VOTE | 148 fans |

#410 : Itinéraire d'un réalisateur ra

Titre en VO : "Self-Reliance" - Titre en VF : "Itinéraire d'un réalisateur raté"
¤ USA : diffusé le 20/12/00 - France : diffusé le 16/06/01
¤ Scénario : Gina Fattore - Réalisation : David Petrarca


Dawson, qui commence à tourner son film, sur la vie de M. Brooks, ne sait pas quoi penser du baiser de la veille, sous le gui. Gretchen vient lui annoncer que ce n'était que la tradition, et rien de plus.

Jen et Jack se rendent dans un club de gays et ils rencontrent Tobey, le chef. Joey se plante à une dissertation, qu'elle pourra heureusement repasser, grâce à Pacey qui a été voir le prof.

Pour finir, Dawson finira par avouer qu'il est follement amoureux de Gretchen, mais elle ne saura que répondre...

promo 410
promo 410

  

Plus de détails


~~~~~~~~~~


Jack et Dawson sont en train de développer des photos dans la chambre noire, en parlant du baiser de la veille, entre Dawson et Gretchen.

Ils sortent, et Gretchen arrive à ce moment-là. Jack s'en va, et elle explique à Dawson que ce baiser n'était qu'une tradition pour lui souhaiter une bonne fin d'année, et rien d'autre.

Jen et Jack se sont décider à aller à une réunion de gays, car Jen voulait à tout prix qu'il rencontre quelqu'un. Jack déteste l'ambiance qui y règne, et le chef de la bande, Tobey, qui se met à draguer Jen.

Joey se retrouve seule à la pension, car Bessie est partie pour quelques jours. Pacey est content, et il passent le début de soirée ensemble.

Au bout d'un moment, Joey, qui tente de réviser pour le lendemain, s'énerve du bruit que font Pacey et Alexander. Elle le met à la porte, et de nouveaux clients arrivent à ce moment-là.

Pacey et Gretchen parlent du baiser de la veille. Elle lui dit que ce n'était qu'un simple baiser pour suivre la tradition, mais qu'il n'y a rien de plus. Pacey lui demande aussi un conseil à propos de Joey qui l'a foutu dehors la veille. Sa soeur lui dit d'être très attentionné avec sa copine.

Le lendemain, Dawson demande à Joey si tout va bien, car elle a l'air bizarre, devant son examen. Elle lui répond que c'est bon, et ils se mettent à travailler.

Dawson avait fixé un rendez-vous avec M. Brooks. Il s'aperçoit qu'il connaît en fait tous les producteurs du moment, et qu'il va souvent au cinéma. Ils se retrouvent chez M. Brooks, et commencent à tourner le film.

Joey s'est totalement plantée à l'examen, et Pacey vient la voir chez elle. Elle lui parle du baiser de Dawson et Gretchen, qui la tracasse énormément. Pacey lui conseille d'aller voir Dawson et de lui parler de toutes ces histoires.

Jen fait un booling avec Tobey et les autres homosexuels, quand Jack arrive. Il lui avait annoncé qu'il ne viendrait pas, mais apparemment il a changé d'idée. La soirée est pour lui un enfer, car il déteste le booling et cette ambiance.

Joey attend Dawson dans sa chambre, pour discuter de ce fameux baiser. Il lui offre un cadeau: une merveilleuse photo d'elle et de Pacey, qui lui fait très plaisir.

Pacey va voir le prof pour demander si Joey pourrait repasser l'examen auquel elle avait échoué.

Il ne veut tout d'abord pas, mais elle pourra pour finir le repasser le lendemain, avec un autre élève qui n'avait pas pu être présent au premier.

Tobey retourne voir Jack le lendemain, pour se réconcilier avec lui. En effet, il n'avait pas vraiment été sympa la veille, et il tenait à s'excuser. Ils ont tous deux une vision différente de l'homosexualité, mais ce n'est pas pour cela qu'ils ne pourraient pas s'entendre.

Dawson retourne voir M. Brooks pour récupérer sa caméra, et l'infirmière lui annonce qu'il ne veut même plus prendre ses médicaments, sous prétexte qu'il oublie certaines choses importantes quand il les prend. M. Brooks veut continuer le film sur le champ, car il veut laisser quelque chose de lui sur cette Terre, avant de décéder.

Joey et Pacey se retrouvent pour passer la soirée ensemble. Ils récitent ensemble la leçon que Joey doit connaître pour le lendemain, tout en s'amusant avec Alexander autour du feu.

Dawson et Gretchen se retrouvent pour aller assister à une fête dans la ville, ils reparlent de leur baiser, et Dawson n'en peut plus: il lui dit qu'il est follement amoureux d'elle, et elle lui répond: "Mais que vais-je faire de toi", et à ce moment toutes les lumières du grand arbre s'allument...




Un grand merci à Olivia pour ce script !


Chambre Noire de Dawson - Dawson développe quelque film avec Jack.

Jack : Alors ? Ca fait quoi de réaliser un rêve ?

Dawson : Quel rêve ? Je n'ai pas pris l'ascenseur avec Kate Hudson.

Jack : Dawson, arrête ! Je parle d'hier soir, tu as embrassé Gretchen Witter à la fête ! La première fois que tu m'as parlé d'elle, tu m'as avoué que s'était le premier amour de ta vie.

Dawson : (regardant une image de Gretchen qu'il sort d'un bac) Elle est vraiment photogénique, tu ne trouves pas ?

Jack : Allez, ça va. Fais pas semblant d'être détendu (Dawson rit) Et ne me dis pas qu'il n'y a rien.

Dawson : Rien, non, mais il n'y a pas grand chose. Cette fille a-t-elle été l'objet de tout mes désirs inaccessibles au moment de la pré-adolescence ? Oui. L'est-elle encore ? Non. C'est une amie. Une amie que j'aimerais garder.

Jack : Ahh. Toujours la même chanson.

Dawson : Jack, un baiser ça ne change pas forcément la vie.

Jack : Ca je le sais, merci. (Dawson rit) Je dois y aller.

Dawson : (il lui remet quelques photos) Tiens, tu peux emmener ça chez Jen et le remettre à sa Grand-mère ?

Jack : Qui t'as dis que j'allais chez elle ?

Dawson : Jack.

Jack : Ouais, on va à Province Town, pour participer à ce qu'on appelle la coalition gay/hétéro.

Dawson : C'est une consonance très politique.

Jack : (ils sortent de la chambre noir et se retrouvent dans le hall d'entrée) Ouais, c'est ça qui me déplaît. Mais c'est sûrement intéressant.

Gretchen : (arrivant dans la maison) Bonjour.

Dawson : Oh.

Jack : Bonjour.

Gretchen : Je venais te donner un petit coup de main. C'est aussi ma fête alors ... Mais je vois que t'as déjà tout rangé.

Dawson : Ouais, je suis désolé. (Gretchen et Dawson regardent Jack)

Jack : Bein ... J'y vais.

Dawson : Oui d'accord. Oui. (Dawson lui ouvre la porte) A plus tard.

Gretchen : A plus tard.

Dawson : (il se tourne vers Gretchen) Ahh et ...

Gretchen : Dawson, si je suis venue c'est parce que je me sens ridicule. A propos du Guy j'ai très mal réagis, j'aurais du être plus clair. J'aurais du appliquer ma politique c'est tout.

Dawson : Tu as une politique concernant la meilleure façon d'embrasser l'ex meilleur amie de ton petit frère sous le Guy ?

Gretchen : Non. Non, je ... Si je n'ai rien dis sur le coup c'est parce que je ne voulais pas que tu t'imagines que ça représente plus pour moi qu'un baiser. Tu es jeune et ...

Dawson : Je ne suis pas si jeune que ça.

Gretchen : Non, non. Bien sûr que non. Donc il est évident que ce baiser ne signifie rien.

Dawson : Euh ... Oui c'est évident.

Gretchen : Je sais par expérience que laisser les choses en suspens c'est dangereux, ça gâche la vie dans certains cas.

Dawson : M'en parle pas.

Gretchen : Récapitulons. Hier soir ce baiser s'était une sorte de baiser de bonne année.

Dawson : Euh ... C'est ça.

Gretchen : Voilà.

Dawson : (Il ouvre la porte pour Gretchen) Je te souhaite une bonne fin d'année.

Gretchen : A toi aussi. (Dawson ferme la porte)


GENERIQUE


Auberge de famille des Potter- Extérieur - Pacey et Joey font signe de la main à Bessie et Bodie qui partent en voiture.

Joey : T'inquiète ! Te fais pas de souci ! (Ils s'en vont et, Pacey et Joey vont pour rentrer dans la maison)

Pacey : Enfin seul, toi et moi pendant trois nuits. Génial, non ?

Joey : Oui, bien sûr. Tout seul. Avec un gamin de deux ans et un contrôle demain sur le transcendantalisme. Si c'est pas l'antidote contre le plaisir, alors qu'est-ce que c'est ? (Elle commence à ramasser les jouets sous le porche)

Pacey : On n'a pas eu le temps de parler d'hier soir.

Joey : Mais si. On a même déduit que tu avais été la vedette de la soirée.

Pacey : Non, non, pas cette fête. L'autre fête.

Joey : Chez Dawson ?

Pacey : Oui, c'est ça. Avec la branche de Guy, tu sais, là où Dawson a embrassé ma soeur.

Joey : Pacey, j'y ai pas réfléchis. J'ai la tête qui va exploser, alors c'est pas le moment d'aborder le sujet. J'ai pas terminé le livre de Thoreau, j'ai même pas ouvert celui d'Emerson. Et on a à peine une heure devant nous, Alexander va se réveiller, et on pourra même plus travailler. (Alexander commence à pleurer) Il est réveillé. Vive la vie. (Elle entre dans la maison)


Coalition Gay/Hétéro - Jack et Jen arrivent dans un café.

Jack : Je me sens pas dans mon élément. J'ai vraiment rien à faire ici.

Jen : Qu'est-ce que tu en sais ?

Jack : Euh ... Pour commencer, je suis sûrement le seul type à ne pas avoir de piercing.

Jen : L'ennui Jack, c'est que ton élément se résume à un club trop restreint. A savoir moi, Dawson et excuse-moi ma Grand-mère. Je sais que ce n'est pas simple, mais tu ne peux pas passer ta vie entouré d'amis qui ne sont pas homos. (Au barman) Bonjour. Est-ce que je peux avoir deux laits vanilles très chauds et sans crème ?

Barman : Tout de suite.

Toby : Vous venez pour la réunion ?

Jen : Oui. Oui c'est ça.

Toby : Super. Les lesbiennes bien coiffées sont si rares. Je m'appelle Toby.

Jen : (ils se sert la main) Jen. En fait je ne fais qu'accompagner un de mes amis. Jack, Toby. Toby, Jack.

Toby : On se connaît pas ?

Jack : Non, je ne crois pas non.

Toby : Mais si je t'ai déjà vu quelque part. T'es le fameux joueur de football c'est ça ? T'étais passé à la télé. Et depuis plus jamais de nouvelles. Et, euh ... Je me trompe peut-être, c'est pas toi le footballeur gay ?

Jack : Si, si, c'est bien moi, sauf que j'ai jamais aimé les étiquettes.

Toby : D'accord. Mais quelle étiquette te gêne le plus ? Celle de gay ou de footballeur ?


Maison de M. Brooks - Dawson et M. Brooks marchent aux alentours de la maison.

M. Brooks : Un documentaire sur moi. Mais qu'est-ce que vous en espérez ?

Dawson : J'ai des tas de choses à apprendre de vous concernant le cinéma. Je sais que de nombreux réalisateurs ont passé leurs vies à apprendre de leurs aînés. Truffaut, Hitchcock, Burganovitch, et John Ford. Billy Wilder, et Cameron Crowe. Que des noms qui ne vous disent rien.

M. Brooks : J'ai menti. Bien sûr que je connais ces gens là. Tous des réalisateurs de grands talents. Et je voulais vous dire " LA Confidentiel ", meilleur film de la décennie.

Dawson : Alors vous ne vous êtes pas arrêté à la " Guerre des étoiles " ?

M. Brooks : Avec ma carte de retraité, j'ai droit au tarif réduit au Rialto.

Dawson : Qu'est-ce qui vous plaît dans " LA Confidentiel " ?

M. Brooks : Vous tenez à le savoir ?

Dawson : Je ne suis venu que pour ça.

M. Brooks : Revenez demain pour la leçon numéro 1, à l'institut Brooks école du 7ème art.

Dawson : Vous acceptez ?

M. Brooks : Oui mais quoi qu'il en soit vous ne réaliserez le film qu'officiellement comme Flemming dans " Autant en emporte le vent ". Ca vous va ?

Dawson : Pas de problème.

M. Brooks : Bien.


Retour à la coalition gay/hétéro - La réunion a commencé Toby parle au groupe, Jen et Jack sont assis à une table.

Toby : Parce qu'il était homo ....

Jack : Si je l'entends encore dire "homo" une seule fois, je me mets à hurler.

Jen : Jack, c'est n'est qu'un mot.

Jack : Il le glisse au moins une fois dans chaque phrase.

Toby : Bon, les nouveaux. Jack, c'est bien ça ? Pourquoi cet intérêt soudain pour notre grande association ?

Jen : Vas y répond.

Jack : Bein ... Heu ...

Toby : Allez. Lève toi.

Jack : (debout) J'ai été entraîneur d'une équipe de football. Les poussins de Capeside. Et ...

Toby : (l'interrompant) D'accord et les parents t'ont fait virer quand ils ont découvert que t'étais homo, même si ils ont pris le soin d'invoquer une toute autre raison.

Jack : Non, moi je dirais pas les choses comme ça.

Toby : Mais c'est ce qui s'est passé ? Et alors, comment t'as réagis ?

Jack : J'avais pas trop le choix. Je suis parti.

Toby : Tu n'as pas protesté ? Essayé de te battre ? Tu penses que c'est avec ce genre d'attitude que tu vas défendre nos droits ?

Jack : A ce moment là je n'ai pas pensé à nos droits, j'ai pensé aux enfants que j'entraînais.

Toby : Ah bien sûr. Pourtant tout le monde sait qui si on veut que la société évolue, on doit dénoncer chaque préjudice. Ce qui me ramène au dernier point de l'ordre du jour. (A jack) Tu peux t'asseoir. (Au groupe) Ceux d'entre vous qui lisent autre chose que les pages sportives des journaux, savent que nos deux copines, Anna et Sarah, ont été expulsé d'un célèbre club de bowling pour s'être embrassées. Le propriétaire prétend qu'elles avaient une attitude indécente, et qu'il aurait agi de même avec des hétéros. Et nous prévoyons de tester son honnêteté.

Jack : (chuchotant à Jen) Ce qu'ils vont gagner c'est que les futurs générations d'homos ne pourront plus jouer au bowling.

Jen : Montre toi un peu ouvert d'esprit.

Toby : Je vous demande pardon. Vous deux là bas ? Vous avez peut-être quelque chose à nous faire partager ?

Jen : Oui ! Euh.. Non, on se demandait à quelle heure au bowling. (Jack regarde Jen)


Auberge de famille des Potter - Joey est en train de lire dans une pièce. Lorsqu'elle entend un bruit, elle va voir et c'est Alexander et Pacey, assis par terre dans la cuisine, qui tapent sur des casseroles avec des cuillères en bois.

Joey : Je pourrais savoir ce qui se passe ici ?

Pacey : Rien, on a changé de programme c'est tout.

Joey : Tu devais lui lire une histoire et l'endormir ?

Pacey : Il a une crise d'insomnie. Alors je le laisse se fatiguer. (Joey prend Alexander)

Joey : Mais oui Pacey comme d'habitude, j'aurais du m'en douter.

Pacey : Quoi ?

Joey : Tu l'as énervé. A tel point qu'il ne dormira pas, je ne pourrais même pas réviser.

Pacey : Rien ne t'empêche de réviser maintenant. Le petit je m'en occupe, hein ? Allez dodo.

Joey : (elle pose Alexander par terre, puis prend la main de Pacey et l'en traîne jusqu'à la porte) Dehors.

Pacey : Tu me vires de la cuisine ?

Joey : Non, de la maison. Tu t'en vas, au revoir. Tu dormiras dans ta maison. Chez toi.

Pacey : Attend Joey, tu peux pas me virer, t'as besoin de moi.

Joey : Non pas du tout.

Pacey : Mais si.

Joey : (elle lui met son bonnet) Bonnet.

Pacey : Aie ! Aie ! Je sais comment ça se met !

Joey : (elle lui met sa veste) La veste.

Pacey : Je suis assez grand pour m'habiller tout seul.

Joey : (elle lui met l'écharpe autour du cou) Ca va, Pacey, arrête. Tu es pleins de bonnes intentions, mais je suis certaine que je m'en sortirai beaucoup mieux sans toi. (Elle ouvre la porte et s'attend à ce qu'il parte)

Pacey : Et qui va s'occuper du bébé ?

Joey : (Comme il ne part pas elle le pousse dehors) Au revoir.

Pacey : Je vais m'occuper du bébé !

Joey : Au revoir!

Pacey : Je veux m'occuper du bébé.

Joey : (elle commence à fermer la porte) Au revoir, Pacey ! A demain!

Pacey : Attend mais ... (elle ferme la porte)

Joey : (à Alexander qui est assis sur le sol) Allez Alexander. Maintenant au lit. Ca peut bien se passer ou mal se passer, ça c'est comme tu voudras, ça dépendra de toi. (Quelqu'un frappe à la porte d'entrée) Pacey ! A quoi tu joues ! C'est pourtant simple ... (elle ouvre la porte et voit un homme et une femme à l'extérieur)

Homme : Nous avons vu l'écriteau. Vous reste-t-il une chambre ?

Joey : Bien sûr. Une chambre pour deux ? (L'homme et la femme se déplacent sur le côté et deux gamins entrent en criant dans la maison) Quatre ? Bienvenu. (Ils entrent et elle ferme la porte)


Maison de Pacey et Gretchen - Pacey est assis à table, Gretchen arrive.

Gretchen : Qu'est-ce que tu fais là ? Je te croyais chez (lisant une petite note) Joey ?

Pacey : Bein ... Oui, j'y étais. Mais elle m'a viré. Ce qui me permet de te poser une question que je brûlais d'envie de te poser. A savoir, qu'est-ce qui t'as pris d'embrasser Dawson Leery à cette fameuse soirée ?

Gretchen : Oh, tu as tout vu.

Pacey : Hé, j'ai tout vu oui ! J'étais là. D'ailleurs je suis pas le seul à avoir tout vu. Et j'aurais beau vouloir de toutes mes forces effacer cette image de ma mémoire, jamais je pourrais m'en débarrasser, je suis foutu, foutu. Alors, pitié, pitié, explique moi ce que ça veut dire. Dis-moi pourquoi tu as embrassé Dawson et pas quelqu'un d'aussi vieux que toi par exemple ?

Gretchen : Il faut vraiment qu'on en parle avant que j'aie pris mon café ?

Pacey : Oui !

Gretchen : Bon, c'était un accident. N'importe quoi. Et ça ne veut rien dire. Il le sait. Je le sais. Un simple baiser c'est tout.

Pacey : C'est jamais un simple baiser. Tu le sais, encore moins ici, à Capeside.

Gretchen : Vous jouez jamais au jeu de la bouteille qui tourne ?

Pacey : (prenant du jus d'orange au frigo) Et non, malheureusement, ce jeu très en vogue dans les années 80 a disparu quand j'arrivais à la puberté.

Gretchen : En quoi ça t'intéresses que j'ai embrassé Dawson ?

Pacey : Bein, moi ça m'intéresse pas. Mais ça intéresse quelqu'un que je connais.

Gretchen : (Pacey boit directement à la bouteille) Dans ce cas, pourquoi t'es pas allé en discuter avec Joey ? Au lieu de venir ici t'en prendre à moi. Et de boire tout le Jus d'orange.

Pacey : Je ne suis pas le parfait abruti. J'y ai pensé figure toi.

Gretchen : Et alors ?

Pacey : Elle a dit qu'elle y a pas réfléchis et que c'est pas le moment d'aborder le sujet.

Gretchen : Oh. Quel mensonge.

Pacey : Enorme. Et je me retrouve face à deux possibilités. Soit je décide de continuer d'avancer et de prétendre que je veux bien croire ce qu'elle me raconte. Ou, au contraire, je fais marche arrière, je provoque le conflit, et j'adopte le comportement de la pire ordure qui soit. Qu'est-ce que je dois faire ?

Gretchen : Essaye d'être un petit copain super sympa. Montre toi compréhensif, doux, adorable.

Pacey : Et si ça marche pas ?

Gretchen : Provoque la. Deviens la pire ordure qui soit. Tu y arriveras. Je le sais. Oui pour ça Pacey je te fais confiance.


Lycée de Capeside - Salle de cours. Joey est assise à son bureau revoyant nerveusement ses notes pour le contrôle. Dawson, qui prend place à côté d'elle, l'observe curieusement.

Dawson : Tu te sens prête ?

Joey : Oh, oui bien sûr. Pourquoi je le serais pas ?

Dawson : Bein, c'est la première fois que tu te sers de la collection analyse d'une oeuvre.

Joey : Ah, disons que c'est rare, mais ça dépend du sujet.

Dawson : (Elle retourne à sa lecture) Si il y avait un problème, tu m'en parlerais ?

Joey : Bien sûr.

Enseignant : (entrant dans la salle) Bonjour ! Bonjour ! La gloire est au bout de votre stylo. (Il fait passer les copies) Vous risquez d'être surpris, mais il s'agit d'une série de question et d'un sujet de dissertation. (Joey parcourt sa feuille, et on peut lire sur son visage beaucoup d'appréhension. Dawson le remarque.)


Lycée de Capeside- Couloirs - Jack sort d'une salle de classe, suivie par Jen.

Jack : J'irai pas.

Jen : Oh si tu iras, Jack.

Jack : Pas question. Et ces soi-disant meetings ridicules ça m'énerve.

Jen : Tu oublies qu'il s'agit d'un mouvement, d'un combat. Ce soir on se fait un bowling, et on est sûr de bien s'amuser.

Jack : Non, excuse moi, ça c'est impossible. Tu ne me feras jamais avaler que le bowling peut-être amusant, drôle à la rigueur, mais pas amusant.

Jen : D'accord, on n'est pas obliger de jouer. On n'est même pas obliger de louer les chaussures. On peut y aller, je sais pas ... histoire de se faire de nouveaux amis.

Jack : Ah, ouais. Du genre Toby ? Non merci.

Jen : Oh, t'exagères. Il est adorable ce type.

Jack : Ouais avec toi.

Jen : Comment ça avec moi ?

Jack : Il a bien craqué. Il bavait littéralement devant toi.

Jen : Oh, tu parles. Il n'a pas craqué. Il me trouve très féminine et il aime ça. C'est toi qui lui plaît. (Jack la regarde) Derrière le militant homosexuel en colère se cache un type sympa et super sexy.

Jack : Dis plutôt derrière le petit dictateur fasciste et aigri. Et puis si j'avais envie de faire des rencontres, ce qui n'est absolument pas mon cas à l'heure qu'il est, il y a d'autres façons.

Jen : Très bien. Je m'incline.

Jack : T'imagines, "Salut! Je suis homosexuel et rien d'autre." C'est vraiment n'importe quoi.

Jen : Oui, tu as raison, c'est n'importe quoi.

Jack : C'est pas parce que des gens ont la même tendance sexuelle qu'ils vont s'entendre, il faut d'autres points communs.

Jen : Oui tu as raison.

Jack : Ah, t'es d'accord avec moi ?

Jen : Oui. Je vais y aller sans toi. (Elle part)


Maison de M. Brooks - Dawson filme M. Brooks, qui est assis dans un fauteuil.

Dawson : Est-il vrai qu'il n'y a que 6 thèmes ?

M. Brooks : Non, seulement trois. On aime une fille, on gagne le coeur d'une fille, elle nous quitte. (Dawson approche la caméra de M. Brooks) Là attendez, qu'est-ce que vous faites là ?

Dawson : J'avance la caméra.

M. Brooks: Vous voulez écoeurer le spectateur ?

Dawson : Non.

M. Brooks : Tenez la caméra droite. Et plus loin. Evitez les gros plans.

Dawson : Vous ne croyez pas que c'est dépassé ce genre d'idées ?

M. Brooks : Si c'est valable pour Howard Hass, c'est valable pour vous.

Dawson : Vous ne pouvez pas nier les progrès technologiques. On a fait d'immenses pas en avant. Il suffit de voir Fight Club, Matrix ... Rien que la scène de Kung Fu ...

M. Brooks : Du Kung fu ?! Vous allez me faire parler de Gladiator après ça ?

Dawson : Je serais ravi d'entendre ce que vous reprochez à Gladiator.

M. Brooks : Oh c'est tiré par les cheveux. Et surtout, ça manque cruellement d'émotions.

Dawson : Et l'émotion c'est ce qui fait le succès de LA Confidentiel ?

M. Brooks : Ca, et une joli blonde. Je n'avais pas vu de films aussi bon depuis L'homme qui tua Liberty Valence. J'ose espérer que vous avez vu ce film ?

Dawson : Oui, l'éternel triangle. Comme dans beaucoup de films.

M. Brooks : Mmm, que faut-il en penser ?

Dawson : Je ne sais pas. Vous, vous en pensez quoi ?

M. Brooks : Vous vous demander pourquoi le schéma de l'amour triangulaire est présent dans tout les grands films ? Et bien, parce que dans le bonheur, il y a forcément une part de malheur. Si on ne parle pas de l'un et de l'autre on a une histoire bancale. Voilà. Bon ça suffira pour aujourd'hui. (Il se lève pour partir)

Dawson : Attendez. Attendez. Vous vous arrêtez au meilleur moment.

M. Brooks : Mais j'en ai le droit. Je suis la star. Sans star, pas de films.

Dawson : Vous avez insisté tout l'après-midi sur la nécessité de poser des questions fondamentales sur la vérité, l'honneur, l'amitié, et quand on y arrive vous n'avez rien à dire. Quelle est la femme qui vous a fait arrêter le cinéma ?

M. Brooks : C'est ça qui vous intéresse, hein ? Les détails salasses ?

Dawson : Non. La complexité des émotions.

M. Brooks : D'accord. Revenez après souper. J'essayerai de faire travailler ma mémoire pour vous.


Auberge de famille des Potter - Joey est dans la cuisine en train de ranger les courses, parlant à Alexander, qui est assis par terre.

Joey : D'accord je me suis plantée aux questions. Mais qui peut savoir que Thoreau était le nègre d'Emerson ? Personne franchement. Si tout se passe bien pour le reste, je peux avoir un B-. Tu rêves Joey. (Elle s'assoit par terre à côté d'Alexander) J'aurai un C. J'en suis sûre. J'suis fichu. Alexander. Un bon conseil mon pépère. N'essaye jamais d'atteindre les sommets. Ca ne mène nulle part et c'est la souffrance garanti. (Pacey entre dans la maison, ne voyant pas qui vient d'entrer elle se lève. Il porte un sac de courses.)

Pacey : Salut. J'ai fait des courses.

Joey : Moi aussi.

Pacey : Bon de toute façon c'est pas perdu, surtout quand on a des invités surprise comme hier soir.

Joey : On est habitué, on a toujours su y faire face.

Pacey : (à Alexander) Comment ça va bébé. (Il le prend dans ses bras) Hé hop, maintenant monsieur est à cheval.

Joey : Qu'est-ce que t'as prévu ce soir exactement ?

Pacey : (À Alexander) Oh mais t'as le hoquet ? (À Joey) Oh je pensais préparer le dîner, faire un château avec des petits cubes en bois pendant que tu réviserez.

Joey : Je ne révise pas ce soir, Pacey. C'est hier que je devais réviser, hier. Tu sais quand je t'ai mis à la porte, tu t'en souviens ?

Pacey : Ouh, elle est de mauvaise humeur ça a du mal se passer. (il pose Alexander par terre)

Joey : C'est pas grave. D'accord. Peu importe ce que ça va donner, y'a plus rien à faire. C'est passé. C'est trop tard. C'est pas comme si je pouvais rattraper le coup.

Pacey : Alors, c'est ça t'es bouleversée par un devoir râté ?

Joey : J'ai pas la force de faire semblant, de faire comme si il ne s'était rien passé. J'arrive pas à reprendre le dessus, à repartir du bon pied, de bonne humeur. Je suis épuisée. Epuisée à force de m'inquiéter pour Alexander. D'attendre que les gens me donnent ce qu'ils n'ont pas envie de me donner. Epuisée de tout devoir faire moi-même.

Pacey : (Il prend Alexander et rejoint Joey. Il pose Alexander à côté d'eux) Allez viens bébé. Ecoute Joey, t'es pas obligé de tout faire toi même, d'accord ? Moi j'ai envie t'aider. Tu peux vraiment compter sur moi. Seulement pour que je puisse t'aider il faut que tu me dises toute la vérité.

Joey : C'est ça la vérité.

Pacey : Non, c'est pas ça. Je veux que tu avoues que ce qui te préoccupes c'est ce qui s'est passé entre Dawson et Gretchen.

Joey : Je me moque complètement de Dawson et de Gretchen.

Pacey : Bon, d'accord. Alors ce qui préoccupe peut-être finalement c'est l'avenir de Dawson et toi.

Joey : Alors là pas du tout.

Pacey : Pas du tout ?

Joey : Non.

Pacey : Je t'en prie dis moi ce que c'est. Je comprends pas ça peux pas être entre toi et moi j'ai pas fait de gaffes depuis au moins un jour ou deux.

Joey : Tu n'as rien fait. C'est jamais toi. Tu es le garçon le plus formidable. Le meilleur fiancé de l'année. Tu as battu Dawson. C'est ça que tu veux entendre, Pacey ? (Joey prend Alexander et sors de la cuisine) Allez.


Auberge de famille des Potter - Pacey est assis dans le salon lisant un magazine. Joey arrive.

Pacey : Il s'est endormi ?

Joey : Ouais. (Elle s'assoit sur le canapé avec un livre)

Pacey : J'ai fait la vaisselle.

Joey : Merci.

Pacey : J'suis pas venu pour qu'on se dispute à propos de Dawson.

Joey : Bien sûr que si.

Pacey : (il vient s'asseoir sur la petite table en face de Joey) Oui, t'as raison. Si je suis venu c'est que pour ça. Je supporte plus les sujets tabous, j'ai peur qu'à force de me taire un matin j'ouvre les yeux et que tu ne sois plus là

Joey : Quels sujets tabous ?

Pacey : L'avenir par exemple.

Joey : On arrête pas de parler de l'avenir.

Pacey : Non, Joey, on n'arrête pas de tourner autour du pot.

Joey : C'est pas vrai. (pause) Pourquoi veux tu que je sois bouleversée parce qu'il s'est passé entre eux ?

Pacey : Parce que c'est la vérité. Et c'est pas ça le problème. Je veux simplement que tu me l'avoues. Je veux pas que tu le vives en secret.

Joey : Pacey, dans tout ce que je fais je pense à l'avenir. Je t'assure.

Pacey : Et qu'est-ce que tu vois dans l'avenir ?

Joey : Nous. Toi et moi, Pacey. On a grandi. Alors que, Dawson et moi, on n'a pas grandi, tu comprends ? On est toujours là haut dans se chambre à se disputer à cause de la même chose, à tenir les mêmes propos, et ... c'est un cercle sans fin. Et .... Ca changera jamais. Parce que chaque fois que je le revois, c'est comme si j'avais encore 15 ans

Pacey : Bon, si c'est ça le problème, ne crois pas que ça me fasse plaisir, mais tu dois aller parler à Dawson. Et appelle moi s'il te plaît. (Il se lève, l'embrasse sur le front et part.)


Bowling - Toby et Jen vont pour jouer.

Toby : Je me demande comment tu peux être ami avec ce Quarterback.

Jen : Oh, on est malheureux en amour, ça crée des liens. Oh et il n'est pas Quarterback. Non il est ... Enfin on lui lance la balle et il l'attrape.

Toby : Ahh, tu parles d'un sport. Pas étonnant qu'on s'entende pas lui et moi. (Remarquant Jack qui arrive) Ahh, le voilà. Capitaine America. Je croyais qu'il devait pas venir ?

Jen : Il devait pas. J'ai été obligé de lui faire du chantage. Jack ! Hé ho ! On est là !

Jack : Salut.

Jen : Alors tu as changé d'avis ?

Jack : Ouais, ça te surprend, ça se voit.

Jen : Toby, tu te souviens de Jack.

Toby : Comment l'oublier ? Chouette ton blouson.

Jack : Ah, ouais, merci. (Il va poser sa veste)

Toby : (chuchotant à Jen) C'est une plaisanterie ?

Jen : Quelle plaisanterie ?

Toby : Ce truc. Son blouson, c'est pour rire ? Il l'a loué dans une boutique de déguisement.

Jen : Non, non, c'est son blouson, c'est le sien.

Jack : (les remarquant en train de chuchoter) Y'a un problème ?

Jen : Uh-uh. Non ! Non, non. Mais il est temps d'aller jouer. (Elle lui remet une boule rose) Toby, la rose. (Il la prend et va jouer) Il est adorable, hein ?

Jack : Je vais me chercher des chaussures.


Maison de M. Brooks - Dawson filme M. Brooks installé dans son fauteuil.

M. Brooks : J'ai fait de l'auto-stop jusqu'à la côte Ouest. Au sud de Chicago, j'ai rattrapé la route 66. Vous avez du en entendre parler ?

Dawson : Oui bien sûr.

M. Brooks : Dans la série télévisée j'en suis certain. Vous n'avez pas lu les raisins de la colère ?

Dawson : Non, j'ai vu le film.

M. Brooks : Ah oui, j'en suis pas surpris. Ahh, John Houston, un grand réalisateur.

Dawson : C'est John Ford qui a réalisé les Raisins de la Colère. Il a signé les débuts d'Henry Fonda. Avec sur la piste des Mohawks.

M. Brooks : Oh, oui, vous aviez raison. Le premier film de Houston c'est le trésor de la Sierra Madre. Euh ... Non. Le faucon maltais. Oui, le Faucon maltais, pas le trésor de la sierra Madre, non.

Dawson : M. Brooks, si vous êtes fatigué on peut remettre ça. Vous voulez un verre d'eau ou quelque chose ?

M. Brooks : Mmm, c'est une bonne idée. De l'eau de la glace et un bon whisky. Sans l'eau, et sans glace.

Dawson : Est-ce bien raisonnable ?

M. Brooks : Je vous ai demandé un service pas votre opinion. Si ça vous ennuie à ce point, je peux y aller.

Dawson : C'est bon. C'est bon. Ne bougez pas. J'y vais. (Il va chercher la Boisson. Quand il revient, M. Brooks s'est endormi. Dawson met une couverture sur lui, et éteint les lumières)


Retour au Bowling - Jack est en train de jouer, Jen est derrière lui.

Jen : Jack, ça t'embêtes d'être là ?

Jack : A une soirée gay bowling ? Oui, beaucoup. C'est pas les gays qui me gênent c'est le bowling.

Jen : Oui, je te comprends. J'admets que le bowling s'est assez ringard mais, .... C'est un endroit où certains gays on envie d'aller et je ne vois pas pourquoi on leur interdirait l'entrée.

Jack : On croirait entendre ton copain Toby.

Toby : (approchant alors que Jack lance la balle) Alors comment se débrouille Capitaine America ? (Il fait tomber toutes les quilles) Mais dites moi il doué aussi au bowling. (Jack revient)

Jen : Bon, j'ai soif. (À Jack) Et toi ?

Jack : Ouais, moi aussi

Jen : (à Toby) Et toi ?

Toby : Non merci. (Jen part)

Jack : Tiens à propos ... Capitaine America ?

Toby : Super héros. De bande dessinée. C'est un compliment, il n'est pas homo.

Jack : Ah ça y'est j'ai compris. En fait je ne suis pas assez homosexuel pour toi ? Je ne colle pas à l'image que toi tu te fais de l'homosexuel ?

Toby : Je vois. C'est sans doute le décor qui est un peut trop gay pour toi ?

Jack : Ouais, parfaitement, tout ça est un peu trop gay pour moi. D'ailleurs je sais pas où on est, ce que c'est, j'y comprends rien du tout, je vois pas où vous voulez en venir toi et ton groupe, vous voulez être plus royaliste que le roi.

Toby : C'est normal. Tu peux pas comprendre. Toi tu vis au milieu de pom-pom girls et de footballeurs en délires. T'es ailleurs. Tu connais pas notre univers, tu sais pas ce qu'on vit, tu sais pas qu'il existe des gens qui méprisent et maltraitent nos copains. Tu peux pas le savoir, t'es dans ton petit monde confortable, et tu te fiches que les autres soufrent.

Jack : Et d'abord je t'interdis de me cataloguer tu ne me connais pas. Tu sais pas comment j'ai vécu, ni combien j'ai souffert pour trouver ma petite place bien à moi.

Toby : Et ta place elle est où ?

Jack : Partout sauf ici. (Il s'en va)


Chambre de Dawson - Joey est assise sur le rebord de la fenêtre. Dawson arrive.

Dawson : Bonsoir.

Joey : Hmm, Dawson. Ta mère m'a dit que tu rentrais bientôt, alors je t'ai attendu. Tu m'en veux pas ?

Dawson : Non, pas du tout.

Joey : Je t'ai apporté des CD, de Counting Crow. (Elle lui remet les CD)

Dawson : Mais ils sont à toi.

Joey : Oui je sais. Je me suis dis qu'on pouvait se les passer, se les prêter chaque fois qu'on a besoin de discuter.

Dawson : D'accord. De quoi est-ce que tu veux discuter ?

Joey : Quand on s'est vu en cours tout à l'heure, je t'ai menti. J'étais pas bien. J'ai complètement raté le contrôle. Bessie et Bodie sont absents et hier soir des gens ont débarqué à la pension, je devais préparer les lits tout ça et m'occuper d'Alexander en même temps, après j'ai essayé de réviser mais je me suis endormie sur mon bouquin ouvert au chapitre 7. (Dawson rit un peu) Ne rit pas. C'est dramatique. (Elle s'assoit sur le lit)

Dawson : Tu risques d'avoir un B à un contrôle ?

Joey : Ouais, pire que ça

Dawson : Bon, pourquoi est-ce que tu t'es retrouvée dans cette situation ? Pacey n'était pas avec toi ?

Joey : Si.

Dawson : Bon, il aurait pu t'aider ?

Joey : Mmm, j'ai refusé son aide.

Dawson : Et bein voilà. T'aurais pas du refuser. Tu aurais du lui confier Alexander, il est doué avec les enfants. S'en est encore un c'est normal. C'est pas péjoratif. (Il va chercher un cadeau qu'il remet à Joey) Tiens. Ouvre ton cadeau de Noël.

Joey : Oh Dawson t'aurais pas du. J'ai rien pour toi. C'est pas encore Noël.

Dawson : Je sais. Ouvre le. (Elle l'ouvre. C'est une belle photo d'elle et Pacey qui a été prise à la fête. Elle est en noir et blanc. Ils sont debout à côté de l'Arbre de Noël. Pacey enlace tendrement Joey, ils sont tout les deux très complices sur cette photo)

Joey : C'est magnifique.

Dawson : Oui, je m'améliore, tu as vu ça ?

Joey : C'est pas ce que je veux dire.

Dawson : Je sais ce que tu veux dire.

Joey : Ca s'appelle une fête réussie.

Dawson : Ouais. Y'a eu de grands moments.

Joey : Celui avec Gretchen.

Dawson : Non ça n'était pas un grand moment. C'était tout juste le baiser traditionnel.

Joey : Alors, où vous en êtes ? Vous êtes amis ou ...

Dawson : Oui, on est ami. Qu'est-ce que tu t'imagines ?

Joey : Dawson vous vous êtes embrassés.

Dawson : Oh je t'en prie. Une fille aussi joli, 21 ans et étudiante, tu crois qu'elle succomberait au charme d'un petit crétin de lycéen ?

Joey : Tu oserais dire que tu n'es pas intéressé ?

Dawson : Même si je l'étais, elle je ne l'intéresse pas du tout. Pourquoi gâcher une si belle amitié ?

Joey : Tu sais que ça peut aussi se passer autrement. Regarde-nous. Après tout ce qui s'est passé. On reste amis. Et si on n'était pas amis, tu n'aurais pas ... tu m'aurais pas fais un aussi beau cadeau. Et je ne serais pas assise là, à te dire d'agir comme tu l'entends et d'écouter ton coeur. Ce qui est sûr, c'est que Gretchen aurait énormément de chance d'avoir quelqu'un commme toi. (Elle se lève et va embrasser Dawson sur le front puis elle part) Merci.


Lycée de Capeside - Classe de M. Kasdan. Il est à debout à côté de son bureau, Pacey frappe à la porte et entre

M. Kasdan : Pacey Witter. Il me semble que c'est à quinze heures que vous avez cours avec moi. A moins que vous ayez envie de revenir en seconde et de relire les poèmes de "Klints". (c'est ce que j'ai compris)

Pacey : Non merci. Vraiment sans façon.

M. Kasdan : Je ne savais pas que vous détestiez la poésie à ce point là. Que puis-je faire pour vous ?

Pacey : Voilà, je sais que dans l'autre groupe de littérature, ils ont eu un gros contrôle hier.

M. Kasdan : Oui.

Pacey : Bon, je vous demande de supposer un instant qu'il y est une personne dans cette classe qui d'habitude obtient des résultats très brillants ...

M. Kasdan : Question. Il ou elle ?

Pacey : Je crois préferable de garder le secret. Au moins le temps que j'expose les faits.

M. Kasdan : Dans la mesure où vous ferez l'effort d'articuler et de vous exprimer le plus clairement possible, je vous écoute M. Witter.

Pacey : D'accord. Alors supposons que cette personne souhaite repasser ce contrôle.

M. Kasdan : Pour cause de maladie ?

Pacey : Non.

M. Kasdan : D'urgence familliale ?

Pacey : Pas exactement.

M. Kasdan : Le dossier est clos.

Pacey : M. Kasdan, écoutez moi une seconde. Cette élève a subi depuis quelques temps une pression intense, j'en suis le témoin. Elle se fixe des objectifs qu'elle veut atteindre toute seule. Elle n'accepte l'aide de personne. Et avoir un B à un contrôle pour elle c'est la fin du monde. C'est l'horreur suprême.

M. Kasdan : C'est donc elle ?

Pacey : Euh, oui. Elle.

M. Kasdan : Je crois savoir en faveur de qui vous plaidez, M. Witter.

Pacey : Ahh, d'accord.

M. Kasdan : Mais je dois vous dire non. Si j'accepte pour cette personne, je dois accepter pour les autres aussi.

Pacey : Bon bein, j'aurais au moins essayé.

M. Kasdan : Et quelle tentative. Admirable. (Pacey s'en va)


Rue de Capeside - Jack est vient reprendre son vélo qui est accroché à un poteau. Lorsque Toby arrive.

Toby : C'est joli Capeside. Je suis venu distribuer quelques tracts. C'est pour les gays. On recrute. (Il lui remet un tract) Au fait, toi t'es viré de l'association. (Il lui reprend le tract des mains)

Jack : (ironiquement) Oh je suis humilié.

Toby : Ca se voit.

Jack : Ecoute apparemment quelque chose te déplaît en moi, et j'y suis pour rien. Mais sache que je ne laisserai personne me pourrir la vie. Ni toi ni les parents des gamins du club de foot.

Toby : Ah enfin d'accord sur un point. Ecoute, c'est vrai t'as raison. Je ne te connais pas. j'ai du mal à comprendre ta façon de vivre. Et si je me base sur les apparences pour tirer des conclusions, bein c'est parce que c'est comme ça qu'on m'a toujours traité en fait. Quand j'avais neuf ans je traversais un terrain de base-ball pour entrer chez moi. Et tout les soirs les enfants attendaient que je passe pour me traiter de tempe, de folle, de petite tapette, enfin toute la panoplie. Jusqu'au jour où ma grande soeur leur a fait peur. Un homo qui sait qu'il est homo a toujours besoin d'une soeur pour le défendre. Mais toi t'as jamais vécu ça ?

Jack : Non jamais. Et ça fait pas de moi un hétéro.


Lycée de Capeside - Bibliothèque- Joey est en train de surligner des phrases importantes dans son livre lorsque M. Kasdan approche.

M. Kasdan : Il aurait été nettement plus prudent de lire le livre un peu avant votre contrôle.

Joey : J'ai une mauvaise note ?

M. Kasdan : C-. Il certain que je vous ai connu plus brillante. Mais vous devez sans doute savoir que j'ai eu la visite ce matin dans ma classe de seconde ... de comment dirais-je. Votre moitié.

Joey : Pacey ?

M. Kasdan : Mmm. Il m'a demandé de vous donner une seconde chance. Bien sûr j'ai répondu non. Mais, votre camarade Ian Cranger avait rendez-vous chez l'orthodontiste le jour du contrôle. Il y aura donc un rattrapage demain. Alors si vous voulez en profiter pour refaire le contrôle, je vous autorise.

Joey : Oh, euh..., mais... Bien sûr, bien sûr. je sais pas comment vous remercier

M. Kasdan : Non ne me remerciez pas. Je vous enlèverai simplement un demi point d'office. Oh à propos je vois que vous n'hésitez pas à abuser du surligneur. (Il prend son surligneur et surligne quelques lignes dans son livre puis lui fait signe de lire ce qu'il vient de souligner)

Joey : (en lisant) Nous étions au printemps 1845, j'avais emprunté une hache pour nous rendre dans les bois près de Weldon pond et ...

M. Kasdan : Quel est pour vous le mot le plus important de cette phrase ?

Joey : (elle étudie la phrase) Les Bois ?

M. Kasdan : Emprunté. Même si l'indépendance est chère aux Transcendentalistes, même si indéniablement ça fait partie de leur mode de vie, Thoreau n'était pas entièrement seul dans sa maison près de Weldon Pond. Il avait des amis, des voisins, des gens sur qui ils pouvaient compter. Si on pouvait tous avoir cette chance.


Maison de M. Brooks - Dawson entre.

Dawson : M. Brooks ? (Une femme arrive) Oh, ... Excusez moi. Je reviendrai plus tard.

Infirmière : Je suis au courant. Il m'a expliqué. Vous êtes en train de l'épuiser avec votre histoire de film vidéo.

Dawson : Oh, ce n'est pas ce que je souhaitais.

Infirmière : En tout cas il ne prend plus ses médicaments. Je lui ai dis que ça n'était pas très raisonnable. Monsieur prétend que son traitement lui fait tout oublier. Et je lui ai répondu, et alors si ça peut faire du bien d'oublier. Et là il a dit, pas du tout, pas quand on fait un documentaire.

M. Brooks : (entrant) Louise est très bavarde. Elle aime discuter avec les adolescents curieux. A croire que je la paie pour discuter. Attention, ça se remplace une infirmière, vous savez.

Infirmière : Oui je le sais. Bon à demain. (Elle part)

M. Brooks : Maintenant vous savez tout. Je ne suis pas mort, je tiens encore debout, j'attends mon tour dans la file d'attente. Que puis-je pour vous ?

Dawson : Uhh, j'ai laissé ma caméra vidéo hier soir.

M. Brooks : Ah, oui c'est vrai, excusez moi. (Il ouvre la port du salon) Elle est là. Je n'allais pas vous la voler. Et tout grand réalisateur que j'ai pu être autrefois, j'avoue que je me demande si je saurais me servir de cet engin. (Dawson commence à tout ranger) Hé, hé, mais qu'est-ce que vous faites ? Il n'est pas question de laisser tomber ce documentaire sur la vie trépidante de M Brooks.

Dawson : Mais l'infirmière vient de dire que ...

M. Brooks : Ecoutez, je ne suis plus là pour longtemps et ça me ferait vraiment plaisir de laisser quelque chose de manière à ce que l'on ne m'oublie pas. Aucun éditeur n'acceptera de publier ma biographie, je ne me fais plus d'illusions. Alors acceptez, de réaliser ce documentaire sur moi.

Dawson : D'accord.

M. Brooks : Ouais, bon alors allons-y.

Dawson : Alors, où est-ce qu'on en était ?

M. Brooks: Je faisais de l'auto-stop sur la Côte ouest, j'essayais de rester sur la route 66, mais je n'ai pas eu le choix et c'est ainsi que je me suis retrouvé à Las Vegas. C'est là que je l'ai rencontré. Dans un petit restaurant.

Dawson : La femme de votre film.

M. Brooks : Lily Andrews. Une serveuse. Elle avait grandi à Las Vegas que d'ailleurs elle détestait. Elle disait qu'elle ne comprenait pas pourquoi des gens s'aventuraient dans le désert au lieu de tenter leurs chances chez eux. Elle était du genre à parier sur la vie, au lieu de parier sur un dé. Quand j'ai trouvé la voiture qui allait m'emmener à Los Angeles. Là, j'allais lui dire au revoir, elle a jeté son tablier sur le comptoir. Elle m'a suivi.

Dawson : Sur un coup de tête ?

M. Brooks : Et oui jusqu'à Sunset Boulevard. Elle me manque. C'est une femme extraordinaire. Elle me manque.


Auberge de famille des Potter - Pacey entre dans la maison, cherchant Joey. Elle sort d'une des pièces.

Pacey : Tu m'as appelé ?

Joey : Oui j'ai un problème et j'ai besoin de mon petit ami.

Pacey : Où est Alexander ?

Joey : Il regarde un dessin animé.

Pacey : Qu'est-ce qui se passe ? Ca commence à m'inquiéter.

Joey : Je voulais te remercier.

Pacey : Pourquoi ?

Joey : Le contrôle. Figure toi que M. Kasdan a accepté que je le repasse. Et grâce à toi

Pacey : Grâce à ... ? Je lui ai parlé, mais je savais pas que je l'avais convaincu. C'est bien ! Ca était ?

Joey : (elle le prend dans ses bras) Attends, il a dit demain soir après les cours, alors ... (Elle l'embrasse mais il ne continue pas) Y'a un problème ?

Pacey : A toi de me le dire.

Joey : J'ai suivi ton conseil. J'ai chassé tout les fantômes. Je les ai banni de ma vie. Sauf celui de notre avenir évidemment parce qu'il n'y aucune raison.

Pacey : Il y a autre chose que tu devrais prendre le temps de régler.

(Pacey est assis dans un fauteuil près de la cheminée, Joey est assise par terre contre Pacey, avec Alex entre ses jambes. Il lui pose des questions sur le contrôle, elle y répond)

Pacey : Ayez confiance en vous ?

Joey : Emmerson.

Pacey : Le nom de la revue Transcendentaliste fondée par Emmerson et Thoreau ?

Joey : Le cadran.

Pacey : Le transcendantalisme apparaît d'abord avec Kant dans critique de ...

Joey : La raison pure.

Pacey : Faux. De la raison pratique. (il l'embrasse)

Joey : Ah oui c'est vrai.

Pacey : Euh ... Où se trouve la ferme Brook ?

Joey : Dans l'ouest de Fox burry dans les Massachusetts. ........

Pacey : ...........


Rue de Capeside- Nuit- Dawson attend Gretchen devant le restaurant de sa mère. Elle arrive. Ils partent tous les deux vers l'illumination de l'arbre de Noël.

Gretchen : Dawson ! Toujours à l'heure ! Ca va commencé, viens. Le sapin est superbe cette année.

Dawson : Uh, oui. Ouais. Ce n'est pas pour la cérémonie que je suis là. Je viens surtout pour te parler.

Gretchen : Oh. Au fait ne dis rien à ta mère elle me croit au restaurant en train de préparer les commandes.

Dawson : D'accord. Tu aimes parier ?

Gretchen : Tu parles de Loterie ou de chose plus sérieuse ?

Dawson : De tout. Parce que moi je n'ai jamais compris le plaisir du jeu. Uh, jusqu'à aujourd'hui.

Gretchen : Si tu fais allusion à ce qui s'est passé l'autre jour, je sais très bien ce que tu vas dire et ...

Dawson : (l'interrompant) Je t'adore. Voilà je l'ai dis. J'adore être avec toi. Et ... je ne crois pas que ce baiser signifiez bonne fin d'année. En fait l'autre soir je t'ai menti. Enfin sur le moment je ne mentais pas je pensais ce que je disais. J'essayais aussi de me convaincre parce que je ne voudrais surtout pas gâcher notre amitié. C'est la raison pour laquelle je ne suis pas entré dans les détails. Mais d'un autre côté je n'ai pas envie d'en rester là, je n'ai que 17 ans et si je me prends une claque tant pis, je m'en remettrais. Tu peux me dire que tu es plus âgée, que je suis trop jeune, que je n'ai pas oublié Joey, tout ce que tu voudras, ça ne changera rien au fait que je l'ai dit. Et j'en suis vraiment content, parce que quoi qu'il arrive ça valait le coup que tu saches la vérité.

Gretchen : Qu'est-ce que je vais faire de toi ?

Dawson : Tu n'as cas me dire la vérité.

Gretchen : La vérité. C'est que parfois un baiser ne signifie rien, et que parfois un baiser signifie ... (l'arbre s'éclaire)

Dawson : Bonne fin d'année.

Gretchen : Bonne fin d'année.

Fin


Un grand merci à Olivia pour ce script !
This script has been transcribed by Gina

--------------------------------------------------------------------------------

[Dawson's Dark Room - Dawson is in final stages of developing some film with Jack.] Jack: Hmm. How does it feel to have a dream come true?

Dawson: Why, do I look like I'm trapped in an elevator with Kate Hudson?

Jack: Dawson, come on! Last night at the Holiday Party, you kissed Gretchen Witter! I mean, you remember her, right? As the girl you once described to me as your first crush.

Dawson: (looking at a picture of Gretchen that he pulls out of a tray) She photographs very nicely, doesn't she?

Jack: Okay. So much as I appreciate your attempt to feign coolness… (Dawson laughs) You can't tell me this means nothing to you.

Dawson: Well, not nothing, but virtually nothing. I mean, was she once the unapproachable bikini clad object of my pre-adolescent affection, yeah. Is she now? No. She's a friend and I would like to keep her one.

Jack: Ahh. Famous last words.

Dawson: Not every kiss has to be a life-altering event.

Jack: I know. Believe me, I know. (Dawson laughs) All right, I gotta go.

Dawson: (handing Jack a picture of Grams) Can you take this with you to Jen's house, give to Grams?

Jack: How do you know I'm going over there?

Dawson: Please.

Jack: Yeah, okay. We're going over to Province town. We're going to something called a gay/straight teen collation.

Dawson: Sounds vaguely political.

Jack: (they head upstairs) Yeah, well (missed words). Anyway, should be interesting.

Gretchen: (in the foyer) Hey.

Dawson: Hey.

Jack: Hey.

Gretchen: I came by to, you know, help clean up. Since it was sorta my party and all. But you've obviously done that already.

Dawson: Yeah, sorry. (Gretchen and Dawson look at Jack expectedly)

Jack: Yeah, okay, I'm gonna go.

Dawson: All right. (Dawson opens the door for him and as Jack walks out, he gives Dawson this hilarious look that Gretchen doesn't see) Later.

Gretchen: Later.

Dawson: Ahh…

Gretchen: Look, Dawson… The reason I came by is because I reacted stupidly. When the whole mistletoe thing happened, I should have just cleared the air right then and there. I mean, that's certainly policy on things like that.

Dawson: You have a policy on kissing your younger brother's former best friend underneath the mistletoe at holiday parties?

Gretchen: No. No, I just… I didn't say anything at the time because I was afraid that you might think it meant something more than it did. I mean, you're young…

Dawson: Well, I'm not that young…

Gretchen: No, right. Of course not. So obviously you didn't think that it meant something more.

Dawson: Obviously.

Gretchen: Because sometimes if we don't clear these things up, than they can get kinda awkward and that would suck.

Dawson: Tell me about it.

Gretchen: So to sum up, last night was strictly a season's greetings kinda kiss.

Dawson: (He opens the door for Gretchen and they stand close) Uh, yeah. Happy holidays.

Gretchen: Happy holidays. (Dawson closes the door as Gretchen leaves)

[Potter B&B - Pacey and Joey are waving bye to Bessie and Bodie who are about to pull away in their truck.]

Joey: Bye! Don't worry! (the truck pulls away and Joey and Pacey walk back into the house)

Pacey: You know, this ain't gonna be half bad. Two of us together, three nights alone.

Joey: Yeah, Pace. Alone. With a toddler in his terrible twos and a test tomorrow in transcendentalism. If that doesn't sound like a prescription for fun, I don't know what does. (she begins picking up toys and stuff off the patio)

Pacey: You know, you still haven't talked about last night.

Joey: Yeah we did. And we're both in agreement that you were the hit of the party.

Pacey: No, not that party. The other one.

Joey: What, the Leery's?

Pacey: Yes. The Leery party. You know, the one with the mistletoe where Dawson was kissing my sister.

Joey: Look, Pacey, please. I have too much on my plate right now to even think about that, okay? I mean, I'm up to my eyeballs in Thoreau, I haven't even started Emerson. And we have about an hour left until Alexander wakes up from his nap, if we're lucky. (Alex starts to cry) Brace yourself. This is where the fun begins. (she walks into the house)

[Gay/Straight Collation - Jack and Jen arrive at the coffee shop.]

Jack: Just take a look around, please. I mean, this is totally not my scene.

Jen: How do you know?

Jack: For one thing… (a guys walks in front of him, cutting him off from Jen. Jack watches him, then catches up to Jen, keeping his voice low) For one thing, I'm the only guy here with no piercings.

Jen: Jack, your scene, as you so quaintly refer to, it basically consists of me, Dawson, and it pains me to say, Grams. Look, I know this is hard for you, but you cannot spend your entire life surrounded by straight people. (to coffee shop cashier) Hi. Can I get two skinny Vanilla Latte's, extra hot, no foam.

Cashier: Right away.

Toby: Hey, are you here for the meeting?

Jen: Yes we are.

Toby: Thank God. We need more lesbians with decent haircuts. I'm Toby.

Jen: Jen. But I'm actually here as just a friend. Jack, Toby. Toby, Jack.

Toby: Have we met?

Jack: No, I don't think so.

Toby: I've definitely seen you in something. I know, you're the gay football player. Last year, from the news. We always wondered about you. (Jack looks down) Hey, uhh… I'm sorry, was I wrong? You're not the gay football player?

Jack: No, I am. I'm just not comfortable with labels like that.

Toby: I see. And which label bothers you more? Gay or football player? (he walks away)

[Mr. Brooks' House - Dawson and Brooks walk down the road a bit, outside the house.]

Brooks: A documentary about me. And what do you get out of it?

Dawson: I get a chance to learn about filmmaking. Picture making. Sorry. Lots of good directors dedicated themselves to studying their cinematic forbearers. (Missed a name) Hitchcock, (missed a name) and John Ford. Billy Wilder, Cameron Crowe. I know you've never heard of him.

Brooks: I lied. Tall as a (missed word?), shaggy hair, doesn't hold a candle to Hanson fella… LA Confidential. Best picture of the 90s.

Dawson: So you have been to the movies since Star Wars.

Brooks: My (missed word?) card gives me a nice discount at the Rialto.

Dawson: So what makes LA Confidential so great?

Brooks: You really want to know?

Dawson: I wouldn't be here if I didn't.

Brooks: Well come back tomorrow, to lesson number 1 at the A.I. Brooks school of Cinema.

Dawson: So you'll do it?

Brooks: A producer credit above the title. You'll be director in name only. Like Flemming in Gone with the Wind. You have a problem with that?

Dawson: No problem at all.

[Coffee Shop - Toby is speaking to the group. Jack looks bored.]

Toby: …because he was gay.

Jack: Oh, God. If I hear the word 'gay' one more time I'm going to scream.

Jen: Jack, it's just a word.

Jack: It's in every sentence the guy says.

Toby: So, our new people. Jack, wasn't it? Why the sudden interest in joining our little coffee klatch?

Jack: (looking at Jen, and Jen motioning him to talk) Well, I…

Toby: Oh, on your feet.

Jack: (standing) I was coaching a peewee soccer team over in Capeside and…

Toby: Ahh, say no more. The parents fired you when they found out you were queer. No, of course they were very careful not to fire you BECAUSE you were queer.

Jack: I wouldn't exactly put it that way.

Toby: But it's what happened, wasn't it? So, what did you do?

Jack: I did the only thing I could. I left.

Toby: Ahh, of course. Though as everybody here knows, the only way to make society better is to confront prejudice head on. Which brings me to our last order of business. (to Jack) You can sit down now. (Jack looks at Jen like, what the hell?!) As those of you who have read more than just the sports pages now, two of our favorite lesbians, Anna and Sarah, got kicked out of Stardust Lanes in upper Weymouth this week for kissing. Now the owners claim that they are against all forms of public displays of affection, gay or straight. And we plan to put this policy to a test.

Jack: (whispering to Jen) God forbid future generations of gay teenagers are denied the right to bowl.

Jen: Jack, we're keeping an open mind here, okay?

Toby: I'm sorry. You two in the back? Do you guys have something you'd like to share with the group?

Jen: Yeah! No, I mean, we were just wondering what time. (Jack looks at Jen) For bowling.

[Potter B&B - Joey is reading. Some banging can be heard in the background. She finally gives up reading and goes around the corner to find Pacey sitting on the kitchen floor with Alexander in his lap. Alex is banging on a cookie sheet with two wooden spoons.]

Joey: What may I ask is going on in here?

Pacey: Well, we were just doing some reorganizing.

Joey: What happened to reading him to sleep?

Pacey: He got a little antsy. I just thought I would let him tire himself out. (Joey takes Alexander)

Joey: I should have known better, Pacey. You always do this.

Pacey: What?

Joey: Get him all riled up. And now he'll never get to sleep and I'll never get a chance to study.

Pacey: You can study right now. Look, I'm telling you, I got this whole baby putting to bed thing under control.

Joey: (she grabs his hand and leads him to the front door) Out.

Pacey: What, of the kitchen?

Joey: No, of the house. As in, good bye. You're sleeping at home tonight. Your home.

Pacey: Look, you can't kick me out. You need me here.

Joey: No I don't.

Pacey: Yes you do.

Joey: (she yanks his beaner over his head, pulling it down forcefully, covering his entire face) Hat.

Pacey: Oww! Oww! Hair! Face! Okay!

Joey: (she slips one of his arms through a sleeve and is yanking it over his neck) Coat.

Pacey: What is this? I… Look, I can put on my own coat.

Joey: (draping his scarf over his neck) Look, Pace, look. I appreciate that your intentions are good, but I think I can handle this way better on my own. (she opens the door and expects him to leave. When he doesn't, she pulls his arm out the door)

Pacey: Oh, you… who's going to look after the baby??

Joey: (she swings around to finish pushing him out) Goodbye.

Pacey: I'm looking after the baby!

Joey: (grabbing the door) Goodbye!

Pacey: I am looking after the baby.

Joey: (closing the door) Bye, Pace! I'll see you tomorrow!

Pacey: What are you… (she closes the door)

Joey: (to Alex who is sitting on the floor) Okay Alex. Bedtime. I mean, we can either do this the hard way or we can do this the easy way, but please. (some knocks on the front door) Pacey! What part of goodbye do you not… (she opens the door and sees a man and woman outside)

Man: We saw your sign. We could really use a room.

Joey: Sure. What's two people…? (the man and woman move aside and two small children run into the house) Four? Welcome. (they move inside and she closes the door)

[Pacey's Place - Pacey sits at the table and Gretchen walks up.]

Gretchen: What are you doing here? I thought you were (reading a note) "At Joey's"?

Pacey: I was. But she kicked me out. Which funny enough, leads me to this question I've been meaning to ask you, which is, uhh… What the hell were you thinking kissing Dawson at Leery's holiday party the other night?

Gretchen: Oh, you saw that, huh?

Pacey: Oh yeah, I saw that! And so did somebody else I know. And as much as I would LOVE to erase that image from my mind, I'm afraid it's pretty much burned in there evocable. So please, please, explain yourself to me. Tell me why you had to kiss Dawson and not somebody else your own advanced age.

Gretchen: Do you we have to talk about this before I have my coffee?

Pacey: Yes!

Gretchen: Okay, look, it was an accident. Pure mistletoe. Okay? It meant nothing. He knows that. I know that. It was just a kiss.

Pacey: There's no such thing as just a kiss. Especially not in Capeside.

Gretchen: Didn't you people ever play Spin the Bottle?

Pacey: (grabbing some orange juice out of the fridge) No, unfortunately, that quaint little 80s tradition of yours gone the way of the dodo by the time I hit puberty.

Gretchen: And besides, why do you care who Dawson kisses?

Pacey: Personally, I don't care. But someone that I know does.

Gretchen: (Pacey drinks out of the container) Okay, so why aren't you at Joey's? Talking to her instead of harassing me. And drinking all the orange juice.

Pacey: I'm not a complete moron, you know. I tried that already.

Gretchen: And?

Pacey: And, she says she hasn't had time to run her mind over it yet.

Gretchen: Oh. Big lie.

Pacey: Yeah. Huge lie. So, now I really have two options. I can either take the high road and pretend like I believe what she's telling me. Or, I can take the low road, force the issue, and just come off looking like a world class jerk. What do I do, Gretch?

Gretchen: I think you should just be the best boyfriend you can be. I think you should be understanding and sweet and kind.

Pacey: And if none of that works?

Gretchen: Force the issue. Be a world class jerk. You can do it, Pacey. I know you can. I have complete and total faith in you.

[Capeside High - AP English. Joey sits at her desk going over notes frantically, marking things and reading. Dawson, who takes a seat next to her, watches her curiously.]

Dawson: Are you ready for this test?

Joey: Oh, sure. Why wouldn't I be?

Dawson: Well, I've never seen Joey Potter with Crib notes before.

Joey: Dawson, they are just a supplementary study aid.

Dawson: Right. (she goes back to reading) You would tell me, right? If something was wrong?

Joey: Sure.

Teacher: (walking in) Okay people! Success in the copy room. (he starts passing out the exam) Now, as a change of pace, this test includes short answers as well as essays. (Joey flips through her test with a concerned look on her face. Dawson notices this concern and they smile faintly at each other as they begin their tests.)

[Hallway - Jack comes out of a classroom, followed by Jen.]

Jack: I'm not going.

Jen: I think you are, Jack.

Jack: I'm not. I mean, this whole group thing… It's just a bad idea.

Jen: Come on, what group thing? We're not joining the Manson family. We're just going bowling. It'll be so much fun.

Jack: Wait! That's impossible, okay? In the entire history of existence, bowling has never been fun. Funny, yes. But not fun.

Jen: Okay, so we don't have to bowl. We don't even have to rent those shoes. We can just go and hang out and make some new friends.

Jack: Oh, like that guy Toby? No thanks.

Jen: Oh, come on. I think he's sweet.

Jack: You would.

Jen: Meaning what?

Jack: Meaning the guy loves you. He practically started drooling on site.

Jen: Oh, please. He does not love me. He just worships my more diva like qualities. I happen to think he likes you. (Jack looks at her) You know, beneath all that militant, angry, young gay man pashing, which is sexy.

Jack: Yeah, very far beneath. The guy's a fascist dictator. And for the record, even if I wanted to meet new people, which I don't, it's a totally unnatural way to do it.

Jen: Okay. Point taken.

Jack: I mean, it's like, "Hi! I'm gay, and that's all I am." How weird is that?

Jen: You know… it's totally weird. It is.

Jack: Just because a bunch of people share the same sexual orientation, doesn't mean that they have anything else in common.

Jen: I know. You're right.

Jack: Why are you agreeing with me?

Jen: Easy. I'm going without you. (she walks away)

[Brooks' House - Dawson is taping Mr. Brooks, who sits in an armchair.]

Dawson: Is it true that there's only 6 stories?

Brooks: No, there's three. Guy loves girl, guy gets girl, guy loses girl. What in the hell are you doing?

Dawson: Moving the camera.

Brooks: Trying to make your viewers sea sick?

Dawson: No.

Brooks: Well then hold the camera steady. Get over there. Unobtrusive.

Dawson: Don't you think that kind of thinking is a little outdated?

Brooks: Good enough for Howard Hass, good enough for you.

Dawson: Yeah, but you can't just write off the technological advancements that we've made. I mean, movies like Fight Club and the Matrix… That kung-fu sequence alone…

Brooks: Kung fu?! Next you'll want me to know about Gladiator pictures.

Dawson: Which would be your cue to tell me what you think was wrong with Gladiator.

Brooks: A tad over the top. Lacking in complex human emotions.

Dawson: Which is what made LA Confidential so great.

Brooks: Yeah, and that sexy blonde. (Dawson smiles) You know, there hasn't been a picture that good since The Man Who Shot Liberty Valence. You have seen that one, haven't you?

Dawson: Yeah, the great love triangle. Like a lot of great movies.

Brooks: Well, what's your point?

Dawson: I thought you might have one.

Brooks: You know why so many great movies are about love triangles? Simple. For every piece of happiness, there's also a piece of unhappiness. If you haven't told both sides, you haven't told the whole story. All right? I think we're done for the day. (he gets up to leave)

Dawson: Hold on, you can't just quit when you get to the good part.

Brooks: Oh, yes I can. I'm the star. No star, no picture.

Dawson: You keep going on all afternoon about the importance of asking fundamental questions about truth, honor and friendship. Now that I finally ask them, you have nothing to say? Who was this girl who made you give up filmmaking?

Brooks: That's what you want to hear? The salacious details?

Dawson: No. Complex human emotion.

Brooks: All right. Come back after supper. I'll try to dredge up some painful memories for you.

[Potter B&B - Joey is filling the cupboard with groceries, talking to someone.]

Joey: So I messed up the short answers. But who knew that Thoreau actually was Emerson's handy man anyway? I mean, I think the worse it possible could have been was a B-. Who am I kidding? (she sits on the floor in the kitchen next to Alexander - whom she's been talking to this whole time) It's a C. I know it. I'm dead. Alexander. Please do yourself a favor. Stay off the road to over achievement. I'm telling you, it will lead to nothing but heartache. (Pacey walks in, and when Joey hears the door close, she gets up and come out from behind the counter. Pacey has a bag of groceries.)

Pacey: Hey. I went shopping.

Joey: (holding up a box of something) Me too.

Pacey: Yeah, well, you can never have too many groceries. Especially if some more unexpected guests drop by like last night.

Joey: Well, then I'll take care of it, like I did last night.

Pacey: (to Alex) Come here, baby. (picks him up) All the way up? Top floor? (Alex gets a little whiny, but Pacey makes little noises to calm him - how sweet! Alex actually says "Momma") Momma.

Joey: Is this some sort of intervention or something?

Pacey: What? (Alex hiccups. To Alex) You got the hiccups? (rubs his back. To Joey) I just thought I would come by and cook us some supper. You know, build some Lego castles. That way you could study.

Joey: I don't need to study tonight, Pacey. I needed to study last night when I kicked you out. Remember that? Is it all coming back to you now?

Pacey: Well, judging by your mood I'd say the test went really well. (puts Alex down and takes a seat at the counter while Joey puts more groceries away)

Joey: It doesn't matter, okay? It doesn't matter how I did on that stupid test. I can't really undo it. I can't retake it. It's over.

Pacey: So, you're really this upset by some stupid test?

Joey: I'm sorry if I can't let things roll of my shoulders, Pacey. I don't really have the energy to buck up and be in a good mood, okay? I'm tired. I'm so tired of worrying about Alexander. I'm so tired of waiting on people. And I'm so tired of doing everything by myself.

Pacey: (picking up Alex and bringing him to Joey) Come here, baby. Jo, you don't have to do it by yourself. That's why I'm here. I want to be able to help you. I just can't help you if you won't tell me the truth.

Joey: This is the truth.

Pacey: No, it's not. The truth is, what's really bothering you is what happened between Dawson and Gretchen.

Joey: I'm not upset about Dawson and Gretchen.

Pacey: No, okay. Maybe you're not. But you're certainly upset about Dawson and you.

Joey: That is not true.

Pacey: It's not true?

Joey: No.

Pacey: Please, tell me the truth. Because it's certainly not about you and me. I haven't screwed up for at least a day or two.

Joey: No, you haven't. You never do. You are the perfect boyfriend. You win the perfect boyfriend contest. You beat Dawson. Is that what you want to hear, Pacey? (Joey picks up Alex and walks away)

[Potter B&B - Pacey sits in the living room reading a magazine. Joey walks in, still in a huff.]

Pacey: Is he asleep?

Joey: Yes. (she goes to the couch with a book)

Pacey: I did the dishes.

Joey: Thanks.

Pacey: You know, I didn't come over here tonight to fight about Dawson.

Joey: Yes you did.

Pacey: (moves to sit on the coffee table across from her) Yeah, you're right. I did come over here tonight to fight about Dawson. But only because I don't want this to become one of those things we never talk about and then I look up one day and you're gone.

Joey: What things, Pacey?

Pacey: Well, things like the future. Joey: We talk about the future.

Pacey: No, Joey, we talk around the future.

Joey: That is not true. (long pause) I don't know why it should bother me, this Dawson and Gretchen thing.

Pacey: But it does bother you. Look, it's okay that it bothers you. I just want you to be able to tell me that. Don't shut me out from these things.

Joey: Pacey, I do think about the future. I do.

Pacey: So what do you see when you see the future?

Joey: Us. Me and you, Pace. We grew up together. You see, Dawson and I, we didn't grow up. We are in that house, in Dawson's bedroom, eternally having the same argument over and over again, in this endless cycle that goes on and on. And… I can't stop it. Because whenever I'm around him, I become 15.

Pacey: Well, if that's the problem, and believe me, this isn't easy for me to say, but… You have to talk to Dawson. And then would you please call me? (he stands up and kisses her on the forehead before leaving.)

[Stardust Bowling - Toby and Jen are walking towards their lane.]

Toby: I have no idea how you and Mr. Quarterback got to be such good friends.

Jen: Ugh, simple. We're both terminally unlucky in love. Oh, and he's not the quarterback. He… they throw him the ball and he catches it.

Toby: Ahh, a love of sports. No wonder we get along so famously. (noticing Jack walking in) Ahh, there he is. Captain America. I thought you said he wasn't coming?

Jen: He wasn't. I kinda blackmailed him into it. Jack! Hello! Over here.

Jack: Hey.

Jen: Hey, you changed your mind.

Jack: Ahh, fake surprise. It looks good on you.

Jen: Toby, you remember Jack.

Toby: Yeah, how could I forget. Nice jacket.

Jack: Oh, yeah, thanks. (he moves to take it off)

Toby: (to Jen, softly) He's kidding, right?

Jen: About what?

Toby: The jacket. It's like ironic, right? It's something he got at a thrift store.

Jen: No, it's really his jacket.

Jack: (noticing they were talking about him, but not about what) What, is there a problem?

Jen: Uh-uh. No! No. But I think it's time to bowl. (grabbing a bowl and handing it to Toby) Toby, pink. (he takes it and goes to bowl) He's sweet, huh?

Jack: Pff. I'm gonna get some shoes.

[Brook's House - Dawson is filming. Brooks is in his armchair again, and since it's dark out, lights are set up around him.]

Brooks: I started hitchhiking to the West coast. South of Chicago I hooked up with route 66. You've heard of that, haven't you?

Dawson: Yeah, sure.

Brooks: On a TV show, no doubt. I bet you haven't read Grapes of Wrath, either.

Dawson: I saw the movie.

Brooks: How come I'm not surprised by that. Ahh, John Houston, now there was a director.

Dawson: John Ford directed Grapes of Wrath. Directed all those Henry Fonda movies. Young Mr. Lincoln, Drums Along the Mohawk.

Brooks: Oh, yeah, I guess you're right. Houston didn't make his first picture til A Tribute to Sierra Madre. Maltese Falcon. That was Houston's first picture, not Sierra Madre.

Dawson: Mr. Brooks, if you're not feeling well, we can do this some other time. Can I get you some water or something?

Brooks: That would be good, yeah. Water, ice, bourbon. Hold the water, hold the ice.

Dawson: Ahh, I'm not quite sure that's a good idea.

Brooks: I don't give a tinker's damn about your opinion. If it's too much trouble for you, I can get it myself.

Dawson: Never mind. Sit right there. I'll get it. (he goes to get the drink. When he returns, Brooks is asleep. Dawson places a blanket over him, then turns out the lights and leaves.)

[Stardust Bowling - Jack is up at the lane, Jen stands next to him.]

Jen: Jack, are you embarrassed to be here?

Jack: On gay bowling night? Yeah, I'm embarrassed. Not about the gay thing, about bowling.

Jen: All right. I'm with you. I admit, the bowling thing is kinda whacked. But, you know what, his heart is in the right place and people need to be willing to stand up for what they believe in.

Jack: You're beginning to sound like your new friend Toby.

Toby: (walking up as Jack moves to throw the ball) How is Captain America doing? (he knocks all but one pin down) Oh my God, he's even good at bowling. (Jack approaches)

Jen: Well, I'm thirsty. (to Jack) You?

Jack: Yeah.

Jen: (to Toby) You?

Toby: No thanks. (Jen leaves)

Jack: You know, I'm gonna bite. Captain America?

Toby: Super hero. Marvel Comic. Don't worry, it's a compliment. He's not gay or anything.

Jack: Oh, okay, I see. So that's what all your comments are about. I'm not gay enough for you? I don't fit into some pre-existing stereotype in your head?

Toby: I see. Is all of this getting a little too gay for you?

Jack: Yeah, as a matter of fact, it is getting a little too gay for me. I gotta admit, I just don't understand the point to it. To your group. The way you guys act. Your whole holier than thou attitude.

Toby: You wouldn't. I mean, not from where you're sitting at the fun and popular table with all the other football players and cheerleaders. But in the real world, the one the rest of us live in… People who fit in like you, beat up people who don't like me. I mean, you don't get that, do you? You know, you've probably never had a rough day in your entire life.

Jack: Hey, you don't know me well enough to assume anything about me. Or how rough it's been for me, or what my life is like or what it's cost me to get where I am.

Toby: Which is where exactly?

Jack: Anywhere but here. (he walks away)

[Dawson's Bedroom - Joey sits at his window looking out. Dawson walks in.]

Dawson: Hey.

Joey: Hey, Dawson. Umm, your mom said you'd be home soon, so I thought I'd wait. I hope you don't mind.

Dawson: Not at all.

Joey: I brought you these Counting Crow CD's. (she hands him the CDs)

Dawson: Joey, these are yours.

Joey: I know. I just figured we could pass them back and forth whenever we have something we need to discuss.

Dawson: Okay. What do we need to discuss?

Joey: So, this afternoon in Kasdin's class, I lied. I wasn't okay. I totally blew that test. Bessie and Bodie, they were gone and suddenly these people just showed up at the B&B and I had to get all these rooms ready and then I had to take care of Alexander and I tried to stay up all night cramming, but I fell asleep somewhere in the middle of chapter 7 The Bean Field. (Dawson laughs a little) Don't laugh. This is tragic.

Dawson: So you're gonna die if you get a B on the test?

Joey: Basically. Dawson: Well, how did you get into this situation in the first place? Wasn't Pacey with you?

Joey: Yeah.

Dawson: And he wasn't helping?

Joey: Uhh, I kinda wouldn't let him.

Dawson: Well, you should have let Pacey help you. Especially with Alexander, I mean, he's great with kids, mostly because he still is one. I mean that in a good way. (hands her a box) Umm, here. Open your Christmas present.

Joey: Listen, you shouldn't have done this. I don't have yours. It's not Christmas yet.

Dawson: I know. Open it. (she does. There's a beautiful photograph of her and Pacey that was taken at the Holiday party. It's black and white and it was obviously taken when Pacey and Joey were unaware they were being watched. They are standing next to the Christmas tree. Pacey stands behind Joey with his arm around her waist and he seems to be kissing her shoulder. Joey's head is turned toward the side, almost as if to look over her shoulder at Pacey. One hand is placed over Pacey's hand on her waist, and the other is brought up touching her chin. They look absolutely adorable. Looking at it, it takes Joey's breath away. Her eyes glisten with unshed tears.)

Joey: It's beautiful.

Dawson: Yeah, I'm doing better, aren't I? Joey: That's not what I meant, but… I meant…

Dawson: I know what you meant.

Joey: The party was fun.

Dawson: Yeah. It had it's moments.

Joey: Like you and Gretchen.

Dawson: That was not a moment. That was only a holiday tradition.

Joey: So, what's the deal. You guys friends, or…?

Dawson: Yeah, we're friends. What else could we be?

Joey: But you guys were kissing.

Dawson: Sophisticated, cool, 21 year old college girls don't generally fall for dorky high school seniors.

Joey: So you are not interested in her?

Dawson: Even if I were, she's not interested in me, so… Why ruin a perfectly good friendship?

Joey: Things don't always have to work that way. Look at us. Look at all that's happened. And we're friends. If we weren't, you wouldn't have… you wouldn't have given me this. And I wouldn't be sitting here, telling you to do what your heart tells you to do. Truth is, Gretchen would be very lucky to have someone like you. (she moves off the bed and goes over to Dawson. She kisses him on the top of the head and then walks out.)

[Capeside High - Kasdin's room. Mr. Kasdin is packing up some papers when Pacey walks in.]

Teacher: Pacey Witter. I thought we weren't destined to meet today til 4th period. Or would you like to hang around in junior English and have another go at Bartably the scrivener.

Pacey: No thanks. I should prefer not to.

Teacher: Bartably based humor. Very impressive, Mr. Witter. So what can I help you with?

Pacey: Well, you guys in AP English, you had a test yesterday. A big test.

Teacher: Yeah.

Pacey: Well, let's suppose for a moment that you had this person in your class who is normally phenomenal student…

Teacher: He or she?

Pacey: Do you think we can keep it at they for right now. Just for argument sake, remain gender neutral.

Teacher: And contribute to the further corruption of the English language as it's spoken in the North American continent. Please, by all means.

Pacey: Okay. So suppose this person needed to retake this test.

Teacher: Cause of illness?

Pacey: No.

Teacher: Family emergency?

Pacey: No, not exactly.

Teacher: Well then, case closed.

Pacey: Mr. Kasdin, if you just hear me out for a second… This student is honestly under an incredible amount of pressure. She sets these ridiculous goals for herself. She's not willing to accept help from anybody. She's under the false impression that if she gets one single B, the entire universe is going to start to fall apart.

Teacher: She?

Pacey: Uh, yeah. She.

Teacher: I think I understand where you're coming from, Mr. Witter. Pacey: Ahh, you do.

Teacher: I still have to say no. If I bend the rules for one person, I have to bend the rules for everybody.

Pacey: I had to give it a try.

Teacher: Which you did. Admirably. (Pacey walks out)

[Capeside - Jack approaches his bike parked at a bike rack. Toby is posting some fliers on a board near by.]

Toby: Nice town you got here. I figured I would come by and hang some fliers. You know the gays. We're always recruiting. (he hands a flier to Jack who looks at it) By the way, you're officially kicked out of the alliance. (he pulls the flier out of Jack's hand)

Jack: I'm crushed.

Toby: I can tell.

Jack: Look, there's something about me that obviously intimidates you. It's not my fault. I'm not going to let you push me around anymore than those damn soccer parents.

Toby: Finally something we agree on. Look, you're right. I don't know you. I can't possibly understand your life. And if I jump to conclusions based on appearances, it's just because that's the way I've been treated my entire life. When I was nine I used to walk home through this baseball field. All these older kids would hide in the dugouts and wait for me to walk by. They'd call me fag, sissy, queer. The full spectrum. Till my older sister would come along and scare them away. I mean, that's when you really know you're gay. When your sister has to fight your battles for you. But you don't know what that's like, do you?

Jack: No. I don't. It doesn't make me any more straight. (he rides away on his bike)

[Capeside High Library - Joey is highlighting in her book. Mr. Kasdin approaches.]

Teacher: A more prudent approach, would be to have read the book before the test.

Joey: I blew it, didn't I?

Teacher: C-. Certainly not your finest hour. And I'm guessing you already knew that, considering the little visit I had this morning from your… I guess it'd take to use the term, better half.

Joey: Pacey?

Teacher: He asked me to give you a second chance. I said no, of course. However, Ian Crane was at the orthodontist again. So I'm giving a make-up tomorrow. And if you'd be interested in retaking the test, you could do that.

Joey: I would, please! I would really really appreciate it…

Teacher: Don't thank me yet. I plan to penalize you half a letter grade. By the way, you're doing some serious damage with this highlighter. (he takes her highlighter and marks two lines in her book, then indicates for her to read it)

Joey: (reading) Near the end of March, 1845, I borrowed an axe and went down to the woods by Weldon pond. Nearest to where I…

Teacher: What's the most important word in that sentence?

Joey: (she studies the sentence) Woods?

Teacher: Borrowed. The important thing to remember about the transcendentalist, is that while self-reliance is a most admirable trait, Thoreau wasn't really all that alone out there by Weldon pond. He had neighbor's, friends, people he could rely on. We should all be so lucky.

[Mr. Brooks' house - Dawson walks in.]

Dawson: Mr. Brooks? (a woman walks out) Oh, I’m sorry. I can come back later…

Nurse: I know. He told me. You've been really tiring him out with that video of yours.

Dawson: Not intentionally.

Nurse: I think you're the reason he's not taking his medication. He says it's because it makes him forget things. And I said, well, forgetting can be a good thing. And then he said, Not when you're making a documentary.

Brooks: (walking out) Louise here has a big mouth. Loves to chat with nosy teenagers. You'd think I was paying her to talk. Nurses can be replaced, you know.

Nurse: I know. I'll see you tomorrow. (she leaves)

Brooks: All right. Secrets out. Not to worry, I'm not dead yet. I'm just holding short, waiting for a clearance. So what can I help you with?

Dawson: Uhh, I left my video camera here yesterday.

Brooks: Oh, sorry. Sorry about that. (he leads him into the parlor) There it is. See. I didn't steal it or anything. Probably beyond me. You know, major motion picture director that I am. Couldn't figure out how the damn thing works anyway. (Dawson starts to pack up) Hey, hey, wait a minute. What are you doing? You can't abandon the A.I. Brooks story. Epic motion picture progress.

Dawson: But the nurse said that…

Brooks: Look, I'm not going to be around forever. Might be nice to leave something behind, you know? Something for people to remember me by. Since the A&E Biography folks aren't going to get to me anytime soon. Would you still be willing to direct this little picture of ours?

Dawson: Sure.

Brooks: Alrighty then.

Dawson: So, where do you want to start? (Dawson starts the camera)

Brooks: I was hitchhiking to the West Coast, though I tried to stay on route 66, you know, but I had to take such rides as I could get. So somehow I ended up in Las Vegas. Stranded at a little diner. That's where I met her.

Dawson: The girl from your movie.

Brooks: Lily Andrews. Waitress. Born and raised in Vegas and hated it. Said she couldn't understand why people go out into the desert and take chances they'd be too afraid to take at home. Said she'd rather gamble on life, than rolling the dice. One day a ride came by towards LA. Before I could say goodbye to her, she jumped over the counter and came with me.

Dawson: Just like that?

Brooks: All the way to Sunset and Vine. God, I miss her. She was a good woman. You would have liked her. I miss her.

[Potter B&B - Pacey walks in, looking for Joey. She comes out from one of the rooms.]

Pacey: You rang?

Joey: Thought I would call my boyfriend cause I needed a little help with something.

Pacey: Where's Alexander?

Joey: Watching a video in Bessie's room.

Pacey: All right, now I'm starting to get suspicious. What's going on?

Joey: I wanted to say thank you.

Pacey: For what?

Joey: The test. You got Mr. Kasdin to let me retake the test.

Pacey: I did? I mean, I know that I did, but I didn't know that worked. This is great! So how did you do?

Joey: (she hugs him) Well, I retake it tomorrow after school. So tonight… (she kisses him. He kisses her then pulls away) Is there a problem?

Pacey: Well, you tell me.

Joey: I did what you asked. All those (missed sentence?) Except for the ghost of Christmas future. Then there's really no reason.

Pacey: Well, there is something else we probably should be doing. (Pacey sits in his chair in the living room, Joey sits on the floor leaning against his legs, with Alex in her lap. They go over some cue cards, Pacey reading the questions and Joey answering. When she gets one wrong, he gets a kiss and they move on.)

[Leery's Fresh Fish - Dawson waits outside for Gretchen, who walks in. They both walk towards this huge Christmas tree in the middle of the square, waiting for the lights to turn on.]

Gretchen: Dawson! Just in time! You didn't miss anything yet. They got a good one this year, don't you think?

Dawson: Uh, yeah. Yeah. Actually, I didn't come for the ceremony. I came to talk to you.

Gretchen: Oh. Oh, well, just don't tell your mom I'm out here. She thinks I'm doing inventory in the stockroom.

Dawson: Okay. Umm… Do you like to gamble?

Gretchen: Are we talking bingo or more serious stuff?

Dawson: Anything. Cause I don't. And I never understood why anybody did it. Until today.

Gretchen: Dawson, if this has to do with what happened the other day, I think I know what you're going to say.

Dawson: I like you. There, I said it. I like you. And… That kiss meant more to me than just happy holidays. And every thing I said the other day was a lie. Well, not a lie because I think I meant it at the time. But I was basically just trying to fool myself because I didn't want to screw up our friendship. I was going to let that fear stop me, but I don't want to, and I'm not going to. Because I don't want to learn that lesson at 17 or anytime for that matter. And you can tell me that you're too old, you can tell me that I'm too young, and you can tell me that I'm not over Joey, but nothing that you say is going to change the fact that I said it. And I'm really glad that I said it, because you're worth risking everything for.

Gretchen: What am I going to do with you?

Dawson: Just tell me the truth.

Gretchen: The truth. Sometimes a kiss is just a kiss. And sometimes a kiss means… (the tree lights up)

Dawson: Happy holidays.

Gretchen: Happy holidays.

(End credits)

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

Fuffy 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Titepau04 (23:39)

Ouiiii ! C'était chouette!

Sonmi451 (23:40)

Tu m'étonnes!

stanary (23:40)

Non je suis toujours là. Mais je me demande bien comment on en est arrivé à parler de ça !

Sonmi451 (23:41)

On est parti de la copine de tite qui angoisse de pas comprendre bébé. ^^

Titepau04 (23:41)

Parce que j'étais toujours la, et j'expliquais pourquoi je n'étais pas encore couchée!

stanary (23:42)

Aaah oui c'est vrai ! Mais bon j'ai pas d'expérience personnelle à raconter donc...

Titepau04 (23:43)

Ouh la la, elle commence à douter!! Savoir si elle veut continuer l'allaitement!

Sonmi451 (23:44)

La fatigue de l'accouchement.

Titepau04 (23:44)

Stanary, surtout le jour où tu es enceinte, fais des cours de préparation avec une bonne sage femme !!! C'est important!

Sonmi451 (23:44)

Et puis si le personnel n'est pas bon, c'est sure ça aide pas.

Titepau04 (23:45)

C'est clair, ma sage femme va prendre le relais mais il faut d'abord qu'elle sorte

Sonmi451 (23:45)

Faut qu'elle s'accroche, c'est le début qui est dure après ça va tout seul

Sonmi451 (23:45)

bébé est en apprentissage aussi, faut pas qu'elle se sente fautive, c'est un travail d'équipe.

Titepau04 (23:46)

On est daccord! Mais quand déjà tu n'as pas confiance en toi, plus la fatigue...

stanary (23:47)

Oh mais non ! Il faut pas arrêter l'allaitement. Ça va rien changer je pense

Titepau04 (23:47)

Je lui ai dit que ça n'avait rien a voir!

stanary (23:48)

C'est le stress qui parle pour elle je pense

Titepau04 (23:49)

J'espère qu'elle va sortir rapidement!

Titepau04 (23:49)

Y'a ça qui joue aussi, elle a hâte de sortir mais le stress que bebe ne prenne pas de poids...

Sonmi451 (23:50)

La chute des hormones qui parle, un baby blues, faut pas prendre de décision là-dessus.

stanary (23:50)

Oui peut-être que tu devrais lui rendre visite demain

Sonmi451 (23:51)

un bébé ne se laisse pas mourir de faim. qu'elle se dise bien que si bébé a faim, il la laissera pas tranquille, elle va pas avoir le choix de le nourrir et bébé trouvera le lait. ^^

Titepau04 (23:53)

Je ne peux pas, les enfants autre que frère et sœur ne sont pas acceptés... je vais pas payé la nounou non plus

Titepau04 (23:53)

Je l'ai vu samedi deja

Titepau04 (23:54)

Je lui ai déjà dit ça!!

Sonmi451 (23:54)

Bon moi je vais me coucher, bébé m'a pas demandé, les microbes doivent le mettre K.O mais je préfère voir que tout va bien. ^^

Sonmi451 (23:54)

Bonne nuit.

Titepau04 (23:54)

Bisoussss

stanary (23:54)

Bonne nuit

stanary (23:59)

Bon aller moi aussi je dois me coucher. Bon courage avec ton amie. Et bonne nuit !

cinto (18:54)

Ma sorcière Bien aimée: nouveau sondage musical sur les génériques célébres! allez venez, votez, commentez et n'oubliez pas votre casque! Merci à ceux et celles qui ont déjà voté.

cinto (19:01)

Queer as folk: calendrier de l'Avent démarre aujourd'hui, bien sûr. Venez découvrir notre série et nos bogosses, en ouvrant une fenêtre chaque jour. Sinon, régalez vous du superbe calendrier romantique et n'oubliez pas de laisser un petit mot. Ça fait toujours plaisir.

stella (21:26)

Design spécial Noël sur le quartier Downton Abbey ainsi que son calendrier de l'avent original.

DGreyMan (22:23)

Nouveau sondage spécial Harry Potter dans "Game of Thrones" ! Merci d'avance.

carina123 (23:09)

Nouveaux sondages et calendriers sur les quartiers Lie to Me et Jericho, Venez nombreux, merci. Bonne soirée à tous !

sabby (08:54)

Bien le bonjour la citadelle !! Toujours personnes sur Empire pour ouvrir le calendrier de l'avent, ni sur Friday Night Lights pour commenter le nouveau design Un petite visite ferait plaisir, on vous attends Bonne journée à tous !

Moorgana (09:13)

Sondage de noël sur le quartier Heartland

serieserie (10:16)

N'oubliez pas de vous inscrire pour le grande hypnoGame Arrow!!

Margauxd (12:42)

Nouveaux sondages sur les quartiers : Blindspot, The Last Ship et New-York Unité Spéciale, n'hésitez pas à voter !!

Titepau04 (21:41)

Nouveaux calendriers sur les quartiers NCIS Los Angeles, S Club 7 et Dr House!!! ^^

DGreyMan (21:47)

Nouveaux jeux, nouveau calendrier et nouveau sondage dans Game of Thrones. Merci d'avance.

leila36 (22:37)

Hohoho, venez admirer et commenter le nouveau design du quartier "Big Bang Theory". Vous n'allez pas le regretter.

emeline53 (22:43)

Le nouveau sondage de The Fosters vient d'arriver ! Venez nous dire ce que vous voulez comme cadeau de Noël

Sonmi451 (13:47)

Venez commenter les calendriers chez House, Scrubs, urgences et friends. Et au passage un petit vote pour les sondages sont les bienvenus, merci.

Profilage (20:16)

Bonsoir, un tout nouveau calendrier vient d'apparaitre sur les quartiers The 100 & Under the Dome. On vous attend !

carina123 (00:09)

Nouveaux calendriers et sondages sur les quartiers Lie to Me et Jericho, venez nombreux, merci. Bonne soirée à tous !

Sonmi451 (08:43)

Design' spécial noël sur Scrubs, on attend vos commentaires.

Chaudon (10:25)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Chaudon (10:31)

Nouveau sondage sur le quartier "Elementary" ! N'hésitez pas à venir voter sur le quartier et à donner vos avis sur le topic approprié !

Chaudon (10:49)

Votez dès maintenant pour la Nouvelle Photo du Mois du quartier "Elementary" !

arween (10:57)

Bonjour la citadelle ! Une grande animation vous attends sur The Night Shift, venez participer !

seriepoi (11:05)

Bonjour tout le monde ! Vous pouvez, si vous le souhaitez, venir sur le quartier "True Blood" pour commenter le (très) beau calendrier de décembre, fait par Sonmi. Merci par avance et bon dimanche à tous.

ObikeFixx (11:25)

Bonjour tout le monde! En plus du nouveau sondage, n'hésitez à venir découvrir le nouveau calendrier et la nouvelle photo du mois sur le quartier "The Last Ship"

Phoebus (14:15)

Bonjour tout le monde ! Il ne vous reste plus qu'une journée pour voter pour la voter de l'épisode 8x05 de The Vampire Diaries et pour participer à la review de cet épisode.

serieserie (16:44)

Inscrivez-vous vite pour la grande partie d'HypnoGame Arrow qui aura lieu dans 6 jours!! Rendez-vous dans les forums de l'accueil!!

arween (18:46)

Venez voir les nouveaux calendriers de The Night Shift (serie²) et Dollhouse (Xana).

emeline53 (19:24)

Seulement 2 persones pour commenter le design Noël de The Fosters ? Venez donner votre avis en plus, un sondage sur votre souhait de cadeau est en ligne !

stella (19:25)

Special spécial Noel sur le quartier Downton Abbey et sans oublier son calendrier de l'avent original

DGreyMan (22:40)

Bonsoir. Sondage dédié à "Game of Thrones" dans le quartier "Harry Potter"...

DGreyMan (22:40)

... ou le contraire ! ^^

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play