Not at all. Guy2: Good. Do you want to go inside and talk for a few minutes? Fewer decibels. And I promise not to head butt you, ever again.

Joey: (she considers it a moment) Uhh… Actually, I should probably check on my friend.

Guy2: Sure. Okay. Well, it was nice talking to you.

Joey: You too.

Guy2: See ya.

[Frat House – Jen is standing alone drinking a beer.]

Guy3: Hey!

Jen: Hey.

Guy3: Would you like to see my stereo?

Jen: (getting into it) Where is it?

Guy3: It’s up in my room.

Jen: Ahh. I bet you got some bitchin’ black light posters up there too, don’t ya?

Guy3: Yes I do. Who told you?

Jen: (laughs) I think I’m gonna pass.

Guy3: Why?

Jen: Because I’m not gonna sleep with you.

Guy3: Well how do you know? Jen: We could get up there and you could change your mind.

Guy3: Yeah, I really don’t think so.

[Frat – Jack bumps into the guy who invited him to the party.]

Guy1: Hey!

Jack: Hey!

Guy1: So, have you given any thoughts about joining a fraternity?

Jack: Ah, I don’t know. It’s not really my scene.

Guy1: What’s a matter? You got something against family?

Jack: Not particularly, no.

Guy1: Forget about what you’ve heard. Just forget about it. Being Greek is about being family. It’s about having family here at school. You join my house and you’re my brother. No one messes with you. Four years of you life. You make a commitment to me and I’ll take care of you. You’re my boy. Your man. What’s your name?

Jack: Jack.

Guy1: Jack. Think about it, Jack. (he looks at another guy and points to Jack. The other guy walks past and takes a Polaroid of Jack real quick. Jack blinks from the flash and walks off.)

[Hollywood – Movie set. Dawson walks in with a bunch of cups of coffee and trips. All the coffee falls to the floor.]

Todd: (into a megaphone) And the Russian judge gives him an 8.5. Incompetence! Everywhere I look. All the way down to the freaking intern.

Dawson: (under his breath) Screw you.

Todd: Excuse me! Is there something you’d like to share with the group?

Dawson: No, forget it.

Todd: That’s what I thought. Keep your comments to yourself next time, kid, okay? Great. Now where was I? (he walks off)

Dawson: Todd? What I said was “screw you”. You should be ashamed of yourself, man, and not because you treat people badly, cause a lot of people do that. You should be ashamed of yourself because you have an amazing priveledge and you don’t even take it seriously. You get to make movies. You get to do this for a living and you don’t even appreciate it. This movie is probably gonna suck. I know that, you know that, and the entire crew knows that. And your next movie is probably gonna suck too. Somebody gave you the keys to the kingdom and you’re blowing it. I feel sorry for you. If I ever get here, I’m gonna do things a lot differently. (People begin to clap until Todd turns around and they all stop. He approaches Dawson.)

Todd: You’ve got balls, kid. Now get off my set. You’re fired. (to the crew) All right, now that that’s out of the way…

[Frat – Joey sits on a wall on the edge of the party. Audrey walks up and joins her.]

Audrey: Joey, you’ve got to come sing with the band. It’s like karaoke, except with real music. It’s so much fun!

Joey: Maybe later.

Audrey: Okay. You okay?

Joey: I’m fine. You were right you know.

Audrey: About what?

Joey: About me being stuck in the past. Here I am a college freshman. If I actually let you get to know me better you would realize that that’s a fairly big thing. Here I am working my ass off. Reading, studying, churning out papers… learning, you know? Falling in love with this city which is amazing, yet there’s still part of me that’s still 15 years old. Still stuck back in Capeside. Still in love with this boy from down the Creek who only sees me as a friend.

Audrey: Chris. (Joey looks at her) He was my high school boyfriend. Saying goodbye to him was maybe the hardest thing I’ve ever done. Because I knew, no matter how much we loved each other, no matter how much we promised to stay true to each other, it just wouldn’t work. You end up hurting each other. So I cut the cord and I said goodbye. And it’s really hard sometimes. I know he’s out there somewhere… falling in and out of love with girls that aren’t me. You must think that I’m this great big slut, huh? But, I’m just trying to live life, you know? Have fun. And if I feel like kissing some boy…

Joey: So be it. Audrey: Exactly. No regrets. This was a really good conversation, Joey Potter. I hope there’s more to come.

Joey: Me too.

[Frat Bathroom – There’s a line and Joey is inside on the phone. Someone knocks on the door.]

Joey: Just a sec! (into the phone) Hey Dawson, it’s me, umm… I wanted to call you up. I’m at this party with Jack and Jen and my crazy roommate. Guess what? I’m having a pretty great time, but as great as it is, it’s not completely great and that’s because of you. You’re not here and I know that I said that it’s okay that you didn’t come this weekend but you know what? It’s not okay because I miss you. And there was this guy tonight and he was hitting on me or at least I think he was hitting on me. And he was perfectly nice and I blew him off and I’m not even sure why. But I’m pretty sure it was because of you. And… I’ve spent these past couple months acting like you were just going to show up outside my door one day, but you’re not. You are out there following your dreams which is what I want for you, Dawson. (someone knocks loudly) In a minute! (into the phone) Dawson, I think it’s time that I let you go. And it’s really hard for me to do because I know that there’s a part of me that will be in love with you for the rest of my life. But this whole running and place and day dreaming is just not healthy for either of us. So this is me cutting the cord, this is me doing what I should have done three months ago. Say goodbye, Dawson. Call me back. Bye. (she hangs up)

[Frat – Jen is sitting outside against the wall in the corner. Charlie, the bass player from the band is carrying a bottle of water and approaching her.]

Jen: Uh, no.

Charlie: No what?

Jen: No, not interested.

Charlie: No not interested in what?

Jen: In whatever it is you’re selling now.

Charlie: Okay, I didn’t even say anything.

Jen: Well, you were about to.

Charlie: I was?

Jen: Yeah. You were about to give me your best opening line. Something like, “Hey girl…” which, word to the wise is neither clever nor charming. And then you’re probably going to follow it up with a popular classic, “Hey, do you know what would look really good on you? Me.”

Charlie: (laughs) Wow. People actually say stuff like that in real life? Just so you know, I’m not that guy.

Jen: Look, for all I know you could be that kind of guy who cruises frat parties cause he knows that he can capitalize on the significant or the sensitive types. Which is even worse, man, cause its…

Charlie: Okay, A) You’re crazy… which is not entirely unappealing. And B) I’m not that guy either.

Jen: Well then what are you doing here?

Charlie: I’m in the band. We got paid 50 bucks to play, and 50 bucks is 50 bucks lady.

Jen: Well… you guys, you guys were actually good.

Charlie: Thank you. And so what, pray tell, are you doing here, little Miss Know-it-all? I mean, besides making a sport out of scowling into your beer there.

Jen: Hey, scowling can be fun.

Charlie: Look, I gotta go pack up my gear. It was wonderful sharing this moment with you. Bye. (he starts to walk away and then turns back) Look, just so you know, all I was going to say was “Hi, my name is Charlie, what’s yours?” That’s all. And then I was kinda hoping maybe we would talk a little. I’d find out that you’re the kind of girl that doesn’t usually come to parties like these. And that would explain why the cutest girl, in the whole place, is alone by herself in the corner. Because you’re right, all right, most of the guys here are creeps and the girls are even worse. And God, I hope they don’t pro-create. But they will. And we’re just going to have to do our best. Fight the good fight. Make sure their kind doesn’t take over the world. That’s all. (he goes to leave)

Jen: Charlie? (he stops and looks at her) Jen. My name is Jen.

Charlie: Well, it’s nice to meet you, Jen. (he turns back and bumps into Jack)

Jack: Sorry. (approaching Jen) What are you so smiley about?

Jen: Shut up.

Jack: (laughing) Yeah!

[Hollywood – Dawson is walking glumly off the set. The guard from earlier stops him.]

Guard: So, how’d your first day go?

Dawson: First and last, actually. I got fired. The job doesn’t pay anyway.

Guard: There are worse things.

Dawson: Not at the moment there aren’t. Guard: Where are you from, kid?

Dawson: I’m from Capeside. It’s a small town in Massachusettes.

Guard: Okay, sure. I’m from Boston, originally.

Dawson: Really? All my friends are in Boston right now.

Guard: How come you’re not with them?

Dawson: Cause this was a dream. Movies.

Guard: How’s it matching up against reality?

Dawson: It’s weird. It doesn’t.

Guard: How about I call you a cab?

Dawson: Thanks.

[Grams’ House – Kitchen. Jack, Jen and Joey arrive home.]

Joey: Okay Jen. Are you going to tell me his name or am I gonna have to kill you?

Jen: Shh… let’s try and not wake the dragon lady here.

Joey: Jen! Jennnnn?

Jen: Charlie. Okay? His name is Charlie.

Joey: Charlie’s cute.

Jen: Whatever.

Jack: In a dumb guy with a dream kind of way.

Jen: Charlie’s not dumb.

Jack: Oh, someone’s smitten!

Jen: Would you shut up? Man, if there are cookies in these cupboards, I will devote my life to God and his teachings.

Grams: (walking in) Ahh, music to my ears, Jennifer.

Jack: Sorry Grams.

Jen and Joey: Sorry.

Grams: (yawning) Ahh, nonsense. I can sleep when I’m dead. So, how was your party?

Joey: Jen met a boy.

Jack: Charlie. And he’s not dumb.

Grams: Well… praise the Lord and pass the sugar. And I say, it’s about time.

Jen: Thanks Grams.

[Worthington – Joey walks to her dorm room and sees the guy from the frat outside. She kinda smiles at him and pauses when he passes. She goes into her room and finds Audrey asleep. Joey falls on the bed and closes her eyes. Suddenly there’s a knock at the door.]

Joey: Audrey. Audrey! (Audrey rolls over and continues to sleep. Knock again) Hold on. (She shuffles to the door and opens it. Dawson is standing outside.)

Dawson: Hi. (Joey smiles and wraps her arms around him for a hug. Fade to black.)

The End


Source : www.multimania.com/rossnm

Kikavu ?

Au total, 25 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

RedCherry 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (21:45)

Ah oui ça va ! J'ai eu mes félicitations !

Sonmi451 (21:45)

Super!

stanary (21:46)

Merci !

Titepau04 (21:58)

Re !!! Félicitations Stanary!! Cest chouette ça!

Sonmi451 (21:59)

Pub aussi de mon côté

Sonmi451 (21:59)

y a vraiment trop de pub!

Titepau04 (22:17)

Graaaave!!!!

Sonmi451 (22:17)

Ca te casse carrément ton trip

Sonmi451 (22:17)

t'as encore une pub?

stanary (23:13)

Désolée j'etaisj'étais occupée. Merci tite ! Plus de pub alors ?

Titepau04 (23:25)

Vraiment trop!! Pas très longues mais à une fréquence!!! Au moins 6 pour 2h30

stanary (23:26)

Mais c'est bizarre ! Pour moi y a que 3 pubs normalement...

Titepau04 (23:27)

Bah d'habitude elles sont un peu plus longues mais moins fréquentes

Titepau04 (23:27)

Même entre les 2 épisodes yen avait une

Titepau04 (23:27)

Je pense qu'il y a eu 5 pubs en fait, 2 par épisode et une entre les deux

stanary (23:28)

Et c'est sur TF1 ?

Titepau04 (23:29)

Oui

stanary (23:29)

Ah bah alors ils ont tout changé

Titepau04 (23:30)

Je pense qu'ils ont fait parce que les épisodes étaient plus longs

Titepau04 (23:30)

65 min par épisode

stanary (23:33)

Ah oui la je comprends mieux. J'avais jamais vu ça à la télé c'est pour ça

Titepau04 (23:34)

C'est désagréable

stanary (23:37)

Au pire regarde si une autre chaine diffuse la série

Titepau04 (23:38)

Je crois pas qu'il y en ait d'autre ... c'était les derniers de la saison

stanary (23:42)

Et c'est déjà fini ?

Titepau04 (23:42)

Oui ça y est

Titepau04 (23:42)

Yen a que 8

stanary (23:44)

8 épisodes ? ah mais c'est meilleur alors !

Titepau04 (23:56)

Nooonnnnn c'est trop court!!!

stanary (00:17)

Ah ça, ça dépend quand même des séries. Bon moi je vais me coucher. Bonne nuit !

arween (09:44)

Bonjour à tous ! Aujourd'hui nous lançons une toute nouvelle rubrique, les reviews. Rendez-vous sur la page HypnoReview ou à l'accueil pour plus d'infos Bonne lecture et bonne journée !

Titepau04 (09:49)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!

cinto (11:39)

Fans de Dallas, Friends, Petite maison , Mission impossible, venez défendre votre série préférée chez Ma sorcière bien aimée: sondage "génériques"!

grims (16:47)

Coucou à tous ! une petite visite sur les quartiers Sons of anarchy, Outlander et Vikings serait sympa de jolis calendriers de Noël vous y attendent : ) merci d'avance pour votre passage

choup37 (17:13)

Calendriers aussi chez Kaamelott, Merlin, Doctor Who, Torchwood et Musketeers

choup37 (17:14)

(c'est super ces deux onglets pour alterner entre blabla et promo)

stella (19:34)

Case 5 du calendrier de l'avent de Downton Abbey vient d'être dévoilée.

Titepau04 (22:11)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

mnoandco (09:56)

Coucou! Le quartier Blacklist propose 3 calendriers totalement différents et de circonstances pour ce mois de décembre. N'hésitez pas à venir les commenter.

sabby (10:19)

Hello la citadelle !! Le quartier Friday Night Lights aurait bien besoin de visites. Personnes pour voter au sondage ni commenter le nouveau design. Venez jouer au ballon avec moi, je m’ennuie un peu tout seule là_bas

serieserie (10:19)

Allez allez, on s'inscrit pour l'HypnoGame Arrow!!

mamynicky (10:27)

'Jour les 'tits loups Un calendrier de l'Avent gourmand sur Downton Abbey et un autre musical sur Empire. Si vous êtes en retard, vous pouvez le rattraper et n'oubliez pas de les commenter. Merci

Titepau04 (10:34)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

arween (13:12)

Bonjour à tous ! Une grande animation vous attends sur The Night Shift ainsi que le calendrier et le sondage. Et sur Dollhouse, il y a un nouveau calendrier qui ne demande qu'à être commenté

roro73 (15:22)

Bonjour Nouveau sondage et nouvelles PDM sur Wildfire. Venez nous voir, on s'ennuie un peu =P

mamynicky (19:11)

Edgemont a besoin de clics sur son sondage. Merci

chrismaz66 (19:26)

J'y go Mamy et toujours chez Dr House le sondage Bad Boys, votez pour votre chouchou inter-séries, et quelques clics pour Torchwood qui en a bien besoin, merci

Phoebus (00:03)

Bonjour, nouveau sondage sur le quartier de Person Of Interest.

arween (09:26)

Bonjour ! Nous n'avons que peu de participants à l'animation The Night Shift... Elle est pourtant ouverte à tous ! Allez ne soyez pas timide et venez nous rendre visite

SeySey (12:55)

Bonjour! Nouveau sondage spécial fête de Noel sur le quartier Under The Dome! Venez nombreux!

liliju (15:55)

Un sondage spécial Noël vous attend sur le quartier des zombies (The Walking Dead). Ils ont besoin de vous. Merci de votre temps

Titepau04 (17:06)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

chrismaz66 (17:39)

'Soir, venez départagez nos ex-aequo au sondage House, et Torchwood va bientôt fêter ses 10 ans : animations signées Choup! Un petit coucou serait sympa Merci

serieserie (09:44)

Tout dernier jour pour vous inscrire à la soirée HypnoGame ARROW de samedi soir!! Allez si vous aimez un minimum la série et que vous avez envie de passer une bonne soirée avec nous, venez vous inscrire à l'accueil, n'aillez pas peur!!!!

SeySey (14:50)

Bonjour! Nouveaux design & sondage sur le quartier Under The Dome! Venez donner votre avis

oOragnarOo (15:10)

bonjour, venez voter à la photo du mois sur SONS OF ANARCHY et VIKINGS merci d'avance

Merane (16:41)

Bonjour, le sondage sur l'épisode 6.04, Relics, de Teen Wolf, vient d'arriver . N'hésitez pas à voter et à partager votre avis, merci .

Sonmi451 (22:10)

La bannière de noel d'urgences attendent vos votes dans préférence, merci.

Titepau04 (22:17)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

Titepau04 (22:18)

Calendrier de Noël pour les jolies sorcières de Charmed!!!

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play