VOTE | 148 fans |

#310 : Les quatre filles du docteur

Titre en VO : "First Encounters of the Close Kind" - Titre en VF : "Les quatre filles du docteur"
¤ USA : diffusé le 15/12/99 - France : diffusé le 12/11/00
¤ Scénario : Leslie Ray - Réalisation : Greg Prange


Dawson, Joey, Jack et Andie passent leur week-end à l'université de Boston pour faire connaissance avec le monde universitaire.

Dawson inscrit son docu sur l'île aux sorcières à un festival de films réalisés par des étudiants. La visite du campus ne se passe pas comme prévu pour Joey. Andie cherche à obtenir une admission anticipée par le biais d'un entretien et va tomber sur une bonne conseillère. De son côté, Jack explore le "monde" des homosexuels.

Plus de détails


~~~~~~~~~~


Dawson est en train de préparer la séance de questions/réponses qui va suivre la projection de son documentaire durant le festival qui va avoir lieu ce week-end. Joey le rejoint dans sa chambre et lui parle de leur excursion de ce week-end. En effet, ils vont tous deux aller à l’université, l’un pour un concours de réalisateurs et l’autre pour se faire une idée de la vie là-bas. Ils se mettent alors à se dire que leur destin va se jouer sur ces deux jours et qu’ils l’appréhendent.

Une fois là-bas, chacun se sépare : Joey va voir sa co-locataire, Dawson va s’inscrire pour le concours, Andie va tenter de parler au doyen et Jack décide de faire du tourisme.

Dawson parle avec une fille chargée de l’inscription qui lui pose des questions sur ses goûts cinématographiques telle une fonctionnaire ! Dawson répond et tente de lui expliquer le thème de son documentaire mais quand elle le compare au projet Blair Witch il préfère arrêter sa description.

Joey, quant à elle, arrive à la chambre 381 et y trouve, à sa grande surprise, un garçon. En effet, leurs prénoms légèrement ambigus les a mis dans une situation délicate car chacun pensait se retrouver avec une personne du même sexe. Joey décide alors de partir mais AJ, le colocataire, lui propose de rester car une étudiante n’abandonne pas si facilement en général !

Andie se rend au bureau du doyen. Cependant, la secrétaire du doyen lui dit qu’elle n’a pas rendez-vous avec lui avant mars et qu’elle va devoir, par conséquent, attendre très longtemps. Andie lui dit alors qu’elle est au courant mais lui demande s’il reste un créneau pour le voir. Mais Mme Boyd persiste sur sa décision au grand regret d’Andie !

C’est le moment de la projection du documentaire, Dawson se sent mal car les critiques vont bon train et a , par conséquent, du mal à se lever pour faire son discours. A sa sortie, il y trouve Nikkie, la fille de l’inscription, qui tente de le consoler mais en vain, surtout quand il finit par lui dire que son opinion ne l’intéresse pas car elle n’est pas du tout qualifiée pour le faire ! Elle se sent alors choquée et finit par partir.

Dawson et Joey se retrouvent dans le parc de l’université. Dawson lui fait part de sa mésaventure et Joey tente alors de le rassurer en lui donnant son point de vue sur le film.

Andie, quant à elle, n’abandonne pas si facilement et se retrouve dans le bureau de la secrétaire du doyen avant que celle-ci ne rentre ! Mme Boyd en est étonnée mais le prend bien et finit par sympathiser avec elle en lui racontant sa vie de famille et en lui demandant de l’appeler « Fran » désormais.

Joey est à un cours de littérature et se rend vite compte que son colocataire est le remplaçant du professeur. Celui-ci décide de se fixer sur elle et lui demande son livre préféré. Elle répond que son livre préféré est « les 3 filles du docteur March » et il lui rétorque alors que ce livre est très infantile et les autres étudiants l’approuvent au grand damne de Joey. Le cours terminé, Joey le lui fait remarquer et sentant qu’il avait fait une erreur, il lui propose de se racheter en lui faisant faire le tour de l’université.

Pendant ce temps, Dawson est à la projection d’un film qui le bouleverse ainsi que tous les spectateurs. Cependant quand il voit que le réalisateur de ce film n’est autre que Nikkie, la fille de l’inscription, sa surprise est à son apogée ! Après la projection, il lui en parle et lui fait part de son enthousiasme.

Andie, quant à elle, est avec Fran et lui raconte toute son enfance en lui parlant de ses problèmes familiaux. Fran la trouve très gentille et lui donne le conseil de la réussite selon elle : faire ce dont on a envie.

AJ amène Joey dans une salle remplie de livres très anciens. Joey s’en inquiète car elle a peur de se faire prendre mais il la rassure et lui tend alors un livre : « les quatre filles du docteur March ». Joey se met alors à l’ouvrir et à lire un passage. Ils se mettent alors à se faire la réplique et il finit par lui avouer que son livre préféré est tout aussi infantile qu’elle : « Le lion, la sorcière et la garde robe ».

Jack, lui, est allé dans un bar homosexuel où il espère rencontrer du monde. Il se fait accoster par un homme qui lui offre une bière mais, sous la pression, il finit par quitter le bar en courant !

C’est le moment de la remise des prix, Nikkie, pensant avoir gagné, sourit lors de l’annonce du gagnant mais se sent humilié lorsqu’elle n’entend pas son nom. Elle quitte alors la salle et Dawson la rejoint alors pour lui faire part du sentiment d’injustice qu’il ressent. Elle ne veut pas l’écouter dans un premier temps mais elle se sent troublée quand il lui dit qu’il voudrait bien avoir son talent car, lui, il a beaucoup de travail avant d’être célèbre, contrairement à elle !

C’est le moment du retour ! Jack rencontre un garçon gay, « Ethane », dans le bus et apprend qu’il va aller à Capeside ! Dawson, lui, retrouve Nikkie dans le train qui lui apprend que ses parents sont divorcés et qu’elle va aller chez son père à Capeside. Dawson en est alors surpris et lui propose de l’aider à s’insérer dans le lycée mais elle lui dit que son père n’est autre que Mr Green, le proviseur du lycée !

Joey a été raccompagnée par AJ qui lui demande si elle serait d’accord pour qu’il prenne de ses nouvelles en l’appelant au téléphone et elle accepte bien volontiers et lui dit « au revoir » bien difficilement.

Une fois de retour à Capeside, Dawson et Joey se retrouvent pour faire le point sur ce qu’ils viennent de subir ces derniers jours. Dawson lui dit qu’il a appris qu’il va être difficile de réussir dans la vie mais il est heureux ! Joey, elle, lui dit qu’elle a vraiment vécu une bonne expérience et qu’elle a hâte de se retrouver au sein de ces étudiants !

Dans la chambre de Dawson, il regarde le documentaire fait sur l'île aux sorcières. Joey arrive par la fenêtre et jette un sac sur le sol.

Dawson riant : très réussit ton entrée

Joey : Dawson, il n'y a pas de visionnage limité pour le réalisateur du film ?

Dawson : il faut, il faut que je me prépare pour la séance questions-réponses qui suit la projection

Joey : oh ! La projection, c'est du sérieux

Dawson : j'aimerai quand même bien que ce ne soit pas le ratage absolu

Joey : qu'est ce qui se passe ?

Dawson : rien

Joey enlevant son écharpe : serait-ce possible

Dawson : quoi ?

Joey s'installant sur le lit : Dawson Leery le garçon aux mille talents, l'enfant prodige de ce bon vieux Capeside, le nouveau Spielberg aurait légèrement le tract ?

Dawson : et oui, petit rire, oui j'ai le tract, bien sur, mettant des affaires dans son sac, c'est normal, c'est une chose d'être un gros poisson dans la petite marre de Capeside mais...

Joey le coupant : mais c'en une autre de nager dans une piscine remplie de centaines de concurrents plus requins que poissons rouges

Dawson : très juste, silence, et merci pour cette image des plus réconfortantes

Joey : j'ai évidemment du mal à être impartial vu que je suis une des vedettes de ton documentaire mais, soupir, je le trouve très réussi, silence, je pense qu'il faut positiver, quoiqu'il arrive cette expérience pour toi sera un pas de plus vers la réalisation de tes rêves

Silence ils se regardent et Joey baisse les yeux.

Joey : autre chose, tu n'auras pas à passer tout ton week end avec une parfaite inconnue toi

Dawson : je comprends pas pourquoi on t'impose cette cohabitation

Joey tournant la tête vers Dawson : que veux-tu, je suis inscrite pour la visite de l'université, ils te mettent automatiquement avec un de leur étudiant, c'est la règle

Dawson : et toi tu as le tract ?

Joey approuvant de la tête : oui, un sourire, oh mais rien de méchant, en faite je sais que c'est qu'une visite mais, un soupir, ce voyage me donne de l'espoir, je me dis qu'un beau jour peut être je pourrais m'en aller d'ici

Dawson : Joey, se dirigeant vers son armoire, il me fait aucun doute pour moi qu'un jour tu partiras de capeside

Joey réfléchit : c'est facile à dire Dawson

Dawson : non, prenant un manteau dans sa penderie,commence pas Joey, garde ton enthousiasme, dis toi que ce week end est une aventure soupir tu te rends pas compte c'est notre première incursion dans le monde réel Joey regarde Dawson et baisse les yeux ce week end sera peut être un aperçu de ce que nous réserve nos vies à venir

Hochement de tête de Joey

Joey : ou alors, musique du générique en arrière plan il se peut que ce soit le week end où tous nos espoirs secrets se cassent la figure et ensuite on sera bien forcé de prendre un autre chemin et la bonjour la super frustration, toute notre vie a pensé à ce qu'on aurait pu devenir ou à penser à ce qu'on était avant d'être des ratés rire de Dawson

Joey sourit à Dawson

Joey : ce n'est qu'une supposition

Dawson hoche la tête pour approuver !

 

Générique


Vue sur l'Université de Cambridge à Boston. Dawson, Andie, Jack et Joey sont sur le campus.

 

Dawson : je me sens comme Richard Dreyfus dans rencontre du 3ème type soupir, en regardant Joey dans la version où il monte finalement a bord du vaisseau mère et qu'il fraie avec les aliens

Joey : tu veux un scoop Dawson elle regarde autour d'elle c'est nous les aliens

Jack en parlant à Andie : alors tes impressions petite sœur

Andie : bah ces étudiants ont l'immense privilège d'être inscrit dans l'une des universités les plus prestigieuses des États Unis, fondée en 1626, on lui donna le nom d'un colon britannique qui lui céda toute sa collection de bouquin, les premiers enseignants, des colons, qui prêchaient dans un désert culturel, étaient à des lieux d'imaginer que trois siècles rire de Jack plus tard cette université serait connue dans le monde entier pour la qualité de son enseignement et de ses recherches,

Dawson : tu pourrais écrire un article dans leur brochure

Jack : ah ! Elle cite leur brochure Dawson, elle avait neuf ans quand elle l'a écrit pour la recevoir

Andie : aah, objectif promo 2005 mon petit, admission anticipée et à l'entretien je vais faire un carton

Joey : bon, il est tant que j'aille voir ma colocataire, AJ Muller haussement d'épaules

Andie : Joey ca va être génial, tu vas voir, j'ai fait le week end junior l'an dernier

Joey surprise : si tôt que ca ?

Andie : l'avenir appartient à ceux qui se lève tôt sourire

Joey rigole avec un rictus

Dawson désignant Jack : et toi Jack qu'est ce que tu vas faire ?

Jack : euh bah euh je vais trainer en ville, jouer les touristes

Andie confirme par un hochement de tête

Dawson regardant sa montre : bon, je vous laisse moi aussi, c'est l'heure

Joey en hochant la tête : ouais bin

Andie : ouais, oh je suis tellement excitée

Joey : moi aussi, moi aussi elle regarde autour d'elle et très impressionnée

Andie faisant un signe de main : bon bah salut

Joey imitant Andie : salut

Dawson : salut

 

Ils prennent tous une direction opposée dans le campus.

 

Dawson est dans une salle pour la présentation de son documentaire

 

Dawson : L deux E R Y

Fille : prénom ?

Dawson : Dawson

Fille : ton film stp Dawson lui donne sa bobine Quelle catégorie ? Comédie ou drame ?

Dawson : documentaire, en réalité c'est plus...

Fille le coupant : date de naissance ?

Dawson : euh, 14 mars 83

Fille : euh réalisateur préféré ?

Dawson : Spielberg

Fille le regardant : tu veux rire

Dawson : non pas vraiment, non

Fille se levant et prenant les bobines : Steven Spielberg un cinéaste très doué incontestablement mais, posant les bobines sur le bureau d'à côté mais où l'émotion là dedans, c'est ça la question

Dawson : l'émotion est fugace, le cœur lui est éternel

Fille roulant des yeux et le prenant en photo : un petit sourire

Flash

Fille lui montrant des papiers : signe ici et ici

La fille regarde Dawson, lui, fait de même et baisse le regard

Fille lui donnant une carte : cette carte donne accès à la salle de ciné elle prenant les papiers que Dawson vient de signer ah ! Tu as oublié de faire un résumé

Dawson souriant : j'avais pas assez de place silence en réalité mon film à l'origine est un documentaire sur l'histoire d'une île que les gens croient peuplés de fantômes mais

Fille le coupant : un nouveau Projet Blair Witch, ah oui je vois, bonne chance retournant à sa place suivant Dawson la regarde et soupir

 

Dans un couloir du campus, Joey cherche la chambre de sa future colocataire, elle trouve la porte et frappe, attends quelques secondes et ouvre la porte, on découvre un jeune homme sur son ordinateur.

 

Joey : excuse- moi

Étudiant levant l'index : chut

Joey : pardon, je

Étudiant : chut, une seconde

Le jeune homme tape sur son ordinateur, Joey regarde à gauche et à droite

Étudiant levant les yeux vers Joey : oui c'est pourquoi ?

Joey : euh je euh je cherche une certaine AJ Muller c'est bien ici qu'elle habite ?

Étudiant fermant son livre et le jetant : c'est pas ici qu'elle habite retournant à son ordinateur non

Joey : normalement elle doit m'héberger pendant le week end, tu sais où je peux la trouver ?

Étudiant toujours plongé dans son ordinateur : non je sais pas

Joey : ah, d'accord, pourtant c'est bien marqué sur ma fiche chambre 381

Étudiant : oh mais rien d'étonnant à ca

Joey : c'est la chambre 381 ici

Étudiant : absolument

Joey : et tu sais pas où je peux trouver AJ Muller

Étudiant relevant la tête vers Joey : je n'ai rien dit de tel, tout ce que j'ai dit c'est que je ne savais pas où tu pouvais en insistant LA trouver, si tu veux le trouver pas de problème, je suis AJ Muller et toi prenant un papier à côté de lui tu es Potter virgule Joseph Joey fermant les yeux nos prénoms légèrement ambiguë sur les bords nous ont mis dans une situation délicate

Joey : hum, très délicate

AJ : avant que tu te mettes à pleurer et à téléphoner à tes parents, je te promets de ne pas te laisser dormir par terre et si tu es vraiment gentille je te laisserai une lumière allumée

Joey : aah, il n'est pas question que je reste ici, je me suis inscrite pour toutes autres choses et normalement je dois passer le week end avec une personne qui me fera découvrir les lieux et qui me dira à quoi m'attendre, une personne

AJ : avec une paire de seins

Joey : euh, entre autre

AJ : écoute Jo euh Joseph

Joey : c'est Joséphine, Joey rictus

AJ : écoute ça ressemble à ça l'université, des garçons et des filles qui vivent ensemble et en harmonie le plus souvent, à Columbia ils ont même des salles de bain communes, si ça ne te convient pas peut être que tu devrais visiter des facs réservées aux jeunes filles

Joey réfléchissant et posant son sac : non je suis de ton avis s'asseyant, il n'y a pas de raisons pour que deux personnes du sexe opposé ne puisse pas passer une nuit dans la même chambre petit sourire

AJ : ouais, bravo Joey, bon si ça ne t'ennuie pas prenant une grosse voix moi grand garçon étudiant vouloir terminer travail donc petite lycéenne aller faire tour dehors sur campus

Joey le regardant : attends tu me mets à la porte

AJ : disons que tu vas aller t'aérer afin que je puisse encore travailler deux heures en silence

Joey étonné et se levant : ah non mais c'est pas juste

AJ la coupant : attention, dis ce n'est pas juste et on sera immédiatement l'âge que tu as, silence Joey le regarde intrigué ah et Potter virgule Joseph, ferme la porte en sortant sinon je vais avoir le droit aux cris de débiles des majeurs en économie qui se défoulent dans le couloir

AJ retourne a son ordinateur, Joey le regarde, se baisse prend son sac le regarde une dernière fois et sort en claquant la porte

 

Andie marche dans le campus et rejoint son frère qui est assis sur un banc et lit une brochure

 

Andie : salut, qu'est ce que tu lis

Jack surpris : euh regardant sa brochure rien essayant de cacher sa brochure c'est juste un il réfléchit guide sur la ville de Boston

Andie : oh ! Oh ! T'as pas l'intention d'aller voir l'œuvre de Thoreau cette empreinte de popotin au Walden Pond si ?

Jack : ahahah non j'en ai pas l'intention

Andie : ah ! Et tu sais ce que tu pourrais faire, j'ai entendu dire qu'il y avait un très beau musée d'art tu devrais aller le visiter

Jack haussant les épaules : ouais pourquoi pas

Andie : bon il faut que j'y aille, bye

Jack regardant sa sœur partir : salut il retourne à lire sa brochure et pour lui même le magazine de communautés gays, lesbiennes, bis et transsexuels

 

 

Andie entre dans le bâtiment des admissions, elle parle a une dame

 

Andie : bonjour, je suis Andie McPhee

Dame : épelez votre nom svp

Andie : M A C P H E E

Dame : si j'en crois l'ordinateur, vous n'avez rendez-vous qu'en mars, ou il y a une erreur dans mon agenda ou alors vous allez devoir attendre longtemps

Andie : à vrai dire Madame Boyd

Dame la coupant : oh appelez-moi Fran

Andie : ouais si vous voulez, bon, mon père Joseph McPhee est un ancien de Harvard promotion 72, sa devise à lui c'est : quand tu veux vraiment une chose, fait en sorte d'être en haut de la liste

Fran rigolant : une fille à papa

Andie approuvant

Fran : moi aussi, Dieu ait son âme

Andie : alors euh, je peux passer entre deux personnes ?

Fran sourire sur les lèvres : c'est hors de questions

Andie : mais euh, je, je ne veux que 5 minutes avec le doyen

Fran : l'ennuie c'est que tous les autres lycéens présents ont rendez-vous avec lui aujourd'hui

Andie : ah ! Oh mais il y a des désistements parfois

Fran : est ce que vous annulerez votre rendez-vous avec le doyen à la dernière minute ? Andie regarde la vieille dame en silence Vous me comprenez

Andie sourit déçue et s'en va

 

Witch Island, le documentaire de Dawson, passe sur l'écran, une ou deux personnes applaudissent

 

Étudiant : euh mademoiselle, monsieur, des commentaires ? Si quelqu'un à des questions, le réalisateur se fera un plaisir d'y répondre Dawson s'assit au fond de son siège euh monsieur Leery ? Dawson Leery ? Si vous voulez bien venir au micro Dawson se lève résigné et vient devant le micro

Dawson le micro grésille : bonjour à tous ! Oh il montre le micro à l'étudiant

Étudiant mettant sa main devant le micro et parlant dans l'oreille de Dawson : pas si près du micro

Dawson : pardon, euh, je suis Dawson Leery, euh on entend une porte claquée l'un de vous a-t-il une question il regarde l'assistance

Fille levant la main : ouais moi

Dawson la désignant du doigt : allez-y je vous écoute

Fille : voilà la petite Joey, elle est ici ? Elle est très sexe La fille de l'inscription le regarde désolée et Dawson regarde l'air honteux

 

Dawson sort de la salle de cinéma

 

Fille : Dawson, ça va ?

Dawson : oui, très bien

Fille : ah ces projections ca peut être terrible quand la lumière se rallume

Dawson : oui mais rassure toi je surmonte ça très bien, qu'est ce que ça peut me faire à moi que mon film ne soit pas assez branché pour intéresser des pseudos intellos piliers de ciné-club

Fille : oh ils t'ont pas lancés de tomates ça c'est le côté positif

Dawson : j'étais sans doute dans les bonnes grâces du seigneur il s'en va

Fille le suivant : tu te sens pas bien hein ?

Dawson se retournant vers elle : tu te sentirais bien toi ?

Fille : je suis désolée de ce qui c'est passé sincèrement désolée mais si on se réfère au projet Blair Witch on voit pas trop ce que tu as voulu dire

Dawson : pardon ?

Fille : calquer son travail sur un phénomène culturel qui joue d'un succès ahurissant n'a jamais été la meilleure façon d'être convaincant

Dawson : oui mais bon mais avant de disséquer mon travail aurais-tu l'amabilité de me dire comment tu t'appelles ?

Fille : Nicky, Nicky Green

Dawson : Nicky ravie de te connaître

Nicky : prend le personnage de Joey par exemple, qui est-elle et qui représente-t-elle pour toi ? Êtes-vous amis, êtes-vous amants ou quoi ? Rien n'est clair, le plus troublant c'est que tu n'as pas l'air d'avoir compris que c'était ça la partie la plus riche de l'histoire

Dawson : ouah quelle perspicacité

Nicky : laisse ton mépris au placard, je m'efforce de te donner un avis objectif

Dawson : excuse-moi mais c'est rare que je suis soumis à une séance de critique improvisée de la part d'une

Nicky le coupant : d'une secrétaire, gratte papier bénévole, mon activité et mon altruiste invaliderons donc mon opinion, très bien une autre fois je m'arrangerai pour soigner les plaies de quelqu'un de plus beaucoup réceptif elle s'en va en lui tapant sur l'épaule

 

Jack attend le bus sur un banc, le bus arrive et un couple de gay monte devant lui main dans la main en le regardant.

 

Chauffeur : bon alors vous vous décidez ?

 

Jack hoche la tête et monte dans le bus et paye et va s'assoir, il regarde le couple gay

 

Joey marche sur le campus elle retrouve Dawson assis sur un banc

 

Joey : Dawson, bonjour

Dawson : bonjour

Joey : et cette projection ?

Dawson : euh hum,

Joey : ne fais pas cette tête c'était pas si terrible que ça si ?

Dawson : le seul mot qui convient c'est désastre il regarde Joey

Joey : qu'est ce que tous ces branchés comprennent du cinéma de toute manière

Dawson : ils ont peut être raison

Joey : mais non elle s'assit à côté de son ami tu n'es pas sérieux là

Dawson : oh je j'ai beaucoup réfléchi, tu sais peut être que le problème quand on a un rêve comme le mien c'est qu'on se pose jamais la question de savoir si on a assez de talent pour le réaliser, alors je suppose que je n'ai pas les qualités requises pour devenir un bon cinéaste

Joey hoche la tête : Dawson, je suis près de toi depuis des années, pour la plus part des gens le cinéma est un moyen de passer le temps mais j'ai été là le jour où c'est devenu quelque chose de beaucoup plus important pour toi, le jour où tu as décidé d'emprunter le caméscope de tes parents et de tourner ton propre film, le jour où tu as dit tout haut pour la première fois que, que tu voulais devenir un réalisateur, j'ai eu le privilège de te voir saisir ce rêve et tout faire pour qu'il devienne réalité, tu veux que je te dise ? Dawson l'a regarde je suis vraiment fière de toi

 

Joey pose son bras autour des épaules de Dawson

 

Fran Boyd revient dans son bureau avec un café dans la main elle se dirige vers son ordinateur et lève les yeux

 

Fran surprise : vous ?

Andie fait un signe de la main

Fran : comment êtes vous entrez ici ?

Andie : le concierge, oh mais rassurez-vous je n'ai touché à rien elle se baisse vers la table et attrape une assiette avec un gâteau dedans mais en revanche je vous ai apporté un petit dessert

Fran enlevant son manteau : hum et dire que je croyais avoir tout vu

Andie : et voilà j'ai pensé qu'en étant sur place et que si le doyen revenait plutôt de déjeuner j'aurai l'occasion elle fait un rictus enfin vous comprenez

Fran : vous avez un de c'est toupet Andie, vous me surprenez

Andie : alors, il est revenu ça y est ?

Fran : le doyen déjeune tard c'est connu

Andie déçue s'assoit : hum

Fran venant vers elle : qui a-t-il ?

Andie : rien

Fran qui s'assit à côté d'Andie : savez-vous combien j'ai d'enfants ? Silence j'en ai 7, savez-vous combien ont fréquenté cette université ? Zéro, ce qui visiblement ça ne les a pas gênés

Andie : je n'y rentrerai pas vous croyez ?

Fran : oh il y a un moment que je ne cherche plus à deviner lesquels d'entre vous seront acceptés

Andie : hum ! Vous avez 7 enfants ?

Fran : deux sont médecins, un autre est dans l'investissement bancaire je ne sais pas trop en quoi ça consiste Andie rit, les trois filles sont mariées et le dernier n'est pas allé à l'université, il joue du saxophone dans une formation de jazz, qu'est ce  qui vous semble le plus proche du bonheur ? Andie sourit

Andie : d'accord, alors ce que vous me dites c'est évitez la médecine, évitez wall street, ne vous mariez pas et euh oubliez la fac

Fran : ce que je dis c'est le fait d'avoir étudié ou non dans une université de prestige n'a que peut avoir sinon rien avec le genre de femmes ou d'hommes que l'on sera plus tard, hum et surtout ce n'est pas ce qui fait qu'on réussit pleinement sa vie

Andie souriant tristement : hum elle hoche la tête

 

 

Joey est assise dans un amphithéâtre, AJ entre et vient vers elle

 

AJ : littérature débutant, hein Joey ? Tu pouvais pas mieux choisir

Joey : ne me dis pas que tu es dans ce cours

AJ : si en quelque sorte il hoche la tête, Joey fait un rictus

Joey : tu veux t'assoir ?

AJ : ah je pense pas, je regrette

Joey : bon de toute évidence le professeur est très en retard

AJ : pas en retard, absent, c'est monnaie courante ici et chaque fois un pauvre assistant tout juste licencié se voit contraint de prendre le relais afin de motiver les foules pour une séance prenant une grosse voix dites de discussions il se dirige vers le tableau salut tout le monde, monsieur Taylor assiste à une séminaire de sémiotiques à Seattle conclusion c'est moi qui m'y colle encore Joey ferme les yeux ! Bien, nous avons des lycéens parmi nous aujourd'hui je propose que nous laissons tomber notre passionnant débat sur les bouquins qui ont fait date et au lieu de ça demandons à quelqu'un d'entre eux de nous parler de leurs livres préférés désignant Joey toi par exemple tout le monde se retourne oui au bout de la rangée la fille brune Joey lève les yeux

Joey : quel est mon bouquin préféré ?

AJ : hum tu lis de temps en temps

Joey : han, cherchant ses mots, little women

AJ : les quatre filles du docteur march, Louisa May Allcott, intéressant, c'est un livre que j'ai du lire quand j'avais, pff 10 – 11 ans autant que je m'en souviennes c'est une sorte de Jane Eyre en moins percutant, l'histoire d'une fille avec un prénom de garçon des filles rient

Joey : la fille s'appelle Jo, elle a trois sœurs et une mère et un père qui est rarement dans le secteur et lorsqu'il est là il n'a pas trop les pieds sur terre et s'agissant des contingences matérielles on peut pas trop compter sur lui

AJ : ah oui exact, ils sont pauvres mais la famille est leur richesse, il y a également une histoire avec le garçon d'à côté, oui ça me revient les quatre filles du docteur march, pas de doute ce roman est un classique de notre littérature, mais est ce un grand livre ? Peut-il être considéré comme un modèle littéraire qu'en pensez-vous ?

Des étudiants lèvent la main AJ désigne une étudiante

Étudiante : surtout pas non, ce roman est en peut plus anti-féministe dans l'esprit

Une autre étudiante : j'adhère, l'héroïne est présentée comme une fille douée d'un génie artistique mais au final elle laisse tomber tous ses rêves pour se marier et faire des bébés à la chaîne

AJ : Allcott est un auteur mineur la plus part de ses ouvrages ont été écrits pour des raisons de bassement matériel, qu'elle est la leçon du jour ? On ne peut pas dire qu'un roman est génial uniquement parce qu'on s'est retrouvé dans un de ces héros ou héroïnes il regarde Joey

 

Joey descend les escaliers, AJ l'a rejoint

 

AJ : Joey ralentie

Joey : pour qu'un de tes intellos de service puisse se défouler sur moi elle le regarde sans façon

AJ : j'admets qu'on a été dur

Joey : oui j'adhère

AJ : tu as dit que tu voulais savoir ce que c'était l'université

Joey s'arrête et se retourne vers lui : arrête ce petit jeu stp, c'était tout sauf intelligent ce que tu as fait, tu me connais à peine AJ, je suis peut être qu'une pauvre petite lycéenne naïve mais figure toi que j'avais envie de découvrir le côté rose et amusant de l'université pas seulement son côté noir et sordide, tu as passé tellement de temps à te regarder le nombril que tu as fini par oublier ce côté la

AJ : on efface tout, on recommence, laisse moi une chance de te montrer ce qui est réellement l'université, tu veux bien ?

Joey regarde AJ

 

Salle de cinéma, Dawson regarde le film

 

Étudiant : whaou

Étudiant : chuttt

 

Étudiant : tu sais qui a réalisé ce film ?

Étudiant : chuttt tais-toi

 

Étudiant regardant Dawson : là on joue dans une autre catégorie selon moi

Étudiant : oh tu te l'a ferme un peu

 

Le film est fini, la lumière s'allume tout le monde applaudit

 

Étudiant : j'invite ce talentueux réalisateur à venir

Nicky se lève, les personnes autour d'elle la complimentent, se lèvent tous l'applaudissent et l'ovationnent

 

Dawson sort de la salle de cinéma et rejoint Nicky au distributeur

 

Nicky : ah Dawson

Dawson : bonjour

Nicky tapant sur le distributeur : c'est toujours comme ça après une expérience stressante, j'ai besoin de sucre elle continue de taper et le paquet de M&M's tombe ah enfin

Dawson : expérience stressante ? Tu plaisantes tu as été ovationné

Nicky : ça va Dawson cache ta joie

Dawson : et toi ne soit pas si faussement modeste

Nicky : si ton documentaire les avaient bouleversés, je me réjouirais de ton succès

Dawson : alors non seulement tu es meilleure que moi comme cinéaste mais aussi comme individu

Nicky mettant une mèche de cheveux derrière son oreille : Dawson, on pourrait tout recommencer

Dawson : oui, essayons

Nicky : question s'éloignant du distributeur et se retournant vers Dawson comment as-tu trouvé mon film ? S'asseyant soit franc, critique constructive uniquement stp

Dawson s'asseyant également : je, je trouve que sur le plan technique il est très abouti

Nicky mangeant un M&M's : très abouti sur un plan technique, on sent le pro là, tu vas démonter tout le processus pas vrai

Dawson : c'est tout de même mieux que pas original ou confus ou on dirait que tu t'es laissé déborder par ton film

Nicky : très bien, bon peut être que j'ai été un petit peu trop direct dans mes commentaires je te fais mes excuses

Dawson : je les accepte, autre chose, tu m'as jamais dit lors de nos précédentes rencontres que tu étais inscrites au festival pour quelles raisons ?

Nicky : je suis pas très bavarde Dawson, on peut souffrir de trop parler

Dawson : oui je sais, euh tu, tu les as vraiment touchés avec ton film félicitations

Dawson se lève, Nicky continue de manger ses M&M's

 

Andie et Fran Boyd sont installées sur une terrasse de café au bord du lac

 

Andie : je pense que je parlerai d'elle

Fran : la dissertation à joindre au dossier ?

Andie : hum, oui, les personnes qui vous ont influencées le plus et pourquoi

Fran : ce serait bien, cela vous aiderez à mettre de l'ordre dans vos pensées

Andie : je me souviens d'un jour c'était environ 6 mois après notre accident, je l'avais retrouvée près de la rivière, en faite elle était assise dans l'eau, son chemisier blanc était tout mouillé et ses, ses cheveux étaient plaqués et lui cachaient le visage, on aurait dit qu'elle ne savait ni ou aller ni quoi faire, cette scène restera gravée dans ma mémoire pour toujours

Fran : j'aimerai si vous êtes d'accord vous donner quelques conseils

Andie : bien sur je viens de vous parler de tous mes secrets alors pourquoi pas

Fran : d'abord, toujours porter des chaussures à votre pointure, si vous avez mal aux pieds vous n'avez pas les idées claires

Andie : c'est noté et ensuite

Fran : d'éviter de vous accrocher à des choses sur lesquelles vous n'avez aucun contrôle, votre maman ne s'est pas remise de la mort de votre frère, cela dit vous n'êtes pas obligé de vous flageller sous prétexte que vous le vivez mieux qu'elle, pardon je ne devrais pas fourrer mon vilain nez là-dedans

Andie : non, non, je pensais quelque chose, peut être que quand votre mère commence à devenir folle et que vous le devenez à votre tour c'est votre façon à vous d'essayer de comprendre ce qu'elle traverse, je dois vous avouez que je trouve ça incroyable d'être assise près d'un étang à Cambridge face à

Fran la coupant : à une secrétaire de direction sexagénairée oui ahahah Andie hoche la tête souriante encore une chose que je sais depuis longtemps, la vie peut nous surprendre de mille et une manières différentes

Andie hoche la tête

 

AJ et Joey marche dans le couloir

 

Joey : je suis très reconnaissante de me consacrer tout ce temps mais j'ai une question à te poser ! Où allons-nous ?

AJ : tu verras, viens !

Ils se dirigent vers une porte, AJ l'ouvre, il allume la lumière

Joey regardant partout : qu'est ce que c'est cette pièce ?

AJ : bibliothèque des vieux manuscrits et des livres rares

AJ pose son manteau sur le sofa

Joey : on a le droit d'être là ?

AJ : qu'est ce qui se passe ? Tu as peur qu'un méchant vigile nous attrape et qu'on soit puni il se dirige vers une étagère je vais te montrer quelque chose

Joey : quoi ?

AJ prend un livre

AJ : assis-toi

Joey pose son manteau sur un fauteuil, AJ ouvre une boîte

AJ : ceci

Joey lisant la couverture : Little women

AJ : pas tout à fait il s'assoit le roman que nous connaissons aujourd'hui Joey s'assoit également a été publié sous forme de deux volumes distincts et ça, c'est le premier, je précise que cet exemplaire a appartenu à Louisa May Allcott

Joey : ah

AJ : vas-y ouvre le, délicatement Joey regarde AJ intrigué voyons ce que ton livre préféré a à nous offrir

Joey sort le livre de sa boîte

Joey : d'accord elle tourne quelques pages, ah c'est le chapitre où Jo et Meg vont réveillonner chez madame Gardiner elle commence à lire Jo vit alors un garçon roux venir de son côté, craignant qu'il l'invita à danser, elle se réfugia dans un coin derrière un rideau, elle se retrouva face à face avec le fils de monsieur Lawrence

AJ faisant le fils de monsieur Lawrence : ne vous gêner pas pour moi, restez si vous voulez

Joey faisant Jo : je ne vous dérange pas ?

AJ : nullement je me suis installée là parce que ne connaissant pas grand monde je me suis senti quelque peu dépaysé au début

Joey : moi aussi, ne partez pas svp, sauf si vous le souhaitez

AJ : le jeune homme se rassit et garder les yeux fixés sur ses bottes, comment va votre chat miss March ?

Joey : fort bien merci monsieur Lawrence, ne m'appelez pas miss March mon nom est Jo ils se regardent, Joey ferme le livre ma mère me le lisait quand j'étais petite, c'est pour cette raison qu'elle m'a appelé Joséphine, c'était son livre préféré

AJ : c'était ?

Joey : elle est morte d'un cancer

AJ : désolée Joey

Joey : je crois que c'est pour ça que je le lis et que je le relis, quand je l'ouvre c'est comme-ci, comme-ci elle était avec moi

AJ : au fond ce livre est un peu un ami

Joey : oui, c'est ça aah

AJ : c'est plutôt bien, dans la vie on a jamais trop d'amis, Potter virgule Joseph eh

Joey sourit

Joey : et vous mademoiselle AJ Muller quel est votre livre préféré ? Un bouquin bien épais œuvre du brillant Hérodote

AJ : tu vas pas en croire tes oreilles, le lion la sorcière et la garde robe il rit

Joey : bien dis donc ça à l'air très infantile

AJ : totalement infantile, mais comme toutes les bonnes choses de la vie c'est simple je lis et magique

Joey le regarde et baisse les yeux

 

Jack est dans un bar gay, il regarde tout autour de lui un peu gêné, des hommes dansent, il va vers le comptoir

 

Jack : bonsoir

Barman : bonsoir, qu'est ce que je te sers

Jack : je vais prendre euh

Homme le coupant : à mon avis ce garçon ne peut supporter que la bière il regarde Jack deux blondes si tu veux bien

Barman : ça marche

Jack : ah non t'es pas obligé tu sais je

Homme : non non laisse ça me fait plaisir

Jack : ah euh merci

Homme riant : je te trouve adorable

Jack : ahum

Homme : et bah tu es du genre timide toi, attends on reprend au début d'accord Jack le regarde je te trouve pas adorable et je me sens pas attiré par toi Jack se retourne mal à l'aise on peut changer de bar si tu veux, tu n'as pas l'air, tu n'as pas l'air bien ici allons dans un endroit où on pourra discuter, je sais pas moi, on pourrait essayé de mieux se connaître, Jack le regarde et s'enfuit lorsque le mec prend les deux bières sur le bar on boit nos bières et après il regarde ses deux bières dans la main et hoche la tête

 

Salle de cinéma, ils annoncent le gagnant du festival

 

Étudiant : la deuxième place revient à Windscape, David Steiner.

Le gagnant se lève, les autres applaudissent, Nicky sourit comme une future gagnante

Étudiant : félicitations il prend son trophée et maintenant, la première place, le prix a été attribué à Nicky regarde fièrement l'étudiant Tommy et Moe, Carl et Michael Biggins.

Nicky est déçue, le gars vient chercher sa récompense, applaudissement dans la salle Félicitations Nicky se lève, Dawson la regarde et la suit

Dawson : Nicky

Nicky : qu'est ce que tu veux ? C'est l'heure de verser du sel sur les plaies

Dawson : non, ils ont été injuste

Nicky : pardon ?

Dawson : j'ai vu tous les films du festival, le tien était le meilleur et de loin

Nicky : soit gentil pas de compassion mêlée d'ironie stp

Dawson : tu te trompes il n'y a pas d'ironie, j'énonce un fait point final

Nicky s'arrêtant de marcher et se retournant vers Dawson : si j'en vois pas d'inconvénient, je voudrais que tu me laisse tranquille

Dawson : je ne comprend pas que tu sois à ce point affectée

Nicky : ah ose dire que ton échec ne t'as fait aucun effet

Dawson : si bien sur, mais il y a une différence énorme sur ce qu'il s'est passé pour toi et pour moi

Nicky : on peut savoir laquelle ?

Dawson : j'ai appris que j'allais devoir creusé plus profond et me révéler plus dans mon travail si je veux faire un film qui vaut quelque chose toi tu as appris que les récompenses n'allaient pas forcément avec les gens les plus méritants

Nicky : je voulais gagner Dawson

Dawson : Nicky, ton film n'est pas réussi sur un plan technique il est également inspiré et je me suis souvenu Nicky le regarde de ma toute première motivation je n'ai pas choisi d'être cinéaste pour rafler les prix pour la gloire mais pour toucher le public, toi tu as réussi à le toucher, tu as fait rire la salle, tu les as ému, c'est l'objectif vers lequel je tend, qu'importe ce qui va m'arriver je ne renoncerai pas, je veux le vivre moi aussi

Nicky : alors c'est vrai tu as aimé mon film

Dawson : oui il sourit oh oui je l'ai aimé Nicky

Elle sourit et ils se regardent

 

Gare de Boston, ils descendent les escaliers

 

Dawson : on est les premiers ?

Andie : oui apparemment

Dawson : alors tu as eu ton entretien ?

Andie : j'ai eu un entretien, pas celui que j'attendais mais plutôt celui dont j'avais besoin

Dawson : explique moi

Andie s'arrêtant et se retournant vers Dawson : oh c'est une longue histoire, en gros j'ai eu de la chance d'avoir fait une rencontre qui mérite d'avoir clarifier certaines choses et toi ? Tu es content, tu as trouvé ce que tu voulais ?

Dawson : ouais, et je m'attendais pas que ça prenne cette forme il sourit

Andie : hum je crois que c'est ça qui est perturbant

Dawson : quoi ?

Andie : bah on a souvent un apriori sur la façon dont les choses devraient être, finalement ce genre d'attitude nous empêche de vivre des expériences nouvelles et épanouissantes

Dawson : ahahah, qui as-tu eu la chance de rencontrer, un disciple de bouddha ?

Andie approuvant de la tête : oui on peut dire ça comme ca

Ils se dirigent vers le quai en rigolant

 

Dans le train, un jeune homme cherche une place de libre

 

Jeune homme désignant la place : c'est pris là ?

Jack : euh oui oui, je les garde pour des amis

Jeune homme : aucun problème, je vais voir ailleurs

Jack se grattant la tête : attends, finalement tu peux t'assoir ici, il enlève son sac du siège en face de lui ça se trouve ils viendront pas

Jeune homme : t'es sur ?

Jack : ouais affirmatif

le gars met son sac sur le porte bagages et s'assoit en face, Jack boit son café

Jeune homme : tu peux me rendre un service ? Réveille moi quand on arrivera à Capeside

Jack : tu vas à Capeside ?

Jeune homme : à ce qu'il paraît

Jack souriant : moi aussi

 

Dawson est dans le train, il porte trois café, Nicky est dans le train elle voit Dawson

 

Nicky : et garçon, qu'est ce que c'est ? Caféiné ou décaféiné ?

Dawson se retournant vers son interlocutrice : hé, salut Nicky ! Qu'est ce que tu fais dans ce train ?

Nicky : enfant divorcé, acte 2 scène 3, maman est enseignante elle vient d'être transférée à Chicago, de ce faite moi, je vais devoir cohabiter avec mon père

Dawson s'asseyant : oh je connais la chanson, mes parents viennent de divorcer

Nicky : c'est nul hein ?

Dawson : oui mais c'est souvent ce qu'ils leur restent de mieux à faire, ça n'a pas été évident, ça a été une guerre sans merci alors euh

Nicky : si c'est ce qu'il y avait de mieux alors comment se fait-il que je me sente aussi mal ?

Dawson : je sais pas

Nicky : hum

Dawson : et ton père, où est ce qu'il vit ?

Nicky : il vit à Capeside

Dawson : non c'est pas vrai

Nicky : bah si pourquoi ? C'est le principal du lycée

Dawson : bah euh attends une minute, ton père serait le Principal Green ?

Nicky : ne me dis pas que c'est le lycée que tu fréquentes

Ils rient

Nicky : il a fallu que ce soit ton lycée

Ils rient à nouveau

Dawson : oh non, écoute monsieur Jordan est notre prof de ciné, il est super mais son cour est archi plein j'ai fait des pieds et des mains pour y assister cela dit je peux lui parler de toi, il m'apprécie

Nicky : je suis déjà inscrite elle sourit

Dawson : pardon ?

Nicky : je communiquais par email avec lui, il me donnait des cours particuliers

Dawson : très bien, aah, je savais pas qu'il faisait ce genre de choses

Nicky : tu seras la gérer cette concurrence amicale Dawson ?

 

Jack et le jeune homme se parlent

 

Jack : Bingham, Breely, et Buckingham?

Jeune homme : une école préparatoire

Jack : ça fait cabinet d'avocat tu trouves pas il boit une gorgée de son café

Jeune homme : vu l'ambiance parfois ça pourrait être ça, mais dans l'ensemble je suis franchement ravie d'être sortie de Capeside, j'ai tout fait là bas

Jack : et tu reviens pourquoi ?

Jeune homme : rupture, j'ai besoin de retrouver des parents aimants, des bonnes soupes de légumes du jardin et mon lit une place

Jack : ça faisait longtemps que vous étiez ensemble ?

Jeune homme : ça faisait deux ans, pire qu'un divorce, je te jure Jack boit une nouvelle gorgée de son café sans parler du fait que je le vois à l'école tous les jours Jack le regarde c'est comme ci on avait rompu mais qu'on continuait à vivre ensemble avale sa gorgée de café qu'est ce qui se passe ? Ça t'étonne que je sois gay ? Je suis habitué, tous mes amis disent que j'ai un look de parfait hétéro ! Et pour toi ? Raconte

Jack relevant la tête vers lui : quoi pour moi ?

Jeune homme : les gens le voient tout de suite ou pas

Jack : ouf, comment tu as deviné ? Dis moi c'est si évident

Jeune homme : ahah, ah oui ça saute aux yeux, non mais attends tu as rien d'une folle tordue non tu serais plutôt

Jack le coupant : plutôt, plutôt quoi ?

Jeune homme : petit minet perdu au fin fond des bois

Jack : pti minet

Jeune homme : ahhé, un garçon sans réel expérience à qui certains se feront une joie de briser le cœur

Jack : on peut pas dire que ça donne envie d'y aller

Jeune homme : soyons réaliste la plus part des types ne sont pas des modèles de finesse

Jack : qu'est ce que tu veux dire ?

Jeune homme regardant dehors : tu verras Jack le regarde euh comment tu t'appelles au faite ?

Jack : hum hum, Jack, Jack McPhee

Jeune homme lui serrant la main : Ethan, ravi de t'avoir rencontré

Jack : oui

 

Joey et AJ remontent le quai

 

AJ : j'espère que tu as pu quand même dormir

Joey : ahah, AJ tu m'as parlé de Ulysse pendant 8 heures

AJ : oui je sais, mais c'est parfois difficile pour un assistant de faire le vide dans sa tête et surtout quand un sujet te passionne vraiment, dans ces cas là rien ne t'arrêtent tu fonces comme un dingue Joey approuve de la tête oh et toi Joey Potter qu'est ce qui te passionne vraiment, qu'est ce qui te fait foncer comme une dingue ?

Joey : j'en sais rien, je j'aimerai bien le savoir mais

AJ : mais ?

Joey : pendant ces deux dernières années, ma vie n'a pratiquement que tourné autour de ce garçon que je t'ai parlé, c'est pas très glorieux hein

AJ : mais vous n'êtes pas ensemble ?

Joey : non

Ils s'arrêtent au niveau du train

AJ : dis moi est ce que tu connais Euclide

Joey fait non de la tête

AJ : c'est des maths c'est assez difficile à expliquer, il réfléchit bon imagine que tu es la taille d'une tête d'épingle minuscule, tu es assise sur un beignet, tu regardes autour de toi, tu as l'impression d'être assise sur un disque plat mais si tu changes de dimension et que tu t'assis sur une courbe alors tout ce qui t'entoure devient aussitôt une ligne droite

Joey : je crois que je me suis perdue dans le sucre glace

AJ : hum ah, je vais simplifier, l'être humain perçoit les choses différemment selon qu'il les observe de près ou de loin

Joey : donc si je veux comprendre certaines choses, il faut que je prenne un peu de recul

AJ : cesse de te regarder le nombril ils sourient Joey baisse la tête, AJ la regarde Joey tu vois pas d'inconvénient à ce que je prenne de tes nouvelles ? Je pourrais t'appeler, comme ça

Joey : euh, ça n'aurait rien de gênant

AJ : d'accord

Joey : bon tu as un stylo ?

AJ cherchant dans sa poche intérieur de son manteau : euh ah oui, tu, tu aurais un bout de papier

Joey passant ses mains dans ses poches : euh nan elle prend son stylo et lui attrapent sa main, elle écrit son numéro de téléphone sur la paume, AJ regarde Joey

Ils se serrent la main

Joey : bye

AJ souriant et regardant Joey partir : bye

Joey se retourne et voit AJ entrain de regarder sa main où elle a écrit son numéro, ils se sourient, elle monte dans le train, Dawson arrive suivit de Nicky

Dawson : Joey, je te présente Nicky, Nicky Joey

Nicky : salut elles se serrent la main ravie de te rencontrer

Dawson : c'est une nouvelle élève du lycée il sourit, Joey regarde Dawson puis regarde à nouveau AJ

Joey : au revoir AJ lui fait un signe de la main

Dawson regardant Joey puis AJ : c'est qui ?

Joey se retournant vers Dawson : mon colocataire

Dawson laisse monter Joey et fait passer Nicky devant lui et il regarde AJ partir

 

Chambre de Dawson, nos deux amis sont allongés dans son lit

 

Dawson : je sais pas si c'est moi ou la perspective d'entrer à l'université qui m'angoisse autant

Joey approuvant de la tête : je vois ce que tu veux dire, est ce la lueur au bout du tunnel ou les phares d'un semi-remorque

Dawson réfléchissant : peut-être les deux ils se regardent et tournent la tête

Joey : ouais, il va bien falloir qu'on s'habitue à cette idée

Dawson : ouais, as tu déjà eu par le passé la désagréable sensation que Joey se tourne vers lui la vie venait de te jouer un mauvais tour Joey se redresse j'ai même pensé devenir vendeur de tacos Joey sourit bienvenue chez Paquito il se tourne vers Joey qu'est ce que je vous sers ? Ce serait facile, ça vient tout seul

Joey : Dawson dans la vie, il y a d'autre joie que de gagner, le plaisir de faire est important et quoi que tu fasses fait le avec amour

Dawson : tu as raison, à moi maintenant de te poser la question, qu'est ce que tu as appris pendant ce week end ?

Joey hoche la tête et s'assit sur le lit

Joey : bien, jusqu'ici la fac c'était un bon moyen de sortir de Capeside, tu le sais

Dawson : je le sais et ?

Joey : et à présent je me dis que ça peut être plus que ça Joey remet ses mèches de cheveux derrière ses oreilles oh bien sur ça fiche la trouille mais c'est un monde remplit de gens vraiment passionnés c'est vraiment bien faut voir comment ils s'enthousiasment pour des bouquins des théories et elle hausses les épaules et euh moi aussi je suis enthousiasmée

Dawson : mes soupçons viennent d'être confirmés

Joey : ah bon, comment ça ?

Dawson : tu es une véritable intello il rit, elle sourit et fait un rictus et se rallonge dans le lit silence

Joey : dis donc c'est une impression ou cette chambre a rapetissé pendant notre absence

Dawson : tu trouves ?

Elle approuve de la tête

Dawson : ahhh je me disais qu'elle avait un côté plus silence rassurant

 

Ils restent allongés un moment en silence, Joey se relève et regarde Dawson

Joey : à un de ces jours Dawson

Joey se lève

Dawson : à un de ces jours Joey

Il la regarde sortir par la fenêtre et reste seul dans sa chambre

 

The End


Ce script a été réalisé par AuRele02

(Dawson's bedroom - He's editing his Witch Island documentary - Grams is on the screen)
Grams: And what happened there is proof positive that the good Lord doesn't take lightly to those who dabble in the black arts.
(scene on television shows the boat moving off shore - Dawson walks around the room holding a film reel when Joey throws an overnight bag in through the window and then follows)
Dawson: (turns and faces her, chuckling) Nice entrance.
Joey: (looks at the TV) Dawson, isn't there a limit on the number of times a person can watch their own movie?
Dawson: I- I've gotta be prepared. We've got a Q & A session after the screening.
Joey: Oooh, 'The Screening'. How Sundance.
(Joey begins to take her coat off)
Dawson: Let's not blow this completely out of proportion, shall we?
(Dawson stares at his feet, then starts looking around)
Joey: What's the matter?
Dawson: (quickly) Nothing.
Joey: (smiling) Could it be...?
Dawson: What? (he is packing his own overnight bag)
Joey: (sits on bed) Dawson Leery, the gifted, young, self-motivated auteur; Capeside's own Spielberg and wonder, can be nervous?
Dawson: Yeah. (sighs) Yeah, of course I am. I mean, it's, you know, it's one thing to be a big fish in the small pond that is Capeside-
Joey: But entirely another to swim in the talent pool with hundreds of your egocentric competitors.
Dawson: (pointing at her) Exactly. And thankyou for that gut-wrenching visual.
Joey: Now I may be a little biased here, because, well, let's face it, I am one of the stars of the movie, but, it's really good. I mean, look at it this way - for better or worse, this experience will only take you one step closer to realising your dreams.
(Dawson looks unconvinced)
Joey: Besides, you don't have to spend an entire weekend with a complete stranger.
Dawson: It is kind of cruel and unusual.
Joey: Yeah, well, I signed up for the College tour, and they pair you off with one of the students. Those are the rules.
Dawson: Are you nervous?
Joey: Yeah! But in a good way. I mean, I know we're just visiting, but this trip kinda gives me hope. Maybe one day I will make it out of here.
Dawson: (walking over to his closet) Hey Joey, it never once crossed my mind that you wouldn't make it outta here.
Joey: It's easy for you to say, Dawson.
(he walks back towards Joey)
Dawson: Come on, Jo, look at the original impulse, look at this weekend as an adventure. Alright, I mean this is- this is our first fore into the real world. You know, this weekend could be a glimpse into the rest of our lives.
Joey: Or, it- it could be the weekend when all of our hopes and dreams just come crashing down around us, I mean, forcing us to withdraw from mainstream society and spend the rest of our days as these cynical embittered shadows of our former selves.
(Dawson chuckles)
Joey: (smiles) It's just a thought.
* * * * *
(Cambridge University in panoramic view- Dawson, Andie, Jack and Joey are strolling past the buildings)
Dawson: I feel like Richard Dreyfuss from Close Encounters of the Third Kind. You know, the director's cut where he finally boards the mother ship and meets with the aliens.
Joey: News flash, Dawson. We are the aliens.
Jack: So, what're you thinkin', sis?
Andie: (motions around her) These students enjoy the distinction of attending America's finest college. Founded in 1626, it was named after a British colonist who ended up donating his entire collection of books. And the original faculty teaching here in the colonial wilderness could hardly have imagined that- that over the next three centuries it would become known throughout the world as a premier centre for teaching and research.
Dawson: (laughs) You should write for the catalogue.
Jack: Aahh. It is the catalogue, Dawson. I think she sent away for it when she was about nine.
Andie: (scoffs) Class of 2005, baby, early admissions - I'm gonna ace this interview.
(they all stop and pause)
Joey: Well, I better go meet my room mate. (reading from a piece of paper) Uh, A.J. Moller.
Andie: Joey, you are gonna have a blast. I took the junior tour last year.
Joey: (surprised) As a sophomore?
Andie: Early bird gets into college.
(Dawson and Joey chuckle)
Dawson: What are you doing, Jack?
Jack: Uuh, just hang out, I guess, do the tours thing.
Dawson: (looking at his watch) Well, it is about that time.
Jack: Yep.
Andie: (excitedly) I am so psyched.
Joey: Me too, (softer) me too. (she looks nervously around)
Andie: OK, bye.
Joey: (waves) Bye.
Dawson: Bye.
* * * * *
(Dawson approaches a girl, African American with long black braided hair, who is sitting behind a desk at a computer and taking the entrants into the film festival)
Dawson: L- double E-R-Y.
Nikki: First name?
Dawson: Dawson.
Nikki: (extending her arm outwards) Movie please.
(Dawson hands over the film reel)
Nikki: Which category, comedy or drama?
Dawson: Documentary. Well, actually more of a-
Nikki: Date of birth?
Dawson: Uh, three, fourteen, eighty-three.
Nikki: Uh, favourite director?
Dawson: Spielberg.
(she looks up at him skeptically, eyebrows raised)
Nikki: You're kidding?
Dawson: (shaking his head) No.
(she sighs, then walks over to place the film reel on another table - Dawson follows)
Nikki: Steven Spielberg. Undoubtedly a gifted film maker, but I mean, come on, where's the edge?
Dawson: The edge is (pauses) fleeting. Heart lasts forever.
Nikki: (eyebrows raised) Say 'cheese'?
(the flash of a camera goes off)
Nikki: OK, sign here, and here.
(as Dawson signs his name on the release forms he looks up to find Nikki staring at him)
Nick: This card will get you into the screenings.
(Dawson hands back the clipboard)
Nikki: You didn't fill out a synopsis.
Dawson: Not enough room. You see, uh, my film started out as a documentary, chronicling the history of this so-called island which was thought to be haunted, but-
Nikki: Another Blair Witch Project. Gotcha. (walking back to other table) Good luck. Next!
(Dawson sighs)
* * * * *
(Joey is walking along a dorm hallway looking at the numbers - she stops and knocks at door #381 and when there is no reply opens the door to find a guy sitting at his iBook)
Joey: Excuse me.
A.J: Sshhh!
Joey: I'm sorry, I just-
A.J: Shh, shh, shh, just a second.
(Joey sighs impatiently but waits a moment until he finally looks up)
A.J: Yes, what is it?
Joey: I'm looking for A.J Moller, is this her room?
A.J: (closing a book and throwing it on the bed) No, this is not her room.
Joey: She's supposed to be my room mate for the weekend; junior tour. Do you have any idea where I might find her?
A.J: Nope.
Joey: OK, weell, the number on my information card says 'Room 381'.
A.J: I'm certain it does.
Joey: And this is Room 381?
A.J: You betcha!
Joey: And you can't tell me where to find A.J Moller?
A.J: I didn't say that. What I said was I didn't know where you could find her. Him, I can point you directly to.
(Joey looks confused)
A.J: I'm A.J Moller. (holding up a card) That must make you (reading) Potter comma Joseph. I guess our gender ambiguous names have fostered a precarious situation.
Joey: To say the least.
A.J: (patronising) Before you start crying and calling home, I promise to give you one of the beds. And if- if you're really nice, I'll even leave the light on for ya.
Joey: (scoffs) I'm not staying here. I mean, this is not what I signed up for, OK? I'm supposed to be spending the weekend with someone who's going to show me what college is like, tell me what to expect. Someone-
A.J: With ovaries?
Joey: Yeah.
A.J: Listen, Jo, Joseph?
Joey: It's Josephine. Joey.
A.J: Joey, listen. (motioning around the room) This is what college is like. Guys and girls living together, mostly in harmony. I mean at Columbia, they even have co-ed bathrooms. And if you're not up for that, maybe you should be visiting women's colleges instead.
Joey: (throwing her bag on the floor in defiance) Look, maybe you're right. There's really no reason two people of the opposite sex can't spend one night together in the same room.
A.J: That's my girl. Now, if you don't mind, (Indian Chief voice) Bigum college boy have important paper to write. Little highschool girl take long walk around the campus.
Joey: (incredulously) You're kicking me out?
A.J: You're kicking yourself out, so I can have two more hours of unadulterated silence.
Joey: That's not-
A.J: Careful, careful. Say 'fair' and you'll really be showing your age. Oh, and uh, Potter comma Joseph, shut the door on your way out. Otherwise I'm gonna have those idiot Econ majors playing Nerf basketball down the hall.
(Joey picks up her bag and leaves, slamming the door behind her)
* * * * *
(Andie is walking along and comes upon Jack, sitting on a bench looking at a book)
Andie: Hey, what you got?
Jack: (stammers) Uh- just uh, you know, a guidebook to Boston.
Andie: Oh. OK, tell me you are not going off in search of Thoreau's butt-print at Walden Pond??
Jack: (laughs) No, I hadn't planned on that.
Andie: Hey, you know what you should do? I heard there's a really great art museum around here. You should go check it out.
Jack: OK, maybe I will.
Andie: OK. Well, I gotta go. Bye.
Jack: See ya.
(After Andie leaves Jack unrolls the book- it's the "Pink Pages 1999")
* * * * *
(Andie enters the admissions building- she walks into the Dean's secretary's office where a lady of about 60 years sits behind a desk)
Andie: Hi. I'm Andie McPhee.
Fran: (looks at a sheet of paper) Mmm. Spell the last name, please.
Andie: M-C-P-H-E-E.
(her computer bleeps)
Fran: It says here that your appointment isn't until March. Either there's something wrong with my calendar, or you've got a very long wait.
Andie: Well, uh, Mrs (looking at name plate on her desk) Boyd-
Fran: Call me Fran.
Andie: Great. OK, well, my dad, Joseph McPhee, is an alumnus, class of '72. And he always said, if you want something badly enough, make sure you're first in line.
Fran: A daddy's girl, huh? Me too, God rest his soul.
Andie: So, you think maybe you could squeeze me in?
Fran: (kindly) Not a chance.
Andie: But, uh, I just want five minutes with the Dean, that's all.
Fran: The thing is, everyone else here has an appointment. Today.
Andie: Uh-huh. Well, do you think something might open up?
Fran: Would you cancel your university interview at the last minute?
(Andie looks on in silence)
Fran: You see my point?
(Andie walks away disappointed)
* * * * *
(Witch Island screening - it finishes and only a few people clap half-heartedly)
Student: Been there, seen that. (to her friend) Where do you want to go eat?
(Some MC gets up the front and speaks to the few people left in the room)
MC: Uh, ladies and gentlemen, if anyone has any questions or comments, uh, the film maker will be glad to, uh, answer them for you.
(Dawson slowly sinks in his seat)
MC: Mr Leery? (no-one gets up and Dawson sinks further in his seat) Dawson Leery, can you step up here please.
(people start looking around and Dawson reluctantly stands up and walks down to the podium - Nikki watches on)
Dawson: Hi (he speaks into the mic too loudly causing a feedback whine) Oops.
(Some students laugh - the MC whispers in his ear)
Dawson: Sorry. Uh, I'm Dawson Leery. Um, d-d- does anyone, um, have any questions, or...?
(all is painfully silent for a few seconds)
Girl: Yeah.
Dawson: (relieved) Yes, question!
Girl: Where's the Joey chick - she here? She is hot!
* * * * *
(Outside the theatre - Dawson is walking away - Nikki angles to meet him)
Nikki: Dawson. Are you all right?
Dawson: (snaps) Fine.
Nikki: These screenings, they can get pretty brutal when the lights come up.
Dawson: I can handle that. I mean, so what if my movie's not hip enough to rouse the interest of these pseudo-intellectual art-house snobs.
Nikki: On the bright side. At least no-one threw things.
Dawson: (sarcastic) Thank God for small favours. (he starts to walk away)
Nikki: You are upset.
Dawson: (turns and faces her) Wouldn't you be?
Nikki: I'm sorry about what happened in there, I really am. But in light of The Blair Witch Project, I don't know what you were thinking.
Dawson: What?
Nikki: Riding the coat-tails of some absurdly successful cultural phenomenon is simply not gonna cut it. I mean-
Dawson: B- before you eviscerate my work any further, why don't you at least tell me your name?
Nikki: Nikki. Nikki Greene.
Dawson: Nice to meet you, Nikki.
Nikki: Take this Joey character for example. I mean, who is she, and- and what does she mean to you? Are you friends? Lovers? What? Nothing was clear. More troubling was that you didn't seem to understand that that was the most interesting part of your story.
Dawson: (sarcastic) Well, aren't you perceptive?
Nikki: Don't patronise me. I'm trying to give you an honest assessment here.
Dawson: (snidely) Well, excuse me, but it's not every day that I'm subjected to an unsolicited note session from-
Nikki: A volunteer? Paper-pusher? My position and altruism is to validate my opinion. Well next time I'll pick what you wouldn't (select?) more carefully.
(she pats him on the chest with the flat of her hand and storm off)
* * * * *
(Jack waits at a bus stop - a bus pulls up and after a couple of guys get on he stands there still undecided as to whether or not to get on)
Driver: Well, are you in or out?
(Jack boards the bus and it leave - he takes a seat and looks at what appears like to be a gay couple)
* * * * *
(Joey who is still walking around the campus comes across a brooding Dawson sitting on a bench)
Joey: Dawson! Hey.
Dawson: Hey.
Joey: How'd the screening go?
(Dawson looks down and sighs)
Joey: Come on, it couldn't have been that bad, could it?
Dawson: It was an unmitigated disaster.
Joey: What do those hipper-than-thou film brats know anyway?
Dawson: Maybe they're right.
Joey: Come on. (she sits next to him) You don't mean that.
Dawson: You know, maybe the problem with having such a big dream is ... you never stop to question whether or not you have the talent to back it up. What if I- I just simply don't have what it takes to be a great filmmaker?
Joey: Dawson, I've been there from the beginning. To most people, movies are just a way of passing time, but I was there that day that- that they became something more to you. The day you decided to pick up your parents camcorder and make a movie of your own. The day that you said for the first time out loud that you were going to be a film maker. I've had the privilege of watching you take this dream and make it a reality. And you know what?
(Dawson looks at her)
Joey: I'm really proud of you.
(Joey puts her arm around his shoulders)
* * * * *
(The Dean's secretary returns from lunch to find Andie waiting)
Fran: You.
(Andie waves)
Fran: How'd you get in here?
Andie: Janitor. Don't worry, I- I didn't touch anything. But, I brought you dessert.
(Andie walks over to the secretary with a piece of cake)
Fran: (shakes her head and laughs) And I thought I'd seen it all.
Andie: Well, I thought I'd be here, you know, in the off chance that Dean Hardgrove got back early, and then I could, well, you know...
Fran: You've got chutzpah, I'll say that much for you.
Andie: So, is he back yet?
Fran: He's a notoriously late luncher.
(Andie's face falls and she slumps into a chair)
Fran: What's the matter?
Andie: (despondently) Nothing.
(the secretary walks around and sits next to Andie)
Fran: Do you know how many kids I have? Seven. You know how many went to this university? Zero. Didn't seem to bother them much.
Andie: So you don't think I'm gonna get in?
Fran: Oh, I gave up a long time ago trying to figure out who they're gonna accept.
Andie: So, you had seven kids?
Fran: Two are doctors, um, one's an investment banker, whatever that is. The three girls are married and one didn't go to college. Plays horn in a jazz band downtown. Which do you think is happiest?
Andie: OK, so what you're telling me is avoid medical school and Wall Street, don't get married, and... skip college.
Fran: What I'm saying is whether or not you attend this distinguished university with have little or nothing to do with what kind of person you turn out to be, or whether you find fulfilment in your life.
Andie: Hmm.

Joey sits in a lecture theatre that is about half full - A.J enters and comes up to her)
A.J: Freshman English, huh? A good one to visit.
Joey: Don't tell me you're in this class?
A.J: Kinda.
Joey: (reluctantly) You wanna sit?
A.J: Uh, no, I can't.
Joey: So I, uh, I guess this professor's really late?
A.J: No, he's not coming. They do that a lot. And then some poor schmuck undergraduate teaching assistant has to come in ans try to rally the troops for what's called (loudly) discussion session!
(A.J walks off down the front of the class)
A.J: Hi, guys. Professor Taylor is at some semiotics conference in Seattle, so you're stuck with me, again. Now we have a lot of visiting high school schoolers in our midst today, so I thought we'd take a break from our ongoing 'great books' discussion, and ask some of them what books they consider great. (points at Joey) How about you. In the cheap seats. Brown haired girl.
Joey: What's my favourite book?
A.J: You read, don't you?
Joey: (after a moment of thought) Little Women.
A.J: Louisa May Allcott. Interesting. Now I haven't read that since I was ... ten or so. As far as I remember it's sort of a less successful version of Jane Eyre. Something about a girl with a boy's name?
Joey: The girls name is Jo. She has three sisters, a mother, a father who's usually not around and when he is he's very impractical, and he's not the greatest at providing the material things in life.
A.J: (patronising) That's right. They're poor, but they have each other. And there's something to do with a boy next door. Yeah, it's all coming back to me. OK, so Little Women. Perennial American classic, yes, but great book? Worthy of inclusion in the literary canon? What do we think people?
(Female student puts her hand up and A.J motions for her to have her say)
Student 1: No way. This book is completely anti-feminist in spirit.
Student 2: I concur. I mean, the heroine supposedly burns with this artistic genius, but ultimately she gives up all of her dreams, gets married and starts popping out babies.
Student 3: Alcott's a minor writer. Most of what she wrote, she wrote purely for money.
(Joey sits with arms crossed and gives A.J the evil eye)
A.J: (patronisingly) And what's the lesson here? That we can't say a book is great simply because we identify with the hero or heroine.
* * * * *
(Joey is walking down the stairs after the class - A.J is following her)
A.J: Joey, wait.
Joey: Why, so you can sic one of your little over-educated minions on me? Try again.
A.J: Admittedly we were a little harsh.
Joey: (sarcastically) I concur.
A.J: You said you wanted the college experience.
Joey: Don't be so glib. What you did in there was insensitive. You hardly know me, A.J. Maybe I am just some naïve little highschool girl, but I was actually looking forward to getting a- a taste of the fun part of the college experience, not just that mean, bitter part. Do you spend so much time staring that i-Book that you've forgotten that part even existed?
A.J: (sincerely) Sorry. How about we start over? Give me chance to show you what college is really all about. What do you say?
* * * * *
(Movie screening - Dawson watches on - the audience is spellbound)
Guy: (to Dawson) Have you got any idea who shot this? It's on another level, is what I think.
(the film ends and there is loud applause and cheering)
MC: Let's get the gifted young filmmaker up here, shall we?
(the crowd gives a standing ovation as Nikki stands and moves down the front - Dawson looks on surprised and confused)
* * * * *
(Outside the screening theatre - Dawson comes up to Nikki who is trying to get a pack of M&M's from a vending machine)
Nikki: Dawson!
Dawson: Hey.
Nikki: I need a sugar fix after all stressful experiences.
(she hits the vending machine and the M&M's drop down)
Nikki: Finally. (she retrieves the confectionary)
Dawson: Stressful? Come on, that was a love-fest.
Nikki: (snappy) Don't sound so overjoyed.
Dawson: Don't be falsely modest.
Nikki: If it had been the other way around, I would have enjoyed your success.
Dawson: So you're not only a better film maker than I am, you're a better person.
Nikki: Look, can we start over again?
Dawson: Yeah, lets.
(they move over to a table and sit down)
Nikki: So, what did you think of my film? Really. Constructive criticism only, please.
Dawson: I, uh, I thought your film was- was technically accomplished.
Nikki: Technically accomplished. That sounds like a nice dismount off the balance beam.
Dawson: Well, it's better than derivative. Or unclear. Or not understanding your own material.
Nikki: OK. Maybe I was a little insensitive in my comments. I'm sorry.
Dawson: Duly noted. Now, you never mentioned, before, that you were entered in this film festival. Why not?
Nikki: I don't lead with my chin, Dawson. You can get hurt that way.
Dawson: That you can. Well, um, you seem to have really knocked them dead. Congratulations.
(Dawson stands up and walks away)
* * * * *
(Andie and the Dean's Secretary, Fran, are sitting at a table outside having coffee)
Andie: I think I'm gonna write about her.
Fran: For your application essay?
Andie: 'Who's the one person who influenced you most, and why?'
Fran: You should. It might help you organise your thoughts about her.
Andie: I remember one day, it was about six months after the accident, I found her by a creek. She was just sitting in the water, her blouse was soaking wet and ... her hair was flustered in strands across her face. It was like she didn't know where to go or what to do. (teary) I don't think I'll forget that image as long as I live.
Fran: (reaching out and holding Andie's hand) Do you mind if I lay a dose of truth on you?
Andie: Sure. After I spoke my deepest, darkest secrets, why not?
Fran: One. Always wear sensible shoes. If your feet are killing you, you can't think straight.
Andie: (smiles) OK. And two?
Fran: Let yourself off the hook for things over which you have no control. Just because your mother couldn't get past your brother's death, doesn't mean you have to beat yourself up for making peace with it.
(Andie just looks at her)
Fran: I'm sorry, I shouldn't be sticking my big nose in.
Andie: No, no, I was just thinking something. Maybe when your mom starts to lose her mind, you sort of do to, you know, as a way of trying to understand what she's going through. This is so weird, I mean incredible even, that I'm sitting here, in Cambridge with-
Fran: (chuckles) A sixty year old, career secretary?
(Andie smiles and nods)
Fran: Well, one thing I learnt a long time ago - life can surprise you, in a thousand different ways.
* * * * *
(A.J and Joey are walking along a hallway)
Joey: You know, as much as I appreciate you willingness to spend time with me, I've gotta ask, where are we going?
A.J: You'll see.
(they come up to a door and A.J uses a key to gain entrance - when they step inside its wall to wall covered with high bookcases and a large table in the middle of the room)
Joey: OK, what is this place?
A.J: A rare book and manuscript library.
Joey: Are we supposed to be in here?
A.J: (smiles) What's the matter? You afraid the library police are gonna come snatch us up? I wanted to show you something.
(A.J uses a small ladder to reach a box on the top shelf of a bookcase)
Joey: What?
A.J: Have a seat.
(He steps down and they both sit at the table)
A.J: Look at this.
(He opens the box and a very old-looking copy of Little Women is inside)
Joey: Little Women?
A.J: Not quite. The book we know today as Little Women was originally published in two separate volumes. This is just the first. It's Louisa May Alcott's very own copy. Go ahead, look at it. Carefully. Let's see what this favourite book of yours has to offer.
(Joey picks it up carefully and looks at it in wonder - she opens it to a particular page)
Joey: This is the part where Jo and Meg go to Mrs Gardiner's party. (reads) 'Jo saw a big red-headed youth approach her corner, and fearing he meant to engage her, she slipped into a curtained recess. She found herself face to face with the Lawrence boy'.
A.J: (reading) "Don't mind me, stay if you like."
Joey: "Shan't I disturb you?"
A.J: "Not a bit. I only came here because I don't know many people and felt rather strange at first, you know?"
Joey: '"So did I. Don't go away please, Sir, unless you'd rather."
A.J: 'The boy sat down again and looked at his boots. "How's your cat, Miss March?"'
Joey: (turning the page) "Nicely, thank you, Mr Lawrence. But I ain't Miss March, I'm only Jo."
(they both look at one another for a few seconds before Joey closes the book)
Joey: My mom used to read it to me. That's why she named me Josephine. It was her favourite book.
A.J: Was?
Joey: She passed away.
A.J: I'm sorry to hear that.
Joey: I guess that's why I read it. And re-read it. 'Cause when I do, it's- it's like she's with me.
A.J: So- so it's like a friend, the book?
Joey: Yeah. Exactly.
A.J: Well, you can never have too many friends, Potter, Joseph. (she smiles)
Joey: Sooo, Miss A.J Moller (he smiles), what is your favourite book? Some ponderous tone by Heroditis?
A.J: Are you ready for this-The Lion, The Witch, And The Wardrobe.
Joey: (smiles, feigning shock) Well that sounds rather infantile.
A.J: Entirely. But, like all the best things in life, simple, sweet ... magical.
* * * * *
(Jack walks into a gay bar where the lights are dim and the music loud - he walks around then sees a guy looking at him so he heads over to the bar)
Bartender: Hey, what can I get you?
Jack: Uh, I- I, um, I guess I-
Guy: My guess is he can't handle much more than a beer. Make that two.
Jack: Oh- oh no, you- you don't have to do that-
Guy: It's OK, I wanted to.
Jack: Thanks.
Guy: (smiles) You're adorable.
(Jack half-smiles)
Guy: You're shy, right? Well let's just start all over, OK? You're not adorable, and I am not attracted to you. Would you like to go somewhere else? I mean, this really probably isn't your scene. We- we could just talk, OK? Maybe, I don't know, get to know each other a little better, and-
(Jack bolts while the guy turns to get the beers)
* * * * *
(Screening theatre - they are announcing the winners of the film festival)
Co-ordinator: Our second-place finalist is ... Windscape, David Steiner.
(applause - David comes up to accept and award - camera zooms in on Nikki - her expression is that of a person who fully expects to win)
Co-ordinator: And now, in first place, the award goes to ... Tommy and Moe, Carl and Michael Biggins.
(applause and cheering - Nicky's face drops in disappointment - Nikki gets up and leaves - Dawson follows and catches up with her outside the theatre)
Dawson: Nikki.
Nikki: (sharply) What now? Time to rub salt in the wound?
Dawson: You were robbed.
Nikki: Excuse me?
Dawson: I saw every single film at the festival and yours was the best, hand's down.
Nikki: Let's dispense with the mock compassion, shall we?
Dawson: There's nothing mock about it, Nikki. It's a simple fact.
(she stops and turns to face Dawson)
Nikki: If it's OK with you, I'd like to be alone right now.
Dawson: How can you be so upset about this?
Nikki: Like your failure didn't affect you?
Dawson: Point taken. But there's a huge difference between what happened to me and what happened to you.
Nikki: And what's that?
Dawson: Well I learned that I have to dig deeper, and- and reveal more of myself in my work if I'm going to make a film that's worth anything. You learned that film festivals don't necessarily award the meritorious.
Nikki: (more calmly) I wanted to win, Dawson.
Dawson: Nikki. Your film just wasn't technically brilliant, OK? It was inspired. It inspired me. It-- it made me remember why I got into film in the first place. Not to win festivals, not for glory, but to reach people. And you did, you made them laugh, you moved them. No matter what happens to me, I'm not gonna give up until I reach that goal.
Nikki: You really liked my movie?
Dawson: Yeah. I really liked your movie.
* * * * *
(Train station -- Dawson meets up with Andie at the bottom of a stairwell and they walk towards the platform)
Dawson: Are we the first ones here?
Andie: Yeah, it looks like it.
Dawson: So did you get your interview?
Andie: Yeah, I did. Not the one I expected, but maybe the one I needed.
Dawson: Pray, tell.
Andie: Oh, long story short, I had this chance encounter that yielded a little clarity. How about you? Did you get what you came here for?
Dawson: (smiles) Yeah. I did. Also in a most unexpected way.
Andie: Hmm. I think that's what screws us up the most.
Dawson: What?
Andie: It's like you get this picture in your head of the way things should be, and- and you end up closing yourself off to some of the wonder and serendipity of the actual experience.
Dawson: Who was this chance encounter with, Deepak Chopra?
Andie: Yeah, something like that.
* * * * *
(Jack is on the train - the seat next to him and the two across from him are unoccupied, but Jack has his bags on them)
Ethan: Are these seats taken?
Jack: Uh, yeah, I'm kinda saving them for some friends.
Ethan: No problem, say no more. (he starts to move further down the compartment)
Jack: Actually, you know what? Um, it's cool. I don't even know if they're coming.
(he moves his bags to the seat next to him)
Ethan: You sure?
Jack: Yeah, positive.
(the guy puts his bag in the overhead storage space and sits across from Jack)
Ethan: Do me a favour? Wake me up when we get to Capeside.
(he puts a jacket under his head as a pillow)
Jack: (surprised) You're going to Capeside?
Ethan: Yep.
Jack: (smiles) Me too.
* * * * *
(Dawson is walking along another part of the train carrying several coffees - he unknowingly walks past Nikki)
Nikki: Hey porter, is that uh, decaf or 'caf?
Dawson: Nikki! Hey. What are you doing here?
Nikki: I'm doing the divorced-kid shuffle. Mom's a techie, she's been transferred to Chicago, so I'm going to co-habitate with my dad.
(Dawson sits on the arm of the seat in front of Nikki whilst still facing her)
Dawson: I know that drill. My parents just got divorced.
Nikki: Sucks, doesn't it?
Dawson: Hmm-mm. I mean, I guess, you know, it's for the best and everything, you know, it was just a really long, drawn out long battle that-
Nikki: If it's for the best, then why do I still fell so lousy?
Dawson: Yeah.
Nikki: Yeah.
Dawson: So, um, where does your father live?
Nikki: Um, a place called Capeside.
Dawson: You're kidding?
Nikki: No, he's a- a highschool principal there.
Dawson: (getting excited) What? Wait a minute. Your father's Principal Greene?
Nikki: Do not tell me that you go to school there?
(they both laugh)
Dawson: This is too weird.
Nikki: What are the chances?
(they both laugh again)
Dawson: Wow. Um, so Mr Jordan, he's the film teacher and his film lab is actually really full. I had beg, lie, and steal just to get in. But you know, I think I have some pull with him.
Nikki: I'm already in.
Dawson: What?
Nikki: We've been e-mailing each other. He's been giving me this sort of, uh, private tutorial.
Dawson: (surprised) OK. I wasn't aware that he did that sort of thing.
Nikki: (playfully) You can handle a little friendly competition, can't you?
* * * * *
(Jack and the guy talking)
Jack: Bingham, Breely, and Buckingham?
Ethan: It's a prep school.
Jack: Sounds more like a law firm.
Ethan: Huh. Sometimes it feels like one. But in the main, I'm just happy to be out of claustrophobic Capeside.
Jack: So what brings you back?
Ethan: Heartbreak. I need a little parental TLC, some chicken soup, and the comfort of my childhood bed.
Jack: A long relationship?
Ethan: Two years. It feels like a divorce, I swear. Not to mention that I see him everyday at school.
(Jack who was sipping coffee suddenly stops)
Ethan: It's like we've broken up but still living together.
(he notices Jack starting at him)
Ethan: What's the matter, I get under the 'gaydar'? That's what everyone says, I'm the straightest gay guy they know. What about you?
Jack: What about me?
Ethan: Can people tell right away?
Jack: (sighs) How can you tell? I mean, is it- is it that obvious?
Ethan: (laughs) Actually, yeah. I mean, not in a raging queen way, but more in a...
Jack: More in a what way?
Ethan: A babe in the woods, newbie way.
Jack: Newbie?
Ethan: Any sweet, inexperienced young gay man destined for broken hearts.
Jack: You make it sound so inviting.
Ethan: Well, let's face it, most guys are clueless.
Jack: How do you mean?
Ethan: You'll see. (pauses) Hey, what's your name, anyway?
Jack: (clears his throat twice) Jack. Jack McPhee.
Ethan: (extending his hand) Ethan. It's nice to meet you.
* * * * *
(Joey and A.J walk towards the platform)
A.J: I hope I didn't keep you up all night.
Joey: You talked for eight hours about Ulysses.
A.J: Yeah, I know. Sometimes it's hard to get that teaching assistance stuff out of your head. Especially when you're really passionate about something, you know, 'cause then your inner geek just runs wild. So what about you Joey Potter. What are you passionate about? What do you ache for?
Joey: I don't know. I mean, I wish I did...
A.J: But?
Joey: Well, for the past couple of years my life has kind of revolved around this boy. How pathetic is that?
A.J: But, you guys aren't together?
Joey: No.
(they continue in silence for a moment until they near the train and stop)
A.J: Do you know what a manifold is?
(she shakes her head)
A.J: It's a math thing. It's hard to explain. But, imagine yourself shrunk to the size of a pin point sitting on the surface of a doughnut. Look around you and it looks like you're sitting on a- a flat disk, right? But go down one dimension and sit on a curve, and suddenly it looks like a- a straight line.
Joey: You kinda lost me somewhere around the doughnut.
A.J: In other words, the way something appears from afar might be quite different from the way it appears to your near-sighted eye.
Joey: So in order for me to figure things out, I should get myself some distance?
A.J: (smiles) Take your face out of the i-Book.
(they smile at one another)
A.J: Look, would it be alright if I were to, you know, phone you sometime?
Joey: (shrugs) Well, it wouldn't suck.
A.J: OK.
Joey: You got a pen?
A.J: (reaches into his jacket) Oh. Yeah. Do- do- do you have a piece of paper?
Joey: Um (checks pockets), no.
A.J: (disappointed) Oh.
(Joey reaches for his hand and writes her number on it - they smile at one another - he goes to offer his hand to shake it, but realises it has her phone number on it, so they use their left hands instead)
Joey: Bye.
A.J: Bye.
(Joey boards the train just as Dawson and Nikki are moving to another section of the train)
Dawson: Joey! Hey, this is, uh, Nikki. Nikki, Joey.
Nikki: Hi. Nice to meet you.
Dawson: She's going to our school.
(Joey looks back at A.J and they exchange waves)
Dawson: Who's that?
Joey: (shrugs) My roommate.
(Joey squeezes past and Dawson allows Nikki to go before him then he looks at A.J suspiciously before following)
* * * * *
(Joey and Dawson in his room lying on the bed)
Dawson: Is it just me, or is the prospect of going to college seem a lot larger?
Joey: I know what you mean. Is it the light at the end of the tunnel, or is it an oncoming semi?
Dawson: Or is it both?
Joey: Well, it's definitely going to take some getting used to.
Dawson: Hmm. Do you ever have one those moments when you kind of just realise that the world has snuck up and completely blind-sided you? (pauses) I've been thinking about a career in fast food.
(Joey sighs exasperatedly)
Dawson: 'Welcome to Taco Bell, can I take your order?' It kind of just rolls off the tongue.
Joey: Dawson, everything in life is not just about winning. I mean, you have to find joy in the process, you have to love what it is that you do.
Dawson: Good point. Which begs the question, what, uh, life lesson did you stumble upon this weekend?
Joey: Weell. Well, college to me has always been about getting the hell out of Capeside, right?
Dawson: Right.
Joey: Well now I'm thinking that it could be more than that. I mean, it's scary, sure, but it's a world full of these deeply passionate people. I mean, people who get excited about books and ideas and theories and ... it kind of excited me.
Dawson: (gravely) My suspicions have been confirmed.
Joey: What do you mean?
Dawson: That you are a really ... big geek.
(they smile)
Joey: So is it just me, or- or does this room seem a lot smaller all of a sudden?
Dawson: Really?
(she nods)
Dawson: I was kinda thinking it seemed ... safe.
(they both sit for a moment before Joey starts to get up)
Joey: I'll see ya, Dawson.
Dawson: See ya, Jo.
(Joey leaves through the window)

The End


Source : www.multimania.com/rossnm

Kikavu ?

Au total, 24 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

cartegold 
13.11.2016 vers 16h

bedou 
31.10.2016 vers 12h

Sonmi451 
23.10.2016 vers 22h

jcapfrance 
04.10.2016 vers 20h

Maialen 
20.09.2016 vers 22h

RedCherry 
Date inconnue

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci au rédacteur qui a contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Activité récente
Actualités
20 stars de séries happées par les films d'horreur !

20 stars de séries happées par les films d'horreur !
Le site allociné a mis en place un diaporama : 20 stars de séries happées par les films d'horreur...

Michelle Williams

Michelle Williams
Michelle Williams est en pleine promotion pour son film "Manchester by the Sea" qui sort le 14...

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés

Les couples de séries souvent séparés et réconciliés
Un classique des arcs narartifs de nos séries télé préférées, les couples à rebondissements... Le...

Appel au volontariat / Photo du mois
Chers Dawsonniens, Nous serions ravis que l'un de vous se propose pour relancer un vote de la photo...

Katie Holmes / Sortie officielle

Katie Holmes / Sortie officielle
Ce Lundi 3 Octobre, Katie Holmes a fait une apparition lors du lancement de la campagne "Quaker's...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play

Dawson's Creek

Suis-nous !

Important : HypnoSeries ne propose aucune vidéo d'épisode sous forme de téléchargement ou de streaming