VOTE | 148 fans |

#423 : Qu'aujourd'hui ne meure jamais

Titre en VO : "Coda" - Titre en VF : "Qu'aujourd'hui ne meure jamais"
¤ USA : diffusé le 23/05/01 - France : diffusé le 22/09/01
¤ Scénario : Gina Fattore et Tom Kapinos - Réalisation : Greg Prange 



Dans ce dernier épisode, c'est enfin les vacances bien méritées. Dawson va devoir partir pour suivre des cours supplémentaires, et donc laisser ses amis à Capeside.

Jen et Jack organisent une soirée où ils tentent de rapprocher Dawson et Joey tandis que Mme Ryan fait les préparatifs pour le déménagement et que les parents de Dawson ouvrent leurs albums de photos.

Alors que tout semblait perdu, Dawson et Joey se retrouvent tous deux pour passer une fin de soirée ensemble... Magique !

Plus de détails


~~~~~~~~~~


Dawson et Joey revisionent sa première production cinématographique, tout en se remémorant le passé. Tout deux sont angoissés par la rentrée universitaire, Dawson lui annonce son départ prochain pour le stage d'été.

Jen, Joey, Dawson et Jack sont au bord de l'eau et se prélassent au soleil, au lieu d'essayer de trouver du travail. Pour se passer le temps, le groupe se raconte des blagues perverses et cochonnes.

Dawson rejoint au magasin d'informatique son père qui l'attend depuis une demi-heure. Celui-ci veut lui acheter le dernier PC portable alors que Dawson ne désire pas cet objet.

Jen et sa grand-mère sont en plein préparatif pour le déménagement, car celui-ci a lieu le lendemain matin. Jen est tourmentée pour le choix de passer cette dernière soirée au cinéma avec ses amis ou de rester avec sa grand-mère dans la maison.

De retour du magasin d'informatique, Dawson rejoint Joey afin de se rendre au cinéma. Éclate alors une dispute père-fils, Mr Leery ne comprend pas que son fils préfère aller au cinéma plutôt que de rester dîner en famille.

Pacey qui se trouve a Miami, travaille avec beaucoup d'enthousiasme. Son collègue de travail l'invite a prendre une pause et lui prête son téléphone. Pacey appelle puis raccroche presque aussitôt.

Jack et Dawson ont une discussion a propos de son départ pour Los Angeles, des petits boulots d'été et de Joey. Jack le fait réfléchir a l'opportunité de passer l'été avec elle.

Au même moment, Jen et Joey parle de Dawson et de ses défauts. Jen lui soumet de lui demander de rester pour l'été, mais Joey se demande si elle a le droit d'influencer et de transformer la vie de Dawson.

A la sortie du cinéma, Jen décide de rentrer rejoindre sa grand-mère. Les autres hésitent a aller manger quelque chose. Pour finir, toute la bande décide de rentrer chez soi.

Les parents de Dawson regarde des photos de Lily. Mitch en a gros sur le cœur que son fils ait décidé de passer la soirée avec ses amis. Il refuse de voir sa peur de l'avenir lié au départ de Dawson.

Dawson dépose Joey chez elle et la raccompagne devant le pas de la porte. Pour détendre l'atmosphère, Joey lui parle de Los Angeles et de la "peut-être futur rencontre" un jour ou l'autre avec Spielberg.

Dawson explique a Joey qu'ils ne se verront pas a Thankgiving car ses parents le rejoignent a Los Angeles mais a Noël. Dawson, pour lui dire au revoir, la sert dans bras, puis Joey rentre chez elle, laissant Dawson dans une grande frustration.

Dawson dépose Jen et Jack, ceux-ci lui offre un téléphone portable, nécessaire dans la ville du cinéma. Dawson sert Jack dans ses bras pour le remercier, lui témoigner son amitié et lui dire au revoir.

Jen et Dawson parlent de leur voisinage durant ces quelques années et de la peur que celui-ci avait de la grand-mère de jeune durant son enfance. Tout deux se réitèrent la profonde affection et amitié qu'ils ont l'un pour l'autre avant de se quitter.

Mitch confie a son fils combien il l'aime et ses craintes de le voir partir. Il lui fait de nombreuses recommandations pour sa nouvelle vie avant de lui demander comment se sont passés les au revoirs avec Joey.

Jen et sa grand-mère parlent devant un bon thé quand Jack vient les rejoindre pour cette dernière nuit dans la maison. Elle leur raconte comment elle est venue habiter dans cette maison avec le grand-père de Jen.

Dawson reçoit un appel de Pacey. Celui-ci lui demande des nouvelles de Joey, mais il lui confie que ce n'est pas pour cela qu'il l'appelle. Pacey lui fait part de ses regrets, de l'époque où lui et Dawson étaient les meilleurs amis du monde.

Dawson n'arrivant pas a faire ses bagages décide d'aller voir Joey. Sur le chemin, il croise celle-ci qui se dirigeait chez lui. Dawson et Joey sont devant un film comme au bon vieux temps, avant que Dawson demande a Joey de l'aide pour finir sa valise.

Joey expose à Dawson ses peurs de ne plus le revoir, lui confie ses pensées personnelles sur lui. Puis tous les deux se lancent dans le jeu des questions du genre: "quel est ton plus grand regret de ta vie", "quel est l'instant le plus déterminant de ta vie" etc... Dawson ne répond pas a cette dernière question.

Joey se décide enfin a demander a Dawson de rester, le mettant dans un état de confusion mental intense. Dawson lui explique qu'il est temps pour eux de découvrir qui ils sont l'un sans l'autre. Joey se rend un peu plus compte de la place de Dawson dans sa vie. Joey décide de partir, a ce moment là, Dawson lui répond que le moment le plus déterminant de sa vie est peut-être celui là. A cette instant, Joey et Dawson s'échange un magnifique baiser.
Un grand merci à Roméo007 pour ce script !


La caméra se rapproche de la chambre de Dawson sur fond de musique stressante. Dawson et Joey, sur le lit, regardent le premier film que Dawson avait tourné. Dawson arête la cassette…

Dawson : quelle nullité. C'est encore pire que ce que je pensais.

Joey : Dawson, dois-je te rappeler que c'est avec ce film que tu as remporté le prix du jury catégorie junior au Festival du Film de Boston et que tu as perçu grâce à ça la modique somme de 2 500 $.

Dawson : c'est vrai, somme que je me suis empressé d'investir dans la nullité numéro deux intitulée : " Votre indulgence s'il vous plaît Messieurs Dames ".

Joey : et bla et bla bla bla bla…

Dawson : (il rit) en tout cas, c'est incroyable de voir comme le temps passe. J'ai l'impression que c'était hier qu'on regardait E.T en parlant de notre première année de lycée comme d'un événement … et maintenant c'est l'université.

Joey : faut dire que certains s'en vont plus tôt que d'autres mais j'ai tout l'été pour me préparer, me débarrasser de mes angoisses, c'est pas ton cas, tu…

Dawson : je pars après-demain, mon aventure universitaire débute après-demain et je commence à me demander si j'ai bien fait de m'inscrire au stage d'été.

Joey : Dawson, regarde les bons côtés, ils ont accepté ton dossier et ils veulent que tu arrives le plus tôt possible. T'as de la chance, tu devrais être content et préparer tes bagages.

Dawson : je ne suis pas content et je ne suis pas du tout d'humeur à préparer mes bagages.

Joey : bon.

(silence. Joey boit de l'eau et Dawson regarde la télé où on voit l'héroïne se faire attraper par un monstre sorti de l'eau)

Dawson : tu as des nouvelles de lui ?

Joey : non, aucune nouvelle du monstre des profondeurs.

Dawson : je suis désolé. J'espère qu'il t'appellera bientôt ou qu'il t'écrira.

Joey : peu importe… c'est bizarre. Ca t'es déjà arrivé de te sentir incapable d'entretenir une relation ?

Dawson : … c'est la situation dans laquelle je me trouve.

Joey : s'il y a une leçon que j'ai pu tirer cette année, ce sera bien celle-ci : ne jamais tomber amoureuse du monstre des profondeurs même s'il a du charme, ça peut pas marcher.

Dawson : je peux te dire que malgré nos malheurs respectifs, je passe de très bons moments avec toi.

Joey : moi aussi.

Dawson : (silence) j'aimerai que ça ne s'arrête jamais.

Joey : les meilleurs moments ont une fin Dawson.

Dawson : comme si je ne le savais pas. On a le droit de rêver, non ? … En arrière… (et il rembobine la cassette).


Générique.


Dawson, Joey, Jen et Jack sont tous les quatre allongés sur le dos en train de se raconter des blagues à côté d'une fontaine dans un parc public.

Jack : ça te fait pas rire, Dawson ?

Dawson : je la connaissais.

Jen : vous ne croyez pas qu'on devrait essayer de se trouver un boulot pour cet été au lieu de se prélasser ?

Joey : moi, j'ai ce qu'il faut merci.

Dawson : je sais pas ce que vous en pensez mais je trouve l'uniforme du Yacht Club de plus en plus sexy.

Joey : (Joey lui bouscule la tête avec ses mains) oh, fais gaffe toi, hein !

Dawson : vous savez que du travail, y'en a au restaurant de mes parents.

Jen : ooh oui on le sait.

Jack : hé j'en ai une bonne, ouais j'en ai une autre… prêt ?

Jen : vas-y.

Jack : qu'est-ce que vous préférez : travailler deux jours d'affilée au restaurant des Leery complètement nu ou faire l'amour une fois avec le proviseur ?

Jen : ohh (grimace de dégoût)

Jack : si vous avez mieux, je vous écoute.

Joey : ah oui, j'en ai une : coucher avec le proviseur ou passer toute la première année universitaire avec un camarade de chambre qui sent très mauvais ?

Jen : qui n'utilise pas de déodorant ou qui ne se lave pas ?

Joey : les deux : pas de déodorant et qui ne se lave pas.

Jack : mignon.

Jen : Jack !

Jack : oh, je rigole !

Dawson : j'en ai une, j'en ai une… j'en ai une excellente. Tellement bonne que c'est de la perversité.

Joey : oh, elle a intérêt d'être bonne.

Jen : c'est une erreur d'annoncer qu'une blague est bonne parce que les gens sont automatiquement déçus et ils rient moins.

Jack : vous allez laisser parler Dawson s'il vous plaît.

Dawson : merci. Plutôt coucher avec le proviseur Peskin ou le regarder faire l'amour avec ta grand-mère.

Jen : oh,oh. Bon, premièrement, grand-mère ne ferait jamais l'amour avec Peskin et deuxièmement, tu as gagné, c'est la plus dégoûtante.

Joey : oh oui, c'est écœurant, oooh…

Dawson : mission accomplie. Me voilà soulagé, je quitte Capeside en étant un champion… quelle heure est-il ?

Jack : (regarde sa montre) euh… il est… 5h06.

Dawson : (se relève) oh zut, mon père m'attends depuis une demi-heure.

Jen : on se voit toujours ce soir, on va au cinéma ?

Dawson : oui. Oui, oui, 19 heures chez moi.

Jen : au revoir.

Joey : au revoir.

Jack : salut.

Dawson : à ce soir. (il s'en va et Joey le regarde partir).


Dawson et son père sont dans un magasin d'informatique. Mitch est en face de Dawson avec un ordinateur portable devant lui.

Mitch : c'est un vrai bijou. 850 Mhz, processeur P3, une Ram de 128 Mo, un disque dur de 32 gigas, un dvd, un modem de 56 Ko. Qu'est-ce que tu veux de plus ?

Dawson : (regarde ailleurs) je ne sais pas, un dans ce style là.

Mitch : quoi ?

Dawson : Bah oui, ça devient évident pour moi dans la vie. Il y a les gens qui aiment les PC et puis, il y a les autres.

Mitch : … (interloqué)

Dawson : si je te dis Beatles ou Elvis ?

Mitch : Beatles.

Dawson : tu vois, c'est exactement pareil.

Mitch : je me suis renseigné, le T-21, c'est ce qu'il y a de mieux et c'est ce qu'on va acheter.

Dawson : non, si c'est ça, je ne veux pas que tu m'offres de portable.

Mitch : (rire énervé) il te faut un portable pour l'université, tu auras un portable.

Dawson : c'est gentil de vouloir m'offrir ce dont j'ai besoin mais ce n'est pas juste de ne pas prendre mes désirs en compte.

Mitch : Pas juste ? je suis prêt à dépenser 3 000 $ pour mon fils mais c'est pas juste !

Dawson : pourquoi dépenser autant sur un objet dont je ne veux pas ?

Mitch : mais tu en as besoin Dawson ! c'est pratique, indispensable, tu t'en serviras longtemps.

Dawson : ce n'est pas ce que je veux !

Le vendeur arrive.
Vendeur : je peux vous aider ?

Mitch : oui, on va prendre un modèle T-21.

Vendeur : c'est un excellent choix.

Mitch :oui.

Vendeur : je vais vous le chercher. (Dawson, dépité, regarde son père.)


Jack et Jen sont dans la maison de Mme Ryan. Jen rigole.

Jack : …super !

Jen : on peut pas la laisser seule une heure. Chez elle, la propreté est une véritable obsession.

Mme Ryan : ah vous êtes là ! tant mieux, je m'apprêtais justement à sortir. On m'attend à l'association des femmes de la paroisse… oh oh oh ! (elle empêche Jack de manger un plat qu'elle avait préparé)

Jack : hum, pardon.

Mme Ryan : j'imagine que vous avez ingurgité votre quota de cochonneries pour la journée.

Jen : on n'a pas le choix. Y'a plus un bout de fromage dans le frigo.

Mme Ryan : je déteste faire les choses à la dernière minute.

Jen : les déménageurs ne viennent que demain.

Mme Ryan : huit heures du matin. Il faut que tout soit prêt ce soir, ce qui veut dire chère mademoiselle, que vous avez intérêt à ranger votre chambre maintenant, surtout si votre sortie au cinéma avec Dawson est maintenue.

Jen : oh ! ça y est. D'accord, j'ai compris. Tu essaies de me dire très subtilement que tu as envie que je passe la soirée ici avec toi… ce qui ne me dérange pas, ce sera avec plaisir.

Mme Ryan : (en train de mettre son manteau) ne sois pas ridicule. Tu vas sortir, c'est sa dernière soirée à Capeside.

Jack : hum. (il aquiesce)

Mme Ryan : faut vous amuser.

Jen : je sais mais c'est également notre dernière soirée dans cette maison. Je pense qu'on devrait profiter de ces derniers moments ici ensemble.

Mme Ryan : profiter de quoi ? dans une vieille maison aux murs complètement nus. Y'a même plus un bout de fromage dans le frigo. Entre nous Jennifer, je ne crois pas qu'il y ait de quoi faire tant de sentiments.

Jen : euh… tout de même… (Mme Ryan l'interrompt)

Mme Ryan : bon, très bien. Tu iras au cinéma. Et à ton retour à la maison, nous prendrons le thé.

Jen : tu as emballé la théière !

Mme Ryan : n'oublie pas de prendre un pull. La soirée va être fraîche. (et elle s'en va).


Dans le jardin des Leery. Dawson et son père rentrent du magasin avec l'ordinateur. Joey et Gail sont dans le jardin.

Mitch : Ah, on va installer ce bijou

Dawson : Plus tard papa (et il se dirige vers Joey) bonjour.

Joey : bonjour.

Dawson : si tu savais comme ça fait du bien de te voir. T'es prête ?

Joey : oui.

Mitch : vous allez où ?

Dawson : au cinéma avec Jen et Jack. A plus tard.

Mitch : Dawson, c'est ton dernier soir avec nous.

Dawson : et alors ?

Mitch : je sais pas, je pensais que tu le passerais ici en famille.

Dawson : et moi je pensais le passer avec mes amis.

Mitch : je veux surtout pas gêner qui que ce soit, excuse-moi Joey, mais, mais j'aimerai que tu restes dîner avec nous.

Gail : oh, Mitch (elle lui fait un signe disant que ce n'est pas la peine d'insister).

Dawson : je ne rentrerais pas tard.

Mitch : si je comprends bien, tu préfères aller au cinéma avec tes amis plutôt que de dîner à la maison tranquillement avec ton père, ta mère et ta petite sœur ?

Dawson : ça n'est pas ce que j'ai dit. Essaie de comprendre, il me reste peu de temps, je voudrai voir mes amis.

Mitch : vous sortez tous les jours depuis un mois.

Dawson : mais enfin, qu'est-ce qui t'arrive ?

Mitch : rien. Je…j'essaie de savoir depuis quand mon fils est devenu ce monstre insensible.

Dawson : ah ! Ca remonte certainement au moment où tu as voulu devenir autoritaire.

Mitch : (rire de désappointement) tu vas rester dîner.

Dawson : non !

Mitch : pardon ?

Dawson : non, je regrette, je suis suffisamment stressé à l'idée de devoir partir à 4 000 km, je n'ai pas le temps de subir tes états d'âmes. Je vais au cinéma, je reviendrais plus tard sans le moindre sentiment de culpabilité parce que j'aurais vu mes amis qui comptent plus que tout au monde pour moi. Ca te va comme ça ?

Mitch : comme tu voudras. (et il rentre dans la maison)

Dawson : (il regarde son père partir. Silence). Maman ?

Gail : Vas-y chéri. Passez une bonne soirée. (et elle rentre aussi)

Joey : Dawson, on est pas obligés d'y aller.

Dawson : si au contraire. Allez viens. (et ils partent également).


Vue aérienne sur le port où travaille Pacey. Pacey est en train de bricoler sur un bateau. Un récent ami vient lui parler.

Ami : Witter, tu t'ennuies au paradis ?

Pacey : non, non, pas du tout.

Ami : alors repose-toi un peu, tu me fatigues.

Pacey : (rire) est-ce que tu sais où je pourrai trouver un téléphone ici au paradis ? j'ai un coup de fil à passer.

Ami : tiens vieux, essaie ça. (et il lui tend un téléphone portable)

Pacey : merci.

Ami : quand t'auras fini, viens me retrouver au bar, je t'offrirais un verre. (il s'en va)

Pacey : d'accord. (Pacey compose un numéro mais personne ne répond, il raccroche et s'en va)


Les quatre sont en train de se balader dans le centre ville de Capeside Dawson avec Jack et Joey avec Jen.

Jack : dire que tu pars demain.

Dawson : m'en parle pas.

Jack : Los Angeles en plus, c'est pas la porte à côté.

Dawson : oh c'est à peine à 5 heures d'avion.

Jack : t'es énervé ?

Dawson : oui je suis énervé, j'angoisse, je suis fou de joie et déprimé à la fois. Voilà en résumé ce que je suis.

Jack : hun ! t'es sûr que tu veux pas rester ici et repeindre la maison de Madame Amacott avec moi ?

Dawson : ah non, fais-le avec Joey. Je pense qu'elle attend la première occasion de pouvoir quitter les griffes de la cruelle Madame Valentine.

Jack : ouais, il est clair que tu vas lui manquer.

Dawson : non, elle a l'esprit occupé. Elle est concentrée sur l'université et ... puis y a cette terrible rupture.

Jack : ouais, évidemment, on sait. On sait tout ça mais l'évènement c'est quand Joey et Dawson vont se dire au revoir.

Dawson : pourquoi vous insistez tous pour me faire ouvrir les yeux sur un truc que je refuse de voir ?

Jack : parce que si tu t'acharnes à nier la grandeur, la gravité, l'importance de ce moment, tu risques de te réveiller en sueur en pleine nuit dans un dortoir lugubre, le cœur meurtri et ça restera le plus amer de tes regrets.

Dawson : Jack, rends-moi service...

Jack : quoi ?

Dawson : ne t'assieds pas à côté de moi au cinéma ; tu me déprimes à un point !

Jack : rah ! allez, je t'en prie, ne me dis pas que tu n'y as pas pensé.

Dawson : à quoi ?

Jack : à quoi ?! à l'opportunité de passer l'été tout entier avec elle !

Dawson : bien sûr que j'y ai pensé. J'y pense tellement que ça me rend malade parce que je ne comprends pas que ça puisse m'obséder autant...

Jack : ...

Dawson : oh, j'ai aimé une autre fille pendant un an. Et ça n'était pas n'importe quoi, je l'ai vraiment aimé et ... alors pourquoi je pense sans cesse à Joey ?


La camera suit maintenant Jen et Joey.

Jen : il te manquera ?

Joey : pas à toi ?

Jen : si mais c'est différent.

Joey : pourquoi différent ?

Jen : parce que moi, j'ai eu tout l'été dernier pour me dégoûter de Dawson, de ses caprices, de ses sautes d'humeur, de ses défauts, tout ces petits trucs qui font que par moment, t'as envie de le jeter dans la crique.

Joey : il est insupportable hein, t'es d'accord ?

Jen : oh oui !

Joey : un type qui nous oblige à regarder le générique quand le film est fini.

Jen :oh oui ! par respect pour le réalisateur...

Joey : il analyse en permanence tout ce qui se fait, tout ce qui se dit.

Jen : et quand il parle de toi. Il t'a mise sur un piédestal. Pour lui, tu es le centre de l'univers. Ohh... .... ... je suis sûre qu'il resterait si tu lui demandais.

Joey : quoi ?! tu le vois laisser passer cette occasion en or pour se retrouver à galérer à Capeside un été de plus ?

Jen : il aurait pas la sensation d'y perdre au change.

Joey : et qu'est-ce qui te fait croire que j'ai envie qu'il reste ?

Jen : tu tiens à le savoir ?

Joey : ouais. (elles arrivent devant le cinema)

Jen : c'est une petite voix à l'intérieur de ma tête qui dit : " Chouette la couleur de tes cheveux, c'est quelle marque ? ".

Joey : (gênée) tu m'en veux encore hein ?

Jen : non, c'est fini.

Joey : moi, ça me gêne tu sais, je sais pas comment le prendre ni quoi en penser. Savoir qu'on a le pouvoir d'influencer une personne au point de transformer sa vie.

Jen : on a tous le pouvoir d'influencer et de transformer la vie des autres. La question est " faut-il s'en servir ? ".
.... .... (au vendeur) bonsoir. Quatre places s'il vous plaît.


Dawson et Jack les rejoignent.

Dawson : de quoi vous parliez ?

Jen : oh, euh… cheveux, maquillage, la paix dans le monde. Des trucs de filles quoi. Tenez. (elle leur donne leur tickets)

Dawson : merci.

Jack : merci.

Jen : on y va. (et ils rentrent dans le cinéma. La caméra se recule et on peut voir le film qui est à l'affiche : " American Graffiti ") …



Ils sortent du cinéma, le film vient de se terminer.

Dawson : vous avez faim ?

Jack : oh…

Jen : moi, je vais rentrer. Je me sens un peu coupable d'avoir laissé ma grand-mère toute seule. (elle regarde tout le monde) Mais si… si vous avez envie d'aller dîner, allez-y, c'est bien.

Jack : moi j'ai faim.

Dawson : je crois que je vais rentrer aussi, je n'ai rien préparé, je dois faire mon sac ce soir enfin, à moins que je…

Jen : si si, allez-y. vous occupez pas de nous, Jack et moi, on adore marcher.

Jack : j'adore marcher.

Joey: oh. Non, j'ai pas faim. Je veux dire, ça me manquera pas trop de ne pas faire un bon gueleton avant de se quitter.

Jack : alors qu'est-ce qu'on décide ?

Jen : (Jen le bouscule de l'épaule pour lui faire comprendre de se taire) pardon, excuse-moi

Joey : je crois que chacun rentre chez soi.

Dawson : oui c'est ça, on rentre.

Jack : oui.

Dawson : je dépose qui d'abord ?

Jen : moi. J'habite en face de chez toi.

Jack : oui et ma voiture est chez elle.

Joey : alors c'est moi.


Mitch et Gail sont dans leur salon en train de regarder des photos de Liliane.

Gail : laquelle tu préfères Mitch ? Lily dans son berceau avec un petit nœud rose ou Lily dans son berceau avec un petit nœud jaune ? (Mitch sourit en regardant les photos). Y a aussi celle-ci qui n'est pas mal (elle lui montre la photo), Lily dans les bras de Dawson.

Mitch : ils ont les beaux yeux des Leery…

Gail : le même regard profond.

Mitch : les pommettes des Leery aussi…

Gail : ils sont photogéniques

Mitch : le même sourire charmeur… ce qui ne l'empêche pas d'être une tête de mule, on l'a vu ce soir mais ça ne veut rien dire. Il est possible que Melle Lily au même âge voudra bien écouter son père avant de quitter la maison. Qui sait ? Peut-être qu'elle préfèrera passer un peu de temps en famille avant de partir affronter l'inconnu… c'est pas évident de s'en aller et de quitter les siens.

Gail : ce n'est pas non plus évident de rester, de ne plus se sentir utile.

Mitch : de quoi tu parles ?

Gail : de ta petite crise avec Dawson, de ton plaidoyer pour une famille unie. C'était bizarre, on aurait dit un vieux dictateur à l'agonie.

Mitch : un vieux dictateur ? tu estimes que c'est moi le coupable ?

Gail : je ne dis pas qu'il y a un coupable.

Mitch : ah si, tu dis que j'ai mal fait.

Gail : non ce que je dis, c'est que certains individus lorsqu'ils sont inquiets pour leur avenir, préfèrent déclencher une dispute et partir en tapant des pieds plutôt que d'avouer qu'ils sont inquiets et qu'ils ont peur de l'avenir… j'ajouterai que généralement, ces individus sont des hommes.

Mitch : je ne vois pas pourquoi je serai inquiet puisque ce n'est pas ma vie qui est sur le point de changer.

Gail : Dawson est très fort pour nier les évidences et maintenant, je sais d'où ça vient.


Dawson, Joey, Jack et Jen arrivent en voiture devant la maison de Joey.

Jack : à bientôt Joey

Jen : euh… tu m'appelles demain ?

Joey : d'accord… (elle s'adresse à Dawson) bon c'est demain que…

Dawson : attends, je t'accompagne à la porte. (ils sortent de la Jeep de Dawson et vont jusqu'à la porte).

Joey : merci… merci Dawson, j'ai passé une bonne soirée.

Dawson : oui, moi aussi.

Joey : ah, ça fait du bien.

Dawson : quoi ?

Joey : de voir un film qu'on a déjà vu.

Dawson : oui. On ne se casse pas la tête à essayer de savoir comment ça va finir.

Joey : ça va être dur, hein ?

Dawson : quoi ?

Joey : l'année prochaine. Moi à Boston, toi à Los Angeles.

Dawson : oui.

Joey : oh et tu verras plein de célébrités, y'en a plein les rues là-bas.

Dawson : c'est une idée qu'on a sur Los Angeles.

Joey : si, j'en suis certaine… un jour, tu seras dans un grand magasin où on vend que des produits naturels hors de prix ou… ou tu seras en train de faire la queue dans le cinéma d'un centre commercial. Y'a plein de centres commerciaux à Los Angeles… et tu l'apercevras…

Dawson : qui ?

Joey : Spielberg.

Dawson : eh, je suis passé à Soderbergh depuis quelque temps.

Joey : imagine. De quoi tu lui parlerais ?

Dawson : à Spielberg ?

Joey: mais oui !

Dawson : ah…j… je ne sais pas.

Joey : Dawson, je t'en prie, réfléchis. Cet homme a complètement façonné ta vision des choses, il t'a aidé à surmonter les moments difficiles, à accepter de grandir et à mûrir en ayant un peu moins peur.

Dawson : tu as raison. Dans ce cas, je n'aurais qu'à lui dire… merci.

Joey : tu exagères, tu crois pas que c'est un peu léger ?

Dawson : oui, tu as raison.

Joey : (silence) bon, on se reverra à Thanksgiving ?

Dawson : euh… à Thanksgiving mes parents vont venir à Los Angeles avec Lily.

Joey : aah… à Noël, tu reviendras ?

Dawson : oui, à Noël je serais là. Certain. Oui.

Joey : bonne chance. (et elle le sert dans ses bras).

Dawson : toi aussi.

Joey : au revoir Dawson. (et elle rentre chez elle).

On voit Dawson qui reste sans dire devant la porte, puis Joey chez elle très triste. Dawson désabusé, revient vers la voiture puis il fait marche à arrière et veut revenir chez Joey mais il voit les lumières de la maison qui s'éteignent, ce qui l'arrête. Il reste devant la porte et dis comme à lui-même " au revoir Joey ".


Dawson, Jack et Jen sont en face de la maison de Jen, juste à côté de la voiture de Jack.

Jack : bon, on lui donne maintenant ?

Jen : oui, tu peux.

Jack : oui.

Dawson : quoi ?

Jack : ha ha… (il se frotte les mains et se baisse pour prendre quelque chose dans sa voiture, c'est un portable, il le donne à Dawson)

Dawson : vous avez…

Jen : on s'était dit que c'était indispensable à Los Angeles.

Jack : c'était soit ça, soit un cabriolet.

Dawson : oh non, fallait pas. Merci, c'est…

Jack : oh, y'a pas de quoi sauter au plafond. T'as quoi ? cinq minutes de communications.

Dawson : oh, merci… merci.

Jack et Jen en chœur : de rien.

Jen : allez, allez, c'est bon, faites vous un câlin.

Dawson : au revoir. (en serrant Jack dans ses bras)

Jack : au revoir… amuse-toi bien Dawson… et détends-toi.

Dawson : je vais essayer.

Jack : c'est pas compliqué, tu verras. (il remonte dans sa voiture)

Dawson : pourquoi ? parce que je ne me suis jamais détendu ?

Jack : oh, c'est pas moi qui l'ai dit… allez, salut !

Jen : salut.

Dawson : au revoir.

La voiture de Jack s'en va.

Jen : c'est la géographie qui fait notre destin, tu te retrouves coincé avec moi pour achever ta dernière soirée à Capeside.

Dawson : je n'ai pas la sensation de me retrouver coincé. Notre voisinage a été quelque chose de très bénéfique.

Jen : ah oui ? comment ça ?

Dawson : Joey, Pacey et moi, on avait une peur monstrueuse de cette maison quand on était petits. Surtout à Halloween, quand on voyait ta grand-mère sortir pour balayer son porche, on s'imaginait qu'elle allait monter sur son balai et s'envoler.

Jen : une sorcière…

Dawson : oui. Un jour, Pacey a décidé d'offrir 1 dollar à Joey rien que pour qu'elle aille frapper à la porte de chez elle.

Jen : (sourire) et elle l'a fait ?

Dawson : non, tu veux rire, elle était terrorisée par ta grand-mère !

Jen : en somme, moi j'étais la petite fille de la sorcière ?

Dawson : oui, si on veut. Ce qui t'as sauvé, c'est que toi, tu es belle et souriante.

Jen : méfiez-vous, les sorcières savent sourire… viens là (elle le prend dans ses bras puis s'écarte)… allez, allez, va-t'en Dawson, sois heureux, vis ta vie et surtout ne m'appelle plus jamais.

Dawson : pour que tu puisses dire que les hommes sont tous les mêmes ?

Jen : oui c'est ça oui… sauf qu'on a pas couché ensemble toi et moi.

Dawson : tu as cinq minutes ?

Jen : j'aurais toujours cinq minutes pour toi.

Dawson : (rire)

Mme de Ryan sort la tête de la porte d'entrée.

Mme Ryan : oh, pardon, excusez-moi, je ne voulais pas vous déranger.

Jen : c'est rien grand-mère, j'arrive.

Dawson : on est condamné à être ami pour la vie.

Jen : allez, on arrête là. (ils se séparent, Jen se retourne et le regarde s'éloigner dans l'obscurité de la nuit).


Dawson rentre chez lui et trouve son ordinateur portable sur la table, son père est là aussi.

Mitch : je reste sur mes positions, c'est pas le plus pratique mais je dois admettre que, que c'est un très bel objet.

Dawson : plus beau que le T-21 ?

Mitch : ah non ! mais … chacun ses goûts……… c'est vraiment étonnant. Je savais que ça serait dur. Mais je ne pensais pas que ce serait à ce point là, au point de ne pas vouloir que tu partes. En dehors que tu es mon fils Dawson, tu es une des personnes que je préfère (il le sert dans ses bras)… bon voyons, je voudrai m'assurer qu'on a rien oublié… euh… pas de rapports sexuels sans préservatifs, tu le sais ?

Dawson : papa, j'ai l'impression de le savoir depuis la maternelle.

Mitch : parfait… la drogue ?

Dawson : ça, je ne peux pas te garantir que, un jour je n'essaierai pas quelque chose par curiosité mais, je te promets de ne jamais revendre la télé pour me défoncer.

Mitch : promets-moi aussi de n'entrer dans aucune organisation.

Dawson : promis, je te le promets.

Mitch : bien… raconte-moi comment étaient les adieux avec Joey. (ils s'assoient)

Dawson : ça a été, comme chaque fois qu'on attend un peu trop de la vie, je crois. Oui, c'est-à-dire complètement décevant.

Mitch : alors laisse moi te dire une chose et ce sera le dernier conseil de ton père avant que tu quittes le nid, le cocon familial douillet et rassurant : ce n'est fini… que quand c'est fini.

Dawson : c'est tout ? ça n'a rien d'un conseil, c'est une banalité, un cliché.

Mitch : j'ai rien trouvé de mieux.

Dawson : tu mérites un blâme et un zéro ! (ils rien ensemble).


Mme Ryan et Jen boivent le thé dans la cuisine.

Jen : lorsque je suis arrivée chez toi, j'ai considéré que c'était une punition. J'ai cru que maman m'avait envoyée ici dans l'intention de me faire du mal.

Mme Ryan : oh Jennifer…

Jen : c'est plus du tout ce que je pense. Je suis persuadée qu'elle aimait cet endroit, cette maison, la crique… depuis toujours, toutes les excuses étaient bonnes pour m'amener ici ; les vacances scolaires, Noël, tout.

Mme Ryan : pour nous, c'était la belle époque. Mais… c'était triste pour elle.

Jen : pourquoi ?

Mme Ryan : certaines personnes passent leur vie entière à essayer de retrouver le bonheur qu'ils ont vécu à l'école, leurs années d'adolescence. Dieu merci, ce ne sera pas ton cas.

Jen : pourquoi tu dis ça ?

Mme Ryan : parce que tes amis et toi, je vous vois évoluer. Vous êtes toujours déprimé, abattu pour un oui, pour un non. Votre avenir ne peut être que meilleur.

Jen : (rire)

Quelqu'un frappe à la porte.

Mme Ryan : tiens, mais qui ça peut être à cette heure ? ( Jack entre dans la cuisine)… oh …

Jack : hé oui, j'allais arriver chez moi quand j'ai décidé que c'était injuste de vous laisser toutes seules ici pour le dernier soir.

Mme Ryan : encore un grand sentimental. Tu prendras bien un thé avec nous ? (elle lui donne une boîte de biscuits et il s'assoit)

Jack : ouais. Je croyais que vous aviez tout rangé.

Mme Ryan : avec moi, quand y'en a plus, y'en a encore !

Jen : grand-mère, ça ne te fait pas mal de partir ?

Mme Ryan : pas du tout, non. Je dirais même que ça a quelque chose d'émoustillant de laisser sa vie derrière soi. Surtout que vous et moi, nous nous apprêtons à embarquer pour une grande aventure.

Jen : grand-père avait toujours vécu ici ?

Mme Ryan : non. Quand nous nous sommes mariés, ton grand-père était encore étudiant, nous avons vécu chez ses parents pendant quelque temps. Une expérience que je ne recommande à personne.

Jack : (rire)

Mme Ryan : ensuite, nous avons emménagé en ville au-dessus de sons cabinet d'avocat.

Jen : ah oui, je l'ignorais.

Mme Ryan : ooh… cet appartement ! l'été, il y faisait tellement, tellement chaud. Oh ! le soir, on prenait une couverture et on montait dormir sur la terrasse.

Jack : vous regardiez les étoiles ?

Mme Ryan : les étoiles et les lumières du port et les maisons d'été. Le samedi soir, souvent les propriétaires mettaient des lanternes chinoises sur les docks et organisaient des grands dîners dansants dans leurs jardins. Pendant ce temps, les yachts de Natkin Coln, Franck Sinatra se laissaient glisser au fil de l'eau.

Jen : c'était magique.

Mme Ryan : oui, ça l'était. Nous avions décidé, ton grand-père et moi, que pour être heureux, ici à Capeside, il fallait justement s'offrir une de ces maisons d'été et y vivre toute l'année.

Jen : ça a marché, vous avez été heureux ici.

Mme Ryan : oui vraiment, mais l'hiver qu'est-ce qu'on avait froid !…


Chez Dawson. Le téléphone sonne, Dawson décroche.

Dawson : allô ?

Pacey : Dawson, c'est toi ?

Dawson : Pacey ?

Pacey : j'espère que j'appelle pas trop tard.

Dawson : non. Non, ça va. Tu appelles d'où ?

Pacey : ah… du paradis, j'appelle du paradis. Tu rigoles mais c'est vrai.

Dawson : alors comment ça se passe ?

Pacey : hé… bah très bien, j'ai sûrement jamais travaillé aussi dur de ma vie mais au moins pendant ce temps là, je pense pas à autre chose, c'est bien… comment elle va ?

Dawson : oh, eh … elle s'occupe, elle fait comme toi, elle essaie de ne pas y penser. Elle ne dit rien mais… j'ai l'impression qu'elle pense à toi au minimum toutes les dix secondes. Ca lui ferait plaisir que tu l'appelles.

Pacey : bon, oui j'en suis sûr, seulement, je ne me sens pas du tout prêt Dawson.

Dawson : oui, je sais ce que c'est… est-ce que tu veux que je lui dise quelque chose ?

Pacey : non. Non, non, je préfère pas, d'ailleurs, c'est pas pour ça que je te téléphone… je, je me rends compte que t'es la seule personne de Capeside à qui je regrette de ne pas avoir dit au revoir… parce que… en fait, pendant un bon bout de temps, être ton meilleur ami, c'était tout ce qui comptait pour moi… je tenais à te le dire moi-même, malgré tout ce qui s'est passé entre nous et… les milliers de kilomètres qui peuvent nous séparer aujourd'hui, je repense souvent à cette époque.

Dawson : l'époque où on était deux petits crétins qui se demandaient si un jour, une fille nous regarderait.

Pacey : (rire) t'es gentil, parle pour toi !

Dawson : oui. Ecoute, attends. Je suis content que tu appelles parce que j'étais déçu que tu sois parti aussi précipitamment et je, j'avais quelque chose d'important à te dire.

Pacey : qu'est-ce que c'est ?

Dawson : je suis fier de toi Pacey.

Pacey : merci Dawson.

Dawson : bonne chance.

Pacey : à toi aussi. (il raccroche).


Dawson est dans sa chambre, devant sa valise vide. Il essaie de préparer ses habits mais n'y arrive pas. Il prend son manteau et sort précipitamment de chez lui. Quelques mètres plus loin, il voit Joey qui venait chez lui.

Joey : bonsoir.

Dawson : bonsoir… qu'est-ce que tu fais ?

Joey : bah, si je ne t'aide pas à faire tes bagages, je suis sûre que tu vas arriver à Los Angeles avec seulement ce que tu as sur toi et il y a de grandes chances qu'au bout d'un moment, ça ne sente plus très bon et tu risques de pas faire très bonne impression.

Dawson : merci de te soucier de moi.

Joey : de rien… et toi, où est-ce que tu allais ?

Dawson : chez Mademoiselle Potter.

Joey : et ton alibi s'il te plaît ?

Dawson : j'ai oublié de dire au revoir à Bessie et à Budy, c'est pas correct.

Joey : naaaan, pas mal !

Dawson : allez viens.


Dawson et Joey sont allongés sur le lit, en train de regarder la télé. Le film, " E.T " vient de se terminer. Joey verse une larme.

Dawson : je t'ai vu.

Joey : désolée, j'y peux rien… c'est mon film préféré, il a eu l'oscar du meilleur film.

Dawson : mais non, je te l'ai déjà dit, c'était Gandhi. (Dawson se lève et pose sa valise sur le lit)

Joey : c'est vrai.

Dawson : j'ai besoin de toi.

Joey : ah, c'est pas la première fois que je te le dis, t'es pire qu'une fille Dawson Leery.

Dawson : c'est ça, vas-y, démolis moi, c'est la dernière fois que tu me vois… je veux dire avant Noël.

Joey : ce qui veut dire dans six mois, tu te rends compte ? dans six mois tu seras marié à une super minette que t'auras vu à un casting.

Dawson : hum… et toi, y'aura belle lurette que tu seras maquée avec un buveur de bière. (il ferme sa valise et la pose dans un coin de la chambre.

Joey : (rire) ouais. T'aimerais pas fermer les yeux et te retrouver dans quatre ans pour tout savoir ?

Dawson : non, j'en sais suffisamment. Quatre ans à Warthington, tu vaudras cher sur le marché du travail. (il s'assied à côté d'elle)

Joey : et toi ?

Dawson : oh, je travaillerais de nuit dans un cinéma, peut-être au Kimpkos, tu passeras. (ils s'allongent sur le dos)

Joey : Dawson.

Dawson : oui ?

Joey : je sais qu'on a l'habitude de plaisanter avec ça mais j'ai l'impression qu'on se reverra jamais.

Dawson : c'est ridicule ce que tu dis.

Joey : je sais, on se reverra, c'est sûr, ce sera probablement dans pas longtemps, 'fin en tout cas, au moins pendant les vacances mais… ce sera différent.

Dawson : pourquoi ?

Joey : tu seras bronzé et tu auras une petite amie.

Dawson : petite amie ?

Joey : incroyablement jolie.

Dawson : ah bon.

Joey : tu montreras une photo, je la détesterai et le pire, ce sera qu'au fond de moi, je serais convaincue qu'elle est chouette parce que… tu l'auras choisie.

Dawson : tu as l'air vraiment sûre de toi.

Joey : tu le cacheras pas éternellement Dawson, t'es un type extraordinaire… (elle se relève, s'assoit en tailleur) bon, Monsieur le cinéaste, votre film préféré ?

Dawson : tu veux jouer à ce jeu là ?

Joey : hum.

Dawson : " Les Dents de la Mer ". Votre chanson préférée ?

Joey : " Daydream Believer ". Votre pire moment ?

Dawson : je crois que c'est quand tout le monde m'a vu à moitié nu avec Eve.

Joey : tu plaisantes j'espère ? ça t'as fait une publicité d'enfer !

Dawson : à toi. Je te pose la même question.

Joey : facile, ici, dans cette chambre, quand je t'ai proposé de faire l'amour et que tu as refusé.

Dawson : oui et si tu me demandais quel est le plus grand regret de ma vie, je te répondrais ça précisément.

Joey : oh, moi mon regret, c'est de t'avoir menti à propos de Pacey.

Dawson : (rire)

Joey : ça te fait rire ?

Dawson : oui, je … je m'aperçois que je suis le seul à n'avoir jamais fait l'amour. Je … je n'aurais pas cru qu'à 18 ans, je serais encore puceau. Je sais pas ce qui s'est passé.

Joey : tu t'es pas arrêté sur celle qui…

Dawson : mon hypothétique copine à la fac, elle voudra bien ?

Joey : non, pas avant que tu l'épouses.

Dawson : ah zut alors ! je tenais le coup en me disant que je ferai l'amour avec une fille avant d'avoir la licence…(silence) L'instant le plus déterminant pour toi ?

Joey : de ma vie ?

Dawson : oui.

Joey : pff et bien, il y en a plusieurs. Je pense déjà à un moment précis, euh…, il y a environ deux ans dans cette chambre, j'étais debout là, près de la fenêtre et tu m'as embrassé. Ca a tout changé, ça vous marque dans une vie de voir un de vos rêves les plus fous prendre forme…(silence) (elle montre l'affiche de " Turn away my sweet " oh, n'oublie pas cette affiche.

Dawson : oui. (il se lève pour la décoller du mur)

Joey : … (elle se lève) Dawson, je veux que tu restes.

Dawson : (il se retourne) tu peux répéter ?

Joey : j'ai dit, je veux que tu restes, voilà, je l'ai dit.

Dawson : tu ne crois pas que tu aurais pu le dire avant que je fasse mes bagages ?

Joey : non, ça y est, c'est dit mais tu oublies hein ?

Dawson : oublier ? Joey, je ne pas oublier ça !

Joey : c'était comme ça, j'y pensais et puis, j'ai décidé que j'avais envie que tu saches que j'y pensais, j'aurais pu aussi bien me taire et te laisser partir mais… on se refait pas, on n'est pas dans un de ces films où on souffre et où tout le monde pleure en silence ; ça m'a jamais impressionné, j'ai pas le goût du sacrifice… alors… je regrette mais c'est comme ça… mon meilleur ami prévoit de quitter la ville et au fond de moi j'ai très mal, je voudrais qu'il reste, je lui ai dit et j'espère qu'il ne m'en veux pas.

Dawson : je ne t'en voudrai jamais Joey. Ce n'est pas faute d'avoir essayé.

Joey : depuis deux ans, ma vie est un horrible feuilleton très mouvementé, (elle s'assoit sur le bord du lit) je ne regrette pas ce qui s'est passé, si c'était à refaire, je referais tout pareil mais je suis contente que ça se termine parce que j'aime les choses telles qu'elles sont maintenant sauf que la vie adore me faire des farces. Aujourd'hui, alors que tout va bien, tu t'en vas.

Dawson : (il s'approche et s'assied sur une chaise en face d'elle) Joey, si je pensais une seconde que c'est la meilleure chose à faire, je resterais, mais il est temps de partir, il est temps pour moi de quitter cette chambre, il est temps pour toi de … découvrir qui tu es … sans nous. Ce chapitre est terminé, j'en suis convaincu.

Joey : (au bord des larmes) tu peux croire à la magie toi ? j'y crois plus du tout. C'est un peu normal. A 13 ans, je perds ma mère, je me mets à y croire très fort, à la magie. Pour que la vie soit plus belle et rien ne se produit. J'essaie de me retourner vers mon père, incapable d'oublier ses mauvaises habitudes et ses vilains défauts. Abracadabra et rien. Ensuite Pacey est arrivé : de la magie plein le cœur mais ça n'a pas duré… et puis y'a toi Dawson, la preuve vivante qu'une personne sur terre pense à moi, mon ami qui a toujours été là, de la pure magie. C'est rien, t'en fais pas, c'est juste une façon un peu tordu de te dire que tu vas me manquer.

Dawson : tu vas me manquer aussi Joey.

Joey : tu sais pas quelle heure il est, il doit être tard, tu as besoin de reposer alors … (elle se lève et met sa veste) si seulement cette échelle pourrait être encore dehors, j'aurais pu sortir en beauté, disparaître par la fenêtre dans la nuit.

Dawson : elle n'est plus là…(il veut dire quelque chose mais n'y arrive pas) vaut mieux que tu rentres.

Joey : au revoir Dawson. (ils se serrent dans les bras)

Dawson : au revoir Joey.

Joey : au fait, tu ne m'as pas dit le tien.

Dawson : mon quoi ?

Joey : (elle recule la tête et le regarde dans les yeux) c'est quoi le moment le plus déterminant de ta vie ?

Dawson : je ne sais pas, c'est peut-être celui-ci… te dire au revoir.

Ils s'embrassent.

Fin


Un grand merci à Roméo007 pour ce script !
[Scene: Dawson’s Bedroom. Dawson and Joey are sitting on his bed watching the first movie he made with her “The Sea Creature form the Deep”.]

Dawson: You know, this sucks a lot more than I remembered it.

Joey: Dawson, need I remind you that sea creature from the deep won the jurors prize in the junior division at the Boston film festival, for which you were rewarded the princely sum of $2,500.

Dawson: Yeah, right. Which I then proceeded to waste on my next endeavor, which was entitled-- what was it called again? Ah, that's right. Self-indulgent piece of crap.

Joey: Blah, blah, blah, blah, blah.

Dawson: Seriously, though, Jo. How did we get here? I mean, it... it feels like one second we're sitting here watching E.T., Wondering what 10th grade is gonna be like, and the next... we're leaving for college.

Joey: Well, some of us are going sooner than others. I mean, I have the entire summer to process my crippling anxiety, but, uh, you on the other hand--

Dawson: Day after tomorrow. My college career begins the day after tomorrow. You know, I'm starting to think this whole summer program was not such a good idea.

Joey: Dawson, you have to focus on the good. I mean, you got in, and not only do they want you, but they want you early. That's huge. You might want to consider packing, however.

Dawson: When you're in the kind of denial I'm in right now, there's just no room for packing.

Joey: Ok.

[They see the scene where the creature pulls Joey off the dock into the water.]

Dawson: Have you heard from him?

Joey: No. The sea creature from the deep remains incommunicado.

Dawson: I'm sorry. I'm sure once he's ready, he'll call or write-- or something.

Joey: I don't know. Do you ever feel utterly incapable of sustaining a relationship?

Dawson: I think I'm in touch with that emotion.

Joey: I guess it's another in a seemingly endless string of life lessons. Never get involved with a monster from beneath the sea, no matter how charming. It’s...just not gonna work.

Dawson: I have to say that despite our mutual misery, I've had a pretty decent time hanging out with you lately.

Joey: Me, too.

Dawson: I wish it didn't have to end.

Joey: Well, everything comes to an end, Dawson.

Dawson: Thank you, Sylvia Plath. I just wish it didn't, is all. Let's, uh...

[He hit a button on the remote]

[Opening credits]

[Commercial Break]

[Scene: The Ruins. Joey, Dawson, Jack and Jen are all lying down on the steps, and just relaxing and enjoying their time together.]

Joey: I got the German flu.

Dawson: The German flu?

Joey: My aunt brought it over.

Dawson: Really?

Joey: In the meantime, the movie's kind of... you know, black and white...

Jen: Shouldn't we all be looking for, like, summer jobs or something?

Joey: Uh, some of us already have those.

Dawson: Yeah. Is it just me, or does that yacht club uniform keep getting sexier and sexier?

Joey: Bite me.

Dawson: Ha ha ha. You guys know there's always work down at Leery’s Fresh Fish.

All: We know.

Jack: Look. I got one. Yeah, I got one. You ready?

Dawson: Ok.

Jack: Would you rather work 2 straight shifts at the fresh fish house, completely naked, or have sex once with Principal Peskin?

[Jen and Joey groan]

Jen: You got a better one, let me know.

Joey: Ok, I got one. Sex with Peskin, or having to spend your entire freshmen year living with a roommate who smells really, really bad.

Jen: Like, uh, like earth-hippie sworn-off-deodorant bad?

Joey: No, like French-foreign-exchange student bad.

Jack: Is he cute?

Jen: Jack.

Jack: Kidding. I'm kidding.

Dawson: I got it. I got it. Ha ha. I've got a "would you rather" so brilliant in its perversity—

Joey: Oh, this better be good.

Jen: Yeah. You know what? I wouldn't preface your supposed brainstorms with the word "brilliant." I mean, it's just setting you up for failure.

Jack: Will you two harridans let the man speak, please?

Dawson: Thank you. Ok. Would you rather have sex with Peskin or watch Peskin have sex with grams?

Jen: Ok, ok, ok, ok. First of all, grams would never have sex with Peskin. And second of all, you win. That's disgusting.

Dawson: Mission accomplished. I now leave town the reigning "would you rather" gross-out champion. You guys know what time it is?

Jack: Yeah. It's, uh... it's almost 6:00.

Dawson: Shoot. Supposed to meet my dad like half an hour ago.

Jen: Wait. Are you still on for the movies tonight?

Dawson: Uh, yeah. Meet at my house at 7:00.

Joey: Bye.

Jen: Bye.

Jack: See ya.

Dawson: See ya later.

[Scene: The Computer Store. Mitch and Dawson are looking at the laptop computers on display.]

Mitch: This baby does it all, Dawson. 850 megahertz, P3 processor, 128 megabytes of ram, 32-gig hard drive, DVD, 56k modem. What more could you want?

Dawson: I don't know. A Mac, maybe?

Mitch: What?

Dawson: It's become obvious to me that in life you're either a Mac person or a pc person, and the choice defines you. Let me put it to you this way: Beatles or Elvis?

Mitch: Beatles.

Dawson: See? Exactly. This is no different.

Mitch: Dawson, I've done all the research. The T21 is by far the best buy, and that's what we're getting.

Dawson: Yeah, well, in that case, I'd just prefer you didn't get me a laptop.

Mitch: You need a laptop for school, Dawson. I am getting you a laptop.

Dawson: Ok, dad, I appreciate you wanting to do this for me, but it's not fair if you only want to do it on your own terms.

Mitch: Not fair. A father wants to spend thousands of dollars on his son, and somehow it's not fair.

Dawson: Why would you want to spend thousands of dollars on something I don't even want?

Mitch: Because it's something you need. Look, it's practical. It's functional. It'll last you for years.

Dawson: And it's not what I want.

[Salesman walks up]

Salesman: Can I help you?

Mitch: Yes, we'll take the T21.

Salesman: Ah, excellent choice. I'll bring that right out.

[Scene: Grams’ house. Jen and Jack walk in and Jack opens the Refrigerator to see that it is empty.]

Jack: Whoa.

Jen: [Sighs] We shouldn't have left her alone for an hour. That woman is an unstoppable cleaning machine.

Grams: Ooh, good. You're back. I'm just about to head out myself. One last potluck at the ladies auxiliary.

[Jack notices a pot on the stove and samples what is in it when Grams stops him.]

Grams: Ah, ah, ah.

Jack: Sorry.

Grams: I assume you two have eaten your usual quota of junk food.

Jen: Obviously. You've done quite a number on that fridge.

Grams: There's no point in leaving things for the last minute.

Jen: Yeah, but the movers don't come till tomorrow.

Grams: 8 A.M., Bright and early, which means someone has her work cut out for her with that room of hers. Especially if she still plans to go to the movies tonight with Dawson.

Jen: Oh, I get it. Ok, this cheerful disposition is just a passive-aggressive attempt to get me to stay home tonight, isn't it? Which, by the way, I gladly will.

Grams: Oh, don't be silly, dear. It's Dawson’s last night. You go out. Have fun.

Jen: I know, but... I mean it is our last night in this house. Maybe we should do something... special, like commemorate the occasion.

Grams: Our last night in this rickety old house with no pictures on the wall, no food in the fridge? Honestly, Jennifer, there's no point in being sentimental about these things. All right. I'll tell you what. You'll come home tonight, we'll have tea.

Jen: You packed the kettle.

Grams: Don't forget to wear a sweater. It's supposed to be chilly tonight.

[Scene: Outside the Leery House. Dawson and Mitch get out of the car after returning for the store, and Mitch is carrying the box carrying the laptop.]

Mitch: Ahh. Let's get this baby set up.

[Dawson sees his mother and Joey out in the yard talking.]

Dawson: Later, dad. [He walks up to Joey] Hey.

Joey: Hey.

Dawson: Are you a sight for sore eyes. You ready to go?

Joey: Yes.

Mitch: Well, where you going?

Dawson: I'm going to the movies with Jack and Jen. I'll be back later.

Mitch: Dawson, it's your last night at home.

Dawson: And?

Mitch: I thought we'd spend it together as a family.

Dawson: And I thought I would spend some time with my friends.

Mitch: Listen, I don't want to embarrass anybody here. I'm sorry, Joey, but I'd really appreciate it if you'd stay for dinner.

Gale: Mitch.

Dawson: Dad, I'll be home later.

Mitch: Well, let me understand this. You would rather go to the movies than spend what little time you have left with myself, your mother, and your little baby sister?

Dawson: That's not what I said, dad. What is so criminal about wanting to hang out with my friends?

Mitch: You've been hanging out with your friends all month.

Dawson: What is going on with you?

Mitch: Nothing. I'm just trying to figure out when my son became so insensitive.

Dawson: Probably about the same time you became so overbearing.

Mitch: [Laughing] You'll stay for dinner, then.

Dawson: No.

Mitch: No?

Dawson: No, dad. Look, I'm stressed out enough about moving 3,000 miles away without having to worry about how I'm letting you down, ok? I'm gonna go to the movies, I'll be back later, and I'm not gonna feel guilty about wanting to spend some portion of my last night here with the few people who mean the world to me. Is that ok?

Mitch: Do what you want.

[Mitch goes inside and Dawson turns to his mother.]

Dawson: Mom?

Gale: Honey, go. Have a good time.

Joey: Dawson, we don't have to go.

Dawson: No, let's get out of here. Come on.

[Scene: The Dean’s Boat. Pacey is working on the deck when one of the crew walks up to him.]

Guy: [Jamaican accent] Yo, Witter. You got a problem with paradise, man?

Pacey: Not so much, no.

Guy: Then take a break. You're makin' me tired.

Pacey: Hey, what do you think the chances are I could find a phone here in paradise, 'cause I got a call I need to make.

[The guy hands Pacey a cell phone.]

Guy: Here, boy. You try that, bro.

Pacey: Ah, thanks.

Guy: Then when you're done, you meet me down at the bar. We'll have some drinks.

Pacey: All right, then.

[He makes a call but the phone just rings on the other end.]

Pacey: [Sighs]

[Scene: Along the waterfront. Jack and Dawson are walking down the boardwalk talking to each other.]

Jack: Ah... [Sighs] Can't believe you're leaving tomorrow, man.

Dawson: Tell me about it.

Jack: L.A. Is a galaxy far, far away.

Dawson: Yet only 5 hours away by plane.

Jack: Nervous?

Dawson: Yeah, nervous. I'm excited, I'M...I'm exhilarated, I'm depressed. That pretty much sums it up.

Jack: Are you sure you don't want to stick around? You could be painting Mrs. Hammacott's house this summer.

Dawson: Ha ha. Oh, god. Do it with Joey. I'm sure she'll jump at the chance to free herself from the clutches of Cruella DeValentine.

Jack: Yeah. Yeah, she's really gonna miss you, Dawson.

Dawson: Yeah, she's got plenty on her mind. Infiltrating the ivy leagues... the whole devastating break-up thing.

Jack: Come on, man. I know, that's all true, but you and Joey saying good-bye, that's a fairly colossal event.

Dawson: Why is everybody so determined to shake me out my cozy little cocoon of denial?

Jack: Because if you don't at least acknowledge the hugeness of this moment, you are gonna wake up in some cold sweat in some USC dorm room one night, and you're just gonna have one more thing to add to your list of lifelong regrets.

Dawson: Could you do me a favor?

Jack: Yeah, anything.

Dawson: Don't sit next to me at the movies tonight, man. You're bummin' me out.

Jack: Come on, man. You can't tell me you haven't at least thought about it.

Dawson: What?

Jack: What? The opportunity to spend the entire summer with her.

Dawson: Of course I've thought about it. I've thought about it so much it makes me mad because I don't understand why I can't stop thinking about it. [Sighs] I fell in love with somebody else this year. Do you have any idea how significant that is for me? I mean... so why can't I stop thinking about her?

[Scene: Outside the theater. Jen and Joey are walking towards the ticket counter talking to one another.]

Jen: You gonna miss him?

Joey: Aren't you?

Jen: Yeah, but that's different.

Joey: How's it different?

Jen: 'Cause I had all last summer to get sick of Dawson and his quirks, his foibles. All those annoying little things that he does that make you just want to throw him into the creek.

Joey: He is rather annoying, isn't he?

Jen: Oh, god, yeah.

Joey: I mean, the way he makes you sit through all of the credits at the end of a movie.

Jen: Ha! Out of respect for the filmmaker, of course.

Joey: And the incessant picture-taking and crushing self-analysis.

Jen: Not to mention that thing he does where he puts you up on a pedestal and makes you the center of his universe. God. ….If you asked him to stay, he would.

Joey: What? Give up the movie-making chance of a lifetime just so he can bum around Capeside for another summer?

Jen: Ha ha ha. I don't think he'd see it as such a bad trade-off.

Joey: What makes you think that I want him to stay?

Jen: You really want to know?

Joey: Yeah.

Jen: It's this little voice inside my head that says "I like your hair color. What number is that?"

Joey: You still hate me, don't you?

Jen: No, I don't hate you.

Joey: I mean, I don't get it, Jen. I mean, how am I supposed to feel about this? Am I supposed to feel good knowing that I have the power to change somebody's life?

Jen: I don't know. I mean, I think that we all have the power to change each other's lives. The questions is... are you going to use it?

[Jen turns to the ticket counter.]

Jen: Hi. 4, please.

[Jack and Dawson come walking up]

Dawson: What were you girls talking about?

Jen: Oh, you know...

Joey: Um...

Jen: Hair, makeup, world peace. Usual girl stuff.

[Jen hands out the tickets to everyone.]

Jen: There you go.

Dawson: Thank you.

Jack: Thanks.

Jen: Here you go. All right.

[They all go into the theater. American Graffiti is playing.]

[Commercial Break]

[Scene: Outside the Theater. They all walk out of the theater, and stop and stand around uncomfortably.]

Dawson: [Sighs] So, who's hungry?

Jen: Well, I should go home and check on grams. I feel kind of guilty about leaving her. But if, you know, if you guys want to go eat, actually food— food is good.

Jack: I could eat.

Dawson: Actually, you know what? I haven't packed yet. I still have to do that tonight. Unless we just want to—

Jen: Yeah. I mean, why don't you guys go ahead. I'm sure you've got a lot to talk about. And Jack and I will just walk.

Jack: I could walk.

Joey: Oh. Yeah, whatever. It's not like my evening will be incomplete without greasy diner food, so...

Jack: Ok. So what did we just decide?

Joey: Uh, um... I guess we decided to go home.

Dawson: Great. Home. Uh, who's first?

Jen: Well, I live next door.

Jack: Uh, my car's at her house.

Joey: [Clears throat] Guess I'm first.

[Scene: The Leery Living room. Gale and Mitch are going through some pictures of Lilly.]

Gale: Ok, which one do you like better? Lily looking adorable in her bassinet with her pink bow, or lily looking adorable in her bassinet with her yellow bow? Oh, and then of course we have this one of her looking adorable with Dawson.

Mitch: Hmm. They got the same Leery eyes, don't they?

Gale: Mm-hmm. Self-aware with hidden depth.

Mitch: Same Leery cheekbones.

Gale: Camera loves them.

Mitch: Same heartthrob smile. Which is probably hiding a stubborn streak 10 miles long. What do you say the odds are, 18 years from now, Lily might actually have the good sense to listen to her father before she heads off to college? She might want to spend some time with her family before facing the great unknown. Mm. It's a big step, going away. And it isn't always easy.

ale: And neither is getting left behind. And not being needed anymore.

Mitch: Excuse me?

Gale: That big stand you took earlier?

Mitch: That desperate plea for family togetherness?

Gale: Obviously the last gasp of a dying dictatorship.

Mitch: Oh, funny word, dictatorship. You're blaming me.

Gale: No. I'm not blaming anybody.

Mitch: Yes, you are. You're blaming me.

Gale: No. I just think that certain people, when they're feeling insecure about the future, would rather pick a fight and stomp around in the front yard than face the fact that they are feeling insecure about the future. Oh, did I happen to mention that those people are usually men?

Mitch: Why would I be feeling insecure about the future? I'm not the one whose life is about to change.

Gale: I think we may have just discovered where our son gets his talent for denial.

[Scene: The Potter B&B. Dawson pulls the jeep up to the B&B, and everyone just sits quiet and looking at one another uncomfortably.]

Jack: Well, uh, later, Joey.

Jen: Hey, call me tomorrow, ok?

Joey: Ok. So I guess this is it, right?

Dawson: Uh, yeah. Let me walk you to the...

Joey: Great.

[Joey and Dawson walk up to the porch.]

Joey: Well, I had a really nice time tonight.

Dawson: Yeah. Me, too.

Joey: It's comforting, you know?

Dawson: What's that?

Joey: Well, seeing a movie that you've seen before.

Dawson: Yeah. You don't have to waste any creative energy trying to figure out how it's gonna end.

Joey: It's gonna be weird, isn't it?

Dawson: What?

Joey: Next year. I mean, me in Boston. You in Los Angeles.

Dawson: Yeah.

Joey: Well, you're gonna having celebrity sightings left and right, you know.

Dawson: Ha ha ha. I don't think L.A. Really works that way.

Joey: Sure it does. One day, you're gonna turn around in line in some overpriced organic food store, or you'll be in a movie line at some mall, because there are tons of malls in L.A., And you will see him, Dawson.

Dawson: Who?

Joey: Spielberg.

Dawson: I'm actually in more of a Soderbergh phase right now.

Joey: Regardless. What would you say to him if you saw him?

Dawson: Spielberg?

Joey: Yeah.

Dawson: I'd--I...I don't know.

Joey: Dawson, come on. I mean, this is the guy who shaped your entire world view, who eased all of your childhood traumas, and who made growing up just a bit more bearable.

Dawson: Um... in that case, I guess I'd just have to... say thank you.

Joey: Doesn't quite seem like enough, does it?

Dawson: No, it doesn’t.

Joey: So I guess see you at Thanksgiving.

Dawson: Actually, uh, my parents had talked about bringing Lily out to L.A. So... oh. Um...

Joey: Well, then Christmas.

Dawson: Yeah, Christmas. Definitely. Definitely. Yeah.

[The uncomfortable situation gets worse when neither knows what to do]

Joey: Well, good luck.

Dawson: Hey, you, too.

Joey: See you, Dawson.

[They look uncomfortable about what to do next, and then Joey turns and goes inside.]

Dawson: [Sighs]

[Dawson turns to go back up to the door, but the porch light turns off and he turns and walks back down the porch.]

Dawson: [Mumbling] See you, Joey.

[Commercial Break]

[Scene: The Leery Jeep. Dawson pulls up to his and Jen’s Place and they all get out of the jeep.]

Jack: We can't afford to well, should we give it to him now?

Jen: Now's good.

Jack: All right.

Dawson: What?

[Jack reached into his car and pulls out a cell phone and hands it to Dawson.]

Jack: Ha ha ha.

Dawson: You didn't?

Jen: Well, we figured that you should have one in L.A.

Jack: It was either that or a BMW.

Dawson: You guys, this-- you didn't have to do this. This is too much.

Jack: Don't get too excited. We can only afford, like, what, 5 minutes of air time?

Dawson: This is great. Thank you.

Jack: Sure.

Jen: Ok, you guys. Get it over with. Hug.

All: Ha ha ha.

Dawson: Come here.

Jack: All right, man. Heh. Have fun in L.A., All right? Stay cool.

Dawson: I'll do my best.

Jack: Shouldn't be too difficult.

Dawson: Heh. Why? 'Cause I was never really cool to begin with?

Jack: You said it, not me.

Dawson: Ha ha ha.

Jack: All right. I'll see you guys.

[Jack turns and hops into his car]

Jen: See ya.

Dawson: Bye.

[Jack drives off.]

Jen: Well, I guess geography is destiny, huh? Here you are, stuck with me at the end of your very last night in Capeside.

Dawson: I wouldn't say "stuck" at all. I think... I think this whole next-door neighbor thing worked out for the best.

Jen: Yeah? How so?

Dawson: Joey and Pacey and I grew up in mortal terror of this house, especially around Halloween. Every time grams came out to sweep her porch, I think we half-expected her to hop on her broomstick and fly away.

Jen: Ha ha. Sounds like her.

Dawson: Ha ha. Pacey once offered Joey I think a whole dollar just to run up and touch the front door.

Jen: Ha ha. Did she do it?

Dawson: No, are you kidding? She's still afraid of your grandmother.

Jen: I guess that makes me the Boo Radley of this scenario, huh?

Dawson: Exactly. Except beautiful and with breasts.

Jen: Wit. We like that around here.

Dawson: [Sighs]

Jen: [Sighs] Come here. [They hug] Mm. Ok. Go. Get the hell out of here. Walk across that lawn, have a great life, and don't ever call me again.

Dawson: What? So I can confirm your worst fears about men?

Jen: Yes, exactly. Oh, wait, I forgot. We never slept together.

Dawson: You got 5 minutes?

Jen: For you? Always.

[Door opens]

Gram: I'm sorry. I--I didn't mean to interrupt.

Jen: Uh... uh, Grams, it's fine. It--it-- I think we're all done here?

Dawson: Doomed to be friends forever.

[They hug again]

Jen: Mm. Sucks, doesn't it?

[Dawson turns and walks back to his house, while Jen watches him go.]

[Scene: Dawson’s Kitchen. Dawson walks in to see a new Apply Mac Titanium Laptop sitting open on the table. He walks over to it and Mitch walks into the kitchen.]

Mitch: Not the most practical choice, mind you, but I gotta admit, it sure as hell looks cool.

Dawson: Cooler than the T21?

Mitch: Hardly. But, hey, to each his own. You know, it's funny. I knew I'd be sad to see you go. What I didn't expect was this feeling of not wanting you to go. Son or not, Dawson... you are one of my favorite people.

[Dawson hugs him]

Mitch: Ok. All right. Ahem.

[Dawson breaks the hug and sits down at the table, and Mitch does too.]

Mitch: Let me see. Have I covered everything? Um... you know not to have sex without a condom, right?

Dawson: Aw, dad, please. I was the only kid in kindergarten who knew what Trojans were.

Mitch: Right. Um...drugs.

Dawson: I can't swear to you that I'll never try some variety of narcotic, but I can promise you I'll never get so strung out I steal your TV.

Mitch: Can you promise me... you won't join a frat.

Dawson: That I can promise.

Mitch: Ok. So tell me what it was like... saying good-bye to Joey.

Dawson: [Sighs] It was, um... it was like most other things in life you have too many expectations of. You know? Totally, completely under whelming.

Mitch: Well, I will tell you this... and it is the last piece of fatherly advice I dispense before you leave the nest. It ain't over... till it's over.

Dawson: That's it? That's your advice, a trite, hackneyed cliché?

Mitch: It was all I could think of.

Dawson: Major demerits, dad.

[Scene: Gram’s House. Jen and Grams are sitting at the table pouring themselves a cup of tea.]

Jen: [Sighs] You know, when I first got here, I thought that I was being punished. That--that my mom sent me away 'cause she just didn't love me enough or something.

Grams: Jennifer.

Jen: But I don't think so now. I mean, I think that she really loved it here. This house, the creek, I... I mean, she was always looking for an excuse to bring me here--Christmas or vacation, anything.

Grams: Hmm. Those were good times... but sad for her.

Jen: Why's that?

Grams: Some people spend their entire lives chasing the happiness they had in high school... their teenage years. Thank goodness that won't happen to you.

Jen: Why do you say that?

Grams: You children, the way carry on, always so dour and depressed about everything. Things can only get better from here.

[Knock on door]

Grams: Heavens, who could that be at this hour?

[Jack comes into the house.]

Jack: I know. I got halfway home and then I decided I didn't like the thought of you two all alone in this house on your last night.

Jen: [Laughs] Another sentimentalist.

Grams: Now, as long as you're here...

[Grams pulls a cookie jar out of a box on the counter and hands it to Jack.]

Jack: Yes. I thought you packed everything.

Grams: Oh, I still have a few tricks up my sleeve.

Jen: So...you're really not sad to be leaving?

Grams: Not sad. Actually, it's rather exhilarating, leaving all this behind. You know, we three are about to embark on a great adventure.

Jen: Did you and gramps always live here?

Grams: No. When your grandfather and I were married he was still in law school, so we lived with his parents for a while. I would not recommend that. Then we moved downtown above his law office.

Jen: Oh, I didn't know that.

Grams: Huh. That apartment. In the summer it was so hot. Summer nights, we'd take a blanket up on the roof.

Jack: Under the stars.

Grams: Mm. Stars and the lights from the summer houses. Saturday nights, the owners would string Japanese lanterns along the docks and have these very fancy dinner dances on the lawn. Nat King Cole, Frank Sinatra drifting across the water.

Jen: Ohh, that sounds magical.

Grams: Oh, it was. So your grandfather and I decided the best way for us to be happy would be to buy one of those summer houses and live in it all year-round.

Jen: And it worked, right? You guys were happy here.

Grams: We certainly were... but we were always cold in the winter.

[Scene: Dawson’s house. The phone rings and Dawson picks it up.]

Dawson: Hello.

Pacey: Dawson, is that you?

Dawson: Pacey?

Pacey: Yeah, man. I hope it's not too late.

Dawson: N-no, it's fine. It's-- uh, where are you?

Pacey: Heh heh, I'm in paradise, man, paradise.

Dawson: Heh heh.

Pacey: Hey, you laugh, but it's true.

Dawson: So, uh, how's everything goin'?

Pacey: Heh heh, I tell you, it has been the hardest work I have ever done in my entire life, but, well, it's probably a good thing. It keeps my mind off of stuff.

Dawson: Hmm.

Pacey: So how is she?

Dawson: She's, um... you know, she's doing the same thing you are, Pace. She's keepin' busy. [Sighs] She doesn't say much, but, um... you know, I get the feeling that she thinks about you every 10 seconds or so. I know she'd appreciate a call.

Pacey: Uh, you know, I just don't think that's a place I'm ready to go quite yet, Dawson.

Dawson: Yeah, I totally understand. I could say something to her if you want.

Pacey: No. No, you know what? I think I'd prefer if you didn't, and that's-- that's not why I called, actually. Uh... I just--I realized that you're the only person in Capeside that I actually regret not saying good-bye to, because, you know, for a long time there, Dawson, being your best friend was all I really cared about in my life. I just wanted you to hear from me that despite everything that's happened between us and the miles that may be between us right now, you know, I still think about the way things were.

Dawson: Back when we were just a couple dorks wondering if and when a girl would ever look our way?

Pacey: Heh heh, well, speak for yourself, huh?

Dawson: [Laughs] Yeah, pace, I'm--I'm really glad you called, because the worst thing about not saying good-bye was I didn't get a chance to tell you something I wanted so badly to tell you.

Pacey: What's that?

Dawson: I'm proud of you, Pacey.

Pacey: Thanks, Dawson.

Dawson: Good luck out there.

Pacey: Yeah. You, too.

[Commercial Break]

[Scene: Dawson’s Bedroom. Dawson it trying to pack, but you can see his mind isn’t in it. He stares at the empty suitcase then walks over to the drawer to get some clothes.]

Dawson: [Sighs]

[He stops packing and goes outside and walks down to the dock, to get in his boat, but before he gets there Joey comes walking up to him from the dock.]

Joey: Hey.

Dawson: Heh. Hey. What are you doing here?

Joey: Well... I thought if I don't help you pack, Dawson, uh, you're gonna end up in L.A. With just those clothes on your back, and chances are that after a while they're gonna start to smell a little, and that's no way to make a good first impression.

Dawson: My hygiene thanks you for your concern.

Joey: Sure. So where are you headed off to?

Dawson: The Potter B&B.

Joey: What was your excuse gonna be?

Dawson: I was gonna work the whole "I haven't said good-bye to Bessie or Bodie yet" angle.

Joey: Ah. Not bad.

Dawson: Heh, come on.

[Up in Dawson’s room. Joey and Dawson are lying on the bed watching ET, and as it finishes Joey wipes the tears from her eyes.]

Dawson: I caught that.

Joey: Sue me. It's still my favorite movie. This won the Oscar, right?

Dawson: God, how many times do I have to tell you? It was Gandhi.

Joey: Right.

Dawson: [Sighs] I need your help here.

[He throws a suitcase onto the bed]

Joey: [Sighs] I've said it before, and I'll say it again. You're worse than a girl, Dawson leery.

Dawson: That's good. Emasculate me. It's only the last time you're ever gonna see me. Well, for Christmas, I suppose.

Joey: Which is 6 months away, half a lifetime. You know by then you'll be married to the first bimbo who slips you her head shot.

Dawson: And you'll be shacked up with the first guy who offers you a hit off his beer bong.

Joey: Right. I wish we could just fast forward 4 years, and see how it all ends up.

Dawson: I don't have to, really. I mean... 4 years at Worthington, you'll be a pedigreed professional.

Joey: And you?

Dawson: I'll be working the graveyard shift over at Kinko’s. Stop by and say hi.

Joey: Mm-hmm. [Sighs] Dawson...

Dawson: yeah.

Joey: I know we always joke about this, but... I feel like I'm never gonna see you again.

Dawson: That's crazy talk, Jo.

Joey: I know. I-- I know I'll see you again, and it probably won't be too long from now, you know, holidays, most likely, but... you'll be different.

Dawson: I will?

Joey: Well, you'll have a tan. And you'll have a girlfriend.

Dawson: I will?

Joey: She'll be incredibly pretty.

Dawson: Really?

Joey: You'll show me a picture, I'll immediately hate her, and the worse part is, deep down, I'll know she's as great as you say she is because...you like her.

Dawson: You sound pretty sure about all this.

Joey: Well, you can't keep it a secret forever, Dawson.

Dawson: What's that?

Joey: How incredible you are. [They look at one another before Joey sits up on the bed] Ok, film student... all-time favorite movie.

Dawson: You want to play that game?

Joey: Mm-hmm.

Dawson: Jaws. You, all-time favorite song.

Joey: Daydream believer. Most embarrassing moment.

Dawson: Uh... that would have to be when the whole school watched me make out with Eve.

Joey: What are you talking about? That did wonders for your street cred.

Dawson: Ok. You, same question.

Joey: Hmm. That's easy. Right here in this room when I offered to have sex with you, and you turned me down cold.

Dawson: Y-y-y-yeah. Hey, could we introduce the "hugest all-time regret" category, because that would pretty much be mine.

Joey: Mine would be... lying to you about sleeping with Pacey.

Dawson: [Laughs]

Joey: That's not funny.

Dawson: Not, it's that-- I just-- I'm the only one who has not had sex. I--I didn't plan on graduating a virgin. What--what happened?

Joey: Best laid plans...

Dawson: This mythical college girlfriend I'm gonna have, will she have sex with me?

Joey: Mm...no, sorry. She's a prude.

Dawson: Damn. I had such high hopes the last American virgin would fare better as an undergrad. All-time most life altering moment.

Joey: Ever?

Dawson: Ever.

Joey: Well... there are a lot of winners there. [Sighs] But, you know, there was this one moment, um... a couple years ago... in this room. I was standing over there by the window, and, uh... and you kissed me. It changed everything. It's a pretty powerful thing when you get your biggest wish in one moment. [Long pause while they just think about everything] Oh, better not forget that one.

[Joey points to the “Turn away my Sweet” poster on the wall.]

Dawson: Gee, I almost forgot.

[Dawson gets up and walks over to take the poster down.]

Joey: Dawson... I want you to stay.

Dawson: Excuse me?

Joey: I said, I want you to stay. And there, I said it.

Dawson: You don't think you could have maybe said something before I packed?

Joey: No, I said it, and now I want you to forget it.

Dawson: Forget it? Jo, how do I forget that?

Joey: Well, it's just something that I've been thinking about, and I wanted you to know that I was thinking about it. You know, I was just gonna... keep my mouth shut and let you go... but...[Sighs]... It's not me. That's some merchant ivory movie, you know, where people suffer in silence, and you're supposed to be so impressed by their restraint. Well... you know... sorry, but screw that. My best friend in the whole world is leaving tomorrow, and a big part of me wants him to stay... so I hope you don't hate me.

Dawson: I could never hate you, Joey... and not for lack of trying, either.

Joey: These past couple of years, it's been one big soap opera. I wouldn't take it back. I wouldn’t... take any of it back, but... I'm glad that it's over. 'Cause I like the way things are now. My life being the cruel joke that it is, now that things are so nice... you're leaving.

Dawson: Jo... if I thought for one second it was the right thing to do, I would stay, but it's time to go. It's time for me to get out of this room, and it's time for you to discover who you are without us. This chapter's over, Jo. I can feel it.

Joey: [With tears running down her cheeks] Do you believe in magic? I never used to. I mean, how could I? 13, your mom dies. You hope against hope for--for magic, something to make it all better. It never comes, and, you know, you look to your father who's unable to overcome all of his tragic flaws. Well, no abracadabra there. And then there's Pacey. Well... any magic that was there, that ran out, didn't it? But, uh, then there's you. There's proof that someone out there is thinking of me... my friend who was with me always. It's pure magic. I guess this is pretty much just a long-winded way of saying that, um... I'm gonna miss you, Dawson.

Dawson: I'm gonna miss you, too, Joey.

Joey: Well, I guess it's getting late, and you need to rest, so... it kind of makes me wish that the ladder was still out there... make a classy exit, you know? Disappear out the window into the night.

Dawson: Yeah. Far more cinematic.

[She puts on her coat]

Dawson: Wow. I guess this is, uh... this is really it, huh?

Joey: See you, Dawson.

Dawson: I'll see you, Joey.

[The hug each other, then back up a little, but don’t let go of one another]

Joey: So what was yours, by the way?

Dawson: What was my what?

Joey: Your all-time most life altering moment?

Dawson: For all I know, it could be this one right now... saying good-bye to you.

[A long pause as they look into each other’s tearful eyes. Then they begin kissing, and the camera pulls to the outside of the room and we see the silhouette of them kissing each other in the window of Dawson’s bedroom.]

The End


Source : www.multimania.com/rossnm

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

Fuffy 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (14:25)

t'es en week end je suppose.

stanary (14:25)

Non je crois que c'est surtout moi qui n'oublie jamais. Et oui je suis en week-end, mon seul moment de repos

Sonmi451 (14:27)

Profites bien.

Sonmi451 (14:27)

Tu bosses dans quoi?

Sonmi451 (14:27)

(oui je fais ma curieuse^^)

stanary (14:28)

Ah mais je suis encore trop jeune pour bosser. J'aime bien les curieuses vu que j'en suis une donc tu vois....

Sonmi451 (14:30)

Oh mais tu fais bien des études?

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play

Dawson's Creek

Suis-nous !

Important : HypnoSeries ne propose aucune vidéo d'épisode sous forme de téléchargement ou de streaming