VOTE | 370 fans |

Script VF

Buffy est endormie dans son lit. Elle remue dans son sommeil puis elle se réveille. Elle allume sa lampe et prend le verre posé sur son bureau mais il est vide. Elle soupire et se lève. Elle sort de la chambre avec le verre dans les mains, alors que Drusilla apparaît derrière elle. Buffy ouvre la porte de la salle de bain et atterrie au Bronze. Elle entre et regarde autour d'elle. Elle dépose son verre sur une table, marche et arrive à une table où Willow est installée avec un petit singe.

WILLOW : (en pleine conversation avec le singe) Ça m'étonnerait beaucoup. (Elle voit Buffy et lui fait un signe de la main. Buffy la regarde bizarrement puis lui fait un signe de la main elle aussi. Elle continue son chemin et arrive devant sa mère avec une tasse et une soucoupe dans les mains. Joyce lui dit quelque chose mais les sons ne sortent pas de sa bouche). 

BUFFY : Quoi ? (Joyce laisse tomber l'assiette de ses mains. Celle-ci s'écrase par terre et se brise en morceaux. Buffy sursaute et regarde par terre puis sa mère se retourne et s'en va. Buffy part dans l'autre direction. Elle marche entre les couples qui dansent et arrive près de la scène. Il n'y a aucun groupe dessus. Elle se retourne et son visage s'illumine. Plus loin, Angel s'avance vers elle. Ils s'approchent lentement l'un de l'autre en souriant. Angel s'arrête et regarde Buffy s'avancer vers lui. Drusilla surgit derrière lui et lui plante un pieu dans le cœur. Il gémit de douleur et tend une main vers Buffy).  Angel !!! (Elle tend aussi sa main vers lui mais avant qu'ils n'aient pu se toucher, la main d'Angel commence à s'effriter. Angel disparaît complètement sous le regard horrifié de Buffy. Drusilla s'avance en face de Buffy). 
DRUSILLA : Bon anniversaire, Buffy. (Buffy se réveille en sursaut et s'assoit sur son lit).

 

GENERIQUE

 

Quelqu’un frappe à la porte de l’appartement d’Angel. Celui-ci se dirige vers la porte.

ANGEL : Oui ? (Il ouvre la porte et découvre Buffy). C'est toi. Qu'est ce qui t'amène ? 
BUFFY : Ce que je voulais savoir surtout c'est, c'est si tu allais bien. 
ANGEL : Oui. Oui, ça va. (Il s'efface pour qu'elle puisse entrer). Qu'est ce qui se passe ? (La jeune femme entre et dépose son sac à côté de la porte. Angel ferme la porte en la laissant un peu entrouverte. Il passe à côté d'elle et se dirige vers sa chambre, elle le suit. Il s'arrête et prend un t-shirt posé sur un fauteuil). 
BUFFY : Cette nuit j'ai rêvé que... que Drusilla était vivante. 
ANGEL : (mettant un T-shirt). Qu'est-ce qu'elle faisait ? 
BUFFY : Elle te tuait, là, devant moi. (Dit-elle un peu émue).
ANGEL : Ce n'est qu'un rêve. Ça n'a rien de réel. 
BUFFY : Ça paraissait si réel. (Il pose sa main sur la joue de Buffy pour la rassurer).
ANGEL : Ça ne l'est pas. Je suis là. 
BUFFY : Ça ne serait pas la première fois. Chaque fois que j'ai rêvé du Maître, ces rêves se sont réalisés. 
ANGEL : C'est vrai mais tous tes rêves ne se sont pas réalisés. Tiens, par exemple, de quoi tu as rêvé hier ? Tu t'en souviens ? 
BUFFY : J'ai rêvé... J'ai rêvé que, que Giles et moi on ouvrait un bar-tabac à Las Vegas. (Angel sourit) 
ANGEL : Alors, tu vois. 
BUFFY : Oui. Je-je sais bien, mais...et si Drusilla était encore en vie ? On n'a pas retrouvé son corps. 
ANGEL : (la prend par les épaules) Elle est morte. Et si c'est pas le cas, on fera le nécessaire. 
BUFFY : (pas encore rassurée) Oui, mais si jamais... (Son petit ami l’embrasse).
ANGEL :...Qu'est-ce que tu disais ? 
BUFFY : Je ne sais plus trop. (Elle sourit) On parlait de quoi ? (Ils s'embrassent à nouveau. Ils s'enlacent et leur baiser devient enflammé. Angel se penche vers Buffy, consumé par la passion. Buffy gémit et s'arrête).  Désolée mais il, il faut que j'aille en cours. (Elle lui tourne le dos et s’éloigne). 
ANGEL : Je sais. (Il la suit un peu, l'attrape par le bras et la retourne vers lui. Ils échangent un autre baiser passionné. Ils s'arrêtent et se regardent).
BUFFY : Oh Angel... 
ANGEL : Il faut que tu ailles en cours. (Ils reculent vers la porte, toujours enlacés). 
BUFFY : Oui. D'ailleurs, il vaut mieux... (Elle s'adosse à la porte et la ferme). Que je m'en aille. (Il la regarde et ils s'embrassent encore. Angel descend ses lèvres dans le cou de Buffy et revient à sa bouche. Ils s'arrêtent). 
ANGEL : Je ne sais toujours pas ce qui te fait envie pour ton anniversaire. 
BUFFY : (sourit) Etonne moi. 
ANGEL : (sourit aussi) Oui je... je vais t'étonner. (Ils s’embrassent à nouveau). 
BUFFY : C'était génial. (Sourit-elle). J'adore te voir quand tu te réveilles le matin. 
ANGEL : Normalement c'est l'heure où je me mets au lit. 
BUFFY : J'adorerais qu'on s'y mette ensemble. Oh, heu, bonjour le lapsus. 
ANGEL : C'est pas grave. Qu'est-ce que tu veux dire par là ? 
BUFFY : Je déteste quand il fait jour. Quand c'est le matin et qu'on est tous les deux obligés de se séparer... je déteste ça. 
ANGEL : Moi aussi. Je déteste ça. 

Au lycée, Willow et Buffy discutent dans la cour, en marchant sous un beau soleil.

WILLOW : J'adorerais qu'on s'y mette ensemble ?! Tu lui as vraiment dit ça ? 
BUFFY : (souriant) Oui, je sais. C'est nul. 
WILLOW : C'est marrant, c'est le genre de truc que disait Aimée West dans ses films. 
BUFFY : Je ne voulais pas le vanter, c'est sorti, comme ça. 
WILLOW : Et lui qu'est-ce qu'il a dit ? Est-ce que lui aussi il a envie de partager ton réveil ? 
BUFFY : Oui, en-enfin je crois. Non, non, en fait je pense qu'il est assez partant. 
WILLOW : Ça c'est pas étonnant. C'est quelqu'un de très cool. Et puis il n'est pas du genre à... tu vois ce que je veux dire. 
BUFFY : A abuser. 
WILLOW : Ouais. Il a rien d'une sale brute. 
BUFFY : Oh, Willow, qu'est-ce que je vais faire ? 
WILLOW : Qu'est-ce que t'as envie de faire ? 
BUFFY : Pour l'instant, j'en sais rien du tout. (Elles s'assoient sur un banc). Se laisser aller à ses envies, ça peut être, dangereux. En général c'est d'ailleurs ce qui se produit. 
WILLOW : Quelque fois. 
BUFFY : Seulement, réfréner ses envies c'est...on ne sait jamais ce que la vie nous réserve. 
WILLOW : Carpe diem. C'est ce qu'on dit des fois. 
BUFFY : Tu veux que j'aille pêcher ?! (Dit-elle étonnée).
WILLOW : J'ai pas die carpe. (Sourit-elle). Mais carpé. Ça veut dire saisis ta chance. 
BUFFY : Ah oui. (Elle réfléchit) D'accord. Alors dans ce cas je vais la saisir. Une fois qu'on arrive à un certain point, autant y aller en se disant que c'est inévitable. 
WILLOW : (impressionné) Wow... 
BUFFY : (mal assurée) Ouais. 
WILLOW : Wow... (La cloche de l'école sonne. Buffy se lève, suivie par Willow qui n'en revient toujours pas). Wow ! (Un peu plus loin, les deux filles discutent toujours en se rendant à leur cours). 
BUFFY : (sourit) Ouais. (Elle aperçoit Oz assis sur un banc en train de jouer de la guitare) Tiens, en parlant du loup, ce ne serait pas notre ami Oz, là-bas ? Ton petit cœur ne bat pas pour lui ? 
WILLOW : (sourit) Il est craquant. Et j'aime beaucoup ses mains. 
BUFFY : Une fixation sur un détail insignifiant, c'est que tu flashes sur lui. 
WILLOW : Je sais pas trop, j'oserai jamais... Il est en terminale. (Elles s’arrêtent).
BUFFY : Quoi ? Tu le trouves trop vieux pour toi ? Je te rappelle que mon petit copain a plus de deux cents ans. 
WILLOW : Ah oui, c'est juste. (Pas rassurée). Ecoute je, je ne crois... 
BUFFY : Enfin tu ne vas pas passer toute ta vie à espérer vainement qu'Alex s'aperçoive que t'existes. Faut que tu te bouges. Il faut aller de l'avant. 
WILLOW : Et si jamais il trouve que je bouge pas bien, ou encore que je vais trop loin? 
BUFFY : Comme on dit, qui ne tente rien n'a rien. (Elle part et Willow se retrouve seule, hésitante. Elle contourne Oz, qui est assis sur une table en train de jouer de la guitare).
WILLOW : Salut. 
OZ : (lève les yeux) Salut. 
WILLOW : Est-ce que vous donnez un concert ce soir ? 
OZ : Heu, non, ce soir, on répète. On travaille un nouveau son et pour l'instant on est, heu, plutôt nul, alors... on répète. 
WILLOW : (sourit) J'adore votre façon de jouer. 
OZ : Merci. 
WILLOW : J'imagine que vous avez plein de groupies. 
OZ : Ouais, pas mal. Seulement les groupies c'est pas mon truc. Trop barges. 
WILLOW : Oh. 
OZ :...J'aimerais que tu sortes avec moi demain soir. Le hic, c'est que j'ose pas te le demander. C'est délire non ? 
WILLOW : Oh. Eh bien, si ça peut te rassurer, je te répondrais oui. 
OZ : Ah ouais. Ça, ça me met assez en confiance. Ça me rassure. (Willow sourit). Tu veux sortir avec moi demain soir ? 
WILLOW : (se tape la tête) Oh ! Je peux pas ! 
OZ : Ah. Toi t'es du genre imprévisible, hein ? 
WILLOW : Oh, c'est l'anniversaire de Buffy et on a prévu une petite fête pour elle. 
OZ : Tant pis. 
WILLOW : Tu peux venir avec moi. Si tu veux. 
OZ : Je risquerais de faire tâche. 
WILLOW : Non, pourquoi ? Tu serais simplement mon... mon cavalier. (Sourit-elle). 
OZ : (hoche la tête) D'accord, je viens. (Sourit-il). 
WILLOW : A demain. 
OZ : Hein, hein. (Willow part, le sourire aux lèvres). 
WILLOW : Là je craque. (Oz la regarde s'éloigner en souriant). 

Dans les couloirs du lycée, Cordélia ouvre son casier et fouille dedans.. On voit qu'Alex est derrière elle. 

ALEX : Alors. Comment ça se passe ? Maniam. 
CORDELIA : Ce n'est pas parce que c'est ta meilleure copine qu'on va mettre les petits plats dans les grands. Je fais la cuisine, ça devrait suffire ! 
ALEX : La cuisine ? 
CORDELIA : Oui, des chips et des biscuits. 
ALEX : Oh, quelle horreur d'avoir à ouvrir tous ces paquets. 
CORDELIA : Je dois également aller les acheter. 
ALEX : Tu devrais peut être engagé des serviteurs. 
CORDELIA : C'est ce que je me tue à dire à mon père mais il reste sourd. 
ALEX : Heu, écoute, heu...cette soirée, tu y vas tout comme moi, alors pourquoi...on irait pas là-bas, heu, tous les deux ? 
CORDELIA : Pourquoi ? 
ALEX : Je ne sais pas, parce que ce qui s'est passé entre nous, même si ça t'embête, ça s'est vraiment passé. Et il vaut mieux s'avouer qu'on sort ensemble. 
CORDELIA : Se peloter dans un placard, ce n'est pas sortir avec quelqu'un. On sort avec quelqu'un quand ce quelqu'un dépense pour vous. 
ALEX : Très bien. Je dépenserai et après on se pelotera. Ce qu'il y a, c'est que j'estime qu'on n'a pas à cacher l'attirance qu'on éprouve l'un pour l'autre. 
CORDELIA : Oh, tu peux raconter ce qui s'est passé. Tu n'as pas à avoir honte de ce que tu as fait. En revanche, moi je suis en droit d'avoir honte de ce que j'ai fait. 
ALEX : Ecoute. Oublie ce que je viens de dire. D'accord ? C'est sûrement une de mes nombreuses personnalités qui parlait. Le dénommé Joe l'idiot. Il aime bien se faire boucher. (Il la regarde, soupire bruyamment et s'en va). 

Giles marche dans un autre couloir avec sa mallette à la main. Alex se dirige vers lui.

GILES : Alex. Bonjour. Est-ce que tu es prêt pour demain soir ? 
ALEX : Et vous, très cher ? Vous avez déjà loué votre smoking pour la soirée ? (Giles voit Jenny et Buffy qui descendent les escaliers). 
GILES : Voilà Buffy. Alors n'oublie pas: plus on est discret, plus on est méritant. 
ALEX : Il suffisait de dire, chut. Vous êtes vraiment obligé de parler par métaphore ? (Jenny la Tueuse s’avancent vers eux). Buffy ! (Dit-il en se frottant les mains). J'ai l'impression que demain on va comme qui dirait s'éclater. 
JENNY : Lâche nous un peu s'il te plaît, Alex. (Les filles s'assoient à une table). 
ALEX : (parle dans son collet, à un micro imaginaire) Allô, contrôle, on ne s'éclate plus. 
GILES : (s'assoit aussi). Ça va, Buffy ? Tu parais fatiguée. 
BUFFY : J'ai passé une mauvaise nuit. En fait j'ai rêvé que Drusilla était encore en vie et qu'elle tuait Angel. Je dois dire que ça m'a fichu la trouille. 
GILES : Penses-tu que ça puisse être...un présage ? 
BUFFY : J'en sais rien. Je ne voulais surtout pas vous effrayer pour rien. 
GILES : Mais non. Mieux vaut se montrer sur nos gardes. Si jamais Drusilla est en vie, nous allons devoir affronter...un incommensurable fléau. 
ALEX : Encore une métaphore ! Il suffisait de dire, ça va faire mal. 
GILES : Va en cours, Alex. 
ALEX : Ok. (Il se lève puis se retourne vers eux). Vous noterez l'économie de parole: "ok." C'est simple et direct. (Il pointe son doigt sur Giles et part).
BUFFY : Moi aussi, je ferais bien d'aller en cours. (Elle se lève, ainsi que Giles).
GILES : Allons, ne t'inquiète pas Buffy. Je suis sûr que ce n'est rien. 
BUFFY : Je sais. Je devrais être moins angoissée, mais...c'est à cause d'Angel. Dans cette histoire il risque plus que moi. (Elle part).

Dans une vieille usine désaffectée,  Dalton s’avance avec une grande boîte dans les bras, éclairer par des bougies posées ici et là. 

DALTON : Je l'ai réceptionné. 
SPIKE : (d'une voix grave) Mets-le sur la table...avec les autres cadeaux. (Dalton obéit. Spike sort de l'ombre, roulant dans un fauteuil roulant. Drusilla est derrière lui et le pousse). Tu es certaine que ça te fait plaisir ? Tu n'aimerais pas mieux le fêter à Viennes ? 
DRUSILLA : Toutes les invitations sont envoyées. 
SPIKE : Ouais. C'est, c'est cet endroit qui me déplaît. Rien ne s'est jamais passé comme prévu. 
DRUSILLA : (se penche un peu et caresse la poitrine de Spike) Les fêtes que je donne sont toujours parfaites. Tu te rappelles l'Espagne ? (Elle s'accroupit à côté de son compagnon). Les taureaux. Rappelle-toi. (Elle fait lentement monter ses doigts sur le bras du vampire). 
SPIKE : (sourit) Je me rappelle, amour. Mais Sunnydale est dangereux pour nous. Angel et cette fille ne sont pas loin. 
DRUSILLA : Chut. Il y aura des réjouissances pour tout le monde. (Elle lèche la brûlure sur la joue de Spike). Tu verras. (Elle s'éloigne en souriant mais elle perd son air joyeux en apercevant les chaises décorées avec des roses rouges). Ces fleurs sont une...offense. Elles sont...odieuses. (Elle pousse de petits cris, Spike regarde ce qui se passe) C'est insupportable ! (Elle les arrache en pleurnichant). 
SPIKE : Nous allons arranger ces fleurs d'une façon différente. (Elle le regarde, se détend et retrouve un peu son sourire. Elle voit les boîtes posées sur la table et s'approche). 
DRUSILLA : Je peux en ouvrir un ? Un seul ? (Spike lui sourit). Rien qu'un ? (Sourit-elle en sautillant).
SPIKE : Juste un petit coup d'œil. (Elle s'approche d’une des boites). C'est pour demain soir. Il la rejoint dans son fauteuil roulant. Drusilla ouvre son cadeau). Il te plaît, amour ? 

DRUSILLA : (chuchottant) Le souffle de l'enfer. (Elle se met à genoux devant Spike et caresse les cuisses de celui-ci). Oh, ce sera la plus mémorable de toutes les fêtes. 

SPIKE : Pourquoi ? 
DRUSILLA : Parce que... (Elle revient à la boîte et la voit de nouveau comme si on était à l'intérieur). Ce sera également la dernière. (Elle referme le couvercle).

Le lendemain matin, dans la cuisine des Summers, Joyce se lève et se dirige vers l'évier avec son assiette pendant que Buffy se prépare pour le lycée. 

JOYCE : Demain on fait les boutiques pour ton anniversaire, n'oublie pas. 
BUFFY : Le plein de vêtements payés grâce au portemonnaie maternel ? Tu rigoles. 
JOYCE : Alors, dis-moi. Est-ce que ça fait une différence d'avoir 17 ans ? 
BUFFY : Eh bien, figure-toi que ce matin en me réveillant, je me suis sentie plus responsable, plus mature et plus adulte. 
JOYCE : Ah oui ? C'est curieux. 
BUFFY : Je pense que je possède les qualités requises pour, heu...pouvoir conduire une voiture. (Dit-elle plein d’espoir).
JOYCE : Buffy... 
BUFFY : Tu as dit que je passerais mon permis quand j'aurai 17 ans. 
JOYCE : Tu crois que tu es vraiment prête pour ça ? (L'assiette que tenait Joyce glisse de ses mains et se fracasse par terre alors que Buffy la regarde avec des yeux horrifiés). 

Dans le lycée, Jenny entre dans sa classe vide et dépose son café sur son bureau. Un homme s’avance derrière elle.

ENYOS : Jenny Calendar. (Celle-ci sursaute et se retourne vers lui).
JENNY : Tu m'as fait peur. 
ENYOS : Tu sembles aller bien. (Il s’avance vers le bureau). 
JENNY : Ouais, ça va. (Elle passe derrière le bureau). Je sais, je n'ai pas beaucoup écrit. J'ai été débordée. 
ENYOS : J'ai du mal à imaginer ce qui peut avoir tant d'importance au point de te faire oublier tes responsabilités envers ton peuple. 
JENNY : Il y a mon travail et... 
ENYOS : L'ancienne a interprété les signes. Tu apparais différente. 
JENNY : Rien n'a changé. La malédiction tient toujours. 
ENYOS : L'ancienne n'a jamais encore fait d'erreur. Elle dit que sa peine est en train de s'atténuer. Et sa souffrance. 
JENNY : Il y a une... 
ENYOS : Une quoi ? 
JENNY : Une fille. 
ENYOS : Quoi ? Et tu as laissé faire une chose pareille ? 
JENNY : Je te le jure. Angel continue de souffrir. Et peu à peu il rachète ses mauvaises actions. Il m'a même sauvée la vie. 
ENYOS : Alors tu as oublié, qu'il a entraîné la destruction de la plus aimée de toutes les filles de notre tribu ?! Qu'il a tué tous les hommes, les femmes et les enfants qui comptaient dans sa vie ? Pour que nous soyons vengés, sa douleur doit absolument être éternelle comme la nôtre. La...si cette, cette fille lui apporte une seule minute de répit, ce n'est ni plus ni moins qu'une minute de trop ! 
JENNY : Je n'ai pas voulu ça. Je croyais que... 
ENYOS : Quoi ? Qu'est-ce que tu croyais ? Que Jenny Calendar c'est toi ? Tu es toujours Janna. Une Kalderash ! Une bohémienne. Une gipsy !
JENNY : Oui, mon oncle. Je sais...une bohémienne. 
ENYOS : Alors prouve-le. Le temps de l'observation, c'est terminé. Il est temps maintenant de passer à l'action ! Tu vas lui prendre cette fille et aggraver son tourment. 
JENNY : Je ferai le nécessaire. 

Dans la bibliothèque, Buffy raconte à Giles ce qui c’est passer avec sa mère. 

BUFFY :...Et elle a fait tomber l'assiette. Tout ça c'était dans mon rêve. Chaque geste, chaque mot. Au point que je tremblais. 
GILES : Oui je, je comprends que ça t'ait bouleversée. (Il s'assoit à côté d'elle sur la table alors que Willow et Alex entrent dans la pièce, joyeux). 
ALEX : Ah ! Ne serait-ce pas la femme du jour ? 
WILLOW : Bon anniversaire, Buffy ! (Elle se penche et serre Buffy dans ses bras, enthousiaste. Buffy ne réagit pas et garde le même air inquiet). 
WILLOW : C'est pas un bon anniversaire ? 
GILES : Heu, eh bien, voyez-vous une, heu, une partie du, du cauchemar que Buffy avait fait la nuit dernière s'est, s'est reproduite. 
BUFFY : (à ses amis) Il est possible que Drusilla soit encore en vie. (à Giles) Dans mon rêve je n'arrivais pas à l'empêcher d'éliminer Angel. Et le temps que je comprenne, il était déjà mort. 
GILES : Si, si jamais Drusilla est en vie on, on peut quand même protéger Angel. Les rêves ne sont pas des prophéties Buffy. Il t'est arrivé de rêver que le monstre revenait, mais tu as empêché l'évènement. 
ALEX : T'as broyé ses os pour faire du pain. 
BUFFY : C'est vrai. Sauf que je n'ai pas fait de pain. Bon, d'accord, là on marque un point. Seulement je veux garder ce point. 
GILES : Ça va de soi. (Il se lève). Je vais m'informer sur la chose. Et voir si, si cela s'est déjà produit. Retrouve-moi ici à 7 heures. Nous établirons une stratégie. 
BUFFY : Qu'est-ce que je suis censée faire en attendant ? 
GILES : Va en cours faire tes devoirs, et détends toi. 
BUFFY : Ok. Au boulot, Buffy. (Elle se lève et part en prenant son manteau). 
ALEX : Il s'annonce très mal l'anniversaire de ma copine. 
WILLOW : (déçue) On peut dire adieu à notre petite fête. Quand je pense que j'avais acheté des chapeaux. 
ALEX : Hum. 
WILLOW : Très bien. Je vais aller le dire à Cordelia. (Ils s’éloignent lentement). 
GILES : Pas question. (Willow et Alex se retournent vers lui). Nous ferons la fête ce soir. 
ALEX : (regarde Giles) Il n'a pas l'air dangereux mais je me demande si on peut lui faire confiance. 
GILES : L'anniversaire de Buffy aura lieu comme prévu. Sauf que pour le chapeau, ce sera sans moi. 
WILLOW : Mais Buffy et Angel... 
GILES : Seront peut-être en danger. Ce ne sera pas la première fois, ni probablement la dernière. Depuis que je connais la bouche de l'enfer, j'ai appris à prendre les choses comme elles venaient. Buffy a 17 ans aujourd'hui et cette petite fête, elle la mérite. 
ALEX : Ça c'est un homme comme je les aime. 
WILLOW : (sourit) De toute façon, Angel vient. Comme ça, elle sera à même de le protéger et en plus j'ai déjà acheté le gâteau. 
GILES : Parfait. (Il retourne à son bureau. Satisfaits, Willow et Alex vont en cours). 


Le soir, la Tueuse marche seule dans un des couloirs du lycée. Jenny marche derrière elle.

JENNY : Buffy. (Celle-ci se retourne vers elle).
BUFFY : Oh, mon dieu. Vous m'avez fait peur. 
JENNY : Désolée. Heu, Giles m'a demandée de te dire qu'il y a un petit changement au programme. Il, il veut que tu le retrouves pas loin de chez lui. Il est sans doute rentré pour aller prendre un bouquin. 
BUFFY : Quoi ? La bibliothèque n'a pas suffisamment de livres pour lui ? 
JENNY : Oh mais tu sais à quel point il est méticuleux. 
BUFFY : Je ne dirais pas ça. C'est typiquement masculin ce genre de compulsion récurrente, vous ne trouvez pas ? 
JENNY : Heu, j'ai ma voiture. Tu veux que je t'y emmène ? 
BUFFY : D'accord. (Elle passe à côté de la prof et part. Jenny la regarde un moment avant de la suivre). 

Buffy et Jenny sont dans la voiture de celle-ci. le professeur arrête sa voiture dans une ruelle, près du Bronze.

BUFFY : Où est ce qu'on va ? 
JENNY : J'en sais rien. Giles m'a fait un plan. Je me contente de suivre ses instructions. 
(Buffy aperçoit quelque chose devant elle). 
BUFFY : Arrêtez-vous, qu'on voit ce qui se passe. (Un gros camion est stationné au fond de la ruelle et des hommes descendent de l'arrière). 
JENNY : Buffy, ça peut être dangereux. 
BUFFY : Désolée, le danger est ma seconde nature. (Elle sort alors que Jenny reste à l'intérieur). 
JENNY : (soupire) Il ne manquait plus que ça. (La Tueuse s'approche sans faire de bruit et secoue la tête en voyant Dalton transporter une grande boîte). 
BUFFY : Chaque fois que je tombe sur toi, tu voles quelque chose. (Dalton la voit et grogne). Tu devrais voir un psy pour lui parler de cette kleptomanie. (Buffy se retourne lorsqu’elle entend que le camion démarre. Dalton en profite pour s’échapper en courant. Un vampire sort de la cabine du camion et la frappe avec ses pieds. Elle l'attrape et le fait tomber au sol. Il se relève et elle le frappe à nouveau. Elle se met en position de combat mais un troisième vampire la saisit par les bras et la fait monter à l'arrière du camion. Elle réussit à se libérer alors que l'autre vampire vient les rejoindre. Elle les frappe tour à tour et en élimine un en faisant tomber l'autre dessus).

A l’intérieur du Bronze qui est vide, Angel qui se cache derrière un poteau, jette un coup d’œil vers la porte.

ANGEL : Où est-elle ? (Les amies de Buffy qui se cachent derrière une table de billard, ce relèvent un peu).

WILLOW : Chut ! Je crois que je l'entends qui vient. 


À l'extérieur, la Tueuse désintègre un deuxième vampire à l'aide d'une planche de bois brisé en deux. Un autre arrive, la soulève et la jette contre un mur. Des bruits de la bagarre résonnent dans la salle du Bronze. Willow et les autres ont l'air inquiet.

Tout d'un coup, le mur se défonce, Buffy et le vampire atterrissent sur la scène. Les autres s'approchent. La Tueuse se relève la première et repousse son adversaire d'un coup de pied. Elle saisit une baguette de la batterie et l'enfonce dans le cœur du vampire, qui est réduit en poussière. 


CORDELIA : (surgissant de derrière le comptoir, les bras dans les airs) Surprise ! (Les autres se tournent lentement vers elle et la regarde d'un drôle d'air). 
OZ : C'est tout à fait le mot qui me convient. (Alex secoue la tête en regardant Cordélia. Buffy saute en bas de la scène et rejoint Angel).
ANGEL : (inquiet) Tu vas bien ? 
GILES : Mais...mais que s'est-il passé ? 
BUFFY : Heu, j'ai vu des vampires qui...mais pourquoi vous êtes là ? 
GILES : Oh, heu...une surprise pour toi. 
CORDELIA : (souriante) Bon anniversaire. 
BUFFY : (sourit) Vous avez organisé ça pour moi ? Oh, c'est trop mignon. (Dit-elle à son petit ami).
ANGEL : (encore inquiet) Tu es sûre que ça va ? 
BUFFY : Oui, ça va. 
WILLOW : (à Oz) Et toi, ça va ? 
OZ : Ouais. Dites, y aurait pas un mec qui se serait changé en poussière ? 
BUFFY : (à Angel) J'ai du mal à croire que tu sois là. 
WILLOW : Heu, en quelque sorte. (Dit-elle à Oz).
ALEX : Oui. Les vampires existent. Beaucoup vivent à Sunnydale. (Il regarde Willow) Vas-y. Affranchis le. (Il s'éloigne) 
WILLOW : Ecoute, je sais que c'est assez difficile à admettre...
OZ : En réalité ça explique un tas de chose. (Jenny arrive avec une grande et lourde boîte dans les mains). 
JENNY : Hey, j'aurais besoin d'un peu d'aide. (Angel et Giles prennent la boîte et la pose sur une table). 
JENNY : Les vampires l'ont oubliée. 
BUFFY : Qu'est-ce que c'est ? 
GILES : Je n'en sais rien. Peut-on l'ouvrir ? 
BUFFY : Il y a un verrou sur le côté. (Ils ouvrent la boîte; un gros bras en armure repose dedans. Buffy regarde les autres avec un air interrogateur quand le bras se lève et la saisit par la gorge. Elle commence à suffoquer pendant qu'Angel essaie de la libérer. Il réussit et force le bras à retourner dans la boîte. Giles referme rapidement le couvercle et Angel éloigne Buffy, qui essaie de reprendre son souffle en toussant).
ALEX : Apparemment la bouche de l'enfer a pensé à ton cadeau d'anniversaire. (Cordélia le regarde bizarrement).
GILES : Oh seigneur. Buffy, ça va ? 
BUFFY : Ce truc a une force de tous les diables. 
WILLOW : Qu'est-ce que c'est ? 
OZ : On dirait un bras. 
ANGEL : (assis sur le bord de la scène avec Buffy) C'est impossible. Ce serait trop... 
ALEX : C'est la version vampire du diable à ressorts ou c'est plus grave que ça ? 
BUFFY : Angel ? 
ANGEL : C'est une légende…qui remonte à bien avant mon époque. Un démon entreprit de... débarrasser la terre de la plaie de l'humanité...de séparer les justes des méchants...de brûler vifs les justes. On l'appelait le Juge. 
GILES : Le Juge ? Alors ce serait lui ? 
ANGEL : Une infime partie. 
BUFFY : (agite la main dans les airs) Tu pourrais éclairer ma lanterne ?
GILES : Heu...on, on n'arrivait pas à le tuer, c'est ça ? (Angel acquiesce). Oui on, on leva une armée contre lui. Les victimes furent nombreuses. Et puis à la fin, ils trouvèrent le, le moyen de le dépecer mais, pas de le tuer. 
ANGEL : Les morceaux furent enterrés...un par un aux quatre coins de la Terre. 
JENNY : Et quelqu'un a ramené tous les morceaux ici ? 
BUFFY : C'est Drusilla. Les vampires que j'ai surpris dehors sont ceux de Spike. 
ANGEL : Elle est assez folle pour le faire. 
WILLOW : Quoi donc ? Reconstituer le Juge ? 
ANGEL : Provoquer Armageddon. 
CORDELIA : Et si on mangeait un bout de gâteau ? 
GILES : Il, il faut lui faire quitter la ville. 
JENNY : Angel. 
BUFFY : Quoi ? 
JENNY : C'est à toi de le faire. Tu es le seul qui puisse s'en sortir. (Dit-elle au vampire).
BUFFY : Pourquoi pas moi ? 
JENNY : Tu te vois quitter la ville pendant quelques mois ? 
BUFFY : Quelques mois ? 
ANGEL : Elle a raison. Il faut l'emmener le plus loin possible. (Il s’approche de Buffy) 
BUFFY : Mais pourquoi quelques mois ? 
ANGEL : Je prendrai un cargo pour l'Asie, ou encore le Nepal... 
BUFFY : Tu sais, ces drôles de machines volantes sont vraiment sûres par rapport à autrefois. 
ANGEL : (légèrement énervé) Je ne peux pas prendre l'avion. Je ne serai pas à l'abri de la lumière du jour. (Il se place face à elle et sa voix se radoucit). Cette idée me déplaît sûrement autant qu'à toi, Buffy. Mais nous n'avons pas le choix. 
BUFFY : Quand ? 
ANGEL : Cette nuit, dès que possible. 
BUFFY : Mais c'est mon anniversaire. (Angel baisse les yeux, tandis que Jenny s’avance vers le vampire). 
JENNY : Je te conduirai sur les docks. (La Tueuse et son petit ami se regardent).


Dans l’usine désaffectée, Dalton baisse la tête devant Drusilla.

DRUSILLA : Tu l'as perdu ? Tu as...perdu mon présent. 
DALTON : Heu, je sais. Je m'en excuse. 
SPIKE : Ce n'est pas malin de ta part. Elle avait très envie d'avoir cette boite. 
DALTON : L'Exterminatrice. Elle, elle a surgit brusquement et elle... (Drusilla le fait taire en mettant un doigt sur la bouche du vampire. Elle saisit ses lunettes, les jette par terre et les écrase. Dalton la regarde faire puis elle lève la tête et ferme les yeux). 
DRUSILLA : Fais un vœu. 
DALTON : Quoi ? (Drusilla met deux doigts près des yeux du vampire). 
DRUSILLA : Je vais souffler les bougies. 
SPIKE : Laisse-lui au moins une chance de retrouver ton trésor. C'est le seul qui ait encore ce qui peut ressembler à un cerveau. Et s'il échoue, je t'autorise à lui crever les yeux et à les lui faire manger. 
DALTON : (fixant les doigts de Drusilla, terrorisé) Je le trouverai. Pitié. Je le jure. (Drusilla fait semblant de lui planter ses doigts dans les yeux puis elle lève les mains dans les airs, juste au-dessus de sa tête. Elle ramasse les lunettes de Dalton sur le sol). 
DRUSILLA : D'accord. (Elle replace les lunettes de Dalton devant ses yeux, même si elles sont toutes cassées). Mais dépêche-toi. (Elle donne deux petites tapes sur la tête de Dalton puis elle retourne auprès de Spike. Elle s’assoit sur les genoux de son compagnon, le couple s’enlace alors que Dalton part, soulager). 

Buffy et Angel marchent sur les docks, main dans la main, serrés l'un contre l'autre. Buffy appuie sa tête sur l'épaule du vampire, qui dépose un baiser sur ses cheveux. Ils s'arrêtent devant un bateau et Angel pose la boîte par terre. 

ANGEL : Je dois faire le reste du chemin tout seul. 
BUFFY : Entendu. 
ANGEL : Je reviendrai. C'est juré. 
BUFFY : Quand ça ? (elle hausse les épaules) Dans six mois ? Un an ? Tu ignores combien de temps il faudra...si tous les deux... (Elle baisse la tête). 
ANGEL : (doucement) Hey... (Il lui relève le menton avec son doigt) Si tous les deux quoi ? (La Tueuse verse quelques larmes). 
BUFFY : Je ne sais pas si toutefois tu l'as remarqué mais, il y a plein de gens qui veulent nous tuer. 
ANGEL : Ne dis pas ça. On se reverra. 
BUFFY : Ça on n'en sait rien. 
ANGEL : Personne ne sait, Buffy. Non, personne. C'est comme ça. (Il fouille dans sa poche et en sort un petit écrin en velours). J'ai quelque chose pour toi, pour ton anniversaire. Je voulais te la donner plus tôt mais... (Il sort une très belle bague en argent).
BUFFY : C'est magnifique. 
ANGEL : Mon peuple, avant ma transformation, se l'échangeait en gage d'affection. C'est une claddagh. Les mains représentent l'amitié, la couronne la loyauté, et le cœur...enfin... (Buffy le regarde et ils se sourient). Elle doit se porter avec le cœur vers soi. Pour dire qu'on appartient à quelqu'un...comme ça. (Il lève la main, sur laquelle il porte une bague identique, le cœur pointé vers lui. Buffy sourit, lui prend la main et embrasse le bijou). Mets-la. (Il prend la bague et la lui met lui-même, les larmes aux yeux). 
BUFFY : Je ne veux pas que tu t'en ailles. 
ANGEL : Moi non plus. 
BUFFY : (pleine d'espoir) Alors reste. (Il secoue doucement la tête et se rapproche d'elle. Ils s'embrassent passionnément puis ils se séparent et se regardent, toujours accrochés l'un à l'autre). 
ANGEL : Buffy...je... (Deux vampires sautent sur eux en grognant, l'empêchant de terminer sa phrase. La Tueuse se bat avec un des vampires pendant qu'Angel s'occupe de l'autre. Ils échangent plusieurs coups, jusqu'à ce que Dalton surgisse de nulle part et s'empare de la boîte). 
BUFFY : (occupée avec son vampire) Angel ! La boite ! (Angel envoie son adversaire au tapis et saute sur Dalton. Ils tombent par terre et Dalton s’empare de la boîte. Buffy perd le contrôle qu'elle avait sur son vampire, tandis que le vampire d'Angel se relève, saisit la boîte et part en courant. L'adversaire de Buffy la fait passer par-dessus la rambarde des docks et la jette à l'eau. Angel lève la tête et la voit tomber). 
ANGEL : Buffy ! (Il lâche Dalton, court et saute lui aussi par-dessus la rambarde pour aller sauver sa petite amie). 

Dans la bibliothèque du lycée, les amies de Buffy continuent leurs recherches sur le Juge. Giles regarde l'horloge. 

GILES : Ils devraient être rentrés. (Dit-il assis devant un livre).
WILLOW : Buffy a peut-être besoin d'un peu de temps pour se calmer les nerfs. Pauvre Buffy, faut que ça tombe le jour de son anniversaire. 
ALEX : Hum, c'est triste, je te l'accorde. Mais voyons le bon côté des choses. (Il se lève). C'est vrai, quel genre d'avenir avec lui pourrait-elle avoir ? Faudra qu'elle ait deux boulots, serveuse le jour, exécutrice la nuit. Tandis qu'Angel attendra son retour avec une pinte d'hémoglobine, tout en regrettant la glorieuse époque où sa chère Buffy lui donnait la chasse, en rêvant de lui enfoncer un pieu dans le cœur. 
WILLOW : Je trouve que tu fantasmes beaucoup trop la dessus. 
ALEX : Attends, attends, attends, c'est pas fini. Elle en aura tellement marre, qu'un jour elle voudra le laisser tomber. (Les portes s'ouvrent). Et me demandera de l'emmener à l'autre bout du monde. (Willow voit Buffy entrée).
WILLOW : Alex... 
ALEX : Et je la ferai craquer. (Sourit-il).
GILES : Que s'est-il passé ? 
BUFFY : Ils nous ont tendus une embuscade. Ils ont la boîte. 
GILES : Où est Jennny ? 
BUFFY : Elle a besoin de changer de fringues. Je lui en ai prêtés. 
ALEX : Et elle a besoin de se changer parce que...? 
BUFFY : On s'est mouillés. (À Giles) Qu'est-ce qu'on sait au juste ? 
GILES : Plus j'étudie le Juge et plus il me déplaît. Il est tout à fait en mesure d'embraser l'humanité toute entière. Seule une créature du mal pourrait survivre à ce massacre, aucun être humain ne résisterait. 
ALEX : Bah, où est le problème ? On envoie Cordélia se battre contre lui et le tour est joué. (Sourit-il).
BUFFY : Est-ce qu'on peut lui barrer le chemin sans toute une armée ? 
GILES : Heu... (montre un passage dans un livre) "Aucune arme forgée ne saurait en venir à bout." Non, le seul moyen se serait de les empêcher de le reconstituer. 
BUFFY : Il faut trouver ses points faibles et où ils sont susceptibles de le planquer. 
GILES : Non, ça demanderait un temps considérable. 
WILLOW : Vaut mieux décrocher le téléphone bleu. Alex, à toi l'honneur. 
BUFFY : Bonne idée. (Alex va vers le téléphone). 
GILES : Le téléphone bleu ? 
WILLOW : C'est quand tout le monde appelle ses parents à un moment donné pour leur dire qu'on dort chez quelqu'un d'autre. 
BUFFY : Ça évite de se faire passer un savon. 
WILLOW : (enthousiaste) Parfumé au lilas ! (Ses deux autres amies la regardent drôlement). Quoi ? Y a qu'Alex qui a le droit de faire des plaisanteries pas drôles ? 
ALEX : (au téléphone) Maman, c'est moi...je sais. Ecoute, heu, je suis chez Willow, on a plein de trucs à réviser alors je vais dormir chez elle. (A deux heures du matin, le Scooby Gang est encore dans les recherches. Alex rejoint les Giles et Willow au comptoir avec un livre dans les mains).  Je commence à plus voir très clair. 
WILLOW : (derrière son ordinateur) Je trouve que Oz s'est montré très cool à propos de tout ça. 
ALEX : C'est normal, non ? 
WILLOW : (sourit) Tu es jaloux parce que tu es venu tout seul à cette petite fête. 
ALEX : Ouais, c'est la vie. 
GILES : (s'éloigne un peu) Angel ? Du nouveau ? (Angel arrive de la mezzanine et descend les escaliers. Avant qu'il ne puisse parler, Giles lui fait un signe de la main pour qu'il se taise). Oh, chut, chut, chut. (Le vampire regarde dans la même direction que Giles et voit sa petite amie endormie sur le bureau dans la pièce d'à côté). Il semble que Buffy soit épuisée. 
ANGEL : (il suit Giles et se dirigent vers le comptoir) Oui, elle dort mal en ce moment. Elle est très agitée. (Tout le monde le regarde bizarrement). Elle est venue me voir, à cause de son rêve. (Ils reprennent le travail).

La Tueuse remue dans son sommeil. Elle rêve qu'elle est dans l'entrepôt de Spike. Elle avance doucement parmi les lueurs des chandelles. Jenny passe à côté d'elle mais elle ne s'en occupe pas. Buffy arrive près d'un tas de boîte, ce sont les morceaux du Juge. 

DRUSILLA : C'est ma fête aujourd'hui. (Buffy se retourne en sursaut et voit Drusilla à l'étage. Elle tient Angel, qui regarde la Tueuse d'un air suppliant). Voilà mon plus beau cadeau. (Elle sort un long couteau et le place sur le cou du vampire). 
BUFFY : Non ! (Elle se réveille en sursaut). Angel ! (Celui-ci arrive en courant vers elle).
ANGEL : Buffy, c'est rien. Je suis là. (Elle se jette dans ses bras et le serre contre elle). Je suis là. 

A l'entrepôt de Spike, Drusilla est au sommet d’un escalier dans une longue robe de soirée rouge sang. Elle tape trois fois dans ses mains. 

DRUSILLA : C'est bon. Musique ! (Elle suit le rythme de la musique alors qu'elle descend les escaliers pour rejoindre les autres vampires. Elle marche parmi ses invités et commence à danser, jusqu'à ce que Spike arrive vers elle dans sa chaise roulante, une grosse boîte sur les genoux). 
SPIKE : Regarde ce que j'ai gardé à ton intention. (Elle lève les bras dans les airs et s'approche de lui pour prendre la boîte). 
DRUSILLA : Ah...le meilleur pour la fin. (Elle donne la boîte à deux autres vampires qui la déposent au sommet d'un corps entièrement formé de boîte. Une lumière se met à jaillir, puis les boîtes s'ouvrent sur le devant, laissant apparaître un démon géant tout bleu). Il est parfait mon chéri. (Elle rejoint Spike et lui prend la main). Exactement ce que je voulais... (Elle est admiration devant le Juge). Oh. Le monstre fait quelque pas. Il s'approche de Spike et Drusilla et les pointe du doigt). 

JUGE : Vous deux ! 

SPIKE : (se place entre Drusilla et le Juge pour protéger sa bien-aimée) Ho, ho, ho, ho. Qu'est ce qui ne va pas ? 
JUGE : Vous êtes des déchets de l'humanité. Vous éprouvez de l'amour et de la jalousie. 
SPIKE : Oui. Où est le mal ? (Il tape du doigt sur l'armure du Juge). N'oubliez pas que c'est nous qui vous avons ramené à la vie. 
DRUSILLA : (sourit) Que diriez-vous d'une petite friandise ? (Elle lui montre les invités, l'invitant à choisir. Il regarde autour de lui et remarque Dalton, qui sourit). 
JUGE : Celui-ci éprouve des émotions. Il sait lire. Amenez le moi. (Dalton perd son sourire et essaie de s'enfuir mais il est bloqué par les autres vampires). 
SPIKE : Que se passe-t-il ? Je croyais que vous pouviez tuer les gens par la pensée. 
JUGE : Toute ma force reviendra dans un certain laps de temps. Jusque-là, il me faut les toucher. (Il marche jusqu'à Dalton, qui gémit de peur). 
DALTON : Non. Non ! Non ! (Le Juge pose sa main sur l’abdomen du vampire et commence à le brûler). Non ! (Il est réduit en cendre).
DRUSILLA : Encore ! Encore ! (Dit-elle joyeuse).

Dans la bibliothèque, Buffy et Angel s’apprêtent à partir.

GILES : (du haut des escaliers) Buffy, qu'y a t-il ? 
ANGEL : Un autre rêve. 
BUFFY : Je sais où sont Spike et Drusilla. 
GILES : (descend les escaliers) C'est une bonne chose, cependant, il te faut un plan. Je sais que c'est urgent mais tu ne dois pas foncer tête baissée. 
BUFFY : J'ai un plan. Angel et moi on va aller à l'usine voir si ils ont réussi à rassembler le corps du Juge. Pendant ce temps-là, vous, vous vérifiez tous les lieux de fret, port de commerce, aéroport, etc. Il faut qu'on les empêche d'apporter toutes les boites au même endroit. 
GILES : Ah oui, bah, ça m'a l'air d'être un, un excellent plan. 
BUFFY : C'est l'humanité entière qu'ils veulent détruire. Il faut tout faire pour les en empêcher. 
GILES : Ouais. (La Tueuse sort de la pièce, déterminée et Angel la suit). 
 
Buffy et Angel sont à l'étage de l’usine ou se trouve Spike et les autres vampires. La Tueuse et son compagnon marchent sans bruit. Ils approchent d’une rambarde et jette un coup d'œil en bas. Leurs ennemis continuent leur petite fête. 

BUFFY : J'ai déjà vu ça. Dans mon rêve. (Le Juge arrive avec Drusilla et Spike, Buffy écarquille les yeux. Le démon s'arrête et sent quelque chose). 
SPIKE : Quoi ? Qu'y a-t-il ? (Le monstre observe autour de lui puis soudain, il lève la tête vers les intrus en grognant). 
ANGEL : Il faut pas rester là. Vite ! (Ils tentent de partir mais une bande de vampires arrivent et les en empêchent. Ils les entraînent en bas, devant Spike, Drusilla et le Juge). 
SPIKE : Mais qu'est-ce que nous avons là ? Des resquilleurs ? 
VAMPIRE : Les voilà. 
BUFFY : Notre invitation a du s'égarer à la poste. 
DRUSILLA : C'est exquis. (Elle passe ses doigts sur sa langue). J'ai rêvé que vous viendriez. Grrrr. (Angel se débat).
ANGEL : Laisse la tranquille. 
SPIKE : Si tu veux que ça marche, dis "s'il vous plaît monsieur". 
JUGE : La fille. 
DRUSILLA : Vous vous régalerez. Elle est pétrie de bonnes intentions. (Toujours maintenu par les vampires, Angel se précipite entre le Buffy et le Juge pour empêcher ce dernier de toucher sa petite amie). 
ANGEL : Prenez-moi ! 
BUFFY : Non ! 
ANGEL : Prenez-moi à sa place ! (Spike lève la main).
SPIKE : Tu n'as pas tout à fait saisi le concept, mon cher. Ce ne sera pas l'un à la place de l'autre. Ce sera chacun votre tour. 
DRUSILLA : Et si tu y passes le premier, tu n'auras pas la joie de la voir mourir. (Enragé, Angel tente à nouveau de se libérer mais les vampires le retiennent et le font reculer. Il regarde autour de lui pour trouver un moyen de s'enfuir. Spike enlace Drusilla, le Juge s'approche de Buffy et Angel repère des téléviseurs retenus au plafond par des chaînes et des poulies. Le Juge s’approche de la Tueuse). 
ANGEL : (à Buffy) Ne le touche pas ! (Buffy se donne un élan et frappe le Juge au torse, sur son amure. Profitant de la confusion qui règne, Angel réussit à se libérer et fait tomber les téléviseurs du plafond. Ceux-ci atterrissent sur le Juge et font un trou dans le plancher. Buffy se libère aussi et se précipite dans les bras d'Angel). 
BUFFY : Par-là ! (Elle saute dans le trou qu'ont fait les téléviseurs et atterrit dans les égouts. Angel la rejoint rapidement. Ils se relèvent et s'engagent dans un tunnel. Au-dessus d'eux, Drusilla ordonne à un vampire de les suivre). 
DRUSILLA : Saute ! (Deux sbires obéissent et sautent Angel et Buffy se cachent derrière une porte et les vampires passent tout droit sans les voir. Une fois qu'ils ont disparu, le couple sort de sa cachette et monte l'échelle qui se trouve devant eux. Buffy sort des égouts la première. Une grosse pluie s’abat sur la jeune femme, son compagnon la rejoint).

ANGEL : Dépêchons nous. Il faut rentrer. (Ils s'enfuient en courant, main dans la main). 

Angel ouvre la porte de son appartement et allume la lumière. Buffy referme la porte. Il se retourne vers elle. Ils sont tremper, la jeune femme grelote.

 
ANGEL : (lui frictionne doucement les bras pour la réchauffer) Tu trembles comme une feuille. 
BUFFY : J'ai froid. 
ANGEL : Il te faut des vêtements secs. (Il ouvre son armoire et sort quelques vêtements).
ANGEL : Mets ça. Va te mettre au lit pour te réchauffer. (Ils se regardent intensément. La Tueuse prend les affaires que lui a données son petit ami et va dans la chambre du vampire, qui la suit. Elle s'assoit sur le lit et lève les yeux, Angel la fixe. Il le réalise et se retourne pour quelle puisse se changée). 
ANGEL : Désolé. (Buffy commence à se déshabiller. Elle retire son gilet et grince des dents, car elle a mal).
ANGEL : Qu'est-ce qu'il y a ? 
BUFFY : Oh. C'est rien, c'est pas grave. J'ai sûrement du me couper. 
ANGEL : Est-ce que...je peux voir ? (Dit-il timidement. Sa petite amie serre son gilet contre sa poitrine). 
BUFFY : Bien sûr. (Le vampire se tourne vers elle et vient s'asseoir sur son lit, à côté d'elle. Elle se retourne pour lui montrer son dos. Il passe tendrement ses doigts sous la bretelle du débardeur que porte Buffy, la descend et regarde sa blessure). 
ANGEL : C'est presque refermé. Ça ira. (La jeune femme se laisse aller en arrière et se blottit doucement contre lui. Il l'entoure de ses bras et caresse lentement son coude). 
BUFFY : J'ai failli te perdre aujourd'hui. 
ANGEL : Moi aussi. 
BUFFY : (en larmes) Angel...c'est pire encore que d'être tuée...tu as raison. On ne sait pas ce qui nous attend. 
ANGEL : Chut...je... (Il s'arrête. Elle se met face à lui et le regarde dans les yeux). 
BUFFY :...Quoi ? 
ANGEL :...Je t'aime. (Il baisse les yeux). J'ai lutté contre ça mais rien n'y fait. 
BUFFY : Moi aussi. Je t'aime Angel. (Le vampire relève la tête et la regarde. Elle s'approche et ils commencent à s'embrasser doucement. Quand le baiser devient un peu plus passionné, Angel le rompt). 
ANGEL : Buffy, il ne faut pas. Non... (Sa petite amie pose sa main sur la joue de celui-ci).
BUFFY : Chut. Embrasse-moi. (Incapable de résister, il recommence à l'embrasser. Après quelques baisers, ils s'allongent sur le lit).

Après avoir fait l’amour, le couple est endormi et serrer l’un contre l’autre. Le tonnerre résonne dans la pièce et Angel se réveille brusquement. Il s'assoit sur le bord du lit en gémissant de douleur puis il se lève. Buffy est toujours endormie. Angel sort sous la pluie, vêtu de noir. Il s’agenouille sur le sol.


ANGEL : Buffy ! (Hurle-t-il de douleur, alors que Buffy dort paisiblement). Buffy !!

Ecrit par Lee333 
Activité récente

Qui est-ce ?
30.11.2016

Ceci ou Cela ?
10.11.2016

Baby Blues
Hier à 15:53

Family Guy
Hier à 15:10

Lucifer
Hier à 14:52

Lucifer
Hier à 14:51

Lucifer
Hier à 14:51

Actualités
Princess Rap Battle | Rapunzel & Flynn vs. Anna & Kristof

Princess Rap Battle | Rapunzel & Flynn vs. Anna & Kristof
Plus d'un an après que Sarah Michelle Gellar / Cendrillon et Whitney Avalon / Belle se soient...

Eloise | Trailer

Eloise | Trailer
Nous vous rapportions il y a deux ans qu'Eliza Dushku serait la star d'un nouveau film d'horreur...

Criminal Minds: Beyond Borders

Criminal Minds: Beyond Borders
Après avoir rendu visite au diable dans un épisode de la saison 2 de 'Lucifer' [voir news], en début...

Netflix's

Netflix's "Gilmore Girls: A Year In The Life" Premiere
Danny Strong s'est rendu à l'avant-première de 'Gilmore Girls: A Year In The Life', la suite de la...

Billions

Billions
La saison 2 de 'Billions', la série de Showtime portée par Damian Lewis, s'offre de nouveaux...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoChat

stanary (14:31)

Oui par contre je fais bien des études t'inquiète pas

Sonmi451 (14:31)

Alors c'est tu bosses mais c'est pas rémunéré.

Sonmi451 (14:32)

et donc des études de quoi? ^^

stanary (14:32)

Oui j'avais pas vu ça comme ça mais t'as raison.... c'est nul !

Sonmi451 (14:33)

j'ai toujours raison même quand j'ai tord

stanary (14:37)

Oui c'est bien d'espérer...

stanary (14:37)

Sonmi451 (14:38)

Merci. lol

Sonmi451 (14:38)

L'espoir fait vivre comme on dit. ^^

stanary (14:39)

Oui c'est ce qu'on dit ! Alors et toi dis moi tu travailles dans quoi ?

Sonmi451 (14:41)

Moi je suis assistante maternelle mais en ce moment en congé parental.

stanary (14:43)

Ah bah alors ça va veut dire que t'aimes beaucoup les enfants hein ! Mais j'aime bien ça ...

Sonmi451 (14:44)

Tout à fait.

stanary (14:45)

Alors dis moi, tu fais quoi de beau ?

Sonmi451 (14:47)

Là en ce moment, je m'occupe de la migration des épisodes de Friends pendant que mes oreilles sont en train d'écouter si bébé dort toujours. Et puis mes yeux regardent de temps en temps, vers la fenetre pour voir si le grand arrive avec son papa. ^^

Sonmi451 (14:47)

Et toi?

stanary (14:49)

La migration ?
Bon pour moi faut pas chercher hein. Je n'ai pas de vie donc je suis chez moi entrain de ne rien faire si ce n'est lire

Sonmi451 (14:49)

Et en parlant du loup, il sort du bois. Mon grand vient d'arriver.

stanary (14:51)

Eh bah il est autonome ce grand !

Sonmi451 (14:51)

La migration c'est le passage d'un guide épisode à un autre guide, soit de l'ancien au nouveau.

Sonmi451 (14:52)

Je vais devoir te laisser. Il est autonome oui d'une certaine façon, mais il a encore "que" 5 ans.

Sonmi451 (14:52)

A bientôt peut être.

stanary (14:56)

A bientôt

billy (18:53)

Plus que quelques jours pour venir participer au concours de la photo de bienvenue du quartier Castle. Venez vous affronter avec les plus créatifs ^^

CastleBeck (19:15)

Billy : Je crois que ton message irait plutôt dans la room HypnoPromo maintenant
D'ailleurs, il faut que je me dépêche pour finir ma participation...

Chaudon (19:39)

Nouveau calendrier sur le quartier "Elementary" ! Donnez votre avis sur le quartier de la série !

Titepau04 (20:22)

Chaudon, tu t'es trompée de room !!!!

Titepau04 (20:23)

T'ai trompé*

Sonmi451 (22:00)

Hypnoroom promo pour les pubs allezzz, on y va vroouuuummmm

Titepau04 (22:01)

LOL!!!!

Ceci est un extrait des dernières discussions de notre Room HypnoBlabla

Rejoins-nous !

Ou utilise nos Apps :

Disponible sur Google Play