VOTE | 370 fans |

Sunnydale : Forum Série

Pour poster sur ce forum, veuillez vous identifier

Retour à la liste des sujets

Les Analyses de Sudena !


Sudena  (19.02.2013 à 23:22)

Des amours contrariées...





Que ce soit clair: je n'ai aucunement l'intention de comparer l'intensité intrinsèque des relations de nos trois personnages centraux mais bien de montrer leurs ressemblances. Et si on regarde bien on s'aperçoit qu'ils en ont eu trois. Trois différentes. Trois correspondant à un degré d'évolution semblable. La dernière fut de loin la plus belle... Revenons si vous le voulez bien sur chacune d'entre elles et laissons-nous aller à la joie humide de larmes que certaines ont provoqué (et d'avance pardon à tous les fans du Bangel...)...

-Buffy/Angel, Josh/Mandy, Jack/Sarah: l'amour passion: qui ne se souvient pas de la fabuleuse relation entre Buffy et Angel, la tragédie quand Angel, victime de la malédiction, perdit son âme ce qui obligea Buffy à le tuer avant qu'il ne revienne et qu'il choisisse finalement lui-même de partir?.. La passion que ce couple interdit a provoqué chez les fans fut telle qu'elle en est devenue aveuglante et que peu se sont posé la véritable question: pourquoi a-t-elle capoté en réalité? Se cacher derrière la malédiction est trop facile (pourtant c'est ce que fit Buffy qui l'idéalisa à outrance mais il faut la comprendre: il s'agit de son premier grand amour [n'oublions pas qu'il s'agit d'une série adolescente]...): à-partir de la saison 3 il est devenu évident qu'en fait ces deux-là ignoraient beaucoup de choses l'un sur l'autre, que leur passion leur a fait partager des moments extrèmement intenses mais que l'épreuve de la vie faisait pernicieusement son effet. La malédiction n'est qu'une métaphore: la roue commençait en fait à grincer, la passion retombait, l'amour s'en allait (Angel le comprit le premier)... Et derrière s'ils ont eu des scènes de tendresse ou de jalousie ils n'ont jamais _jamais sérieusement_ envisagé de se remettre ensemble... Dans "A la Maison Blanche" Josh et Mandy sont déjà séparés au début et Mandy n'apparait plus à partir de la saison 2: reconstituer leur relation est donc plus difficile mais pas impossible non-plus: leurs caractères "entiers" ne laisse que peu de doute sur le côté fougueux, "bestial", en bref: passionné, de cette relation. Mandy colorie une photo de Josh après leur ruptue, les deux se reprochent souvent des détails de leur vie personnelle ou de leurs caractères respectifs: on peut sans peine déduire que c'es là aussi l'épreuve de la vie qui a essoufflé la passion et éteint cet amour. Et de même s'ils ont par la suite des scènes de tendresse ou de jalousie ils n'envisagent jamais de se remettre ensemble... Jack sauve Sarah de la paralysie, les deux ne jurent plus qu'à-travers l'autre, la passion s'empare d'eux: le mariage est consommé. Mais petit à petit le couple s'enfonce, les détails de la vie quotidienne deviennet pesants, la passion cesse peu à peu et l'amour meurt conséquemment. Et derrière malgré quelques élans de tendresse et de jalousie ils vont leurs chemins chacun de leur côté... On voit assez le passé de Jack dans les flash-backs et on connait bien assez son caractère pour dire sans risque d'erreur que c'est bien là ce qui s'est passé: une fois de plus une passion irraisonnée, "animale", qui s'est conclue presque naturellement.

L'amour passion a bien été le premier que ces séries ont inventé à leur personnage central respectif (même s'il a été beaucoup plus important dans "Buffy"). Et on peut lui trouver tous les mérites que l'on veut il n'en demeure pas moins intenable sur la durée: en ne voyant pas le côté sombre de l'autre (ou en ne voulant pas y penser)l'insincérité gagne progressivement une place pernicieuse que la passion ne suffit plus à compenser. L'amour passion est éphémère et fragile: le temps vite a raison de lui_ et je dis ça, croyez-moi, en ayant très profondément aimé le couple Buffy/Angel..._.


-Buffy/Riley, Josh/Amy, Jack/Juliett: l'amour raison: arrivées après la passion ces relations sont intellectuellement parlant les plus évidentes et les plus équilibrées: Buffy trouve en Riley un protecteur équilibré (et bien vivant...) qui partage sa mission de tuer des vampires; Josh a en Amy à la fois son équivalent intellectuel et une démocrate déterminée et engagée sensible à son charme macho; Jack est apaisé par la calme Juliett qui croit en lui et est son véritable double féminin en matière d'attention et de protection du groupe. Mais  derrière les apparences parfaites _et je défie tout fan de dire le contraire_ ces relations (avec une nuance pour Josh/Amy) sont faibles: faibles dramatiquement, faibles sentimentalement. Riley est falot, Amy est parfois manipulatrice, Juliett ressemble trop à Sarah pour ne pas y voir une tentative désespérée de Jack de renouer avec un passé révolu. Elles manquent d'intérêt et de piquant tant pour les personnages que pour les spectateurs: à force d'être "irréprochables" elles manquent de passion et elles se terminent quasiment dans l'indifférence générale, au moins à moyen terme: elles n'auront aucune conséquence postérieure... Car à-côté d'elles se profile l'autre amour, le vrai, qui passionne le spectateur pas sa complexité et qui excite les sentiments les plus profonds des personnages: comment à-côté de lui l'amour raison _qui n'a jamais fait oublier l'amour passion_ aurait-il pu rivaliser en quoi que ce fut?..


-Buffy/Spike, Josh/Donna, Jack/Kate: l'amour pur: il feuilletonne sur plusieurs saisons, il séduit à la longue (même s'il semble "facile" au début pour Jack et Kate), il est rempli de moments de doute et de drames, il est à deux doigts de se conclure (sentimentalement parlant) mais tout va soudain au plus mal, il semble fini...pour mieux repartir, il se conclut aux touts derniers moments de la série (parfois dans la tragédie mais pas toujours, et l'effet produit est quoi qu'il en soit le même pour les fans: à savoir une intense jubilation et un long cri de joie accompagné d'un monumental "Enfin!!!"). Vous aurez reconnu je pense les grandes amours de nos héros. Observons de plus près leur processus de base:

-une attirance qui semble à sens unique: même un couple "visible" comme Jack et Kate n'échappe pas à ce sens unique initial qui provoque immanquablement une sympathie tendre de la part du spectateur: vous observerez avec un minimum d'attention qu'à chaque fois que l'un s'avoue ses sentiments l'autre semble passer à autre-chose (ici c'est d'abord Kate qui est attirée énormément par Sawyer, puis Jack qui sort avec Juliett à la grande jalousie de Kate): des deux côtés cet amour est à chaque fois à sens unique ce qui le rend terriblemment frustrant. Ne parlons même pas de Donna, éperdument amoureuse de Josh (ce que le public sait de façon certaine dès la saison 2) mais beaucoup trop intimidée pour l'avouer (et qui plus est travaillant pour lui)... Spike, lui, hait la Tueuse par nature mais revient toujours vers elle...avant de se rendre à l'évidence au début de la saison 5: il en est totalement amoureux... Mais la réciproque, malgré tous ses efforts, malgré même son courageux aveu, n'est pas vraie. Son histoire commence néanmoins à intéresser le public qui se prend soudain d'une affection nouvelle pour lui.
Pourtant, malgré les apparences, un événement vient chaque fois interpeler le public et lui faire penser que ce sens unique n'est peut-être pas si vrai que ça: Jack et Kate s'embrassent fougueusement dans la saison 2 au moment même où ils semblaient beaucoup s'éloigner l'un de l'autre; Josh protège Donna malgré elle et sauve son honneur alors qu'elle était presque accusé de trahison dans la saison 4 en y mettant une énergie, une détermination, un acharnement et surtout un tact qu'on ne lui avait vu que très rarement; pour savoir si Spike a parlé sous la torture Buffy lui rend visite en se faisant passer pour le robot à son effigie: elle se rend compte qu'il a résisté et qu'il était prêt à aller beaucoup plus loin que ça pour la protéger: elle lui donne alors à son insue un premier vrai baiser...


-un rapprochement fort...suivi d'une rupture violente: après avoir quitté l'île Jack et Kate se souiennent mutuellement face au monde et parfois aussi leurs amis, vivent ensemble et envisagent même de se marier, mais leur cachotterie commune les mine peu à peu jusqu'à ce que Jack craque et rompe violemment, totalement obnubilé par l'île: Kate le prendra très mal et le lui fera très violemment sentir en s'en prenant à lui de façon extrèmement rabaissante, refusera (officiellement...) de lui faire confiance et de retourner sur l'île puis s'opposera physiquement à lui lorsqu'il voudra faire sauter le bunker avec une bombe H (alant jusqu'à le menacer avec un flingue). Donna demande de plus en plus de reconnaissance professionnelle à Josh qui accepte et lui met le pied à l'étrier ce qui lui permet d'aller en Israël...où elle est victime d'un attentat qui le bouleverse au point de lui faire abandonner son travail: les deux sont alors très près de s'avouer leur amour: elle le réclame dans son délire, il lui tient la main et reste avec elle jusqu'à ce qu'elle soit hors de danger; mais le retour au quotidien est
extrèmement pénible: il se désintéresse totalement d'elle et de ses ambitions qu'il ne prend pas au sérieux (peut-être a-t-il peur d'une autre mésaventure à la conclusion moins heureuse...) et elle démissionne pour aller travailler pour Will et le vice-président; totalement abasourdi il prendra un nouveau départ et quittera à son tour la Maison Blanche, la combattra sans pitié aux côtés de Matt Santos, la vaincra et refusera son aide après sa victoire. Revenue d'entre les morts, Buffy ne confiera son secret qu'à Spike, puis l'embrassera une fois, puis deux, avant de coucher avec lui; pour elle néanmoins pas de sentiments (du moins le croit-elle): Spike est un objet sexuel, purement et simplement: elle joue sur les sentiments sincères qu'il éprouve à son égard pour baiser (appelons un chat un chat) puis éventuellement se défouler en lui donnant une petite raclée, manière de ne pas perdre les bonnes habitudes et de lui rappeler à la fois qu'il est un monstre et qu'elle est plus forte que lui (d'ailleurs on peut se poser la question [surtout rétrospectivement]: ne peut-on pas considérer que son attitude équivaut à un viol?..); néanmoins, prise de remords (et de plus en plus attirée sentimentalement) elle romp; il tente alors de la rendre jalouse de bien des façons, y réussit, mais s'emporte et tente de la violer (sans succès); derrière il part loin d'elle pour redevenir celui qu'il souhaite être, mais au lieu du monstre puissant auquel il croit aspirer il récupèrera son véritable souhait: son âme...

-un long chemin...et puis la lumière: confrontés à leurs failles les plus profondes tous remontent progressivement la pente et se gagnent enfin réellement en acceptant l'autre tel quel et en s'acceptant eux-mêmes dans leurs imperfections... Jack suit Hurley, fait tout pour tenir sa promesse faite à Jin et Sun, tente de comprendre le pourquoi du comment et n'essaie plus de faire quoi que ce soit dans le seul but de plaire à Kate qui, elle, redescend brutalement sur terre débarrassée de ses illusions...et découvre comme une évidence son amour, sans faux-semblants, comprend enfin ses propres fautes; unis définitivement par un terrible drame, confrontés à l'imminence du combat et de la perte définitive de l'autre, ils s'avouent enfin leur amour absolu: pur, brûlant et désintéressé... Le combat est certes politique, la violence est plus intellectuelle, mais le drame est tout aussi terrible à supporter et la reconquête de l'autre aussi lumineuse pour Josh et Donna: les deux, loin des passions haineuses, font leur mea-culpa, se retrouvent sur une initiative de Donna qui ralie malicieusement l'équipe de campagne de Santos, ont besoin l'un de l'autre sans hiérarchie pernicieuse, jusqu'à ce que Donna ne laisse enfin une preuve absolue de son amour (elle lui met en évidence la clef de sa chambre), puis que Josh prenne enfin l'initiative de l'embrasser; un dernier doute à résoudre et l'aveu arrive enfin, comme une évidence: là encore un amour désintéressé, brûlant et pur: en un mot absolu. Lorsque Spike récupère son âme il est déchiré par les remords et sujet à des crises de délire, Buffy s'en veut beaucoup aussi et commence à accepter ses sentiments: les deux ont alors besoin l'un de l'autre dans leur totalité, dans leurs paradoxes, dans leurs sentiments: ils se soutiennent contre tout, contre tous, s'avouent leurs faiblesses; une apocalypse se prépare, les épreuves innombrables et les obstacles immenses se dressent devant eux mais ils les affrontent ensemble, unis, en osmose de plus en plus absolue: l'aveu de cet amour arrive enfin après une ultime épreuve sentimentale: le "je t'aime" de Buffy le scelle définitivement...

Ces différentes relations ont donc un suivi, une évolution, extrèmement semblables: une phase de recherche de l'autre (longue), une première conclusion suivie d'une rupture douloureuse (même si dans le cas de Josh et Donna il faut utiliser des guillemets) mais qui se révèle en fin de compte salutaire en leur pemettant d'être totalement sincères tant vis à vis d'eux-mêmes que de l'autre, et enfin (toujours dans l'ultime saison) une marche vers la lumière comme une évidence et qui se conclut sur un aveu magnifique qui l'entérine définitivement. Aussi brûlant et sincère pour les personnages que passionant pour les fans, cet amour pur contribue énormément à l'intérêt que suscitte le personnage central et est souvent à l'origine de la passion suscittée par le partenaire qui acquiert une importance qu'il n'aurait pas sans celà...


Analyses

elyxir  (20.02.2013 à 15:53)

Merci Sudena pour ses analyses, je les lis avec grande attention même si je ne connais absolument pas "A la maison blanche".

Tu as bien fait de prévenir pour Le Bangel j'aurais pu mal le prendre lol. Non plus sérieusement, ce que tu dis es très juste sur leur amour passionnel mais je ne suis pas persuadée qu'ils n'auraient pas pu finir ensemble.

Ce que tu écris sur Lost (que j'ai vu en entier également) est intéressant également. Tu as bien réussit à montrer les similutes qui peut exister entre ces trois séries. Chapeau !


Sudena  (20.02.2013 à 17:57)

Merci Elyxir :) . Si vraiment ce que je te dis te semble intéressant, n'hésite pas à te procurer au moins la saison 1 de "The West Wing": c'est un véritable bonheur servi par des acteurs de génie (entre autres Martin Sheen [le Président], Rob Lowe [Sam] et Bradley Withford [Josh]) ;) ...

Pour le Bangel...ben comme je te l'ai dit j'aime beaucoup cet amour et son importance dramatique est indéniable, mais je trouve qu'il s'essouffle vraiment à-partir de l'épisode de noël de la saison 3...et puis le Spuffy est tellement prenant (sans compter mon côté partisan politique qui joue [le humains sont subjectifs par nature]: métaphore de la lutte des classes: Angel est aristocratique, Spike a un côté prolétaire...)...


Sudena  (21.02.2013 à 22:59)

Un couple éternel


A-côté du personnage central, très près de lui même, il y a toujours un couple éternel: celui qui résiste à tout, qui se réconcilie ou se retrouve toujours après les épreuves (et il y en a...), que les fans ne peuvent pas imaginer une seconde de voir séparé (lorsqu'un membre meurt [même si ça se révlèle faux quelques épisodes plus loin] un sentiment d'horreur et de dégout le prend à un point tel qu'il aurait envie de réécrire le scénario): ses deux membres semblent faits l'un pour l'autre et si on peut parfaitement les aimer individuellement (ce qui est très souvent le cas) c'est ensemble qu'ils acquièrent ce statut de pierre principale de la série. Chacune de son côté _en tenant compte de son ton voire de sa date de création_ "Buffy", "A la Maison Blanche" et "Lost" ont ce couple éternel qui exalte la beauté des sentiments et donne une certaine idée de l'Amour: je parle ici bien évidemment de Willow et Tara, du Président et de la Première Dame et de Jin et Sun...


-des couples évidents...et des personnages très positifs: qu'il s'agisse du Président et de la Première Dame, de Willow et Tara ou de Jin et Sun, ces couples sonnent chaque fois comme une évidence: dans "A la Maison Blanche" Jed et Abigail Bartlett se complètent et sont délicieusement supérieurs à tous les autres au niveau de l'intelligence, de la mesure, de la sagesse et de l'idéalisme; mariés depuis longtemps leurs conversations ont ce fond insiscible de confiance et d'amour complet si beau à voir: ils se connaissent, se sentent et se complètent à la perfection: les défauts de l'un sont souvent rattrappés par l'autre soit directement (dans leurs disputes) soit indirectement (quand ils calment le jeu avec les autres personnages); ils sont également indépendants et connaissent leur rôle respectifs: le Président gouverne le pays, la Première Dame se consacre à son métier de médecin puis fait de l'humanitaire; leurs caractères sont semblables mais pas identiques: les deux protègent les autres humainement mais le Président est plus ironique, la Première Dame est plus douce; ils sont également adorés par les autres personnages...
Elles se sont trouvées par hasard, comme une évidence, elles sont toutes les deux d'un naturel timide et réservé, elles parraissent pourtant souvent plus "adultes" que les autres (une image très symbolique est utilisée dans ce sens dans la saison 6), elles sont solidaires de leurs amis qui les adorent ensemble ET séparément (dès la saison 5 Tara est acceptée par le groupe non-plus en tant que petite amie de Willow mais bien en tant que Tara), elles s'aiment totalement et comme elles sont belles à voir quand elles se sourient, quand elles se parlent ou quand elles s'embrassent!.. Pourtant là aussi elles ne sont pas "jumelles": Willow, plus puissante magicienne, est plus utile pour résoudre les problèmes objectifs tandis que Tara possède une empathie supérieure qui lui donne un rôle de confidente à qui on confie les plus profonds secrets et à qui on peut poser des questions profondes sans se sentir gênés...
Jin et Sun sont un peu la synthèse des précédents quand on regarde comparativement ces séries, ne serait-ce qu'à cause de leur âge (plus âgés que Willow et Tara, mariés mais plus jeunes et dans un contexte plus "apocalyptique" que le Président et la Première dame). Eux-aussi, malgré l'étrange image donnée au début, s'aiment tant et plus (ça crève les yeux), se comprennent et se complètent parfaitement (symboliquement également: Jin est pêcheur, Sun cultive le jardin...), sont rapidement adoptés par les autres qui les considèrent comme des membres éminents de la communauté bien qu'ils soient habitellement discrets et les protègent étrangement chacun avec son savoir-faire (Sun a certaines connaissances de médecine basique qui lui permettent d'aider Jack, Jin sait se battre et n'hésite pas à donner des coups), et ils sont merveilleux à voir ensemble (leurs sourires, leur embrassades, leurs larmes, leurs mains entrelacées: comme tout celà est beau à voir!..). Ils sont les archétypes des bons amis, ceux qu'on aimerait avoir, ceux sur qui on peut toujours compter, mais là aussi de façon différente: Sun est plus une confidente, Jin est plus un "bon copain" avec lequel on fait une virée et on boit une bière (ça arrive stricto-sensu dans la saison 3). Dans l'absolu eux-aussi font partie des personnnages les plus positfs de la série...

 

-des épreuves surpassées comme une évidence: les cachoteries qui font la base de tout drama mettent toujours le couple à l'épreuve, mais à chaque fois elles sont surpassées, comme s'il était écrit qu'elles devaient l'être. Pourtant elles mettent en scène des sentiments très profonds et seraient pour beaucoup d'autres insurpassables: le Président, atteint de sclérose en plaques, a promis à son épouse de n'effectuer qu'un seul mandat, pourtant il va se représenter et il fait un discours dans ce sens: elle le prendra très mal et le lui fera savoir; il décidera alors de tenir sa promesse initiale mais l'épreuve qu'il passera lorsque sa secrétaire (et grande soeur de coeur) mourra redistibuera les cartes: au coeur d'une polémique le couple va faire face ensemble, uni et la Première Dame sera le plus fidèle soutient du Président lors de sa campagne de réélection: les deux mettront de l'eau dans leur vin et accepteront la vie et ses conséquences, comme une évidence, parce que leur amour est plus fort que tout (elle ira jusqu'à renoncer à exercer son métier pour metre fin à la polémique)... Willow, de son côté, va sombrer dans la magie à outrance ce qui va la conduire à effectuer des sorts d'amnésie sur une Tara alarmée par la dérive de son amante et qui avait plusieurs fois tenté de la stopper; s'en rendant compte cette-dernière rompra et Willow, après avoir manqué de tuer Dawn, s'apercevra qu'elle est devenue une junkie totalement indigne de confiance et va faire ce qu'il faudra pour s'en sortir: les deux vont alors se reconquérir doucement mais de façon totalement certaine pour le spectateur qui les suit: elles n'avaient jamais cessé de s'aimer: leur réconciliation allait de soi... Poussé par son beau-père à devenir tueur à gages, Jin va s'éloigner de Sun, s'estimer indigne d'elle et se comporter comme un mari dûr; elle prendra un amant, apprendra l'anglais et décidera de fuir mais lui dans un même temps, répugné par ce qu'il était devenu, décidera aussi  prendre un nouveau départ et de fuir la Corée: à l'aéroport un regard et un sourire scelleront leur réconciliation qui préfigurera une lente reconquête de l'autre, parce qu'ils s'aiment, parce qu'ils ne peuvent pas vivre sans l'autre, tout simplement...

nota: lorsqu'un des membres du couple meurt la douleur de l'autre avoisine la folie et ses côtés les plus sombres ressurgissent de manière absolument terrifiante...


Sudena  (23.02.2013 à 19:47)

Des rôles dramatiques semblables


Quand on observe ces séries avec un peu de recul, et sans tenir compte des relations inter-personnages mais plus des rôles mêmes de cesdits personnages on peut s'apercevoir que trois "types" sont présents, qui donnent à chaque fois un point dramatique "fixe" où le spectateur se retrouve. Notons bien que chaque fois ces "points d'appuis" s'estompent à la fin (nous tenterons plus loin de comprendre pourquoi)...

-Alex, Donna, Hurley: les naïfs: ils ont cette capacité à faire sourire tendrement les fans en apportant de l'humanité dans un monde effrayant (oui: ne me dites pas que la politique fait intrinsèquement moins peur que la chasse aux vampires ou la survie sur une île déserte...), ils sont diaboliquement "normaux" et parfois semblent dépassés par les événements: alors ils suivent sans faire de bruit mais en étant toujours là... Pourtant, si leur apparente candeur fait souvent rire, ils ont certaines capacités qui les rendent irremplaçables, et en premier lieu leur capacité à poser des questions "basiques" qui ramènent souvent les autres sur terre... Peu à peu ils prennent confiance en eux et font montre d'une clarté de vue étonnante, allant jusqu'à prendre temporairement le pouvoir sur les autres par la seule force de leurs mots et de leur lucidité "basique": dans la saison 3 Hurley ruse et fait malicieusement prendre ses responsabilités à Sawyer en lui assénant quelques menaces, conseils et encouragements bien sentis; Alex pousse souvent Buffy dans ses retranchements et lui assène des vérités qui fâchent, en particulier dans la saison 5 lorsqu'il l'oblige à entendre ses fautes lors de sa rupture avec Riley; dans le pilote de la saison 4, Donna, excédée, rabat de manière sensationnelle le caquet de Josh et Toby confrontés aux réalités de la vie des citoyens. Et ces exemples ne sont que les plus marquants parmi toute une flopée...


-Spike, Toby, Sawyer: les cyniques: ils sont mordants, supérieurement intelligents, taciturnes, toujours ou presque en conflit avec quelqu'un, parfois insupportables, mais ils apportent à leur série ce sursaut de bonne humeur et d'humour noir avec leurs réparties assassines qui font toujours mouche...et leur coeur gros comme ça à peine caché. Mmauvais? oui certainement, du moins en partie, blasés sur le genre humain qu'ils dominent très souvent (au sens strict et symbolique pour Spike, intellectuel pour Toby, rusé pour Sawyer), mais souvent beaucoup plus altruistes qu'ils ne le laissent voir (ou qu'ils ne le veulent eux-mêmes): Sawyer se révèle un excellent meneur d'hommes qui paye de sa personne lors des sauts dans le temps au début de la saison 5, après la mort de Buffy Spike continue d'aider le gang et de s'occuper de Dawn au début de la saison 6, malgré sa disgrâce et son amertume Toby donnera quelques bons tuyauts à Josh dans la saison 7. Avec eux on sait au moins une chose: il y aura toujours un bon mot, et dans des séries telles que celles-ci celà évite merveilleusement le facile écueil de la noirceur "lourde"...


-Giles, Léo, Sayïd: les pragmatiques: utilitaires, protecteurs à la discipline militaire, ces personnages sont rassurants mais parfois très antipathiques...et cette ambigüité est de plus en plus soulignée à mesure que la série avance. Malheureux en amour, ils sont souvent le point d'appui objectif le plus sûr car ils ont la capacité de raisonner très vite, très froidement et très bien. Souvent mentors du personnage central (strictement pour Giles et Léo, au niveau sécuritaire pour Sayïd) ils sont ceux vers qui à la fois le public et les autres personnages se tournent le plus facilement en cas de coup dûr et une sécurité objective pour le début de la série, lorsqu'il faut "retenir" le public en quête de repères. Militaires? oui: Giles et Sayïd sont stricto-sensu les chefs d'Etat Major du groupe, Léo _ancien militaire_ dirige son équipe avec une main de fer et une efficacité redoutable. Pourtant, au fil de la série, ces personnages seront mis à mal à la fois par les autres prsonnages et le public qui verra leur part d'ombre éclater extrèmement violemment: Giles assassine froidement Ben à la fin de la saison 5 puis devient presque inhumain dans la saison 7 en manigançant tout d'abord l'assassinat de Spike puis en abandonnant Buffy à l'aune de la bataille (par jalousie selon certains); Léo met complètement Josh sur la touche sans aucun sentiment au début de la saison 5 puis s'oppose vertement au Président quand au conflit israelo-palestinien avec des arguments détestables avant de tenter sans-cesse d'arrêter la candidature de Matt Santos (jalousie vis à vis de Josh?..); Sayïd bascule complètement du côté obscur de la force dans la saison 5, tire sur un enfant de dix ans puis sur tout ce qui s'oppose à lui, va jusqu'à considérer Kate au mieux comme une quantité négligeable. Néanmoint tous connaitront une certaine rédemption, et ce chaque fois grâce au personnage central: Buffy oubliera ses griefs et les deux se battront ensemble, Josh prposera à Léo qui l'acceptera de faire campagne aux côtés de Santos pour être vice-président, Sayïd se raccrochera toujours à Jack qui ne le laissera jamais tomber et...



Nous avons donc affaire à trois rôles extrèmement semblables dans le schéma narratif de chaque série. Nous pouvons donc, au vu de ces divers éléments, nous poser quelques questions capitales: comment ont-elles tenu aussi longtemps en n'égarant que peu de public? les fans de la première heure ont-ils été récompensés? les ressorts émotionnels touchant à l'inconscient sont-ils comparables? Il y a plusieurs dimensions à ces questions, qui vont dans les deux sens, mais les dissocier totalement serait à mon avis une erreur, ainsi que je vais tenter de l'expliquer...


Sudena.

elyxir  (24.02.2013 à 14:32)

Merci pour cette suite de ton analyse. Je ne suis pas forcément d'accord avec une ligne que tu as écris à propos de Spike et de Sawyer (l'autre personnage, je ne juge pas, je ne connais pas) cependant, je ne les trouve vraiment pas supérieurement intelligent... Notamment Spike... Je me trompe peut-être mais ce n'est vraiment pas l'impression que j'ai d'eux. Le reste par contre, je te rejoins


Sudena  (24.02.2013 à 17:16)

Par "intelligent" j'entend "perçant", fin, qui pige les humains dans leurs psychologie cachée. Spike, par-exemple, met Buffy et Angel en face de leur amour dans la saison 3 et dit bien ce que Giles, Alex et Willow savnt pertinament sans se l'avouer dans la saison 7; Sawyer dit aussi les vérités qui dérangent les autres personnages ou les spectateurs. Mais, je te le concède, ils paient souvent ça par un certain aveuglement vis à vis d'eux-mêmes (même Toby s'y perdra dans la deuxième moitié de la série [en particulier les deux dernières saisons]), ce qui donne des réactions parfois limite crétines (en amour nottamment [cf: Sawyer qui ne dit pas à temps et pas assez clairement à Kate et à Juliett la vérité sur ses sentiments...avec des conséquences tragiques]). Merci de réagir Elyxir: tu me pousses à clarifier mes dires...et tu ouvres le débat ce qui est extrèmement intéressant (je donne un point de vue: par essence il est discutable...).


Analyses

elyxir  (24.02.2013 à 19:36)

Je suis déjà un peu plus d'accord. Disons qu'alors, c'est perspicace qu'ils sont (pour moi, supérieurement intelligent s'apparentait un peu à génie ce que je ne trouve pas du tout qu'ils sont :P). Mais là pour le coup, je suis tout de suite plus d'accord :)

Merci à toi !


Sudena  (26.02.2013 à 04:33)

Des "crans de sûreté"...


 
Comme toutes les séries "populaires" nos trois fantastiques ont à leurs débuts de nombreux ressorts dramatiques objectifs qui les "tiennent", qui les empêchent de s'égarer dans les affres de leurs multiples possibilités. C'est en particulier vrai pour leur saison 1 mais certains tiennent beaucoup plus longtemps. Ces ressorts sont là pour fidéliser un maximum de public et aussi pour offrir des "portes de sortie" au cas où la suppression d'une entrainerait une désertion massive du public (n'oublions pas que sur des chaines gratuites l'audience est un facteur capital et que faute d'audience la série doit vite se "relooker" ou être carrément annulée): ils correspondent aux codes objectifs des séries en question (les coulisses du pouvoir, la chasse aux vampires et la robinsonade dans les cas qui nous intéressent). Il est rigolo de constater à quel point, malgré leur génie intrinsèque (avec peut-être un petit bémol pour "Buffy" venue plus tôt et véritablement prisonnière de son image dans sa _courte_ saison 1), les débuts de ces séries sont marqués par ces codes, et à quel point elles s'y cantonnent en refusant obstinément de se dévoiler avant d'avoir pris un peu de "coffre" (comprenez de sucès d'audiance tel que les créateurs ont pu bénéficier d'une liberté de ton supérieure):


-dans "Buffy" la chasse aux vampires est orchestrée sur le mode du manichéisme basique et les vampires sont extrèmement religieux, le gang est réduit à son minimum, les épiodes sont très indépendants les uns des autres et les ressorts humains sentimentaux sont en fin de compte très simples et "basiquement adolescents"...
-dans "A la Maison Blanche" la vie privée et amoureuse des principaux protagonistes est extrèmement mise en valeur et frôle même la soap par moments (que ce soit le divorce de Léo, les amours de Sam, le jeu entre C.J./ et Danny ou la tumultueuse relation Josh/Mandy), les épisodes offent chacun une trame narrative très distincte, il n'est absolument pas question encore de campagne électorale, le Président est parfait ou presque...
-dans "Lost" la survie en groupe sur une île tropicale avec les ressources du bord demeure la problématique principale de tous les épisodes, la plage et les grottes sont des lieux classiques avec une telle base, les "Autres" sont très méchants, l'évasion est l'objectif principal, la fameuse trappe que découvrent Locke et Boone ne sera ouverte qu'à la toute fin de la saison...


Ces exemples sont tirés à chaque fois de la saison 1 de chaque série: bien évidemment il est impossible de les comparer objectivement vu que chacune a une trame narrative différente sensée rassurer le public; mais un ressort dramatique demeure commun à toutes: l'humour. Les réparties de Buffy, d'Alex, de Sawyer, d'Hurley, de C.J. ou de Josh (pour ne citer qu'eux) sont souvent à hurler de rire et topus les épisodes ou presque ont leur lot, de même qu'un certain comique de situation vient assez souvent pimenter le quotidien. Ce ressort-là tiendra, lui, beaucoup plus longtemps et ne sera supprimé (en fait uniquement abrégé) qu'au compte-gouttes...


...qui sautent violemment...


Beaucoup des ressorts dramatiques évoqués sont abandonnés au fil de la série, ce qui lui confère sa dimension unique. Les tout premiers offrent néanmoins la vision d'un coup de poker, d'un essai "en force" des scénaristes qui tentent le tout pour le tout pour répondre à une question nécessaire pour un tel projet: leur ambition trouvera-t-elle un bon écho de la part du public? ledit public sera-t-il séduit par la prise de risque ou désertera-t-il en masse, obligeant par là même la série à ne pas se "personnaliser" à outrance? Les premiers "crans de sûreté" à sauter étaient les plus handicapants scénaristiquement parlant: ils le furent donc dès la saison 2 (et jamais à la fin de ladite saison) de façon extrèmement brutale, comme un prisonnier se débarasse de ses entraves et les jette au loin, conscient des dangers de la liberté mais prêt à les braver. Le public demeuran très largement fidèle l'émancipation allait se poursuivre inexorablement, offrant aux "intellectuels" de plus en plus de grain à moudre, grain qui allait peu à peu donner le plus fabuleux des cafés...

illustrations:
-dans "Buffy", l'arrivée de Spike, vampire rebelle, change radicalement la perception des méchants, d'autant plus qu'il extermine de façon extrèmement violente et radicale la clique religieuse issue de la saison 1: finies les bibles maléfiques et autres: place au cynisme punk (beaucoup plus attachant) et aux méchants imprévisibles et ambigüs...
-dans "A la Maison Blanche", un épisode voit Toby et Léo totalement surpris par une manoeuvre des Républicains: ils leur déclarent donc la guerre bien que la campagne présidentielle soit encore loin. La politique politicienne fait une entrée fracasssante dans la série: finis les consensus et les adversaires-alliés: la bataille idéologique a vraiment commencé...
-dans "Lost" la découverte de ce qu'il y a sous la trappe stupéfie et les personnages et les spectateurs: désormais la survie basique sur une île n'a plus lieu d'être: le confort matériel s'invite, l'abondance aussi, de même que les techniques scientifiques ultra-sophistiquées et le fameux projet Dharma: inutile de dire le nombre fabuleux de portes que celà ouvre...


...vers une intrigue arborescente...

Plus ces séries avancent plus les intrigues se démultiplient ainsi que les thématiques abordées. Ces intrigues s'entremêlent, se croisent, parfois se télescopent, en tout cas la densité que toutes ces séries atteignent en peu de temps créent en plus de l'ambiance générale très reconnaissable un univers dense, complexe, réaliste au niveau des rapports sociaux ou humains. Comprenez bien ce que je veux dire par "réalistes": ici nous avons affaire à des séries et non à des documentaires (la valeur documentaire empiète souvent sur la lisibilité primaire: les séries qui sont à la fois réusies et qui ont cette visée sont forcément les "estampilles HBO" ["Rome", "Sur Ecoute", "Mad Men", En Analyse", etc...]) et je parle conséquemment en terme de crédibilité des réactions mais ceci est un postulat qui s'étend à tous les arts vivants: pourquoi croyez-vous que "Le roi Lear" de Sheakspeare soit aujourd'hui considéré comme LE chef d'oeuvre du théâtre? Est-il réaliste objectivement? bien sûr que non! mais les personnages sont tellement justes dans leurs rapports que tout le monde se moque de la présence d'un roi de France dans l'Antiquité: voilà en quoi le réalisme dramatique diffère radicalement du réalisme scientifique (ce que beaucoup de critiques, en particulier en France, ne conçoivent pas ou pas assez) et permet à la fois de rêver la politique ou d'inclure le surnaturel dans le monde réel... Nos trois séries s'épargnent pareillement le débat et plongent dans un monde complexe mais régi par les mêmes rapports humains où on ne sait jamais au fond qui tire les ficelles, qui a raison, qui se compromet, qui trahit (les personnages sont d'ailleurs souvent les premiers à l'ignorer)... Les groupes se caractérisent par une certaine idée de la communauté (un camp politique, une institution professionnelle ou une famille dans "A la Maison Blanche"; un âge, une hiérarchie ou un groupe de proches dans "Buffy"; un groupe de survivants, un projet philosophico-scientifique ou une mission sacrée dans "Lost") mais tous sont eux-mêmes subdivisés à l'infini et tous _et ce quelle que soit la série_ se rendent compte petit à petit que la seule vraie communauté qui existe...est en fait l'humanité et que les différences de vision sont simplement une question de coeur ce qui marque la différence entre collaboration intéressée et profond attachement personnel. Là est l'arborescence de ces séries, là est leur complexité qui ne cesse d'augmenter. Des doutes vus, de l'ambigüité de la conclusion de chaque épisode, le spectateur est amené à réfléchir, à ressentir, discuter, et il aime ça! il n'a pas besoin de se forcer! Ceci est également une explication au fait que l'humour baisse petit à petit sans perdre le public: le plus grand miracle de ces séries est bien qu'elles amènent naturellement le public à se poser des questions très profondes, voire à se remettre lui-même en question: elles parlent de la vie dans son sens le plus absolu (c'est montré explicitement dans "Lost"), et par là même elles créent un monde aussi complexe qu'elle...




...en récompensant les fans de la première heure


Il y a un besoin je pense inhérant à l'être humain sur le plan de la satisfaction morale: la reconnaissance. Celui-ci s'accentue au fil du temps et du coeur que lui-même met dans une relation: plus il en donne, plus il a besoin d'en recevoir: de ce besoin naissent les sentiments comme la jalousie, la passion, la haine, l'adoration, etc... "Mais attend une minute mon grand; me dites-vous; Nous parlons ici de simples séries télé et tu nous parles d'amour: tu ne trouves pas que tu y vas un peu fort?.." C'est possible, mais regardez-vous, regardez autour de vous: quand vous allumez votre télé, quand vous vous fixez devant un programme et que vous interpelez les personnages (quoi? ça ne vous est jamais arrivé? c'est celà oui...) ou quand vous allez à un spectacle ou un concert, que vous affichez les photos de vos idoles, que vous demandez des autographes: vous appelez ça comment vous? Dans le spectacle vivant (théâtre, chanson, musique...) c'est plus évident car le rapport est plus direct. Ca ne date d'ailleurs nullement d'aujourd'hui: le compositeur Frédéric Chopin (XIXè siècle) faisait hurler les jeunes femmes pendant des représentations, s'évanouissait sur scène et envoyait des mèches de ses cheveux (ou de ce qui semblait être de ses cheveux...) à ses fans, et ce n'est qu'un exemple parmi toute une flopée. Le rapport entre un artiste et ses fans est tel qu'il en devient parfois exessif, en particulier quand l'artiste s'investit à fond dans ce qu'il donne à son public. Le chanteur Joe Dassin disait ceci: "Je pense que les artistes de scène ratent en général leurs histoires d'amour car ils se figurent qu'il est plus intense d'aimer un public que de dire "Je t'aime" dans une chambre." Molière a joué agonisant, Dalida chantait qu'elle souhaitait "Mourir sur scène"; dans le sens contraire regardez les images de détresse des fans lors de la mort d'un Elvis Presley, d'un Michael Jackson, d'un Claude François ou d'un James Dean... Ces exemples sont certes carricaturaux mais on a tous en nous un côté "Groupie du pianiste", d'ailleurs regardons un peu quelques extraits du texte de Michel Berger: "Il [le pianiste] a des droits sur son sourire, elle [la groupie] a des droits sur ses désirs". Derrière un écran ce rapport est plus subtil, mais dans le cas de la série télé il acquiert une énorme intensité dûe précisément au fait que nous la suivons pendant des épisodes, des heures, voire des années si on la prend dès sa première diffusion: autant on peut accepter l'oubli objectif de l'origine dans le cas d'un film ou d'une saga cinématographique (les personnages évoluent, le temps est néanmoins beaucoup plus court, les autres peuvent facilement rattrapper le coup...), autant pour une série c'est plus pénible: eh! il y a une certaine fierté inhérante aux fans qui se considèrent subtilement comme des amants de leur série (et pas seulement des personnages). Quand une série dure, les fans de la première heure ont besoin d'être considérés comme les "vrais" amants. Mais d'un autre côté quand la série évolue de façon aussi forte que nos trois fantastiques cette "exigence amoureuse" est très difficile à assumer... C'est pourtant ce que firent ces trois séries, et mieux encore: elles le firent tellement subtilement, tellement délicatement, que ces marques d'amour furent encore plus belles car elles donnèrent l'impression de ne pouvoir être vues ou vraiment comprises que par les "vrais" fans: une sorte d'edelweiss dont seul l'amant avait vu la falaise d'où il était issu et a mesuré l'effort qu'il a fallu à la série pour le cueillir et l'offrir sans perdre la face ni sombrer dans le mélodrame. Citons-en quelques-unes: dans "Buffy": le personnage d'Amy qui apparrait très brièvement mais de façon récurente, le retour au lycée, le départ dans les couloirs avant l'ultime combat; dans "A la Maison Blanche": le démontage du bureau de Bartlett, le dernier conseil de Léo que C.J. transmet à Josh et surtout le retour de Sam; dans "Lost" la visite dans l'ultime saison de tous les lieux forts sentimentlement, certains "flashs" es personnages (pas question d'en dire plus ici Wink ...), la ventoline de Shannon retrouvée par Jack et Hurley, l'ultime image... Tendresse, fidélité, nostalgie, ces moments font pensr à un dîner en tête à tête que ces série offrent à leurs fans de la première heure: seuls eux auront leur chandelle et leur bouteille de champagne, les autres savoureront le repas mais ne termineront pas dans l'intimité de la chambre à coucher...


Analyses

elyxir  (26.02.2013 à 11:15)

Je continue d'aimer ce que tu dis et d'en apprendre énormément également sur la culture cinématographique, théâtrale ou musicale.

Je me demande si tout ce que tu écris n'aurait pas une place dans un dossier (il se fait parfois des dossiers entre diverses séries) avec photos, mise en page etc...

Ajouter un message sur la dernière page

Activité récente

Qui est-ce ?
30.11.2016

Ceci ou Cela ?
10.11.2016

Baby Blues
Hier à 15:53

Family Guy
Hier à 15:10

Lucifer
Hier à 14:52

Lucifer
Hier à 14:51

Lucifer
Hier à 14:51

Actualités
Princess Rap Battle | Rapunzel & Flynn vs. Anna & Kristof

Princess Rap Battle | Rapunzel & Flynn vs. Anna & Kristof
Plus d'un an après que Sarah Michelle Gellar / Cendrillon et Whitney Avalon / Belle se soient...

Eloise | Trailer

Eloise | Trailer
Nous vous rapportions il y a deux ans qu'Eliza Dushku serait la star d'un nouveau film d'horreur...

Criminal Minds: Beyond Borders

Criminal Minds: Beyond Borders
Après avoir rendu visite au diable dans un épisode de la saison 2 de 'Lucifer' [voir news], en début...

Netflix's

Netflix's "Gilmore Girls: A Year In The Life" Premiere
Danny Strong s'est rendu à l'avant-première de 'Gilmore Girls: A Year In The Life', la suite de la...

Billions

Billions
La saison 2 de 'Billions', la série de Showtime portée par Damian Lewis, s'offre de nouveaux...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Partenaires premium
HypnoChat

Sonmi451 (14:25)

t'es en week end je suppose.

stanary (14:25)

Non je crois que c'est surtout moi qui n'oublie jamais. Et oui je suis en week-end, mon seul moment de repos

Sonmi451 (14:27)

Profites bien.

Sonmi451 (14:27)

Tu bosses dans quoi?

Sonmi451 (14:27)

(oui je fais ma curieuse^^)

stanary (14:28)

Ah mais je suis encore trop jeune pour bosser. J'aime bien les curieuses vu que j'en suis une donc tu vois....

Sonmi451 (14:30)

Oh mais tu fais bien des études?

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play