VOTE | 148 fans |

#409 : Que les fêtes commencent

Titre en VO : "Kiss Kiss Bang Bang" - Titre en VF : "Que les fêtes commencent"
¤ USA : diffusé le 29/11/00 - France : diffusé le 09/06/01
¤ Scénario : Tom Kapinos - Réalisation : Perry Lang


Joey, invitée à une soirée des élèves prometteur au "Yacht Club", y va avec Pacey. Celui-ci fait des blagues durant toute la soirée, et rencontre le doyen.

Tous les autres vont à la fête de fin d'année organisée au restaurant des Leery par Gretchen. M. Brooks se réconcilie enfin avec Dawson en lui offrant un livre sur sa vie. Grams et Jack ont eu une idée pour Jen: l'inscrire à l'université malgré elle. Elle les en remercie à la fin.

Pour finir, Pacey et Joey voient Dawson et Gretchen s'embrasser sous le gui...

Plus de détails


~~~~~~~~~~


Gretchen et Dawson sont en train de finir de regarder un film de M. Brooks. Dawson l'a trouvé génial, mais son amie ne l'a pas vraiment aimé. Il s'étonne que ce vieux M. Brooks ait pu faire un autant bon producteur.

Mme Valentine parle avec Joey, lorsque Walter vient discuter avec elle de la réception qu'il organisera au "Yacht Club" ce samedi soir. Mme Valentine demande alors à Joey d'être de service ce soir là. Cette dernière réplique qu'elle viendra, mais en tant qu'invitée, car il s'agit d'une soirée destinée aux élèves prometteurs. Elle n'aura qu'à prendre Drue à sa place.

Dawson termine enfin sa dissertation, qu'il est censé rendre pour son entrée à l'université. Gretchen propose à Gale et à Mitch d'organiser la fête de Noël dans leur restaurant. Elle s'occuperait de tout. Les parents acceptent avec plaisir.

Jack va voir Jen, qui est en train de coudre sur son lit. Grams ne lui adresse plus la parole depuis l'incident de l'extasie. Jack lui informe qu'il a terminé ses inscriptions.

Jen n'a même pas commencé, c'est pour cette raison qu'avant de partir, Jack touche un mot à sa grand-mère.

Dawson va voir M. Brooks pour lui parler de son film, mais ce dernier s'énerve de tant de compliments et lui demande de le laisser manger tranquillement.

Joey va acheter une nouvelle robe pour sa soirée de samedi, et parle de Pacey avec Gretchen: elle espère qu'il ne fera pas le zouave devant tous ces gens haut-placés. Gretchen lui informe de la soirée qui se déroulera le même soir dans le restaurant des Leery.

Dawson est convoqué par la conseillère, qui lui demande de refaire sa dissertation, en répondant beaucoup plus précisément à cette question: "Pourquoi voulez vous faire du cinéma", car beaucoup de monde veulent étudier ce domaine, mais très peu ne sont pris.

Grams donne à Jen tous les cadeaux qu'elle a reçu de ses parents. Jen connaît déjà tout: il y aura un pull, des bijoux... Elle dit à sa grand-mère de donner tout ça à l'aumônerie, sans même les avoir ouvert. Grams la traite d'enfant gâtée, et Jen jette les cadeaux pour aller dans sa chambre.

Dawson décide de retourner voir Brooks, après en avoir discuté avec Gretchen, pour qu'il l'aide à rédiger sa dissertation. Malheureusement, ce dernier se fâche à nouveau, expliquant à Dawson qu'il ne devrait pas y avoir de remise en question avant d'être vieux...

Le samedi soir est enfin arrivé, et les deux réceptions ont lieu: celle chez les Leery, où sont réunis Jack, Jen, Dawson et Gretchen, et celle au "Yacht Club", où Pacey et Joey doivent dîner.

Pacey et Joey sont attablés avec M. Walter et Mme Valentine, ainsi qu'avec quelques autres personnes. Pacey commence alors à plaisanter, et Walter n'en croit pas ses oreilles. Il éclate de rire, et toute la soirée ils continuent à plaisanter.

Après un moment, Joey et Pacey sortent pour discuter, mais Walter demande à Pacey de l'accompagner pour le présenter au doyen. Joey reste seule dehors et commence à pleurer. C'est alors que Walter revient, et lui annonce que Pacey n'a dit que du bien sur elle, au doyen.

A la réception des Leery, la conseillère en orientation vient féliciter Jen pour sa dissertation. Celle-ci ne comprend rien, car elle n'a rien fait et rien rendu.

Plus tard pourtant, elle demande parle à Jack et à Grams, et devine que c'est ceux-ci qui ont fait et envoyé les documents à la conseillère. Elle le prend tout d'abord mal, pensant à ses parents qui devront lui payer son université, mais serre ensuite sa grand-mère et Jack dans ses bras. Jack avoue à Jen que lorsqu'il a été sur son ordinateur pour voir un de ses exposés, il est tombé sur son journal intime. Il ne savait pas qu'elle rêvait si souvent de lui...

M. Brooks vient voir Dawson pour lui remettre un livre traitant de lui, s'excusant pour son comportement. Dawson l'en remercie et l'invite à entrer dans le restaurant.

Plus tard, il le recroise à l'intérieur, en proie à draguer Grams. Dawson lui soumet alors son projet: faire un film sur lui.

Joey et Pacey ont une discussion entre eux, s'achevant sur un baiser. Ils vont alors jeté un coup d'oeil au restaurant des Leery et aperçoivent Dawson et Gretchen, s'embrassant sous le gui, incités par M. Brooks qui était passé par là...

Un grand merci à Olivia pour ce script !


Chambre de Dawson - Nuit - Gretchen est sur le lit, Dawson est assis par terre appuyé sur le lit, ils regardent un film en noir et blanc. Il est dirigé par A.I. brooks.

Dawson : (le film est fini, il arrête la télé) Wow.

Gretchen : Wow, regarde le trésor que j'ai déniché, ou Wow, encore une heure et demie de perdue à regarder un navet ?

Dawson : J'aimerais pouvoir dire ça. Que c'est un navet, mais ... je regrette, c'est tout sauf ça, c'est ... un travail époustouflant ... d'un incroyable génie.

Gretchen : Tu plaisantes Dawson, tu es en train de me dire que " Turn away my sweet " est un film génial pour toi ?

Dawson : Ca m'embête mais, oui.

Gretchen : Moi je regrette mais j'ai l'impression d'avoir vu un film noir complètement, mais complètement dépassé.

Dawson : Oui, tu dis ça parce que depuis on a vu beaucoup d'autres films, évidemment, mais c'est incroyable, il faut le remettre dans son contexte. Une histoire d'amour déguisée en film policier.

Gretchen : Elle engage un garde du corps qui la tue. Où est l'histoire d'amour ?

Dawson : C'est au moment où elle ne croit plus du tout à l'amour, qu'il arrive dans sa vie.

Gretchen : Et il essai de la tuer.

Dawson : Mais il n'y arrive pas parce qu'il tombe amoureux d'elle, elle qui ne croyait plus à l'amour . Elle est prise au piège dans son conte de fées.

Gretchen : En tout cas, si tu veux mon avis, Tarrentino fait ça beaucoup mieux. Et en couleurs.

Dawson : (rires) Et là c'est formidable parce que tu apportes de l'eau à mon moulin.

Gretchen : C'est à dire ?

Dawson : Isaac Brooks était un précurseur .

Gretchen : J'adore quand tu es dans cet état.

Dawson : Dans quel état ?

Gretchen : Passionné, déterminé, et presque énervant.

Dawson : Mais pourquoi ... Pourquoi il a laissé tomber ?

Gretchen : On pourrait te poser la même question. En partant pour l'université, j'ai laissé un réalisateur d'un dynamisme à tout épreuve. Quel énergie ! C'était Spielberg par ci, Hitchcock par là. Et à présent le cinéma pour toi est une sorte de projet inachevé au fond d'un tiroir. Ce qui me pousse à te demander qu'est-il advenu du talentueux jeune réalisateur, Dawson Leery ? Pourquoi a-t'il laissé tomber, et que va-t'il faire de sa vie ?


GENERIQUE


Yacht Club de Capeside - Joey est assise à une table sur le dock en train de faire des devoirs, Mme Valentine arrive.

Mme. Valentine : Je ne vous paie pas pour faire vos devoirs du Lycée Joey.

Joey : Mme. Valentine, il est seulement quatre heures moins le quart et j'ai le droit de faire ce que je veux pendant 15 minutes. Pourquoi avez-vous tant de mal à accepter que je sois dans la classe dans votre fils ?

Mme. Valentine : Mmm, et avant d'oublier, je voulais vous dire, j'ai rencontré votre soeur, Becky, au centre commerciale. Elle ne venait pas acheter la pilule apparemment.

Joey : C'est Bessie.

Mme. Valentine : Oh, oui, ça fait une sacré différence (Un homme s'approche) Walter!

Walter : Mme. Valentine.

Mme. Valentine : Que puis-je pour vous, Walter ?

Walter : Je viens m'assurer que tout est parfaitement en ordre pour Samedi soir.

Mme. Valentine : Rien n'est laissé au hasard. Nous avons tous vérifié, au niveau du traiteur, au niveau de notre personnel, j'allais justement annoncer à Melle Potter que ce samedi soir je comptais sur elle et en forme.

Joey : Mais ...

Mme. Valentine : Joey. Mr Walter Kubelik est non seulement un membre imminent de notre club, mais aussi le représentant des anciens étudiants de Worthington. Et il organise samedi une réception pour les nouveaux candidats prometteurs. J'aurais donc besoin de vous pour le service ce soir là.

Joey : Mais je regrette ...

Mme. Valentine : Vous démissionnez c'est ça ?

Joey : Non.

Mme. Valentine : Vous avez perdu la tête alors ?

Joey : Mme. Valentine, Je serai là samedi.

Mme. Valentin : Bien. Parfait. Alors Walter, où en étions nous ?

Joey : Excusez-moi je crois que vous n'avez pas bien compris. Je serai présente ce samedi soir, ... en tant qu'invité. (Mme. Valentine prend un rire nerveux.)

Walter : Oh, excusez-moi. Vous êtes Joséphine Potter ? Ravi de vous rencontrer. (Il lui sert la main) Votre dissertation est un chef-d'oeuvre. Mme. Valentine, cette jeune étudiante fait parti des éléments les plus prometteurs.

Mme. Valentine : Oh ...

Walter : Je vous serais reconnaissant de lui accorder sa soirée et de l'installer à ma table.

Mme. Valentine : Bien sûr, comme vous voudrez. Je me demande simplement par qui je vais la remplacer. Joey est aussi une des meilleures serveuse de l'équipe.

Joey : (avec un petit sourire satisfait) Bien, demandez à Drue.

Mme. Valentine : (clairement remis à sa place) Oui. Oui.


Leery's Fresh Fish - Dawson est assis à une table en train de travailler sur son ordinateur portable. Mitch, Gail, Gretchen et d'autres membres du restaurant s'occupent de la décoration et de l'installation de la salle.

Dawson : Attention, c'est un grand moment. Phrase de conclusion de ma dernière dissertation, pour ma dernière candidature à l'université dans la section cinéma. Et je l'ai terminé !

Gail : Félicitations, chéri.

Mitch : Oui, on est fier de toi.

Gail : Maintenant tu es enfin libre pour prendre la relève et soulager ta pauvre mère.

Gretchen : Je n'en crois pas mes yeux. Serait-ce pour la fête de fin d'année de la famille Leery ? (Mitch et Gail se tournent l'un vers l'autre) Quoi, j'ai dis une bêtise, quelque chose qui ne fallait pas ?

Gail : Oh, non, non. C'est rien Gretchen, c'est ...

Mitch : On ne l'a pas fait depuis longtemps.

Dawson : (s'approchant) Traduction. Il n'y a plus de fête depuis au moins deux ans parce que M. et Mme. Leery étaient occupés à régler des problèmes relationnels, dirons nous.

Gretchen : Oh. C'est dommage. J'adore ce genre de fête.

Gail : Oh tout semble tellement compliqué en ce moment avec ...

Mitch : ... Le bébé.

Gail : Et le restaurant.

Gretchen : Voilà ce que je propose. Vous ouvrez la maison et le reste je m'en occupe. Je m'occuperai du buffet, de la décoration et même d'appeler les invités. Oh, acceptez, s'il vous plaît ?

Gail : (elle regarde Mitch et il semble consentir) Ecoute trésor si ça te fait vraiment plaisir ...

Gretchen : Oh ! Chouette ! Merci, merci, merci! (Mitch et Gail partent. S'adressant à Dawson) Tu viens Dawson, on a du boulot.

Dawson : Quoi ?! Mais ... Je croyais que tu t'occupais de tout ?


Chambre de Jen - Elle est assise sur son lit à faire du tricot. Grand-mère et Jack arrivent dans la pièce. Grand-mère baisse la musique qui était à fond. Jen se retourne et s'adresse à Jack.

Jen : Mon ami.

Jack : Très chère.

Grand-mère : ( à jack) Vous voulez boire quelque chose ?

Jack : Non, merci madame. (Grand-mère sort de la pièce)

Jen : (après que Grand-mère soit complètement hors de la pièce) Moi non plus Grand-mère, Merci.

Jack : (il rit et bondit sur le lit) Qu'est-ce qui se passe ?

Jen : Ca, mon cher, c'est ça façon à elle d'exprimer très franchement son abominable déception depuis cette terrible histoire d'ecstasy.

Jack : Ha, elle est restée la dessus ?

Jen : Elle ne m'adresse plus la parole. J'aime autant te dire qu'il fait plutôt froid dans cette maison en ce moment.

Jack : Oh, c'est rien, ça lui passera. Ca lui passe toujours . (Il fait une sorte de bascule en arrière et descend du lit)

Jen : Ca te dis d'aller au cinéma ?

Jack : Euh, Ouais, ouais, avec plaisir. C'est parfait pour célébrer l'occasion. (il s'assoit sur une chaise à côté du bureau)

Jen : Pour fêter quoi ?

Jack : J'ai fini mes inscriptions aujourd'hui. J'ai tout rendu à Mlle Watson. La dissertation m'a achevé. Si un jour on me redemande d'écrire sur comment je m'imagine dans 10 ans, je crois que je répondrai mort. Rien que la perspective de me replonger dans le sujet pourrait me pousser au suicide.

Jen : D'accord. En tout cas, t'es débarrassé, c'est génial. Bon, qu'est-ce qu'on va voir ? J'ai entendu beaucoup de bien de celui qui est sorti avec Dean Cain. On y en parle comme de l'évènement gay de la dernière décennie.

Jack : (avec hésitation) Ouais, ouais, c'est tentant. Une petite question.

Jen : Hmm ?

Jack : Ca avance tes inscriptions à l'université ?

Jen : Oui, pourquoi ?

Jack : T'en est où, on peut savoir ?

Jen : Bein, en gros, il me reste plus que la dissertation.

Jack : En discutant avec Mlle Watson j'ai appris que tu n'avais encore rien rendu. J'y ai pas cru, sur le coup je lui répondu Jen Lindley, non. Elle a l'intention de faire de grandes études.

Jen : C'est vrai.

Jack : T'as choisi quelles universités ?

Jen : Ouh là, plusieurs.

Jack : Arrête avec tes réponses évasives.

Jen : Et toi, arrête avec tes questions indiscrètes ?

Jack : Y'a une date limite tu sais ? Et ça va arriver très vite.

Jen : T'inquiète pas pour moi. Ca va aller (La pause) Tout compte fait, j'ai pas tellement, pas tellement envie d'aller au ciné. On peut se voir plus tard ?

Jack : (se levant pour partir) Ouais. Bien sûr.

Jen : Je te téléphonerais.

Jack : D'accord.

Jen : Au revoir.

Jack : Salut. (Jen remonte le son de la musique.)


La cuisine de Grand-mère - elle est en train de faire des cookies. Jack la rejoint .

Jack : Mmm Ryan, je peux vous demander un service ?

Grand-mère : Mais oui, bien sûr. Un cookie ?

Jack : Ouais. Merci. (Elle lui en donne un, et se remet à son occupation) Vous devriez parler à Jen ?

Grand-mère : Tout sauf ça, justement.

Jack : Je sais que toutes les deux vous n'êtes pas en très bons termes en ce moment. Mais je m'inquiète pour elle. J'ai l'impression qu'elle ne fera finalement aucune inscription, et que elle n'a vraiment pas l'air de s'en soucier. Vous devriez lui en parler.

Grand-mère : Non. Jennifer n'est plus une enfant. Dieu sait combien de fois je l'ai aidé à prendre les bonnes décisions. Mais, elle a apprécié mon aide par le passé, mais elle n'en veut plus. Aujourd'hui tout ce qu'elle me demande c'est de la laisser faire tranquillement ces bêtises. Si Melle choisi d'arrêter complètement ses études, tant pis. Elle se retrouvera toute seule.


Yacht Club - Réfectoire. M. Brooks prend son repas seul assis à côté d'une fenêtre. Dawson arrive et s'assoit en face de lui.

Dawson : Est-ce que vous allez souvent au cinéma ?

M. Brooks : Je suis allé voir la guerre des étoiles y'a un bout de temps. J'ai pas tout compris.

Dawson : La guerre des étoiles, 1977.

M. Brooks : Oui c'est ce que j'ai dis, y'a un bout de temps.

Dawson : Hier soir j'ai vu un grand film.

M. Brooks : Tant mieux pour vous.

Dawson : Le réalisateur a réussi l'incroyable fusion de trois genres, le film noir, la comédie et l'histoire d'amour. Et ça s'appelait ... " Turn away my sweet ".

M. Brooks : Vous vous croyait malin ?

Dawson : Comment vous l'annoncer ? Et comment gérer le fait que, le vieux grincheux insupportable qui me traite en esclave, se trouve être un mélange de Samuel Fuller et Cameron Crowe.

M. Brooks : Qui est Cameron Crowe ?

Dawson : " Fats time à Ridgemont High ", " un monde pour nous " , " Jerry Maguire " ?

M. Brooks : Connaît pas. Sam Fuller, puisse-t'il reposer en paix. Il a fait de très bons films.

Dawson : Et, ... et vous aussi, M. Brooks. Je crois, ... je crois que ma culture cinématographique me permet de dire que vos films sont formidables. Vous êtes un de ces américains authentiques. Et j'ai de l'admiration pour ce que vous faites.

M. Brooks: Attention, M. Leery, ce ne sont pas des films, mais des produits cinématographiques. De plus, ils ne sont pas formidables, mais alimentaires. Et pour terminé, je n'aime pas cette crise d'admiration que vous avez soudain pour moi.

Dawson : Vous jouez sur les mots autant que vous voudrez M. Brooks, mais ça ne marche pas.

M. Brooks : Quoi, c'est une menace ?

Dawson : J'ai vu ces films et l'homme qui en est à l'origine prouve qu'il porte un très grand intérêt à des choses importantes, telles que l'amour, la mort, la moralité, l'honneur.

M. Brooks : L'homme dont vous parlez n'a plus qu'un seul souci, il aimerait prendre son repas en paix Mr.Leery.

Dawson : D'accord. Je venais seulement ... je voulais surtout vous dire que vos films, vos produits m'avaient marqué, impressionné, et ... je pensais vous faire plaisir.

M. Brooks : Hmm. Merci pour tout ces compliments, j'en suis extrêmement flatté.

Dawson : Est-ce que ... Est-ce que je peux vous poser une petite question concernant les deux rôles principaux de " Turn away my sweet " ?

M. Brooks : Écoutez, je suis vieil homme. Et j'estime avoir le droit de dîner en paix. Alors je vous demande de bien vouloir disparaître du décor.

Dawson : D'accord. (Il s'en va)


Magasin de vêtements - Joey essaye une robe, elle se regarde dans le miroir. Elle soupire, puis Gretchen arrive.

Joey : (soupirant) Et ...

Gretchen : S'en est révoltant. Tu es superbe.

Joey : Tu trouves pas que c'est trop ?

Gretchen : Seulement si Pacey vient en tenue de combat.

Joey : Il serait dangereux d'exclure cette possibilité. Je m'en veux un peu tu sais de l'embarquer la dedans.

Gretchen : Qu'est-ce que tu racontes. Tu l'embarques dans rien. Je suis sûr qu'il comprend que tu as besoin de son soutien.

Joey : Je sais pas. J'ai peur qu'il ne se sente pas à sa place.

Gretchen : Joey, mon frère est fou de toi. A priori il n'a pas d'autres projets que d'être là où tu es. Seulement il faudrait pas que tu le laisses faire le clown à cette soirée. Avec tout ça vous allez rater une grande fête chez Dawson.

Joey : Dawson organise une fête ?

Gretchen : Pas vraiment. J'ai convaincu ses parents de me laisser organiser la fête de fin d'année.

Joey : C'est vrai ? Ah, j'adore cette fête. Ca fait partie de ma vie, j'y vais de puis que j'ai 5 ans. Ca donnait un avant goût des vacances de Noël. Que je passais généralement avec Dawson enfermés dans sa chambre pendant des heures à regarder des films.

Gretchen : Il faut dire qu'avec lui ça a son charme. Dawson est un des rares garçons que je connaisse qui avec du pop-corn et un film loué au vidéo club te fait passer une soirée grandiose.

Joey : Je sais de quoi tu parles.

Gretchen : Tu seras belle, Joey.

Joey : Hein ?

Gretchen : Samedi soir. Tu seras belle.


Lycée de Capeside- Bureau de la conseillère d'éducation - Dawson est assis en face de Mlle Watson.

Conseillère : Félicitations. Vous avez rendu tout vos dossiers d'inscriptions. J'aurai juste une question ou deux.

Dawson : D'accord.

Conseillère : Vous voulez devenir réalisateur mais pour quelle raison ?

Dawson : La réponse est dans ma dissertation ?

Conseillère : Tout le problème est là, Dawson. Tout au long de votre dissertation, vous passez votre temps a contourné astucieusement la question. Pourquoi souhaitez-vous devenir réalisateur ?

Dawson : Oh, Il est vrai qu'il est difficile de répondre à cette question.

Conseillère : Les places à l'école de cinéma sont chères. Des milliers d'étudiants comme vous espèrent envers et contre tout pouvoir étudier dans la meilleure école de cinéma du pays. Alors je pense, que nous avons plutôt intérêt viser haut. En d'autres termes, Dawson. Peut mieux faire. (Elle lui rend sa dissertation)


Lycée de Capeside - Couloirs. Joey et Pacey traversent le lycée. Pacey porte son pantalon camouflage !

Pacey : On est obligé ?

Joey : Oui, Pacey on est obligé.

Pacey : T'aurais pu envisager d'engager un type pour l'occasion ? Ca se fait beaucoup tu sais.

Joey : J'ai téléphoné partout, j'ai trouvé personne d'assez présentable.

Pacey : Et si je te quittais par exemple ? Hmm ? Qu'est-ce que tu ferais ?

Joey : Invente ce que tu veux. Tu viendras avec moi.

Pacey : Fasciste.

Joey : Dégonflé.

Pacey : Est-ce qu'on va passer une bonne soirée au moins ?

Joey : Moi je dirais, non.

Pacey : Alors pourquoi ne peut envoyer promener les doyens, et les représentants d'universités ? Y'a une fête chez Gail et Mitch !

Joey : Parce que, Pacey, ça diminuerait considérablement mes chances d'entrer à l'université.

Pacey : Bon, présentez comme ça ...

Joey : Pacey ?

Pacey : Oui ?

Joey : Tu sais à quel point c'est important pour moi ?

Pacey : Oui je le sais.

Joey : Etre avec quelqu'un ça signifie aussi par moment être obliger de faire des concessions pour rendre service ou faire plaisir à cette personne.

Pacey : Mmm.

Joey : Pour moi c'est un peu comme dîner le samedi chez tes parents

Pacey : Oh, là attend, tu crois que j'en raffole moi de ce genre de dîner ? D'ailleurs si ça t'embêtes on peut arrêter, hein ? Carrément.

Joey : Je sais que tu es prêt à tout pour ne pas aller à cette fête.

Pacey : Oui et alors ça marche ?

Joey : Pas du tout, tu te fatigues pour rien. Viens là. (Elle lui donne un baiser, elle lui prend la main et Pacey la prend dans ses bras)


Cuisine de Grand-mère - Elle sort des cadeaux d'une boîte, lorsque Jen entre dans la pièce.

Grand-mère : Tout ça est pour toi, Jennifer. De la part de tes parents.

Jen : Oh, c'est déjà la fin de l'année. (Ouvre le réfrigérateur) Tiens, je devine. (Parlant d'un des paquets que tient Grand-mère) Ca c'est maman. Un pull-over de chez Barneys. Mais choisi par la femme de ménage. (Elle prend un petit paquet et le secoue) Ca, des bijoux. Un cadeau de la part de Papa. Qui lui a certainement été renvoyé dans la figure par une joli secrétaire qui n'a pas apprécié le fait d'être employé pour autre chose que pour faire son métier. Fais moi penser à leur envoyer une carte.

Grand-mère : Tu vas prendre tout ces paquets et aller les ouvrir dans ta chambre.

Jen : Non, j'ai une meilleure idée. Donne les à l'aumônerie. Ca peut faire plaisir à quelqu'un.

Grand-mère : C'est une conduite inappropriée en cette période sainte de Noël.

Jen : Ouais, c'est ça, période hypocrite de Noël.

Grand-mère : Jennifer ! Tu es certainement de loin la jeune fille la plus gâtée que je connaisse, et l'individu le plus égoïste que j'ai jamais rencontré de ma vie.

Jen : Tu as parfaitement raison. Je vais aller dans ma chambre.

Grand-mère : Bien, et profites-en pour t'occuper de préparer tes dossiers d'inscription à l'université.

Jen : C'est ça, bien sûr. Toutes les occasions sont bonnes pour me mettre dehors.

Grand-mère : Ca c'est ce que toi tu veux comprendre.

Jen : Oh, alors c'est quoi, tu essaie de me motiver, hein ? Excuse moi Grand-mère mais tu ne m'as pas dit une phrase entière depuis que je t'ai déçu. Alors n'essaie surtout pas de me motiver. N'essaie pas de discuter de mon avenir. Ce droit tu l'as perdu quand tu m'as jugé. (Elle jette violemment les cadeaux dans le frigo.)


Maison des Leery - Dawson et Gretchen sont assis dans un salon. La maison est en cours de décoration pour la fête.

Gretchen : Sincèrement je ne vois pas pourquoi tu en fais un problème Dawson. Pourquoi ne pas leur dire la vérité ?

Dawson : Quelle vérité exactement ?

Gretchen : Dis-leur que de faire des films ça te permettrait d'obtenir tout ce dont un jeune homme de ton âge peut rêver. Un super contrat avec la Columbia, de l'argent, la célébrité et en prime bien sur, la garantie d'avoir les plus belles filles.

Dawson : (en riant) Pour moi tu vois, c'est dans ces moments là que ton lien de parenté avec un certain Pacey devient évident.

Gretchen : Aidez-moi à accrocher le gui, c'est plus important.

Dawson : D'accord.

Gretchen : Demande à M. Brooks ?

Dawson : Tu veux que je lui demande quoi ?

Gretchen : De t'aider.

Dawson : (rires) Quand je lui ai dit que j'aimais bien ces films, il a failli m'arracher la tête.

Gretchen : C'est peut-être un vieillard acariâtre et toujours de mauvaise humeur, mais ce type est une banque de données. Tu devrais en profiter. C'est peut-être le seul réalisateur que tu rencontreras dans ta vie. Une bonne conversation avec lui, devrais t'éclairer. T'aider à savoir ce que tu veux. (Il l'aide à accrocher le Gui)

Dawson : Et c'est si important d'accrocher ce truc ?

Gretchen : Peu importe ? C'est la tradition. On ne joue pas avec les traditions.

Dawson : (rires)

Gretchen : Quoi ?

Dawson : Je n'imaginais pas que tu étais aussi attachée aux traditions. C'est touchant.


Les docks devant chez Jen et Dawson. Jack et Grand-mère discutent tout en marchant.

Grand-mère : Vous aviez raison. Elle n'a rempli aucun dossiers d'inscriptions. Et elle n'a pas l'intention de le faire.

Jack : On pourra tous lui parler, et tenter de la convaincre.

Grand-mère : C'est inutile. Je connais ma petite-fille. Elle est trop bornée pour faire preuve de bons sens même face à des amis.

Jack : Ouais, je sais ... Bon vous avez une meilleure idée ?

Grand-mère : Oui, j'en ai une. Mais je vais avoir besoin de vous.


Maison de m. Brooks - Dawson s'approche et frappe à la porte. On entend de la musique provenant de l'intérieur.

Dawson : M. Brooks ? (Il entre et frappe sur le mur à l'entrée de la pièce où M. Brooks est assis) M. Brooks ? (M. Brooks est étonné et éteint la musique rapidement.)

M. Brooks : (râlant) Ouh, vous m'avez fait une de ces peur.

Dawson : Excusez-moi. Vous ne m'avez pas entendu frapper ?

M. Brooks : Qu'est-ce que vous voulez ?

Dawson : J'aimerais discuter avec vous un instant.

M. Brooks : Si vous venez me demander si j'ai couché avec Marilyne Monroe, vous pouvez retournez d'où vous venez.

Dawson : Non, non, loin de là. (une pause) Vous avez ... ?

M. Brooks : Euh ... que puis-je pour vous, M. Leery ?

Dawson : J'ai besoin d'un conseil.

M. Brooks: Essayez ado service. Bon, ça risque d'être plus long que je ne l'espérais, mais je vais essayer d'être poli. Je vous sers une limonade, M. Leery ?

Dawson : Non. Non, non, merci.

M. Brooks : Bien, je suis prêt à vous dispenser quelques conseils. Asseyez-vous.

Dawson : En fait ... j'ai une dissertation à rédiger. Je m'inscris à l'école USC cinéma. Et ... il n'y a rien à faire. Je n'arrive pas à répondre à la question, "Pourquoi voulez vous devenir réalisateur ?"

M. Brooks : Pourquoi voulez vous le devenir ?

Dawson : C'est là qu'est le problème. Je ne trouve pas les mots pour l'expliquer.

M. Brooks : Si c'est à ce point là vous feriez mieux d'aller vendre des beignets au chocolat.

Dawson : M. Brooks, qu'est-ce qui vous a fait abandonner le métier ?

M. Brooks : Oh, là je ne vois pas le rapport avec ça.

Dawson : Moi aussi je l'ai abandonné.

M. Brooks : Quelle perte tragique pour le septième art.

Dawson : M. Brooks, je ne plaisante pas. Je fonçais droit devant, rien ne pouvait m'arrêter et tout à coup ... la vie s'est interposée. J'ai vécu ce qu'on appelle une remise en question.

M. Brooks : Ce sont les vieux qui se remettent en question. Mais enfin quel âge avez vous dont, à peine quinze ans ?

Dawson : 17.

M. Brooks : 17 ans et déjà une remise en question.

Dawson : Je pensais que nous avions dépassé ce stade là, (Il se lève de sa chaise et va pour partir) qu'on avait avancé, mais je m'aperçois que non. Qu'est-ce qui vous est arrivé qui fait que vous vous acharnez à démolir un jeune type dont le seul défaut est de croire que talent égal amabilité et sagesse ? (Dawson part rapidement, M. Brooks se lève mais Dawson est déjà parti.)


Yacht Club - Nuit -Pacey et Joey descendent l'escalier qui mènent à la réception.

Pacey : Ca va ?

Joey : Oui.

Pacey : Tu sais, on peut simplement faire le tour, y'aurait évidemment rien de plus lâche.

Joey : C'est tellement tentant. (Pacey fait un énorme sourire) C'est quoi ce sourire idiot ?

Pacey : Oh c'est plus fort que moi.

Joey : Pourquoi ?

Pacey : Parce que … Je suis le seul homme de la soirée à être accompagné d'Audrey Hepburn.


Maison des Leery - Nuit- La fête a commencé, il y a beaucoup de monde un peu partout. Mitch et Gail saluent Jen à la porte. Jen parle avec Gail du bébé, mais nous ne pouvons pas vraiment entendre. Elle place ses mains sur le ventre de Gail pour sentir le bébé. Gretchen se déplace dans la fête à la recherche de Dawson. Finalement Gretchen monte à l'étage, dans la chambre de Dawson, il est assis sur une chaise tenant son caméscope. Gretchen frappe à la porte.


Dawson : Entrez. (Gretchen entre)

Gretchen : Je savais que tu serais là.

Dawson : Comment ça se passe ?

Gretchen : Ca manque de jeunes garçons beaux et bien élevés. Viens goûter mon grole (c'est ce que j'ai compris)

Dawson : Je viens, j'arrive.

Gretchen : D'accord. (Elle va pour partir, puis se retourne) Ca va ?

Dawson : Oui, oui. Très bien. Je ... Je réfléchissais.

Gretchen : A quoi ?

Dawson : A notre conversation d'hier soir. Qu'est-ce qui m'arrive ? Je suis sur le point de m'inscrire dans la meilleure école de cinéma, et je ne suis pas sûr de vouloir y aller. Pas sur de mériter d'y rentrer .

Gretchen : Tu sais à quoi tu me fais penser ?

Dawson : Non ?

Gretchen : A quelqu'un qui vient de rompre avec sa copine. Et qui est ravi d'avoir rompu, enfin c'est ce qu'il dit. Quelqu'un qui n'arrête pas de répéter qu'il est bien mieux sans elle. Mais l'ennui, c'est qu'il n'arrête pas d'en parler. Car finalement, tout tourne autour d'elle. Tu aimes cette fille Dawson.

Dawson : Aussi étrange que ça puisse paraître ça ne l'empêche pas de continuer à me faire du mal.

Gretchen : Oui mais peu importe. Tu bloques sur cette question, tu n'arrives pas à y répondre. Et tu crois qu'il existe une réponse idéale, ce n'est pas le cas. Si tu admettais tout simplement que tu aimes le cinéma, tout deviendrai limpide, et tu serais réconcilier avec cette partie de toi même qui refuse le cynisme quelqu'en soit le motif et tout le monde se retrouverait entoi. On se retrouverai dans ce coeur immense et tellement généreux. Sois toi même. Tu viens goûter mon grole ?


Yacht Club - Joey est debout parlant à une fille.

Fille : Et je ne passe plus mes nuits à me demander pourquoi j'étais 3ème. Il m'arrivait de me tourner, de me retourner toute la nuit en me demandant pourquoi ? Pourquoi j'étais 3ème et pas 1ère ? Ou même 2ème ? 3ème ! Tu re rends compte ? Toi t'as quelle place ?

Joey : 4ème.

Fille : Oh. Mais c'est génial. 4ème c'est très bien (Remarquant Drue faisant le service) Oh ! Un beau mec ! Mon verre est vide ça ne va pas du tout (elle verse sa boisson dans une plante).

Joey : Je vais m'en occuper.

Fille : Tu plaisantes. S'il vous plaît ? S'il vous plaît ? S'il vous plaît ? (Drue arrive.)

Drue : Oui, c'est à quel sujet ?

Fille : Je voudrais un soda club avec du citron. Et pour toi Joey ?

Joey : Rien. Merci.

Drue : Joey Potter. J'en profite pour te remercier d'avoir gâché ma soirée.

Joey : Je préférais qu'on en parle un autre jour .

Drue : D'accord. Rendez-vous à minuit quand ton carrosse redeviendra citrouille. (À la fille) Mademoiselle, Joey est une de nos meilleures serveuses. C'est gentil de la prendre sous votre aile.

Fille : Oh. Euh ... Excusez moi je viens d'apercevoir une amie qui fait partie du conseil d'administration, je vais la saluer. (s'adressant à Dru pour la laisser passer) Pardon ?

Drue : Je vous en prie. (Elle part) Avoue que cette fois tu es prête à me fusiller ? (Elle place son verre sur son plateau et part ) Oh, plus tard. Trop de témoins.


Maison des Leery - Jen est dehors sous le porche. Mlle Watson, la conseillère d'éducation du Lycée la rejoint.

Conseillère : Tu as réussi !

Jen : Quoi ?! Non.

Conseillère : Si tu as réussi. Et tes dissertations sont excellentes. Bravo.

Jen : Vraiment ?

Conseillère : Oui, excellentes. Tu peux être fière de toi.

Jen : Mais vous pouvez me dire ce que j'ai fait ?

Conseillère : J'ai eu tes inscriptions à temps. Tu feras de grandes études Jen Lindley. Bonne soirée. (elle s'en va)

Jen : (complètement perdu, se demandant ce qui se passe) Ouais. Euh ...


Yacht Club - Pacey et Joey sont assis à table avec Walter, Mme Valentine et d'autres invités.

Walter : Vous êtes bien silencieuse, Mlle Potter.

Joey : Je crois que je ne réalise pas encore.

Walter : Parlez nous dont un peu de vous et de vos ambitions

Joey : (nerveusement) Euh ..., je n'ai rien à dire de spécial. Je suis comme toutes les filles de mon âge.

Walter : J'ai étudié attentivement votre dossier, et je sais que vous avez une passion pour les beaux arts. Ce n'est pas le cas de tout le monde. Avez vous vu le Guggenheim ?

Joey : Non, mais je rêve d'aller visiter New-York. (Mme. Valentine sort un rire pincé)

Drue : (Dru qui est à côté de Joey) Le nouveau musée Guggenheim à Bilbao. En Espagne. (Joey semble mortifié)

Walter : Exact. Enfin. Peu importe. Ce qui est remarquable, c'est le bâtiment lui-même. Oui il faut le voir. Ce musée est absolument stupéfiant. Il s'agit d'un mélange exceptionnel, une oeuvre d'art architecturale. Bien sûr ça mérite de faire le déplacement.

Pacey : Ca dépend. Moi ça me fait penser à un énorme artichaut. (Walter, Joey et Mme. Valentine se tournent vers lui sous le choc.) Je ne plaisante pas. (Joey est vraiment très mal à l'aise, complètement figée)

Walter : Vous y êtes allé ?

Pacey : Oh, non. Mais mon frère achète des magazines qui parlent d'architecture, de décoration, il adore ça. Et .. quand je passe chez lui, je les ouvre, et c'est là que j'ai vu l'énorme artichaut. (Tout le monde continue à regarder fixement Pacey)

Walter : (partant dans un fou rire) Un énorme artichaut ! Vous avez raison, ça ressemble à un artichaut ! (Tout le monde commence à rire mais Joey n'est toujours pas à l'aise.)


Maison des Leery - Dawson est à l'extérieur à l'endroit ou il y a des bancs blancs. Il allume les guirlandes décoratives qui recouvrent les plantes. M. Brooks s'approche. Il porte un livre.

M. Brooks : Ah, M. Leery.

Dawson : (étonné) M. Brooks ?

M. Brooks : En voilà une joli fête, hein ?

Dawson : Oui. Voulez-vous entrer ?

M. Brooks : Non, non. Je n'aime pas trop la foule.

Dawson : C'est drôle je m'y attendais. Qu'est-ce que je peux faire pour vous ? (Il lui remet le livre) "Kiss Kiss Bang Bang".

M. Brooks : Maurine Kayle. Le Meilleur critique de cinéma que je connaisse. Elle vous dira tout bien mieux que moi.

Dawson : Elle dira quoi ?

M. Brooks: Elle dira pourquoi quand j'étais petit je passais tout mes samedis après-midi au Rialto. Pourquoi dès que j'ai eu fini mes études ici, j'ai sauté dans le premier train qui foncé vers Los Angeles. Pourquoi j'ai failli pleuré la première fois que je suis rentré dans un studio. Et pourquoi j'ai pleuré la première fois que j'ai dis 'Action'. Je suis vraiment désolé pour tout à l'heure. Vous avez titillé une plaie que le temps n'a guère réussi à refermer.

Dawson : Ca ne me regarde pas.

M. Brooks : 1956, Louie B. Mayer me convoque dans son bureau, il a une brillante idée. Il veut engager mon meilleur ami et ma fiancée dans mon nouveau film, "Turn away my sweet". Je reconnais que je supporte le casting. On commence le tournage, je suis absorbé, concentré et puis passionné. Je ne m'aperçois pas de ce qui se passe sous mes yeux. Mon meilleur ami tombe amoureux de ma fiancée. Je m'en aperçois, il est trop tard. Elle est déjà loin. J'ai encore la moitié du film à diriger. Vous vous rendez compte ?

Dawson : J'imagine que ça du être un vrai cauchemard.

M. Brooks : Oui, ça m'a dégoûté de tout. De tout le monde, de ce métier. Le film terminé, j'ai sauté dans le train. Je suis revenu à Capeside. Et j'ai essayé d'oublier. J'ai changé de vie. j'ai choisi une vie tranquille. (Il commence à partir)

Dawson : M. Brooks ? M. Brooks ?

M. Brooks : Quoi ?

Dawson : Je vous en prie entrez 5 minutes ?

M. Brooks : (il y pense) Hmm. (Il suit Dawson) Pourquoi voulez vous faire des films ?

Dawson : L'amour ça ne s'explique pas. On aime c'est tout.

M. Brooks : Que Dieu vous aide.


Yacht Club - Salle à manger. Tout le monde est parti sauf Walter, Pacey et Joey. Joey est assise tranquillement buvant son café tandis que Pacey est assis À côté de Walter, racontant une blague.

Pacey : ... Et alors le rabbin dit, "Rectum ? J'ai failli le tué à l'instant !" (Walter rit) Elle est bonne ?

Walter : (toujours mort de rire) Oh oui, excellente. Joey, je ne savais pas que vous aviez un petit ami aussi sprituel.

Joey : Moi non plus.

Walter : Nous manquons d'éléments comme vous à Worthington. Pourquoi ne vous êtes vous pas inscrit ?

Joey : C'est vrai tiens, pourquoi ?

Pacey : Euh ... Je ... Pour être honnête, je viens d'une famille profondément gauchiste. Alors pour moi, c'est Yale ou rien.

Walter : Et bien sachez que nous le regrettons.

Joey : Pacey, je peux te parler une seconde ?

Pacey : Je t'écoute.

Joey : À l'extérieur. Excusez-nous. (Elle lui prend la main et sortent) J'en reviens pas que tu aies fais ça.

Pacey : Que j'ai fait quoi ?

Joey : Tu as menti.

Pacey : Qu'est-ce que tu racontes ?

Joey : On fait tout pour prouver qu'on est motivé, et monsieur sort un mensonge gros comme lui.

Pacey : Joey, est-ce que tu veux bien me laisser parler ?

Joey : Pourquoi est-ce que tu veux toujours impressionner tout le monde ?

Pacey : T'as fini ?

Joey : Je viens de me rendre compte que je ne savais rien de toi.

Pacey : Ce que j'essaie ...

Walter : (s'approchant, et les interrompant) Excusez-moi Pacey ? Excusez-moi ? J'aimerais vous présenter le doyen. Vous permettez, Joey ?

Joey : Oh ! Bien sûr.

Pacey : Avec plaisir.

Walter : (s'éloignant avec Pacey) C'est un homme formidable. Un vieil ami. Racontez lui l'histoire ...

Pacey : ... Des deux rabbins (Joey reste seule sur le dock. Elle s'appuie sur la barrière et soupire.)


Maison des Leery. Jack entre dans la maison, Jen le rejoint.

Jen : Jack ?

Jack : Salut.

Jen : Je croyais avoir été suffisamment clair ?

Jack : Quoi ?

Jen : Il me semble t'avoir déconseillé de te mêler de mes affaires ?

Jack : Oh Jen.

Jen : Tu n'avais absolument aucun droit de faire ça.

Grand-mère : (s'approchant) Il avait tout les droits. Et moi aussi.

Jen : Je n'ai pas besoin qu'on vienne me sauver. Je n'ai pas du tout envie de faire des études. Alors s'il vous plaît laissez moi tranquille.

Grand-mère : Tu veux aller à l'université, j'en ai la ferme certitude et tu n'as effectué aucune démarche.

Jen : Qu'est-ce que tu en sais ?

Grand-mère : Je le sais. Tu n'as fait aucune démarche parce que tu refuses l'aide de tes parents pour l'inscription.

Jen : J'y ai réfléchis depuis des mois. C'est impossible, impossible. Je ne peux pas leur demander d'argent.

Grand-mère : Je ne te le permettrais pas. Ecoute moi bien, je comprends que tu n'aies pas eu envie, que tu n'es pas jugé bon de venir m'en parler. Mais je veux que tu saches. Je veux vraiment que tu le saches. Jennifer, même quand tu me déçois, quand je suis en colère contre toi, je suis avec toi et je serais toujours, toujours là pour toi. Tu feras de vraies études, tu iras à l'université. Je suis prête à mendier, à voler pour ça, si il le faut. Tu es pour moi ce qu'il y a de plus important au monde. Je t'aime plus que tout.

Jack : Jen ! Moi aussi je t'aime beaucoup, alors ...

Jen : Oh ... (ils se prennent tout les trois dans les bras)


Yacht Club- Les docks. Joey est appuyée contre la barrière, elle couvre son visage avec ses mains et sanglote. Walter approche.

Walter : Et bien Joey.

Joey : (Elle nettoie son visage) Oh, M. Kubelik. Euh ... Désolée. Je dois m'excuser.

Walter : Vous excusez ! Mais pourquoi ?

Joey : Vous êtes énormément déçu je le sens. Mais en fait, ... C'est un univers tout nouveau pour moi. Je ne sais pas comment me comporter, ce que je dois dire. Je ne suis pas tout à fait à l'aise, je dois vous l'avouer ...

Walter : Joey, vous n'avez rien à vous reprocher. Votre dossier parle pour vous et il est excellent. Vous êtes une jeune fille brillante qui a de l'avenir. Vous n'avez pas l'habitude des mondanités, mais ça sa n'est pas une tare. Et un autre point plaide aussi en votre faveur, le choix de votre petit ami. Exceptionnel. Il n'a pas cessé de venter vos mérites auprès du doyen. Il a insisté sur le fait que vous l'avez aidé et transformé à tel point qu'il ne peut envisager une autre vie qu'avec vous à ses côtés. C'est si rare, si rare de pouvoir dire autant de bien d'une autre personne. Pour être avec un garçon exceptionnel il faut être une fille exceptionnelle.


Maison des Lerry - Jack et Jen sont assis sur les escaliers en train de boire quelque chose.

Jen : Et où je me suis inscrite ?

Jack : On a opté pour, Brun, Columbia, Emmerson et Sarah Lawrence. Oh, et BU.

Jen : Chouette.

Jack : Je me suis servi de ton ordinateur bien sûr. En fouillant bien j'ai trouvé ton exposé sur le droit de vote des femmes. J'ai fait une belle disserte.

Jen : Ah ouais ? Tant mieux.

Jack : Ouais. Et j'suis tombé sur ton journal.

Jen : (elle commence à penser, probablement à ce Jack aurait pu lire de gênant sur elle) Oh.

Jack : (nonchalamment) Je savais pas que tu rêvais aussi souvent de moi.

Jen : (genée, elle se lève et prend sa tasse) Tu en veux un autre ? (Elle se lève et part)

Jack : Ouais. Sers moi un bon grole.


Maison des Leery - M. Brooks est assis au piano. Grand-mère est debout tout près parlant à quelqu'un. Elle se tourne pour partir lorsqu'elle remarque M. Brooks. Il sourit d'un air un peu idiot et lui fait coucou d'une main.

Grand-mère : Vous ici ?

M. Brooks : On se connaît ?

Grand-mère : Vous savez très bien que nous nous sommes déjà rencontrés. Je vous ai vu menacé Dawson Leery, hurlé sur ce pauvre garçon, et tout ça parce qu'il avait endommagé votre vieille épave. Une petite crise de nerfs en somme.

M. Brooks : Je m'en souviens. Et vous m'avez remis à ma place. J'admire l'autorité chez une femme.

Grand-mère : Oh, vous croyez encore en votre charme, n'est-ce pas ?

M. Brooks : Parfaitement, oui. Certains jours.

Grand-mère : Je crois plutôt que certains jours, votre vieil esprit vous joue des tours. C'est compréhensible. Vous prenez de l'âge.

M. Brooks : J'ai crié sur ce gamin parce que j'ignorais, ne le connaissant pas, qu'il était loin d'être idiot. Il est seulement sans gêne.

Grand-mère : Oui, et bien prenez le temps à l'avenir d'apprendre à connaître les personnes avant de porter un jugement.

M. Brooks : Vous devriez en faire autant.

Grand-mère : Peut-être bien. (Elle incline la tête et s'en va. M. Brooks joue 5 notes sur le piano quand Dawson arrive vers lui en souriant.)

M. Brooks : Quoi ?

Dawson : Vous faites la cour à Mme Ryan.

M. Brooks : Ha ! C'est ridicule !

Dawson : De loin c'est ce que j'ai cru voir.

M. Brooks : Si ça avait été le cas, je vous aurai invité à vous asseoir pour prendre une leçon ou deux.

Dawson : (rires) Y'a pas de mystère, je comprends que vous ayez fait ce métier. Comment satisfaire un tel ego autrement.

M. Brooks : Écoutez, ce n'est pas parce que je vous ai fait quelques aveux, qu'il faut me considérer comme votre copain.

Dawson : Je le saurais. Mais j'ai quelque chose à vous dire.

M. Brooks : Oui ?

Dawson : Je suis prêt à refaire un film.

M. Brooks : Oh, fini la remise en question, adieu la crise de confiance.

Dawson : Oui, c'est ça moquez vous de moi.

M. Brooks : Je vais prévenir la presse. Bon, et peut-on savoir quel sera le sujet de votre prochain film ?

Dawson : Vous.

M. Brooks : Excusez-moi ? Est-ce que vous pourriez répéter, j'ai mal entendu ?

Dawson : Mon prochain produit aura pour sujet l'histoire de votre vie. Nous en reparlerons. Bonne soirée.


Yacht Club - Pacey est dans le réfectoire à côté de la cheminée quand Joey s'approche. Elle le prend dans ses bras immédiatement.

Pacey : J'accepte tes excuses.

Joey : Je ne me suis pas excusée, Pacey.

Pacey : Non mais t'en avais l'intention.

Joey : Comment ça ?

Pacey : Tu comptais t'excuser de m'avoir envoyer promener tout à l'heure.

Joey : Tu es un peu fautif. C'est toi qu'a menti.

Pacey : Tu t'es pas demandé si par exemple je ne l'aurais pas fait pour toi ?

Joey : J'aimerais que tu m'expliques en quoi tes mensonges pourraient m'être bénéfiques ?

Pacey : Bein, finalement je voulais que ces gens te regardent comme moi je te regarde. Au moins ce soir. Qu'il voit cette fille, cette femme, plus de classe, d'intelligence, de beauté, et de grâce que en n'importe quelle autre femme vivant sur cette planète. Bon et puis j'avoue que je réagis trop spontanément, je fais pas attention à ce que je dis, mais ça c'est parce que je t'aime comme un fou. En fait le plus inquiétant dans l'histoire, c'est que je pense tout ce que je dis. (Il l'embrasse sur le front)

Joey : Pardon, Pacey. Moi je voulais impressionner tout ce beau monde. Faire semblant d'y appartenir, et j'étais complètement pétrifiée.

Pacey : Qu'est-ce que ça peut faire ?

Joey : C'est important ! Je voulais briller ce soir, t'imagines pas à quel point et enfin de compte c'est toi qui te fait remarquer et c'est toi qu'on admire.

Pacey : Parce qu'il n'y avait aucun enjeu pour moi, j'étais détendu, j'avais rien à prouver à ces gens là. Quoi qu'il en soit cet univers est en train de t'ouvrir ses portes, d'accord ? Dès que tu y auras mis les pieds, tu auras l'impression d'y appartenir, d'y avoir vécu toute ta vie. Et quoi qu'il arrive ensuite, dis toi que c'est toi qui leur fait une faveur. Pas le contraire.

Joey : Ta maman mérite une médaille.

Pacey : Ma mère ? Oh, et pourquoi ?

Joey : Pour avoir élevé un garçon parfait. Excuse moi j'avoue que je réagis trop spontanément, mais ça c'est parce que je t'aime. Je t'aime comme une folle. Et le plus inquiétant dans cette histoire c'est que je pense tout ce que je dis. (Ils s'embrassent)

Pacey : Bon. Qu'est-ce que tu dirais de continuer à se lancer des fleurs dehors sur la route ? Oui, y'a un endroit où on se sentira plus chez nous. D'accord ?

Joey : D'accord. Merci. (ils sortent)


Maison des Leery - Dawson s'appuie contre le montant de porte (où se trouve le Guy). Ils observent ses parents. Gretchen le rejoint.

Dawson : Hé. C'est formidable ce que tu as fait. Désormais je ne me souviendrais plus ce que j'ai eu à Noël, mais je garderais le souvenir de ma mère et de mon père heureux comme jamais. Merci Gretchen

Gretchen : C'est complètement égoïste de ma part. Ce genre de fête me ramène à l'époque quand tout étais moins compliqué.

M. Brooks : (ne faisant que passer et faisant référence au Guy accroché au-dessus d'eux) Arrêtez de bavarder et embrassez la.

Gretchen : (rires) Le baiser sous le guy.

Dawson : Je ne connais rien aux traditions.

Gretchen : Allons y au moins se sera fait.

Dawson : Tu crois ?

Gretchen : C'est la tradition, Dawson. Et on ne joue pas avec la tradition.


Ils s'embrassent au même moment où Pacey et Joey entrent dans la pièce. Ils ont tout d'abord un grand sourire sur les lèvres, et en voyant Gretchen et Dawson s'embrasser, leurs visages s'assombrissent d'étonnement.

Fin


Un grand merci à Olivia pour ce script !
[Dawson's Room - Gretchen lays on the bed on her stomach facing the TV and Dawson leans against it sitting on the floor. They are watching an old black and white movie as it comes to an end. It's directed by A.I. Brooks.]

Dawson: Wow.

Gretchen: Wow, look at the hidden treasure I've unearthed, or wow, there's 87 minutes of my life I'd like back?

Dawson: I wanted to hate it. I really did, but… I can't. I mean, this is… the heart breaking work of a… staggering genius.

Gretchen: Wait a second, are you trying to tell me that "Turn Away My Sweet" is the product of a genius?

Dawson: As much as it pains me, yeah.

Gretchen: I don't know, Dawson. All I saw was some formula gangster movie. I mean, I'm still picking the pulp out of my teeth.

Dawson: It was pulpy, and it was by the numbers. But underneath all the hard boiled (missed words?), was this great big, thumping heart. I mean, this is a love story aspirating as a genre piece.

Gretchen: Dawson, the girl hired the guy to kill her. How is that a love story?

Dawson: Because just when she had given up on love, he came into her life.

Gretchen: And he tried to kill her.

Dawson: Right, but he couldn't cause he fell in love with her. Right when she'd given up and stopped looking, she stumbled into her own fairy tale. It's brilliant.

Gretchen: I don't know. If you ask me, Tarrentino does this stuff a lot better. And in color.

Dawson: (laughs) Now you've completely proven my point even more for me.

Gretchen: Which is?

Dawson: A.I. Brooks was way ahead of his time.

Gretchen: I like you like this.

Dawson: Dare I ask what this is?

Gretchen: Passionate, opinionated, irritating even.

Dawson: Why did he stop?

Gretchen: Well, someone could ask you the same thing. I mean, when I left for college, you were like this unstoppable force of film geek energy. I mean, you were all Spielberg this and Hitchcock that. I come back and film is like this unfinished project you've sorta stuffed in your closet. Which begs the question, what ever happened to the talented young filmmaker, Dawson Leery? Why did he stop and where is he now? (Opening credits.)

[Capeside Yacht Club - Joey is sitting up on a dock working on her homework. Mrs. Valentine walks up.]

Mrs. Valentine: We're not paying you to study for your GED, dear.

Joey: Mrs. Valentine, it's 3:45, which means I'm early. 15 whole minutes to do with what I please. And why is it so hard for you to remember that I go to school with your son?

Mrs. Valentine: Yes, and speaking of things I just as soon forget, I ran into your sister, Becky, at the drugstore. Clearly not there to pick up any contraceptives.

Joey: It's Bessie.

Mrs. Valentine: Oh, well that's important, isn't it dear? (a man walks up) Walter!

Walter: Mrs. Valentine.

Mrs. Valentine: What can I do for you, Walter?

Walter: Oh, I just wanted to make sure everything's was in order for Saturday night.

Mrs. Valentine: Oh Walter, we are in tiptop shape. We are fully stocked, and fully staffed and I was just about to tell little Joey Potter here that her Saturday night off is now a Saturday night back on.

Joey: But…

Mrs. Valentine: Joey. In addition to being one of the club's handsomest members, Mrs. Kubleck is also the alumni rep for Worthington. Saturday night he's hosting a networking party for promising new applicants. And I'm going to need you to help wait on them.

Joey: I can't.

Mrs. Valentine: So you're quitting then?

Joey: No.

Mrs. Valentine: Oh, you've gone insane.

Joey: Look, Mrs. Valentine. I will be there.

Mrs. Valentine: Yes, you will. Now Walter, where were we?

Joey: I don't think you're understanding me, Mrs. Valentine. I will be there, at the party… as a guest. (Mrs. Valentine laughs.)

Walter: Oh, wait a minute. You're Josephine Potter? Pleasure to meet you. Your essay was outstanding. Mrs. Valentine, this young lady is one of our most promising applicants.

Mrs. Valentine: Oh…

Walter: I would appreciate it if you gave her the evening off and sat her at my table.

Mrs. Valentine: Of course, Walter, anything you want. It's just… I just don't know who we're going to get to replace her. Joey's such a shining member of our wait staff.

Joey: (with a smirk) Well, there's always Drue.

Mrs. Valentine: (clearly put in her place) Yes. Yes.

[Leery's Fresh Fish - Dawson sits at the bar typing on a laptop. Mitch, Gail, Gretchen and some others are decorating the place.]

Dawson: 'Kay guys… Historic moment. I am finishing my very last essay for my very last college application - USC Film School. And I… am… done!

Gail: Congratulations, honey.

Mitch: Yeah, we're proud of you.

Gail: And now you're free to relieve your pregnant mother of her light stringing duty.

Gretchen: Wow, could it be? Could this mean it's time for the annual Leery holiday party? (Mitch and Gail turn towards each other and look down at the ground uncomfortably) Oh, did I just say something wildly inappropriate?

Gail: Oh, no. Not at all, honey. It's just…

Mitch: We haven't done that in awhile.

Dawson: (walking up) Let me decode. Haven't had a Christmas party the past couple years because Mr. and Mrs. Leery have been busy riding a roller coaster, otherwise known as their relationship.

Gretchen: Oh. Well that's too bad. I love those parties.

Gail: It just seems a bit overwhelming at the moment with…

Mitch: The baby.

Gail: And the restaurant.

Gretchen: Okay, let's make a deal. You have the party and I take care of everything. I will cater, I'll decorate, I'll even call all the guests. Oh, come on, please? You gotta let me.

Gail: (she looks at Mitch and he seems to agree) Well, sweetheart, if it means that much to you…

Gretchen: Thank you, thank you, thank you! (Mitch and Gail walk off. Dragging Dawson off…) We have got a lot of work to do.

Dawson: What about the part you said about you doing everything?

[Jen's Room - she sits on her bed knitting. Grams walks Jack into the room and turns her stereo down. When Jen hears the music turn down, she turns to see Jack.]

Jen: (to Jack) Will.

Jack: (to Jen) Grace.

Grams: Can I get you anything, Jack?

Jack: No, no thanks, Grams. (Grams doesn't even look at Jen, and walks out.)

Jen: (after Grams is completely out of the room) Nothing for me, I'm fine, thank you.

Jack: (laughing and jumping on the bed) What's that all about?

Jen: That, my dear, is the external manifestation of Grams' extreme disappointment in me for that whole ecstasy incident.

Jack: She's still stuck on that, huh?

Jen: Yeah. Not a word in weeks. Which makes the house that Grams built a bit chilly at the moment.

Jack: Ah, she'll get over it. She always does. (he flips off the bed and takes a seat in a chair)

Jen: Whatever. Do you wanna do something? Do you wanna go see a movie?

Jack: Uh, yeah. Yeah, I'd love to. Perfect way to celebrate, actually.

Jen: Celebrate?

Jack: Finished my applications today. Just handed them in to Miss Watson. And the essay part almost killed me. If I ever in my life have to write about where I see myself in 10 years, I'm gonna have to say dead. Because the prospect of writing about it will have driven me to suicide.

Jen: (quickly) Good. That's great. Awesome. Congrats. 'kay, so what are we going to see? You know what? I want to see that gay one with Dean Cain. All the reviews are calling it St Homo's Fire. Sounds awesome. What do you say?

Jack: (hesitantly) Yeah, yeah, sounds good. Let me ask you something.

Jen: Hmm?

Jack: You finish your applications yet?

Jen: Yeah, pretty much, why?

Jack: How much is pretty much?

Jen: I just have the essay part left.

Jack: I talked to Miss Watson and she mentioned something about not getting anything from you. And I said, come on, Jen Lindley, that's crazy. She's all about higher learning.

Jen: Totally.

Jack: Okay, so where'd you apply?

Jen: A bunch of places.

Jack: Come on, Jen, what's with all the vague answers here?

Jen: Hey Jack, what's with all the annoying questions?

Jack: You know there's a deadline that's quickly approaching?

Jen: Don't worry about it. I'm totally fine. (pause) You know, I have to say, I'm kinda not in a movie mood after all. Can we catch up later?

Jack: (getting up to leave) Yeah. Sure.

Jen: I'll give you a call.

Jack: Yeah.

Jen: Bye.

Jack: Bye. (Jen turns the radio back up.)

[Grams Kitchen - she is decorating cookies as Jack walks in.]

Jack: Grams. Do you think you can do me a favor?

Grams: Anything. Of course. Cookie?

Jack: Yeah. Thanks. (she hands him one and sprinkles extra sprinkles on it) Extra sprinkles. Do you think you can talk to Jen?

Grams: Anything but that.

Jack: Look, I know the two of you aren't on the best of terms at the moment. But I'm worried about her. I have this feeling that she hasn't filled out any of her college applications. She's not talking about it. So I thought maybe you could talk to her.

Grams: No, no… Jennifer is a big girl. God knows I've tried long and hard to aid her in making the right decisions. But she neither wants nor appreciates my help. So the only thing left for me to do is to let her make her own mistakes. If the girl chooses to drag her heels about college, so be it. She is on her own.

[Capeside Yacht Club - Dining Hall. Mr. Brooks sits alone eating at a table next to the window. Dawson walks over and takes a seat across from him.]

Dawson: So, have you seen any good movies lately?

Brooks: I saw a picture called Star Wars awhile back. I didn't get it.

Dawson: Star Wars came out in 1977.

Brooks: Like I said, it was awhile back.

Dawson: I saw a great film last night.

Brooks: Bully for you.

Dawson: It was this incredible fusion of film noir, black comedy and love story. What was the name it… "Turn Away My Sweet".

Brooks: Think you're very clever don't you?

Dawson: How am I supposed to deal with this? I mean, how am I suppose to deal with the fact that the grumpy old man who basically forced me into indentured servitude, turns out to be a cross between Sam Fuller and Cameron Crowe.

Brooks: Cameron Crowe?

Dawson: Uh, 'Fast Times at Ridgemont High', 'Say Anything?', 'Jerry Maguire'…

Brooks: Never heard of him. Fuller, God rest his soul… he did some good pictures.

Dawson: And… so did you, Mr. Brooks. I've seen everything I can get my hands onto. Your films are… they're amazing. You're like this true American primitive. I have so much respect for what you've done.

Brooks: Well, Mr. Leery, they're not films, they're pictures. Second of all, they're not amazing, they're hackwork. Third of all, I'm uncomfortable with this newfound respect you have for me.

Dawson: You can play the (missed word?) all you want, A.I. Brooks, but you can't fool me.

Brooks: Well, that's a load off.

Dawson: I saw those movies and the man responsible for them obviously cares a great deal about things that matter. Things like love and death and morality and honor.

Brooks: The man responsible for them cares a great deal about eating his Chilean sea bass in piece.

Dawson: 'kay. I just want to tell you that your pictures really had an impact on me. I thought you might want to hear that.

Brooks: Hmm. That's enough with the kind words, Mr. Leery…

Dawson: Can I… Can I just ask you about the chemisty between your two leads in "Turn Away My Sweet", it was incredible. It was like they practically jumped off the screen.

Brooks: Listen, I am old. And I reserve the right to eat my dinner in peace. So kindly remove yourself from my general vicinity. (Dawson sighs and leaves. Mr. Brooks sighs and throws his fork down.)

[Clothing Shop - Joey is smoothing a dress down that she has tried down as she looks in the mirror. She sighs then walks over to Gretchen who stands near a clothing rack.]

Joey: Well?

Gretchen: The girl can't help it. She's beautiful.

Joey: Do you think it's too much?

Gretchen: Only if Pacey wears his camouflage pants.

Joey: Which isn't exactly outside the realm of possibility. I do feel kinda bad about dragging him to this thing.

Gretchen: You're not dragging him to anything. You need his support. I'm sure he gets that.

Joey: Yeah. Yeah well. I just… I don't want him to feel out of place.

Gretchen: Joey, my brother is nuts about you. I think he plans to make a career out of being in close proximity to you. Just don't let him do that nervous joke telling thing that he does. You are however going to miss a great party at Dawson's house.

Joey: Dawson Leery's having a party?

Gretchen: Not so much. I talked Mitch and Gail into letting me organize their holiday party.

Joey: Really? I love those. I mean, they've been a part of my life since I was like, 5 I think. And they always put me in just the right mood for the holidays. Which is kinda weird considering Dawson and I would pretty much just hide up in his bedroom and watch old movies.

Gretchen: Which has it's own distinct charms. I mean, Dawson is one of those rare guys that can make popcorn and a rent video seem like an event.

Joey: I know what you mean.

Gretchen: You're going to do great, Joey.

Joey: Huh?

Gretchen: Saturday night. You're going to do great.

[College Advisor's Office - Dawson sits across from Miss Watson.]

Advisor: Good job, Dawson, getting all your applications in. I just have a couple questions.

Dawson: Okay.

Advisor: Why do you think you want to be a filmmaker?

Dawson: Doesn't my essay pretty much cover that?

Advisor: See that's the problem, Dawson. It doesn't. You spend 5 pages rather eloquently skirting the essay question, why do YOU want to be a filmmaker.

Dawson: Well, it's a pretty difficult question to answer.

Advisor: And USC is a difficult school to get into. There are thousands of students, just like yourself, hoping against hope at a chance to study at one of the best film schools in the country. So, I'm thinking… you might want to shoot for greatness here. In other words, Dawson, do better. (she hands him his essay back)

[Capeside High - Hallway. Joey and Pacey are walking through it between classes. Pacey is wearing some great camouflage pants!]

Pacey: Do we have to?

Joey: Yes, Pacey, we have to.

Pacey: Have you thought about hiring an escort? Cause from what I'm told you can't take me anywhere.

Joey: I called around, but they're all out of socially presentable man meat.

Pacey: Well, what if I just broke up with you? Hmm? I mean, what would you do then?

Joey: Do what you have to do. You're still coming with me.

Pacey: Fascist.

Joey: Scardy cat.

Pacey: Are we at least going to have a good time?

Joey: My guess is, no.

Pacey: Then why can't we just say nay to the whole idea of hanging out with the prep school contingent, and go over to Mitch and Gail's party?

Joey: Because, Pacey, that would severely diminish my chance for getting into college.

Pacey: Well, you put it that way…

Joey: Please?

Pacey: Yes.

Joey: You know how important this party is to me.

Pacey: Yes, I know.

Joey: And being in a relationship means that sometimes we do have to do things that we don't particularly enjoy for that other person. You know, for me that would be Sunday dinners with your parents.

Pacey: Well, hold on. Do you think that I enjoy those dinners for one second? For the record, we can stop those at any time.

Joey: I know, but you're still trying to get out of this party.

Pacey: I really am, is it working?

Joey: It's like watching a train wreck. (she gives him a smoochie, grabs his hand and wraps it around her as they continue on to class.)

[Gram's kitchen - she is pulling wrapped gifts out of a box as Jen walks in.]

Grams: These are for you, Jennifer. From your mother and father.

Jen: Ooh, (missed words? Grams hands her two boxes, one shirt box and one tiny) Oh, I tell you what. (opens the fridge to look for food and points to the big box) That, is a sweater from mom. From Barneys. But it was hand picked by the maid. (she grabs the small one and shakes it) Yeah, jewelry. Jewelry, probably from dad, and I'll bet that it was thrown back in his face by his slutty secretary who did not appreciate being paid for services rendered. Remind me to send them a thank you card.

Grams: Why don't you just take them upstairs and open them in your room.

Jen: You know what, I got a better idea. Why don't you take them to Goodwill. Donate them to somebody who cares.

Grams: That is not an appropriate attitude for the holidays, child.

Jen: Yeah, well, Merry F'ing Christmas.

Grams: Jennifer! You are quite possibly one of thee most spoiled, self involved brats I have ever had the displeasure of dealing with.

Jen: You know, you're absolutely right. Why don't I just go to my room?

Grams: While you're there, why don't you take the time to fill out a couple of your college applications.

Jen: Right, of course. Anything to get me out of the house quicker, huh?

Grams: That is not what I meant.

Jen: So, what, trying to light a fire under me? I'm sorry but you haven't spoken some much as a complete sentence to me ever since I disappointed you. So you don't get to instill me with motivation. You don't get to discuss my future. You lost that right when you wrote me off. (she slams her gifts into the refrigerator and storms off to her room.)

[Leery Residence - Dawson and Gretchen sit in the living room. The house is partially decorated.]

Gretchen: Dawson, I don't know why you're having such a problem with this. I mean, just tell them the truth.

Dawson: The truth being what exactly?

Gretchen: That filmmaking will provide you with everything that a young man could ever want or need. Three picture deal with Columbia and a spot just high enough on the Premiere power list to bag yourself one of the girls of the WB.

Dawson: (laughing) Moments like this, it becomes glaringly obvious just how related to Pacey you really are.

Gretchen: Come on, take a break. Help me hang the mistletoe.

Dawson: Okay.

Gretchen: Why don't you ask Mr. Brooks?

Dawson: Ask Mr. Brooks for what?

Gretchen: For help on your essay.

Dawson: I don't think so. I told the guy I liked his movies and he practically took my head off.

Gretchen: Oh, Dawson, say what you want about his mercurial mood, but the guy is a resource. Take advantage of him. He's probably one of the only guys you've met who's a real life filmmaker. Maybe a conversation with him will clear your head. Get rid of the cobwebs. (he helps her hang the mistletoe)

Dawson: Is there a point to what we're doing?

Gretchen: Who cares? It's tradition. And you don't monkey with tradition.

Dawson: I never had you pegged as a traditionalist. It's cute.

[Dawson's dock - Grams and Jack are taking a stroll.]

Grams: Actually, you were right. She hasn't filled out one application and she's not going to.

Jack: Well, maybe we can talk to her. Gang up on her.

Grams: That won't work. I know my granddaughter. She's far too stubborn to stand for anything even resembling an intervention.

Yeah, well… Any better ideas?

Actually, I do. But I'm going to need your help.

[Mr. Brooks House - Dawson walks up and knocks on the door. Lively Christmas music can be heard playing inside.]

Dawson: Mr. Brooks? (he goes inside and knocks on the wall outside the parlor where Brooks sits) Mr. Brooks? (Brooks looks startled and turns the music off quickly.)

Brooks: Kid, you scared the crap out of me.

Dawson: Sorry, I knocked. You didn't hear me.

Brooks: Then why didn't you just leave?

Dawson: Uh, because I wanted to talk to you.

Brooks: If you came to ask me if I slept with Marilyn Monroe, you can crawl back from which you came.

Dawson: It's nothing like that. (pause) Did you?

Brooks: What is that I can do for you, Mr. Leery?

Dawson: I need some advice.

Brooks: Did you try the teen help-line? Well, this is clearly going to take longer than I hoped. I suppose I could give you a soda… Would you like a soda pop, Mr. Leery?

Dawson: No thank you. I'm fine.

Brooks: Alright, I'm ready to dispense with advice. Sit down.

Dawson: Um, well… I've gotta write this essay. An application to USC film school. And it's killing me. I can't for the life of me answer the question, 'Why do you want to be a filmmaker?'.

Brooks: Why do you, kid?

Dawson: Well, see, that's the problem. I'm having trouble putting it into words.

Brooks: If you can't do better than that, you might as well make out an application to McDonalds.

Dawson: Mr. Brooks, I need to know why you stopped making your movies.

Brooks: What does that have to do with anything?

Dawson: Because I stopped too.

Brooks: Well, that's a tragic loss for the arts.

Dawson: Mr. Brooks, I'm serious. You know, I was going full steam ahead, nothing was going to stop me, and then… life got in the way. I had what you might call a crisis of faith.

Brooks: Crisis of faith? You're kinda young for that, what are you, 15?

Dawson: 17.

Brooks: 17 and already had a crisis of faith.

Dawson: I thought we were beyond this. I thought we had moved on, but I guess not. I guess whatever happened to you made you the kind of person who would tear into a 17 year old kid who's only mistake was to acquaint talent with wisdom and kindness. (Dawson gets up and walks out. Mr. Brooks gets to his feet to almost stop him, but Dawson is long gone.)

[Capeside Yacht Club - Pacey and Joey walk in upstairs to the party that can be seen over the railing below.]

Pacey: You okay?

Joey: Sure.

Pacey: You know, we could always turn around, which would of course be incredibly cowardly.

Joey: It sounds incredibly appealing. (they walk down the stairs and Pacey has a huge grin on his face) You're grinning like an idiot.

Pacey: Yeah, I know, I can't help it.

Joey: Why?

Pacey: Because. I'm the only guy at this party who gets to walk in with Audrey Hepburn on his arm.

[Leery Residence - the party is under way and people are socializing. Mitch and Gail greet Jen at the door with hugs. Gail is HUGE and Jen comments about it, but we can't really hear her. She places her hands on Gail's stomach to feel the baby. Gretchen moves about the party looking for someone (Dawson). We see Grams in the background as Gretchen finally looks upwards. In Dawson's room, he's sitting on a chair holding his camcorder. Gretchen knocks on the door.]

Dawson: Come in. (Gretchen walks in)

Gretchen: Thought I might find you in here.

Dawson: Hey. How's the party?

Gretchen: Somewhat lacking in cute high school boys at the moment. Come try my eggnog.

Dawson: I'll be down in a minute. (she goes to leave, but turns back)

Gretchen: You okay?

Dawson: Yeah, yeah. I'm just thinking.

Gretchen: About?

Dawson: About what you said to me the other night. What did happen to me? Here I am applying to one of the best film schools in the country and I'm not even sure I want to go. I'm not even sure I deserve to go.

Gretchen: You know what you sound like, Dawson?

Dawson: What?

Gretchen: You sound like a guy who just broke up with this girl. And he's happy he broke up with her - at least he says he is. And he goes on and on about how much better off he is without her. But the thing is, he can't stop talking about her. Everything comes back to this girl. You love this girl, Dawson.

Dawson: And that, oddly enough, has not kept her from breaking my heart time and time again.

Gretchen: But that doesn't matter. I mean, you're trying so hard to answer this question. And you're thinking that there's some right answer and there's not. Maybe if you just admit that you love movies, the geek will resurface and you'll be able to reconnect with that part of you that won't tolerate cynicism under any circumstances. And people will respond to that. They will respond to that great big thumping heart of yours. Trust me. Now come try my eggnog.

[Capeside Yacht Club - Joey is standing and talking to some girl.]

Girl: And I will not lose any more sleep over the fact that my class rank was 3rd. I mean, it's like, I could toss and turn all night wondering what I did wrong, you know? Why I wasn't good enough for 1st. Or even 2nd? But 3rd? I mean, what is that? So, what did you place?

Joey: 4th.

Girl: Oh. That's good. Yeah, 4th is good. (noticing Drue serving) Oh! Cute boy! I do believe I need a refill (she pours her drink in a plant).

Joey: Let me get that for you.

Girl: Nonsense. Excuse me? Excuse me? Waiter boy? (Drue walks over. Joey keeps her back to him)

Drue: Yes, annoying girl?

Girl: Yeah, I'll have a club soda with a lime in it. Anything for you, Joey?

Joey: I'm fine, thanks.

Drue: There you are, Potter. I never got the chance to thank you for ruining my night.

Joey: I think we can probably talk about it another time.

Drue: Sure. How about midnight. Just in time to watch you turn into a pumpkin. (to girl) Did you know that Joey here is one of our finest waitresses. I think it's sweet how you've taken her under your wing.

Girl: Oh. You know what? I think I see this girl I know from boarding school, so I'm gonna go over and say hi. Excuse me.

Drue: Sure. (annoying girl walks off) How bad do you want to do me bodily hard right now? (she places her glass on his tray and walks off) Later. Too many witnesses.

[Leery Residence - Jen is out on the porch. Miss Watson, the college advisor sees her outside and goes out to join her.]

Advisor: You did it!

Jen: No I didn't.

Advisor: Yes you did. And your essays were wonderful.

They were?

Yes, they were. You should be very proud of yourself.

What did I do exactly?

You got your apps in on time. Higher education is yours Jen Lindley. Good job. (she walks off, leaving a very confused Jen)

Yeah.

[Capeside Yacht Club - Pacey and Joey are sitting at their table which also seats Walter and Mrs. Valentine.]

Walter: Well, you've certainly been quiet tonight, Miss Potter.

Joey: Soaking it all in, I guess.

Walter: Why don't you tell us a little bit about yourself.

Joey: (nervously) Um, there's really not much to tell. I'm pretty much your average teenage girl.

Walter: Having reviewed your application, I hardly think so. I seem to remember a certain fondness for art. Have you been to the new Guggenheim?

Joey: No, but I have always wanted to go to New York. (Mrs. Valentine snickers)

Drue: (filling water at their table, he leans in close to Joey) It's actually in Bilbao, hon. Spain. (Joey looks mortified)

Walter: Right. Which isn't important. What is, however, the building itself. It's really, the most amazing feat of construction. It's an extraordinary combination of interesting shapes. It's an architectural epiphany.

Pacey: I don't know. If you ask me, the thing looks like a big artichoke. (he shoves a piece of biscuit into his mouth as Walter, Joey and Mrs. Valentine turn to him in shock. Pacey looks at Joey…) No, I'm serious, it does. (Joey wants her seat to swallow her up and eat her now)

Walter: Oh, so you've been?

Pacey: Well, no, but my brother is this big architecture buff and he's into this coffee table art books. You know? So I've seen all the pictures and I'm here to tell you, it looks like a big artichoke. (everyone continues to stare at Pacey)

Walter: (starting to laugh) A big artichoke! You're right, it does look like a big artichoke! (Everyone starts to laugh at this point, and though Joey doesn't look relieved, she at least doesn't look ready to pass out.)

[Leery Residence - Dawson is outside on their little deck area with the benches on it. He plugs in the lights that cover the plants around it. Mr. Brooks walks up. He's carrying a book.]

Brooks: Mr. Leery.

Dawson: Mr. Brooks.

Brooks: Quite a shindig you got for yourself here.

Dawson: Uh, yeah. Do you want to come in?

Brooks: Oh, no. I'm not much for crowds.

Dawson: Why is that not a surprise? Is there something I can do for you? (hands him the books) 'Kiss Kiss Bang Bang'?

Brooks: (missed name of author) Best film critic there ever was. She says it a lot better than I ever could.

Dawson: Says what?

Brooks: Why. When I was a kid, I lived for Saturday afternoons at the Rialto. Why I left this town the day I graduated high school. And hopped on a train and headed for the Los Angeles. Why I almost cried the first time I stepped onto a studio lot. And why I did the first time I yelled 'Action'. Sorry I snapped at you, kid. You just happen to scratch an open wound that still hasn't healed after all these years.

Dawson: Which is none of my business.

Brooks: 1956, Louie B. Mayer called me into his office, he's got this brilliant idea. He wants to cast my best friend and my girlfriend in my next picture, 'Turn Away My Sweet'. Well, I gotta agree with him, it's great casting. Until we start shooting and I'm a mad man, crazed beyond belief. I don't even notice what's happening right in front of my eyes. My best friend is falling in love with my girlfriend. By the time I realize it, it's too late. She's gone. I still have half a picture to direct. Do you have any idea what that's like?

Dawson: I would imagine that it would be terrible.

Brooks: Yeah, made me hate directing. Everybody and everything. The day we wrapped, I caught another train. For Capeside, Mass. and I never looked back. Started a new life. Started a better life. (he starts to leave)

Dawson: Mr. Brooks? Mr. Brooks?

Brooks: What?

Dawson: Would you like to come inside?

Brooks: (he thinks about it) Eh. (he follows Dawson) Why do you want to make pictures?

Dawson: How can you explain the things you love? You can't. You just do.

Brooks: God help you, kid.

[Capeside Yacht Club - Dining table. Everyone has left except Walter, Pacey and Joey. Joey sits quietly drinking her coffee while Pacey sits next to Walter now, telling a joke.]

Pacey: …so the rabbi says, 'Wrecked him? I damn near killed him!' (Walter laughs) Good one, right?

Walter: Very good. Joey, I had no idea your boyfriend was such a charmer.

Joey: Who knew?

Walter: Worthington could use a young man like you, Pacey. Why haven't you applied?

Joey: Yeah, Pacey, why haven't you?

Pacey: Well, I… to be perfectly honest, both of my parents are big lefties. So for me, it's Yale or nothing.

Walter: Well, that certainly is our loss.

Joey: Hey Pace, can I talk to you a second?

Pacey: Yeah, sure.

Joey: Outside. Excuse us. (she takes his hand and they walk outside) Pacey, I can't believe you just did that.

Pacey: Just did what?

Joey: You lied.

Pacey: Hold on.

Joey: And after that whole pseudo motivational diatribe, you flat out lied.

Pacey: Joey, can I have the floor for just a second, please?

Joey: Pacey, why are you trying so hard to impress these people?

Pacey: Are you done yet?

Joey: Look, I don't even know who you are right now.

Pacey: All I'm trying…

Walter: (walking up) Pacey? Pacey? Excuse me? I would love for you to meet the dean. Do you mind, Joey?

Joey: Of course not.

Pacey: Sure.

Walter: He's a great guy and an old friend.

Pacey: Two rabbi's… (they walk off leaving Joey on the dock. She leans against it heavily.)

[Leery Residence - Jack walks through the front door, taking his jacket off. Jen immediately sees him and walks up to him.]

Jen: Jack.

Jack: Hey.

Jen: Did I not make myself perfectly clear to you?

Jack: What?

Jen: Did I, or did I not ask you to mind your own business?

Jack: Jen…

Jen: No, Jack… You didn't have any right to do what you did.

Grams: (walking up) He had every right. As did I.

Jen: Look, I'm not looking to be saved here. I don't want to go to college. Could you please just leave me alone?

Grams: You do want to college, Jennifer. I know that for a fact and I know why you haven't applied.

Jen: No you don't.

Grams: Yes, I do. You haven't applied because you refuse to ask your parents for help.

Jen: I can't keep putting myself out there over and over again. I won't ask them. I won't do it.

Grams: And I won't let you. Now, look, I… I'm sorry that you haven't felt like you can talk to me lately. But you must understand something, Jennifer. You must understand no matter how angry or upset or disappointed I may be in you, I will always be there for you. You are going to college, young lady, if I have to beg, borrow or steal, I will get you there. You are the most important thing in my life, Jennifer. And I love you.

Jack: I kinda love you, too.

Jen: Ah… (she moves in for a group hug with Jack and Grams)

[Capeside Yacht Club - docks. Joey is still leaning against the railing, covering her face and sobbing. Walter walks up.]

Walter: Hi, Joey. (she cleans her face)

Oh, hi, Mr. Kubeck. Umm… I'm sorry. I think I need to apologize.

Really, whatever for?

Well, I think I blew it tonight. And it's just, uh, it's kinda whole new world for me. I don't really know what to do or what to say. And I know that I don't fit in…

Joey, you didn't blow it. Your academic record stands on it's own. You're a stunningly bright young lady and no one is grading you on your social skills. Be that as it may, you couldn't ask for a better character witness than that boyfriend of yours. Seriously. He just talked the dean's ear off all about you. How you changed him. How you helped him. How he couldn't imagine a better life than one with you by his side. It's a rare gift to have someone say such things about you.

[Leery Residence - Jack and Jen are sitting on the steps drinking eggnog.]

Jen: So where did I apply?

Jack: Uh, you applied to Bard, Brown, Columbia, Emmerson, and Sarah Lawrence. Oh, and BU.

Jen: Nice.

Jack: I had to ransack your computer. A little pruning on that paper you did on the Woman's suffrage movement. Made a really good essay.

Jen: Really? Cool.

Jack: Yeah. I stumbled across your journal.

Jen: (she starts thinking, probably about what bad stuff was in there) Oh.

Jack: (nonchalantly) I didn't realize you still had those kinds of dreams about it.

Jen: (looking uncomfortable, she stands up and takes his cup) More nog?

Jack: Sure. I'd love some more nog.

[Leery Residence - Brooks sits at the piano looking at some music. Grams stands near by talking to someone. The someone leaves and Grams turns to walk off when she notices Mr. Brooks. He smiles rather goofy and waggles his fingers at her in a wave.]

Grams: You again?

Brooks: Have we met?

Grams: You know very well we've met. I had the distinct displeasure of watching you yelling and screaming at poor Dawson Leery over nothing but some silly boat of yours. It was quite the little tantrum.

Brooks: If I remember correctly you put me in my place. I admire that in a woman.

Grams: Oh, you fancy yourself quite charming, don't you?

Brooks: On my better days, yes I do.

Grams: On your better days, I'd say your mind is clearly playing tricks on you. Which is understandable. You are getting on in years.

Brooks: I did yell at the kid but that was before I got to know him. Then I realized he's not an idiot, just a nuisance.

Grams: Well, perhaps in the future you would take the time to get to know a person before you dismiss them.

Brooks: Perhaps you might do the same.

Grams: Perhaps. (she nods at him and moves back into the party. Brooks watches her go as he scratches his head. He plays 5 notes on the piano when Dawson moves in front of him smiling.)

Brooks: What?

Dawson: You were flirting with Grams.

Brooks: Ha! Nonsense!

Dawson: Look like flirting to me.

Brooks: You'd know if I was flirting. As a matter of fact, you could pull up a seat and take a lesson or two.

Dawson: You know, I shouldn't have been surprised at all you were a big movie director. Nothing else could satisfy that massive ego.

Brooks: Listen, just because we shared a moment out there, doesn't mean we have to get all chummy.

Dawson: Point taken. But I wanted you to know something.

Brooks: What?

Dawson: I think I'm ready to make a movie again.

Brooks: Oh, crisis of faith over. I'll alert the media.

Dawson: Now, laugh all you want.

Brooks: I intend to. Now what is this picture of yours going to be about?

Dawson: You?

Brooks: Excuse me? Say that again into my good ear, would you?

Dawson: My mov… my picture is going to be about you. Your life story. We'll talk later. Enjoy the party.

[Capeside Yacht Club - Pacey is in the dining hall next to the mantle when Joey walks up. She immediately hugs him.]

Pacey: Apology accepted.

Joey: I didn't apologize, Pace.

Pacey: Well, no, but you were going to.

Joey: I was?

Pacey: Yeah, you were going to apologize for bitching me out earlier.

Joey: And what about you? You're the one who lied.

Pacey: Did it ever occur to you that maybe I was doing that all for you?

Joey: And how exactly do I benefit from your distortion of the truth?

Pacey: Well, maybe I just wanted these people to see you through my eyes for one night. To see this girl. This woman, who has more class and intelligence and beauty and grace then anyone else who's walking the face of the planet. Maybe things like this just come tumbling out of my mouth because I happen to be head over heels in love with you. But the really scary thing is, I think that they're true. (he kisses her forehead)

Joey: Sorry, Pace. I just wanted to impress these people so bad. To fit in. And I completely froze.

Pacey: That doesn't matter.

Joey: Yes it does! I've never wanted anything so bad in my whole life and you, you just fit right in, better than I ever will.

Pacey: Because there's nothing at stake for me here, Jo. I have nothing to prove to these people. Jo, this world, it is opening its doors to you. And when you step through, you are going to be such an amazing part of all this. And wherever you chose to go, you're doing them a favor. Not the other way around.

Joey: You know, your mom should get a medal.

Pacey: My mom? Really? Why's that?

Joey: Because she raised the perfect boy. And maybe things like that just tumble out of my mouth because I happen to be head over heels in love with you. The scary thing is, I think it's true. (they have some smoochies)

Pacey: Okay. What do you say you and I take our little mutual admiration society on the road? Please? We can go someplace we both fit in. (she nods and they walk out)

[Leery Residence - Dawson leans against the door jamb looking into the living room at his parents. They hug each other and laugh and kiss and generally look happy during this scene. Gretchen walks up and stands next to him.]

Dawson: Hey. You did a very good thing. Years from now, I'm not going to remember what I got for Christmas, but I will remember what it felt like to see my parents so happy. So thank you.

Gretchen: Total selfishness on my part. This just takes me back to a time before anything got so complicated, you know?

Brooks: (walking up and wiggling the mistletoe over Gretchen) Why don't you quite flirting and kiss her?

Dawson: Excu… (noticing the mistletoe, they both laugh)

Gretchen: You gotta be kidding me?

Dawson: I had nothing to do with this.

Gretchen: Okay, well, I guess we better get it over with.

Dawson: Ya think?

Gretchen: It's tradition, Dawson. And you don't monkey with tradition. (she moves in to kiss him as Pacey and Joey walk into the party arm in arm. When they finally see Dawson and Gretchen, Pacey and Joey's face falls - Pacey more than Joey's. Dawson and Gretchen end the kiss, but remain in each others arms as the credits roll. See, I told you guys not to worry about the previews last week.)

The End


Source : www.multimania.com/rossnm & transcribed by Gina

Kikavu ?

Au total, 23 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

Fuffy 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (23:21)

J'ai jamais dit que j'avais envie de danser sur la table. lol

CastleBeck (23:21)

Je sais!

Sonmi451 (23:21)

j'ai dit que le jour où on m'entend dire que je m'ennuie, j'irais danser sur la table ^^

Sonmi451 (23:21)

mais heureusement que je prends du temps pour moi hein ^^

stanary (23:22)

Et tu m'enverras la vidéo d'ailleurs ^^

CastleBeck (23:22)

Mais, tu vois, ici, il y a des gens qui prennent les conversations en plein milieu et qu'ils interprètent à leur façon!

CastleBeck (23:22)

(qui)

Sonmi451 (23:24)

Haaa ça je sais! lol

CastleBeck (23:25)

Sur ce, moi, il parait que je dois retourner travailler (et pelleter), alors je vous souhaite une excellente fin de soirée et une bonne nuit

stanary (23:26)

Bon courage au travail
Bonne nuit et bonne fin de soirée.

Sonmi451 (23:28)

Travailles-bien !

CastleBeck (23:29)

Merci

Sonmi451 (23:35)

Sur ce j'y vais aussi.

Sonmi451 (14:23)

Bonne journée à tous! Et Joyeuse St-Nicolas!

arween (18:40)

Vous êtes nombreux à fêter la Saint Nicolas ?

Xanaphia (19:04)

En tout cas chez moi aussi ça se fête Alors bonne Saint Nicolas

arween (19:05)

Dans le sud, ça ne se fête pas du tout

Xanaphia (19:11)

Et oui c'est plutôt du nord et de l'est de la France +la Belgique, si je ne dis pas de bêtise ^^

arween (19:11)

ouais donc loin de chez moi ^^

Xanaphia (19:12)

vous avez des fêtes spéciales par chez vous ?

arween (19:13)

Non rien du tout

arween (19:13)

Ah attends si on la fête de mai.

arween (19:14)

Mais je crois que c'est juste à Nice

Xanaphia (19:14)

la fête de mai ?

mnoandco (19:14)

Oui, chez moi aussi il y a la Saint Nicolas (Nord Est) ! et le père fouettard...pour les pas gentils...ne me sens évidement pas concernée!

arween (19:15)

Honnêtement je ne sors pas beaucoup là où il y a foule alors je sais pas trop ce qu'ils font

Xanaphia (19:15)

coucou ah oui le folklore local ^^

Lolo1710 (19:27)

Saint Nicolas c'est sacré en Belgique, les primaires font un spectacle chaque année puis les autre c'est surtout pour les bonbons ?

Xanaphia (19:29)

Ou les chocolats et les coquilles

Lolo1710 (19:41)

Ouaip, un truc génial aussi mais c'est peut être que dans mon école, c'est les filles qui font régime et qui troc des bonbons contre des mandarines

Chaudon (10:31)

Nouveau sondage sur le quartier "Elementary" ! N'hésitez pas à venir voter sur le quartier et à donner vos avis sur le topic approprié !

Chaudon (10:49)

Votez dès maintenant pour la Nouvelle Photo du Mois du quartier "Elementary" !

arween (10:57)

Bonjour la citadelle ! Une grande animation vous attends sur The Night Shift, venez participer !

seriepoi (11:05)

Bonjour tout le monde ! Vous pouvez, si vous le souhaitez, venir sur le quartier "True Blood" pour commenter le (très) beau calendrier de décembre, fait par Sonmi. Merci par avance et bon dimanche à tous.

ObikeFixx (11:25)

Bonjour tout le monde! En plus du nouveau sondage, n'hésitez à venir découvrir le nouveau calendrier et la nouvelle photo du mois sur le quartier "The Last Ship"

Phoebus (14:15)

Bonjour tout le monde ! Il ne vous reste plus qu'une journée pour voter pour la voter de l'épisode 8x05 de The Vampire Diaries et pour participer à la review de cet épisode.

serieserie (16:44)

Inscrivez-vous vite pour la grande partie d'HypnoGame Arrow qui aura lieu dans 6 jours!! Rendez-vous dans les forums de l'accueil!!

arween (18:46)

Venez voir les nouveaux calendriers de The Night Shift (serie²) et Dollhouse (Xana).

emeline53 (19:24)

Seulement 2 persones pour commenter le design Noël de The Fosters ? Venez donner votre avis en plus, un sondage sur votre souhait de cadeau est en ligne !

stella (19:25)

Special spécial Noel sur le quartier Downton Abbey et sans oublier son calendrier de l'avent original

DGreyMan (22:40)

Bonsoir. Sondage dédié à "Game of Thrones" dans le quartier "Harry Potter"...

DGreyMan (22:40)

... ou le contraire ! ^^

serieserie (09:07)

Plus que quelques jours pour vous inscrire à la grande soirée HypnoGame Arrow dans les forums de l'accueil ou par MP!!!

arween (09:44)

Bonjour à tous ! Aujourd'hui nous lançons une toute nouvelle rubrique, les reviews. Rendez-vous sur la page HypnoReview ou à l'accueil pour plus d'infos Bonne lecture et bonne journée !

Titepau04 (09:49)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!

cinto (11:39)

Fans de Dallas, Friends, Petite maison , Mission impossible, venez défendre votre série préférée chez Ma sorcière bien aimée: sondage "génériques"!

grims (16:47)

Coucou à tous ! une petite visite sur les quartiers Sons of anarchy, Outlander et Vikings serait sympa de jolis calendriers de Noël vous y attendent : ) merci d'avance pour votre passage

choup37 (17:13)

Calendriers aussi chez Kaamelott, Merlin, Doctor Who, Torchwood et Musketeers

choup37 (17:14)

(c'est super ces deux onglets pour alterner entre blabla et promo)

stella (19:34)

Case 5 du calendrier de l'avent de Downton Abbey vient d'être dévoilée.

Titepau04 (22:11)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

mnoandco (09:56)

Coucou! Le quartier Blacklist propose 3 calendriers totalement différents et de circonstances pour ce mois de décembre. N'hésitez pas à venir les commenter.

sabby (10:19)

Hello la citadelle !! Le quartier Friday Night Lights aurait bien besoin de visites. Personnes pour voter au sondage ni commenter le nouveau design. Venez jouer au ballon avec moi, je m’ennuie un peu tout seule là_bas

serieserie (10:19)

Allez allez, on s'inscrit pour l'HypnoGame Arrow!!

mamynicky (10:27)

'Jour les 'tits loups Un calendrier de l'Avent gourmand sur Downton Abbey et un autre musical sur Empire. Si vous êtes en retard, vous pouvez le rattraper et n'oubliez pas de les commenter. Merci

Titepau04 (10:34)

Bonjour !!!! Venez vous inscrire aux concours de Noël dans les quartiers de ncis Los Angeles et s club 7!!!
Et n'hésitez pas à commenter les calendriers au passage!!
Et profitez-en pour voter sur le sondage ncisla!!!!

arween (13:12)

Bonjour à tous ! Une grande animation vous attends sur The Night Shift ainsi que le calendrier et le sondage. Et sur Dollhouse, il y a un nouveau calendrier qui ne demande qu'à être commenté

roro73 (15:22)

Bonjour Nouveau sondage et nouvelles PDM sur Wildfire. Venez nous voir, on s'ennuie un peu =P

mamynicky (19:11)

Edgemont a besoin de clics sur son sondage. Merci

chrismaz66 (19:26)

J'y go Mamy et toujours chez Dr House le sondage Bad Boys, votez pour votre chouchou inter-séries, et quelques clics pour Torchwood qui en a bien besoin, merci

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play

Dawson's Creek

Suis-nous !

Important : HypnoSeries ne propose aucune vidéo d'épisode sous forme de téléchargement ou de streaming