VOTE | 370 fans |

Script VF

Dans un cimetière de la ville la nuit, les deux Tueuses sont à terre et côte à côte. Elles luttent contre deux vampires qui sont sur elles, habillés de façon moyenâgeuse.

FAITH : Jamais, c’est ça ? J’ai bien entendu ? ! 

BUFFY : Faith ! Tu crois que c’est le moment ? 

FAITH : J’ai du mal à te croire. Vraiment jamais ? ! (Elles propulsent leurs adversaires et se relèvent). Dis-moi, allez. Depuis tout ce temps, pas une seule fois ? 

BUFFY : Mais comment il faut que je te le dise ? Je n’ai jamais...fait ça...avec Alex ! (Elle élimine le vampire et regarde sa coéquipière). On est juste copains. (Faith tue son ennemi).

FAITH : Eh ben ? Les copains ça sert à ça. Parce que, excuse-moi, je trouve que ces corps à corps nocturnes, ces combats où on transpire ensemble, ça donne envie de se détendre !

BUFFY : On est en pleine poésie. Mais non. J’aime beaucoup Alex mais je n’aime pas, Alex. Je pense même que ça risquerait de détruire notre amitié. (Elle voit des traces de pas sur le sol).

FAITH : Tu penses beaucoup trop. (Elle s’éloigne mais Buffy lui prend le bras).

BUFFY : Hey. Il y en a encore un. 

FAITH : Comment tu le sais ? 

BUFFY : Je pense beaucoup trop. (Elles suivent les traces et s’arrêtent devant une tombe). Vas-y. Compte jusqu’à trois. Un... (Faith se précipite sur un autre vampire et se bat). Trois. (La créature la pousse sur le sol et sort deux épées. Il découpe le pieu de Buffy mais après quelques minutes de lutte, le vampire se penche sur le cou de Buffy, prêt à la mordre. Faith se relève et tue son ennemi).

FAITH : Bien jouée la diversion ! (Elle lève le bras pour que sa partenaire lui tape dans la main).

BUFFY : Diversion ? J’te ferai remarquer que j’aurais pu y laisser ma peau. (L’autre Tueuse baisse le bras).

FAITH : D’accord, je me suis cassée la figure. Je pouvais pas prévoir. 

BUFFY : Il faut pas perdre le contrôle. Il faut pas se déconcentrer. 

FAITH : Arrête ! Ils se sont volatilisés et on est là. Ça aurait pu plus mal finir. Dis, d’où ils viennent ? Tu le sais ? 

BUFFY : J’en sais rien. Ils sont pas du coin. On va ramasser leurs armes. Peut-être que Gil...  (Les épées ont disparues, les Tueuse se regardent, interloquée).

Trick dépose les deux épées sur le bureau du Maire, qui est en train de lire le journal.

MAIRE : J’adore la Famille Pierrafeu ! Quelles brutes ! Ils avaient de la poigne à l’époque. (Il pose son journal et regarde les armes). Eh...je n’ai jamais vu une telle panoplie depuis...depuis fort longtemps. A qui appartient ce magnifique équipement ? 

MR. TRICK : Ça s’appelle une prise de guerre. Je ne sais pas qui sont ces guerriers. Encore moins leur nombre. 

MAIRE : Vous aimez les Pierrafeu ? 

MR. TRICK : J’aime Belzébuth. 

MAIRE : Ah ! Oh ! (Il est écoeuré). Il me donne des frissons. Il me fait pas rire. 

MR. TRICK : Vous savez pourquoi je l’aime ? Parce qu’il n’obéit à personne. 

ALLAN : Je viens de relire Sissi. (Trick et le Maire le regarde sérieusement). Alors, euh, pour ces épées, euh, qu’est-ce que vous comptez faire ? 

MAIRE : Nous allons rester vigilants ! Rien ne doit venir gâcher la cérémonie de la consécration qui doit avoir lieu dans quelques jours. 

ALLAN : Pourquoi ne pas reporter la cérémonie...de...de la consécration ? 

MR. TRICK : Vous avez d’autres, bonnes idées dans ce genre ? (Le Maire se lève).

MAIRE : La consécration... est la dernière marche pour mon Ascension. J’attends cela depuis bien trop longtemps. C’est la dernière étape, pour être enfin à ma place. Après cela, je n’aurai plus besoin...bien, comment dire...de perdre mon temps...avec les futilités. Monsieur Trick, surveillez ces guerriers de près. Essayez d’en savoir plus. Et arrangez-vous pour que cette information parvienne aux Tueuses. Qui sait ? Avec un peu de chance, ils pourraient s’entre-tuer. Tout le monde serait content. Quand je dis tout le monde, je parle de moi. (Il rit).

 

GENERIQUE

 

Buffy, Willow, Oz et Alex sont assis dans un espace détente du lycée.

ALEX : Willow, qu’est-ce que c’est ? 

WILLOW : Des formulaires de pré-inscription. (Alex lie les formulaire d’université de Willow)

ALEX : Harvard...Yale...Wesleyan...Ecole Polytechnique Allemande avec un nom...imprononçable. Je suis pas impressionné. Moi j’attends des formulaires beaucoup plus simples avec une case 'Pas Question'. Tu coches, tu signes. 

OZ : Ils sont à l’imprimerie. 

ALEX : Hum.

WILLOW : C’est fou, je le crois pas ! Je, je suis reçue. Je peux quitter le collège et aller à l’université de mon choix ! Avec leurs félicitations. (Elle sourit).

BUFFY : Les félicitations ça fait toujours plaisir. 

WILLOW : Oui mais c’est bizarre. Tu vois, les refus, moi j’en ai l’habitude, grâce à des années d’entraînement, alors là... 

ALEX : Je compatis, Willow. C’est difficile. Moi, par exemple, je suis déchiré entre la réparation d’appareils ménagers et le gardiennage d’un motel. A moins, bien sûr, que j’ai la réponse du supermarché de la céréale animalière... (Il croise les doigts puis il fait un signe de croix. La Tueuse esquisse un sourire).

BUFFY : Moi je trouve ça très bien. Tu es admise. Ça veut dire que tu es promise à un brillant avenir. (Dit-elle à sa meilleure amie).

OZ : Si je peux donner mon avis, reste ici. Si tu vas là-bas, tu vas regretter de ne pas avoir ton bac. (Cordélia s’avance vers eux).

CORDELIA : Oh, c’est trop mignon de parler de l’avenir de cette façon. Tu veux que je te dise ? Toi, au concours des losers t’arriverais grand vainqueur. (Dit-elle à Alex).

ALEX : Mesdames et messieurs, applaudissez Cordélia Chase. (Il tapote dans ses mains). Qui, soit dit en passant, n’aura pas besoin d’études supérieures pour lancer sa ligne de vêtements racoleurs. 

CORDELIA : Tu vois, Alex, je pourrais m’habiller comme toi mais oh, mon père n’est pas chômeur. (Elle s’en va, sous le regard de son ex).

ALEX : Je vais pas me rabaisser en te répondant. Mais tu perds rien pour attendre. Non ! Ne crois surtout pas que tu auras le dernier mot ! (Il se tourne vers ses amies). Bon, quelles études choisir ? Voyons voir...peut-être la chimie ? 

BUFFY : On dit que c’est bien. Et à propos de fac de chimie, madame Taggart a annoncé un contrôle pour demain.

WILLOW : Oh ! Je connais bien. La chimie c’est facile. C’est un truc de sorcière sans les, les crapauds. Si tu veux que je t’aide, tu peux passer chez moi ce soir. 

BUFFY : Bonne idée. (La sonnerie retentie, le groupe se lève). Oh. Il faut que j’aille faire mon rapport à Giles sur hier soir. 

WILLOW : Ah, oui. Il m’a dit qu’il voulait te parler. 

BUFFY : Ah bon, de quoi ? Il va pas bien ? 

WILLOW : Je l’ai déjà vu mieux. 

Dans la bibliothèque, Wesley un jeune homme habillé d’un beau costume et portant des lunettes, prend des livres et les sort d’un carton. Giles n’a pas l’air content d’avoir un invité.

WESLEY : Bien sûr, les procédés ont beaucoup changé depuis votre époque. Nous mettons l’accent sur le travail sur le terrain. 

GILES : Vraiment ? 

WESLEY : Oh, oui. Nous nous éloignons des théories livresques de nos jours. Vous savez, je me suis trouvé moi-même face à deux vampires. La situation était bien évidemment sous contrôle. 

GILES : Il n’y a pas de danger que vous trouviez cela ici. 

WESLEY : Des vampires ? 

GILES : Des situations sous contrôle. (Buffy entre) Bonjour, Buffy. 

WESLEY : Ah, bien. (Il s’avance vers elle). Bonjour. (Il sourit).

BUFFY :...Un nouveau Protecteur ? 

GILES : Un nouveau Protecteur. 

WESLEY : Wesley Wyndam-Pryce. (Il tend la main à la jeune femme, qui ne la prend pas). Ravi de vous connaître. 

BUFFY : Est-il diabolique ? (Dit-elle à Giles).

WESLEY : Diabolique ? 

BUFFY : Le dernier était diabolique. 

WESLEY : Ah, oui. Gwendolyn Post. Oui, j’ai compris. Non, monsieur Giles a vérifié mes références, très scrupuleusement. Il a appelé le Conseil mais ça me plaît que vous soyez méfiante. (Il se penche vers Buffy, qui se recule). Une bonne Tueuse, est une Tueuse méfiante.

BUFFY : Il est diabolique ? 

GILES : Pas au sens propre en tout cas. 

WESLEY : Bien, voici au moins un point éclairci. Je ne pense pas que nous soyons ici pour nous livrer à des plaisanteries, mais plutôt pour que vous me racontiez ce que vous avez vu hier soir. (Il prend un carnet et un crayon. Buffy s’assoit sur table, au bout, à côté de Giles).

BUFFY : Trois vampires. 

WESLEY : Ah oui ? 

BUFFY : Et ils sont morts. 

WESLEY : Rien d’autre que vous pourriez m’apprendre ? (La jeune femme regarde Giles). GILES : Vas-y. 

BUFFY : Euh...l’un d’eux avait des épées. Je ne crois pas qu’il était avec les deux autres. 

WESLEY : Des épées ? Des épées... (Il fait des recherches dans un livre). Hum, intéressant. Une longue et une courte ? 

BUFFY : Hum. Les deux pointues. Avec des, des sortes de bijoux. 

GILES : Ça me dit quelque chose. (Wesley revient vers eux, en tenant un bouquin).

WESLEY : Voilà, c’est là. (Il le tend à Giles, qui le prend).

GILES : El Eliminati. La secte... 

WESLEY : Des duellistes au quinzième siècle, très puissante à l’époque. Leur nombre a diminué au siècle suivant à cause de la lutte contre les vampires qui a sévi, ainsi qu’à la disparition de duels. Ils seraient devenus alors les protégés d’un démon appelé Balthazar, qui les a emmenés dans le Nouveau Monde, puis jusqu’ici. 

GILES : Vous les connaissez très bien. 

WESLEY : Je n’ai pas eu ce poste à cause de mon air sympathique.

BUFFY : Ça je veux bien le croire.

WESLEY : J’ai fait des recherches sur l’histoire de votre ville. Un très gros travail. 

GILES : Nous n’avons jamais rencontré ces duellistes. 

WESLEY : Ils ont été chassés il y a une centaine d’années. Et puis, Balthazar a été tué. Je ne sais pas par qui. 

BUFFY : Et ils reviennent à cause euh...  

WESLEY : Balthazar avait une amulette, probablement génératrice de force. Quand il est mort, elle a été volée par un riche propriétaire terrien du nom de...je ne veux pas vous ennuyer avec ces détails. 

BUFFY : C’est un peu tard. 

WESLEY : Du nom de Gleaves. L’amulette est dans sa tombe et j’imagine que les derniers Eliminati sont partis à sa recherche. Valeur sentimentale. 

GILES : Dans certaines mains cette amulette ne devient-elle pas dangereuse ? 

WESLEY : Oh, non. Non, non, pas du tout. Cela dit, il vaudrait mieux qu’on la récupère. Buffy vous irez dans le caveau de la famille Gleaves ce soir chercher l’amulette.

BUFFY : Ah oui ? 

WESLEY :...Vous ne recevez jamais d’ordres ? 

BUFFY : Eh non. Quand Giles m’envoie en mission, il rajoute toujours un 's’il te plaît'. Et après il me donne un gâteau. 

GILES : Ou un bonbon. 

WESLEY : J’ai l’impression qu’il va falloir mettre les choses au point... (Faith entre dans la pièce).

WESLEY : Ah. Vous êtes peut-être, Faith. (Faith regarde Wesley de haut en bas).

FAITH : Nouveau Protecteur ? 

BUFFY & GILES : Nouveau Protecteur. 

FAITH : Je me casse. (Elle s’en va).

BUFFY : Et, pourquoi j’ai pas dit ça moi aussi ? (Dit-elle à Giles).

GILES : Euh, Buffy, s’il te plaît... 

BUFFY : Bon d’accord, je vais essayer de ramener Faith. (Elle descend de la table et s’éloigne). Gardez les informations intéressantes pour mon retour. (Elle sort. Les deux Observateurs essuie leur lunette).

WESLEY : Elles s’habitueront à moi. 

Buffy accourt vers Faith, dans la cour du lycée alors que d’autres étudiants vont et viennent.

BUFFY : Faith, attends. Ecoute, c’est vrai que ce type est odieux, mais...oui, bon d’accord, y a pas de mais, il est odieux, oui c’est vrai. 

FAITH : On va pas obéir à ce mec ?! 

BUFFY : C’est le boulot. On n’a pas le choix. 

FAITH : Bien sûr qu’on a le choix. On est les Tueuses. Rends-toi compte, les deux Elues. Pourquoi c’est lui qui en profiterait ? 

BUFFY : T’appelles ça comme ça toi ? Profiter de quoi ? Des tueries ? Des combats ? Des bagarres ? 

FAITH : Oh, dis pas que ça te plaît pas. 

BUFFY : Non. 

FAITH : Tu mens. Je t’ai bien vue. Dis-moi qu’un vampire mort ne te fait pas plaisir. Vas-y, dis-le. (Buffy esquisse un sourire, en détournant le regard, presque rougissante). Tu dis pas le contraire. La lumière dans tes yeux quand t’as tué ? Ça te donne envie de recommencer. 

BUFFY : Tu es à côté de la plaque. 

FAITH : Je suis sûre que si tu ne vas pas à la chasse, au bout d’un moment, ça te travaille, ça te titille et tu aimerais qu’il y ait un vampire pour te défouler ! (Elle met un coup de poing dans l’air) 

BUFFY : Arrête, tu me fais peur. Je t’assure que c’est vraiment pas mon truc. 

FAITH : Attends. On a été élues pour se battre. Si c’est pas ton truc, tu dois pas te marrer souvent.

BUFFY : On fait quoi pour la mission ? 

FAITH : Je vais te dire, tu fais le brouillon, je mettrai au propre. (Elle sourit et s’en va).

Dans la nuit, Buffy entre dans la crypte Gleaves, avec une lampe. Elle s’avance vers deux tombes et en ouvre une, elle découvre un squelette.

BUFFY : Premier essai. Pas d’amulette. (Elle ouvre l’autre tombe et tombe sur l’amulette, accroché au cou d’un cadavre en pleine décomposition). Deuxième essai réussi. (Elle entend du bruit dehors).

VINCENT : Voilà l’entrée. Suivez-moi. Dépêchez-vous. (Elle se retourne et découvre que tout un groupe de vampire s’avance vers la crypte, avec des torches. Elle se réfugie dans la tombe, qui ne contient pas l’amulette magique. L’un des vampires prend le bijou et ils partent. Buffy sort de sa cachette, Faith pose sa main sur l’épaule de sa partenaire, qui sursaute).

BUFFY : Faith ! 

FAITH : Qu’est-ce que tu fais ? Tu t’enterres ? 

BUFFY : Je cherche l’amulette. J’attendais pas d’invités surprise. Six contre un. Merci le cercueil. 

FAITH : Bon, six contre deux maintenant. Magne. (Elles vont dehors, elles aperçoivent que les vampires sauter dans une bouche d’égout. Faith se dirige vers le trou).

BUFFY : Attends. Arrête. Réfléchis ! (Faith s’arrête).

FAITH : Non, non, et non ! (Elle repart, Buffy la suit). 

BUFFY : C’est comme un puits. Un petit espace, pas d’issue, six contre deux, ça revient à trois contre un. 

FAITH : Et ils sont peut-être plus nombreux.

BUFFY : Tu vas sauter là-dedans. C’est ça ton plan ? 

FAITH : J’ai pas de plan. Je sais pas combien ils sont mais il n’y a qu’en y allant qu’on pourra le savoir. Et si tu viens pas avec moi, je pourrais mourir ! (Elle descend dans le trou, Buffy finit par la rejoindre).

Wesley feuillette le journal de Giles, qui fait les cents pas dans la bibliothèque.

WESLEY : Parmi toutes ces notes, il y a votre journal. 

GILES : Tout est là. Si vous voulez corriger, vous pouvez. 

WESLEY : (feuillette le journal de Giles) Oh, oui ! Le jour de votre arrivée. 'L’élève est très volontaire et insolente.' Ça ressemble assez au personnage. 

GILES : Il faut la connaître. 

WESLEY : Hum, 'Son maniement du vocabulaire est tel que je ne comprends qu’une phrase sur deux.' Eh bien, cela présage une lecture passionnante. 

GILES : (regarde sa montre) Elle ne devrait plus tarder maintenant. 

WESLEY : (vérifie sa montre) Aucun souci. (prend un bonbon à la menthe). Pour être dans les temps, elle a encore une minute. Tout est normal. 

Les deux Tueuses se battent contre les vampires dans les égouts.

BUFFY : On est encerclées ! 

FAITH : T’as remarqué aussi ?! (Après quelques minutes de bagarre, Buffy est maintenue par des vampires. L’un d’eux s’avance vers elle, en pointant une épée).

VINCENT : Finissons-en honorablement. (La jeune femme réussit à désarmer son adversaire mais il finit par l’attraper au cou). T’auras pas les honneurs. (Il plonge la tête de Buffy dans un bassin, la Tueuse se débat sous les yeux de sa coéquipière, qui est également retenue prisonnière).

FAITH : Buffy ! Lâche moi ! (Elle se débat, tout comme Buffy, qui finit par ne plus bouger. Mais elle ressort de l’eau, avec une épée à la main et le regard noir).

BUFFY : J’ai horreur d’avoir les cheveux mouillés. (Les deux femmes se battent avec rage et repoussent leurs agresseurs).

FAITH : Buffy, viens, on sort ! 

BUFFY : On est venues pour l’amulette. (Avec son épée, elle s’empare de l’amulette qui était à la ceinture de l’un des vampires. Tout leur adversaire s’enfuit en courant, Faith s’avance vers son amie).

FAITH :...Ah, dis-moi que tu n’as pas pris ton pied. Hein ?! 

BUFFY : Y a pas eu de sang.

 Le lendemain matin, Buffy est assise sur la table de la bibliothèque, tandis que Wesley examine avec une loupe l’amulette. Giles boit un café.

WESLEY : Bon...elle a l’air authentique. Evidemment, nous devrons néanmoins procéder à certaines vérifications. 

BUFFY : Vous auriez dû vérifier que les adeptes de cette secte disparue étaient très nombreux hier soir. Faith et moi étions sérieusement en danger. 

GILES : Ça va ? (Demande t-il à Buffy).

BUFFY : J’ai dû faire à peu près cinq millions de shampooing pour me débarrasser de l’odeur des égouts mais je m’en suis pas mal sortie. Je vous remercie, Giles. 

WESLEY : Peut-être sont-ils plus nombreux que mes prévisions mais je vous croyais prête à tout affronter. N’oubliez pas les trois mots clé de la Tueuse, préparation...préparation...préparation. 

BUFFY : C’est le même mot répété trois fois. (La sonnerie retentie, Buffy redescend). J’ai un contrôle de chimie. C’est drôle, c’est la première fois qu’un contrôle me fait plaisir. (Elle s’éloigne). Giles, il faut qu’on parle. 

WESLEY : Buffy. (Elle s’arrête). Je me dois de vous rappeler que je suis votre Protecteur. (Elle se tourne vers lui). A partir de maintenant, c’est moi seul que vous devez informer. La seule chose que vous puissiez avoir à débattre avec monsieur Giles, est votre abonnement à la bibliothèque. C’est assez clair ? 

BUFFY : Il faut qu’on parle. (Dit-elle à Giles).

GILES : Quand tu veux. (Buffy s’en va).

WESLEY : Vous n’aidez pas. 

GILES : Euh, non et j’en suis très affecté. (Il va dans son bureau, Wesley est furieux).

Dans la salle de chimie, madame Taggart distribue les contrôles à ses élèves. Buffy est tourné vers Alex et Willow.

BUFFY : C’était intense. La sensation que...sans le vouloir, je devenais cette force même. Plus rien d’autre ne comptait. 

WILLOW : Oui, je connais cette sensation. 

BUFFY : Je ne crois pas que tu puisses. C’est un état très particulier. Je, j’ai du mal à l’expliquer en fait. 

ALEX : Tu l’expliques beaucoup trop. (Leur professeur leur donne les copies. Buffy se concentre sur sa feuille).

MME TAGGART : Voilà. Vous avez tous ces graphiques à compléter. La classification des éléments est au verso. Vous êtes en condition d’examen, donc, bien sûr, dans le silence !  (Buffy se tourne de nouveau vers Willow et Alex). 

BUFFY : Ce qu’il y a, c’est que Faith savait que je ne voulais pas descendre... 

MME TAGGART : Hum, hum. Mademoiselle Summers ? (L’étudiante se retourne vers son professeur et fait comme si elle cousait sa bouche, en souriant). Vous avez une heure. (Elle s’éloigne, Buffy en profite pour se retourner encore une fois vers ses amies).

BUFFY : Alors, tu vois, le plus fort... 

WILLOW : Buffy. Le contrôle ? Tu sais. Rappelle-toi. Ce truc, qu’on devait bosser hier soir ? 

BUFFY : Ah oui. J’y suis. (Elle se recentre sur sa feuille mais elle s’avance encore une fois vers Alex et Willow). Pardon. Alors, on se retrouve dans les égouts et Faith (Alex cligne de l’oeil) en a tout de suite trois contre elle... 

ALEX : Hey ! Arrête ! Tu feras ton hommage à Faith tout à l’heure. Tu vois, j’ai déjà du mal à me concentrer. (Chuchote t-il).

BUFFY : Comment ça se fait que ton oeil cligne chaque fois que je dis, Faith ? (Le jeune homme cligne une nouvelle fois de l’œil).

ALEX : Quoi ? (Il ricane). Non, tu délires. (La Tueuse observe l’œil de son meilleur ami).

BUFFY : Faith. (Alex cligne encore de l’œil mais il pose sa main dessus).

ALEX : C’est pas drôle ! Je suis énervé par le contrôle et par trop de café. Et là tu m’aides pas à me concentrer. Pour moi les études ça compte ! Non mais !  (Buffy retourne à sa place, un peu déçut. Faith frappe à un carreau et ouvre une fenêtre).

FAITH : Salut les étudiants. (Elle leur sourit en mâchant un chewing-gum). Je tombe mal ? (Elle dessine un cœur transpercer sur un autre carreau, grâce à de la buée. Buffy se lève et s’éloigne).

WILLOW : Non, il ne faut pas ! Tu ne peux pas ! Tu peux ? (Buffy rejoint l’autre Tueuse et elles partent. Elles marchent dans la cour).

BUFFY : Qu’est-ce qu’il y a ? 

FAITH : Des vampires. 

BUFFY : Quoi ? Faith, tu débloques. A moins d’une éclipse dans cinq minutes, il fait jour. 

FAITH : Ah, tant pis pour eux. J’ai trouvé un nid. 

BUFFY : Tant mieux pour nous ! (Des vampires sont en train de dormir, dans un immeuble délabrer et taguer. Faith et Buffy défoncent une porte, la lumière du soleil pénètre dans le pièce et certaine créature des ténèbres prennent feu. Les vampires se lèvent et fuit).

FAITH : Le jour est levé, braves gens ! 

BUFFY : Le réveil a sonné. Les Tueuses sortent leur pieu).

Dans la soirée au Bronze, les deux filles dansent sur une musique techno. Elles sourient et s’éclatent sur la piste, des étudiants se joignent à elle. Angel finit par entrer dans la boite et regarde sa petite amie, s’amuser avec les garçons. Buffy remarque le ténébreux vampire, elle le rejoint et saute sur lui. Angel la rattrape, alors qu’elle l’entoure de ses bras et de ses jambes.

BUFFY : Salut. (Elle lui sourit). Tu t’en vas pas, non ? (Son compagnon regarde Faith, qui dansent avec les garçons).

ANGEL : Je vois que tu as des amis. (Buffy se retourne vers l’autre Tueuse).

BUFFY : Des amis ? Ces mecs ? (Elle regarde Angel et approche son nez de celui de son partenaire). C’est toi que je préfère. (Elle redescend). Qu’est-ce qu’il y a ? Je ne te fais pas peur quand même. 

ANGEL : On va s’asseoir. Viens. (Il lui prend la main et ils s’éloignent).

BUFFY : Rendez-vous d’affaire ou d’amour ? (Ils s’assoient un peu plus loin). Qu’est-ce qu’il y a ? 

ANGEL : Balthazar. (La jeune femme s’accroche au bras du vampire et se rapproche de celui-ci).

BUFFY : Le démon mort. 

ANGEL : Pas si mort que ça. (Il se lève et s’assoit en face de sa petite amie). Il serait caché dans l’entrepôt de déballage désaffecté du côté de Devereau. Il cherche... 

BUFFY : Son amulette. Oui, pour retrouver sa force. 

ANGEL : D’après ce qu’on m’a dit, il vaudrait mieux que ça n’arrive pas. 

BUFFY : On a l’amulette, ça tombe bien. 

ANGEL : Je sais. J’ai parlé à Giles, mais tu l’as donnée à quelqu’un. (Wesley finit par tomber sur eux).

WESLEY : Ah. Vous êtes là ! 

BUFFY : A quelqu’un de parfaitement rasoir. 

WESLEY : Vous aimez beaucoup ce genre d’endroit. (Il s’assoit à côté de sa protégée, qui se recule). Il y a une règle à respecter, quand vous partez en chasse, laissez-moi un numéro où je peux vous contacter. (Chuchote-t-il).

ANGEL : Où est l’amulette ? (Wesley regarde Angel, de haut).

WESLEY : Qui êtes-vous ? 

ANGEL : Un ami. Vous l’avez ? 

WESLEY : Elle est en sûreté. (La Tueuse plonge sa main sous la veste de Wesley et récupère l’amulette). Qui vous l’a dit ? 

BUFFY : La bosse au gilet. (Elle donne le bijou à son compagnon).

WESLEY : Non, attendez une minute... 

ANGEL : Autant vous balader avec une cible sur le coeur. 

BUFFY : Il faut la mettre en sûreté, là où c’est vraiment sûr. 

ANGEL : Je m’en occupe. (Dit-il en se levant).

BUFFY : Je vais m’enquérir de Balthazar. (Elle se lève).

WESLEY : Si vous permettez... Balthazar est mort. Suis-je le seul à avoir de la mémoire ? (Le couple échange un baiser).

ANGEL : Fais attention. 

BUFFY : Tu as peur ? 

ANGEL : J’ai peur. (Buffy et Angel partent chacun de leur côté).

WESLEY : Mais où vont-ils ? (La Tueuse rejoint Faith sur la piste de danse. La jeune femme à la chevelure brune, se frotte contre des garçons. Buffy lui prend la main et l’emmène).

FAITH : On s’appelle ! (Dit-elle à ses prétendants).

Dans un entrepôt, Balthazar, un démon obèse, baigne dans un bassin rempli d’eau. Un vampire, lui verse de l’eau sur tout le corps, tandis que ses disciples, qui sont également des vampires, sont en ligne devant lui.

BALTHAZAR : Je vais vous dire ce que je vois. Je vois la crainte...et le remords...et l’imploration des visages qui attendent ma pitié ! Mais je ne vois pas l’objet de mon désir ! Je veux...mon...amulette !! 

VAMPIRE : Seigneur Balthazar, nous l’avons retrouvée et récupérée... 

BALTHAZAR : Ça y est, vous m’ennuyez.  (Il se sert de ses pouvoirs, pour faire voler le vampire jusqu’à lui. Il lui brise la nuque, le vampire tombe au sol).Vincent...approche-toi.  (Vincent avance lentement vers son maître). Plus près...plus près. (Le démon pose ses mains sur les épaules de Vincent). Dis-moi où se trouve l’objet de mon désir. 

Les Tueuses observent Balthazar depuis l’extérieur, à travers un carreau.

BUFFY : Je vois dix ou douze sbires, autour d’un gros démon, qui devrait prendre rendez-vous chez un nutritionniste. 

FAITH : On va foncer dans le tas. Ils vont pas comprendre ce qui leur arrive. 

BUFFY : On fait pas le poids, c’est le cas de le dire. On retourne à la bibliothèque. 

FAITH : Le gros, dans le Jacuzzi, il va pas se tirer tout de suite. (Elle regarde tout autour d’elle). Il nous faudrait... (Elle voit une boutique de sport, de l’autre côté de la rue). Oh. Voilà ce qu’il nous faudrait. (Elles se dirigent vers le magasin, Faith fracasse la porte de la boutique et elles entrent). La caverne d’Alibaba. (La Tueuse à la chevelure brune, brise une vitrine. Elle s’empare d’une arbalète).

BUFFY : Tu crois qu’ils sont assurés ? 

FAITH : Tu veux que je te dise ? C’est pas mon problème. Y a un truc que t’as pas compris. C’est que la vie peut être très simple. (Elle se dirige vers une autre vitrine). Tu vois... (la brise). Tu veux... (Elle prend d’autres armes). Tu prends.

BUFFY : Tu vois... (Elle se dirige vers une vitrine). Tu veux...tu prends. (Elle brise la vitrine et s’empare d’un couteau). J’ai pigé. (Faith fracasse une vitrine avec son pied et prend une arbalète. Mais deux officiers arrivent et pointent leurs armes sur les filles).

OFFICIER : Déposez ces armes et couchez-vous à terre ! Vite ! (Il s’approche des délinquantes). J’ai dit, déposez ces armes ou je tire. (Buffy repose son couteau, timidement. Faith jette son arme, en soupirant). Couchez-vous par terre.

FAITH : Tu rêves ! 

OFFICIER : Levez les mains. Venez vers moi. Doucement. (Faith lève lentement les mains, en souriant, comme si c’était un jeu pour elle. Buffy lève les mains et semble plus coopérative). Bon. On les embarque. (Dit-il à son partenaire, qui prend ses menottes).

FAITH : Je l’aime bien. C’est une brute. (Dit-elle de façon sexy, en souriant. Un peu plus tard, les Tueuses sont assises sur le siège arrière de la voiture de police, que l’officier est en train de conduire).

OFFICIER : Vous y allez pas de main morte. Vous faites partie d’un gang ? 

FAITH : Ouais. Le gang des Tueuses. 

OFFICIER : Bah voyons.

FAITH : Tu veux qu’on se tire d’ici ? (Chuchote-t-elle à son amie puis elle glisse sur le siège. Buffy n’a pas l’air emballée). On sauvera pas le monde en taule. (La jeune femme à la chevelure blonde se glisse aussi). Un, deux... (Elles donnent des coups de pied dans la grille du véhicule et repousse les officiers de police. La voiture heurte un véhicule garée. Les deux hommes sont inconscients. Faith et Buffy descendent de la voiture et essayent d’ouvrir leur menotte avec des clés).

BUFFY : Il faut appeler une ambulance. 

FAITH : T’inquiètes pas. Y a des témoins, et ils vont bien. (L’un des policiers reprend peu à peu ses esprits. Les deux jeunes femmes se libèrent). Magne-toi, on se barre. (Elle s’éloigne en courant). Magne ! (Sa coéquipière finit par la rejoindre, elles courent).

Le lendemain matin, Buffy entre par la porte arrière de sa cuisine avec le journal. Elle le lie attentivement, tandis que sa mère entre dans la pièce, en peignoir.

JOYCE : Admets le. (Sa fille la regarde). Quand on fait un régime, il y a des matins où on sait qu’on ne va pas le suivre. Tu veux des gaufres dignes d’un samedi matin ? 

BUFFY : Non rien, merci. J’ai pas faim du tout. (Elle reprend sa lecture).

JOYCE : Qu’est-ce que vous avez fait, toi et Faith, hier soir ? 

BUFFY : Rien. Euh...rien de très important. 

JOYCE : T’inquiète pas. Je ne compte pas m’immiscer dans tes histoires. Du moment que tu es prudente. 

BUFFY : (plongée dans sa lecture) Je le suis. 

JOYCE : Tu ne veux pas une petite gaufre ? (Sa fille la regarde à nouveau).

BUFFY : Non. Mais si ça te fait plaisir, je te les prépare, maman. 

JOYCE : Non. Elles sont moins caloriques si c’est toi qui les manges. Logique de maman. Je peux ? Tu lis plus ? 

BUFFY : Tu peux. (Elle se lève et s’en va. Joyce prend le journal, l’ouvre et s’assoit) 

JOYCE : Voyons voir. Que se passe-t-il à Sunnydale ? 

Le Maire pose pour une photo avec des petits boyscouts dans son bureau.

MAIRE : Voilà. 

PHOTOGRAPHE : Voilà, le petit oiseau est sorti. On va être magnifiques. (Les Scouts partent).

MAIRE : Merci beaucoup. Et amusez-vous bien à votre camps ! Scout toujours ! (Le Maire ferme les rideaux de toutes ses fenêtres). Enfin parti. La voie est livre monsieur Trick. (Le vampire sort). L’épine dorsale de l’Amérique, ces petits gars. En voyant l’espoir et le courage qui brillent sur leurs visages, ça me donne parfois envie de...de les bouffer tout cru. (Il ricane). Bon, des nouvelles fraîches de l’Eliminati ? (Il ouvre le bar mais Vincent le pousse et le plaque sur le bureau. Il pointe son épée sur le Wilkins).

VINCENT : Sur l’ordre du Seigneur Balthazar, meurt ! (Trick lui donne un coup de poing, Vincent tombe à terre et perd connaissance).

MAIRE : Merci, monsieur Trick. Vous avez eu le bon réflexe. 

MR. TRICK : Pourquoi en sont-ils toujours à l’arme blanche ? (Il prend les armes du vampire et les donne à Allan). Ça existe les fusils, quand même ! (Dit-il à Vincent). C’est vrai que ça fait plus de bruit. 

MAIRE : Dites-moi, c’est curieux. Comment est-il parvenu à accéder jusqu’à mon bureau ? Allan, nous n’avons aucun service de sécurité à la mairie ? 

ALLAN : Monsieur, je...enfin, je n’avais pas envisagé que, enfin... 

MAIRE : Cessez de bégayer, Allan. Préoccupez-vous de la sécurité. Enfermez-le.

MAIRE : Oui. Oui, j’espère qu’il essayera. 

Dans l’entrepôt ou se trouve Balthazar qui est toujours en train de se faire mouiller, il s’adresse à ses disciples vampires.

BALTHAZAR : Vincent a fait un noble geste. Il a relevé le défi comme véritable guerrier. (respire) Il a eu le courage... Il a sauvé l’honneur...et moi j’en ai ma claque ! Maintenant ça suffit !! Il y a déjà cent ans que j’ai été bafoué par mon ennemi. Il croit que le pouvoir absolu lui appartient. Je ne le laisserai pas faire ! Je n’en peux plus. Je me fiche de l’honneur ! Je suis prêt à tout pour retrouver mon amulette ! Trouvez les responsables ! Trouvez les Tueuses. Amenez les moi ! Détruisez tout sur votre passage ! Vite ! Obéissez ! Vite !! (Les vampires partent en courant). 

Willow et Buffy sont assises sur le lit, de la chambre de celle-ci.

BUFFY : Hum. 

WILLOW : Tu aimes ? (La Tueuse sent un petit sachet).

BUFFY : Ça sent bon. C’est quoi ? 

WILLOW : Chez les sorcières, on appelle ça le mélange de l’ange gardien. Des herbes qui protègent. 

BUFFY : Ça tombe bien, la protection. Hum, c’est agréable. D’habitude ce genre de mélange... 

WILLOW : Empeste. C’est vrai mais j’ai rajouté de la lavande. Dans pas longtemps, je serai la première sorcière à fabriquer des sortilèges ‘fraîcheur des sous-bois’. Dis-moi, le plan ? Pour la mission de ce soir. Elle a toujours lieu ? 

BUFFY : Oui. 

WILLOW : Super ! 

BUFFY : Euh, oui. Mais...il y a un 'mais'. Le 'mais' c’est que tu peux pas venir...ce soir. C’est pas grave ?

WILLOW : Non, bien sûr. C’est pas grave. Je sais que tu vas affronter des bandits très dangereux. 

BUFFY : Oh, oui, pire que ça. Les plus dangereux. 

WILLOW : Tu vas encore risquer ta vie. 

BUFFY : Oui. Alors pourquoi risquer la tienne ? 

WILLOW : Parce que je suis ton amie ? 

BUFFY : Je sais. C’est justement pour ça que je veux pas que tu viennes. C’est, c’est trop dangereux. 

WILLOW : Mais ce serait pas la première fois ! Je t’ai accompagnée souvent en mission et je sais très bien me défendre. En plus, protection fraîcheur lavande. Alors ? (Quelqu’un frappe à la porte. Faith apparaît et entre dans la pièce). 

FAITH : T’es prête ? On décolle. Salut, Willow. 

WILLOW : Salut.

BUFFY : Euh...j’aurais voulu... (Elle se lève). Mais on en parlera plus tard ? 

WILLOW : Oui. Oui, vas-y. Moi j’ai des trucs à finir. (Les deux amies se regardent et Buffy s’en va, avec un sachet de protection. Willow sent son sachet). Que je suis bête ! 

Les Tueuses marchent dans une ruelle, alors que la nuit est tombée. Faith tient un arc, alors que Buffy à l’air ailleurs.

FAITH : Tu fais la gueule ? 

BUFFY : J’ai hâte d’en finir. 

FAITH : Ouais. Ça m’éclate d’utiliser ce bijou. J’ai l’impression que ça va me plaire. 

BUFFY : Alors toi quand tu as une idée dans la tête. 

FAITH : On pourrait se faire une petite bouffe, quand on aura fini ? (Un vampire faisant partit de Eiliminati, surgit devant elles). Elles sont surprises par un Eliminatus qui surgit devant elles. 

Giles est assis dans son bureau, à la bibliothèque, tandis que Wesley observent quelques photographies sur les murs.

WESLEY : Je n’ai pas dit que vous aviez des problèmes affectifs. (Il se tourne vers Giles). J’ai dit que vous aviez un problème affectif. Vous mesurez la différence ? 

GILES : Mon, attachement à cette jeune fille n’est pas un problème. De mon point de vue, il y a longtemps... 

WESLEY : La manière dont vous menez votre mission est plutôt embarrassante pour le Conseil. 

GILES : Si vous voulez critiquez mes méthodes, allez-y. Mais gardez vos insinuations malsaines pour vous et tant qu’à faire, ne critiquez pas non plus mes méthodes.

WESLEY : Le fait est que vous n’avez plus les qualités requises pour être Observateur. Ce n’est pas votre faute. Vous avez bien travaillé. Il est simplement temps que quelqu’un d’autre fasse le travail à votre place. (Giles découvre que des vampires des Eliminati se trouvent derrière eux). 

GILES : Commencez donc tout de suite. (Les deux hommes regardent les vampires).

Buffy se bat contre un vampire dans une ruelle, Faith essaye d’armée son arc mais un autre vampire se dirige vers elle.

FAITH : Attends... (Elles tuent leur ennemi). Y en a d’autres qui arrivent. (Elles s’engagent dans une autre ruelle).

BUFFY : On arrivera jamais à l’entrepôt. 

FAITH : On n’a pas le choix, on les dégage. (Un vampire tombe sur les Tueuses, la jeune femme à la chevelure blonde, le tue. Elles marchent, un homme sort de l’ombre, Buffy le pousse. Cet homme tombe au sol, Faith sort son pieu et le plante dans le cœur d’Allan).

BUFFY : Non, Faith, non ! (Le sous-fifre du Maire est essouffler, du sang coule le long de sa poitrine). Ne bougez pas.

FAITH : Je, je, je savais pas...je savais pas. 

BUFFY : Appelle des secours ! (Dit-elle à Faith). Vite ! (Sa partenaire est pétrifiée). Ne bougez pas, ça va aller...il, il faut que j’arrive à arrêter le... (Allan finit par mourir, les filles sont sous le choc).

FAITH : Il faut partir ! (Elle attrape Buffy).Viens, dépêche-toi ! (Elles partent en courant). Par-là ! (Elle passe par-dessus un mur, Buffy est trop perturbée pour la suivre. Elle finit par se rendre dans une autre allée. Angel tombe sur elle).

BUFFY : Angel.  

ANGEL : Buffy, je t’ai cherchée partout. (Il voit qu’elle a du sang sur la main. Il prend la main de sa petite amie). Qu’est-ce que tu as à la main ? 

BUFFY : C’est rien. (Elle met sa main derrière son dos).

ANGEL : Je reviens à l’instant de l’entrepôt. Je croyais que tu y étais. Ils ont Giles. (Faith retourne auprès de l’homme qu’elle a tuée. Elle se sent coupable, tandis que des sirènes de police résonnent au loin).

Wesley et Giles sont retenus prisonnier et entourer de vampire, dans l’entrepôt ou se trouve Balthazar.

BALTHAZAR : Ah... le ventre. Le ventre. Mouillez mon ventre ! (Un vampire le mouille).

WESLEY : Oh, mon dieu ! (Il a peur). Oh, mon dieu. 

GILES : Vous vous répétez mon vieux. (Dit-il calmement).

WESLEY : Restez calme, monsieur Giles. Surtout restez calme. 

GILES : Merci de m’aider. J’allais bientôt paniquer.

WESLEY : Qu’est-ce que c’est que cette chose ? 

GILES : Vous ne trouvez pas qu’il ressemble à votre démon ? Vous savez, celui qui est mort ? 

WESLEY : Ce n’est pas le moment de faire de l’humour ! (Le démon regarde ses captifs).

BALTHAZAR : Vous deux, approchez ! (Les vampires emmènent les deux Observateurs vers leur maître). Vous savez pourquoi je vous ai fait venir ? 

GILES : Si c’est pour un petit massage, je préfère que vous me tuiez le plus vite possible. (Un vampire le frappe). Oh. 

WESLEY : Il faut vous le dire comment ? Ce n’est pas le moment de faire de l’humour ! 

GILES : Je supporte mieux la torture un peu détendu. 

BALTHAZAR : Il a vraiment pas tort sur ce coup-là. (Il ricanne). 

WESLEY : Non, non, attendez. Il doit y avoir un moyen de s’entendre. Nous possédons ce que vous voulez. Vous possédez ce que nous voulons. 

BALTHAZAR : Hum...un échange. Intéressant. (Il réfléchit). Non. Pas question. J’ai réfléchi. Brisez-lui les tibias ! (Deux vampires l’agrippent). 

WESLEY : Non, non, non, non, non ! (Il est effrayer). La Tueuse. Elle l’avait. Mais elle l’a donné à un ami. Un homme assez grand. Je peux tout vous dire. 

GILES : Fermez la, espèce de débile. On va tous y passez. 

WESLEY : Mais je veux pas qu’on touche à, mes, tibias. (Il pleurniche presque).

BALTHAZAR : Tu vas tout me dire, espèce de débile ! 

WESLEY : Oui ! Monsieur. 

BALTHAZAR : Cet ami, comment il s’appelle ?! 

WESLEY : Je...j’arrive pas à m’en souvenir. 

GILES : Ecoutez, j’ai une idée. Laissez Capitaine Courage partir et je vous donnerai l’information. Donnant-donnant. 

BALTHAZAR : Il n’y a pas de donnant-donnant ! Vous n’avez qu’un choix, la mort lente ou la mort rapide !! L’homme qui a mon amulette, je veux savoir comment il s’appelle ! (Angel s’avance vers eux, ses crocs sont sortis).

ANGEL : Il s’appelle Angel. (Il fonce sur les vampires. Buffy et lui se battent contre leur adversaire, la Tueuse finit détacher Giles qui protège Wesley.

BALTHAZAR : Oh...je veux qu’on s’occupe de moi !...Je veux sortir de mon bain ! (Giles se bat à l’épée contre un vampire, l’un d’eux s’empare du nouvel Observateur).

WESLEY : Oh, monsieur Giles ! 

GILES : Baissez-vous ! (Wesley se baisse, Giles décapite le vampire. Buffy et son petit ami lutte contre les vampires mais le démon se sert de ses pouvoirs pour soulever Angel. Balthazar sert le crâne du vampire, qui a mal. La Tueuse réussit à électrocuter le démon, qui relâche son compagnon. Balthazar ferme les yeux mais il les rouvre au bout de quelques minutes, alors que Buffy est près de lui).

BALTHAZAR : Petite fille. Tu crois avoir gagné. (Il ricane). A mon réveil, tu verras, je vous tuerai tous. (Il meurt).

Wilkins est agenouillé sur un pinta gram entourer de bougies, dans son bureau qui est plongé dans le noir.

MAIRE : J’appelle et j’invoque les forces du mal ! Notre mère des ténèbres, protégez moi et donnez-moi la puissance de l’immortalité aujourd’hui et pour tous les siècles à venir ! (Le bâtiment tremble, alors que Vincent est retenu prisonnier dans une cage. Trick le surveille, tandis que le sol cesse de bouger. Le Maire regarde sa montre). Je ne comprends pas qu’Allan ne soit pas là. Il est d’habitude si ponctuel. (Il se lève). 

MR.TRICK : Ça a marché ? 

MAIRE : Nous allons voir. Ouvrez la cage. 

MR. TRICK : Vous êtes sûr ? 

MAIRE : Oh ! C’est vrai... (Il donne une épée à son prisonnier et se recule, en ricanant). Voilà, vous pouvez ouvrir. (Vincent fend le crâne du Maire avec son épée. Mais Wilkins redevient normal au bout de quelques secondes, le vampire recule, hébéter. Trick le tue). Bien. (Il prend une petite liste de sa poche et coche une case). Devenir invincible, ça c’est fait. Je déclare ouverte la cérémonie des cent jours. Rien ne pourra me blesser jusqu’à mon Ascension. (Il sourit et rit). C’est fou ce que ça fait du bien ! Qui veut une petite bière ? (Il s’en va, Trick le suit en souriant).

Faith essaye de faire disparaitre la tâche de sang de son débardeur en le frottant, dans la salle de bain de sa chambre.Buffy frappe à sa porte.

BUFFY : Faith, c’est moi. (Faith lui ouvre). Salut. 

FAITH : Salut. (Elle retourne dans sa salle de bain, l’autre jeune femme la suit).

BUFFY : Alors, comment... (Elle voit Faith frotter le linge). Comment ça va ? 

FAITH :  Pas mal. Je te remercie. 

BUFFY : Faith, il faut qu’on parle de ce qu’on va faire. 

FAITH : (regarde Buffy) Il n’y a rien à dire. Je faisais mon boulot. Je veux pas en parler. 

BUFFY : Combattre les vampires c’est pas commettre un meurtre...fais pas semblant de ne pas comprendre. Un jour ou l’autre, il faudra bien qu’on se justifie. 

FAITH : C’est faux. 

BUFFY : On va avoir besoin l’une de l’autre. 

FAITH : Je n’ai besoin de personne. (Elle étend son linge).

BUFFY : Ah bon ? Tu es sûre de ça ? Tu ne peux pas te contenter de cacher tes émotions. Parce que, figure toi qu’ils vont trouver un cadavre !

FAITH : Ok, c’est la dernière fois qu’on en parle et cette conversation j’aurais voulu ne pas l’avoir. T’as bien compris ? Il n’y a pas de cadavre. Je l’ai transporté, je l’ai noyé, il a disparu. Plus de cadavre.

BUFFY : On ne se débarrasse pas d’un problème en se débarrassant des preuves. 

FAITH : Si, pourquoi pas ? 

BUFFY : Faith, t’as pas l’air de réaliser. T’as tué un être humain ! 

FAITH : Mais si je réalise. Ça m’est égal ! (Elle lui sourit et lui tourne le dos. Buffy est sous le choc).

 

 

Ecrit par Lee333 
Activité récente

Qui est-ce ?
30.11.2016

Ceci ou Cela ?
10.11.2016

Baby Blues
Hier à 15:53

Family Guy
Hier à 15:10

Lucifer
Hier à 14:52

Lucifer
Hier à 14:51

Lucifer
Hier à 14:51

Actualités
Princess Rap Battle | Rapunzel & Flynn vs. Anna & Kristof

Princess Rap Battle | Rapunzel & Flynn vs. Anna & Kristof
Plus d'un an après que Sarah Michelle Gellar / Cendrillon et Whitney Avalon / Belle se soient...

Eloise | Trailer

Eloise | Trailer
Nous vous rapportions il y a deux ans qu'Eliza Dushku serait la star d'un nouveau film d'horreur...

Criminal Minds: Beyond Borders

Criminal Minds: Beyond Borders
Après avoir rendu visite au diable dans un épisode de la saison 2 de 'Lucifer' [voir news], en début...

Netflix's

Netflix's "Gilmore Girls: A Year In The Life" Premiere
Danny Strong s'est rendu à l'avant-première de 'Gilmore Girls: A Year In The Life', la suite de la...

Billions

Billions
La saison 2 de 'Billions', la série de Showtime portée par Damian Lewis, s'offre de nouveaux...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

Hypnotic (11:04)

Chrismaz, merci d'utiliser la room HypnoPromo pour ce type d'annonce.

chrismaz66 (12:00)

Ah ok c'est pour toutes les news de nos quartiers? J'avais pas compris, c'est noté oopsie

emeline53 (13:02)

Super, merci pour ce nouveau topic !

Sonmi451 (21:47)

Alors y a du monde dans le coin?

Hypnotic (22:35)

Yes !

Hypnotic (22:47)

Pas tant de monde en fait

Titepau04 (22:56)

Moi je vais me coucher!!! ^^

arween (22:57)

Soirée koh Lanta donc non pas là

Sonmi451 (10:23)

Raaa désolé pour hier soir, je suis partie. Première maladie de bébé.

Sonmi451 (10:24)

Mais là si y a du monde, je suis preneuse d'une discussion diverse et varié. ^^

Sonmi451 (10:26)

On peut parler de noel, vous en êtes où dans vos achats? ^^

Titepau04 (10:27)

Bonjour!!

Sonmi451 (10:27)

Hello titepau!

Titepau04 (10:27)

J'ai pas commencé grand chose... et toi?

Sonmi451 (10:28)

Moi si ça va, j'ai avancé d'un seul coup cette semaine. ^^

Sonmi451 (10:28)

Il me reste l'homme et mon grand.

Sonmi451 (10:28)

Et tu as commencé les décos?

Titepau04 (10:29)

C'est cool ça!!!

Titepau04 (10:29)

Non... non plus!!! Faut que je m'y mette !!!

Sonmi451 (10:31)

Moi je commence tout juste et maintenant que j'ai un balcon, faut que je trouve aussi ce qu'il faut pour le décorer. ^^

Titepau04 (10:32)

Ahah!! Ça fait encore plus de travail

Sonmi451 (10:33)

c'est ça, je pense prendre une guirlande électrique et un père noel qui monte me rendre visite. ^^

Sonmi451 (10:33)

et sinon tu as attaqué l'hypnonoel?

Titepau04 (10:38)

Ah j'aime pas ça.... on dirait qu'il est pendu le pauvre père Noël....

Titepau04 (10:38)

Oui j'ai commencé!! Et toi?

Sonmi451 (10:39)

Non c'est une echelle pour celui que j'ai vu. ^^

Sonmi451 (10:40)

Non moi pas encore, je sais pas si je vais trouver du temps. Tu as bien avancé sur cette animation toi?

Titepau04 (10:41)

J'en suis à 30 questions

Sonmi451 (10:42)

Ha ouais pas mal! Tu me donneras tes paquets cadeaux

Titepau04 (10:42)

Ah non mais non!!! Dis donc!!! ^^

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play