À propos | 420 fans |

Forum

Pour poster sur ce forum, veuillez vous identifier

Retour à la liste des sujets

Saison 7 diffusion M6


705 : Tour de passe-passe

tibo18  (14.02.2016 à 16:11)

En sept années de service, l'équipe du NCIS de la Cité des Anges n'avait encore jamais eu l'occasion de travailler avec l'un des personnages historiques de la franchise : Tony DiNozzo. Il était donc grand temps de remédier à cette hérésie, et c'est dans cet objectif que la production a décidé de convier l'agent spécial interprété par Michael Weatherly cette semaine pour collaborer avec l'équipe de Callen et Hanna. Tony débarque donc dans les locaux alors qu'un prisonnier qu'il devait récupérer à l'aéroport est parvenu à tromper la vigilance d'un marshal et à prendre la poudre d'escampette.

Entre la venue de DiNozzo et les quelques changements par rapport au schéma traditionnel des affaires de la semaine, "NCIS Los Angeles" parvient une nouvelle fois à casser en partie sa routine, comme l'opus précédent avait déjà pu le faire avec des initiatives différentes. Le rythme du développement de "Tour de passe-passe" est, en outre, probablement l'un de ses principaux atouts. Cependant, ce cinquième volet de la saison reste une déception de taille sur plusieurs points, à commencer par la manière dont la série utilise ses propres protagonistes.

En effet, la majeure partie de l'épisode accorde une place de choix à DiNozzo, ce qui se comprend logiquement, mais se repose quasi-exclusivement sur ce dernier et sur l'univers de "NCIS" pour divertir le téléspectateur, une décision lourde de conséquences. Un déséquilibre très prononcé se crée ainsi entre l'agent de Washington, qui n'est tout de même qu'un guest, et les personnages principaux de la série, affreusement effacés ou, à défaut, enracinés dans leur train-train quotidien de plus en plus insupportable. Aucun approfondissement de qui que ce soit n'est ici tenté, et c'est bien dommage.

En bref : Bien trop lisse, malheureusement, et ce en dépit de la petite visite agréable de Tony DiNozzo à Los Angeles.
Note : 4.5/10


706 : Retrouvailles explosives

tibo18  (14.02.2016 à 16:12)

Suite à l'escapade de Tony DiNozzo dans la Cité des Anges, "NCIS Los Angeles" revient cette semaine à une configuration un peu plus conventionnelle, bien que la construction de ce sixième opus de la saison soit légèrement différente des épisodes les plus traditionnels de la série. En effet, l'équipe menée par Callen et Hanna s'intéresse à la disparition de Mark Ruiz, un ancien agent du NCIS qui tentait d'acheter un engin explosif mortel lors d'une mission sous couverture... et qui était surtout l'ancien partenaire de Sam par le passé.

C'est naturellement sur ce point que "Retrouvailles explosives" s'articule majoritairement, et ce même si l'intrigue globale autour des véritables enjeux et des révélations entourant la mission conduite par Ruiz est relativement réussie et rythmée malgré tout, en dépit d'un registre humoristique très faiblement utilisé et d'un suspense limité. L'histoire n'est effectivement pas ce que les scénaristes ont pu proposer de plus haletant, mais les multiples scènes d'action suffisent à faire de l'épisode un divertissement efficace.

Toutefois, c'est donc autour de Sam Hanna que les principaux points positifs sont concentrés. Le personnage de LL Cool J est une fois encore mis en avant, pour les quelques révélations faites autour de son ancienne situation professionnelle d'une part, et alors que ses collègues mettent en doute l'innocence de son ex-coéquipier d'autre part. Cela offre au téléspectateur quelques scènes et quelques dialogues d'excellente facture, ainsi qu'un certain nombre de passages plutôt touchants consacrés directement à Sam, lorsque ce dernier évoque cette ancienne période de sa vie notamment.

En bref : Quelques points faibles en partie masqués par une exposition très intéressante de Sam.
Note : 6.5/10


707 : L'emprise

tibo18  (14.02.2016 à 16:14)

Explorée par de très nombreuses séries policières au fil des années, à l'image de "Esprits Criminels" qui était parvenue à exploiter ce thème avec énormément de réussite, la notion de secte devient cette fois-ci l'angle d'attaque de "NCIS Los Angeles". En effet, l'agence enquête sur la révélation d'informations classifiées par un membre du département de la défense, embrigadé par une organisation lui ayant lavé le cerveau. Pour résoudre l'affaire, Kensi et Deeks partent donc sous couverture afin de comprendre le fonctionnement de cette association.

Souvent empêtrés dans des histoires très secondaires et surtout particulièrement pénibles (cela fait tout de même 7 ans que la série avance difficilement avec ces deux personnages là, se contentant souvent d'en faire les clowns de service), Kensi et Deeks héritent ici d'un rôle un peu plus intéressant, qui permet notamment d'aboutir à une scène finale à la fois amusante et mignonne, comme les scénaristes devraient plus régulièrement en proposer, c'est une évidence. En outre, la série délivre une intrigue de la semaine un peu différente des habitudes, et la couverture du couple aide beaucoup à la rythmer

Pourtant, "L'emprise" n'est pas forcément un exemple de perfection sur le plan scénaristique. Au-delà de l'idée de départ et de l'originalité de la thématique, l'épisode s'égare beaucoup trop rapidement dans un récit brouillon et excessivement ennuyeux par moments. Un défaut paradoxal, puisque les scènes d'action sont nombreuses, mais qui peut s'expliquer par un manque fondamental de suspense (dès le départ, les enjeux ne sont pas forcément très alléchants) et une résolution du dossier bien peu palpitante par le reste de l'équipe depuis le QG du NCIS.

En bref : Une fois n'est pas coutume, Kensi et Deeks sont les principaux atouts de l'épisode.
Note : 5/10


708 : Des adieux sans fin

tibo18  (14.02.2016 à 16:16)

Au début de cette septième saison, "NCIS Los Angeles" avait effectué un véritable effort pour lier ses intrigues avec des personnages rencontrés par l'équipe de Callen et Hanna les années précédentes. A l'instar de ces initiatives qui s'étaient révélées plutôt positives par rapport au niveau qualitatif global des intrigues de la série, cette dernière réitère l'expérience dans "Des adieux sans fin", puisqu'une connaissance importante de Sam refait son apparition dans les rues de la Grosse Pomme : Jada Khaled, exfiltrée du Soudan il y a maintenant plusieurs années.

J'avoue que cette histoire m'était complètement sortie de la tête (en même temps, "NCIS LA" n'est pas réputée pour concevoir des enquêtes inoubliables), mais il faut tout de même souligner que les souvenirs reviennent rapidement, et ce même si les scénaristes ont pris le parti regrettable de limiter les ramifications directes entre cet épisode et celui de la saison 3 qui avait introduit le personnage de Jada et son entourage. Si le scénario est relativement bien écrit, cela engendre une mécanique de développement malheureusement trop traditionnelle.

Malgré tout, ce huitième opus de la saison est assez satisfaisant dans son ensemble, son principal atout étant sans conteste le rythme extrêmement soutenu qui lui permet d'enchaîner les révélations et les scènes d'action avec énormément d'efficacité. De même, la présence de Talia Del Campo aux côtés de Kensi offre (pour une fois) une trame humoristique divertissante autour de Kensi, Deeks et même Callen, à mille lieux des répliques lourdingues qui tournent généralement autour des deux premiers. Dommage que Sam, qui aurait pu bénéficier une nouvelle fois d'une mise en avant importante, ne bénéficie d'aucune véritable évolution ici.

En bref : Rythmé et divertissant, et plutôt fidèle à ce que l'on peut attendre d'un épisode classique de "NCIS Los Angeles".
Note : 6/10


709 : Tromperie

tibo18  (07.03.2016 à 19:10)

En 2015, la France a été frappée par l'horreur en plein coeur de sa capitale, et 147 personnes ont perdu la vie au nom d'une idéologie et d'une organisation que le commun des mortels ne peut qu'exécrer, et de nombreux autres pays ont été touchés par pareils massacres, du Kenya au Mali en passant par la Libye, notamment. Dans ce contexte, consacrer un épisode tout entier à Daesh et à sa stratégie de recrutement est évidemment un exercice périlleux, et dans l'ensemble, il faut bien avouer que "NCIS Los Angeles" parvient à délivrer quelque chose de très solide, compte-tenu de la crise mondiale qui nous secoue.

Soyons clairs, "Tromperie" n'est pas un modèle de perfection en la matière, et il n'en a d'ailleurs à aucun moment la prétention. Non, ce neuvième opus de la saison (qui devait à l'origine être diffusé 72 heures après le 13 novembre) s'engage seulement sur ce terrain pour mettre la lumière sur les filières d'embrigadement des jeunes femmes, et délivrer un message sur l'un des pires fléaux de société du XXIème siècle. C'est en tout cas comme cela que j'ai ressenti les quelques passages les plus touchants de cet épisode, en particulier lorsque les agents du NCIS soutiennent des parents désabusés ou raisonnent des jeunes captés par la propagande.

Peut-être aurait-il été bénéfique d'aller encore un peu plus loin dans le registre dramatique, mais "NCIS LA" fait déjà un bel effort par rapport à ses coutumes. De fait, l'intrigue est globalement très solide, aussi bien en terme de rythme que d'écriture, et c'est finalement dès lors qu'elle s'écarte de sa thématique hebdomadaire que la série perd des points. En effet, malgré de petits échanges en apparence sympathiques autour de Kensi, "Tromperie" manque souvent d'efficacité lorsqu'elle s'aventure sur le terrain humoristique, ce qui ne lui permet pas de proposer de véritable compensation avec une enquête assez sombre. De même, les personnages évoluent peu, même si l'arrestation de Deeks en guise de cliffhanger surprend positivement.

En bref : Un très bon épisode, qui laisse un téléspectateur à la fois touché, dégoûté et pensif après visionnage. C'est tout ce qui importe.
Note : 7/10


710 : Affaires internes

tibo18  (07.03.2016 à 19:11)

Lorsque les affaires internes débarquent dans une série, c'est toujours de mauvais présage pour les agents concernés de près ou de loin par leur venue, mais généralement bon signe pour le téléspectateur qui peut ainsi assister à une intrigue quelque peu différente des habitudes, et souvent plus forte pour certains personnages. Malheureusement, le résultat n'est pas du tout à la hauteur dans ce dixième opus de la saison de "NCIS Los Angeles". Suite à l'arrestation de Deeks en guise de cliffhanger la semaine passée, la série revient donc sur les charges qui pèsent contre l'ex-flic de la police de la Cité des Anges.

On apprend donc que Deeks est accusé du meurtre de son ancien partenaire, au détour de plusieurs interrogatoires qui se succèdent, pendant que le reste de l'équipe est quant à elle chargée de trouver tous les éléments nécessaires capables d'innocenter leur collègue. Au-delà du rythme particulièrement soutenu qui booste l'ensemble de l'épisode, "Affaires internes" doit rapidement composer avec de sérieuses faiblesses en terme d'écriture, avec une enquête bien plus fade et largement moins palpitante qu'attendu.

Très clairement, "NCIS LA" avait les cartes en main pour sortir des sentiers battus et concocter un opus à la fois bourré d'intensité et peut-être même beaucoup plus sombre, tant pour l'ambiance que pour le contenu du récit, mais les scénaristes n'ont pas pris l'initiative de casser leur routine, et c'est extrêmement regrettable, surtout lorsque le défi était à portée de main. De même, bien que l'apparition de sa mère et que sa mise en avant soient de bonnes choses, Deeks n'est pas suffisamment mis en valeur à mon goût, et seule la scène finale aux côtés d'Hetty offre un joli moment touchant. C'est bien trop peu pour être satisfaisant.

En bref : Grosse déception pour un épisode qui s'engage sur tous les terrains mais qui ne parvient pas du tout à aller plus loin que de vagues tentatives.
Note : 4/10


711 : Sauvez le réveillon !

tibo18  (07.03.2016 à 19:13)

L'épisode de Noël semble être devenu une petite institution dans "NCIS Los Angeles", qui en propose désormais un chaque année, et il faut bien dire que la série est particulièrement bien inspirée de réitérer l'expérience saison après saison. Pour la troisième fois consécutive, c'est donc avec une certaine réussite que les scénaristes s'emparent de la thématique pour construire un épisode légèrement différent des autres, beaucoup plus centré sur les personnages principaux, ce qui n'est évidemment pas une mauvaise idée. "Sauvez le réveillon !" propose ainsi une plongée dans la vie privée et les émotions de Kensi et Deeks, de Granger ou encore de Callen.

C'est incontestablement tout ce qui se déroule autour de ce dernier qui constitue l'arc narratif le plus touchant et le plus intéressant de ce onzième volet de la saison, qu'il s'agisse de ses petites discussions avec Sam ou encore de la scène finale en compagnie de Joelle, particulièrement mignonne et sympathique. C'est assez rare que "NCIS Los Angeles" parvienne à capter son téléspectateur avec des intrigues un peu guimauve comme celles-ci (on a l'impression qu'il est indispensable d'attendre Noël chaque année finalement), et c'est donc toujours appréciable de constater qu'elle est capable d'utiliser et de développer ses protagonistes de la sorte.

Parallèlement, l'équipe du NCIS enquête sur la mort d'un homme soupçonné d'être un espion nord-coréen, empoisonné puis renversé par un poids lourd en plein coeur de la Cité des Anges et à quelques jours des festivités du 25 décembre. Très clairement, l'intrigue policière n'est pas du tout le point fort de cet épisode, qui se contente de dérouler ses quelques rebondissements de manière téléphonée et sans la moindre ambition, au-delà de la thématique de base. En revanche, bien aidée par la légèreté ambiante qui règne autour des personnages, la série éclipse finalement ses éternelles faiblesses cette fois-ci. L'esprit de Noël fait décidément des miracles.

En bref : "NCIS Los Angeles" devrait fêter Noël toute l'année. Cette saison encore, le dernier épisode de l'année calendaire est en effet simple mais réussi.
Note : 7/10


712 : Réacteur en surchauffe

tibo18  (07.03.2016 à 19:15)

Après la parenthèse enchantée de Noël en guise de cadeau de fin d'année, "NCIS Los Angeles" entame son année 2016 avec un opus beaucoup plus classique et ressemblant à ce qu'elle sait faire de plus simple, sans pour autant que cela soit totalement dénué d'intérêt. Pour sa reprise, l'équipe enquête ainsi sur l'empoisonnement au rayonnement d'un sergent travaillant comme agent de sécurité dans une centrale nucléaire afin d'arrondir ses fins de mois. Si le développement de l'affaire est extrêmement mécanique, l'ensemble n'est pas ennuyeux pour autant.

Cela s'explique entre autres par la thématique abordée cette semaine, assez différente de ce que l'on a pour habitude de voir dans ce type d'opus. Le simple décor de la centrale et les enjeux associés à la menace du moment suffisent à "Réacteur en surchauffe" pour être efficace, sans compter les multiples passages musclés qui rythment positivement la narration. L'intrigue n'est pas forcément palpitante, mais elle demeure relativement bien écrite et surtout suffisamment consistante pour que l'épisode avance sans le moindre temps mort.

Toutefois, ce douzième volet de la saison fait également face à de sérieuses difficultés dès lors qu'il s'agit de sortir des sentiers battus. Si le registre humoristique est plutôt efficace dans son ensemble, notamment grâce à la couverture de Kensi et Deeks (ces deux-là retrouvent étrangement une utilité depuis quelques temps), le développement global des protagonistes est écarté de toute part, et la trame dramatique complètement oubliée elle aussi. C'est dommage que la série continue de nous infliger des épisodes traditionnels sans le moindre effort supplémentaire.

En bref : Correct.
Note : 5/10

Identification requise pour ajouter un message.
HypnoMarathon

Bannière HypnoMarathon 2016

Activité récente

S7 diffusion CBS (spoilers possibles)
06.05.2016

Le quartier a besoin de vous
16.04.2016

Discussion libre
12.04.2016

Avis sur les calendriers
04.04.2016

Episode 724
01.05.2016

Script VO 701
29.04.2016

Galeries Photos
29.04.2016

Filmographie
29.04.2016

Filmographie
27.04.2016

Woo
27.04.2016

Dernières audiences
Logo de la chaîne CBS

724 : Talion (inédit)
Lundi 2 mai à 22:00
8.10m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

723 : Where there's smoke... (inédit)
Lundi 25 avril à 22:00
7.87m / 1.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

722 : Granger, O (inédit)
Lundi 18 avril à 22:00
7.79m / 1.1% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

721 : Head of the Snake (inédit)
Lundi 11 avril à 22:00
8.24m / 1.3% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

720 : Seoul man (inédit)
Lundi 28 mars à 22:00
8.91m / 1.2% (18-49)

Logo de la chaîne CBS

719 : The seventh child (inédit)
Lundi 21 mars à 22:00
8.76m / 1.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Audiences du final de la saison 7 sur CBS

Audiences du final de la saison 7 sur CBS
Lundi dernier CBS diffusait à 22h "Talion", l'ultime volet de la saison 7 de NCIS : Los Angeles. Ce...

Le final de la saison 7 c'est ce soir sur CBS !

Le final de la saison 7 c'est ce soir sur CBS !
CBS diffuse ce soir à 22h le grand final de la saison 7 de NCIS: Los Angeles avec  le...

Audiences de

Audiences de "Where there's Smoke..." sur CBS
Lundi soir était programmé sur CBS à 22h "Where There's Smoke...", le vingt-troisième et avant...

"Where there's smoke..." ce soir sur CBS
Ce soir CBS diffuse à 22h le vingt-troisième et avant dernier épisode de la saison 7 de NCIS: Los...

Sondage quartier S Club 7

Sondage quartier S Club 7
Le quartier « S Club 7 » a créé un nouveau sondage : A l'occasion d'un cross-over, dans quelle...

Téléchargement
NCIS: Los Angeles, Saison 1 (VF), Episode 22

Episode 22
La traque

NCIS: Los Angeles, Saison 2 (VF), Episode 22

Episode 22
Plan B

NCIS: Los Angeles, Saison 3, Episode 17

Episode 17
Blye, K (2e partie)

NCIS: Los Angeles, Saison 5, Episode 2

Episode 2
Impact

NCIS: Los Angeles, Saison 2 (VF), Episode 21

Episode 21
Rocket Man

Tous les épisodes iTunes

Partenaires premium

Annuseries Chris O'Donnell France Hawaii 5-0 VS ncis la & ncis NCIS : Los Angeles Fan NCIS Los Angeles-France Positive-Atidute-2 Team-NCIS.com

Tous nos partenaires
Proposer un nouveau partenariat

HypnoChat